Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Troisième partie : Les missions de presse

I. Joffre et les correspondants de guerre

Texte intégral

  • 1  Sur les missions de presse, on lira aussi les pages que leur a consacrées Jean de Pierrefeu (pages (...)

1À partir de l’automne 1914, les journalistes, pour les raisons que nous exposons un peu plus loin, furent tenus à l’écart de la zone des combats. Mais à partir de septembre 1916 et plus encore de juin 1917, la création de missions de presse auprès de l’armée française, c’est-à-dire de petits groupes de journalistes pouvant se rendre, encadrés par des officiers, dans la zone des combats, allait modifier cette situation et donner une autre dimension aux relations armée-médias. C’est l’histoire de ces missions de presse (il y en eut trois) que nous racontons ci-après 1. Mais auparavant, il convient de donner la position de Joffre sur la présence des journalistes au front.

  • 2  Instructions du GQG concernant les correspondants de presse aux armées, du 4 août 1914. SHAT, 5N 3 (...)

2Le 4 août 1914, une instruction signée Joffre 2 était venue fixer le régime des correspondants de guerre français et étrangers. Celle-ci déterminait « les conditions dans lesquelles des représentants de la presse française ou alliée [pourraient] être accrédités comme correspondants de guerre admis à suivre les opérations des armées en campagne ». Aux termes de l’article Ier de ce document, « ne pourront être admis à suivre les opérations des armées en campagne en qualité de correspondants de guerre, que les représentants de la presse française, de nationalité française, non soumis aux obligations militaires, et les reporters étrangers appartenant à des pays alliés, correspondants de journaux de leur pays et connaissant parfaitement la langue française. Un journal ne pourra être représenté que par un seul correspondant de guerre. Un journaliste français pourra être autorisé à représenter un journal appartenant à un pays allié ». Cependant, ces correspondants de guerre devront avoir été accrédités au préalable par le ministre de la Guerre (article 5). Ils pourront ensuite se rendre au front, mais ils ne pourront pas en principe « circuler sur le théâtre des opérations sans être accompagnés d’un officier spécialement désigné à cet effet » (article 9).

  • 3  SHAT, 19N 1205.
  • 4  SHAT, 5N 363.

3Ce texte relativement libéral fut amendé par une note du GQG du 30 novembre 1914 3 et surtout par les instructions du 2 mars 1915 qui concernaient les 7e, 20e, 21e et 6e régions et la région du Nord. « Aux termes de ces instructions, les journalistes ou même les simples particuliers qui sont domiciliés ou résidents dans la zone des opérations, et qui correspondent régulièrement ou accidentellement avec des journaux étrangers à la localité, doivent, pour ne pas s’exposer aux sanctions prévues par la circulaire du 4 août, soumettre préalablement leurs informations ou articles au service de contrôle de la presse » 4.

  • 5  Si la France fut sévère à l’égard des correspondants de guerre, la Grande-Bretagne ne le fut pas m (...)
  • 6  SHAT, 19N 1205.
  • 7  Ibid.

4Plus généralement, après la bataille de la Marne, le régime à l’égard des journalistes se fit plus sévère 5. Joffre voulait en effet résoudre sans retard le problème posé par les journalistes clandestins, afin qu’aucune « menace » supplémentaire ne pèse sur l’armée française. On ne pouvait se permettre de renouveler les « erreurs » de 1870. Si l’instruction du 4 août 1914 prévoyait déjà que « tout journaliste surpris exerçant sa profession sans être pourvu d’un permis délivré par les soins du ministre de la Guerre [devait] être arrêté, et, s’il y [avait] lieu traduit devant un Conseil de guerre pour délit d’espionnage, en vertu des articles 1, 2 et 5 de la loi de 1886 », la note du GQG datée du 30 novembre 1914 allait plus loin encore 6. Celle-ci prévoyait l’incarcération immédiate de tout journaliste qui serait arrêté sans permis. Par la suite Joffre devait interdire aux journalistes de se rendre aux armées comme l’atteste notamment un document du 5 février 1915. Dans celui-ci, le chef de l’armée française rappelle à l’attention du général commandant les détachements d’armées des Vosges que « les visites des journalistes aux armées sont formellement interdites » 7.

  • 8  Manevy Raymond, Histoire de la presse de 1914 à 1939, Éditions Corréa et Cie, Paris, 1945, page 16 (...)

5Ce régime sévère fut en quelque sorte atténué par la possibilité pour chaque journal de disposer d’un rédacteur dûment accrédité auprès du GQG. Mais le « cerveau de l’armée », comme l’appelait Millerand, ne distribuait les informations qu’avec parcimonie 8. Et puis surtout, cela ne remplaçait pas le contact avec le terrain.

Notes

1  Sur les missions de presse, on lira aussi les pages que leur a consacrées Jean de Pierrefeu (pages 66 à 74 et page 157) dans le tome 2 de son ouvrage GQG Secteur 1, déjà cité (édition de 1920).

2  Instructions du GQG concernant les correspondants de presse aux armées, du 4 août 1914. SHAT, 5N 363.

3  SHAT, 19N 1205.

4  SHAT, 5N 363.

5  Si la France fut sévère à l’égard des correspondants de guerre, la Grande-Bretagne ne le fut pas moins. « Dès le début de 1915, le dispositif prévu pour empêcher les correspondants de guerre d’approcher du front se resserra. Kitchener avait donné ordre d’appréhender un certain nombre de journalistes en les désignant par leurs noms ». Comme nous l’avons précisé plus haut, il fallut l’intervention de Théodore Roosevelt pour que les choses évoluassent favorablement. Le 22 janvier 1915, dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères, Sir Edward Grey, l’ancien président des États-Unis déclarait sans ménagement que le refus du gouvernement britannique d’autoriser les correspondants de guerre à remplir leur mission nuisait gravement à la cause de la Grande-Bretagne et aux États-Unis. « On relève, écrit-il, une différence frappante entre la profusion de prévenances dont les journalistes sont l’objet de la part des autorités militaires allemandes et le refus catégorique qui leur est opposé par les gouvernements britannique et français. Les seules véritables nouvelles de la guerre rédigées par des Américains connus et jouissant de la confiance du public aux États-Unis émanent du camp allemand ». Knightley Phillip, op. cit., pp. 112, 90-91.

6  SHAT, 19N 1205.

7  Ibid.

8  Manevy Raymond, Histoire de la presse de 1914 à 1939, Éditions Corréa et Cie, Paris, 1945, page 162. L’auteur explique également, pages 161-162, en quoi consistaient les tournées de presse : « Sous la conduite d’un officier supérieur, une caravane où chaque feuille était représentée par un envoyé spécial, pataugeait pendant quelques heures dans de vieilles tranchées désaffectées bien à l’abri des bombardements. Dans un cantonnement de tout repos, on servait aux promeneurs affamés par une matinée de plein air un "vrai repas de soldat" comme les poilus n’en connaissaient guère. Au dessert, l’officier supérieur qui dirigeait le reportage exposait à ses hôtes le thème que l’armée serait heureuse qu’ils développassent. Il ne se refusait pas à conter quelques anecdotes pour ceux qui désiraient étoffer leurs papiers de notes historiques ou pittoresques. Puis, il prenait congé des uns et des autres avec beaucoup de distinction. Il était trop poli pour dire : "Et maintenant, f…ez-nous la paix et n’y revenez pas de sitôt !" mais qu’il le pensât, personne n’en doutait ! ».

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search