Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Deuxième partie : L’action de l’autorité militaire sur les médias

II. Le problème de la direction de la presse

Texte intégral

1Le principe de la direction (et du contrôle) de la presse est défini dans un document non daté, de la façon suivante :

2Il importe au plus haut point, au point de vue même du succès de nos armes, qu’une action de tous les instants soit exercée sur la presse ; action de direction d’une part, action de contrôle d’autre part.

  • 1  SHAT, 5N 363.

3Cette action, qui, au point de vue militaire, doit avoir son origine dans l’organe de commandement, ne peut s’exercer en fait que par l’organe gouvernement. Il ne faut pas que le commandement soit en contact avec la presse. Si le commandement ne peut ignorer la presse, par contre la presse doit ignorer le commandement. C’est là un principe absolu qui doit être à la base de toute organisation relative à la direction de la presse 1.

4La direction de la presse impliquant, comme le montre ce document, le gouvernement et le commandement, il convient avant de voir le rôle joué par ce dernier en la matière, de préciser au préalable quels étaient les rapports entre le pouvoir politique et les plus hautes autorités militaires.

2.1. Les rapports entre le gouvernement et le haut commandement

  • 1  Leblond Marius-Ary, op. cit., t.1, page 82. Adolphe Messimy, ministre de la Guerre du 13 juin au 2 (...)
  • 2  Il est vrai que le gouvernement, désireux de ne pas soumettre l’action du haut commandement aux im (...)
  • 3  Bourget Jean-Marie, Gouvernement et commandement. Les leçons de la guerre, Payot, Paris, 1930, pag (...)

5« Comment excuser qu’avant la guerre on n’ait pas songé à établir le système de relations qui doit exister entre le gouvernement et le haut commandement ? » Ces propos du général Gallieni, que rapporte Marius-Ary Leblond 1, sont lourds de signification. En effet aucun système digne de ce nom n’avait été mis en place pour favoriser les relations entre le gouvernement et le haut commandement. Aussi, « en l’absence de règles précises d’application, le principe de la suprématie du pouvoir civil, explique J.-M. Bourget, se trouva oublié 2 […]. Mais s’il fut oublié, il ne fut jamais nié […]. En France, comme en Allemagne, les militaires ne demandaient qu’à rester à leur place. À une condition pourtant : que les hommes politiques se tinssent à la leur et remplissent sans faiblesse leur véritable fonction » 3.

  • 4  Poincaré Raymond, Au service de la France, Plon, Paris, 1928, t.5, page 138.
  • 5  Clemenceau Georges, Grandeurs et misères d’une victoire, Plon, Paris, 1930, page 102.

6Il n’en demeure pas moins que le début de la guerre fut marqué par l’impuissance du gouvernement à obtenir du général en chef des informations sur les opérations en cours. Poincaré, dans ses mémoires, consacre plusieurs pages à ce problème : « Joffre, écrit l’ancien président de la République, commande les armées, mais il n’a pas le temps – ou il dédaigne – d’informer le pouvoir civil. Il fait "la guerre dans les ténèbres" […]. Du point de vue stratégique ou tactique, ce n’est sans doute qu’un incident négligeable. Du point de vue sentimental et politique, c’est tout autre chose. J’insiste auprès de M. Messimy pour qu’il rappelle ses ordres au Quartier Général et y parle en mon nom comme au sien » 4. À la fin de la guerre, le maréchal Foch se serait adressé en ces termes à Clemenceau : « Savez-vous […] que je ne suis pas votre subordonné ? » Et Clemenceau lui aurait répondu en riant : « Non, je ne le sais pas […] Je ne veux pas même savoir de qui vous vient une pareille doctrine. Vous connaissez mon amitié pour vous. Je vous conseille énergiquement de ne pas mettre cette idée en pratique, car cela n’irait pas du tout » 5.

  • 6  En août 1916, la nomination du maréchal Hindenburg au poste de chef d’état-major général de l’armé (...)
  • 7  Adolphe Messimy n’hésite pas à évoquer dans ses souvenirs les prétentions « dictatoriales et envah (...)

7Pendant toute la durée de la guerre, le problème des relations entre le gouvernement et le haut commandement fut à l’ordre du jour. Des crises ne manquèrent pas d’éclater entre ces deux institutions, mais contrairement à ce qui se passa en Allemagne 6, elles se dénouèrent toujours en faveur du gouvernement. Cela dit, on doit distinguer deux périodes : la première (août 1914 – avril 1917) voit le haut commandement dominer 7, la seconde (avril 1917 – novembre 1918), voit le gouvernement reprendre l’initiative.

2.1.1. La « domination » du haut commandement

  • 8  Messimy à ce propos s’étonne de la « méconnaissance de l’organisation des pouvoirs publics – peu e (...)

8Cette première période est d’abord marquée par un homme, Joseph Joffre, général en chef d’août 1914 à décembre 1916. Celui-ci, soucieux de ne laisser aucun avantage à l’adversaire, fut-il d’ordre politique, s’efforça d’imiter au plus près le système allemand, qui subordonnait le chef d’état-major de l’armée au seul souverain. Il décida par conséquent de se situer par rapport au seul président de la République, chef des armées aux termes de la constitution. Cette manœuvre présentait en théorie un avantage indéniable : en se faisant directement, et uniquement, le subordonné d’une autorité purement formelle, Joffre effaçait dans un mouvement tournant le gouvernement, détenteur de la réalité du pouvoir exécutif, et donc vrai chef des armées. C’était là, pensait-il, un gain opérationnel appréciable et mieux encore, une salutaire mesure d’indépendance 8.

  • 9  Poincaré Raymond, op. cit., t.5, pp. 169-170. Ajoutons, pour la petite histoire, que Messimy délég (...)

9Dans la pratique cependant, des difficultés surgirent car si le gouvernement reconnaissait une certaine autonomie au général en chef, il n’en abdiquait pas pour autant ses prérogatives. En 1914, dans une lettre adressée à Viviani, alors président du Conseil, Poincaré écrit : « J’ai cru comprendre […] que le GQG se considérait, en temps de guerre, comme tout à fait indépendant du gouvernement et qu’il n’acceptait au-dessus de lui que l’autorité nominale et irresponsable du président de la République. Nous sommes d’accord, vous et moi, pour penser que cette prétention, si elle prenait corps, serait tout à fait contraire à l’esprit de nos institutions républicaines ». Un peu plus loin il ajoute : « il est indispensable que le GQG ne s’isole pas dans une tour d’ivoire et ne se dérobe pas à tout contrôle. Sans doute, ce serait une dangereuse absurdité que de laisser le gouvernement intervenir dans la conduite des affaires militaires, mais il doit être plus renseigné qu’il ne l’a été jusqu’ici » 9.

  • 10  « Briand – écrit le lieutenant-colonel Bugnet – a pensé un moment faire sienne l’idée de Gallieni, (...)
  • 11  Cointet Jean-Paul, « Gouvernement et haut commandement en France entre les deux guerres. Contribut (...)

10La « domination » du haut commandement n’est pas remise en question pour autant. Aristide Briand, président du Conseil du 29 octobre 1915 au 20 mars 1917, va même l’entériner en appelant successivement trois chefs militaires au ministère de la Guerre… pour aider Joffre. C’est, pense-t-il, la meilleure solution possible dans la mesure où on ne peut pas sérieusement retenir l’idée, émise notamment par Gallieni, selon laquelle le général en chef exercerait également les fonctions de ministre de la Guerre. Le prestige de ce dernier (le général en chef serait obligé de défendre sa position devant les Chambres) autant que sa disponibilité opérationnelle (le général en chef ne pourrait plus comme par le passé, assurer pleinement son rôle sur le terrain) risqueraient d’en souffrir 10. Il convient d’ajouter qu’en nommant des généraux au poste de ministre de la Guerre, Aristide Briand espérait sans doute pouvoir faire bénéficier le gouvernement d’informations plus conséquentes sur les opérations en cours 11.

11La nomination du général Roques, ami personnel de Joffre, au poste de ministre de la Guerre, en mars 1916, montre, s’il en était encore besoin, les bonnes dispositions du gouvernement, et confirme par là même la « suprématie » du GQG. Mais très rapidement, celui qui devait être au sein du gouvernement « le représentant du général en chef », pour reprendre la formule de J.-M. Bourget, va devenir le porte-parole du gouvernement auprès de Joffre, et l’expérience Roques, vue sous cet angle, se soldera par un échec.

2.1.2. La « domination » du gouvernement

  • 12  Ibid.

12À propos des rapports entre le gouvernement et le haut commandement, Jean-Paul Cointet écrit : « il fallut attendre l’insuccès stratégique d’avril 1917 pour que le problème des attributions respectives du gouvernement et du haut commandement fut enfin tranché dans le sens d’une restitution de ses prérogatives à l’autorité civile » 12.

  • 13  L’offensive Nivelle (avril 1917) « coûtait, d’après les statistiques officielles soigneusement éta (...)
  • 14  Ibid.
  • 15  Paul Painlevé dans un rapport qu’il adresse au président de la République pour motiver le décret d (...)
  • 16  Amaury Francine, op. cit., t.2, page 1075.

13L’échec de l’offensive Nivelle 13 marque en effet un tournant décisif. Elle allait amener le gouvernement à rétablir le poste de chef d’état-major général (décrets des 29 avril et 11 mai 1917) et à reprendre par là même l’initiative. Paul Painlevé (ministre de la Guerre pendant cette période, il nomma Foch puis Pétain au poste de chef d’état-major général) explique que « hiérarchiquement, le poste de chef d’état-major général de l’armée française balançait celui de général en chef » 14. Autrement dit, le gouvernement, en la personne du chef d’état-major général de l’armée 15 sur lequel il avait une prise directe, donnait ainsi « un concurrent » au général en chef, même si ce dernier restait seul maître pour l’exécution du plan d’opérations. Le Petit Parisien jugeait d’ailleurs le rétablissement du poste de chef d’état-major général comme une décision d’une extrême importance, qui indiquait « la part aussi grande que légitime » que le gouvernement entendait prendre désormais dans la direction de la guerre 16.

2.2. L’orientation à donner à la presse

  • 1  Painlevé Paul, op. cit., page 103.
  • 2  Rabaut Jean, L’antimilitarisme en France, 1810-1975, Hachette, Paris, 1975, page 120.

14« Jamais l’Armée française, écrit Paul Painlevé, n’avait traversé une crise morale aussi redoutable qu’au début de mai 1917 ». Et il ajoute : « Il importait d’y porter remède sans retard » 1. Mais pour que le remède soit efficace, encore fallait-il déterminer avec précision les causes du mal dont souffrait l’armée. « La cause de la dépression, selon un rapport du service de renseignements des armées en date du 30 mai 1917, est dans le ton de la presse, dans son ignorance totale de la mentalité du front, dans l’opinion qu’elle modèle, dans la pression continue exercée par les journaux sur les troupes qui veulent voir derrière eux un gouvernement sans direction » 2.

  • 3  Rapport de janvier 1915, déjà cité.
  • 4  SHAT, 5N 363.
  • 5  Gustave Hervé, La Victoire. Cité par le lieutenant-colonel d’artillerie breveté H.-M. dans son ouv (...)
  • 6  Par presse, il faut d’abord entendre les grands quotidiens d’information parisiens (Le Petit Paris (...)

15Dès lors, une orientation de la presse apparaît indispensable. Déjà en 1915 Joffre avait déploré l’absence d’une « direction agissante » de la presse 3. En 1916, une note d’étude sur la presse insistait sur la nécessité de donner une orientation à celle-ci 4. Il faudra pourtant attendre le mois de juillet 1917 pour que cette orientation devienne effective. Il convient désormais de faire en sorte que le moral des combattants, « condition essentielle de la victoire », soit définitivement préservé. Il appartient au gouvernement, mais surtout au chef que sa confiance a placé à la tête des armées, d’y veiller. La presse à cet égard exerce une réelle influence. Elle a un grand rôle à jouer. Le général Pétain, « l’homme qui est désigné depuis un an au moins par la voix de toute l’armée » 5 en est persuadé. Il va prendre à son compte l’orientation de la presse 6 et sera plus largement l’artisan du redressement du moral.

  • 7  Note pour le groupe d’armées de l’Est. SHAT, 19N 1205.

16Le 28 juillet 1917, une note du GQG vient démontrer l’intérêt qu’il peut y avoir à donner une orientation à la presse. Cette orientation, au vu de ce document, est nécessaire afin que « tout ce qui peut influencer malheureusement le moral des troupes soit banni des journaux qu’elles lisent » 7. Pour que celle-ci donne de bons résultats, le commandement, à tous les échelons, est appelé à coopérer avec le général en chef. La note prévoit que le 1er et le 15 de chaque mois, les commandants de groupe d’armées adresseront sous le timbre « Cabinet », un rapport récapitulatif sur la presse, au général en chef. Et pour que le dispositif soit parfait, les autres grands subordonnés devront faire parvenir des rapports similaires à leurs chefs respectifs. Dès le mois d’août 1917 les premiers rapports sont rédigés. Ils seront pour le général en chef, jusqu’à la fin de la guerre, une précieuse source d’information.

  • 8  La première citation est extraite d’un rapport du général commandant le 15e CA du 26 avril 1918. S (...)

17Les préoccupations exprimées dans ces documents sont riches d’enseignements. Les généraux souhaitent notamment que « la presse reste dans les limites de la vérité et du bon sens », car « l’esprit critique est développé chez le soldat français ». Il ne faut pas que celui-ci soit « porté à traiter de "bourrage de crâne" tout ce qu’on lui présente comme bon et encourageant […] il faut encourager le plus possible la presse dans le sens de la franchise et de la sagesse » 8. Les généraux voudraient aussi qu’elle les aide à fortifier l’esprit de discipline. Ils souhaitent parallèlement que la presse évite de parler d’une paix prochaine, ce qui pourrait démobiliser les combattants. Les journaux selon eux, devraient en outre répandre la sympathie à l’égard des Américains, et montrer que la paix de Brest-Litovsk a eu des conséquences désastreuses pour la Russie.

  • 9  Toutes les citations qui suivent sont extraites de ces rapports, archivés au moment de la rédactio (...)

18Il convient maintenant d’entrer dans le détail de ces préoccupations. Nous nous appuierons pour cela sur une trentaine de rapports qui concernent la période du 13 août 1917 au 29 décembre 1918 9. Dans un premier temps, nous verrons à travers ceux-ci, comment les généraux jugeaient l’attitude de la presse (d’abord en 1917 puis en 1918), et dans un deuxième temps, nous nous intéresserons véritablement au contenu de ces rapports.

2.2.1. L’opinion des généraux sur l’influence de la presse

L’année 1917

19Dans le premier de ces rapports daté du 13 août 1917, le général de Mitry constate que « la bonne influence de la presse sur le moral des hommes a considérablement et progressivement diminué depuis une époque dont on peut fixer l’origine au mois de mars 1916 ». Cet état de choses résulte selon lui de la publication d’articles emphatiques sur la « victoire de Verdun ». Publiés au moment où la situation était critique, ceux-ci « ont fait naître l’incrédulité et le mépris à l’égard de la majorité des journaux ». Quatre mois plus tard – le 8 novembre exactement – le colonel Steinmetz, commandant provisoirement la 126e division du 15e corps d’armée écrit à son tour : « La presse a beaucoup à faire […] pour réagir contre le scepticisme devenu général à son égard ».

  • 10  À propos du redressement du moral, Paul Painlevé écrit : « Jamais l’état moral de l’armée ne fut p (...)

20Sans prétendre tirer de conclusion à partir de ces propos, il semble néanmoins, au vu de l’ensemble des rapports concernant l’année 1917, que la presse n’était pas dans le ton voulu, même si le général Laignelot par exemple reconnaît le 23 octobre, la bonne volonté de celle-ci et l’élévation – c’est le terme qu’il emploie – des sentiments patriotiques. Il ne faudrait pas pour autant en déduire que la presse fut étrangère en 1917 au redressement du moral 10. Elle a joué un rôle important. Peut-être simplement s’est-on montré trop exigeant à son égard. On a sans doute trop cherché dès le mois d’août 1917, quand il s’est agi d’orienter la presse, à mettre en évidence les aspects négatifs avant les aspects positifs.

L’année 1918

21En 1918, c’est à souligner, les rapports des généraux saluent dans l’ensemble le bon comportement de la presse, même si des réserves doivent être formulées.

22Ainsi le général Duchêne, dans son rapport du 30 mars 1918 écrit que « dès le déclenchement de l’offensive allemande, la presse, consciente de la gravité des circonstances, a adopté presque unanimement une attitude très louable, conforme aux directives du commandement et aux nécessités patriotiques de l’heure », ce, après lui avoir reproché le 1er mars de ne pas sembler se conformer à celles-ci. Cet officier ajoutait alors : « Pourtant il est d’un intérêt primordial que le moral du soldat, qui actuellement est bon, soit maintenu en cet état et entretenu par les journaux qu’il lit ».

23Le 21 avril, le général Mangin donne un satisfecit à la presse, en constatant « qu’aucun des grands quotidiens, lecture habituelle de nos hommes, n’a publié d’articles portant au découragement ». Le 27 juillet, le général Duport reconnaît que « le ton actuel de la presse continue à donner satisfaction à la grande majorité des officiers et des hommes. On sent dans les différents articles une orientation et une discipline qui font une bonne impression sur les combattants ». Le 26 août, le général Daydrein constate que les « opérations actuelles sont suivies avec le plus grand intérêt et favorablement commentées ». Le 26 octobre, le général Mathieu estime que « l’orientation de la presse est à tout point de vue excellente ».

  • 11  Paul Painlevé note à propos des journaux d’opinion : « Le haut commandement, durant le printemps e (...)

24Cela dit il n’en faut pas moins formuler quelques réserves. Celles-ci portent notamment sur un problème qui a déjà été soulevé, à savoir la tendance qu’a la presse à déformer la vérité, à exagérer. « Il s’ensuit, note le 29 avril 1918 le général commandant la 2e armée, que l’homme en arrive à penser que "les journaux lui bourrent le crâne", ainsi qu’il le déclare fréquemment dans sa correspondance ». Et celui-ci d’ajouter un peu plus loin : « La presse perd chaque jour un peu de son influence et risque de n’être bientôt plus à même de tenir le rôle important qu’elle peut et doit jouer ». Il y a cependant d’autres problèmes : celui que posent par exemple certains journaux d’opinion, comme Le Journal du Peuple, La Vague, La Flamme, qui « poursuivent systématiquement une propagande néfaste » 11.

25Il convient maintenant de voir comment se définissait, au travers de ces rapports, l’orientation de la presse. Les sujets de préoccupation se divisaient en deux catégories : les sujets à éviter et les sujets à encourager.

2.2.2. De l’orientation de la presse : sujets à éviter et sujets à encourager

Les sujets à éviter

Éviter tout ce qui va à l’encontre de la discipline

26Il faut bannir des journaux – c’est surtout vrai en 1917 – tout ce qui est susceptible de « saper les bases de la discipline dans l’Armée ». Par conséquent, on doit « réduire au strict minimum tous les commentaires relatifs à la révolution russe » et on ne doit rien laisser publier qui puisse « exciter les hommes contre leurs officiers sous prétexte que ceux-ci ont plus de bien-être ». De plus, il ne faut pas laisser accréditer l’idée qu’il y a deux disciplines, une discipline « de guerre » fondée sur la persuasion et une discipline « de caserne » reposant sur la coercition. « Il n’y en a jamais eu qu’une, basée à la fois sur la persuasion, la confiance et la coercition si elle est nécessaire ».

Éviter de parler des affaires criminelles et scandaleuses

27Il faut éviter de (trop) parler des affaires criminelles et scandaleuses car « le moral de la troupe est fâcheusement impressionné par la lecture de ces pénibles affaires ». De plus les combattants ne comprennent pas que l’on puisse consacrer six colonnes à une affaire comme l’affaire Caillaux quand on s’arrête en huit lignes à ce qui s’est passé sur un coin du front.

Ne pas laisser penser que les Français sont seuls capables d’arrêter le flot ennemi

  • 12  Dans son rapport du 28 juillet 1918, le général commandant la 2e armée constate « qu’il est très p (...)

28Il ne faut pas que le soldat français soit amené à croire qu’il est le seul à pouvoir arrêter les Allemands. Il est « inutile, écrit en avril 1918 le général commandant la 2e armée, de répéter constamment ou même de laisser entendre implicitement que seuls nos hommes sont capables d’arrêter le flot ennemi. Le soldat français est conscient de sa valeur et n’a que trop tendance à sous-estimer celle de tous nos alliés, des Anglais en particulier depuis l’attaque du 21 mars » 12.

Ne pas promettre pour bientôt la fin des hostilités

29La presse ne doit pas donner de fausses espérances aux poilus en leur promettant la fin prochaine des hostilités. Au contraire, écrit le général Mangin en avril 1918, il ne faut pas hésiter à « parler dès maintenant du cinquième hiver à passer dans les tranchées ».

Les sujets à traiter

Insister sur la nécessité de tenir coûte que coûte

30La presse doit insister sur la nécessité de tenir coûte que coûte jusqu’à la victoire finale. « Il faut qu’on arrive à convaincre les hommes – écrit le général Laignelot, le 23 octobre 1917 – de la nécessité de durer coûte que coûte. Ce doit être le principal rôle de la presse ».

Rappeler les crimes des Allemands

31Il faut rappeler « les crimes et les atrocités dont les Allemands se sont rendus coupables et dont le souvenir doit aviver notre haine légitime envers un ennemi barbare qui s’était vanté de détruire la France ».

Mettre en valeur l’héroïsme des poilus

32La presse doit mettre en valeur l’effort des poilus. « La publication des actes glorieux, des faits de bravoure individuels, a toujours eu une heureuse répercussion sur le moral de la troupe » écrit le général Laignelot en octobre 1917. Quelques jours plus tard, le 8 novembre, le colonel Steinmetz note à son tour que « les articles qui plaisent le plus aux hommes et qui en même temps ont la meilleure influence sur le moral, sont ceux qui racontent les hauts faits accomplis par eux-mêmes ou par leurs camarades ». Le 26 avril 1918, le général commandant le 15e corps d’armée invite la presse « à soutenir l’enthousiasme des soldats par des hauts faits d’armes et à mettre en relief la force que donnent la discipline et la confiance de la troupe en ses chefs ».

Parler des Américains

33La presse doit parler des Américains. « Il faut répandre la sympathie pour les Américains en montrant dans des articles judicieux, l’ampleur de leur préparation, la nouveauté, la rapidité de leurs méthodes, la froide résolution et la confiance qui les animent » écrit le 28 septembre 1917 le général Lancrenon. En avril 1918, le général commandant le 1er corps d’armée note que « l’effort des États-Unis est suivi par le soldat avec un grand intérêt ». Aussi faut-il « souligner l’aide américaine » mais on doit le faire « plutôt par des articles solides que par des anecdotes banales et souvent fantaisistes ».

Montrer les conséquences désastreuses pour les Russes de la paix de Brest-Litovsk

34Il faut évoquer, explique notamment le général Duchêne le 1er mai 1918, « les conséquences désastreuses pour les Russes de la fausse paix de Brest-Litovsk, que les utopies pacifistes et la propagande allemande ont imposée à la Russie désarmée et désorganisée ».

Montrer que le gouvernement pense à l’après-guerre

35Il convient de « donner à tous le sentiment que le gouvernement s’occupe dès maintenant de toutes les graves questions de l’après-guerre (réparation des dommages causés, reconstruction des pays dévastés, etc.) ».

Utiliser la presse comme instrument éducatif

36Il faut inciter la presse à « diriger les pensées de nos hommes vers des perspectives larges et lointaines et vers des buts utiles ou désintéressés ». Elle pourrait, par exemple, contribuer à « l’éducation générale et particulière des hommes, par la publication d’articles traitant des questions coloniales, agricoles, industrielles, et faisant ressortir la façon dont le dénouement heureux ou malheureux de la lutte actuelle influera sur les conditions de l’existence de chacun (prospérité ou décadence industrielle et commerciale, travail, salaire, prix de la vie, etc.) ».

37L’orientation de la presse devait donc faire la part entre les sujets dont il convenait d’éviter de parler, et ceux qu’il fallait au contraire propager. Celle-ci, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne prit pas fin en novembre 1918. Nous en voulons pour preuve les deux rapports « sur l’orientation à donner à la presse » qu’adressa le 1er et le 29 décembre 1918 le général Pellé au chef de la 1ère armée. Le général Pellé souhaitait alors « que la presse montrât que la guerre n’est pas finie ». Et d’ajouter : « Nous avons la victoire […] ; mais l’œuvre ne sera pas achevée, la paix ne sera assurée que lorsque l’ordre sera rétabli en Europe ». Cela l’amenait à déplorer le 29 décembre la campagne « pour la démobilisation totale et immédiate, menée par certains organes ».

  • 13  Pedroncini Guy, Les mutineries, op. cit., page 260.

38L’orientation de la presse constitua, avec la lutte contre les tracts pacifistes, l’essentiel de l’action psychologique du général Pétain 13, action qui s’exerça de mai 1917 jusqu’à la fin de la guerre.

Notes

1  SHAT, 5N 363.

1  Leblond Marius-Ary, op. cit., t.1, page 82. Adolphe Messimy, ministre de la Guerre du 13 juin au 26 août 1914 note de son côté : « Aucune loi ne faisait même indirectement allusion à cette question, pourtant d’importance capitale ». Messimy Adolphe, op. cit., page 229.

2  Il est vrai que le gouvernement, désireux de ne pas soumettre l’action du haut commandement aux impulsions du pouvoir politique, comme cela avait été le cas en 1870 (le souvenir des funestes interventions de l’impératrice Eugénie sur la conduite des opérations, en particulier sur la marche de l’armée de Châlons, était encore présent dans tous les esprits) s’en remis complètement – et peut-être trop – selon Messimy, aux hommes de métier pour assurer la conduite générale de la guerre. Le gouvernement s’effaçait donc volontairement devant le haut commandement. Rocolle Pierre, L’hécatombe des généraux, Lavauzelle, Paris-Limoges, 1980, page 17.

3  Bourget Jean-Marie, Gouvernement et commandement. Les leçons de la guerre, Payot, Paris, 1930, page 110.

4  Poincaré Raymond, Au service de la France, Plon, Paris, 1928, t.5, page 138.

5  Clemenceau Georges, Grandeurs et misères d’une victoire, Plon, Paris, 1930, page 102.

6  En août 1916, la nomination du maréchal Hindenburg au poste de chef d’état-major général de l’armée allemande, consacra la supériorité du « commandement suprême » sur le gouvernement. Ainsi, les chanceliers von Bethmann-Hollweg et Michaelis durent-ils abandonner leurs fonctions sous la pression du haut commandement qui leur reprochait de ne pas tenir assez compte de ses vues dans la direction politique de la guerre. Quant au prince Max de Bade, le dernier chancelier de la guerre, il ne put que subir la loi de ce même haut commandement.

7  Adolphe Messimy n’hésite pas à évoquer dans ses souvenirs les prétentions « dictatoriales et envahissantes » du GQG. Messimy Adolphe, op. cit., pp. 235-236.

8  Messimy à ce propos s’étonne de la « méconnaissance de l’organisation des pouvoirs publics – peu explicable, du reste – chez un homme aussi respectueux de la constitution que le général Joffre ». Messimy Adolphe, op. cit., page 236. Comme si Joffre n’avait pas su qui, du président de la République ou du gouvernement, détenait la réalité du pouvoir exécutif ! Messimy est-il naïf ou essaie-t-il a posteriori de justifier, sinon d’excuser, et peut-être même de couvrir l’attitude de Joffre. Après tout, n’est-ce pas lui qui en 1911 avait fait de Joffre le chef de l’armée française ?

9  Poincaré Raymond, op. cit., t.5, pp. 169-170. Ajoutons, pour la petite histoire, que Messimy délégua André Tardieu auprès de Joffre afin de pouvoir, par son intermédiaire, obtenir des renseignements sur les activités du GQG. Messimy Adolphe, op. cit., page 244.

10  « Briand – écrit le lieutenant-colonel Bugnet – a pensé un moment faire sienne l’idée de Gallieni, à savoir Joffre, ministre et général en chef. Mais Poincaré fit remarquer que Joffre risquait de perdre devant les Chambres une partie de son prestige : "il sera trop embarrassé pour s’expliquer devant les commissions et surtout à la tribune. On le diminuera, on cherchera à le ridiculiser et on abaissera ainsi une gloire française" ». Bugnet (Lieutenant-colonel), Rue St Dominique et GQG ou les trois dictatures de la guerre, Plon, Paris, 1937, page 134.

11  Cointet Jean-Paul, « Gouvernement et haut commandement en France entre les deux guerres. Contribution à une réflexion sur la défaite de 1940 », Défense nationale, avril 1977, page 88.

12  Ibid.

13  L’offensive Nivelle (avril 1917) « coûtait, d’après les statistiques officielles soigneusement établies, 28 000 à 29 000 tués sur le champ de bataille et environ 90 000 blessés dont [5 000 morts] dans les formations sanitaires de l’avant ; soit donc 33 000 à 34 000 tués. Si on réfléchit qu’une forte part de ces pertes incombe à la seule matinée du 16 avril, on conçoit l’impression qu’a laissée cette matinée dans l’esprit de ceux qui en furent les acteurs ». Painlevé Paul, Comment j’ai nommé Foch et Pétain, Alcan, 1923, page 66.

14  Ibid.

15  Paul Painlevé dans un rapport qu’il adresse au président de la République pour motiver le décret du 29 avril 1917, portant création d’un chef d’état-major général de l’armée, écrit : « Pour assurer plus efficacement la direction générale de la guerre, le gouvernement estime nécessaire de faire coopérer l’état-major de l’armée à l’étude de tous les problèmes que soulèvent la préparation et la coordination des opérations militaires, dont l’ampleur va toujours en croissant. Il a paru dès lors indispensable de placer à la tête des organismes un officier général ayant des attributions plus étendues que celles dévolues actuellement au chef d’état-major général par le décret du 31 juillet 1915 ». Paul Painlevé fait état de cette décision dans son ouvrage Comment j’ai nommé Foch et Pétain, déjà cité, à la page 84. Ajoutons que le décret du 29 avril 1917 stipule dans son article Ier que « le chef d’état-major général de l’armée est le délégué du ministre de la Guerre pour l’étude de toutes les questions techniques intéressant les opérations militaires et pour la direction des services généraux du territoire ». Journal Officiel du 12 mai 1917.

16  Amaury Francine, op. cit., t.2, page 1075.

1  Painlevé Paul, op. cit., page 103.

2  Rabaut Jean, L’antimilitarisme en France, 1810-1975, Hachette, Paris, 1975, page 120.

3  Rapport de janvier 1915, déjà cité.

4  SHAT, 5N 363.

5  Gustave Hervé, La Victoire. Cité par le lieutenant-colonel d’artillerie breveté H.-M. dans son ouvrage La vérité sur la guerre 1914-1918, Albin Michel, Paris, 1930, tome 2, page 17.

6  Par presse, il faut d’abord entendre les grands quotidiens d’information parisiens (Le Petit Parisien, Le Petit Journal, Le Matin, Le Journal, L’Écho de Paris), car ce sont de très loin les journaux les plus lus par les combattants. Le haut commandement ne s’y trompe d’ailleurs pas. Dans le cadre de l’orientation de la presse, ces journaux vont retenir l’essentiel de son attention.

7  Note pour le groupe d’armées de l’Est. SHAT, 19N 1205.

8  La première citation est extraite d’un rapport du général commandant le 15e CA du 26 avril 1918. SHAT 18N 312. Les trois autres proviennent d’un rapport du général Paul Lancrenon du 28 septembre 1917. SHAT, 18N 312.

9  Toutes les citations qui suivent sont extraites de ces rapports, archivés au moment de la rédaction de ce travail au service historique de l’armée de terre, SHAT, et répartis entre les classeurs 16N 1561, 16N 1620, 16N 1625, 16N 1629, 18N 312, 19N 1037, 19N 1205.

10  À propos du redressement du moral, Paul Painlevé écrit : « Jamais l’état moral de l’armée ne fut plus élevé qu’en octobre 1917 : c’est ce qui lui a permis d’encaisser sans faiblir les coups durs de mars et de mai 1918 ». Painlevé Paul, op. cit., page 202.

11  Paul Painlevé note à propos des journaux d’opinion : « Le haut commandement, durant le printemps et l’été 1917, m’a signalé une fois en vrac tous les journaux d’extrême-gauche, L’Humanité, Le Bonnet Rouge, Le Journal du Peuple, La Tranchée Républicaine, La Victoire (sic) ». Il ajoute toutefois : « mais c’est sur la presse à grand tirage qu’ont porté ses observations réitérées, sur les descriptions trop évocatrices de la révolution russe, sur les réclamations excessives concernant le régime des soldats au front, etc. Le généralissime demandait en outre que le gouvernement ne se bornât pas à l’action négative de la censure, mais communiquât à la presse une orientation positive, pour habituer les esprits à l’idée que la victoire exigerait encore une longue constance ». Painlevé Paul, op. cit., pp. 166-167.

12  Dans son rapport du 28 juillet 1918, le général commandant la 2e armée constate « qu’il est très peu question des Anglais [dans la presse] depuis quelques temps ; c’est un tort. Il faut absolument réagir contre la tendance certaine qu’ont les Américains et même nos hommes à les dénigrer ». SHAT, 18N 312.

13  Pedroncini Guy, Les mutineries, op. cit., page 260.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search