Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Deuxième partie : L’action de l’autorité militaire sur les médias

I. L’attitude de l’autorité militaire à l’égard des médias

Texte intégral

1Lors de la première guerre mondiale, quelle fut l’attitude de l’autorité militaire à l’égard des médias, et spécialement de la presse ? En outre, comment s’organisa la direction de la presse, presse dont on avait pu mesurer l’impact sur les combattants et sur l’opinion publique ? C’est à ces deux questions fondamentales que nous allons maintenant répondre.

1.1. Les chefs militaires et la presse

  • 1  Prévost Marcel, préface à Sous le brassard vert, notes et souvenirs des correspondants de guerre a (...)

2« La plupart des chefs de grandes unités – j’aime à le constater – comprirent l’importance de ce rouage nouveau, la presse, qui venait directement s’engrener dans la machine compliquée du front. Avouons qu’ils ne le comprenaient pas tous, et que l’accomplissement de leur mandat, malgré le dévouement et le tact des officiers d’encadrement, ne fut pas toujours commode pour les journalistes. Si je nommais ici les généraux qui furent les plus accueillants, on verrait qu’ils sont tout simplement les meilleurs généraux de la guerre. Ceux qui "ne croyaient pas à la presse" furent exactement les mêmes qui "n’avaient pas cru à l’artillerie lourde" » 1. Tels sont les propos que tenait au sortir de la guerre Marcel Prévost, académicien et colonel de réserve, qui fut, nous l’avons dit, le chef du service des informations militaires. Mais quelle fut précisément l’attitude de l’autorité militaire à l’égard de la presse ? C’est la question à laquelle nous allons répondre.

1.1.1. La presse : un enjeu considérable

  • 2  Note sur la presse, sans date. SHAT, 5N 363.
  • 3  Ibid.

3La presse représente pour l’autorité militaire un enjeu considérable. Le moral des soldats, le moral du pays, sont à la merci de quelques lignes imprimées. La presse peut être « un des moyens de vaincre » comme « une cause de défaillance et d’insuccès ». Il faut bien voir en effet que « les journaux dans les tranchées constituent à peu près l’unique aliment intellectuel des hommes […]. Les bonnes nouvelles font briller la lueur d’espérance ; les mauvaises font naître le "cafard" » 2. À cela il faut ajouter que l’état de l’opinion « est étroitement solidaire du moral des troupes par suite du courant continu qui existe, tant par la correspondance que par la circulation des permissionnaires, entre l’avant et l’arrière » 3.

  • 4  « Au début de la guerre de 1917 – explique Jacques Ellul – seule l’Allemagne possède une certaine (...)
  • 5  Barrès Maurice, op. cit., t.3, page 212.
  • 6  Rapport du général commandant en chef au ministre de la Guerre sur le fonctionnement du service de (...)
  • 7  Phillip Knightley fait état de cette lettre dans son ouvrage Les correspondants de guerre, de la C (...)
  • 8  Nous expliquons ce qu’était cette mission dans la partie consacrée aux missions de presse.
  • 9  SHAT, 16N 1628.

4La presse participe aussi à la bataille de la propagande 4. Car il s’agit notamment de rallier à la cause française, le plus grand nombre de pays neutres. La presse, pour reprendre l’expression de Maurice Barrès, fait partie de « l’artillerie idéologique » 5 et ses « obus » peuvent être, à leur manière, destructeurs. Aussi, en janvier 1915, Joffre est-il préoccupé, en constatant la nette avance prise par l’Allemagne dans ce domaine : « il est indiscutable, écrit le vainqueur de la Marne, que la presse étrangère, même celle qui nous est favorable, est beaucoup plus nourrie de nouvelles par l’Allemagne que par nous. En Amérique, on parle beaucoup de l’armée allemande, assez souvent de l’armée anglaise, presque jamais de l’armée française » 6. L’ancien président des États-Unis, Théodore Roosevelt, dans une lettre qu’il adresse le 22 janvier de la même année au gouvernement français, va plus loin encore : « les Américains, écrit celui-ci, en sont à se demander si l’armée française existe ! » 7. Chose grave, en août 1918, ce problème se pose encore, comme en témoigne une lettre d’Elmer Roberts, correspondant de l’Associated Press à Paris, du 8 août 1918, adressée à Wader, un correspondant de guerre américain appartenant à la mission de presse alliée 8. Elmer Roberts explique notamment que la direction de l’Associated Press à New-York se plaint de ne pas avoir de nouvelles ou très peu du front français. New-York se demande si cette situation n’est pas due à « un malentendu de la part des officiers français chargés du service de la presse, en ce qui concerne les besoins de la presse américaine ». Toujours est-il que cette situation est regrettable car « la presse [américaine] est tellement remplie de récits des exploits des troupes américaines et britanniques que le public commence à se demander où est l’armée française ». Roberts rappelle à dessein que l’Associated Press est un syndicat de 1 200 propriétaires de journaux quotidiens, les plus répandus et les plus influents des États-Unis, qui touche plus de 80 millions de lecteurs 9.

  • 10  Extrait d’un plan d’action de la section d’information du GQG daté du 29 septembre 1918.

5Oui, la presse est une arme… Elle est « un levier tout puissant vis-à-vis de l’opinion française, alliée, neutre et même ennemie ». Aussi doit-elle répondre à une inspiration nettement conforme aux intérêts français. « Elle doit les servir de toute sa force, au maximum. Le but à poursuivre sans cesse par son emploi est double : gagner la guerre, assurer l’après-guerre » 10.

  • 11  Dans Histoire générale de la presse française publiée sous la direction de Claude Bellanger, Jacqu (...)
  • 12  Ainsi n’avons-nous rien trouvé qui puisse nous éclairer sur les conceptions en la matière de Foch, (...)

6Les grands chefs se faisaient naturellement une certaine idée de la relation armée-presse 11. On ne sait pas toutefois ce que chacun pensait de la presse, du rôle qu’elle devait jouer 12. On peut néanmoins exposer ici les points de vue de Joffre, Gallieni et Pétain.

1.1.2. Les conceptions de Joffre, Gallieni et Pétain

Joffre : une conception affirmée du rôle de la presse

  • 13  Joffre ne devint officiellement commandant en chef des armées françaises que le 2 décembre 1915. J (...)
  • 14  Joffre Joseph, op. cit., t.1, pp. 382-384. Les citations ci-après sont extraites de ces pages.
  • 15  Ce qui explique aussi pourquoi, dans son ensemble, le corps des officiers français était plutôt ma (...)

7Celui qui fut pendant plus de deux années, d’août 1914 à décembre 1916 le chef des armées françaises en guerre 13, avait compris toute l’importance de la presse, comme l’attestent notamment le rapport qu’il adressa en janvier 1915 au ministre de la Guerre, et les quelques pages qu’il a consacrées à la question dans ses mémoires 14. Le général en chef, qui se considérait comme le gardien du moral du pays, envisageait d’exercer réellement un contrôle sur la presse, dont il avait appris à se méfier des effets. Joffre ne manque pas d’ailleurs de revenir sur les indiscrétions de 1870 qui semblent avoir traumatisé plus d’un officier 15 : « N’y a-t-il pas dans la guerre de 1870, souligne le maréchal dans ses mémoires, l’exemple d’un renseignement essentiel sur le mouvement de nos armées, que les Allemands trouvèrent avec joie dans un grand journal français ? » Avant de voir plus longuement comment se manifestait la méfiance de Joffre à l’égard de la presse, il convient de s’arrêter un instant sur la fonction de gardien du moral qui incombait au général en chef.

Joffre, gardien du moral

8Joffre voyait dans le moral de la nation « un élément essentiel de victoire ». Lui-même assurait que son strict devoir « était de sauvegarder le moral de l’armée et d’empêcher la lassitude qui se dessinait à l’arrière, de se répandre à l’avant ». Parallèlement à cela, il considérait la censure (qu’il se garde de juger : « elle est d’ordre gouvernemental » précise-t-il) comme un organe de contrôle indispensable. En effet, il n’était pas question de tolérer par exemple « d’incessantes critiques sur la conduite des opérations par des stratèges en chambre qui ignoraient tout de la guerre », ni des attaques contre le commandement.

9D’une manière plus générale, Joffre écrit : « dans un temps où le salut du pays exigeait que la concorde et l’union fussent la suprême loi, pouvait-on laisser se déchaîner des articles qui dressaient l’avant contre l’arrière, la troupe contre les états-majors, les fantassins contre les artilleurs, l’armée contre ses chefs ? » Joffre respectait néanmoins la liberté de la presse (comme nous l’avons dit, elle restait le principe) mais en bon stratège, il la jugeait moins fondamentale… que la liberté tout court. En quelques lignes et en deux questions, Joffre dans ses mémoires, porte le débat à un autre niveau : « La France, diront certains, avait conquis ses libertés politiques et il lui était dur de renoncer à celle de la presse à laquelle elle tenait. Le soldat de la tranchée n’avait-il pas, lui, abandonné toutes ses libertés pour venir défendre la liberté tout court et l’existence du pays menacées par l’envahisseur ? Si la guerre faisait un devoir aux citoyens mobilisés de sacrifier leur vie, ne pouvait-on demander aux citoyens de l’arrière de sacrifier, pour un temps, leur droit de parler et leur imposer la loi du silence ? » Ces deux questions laissent transparaître la méfiance de Joffre à l’égard de la presse.

La méfiance de Joffre à l’égard de la presse

  • 16  Joffre avait connu Pellé à Madagascar où il avait appris à estimer ses « hautes et remarquables qu (...)
  • 17  Raymond Poincaré dans ses mémoires désigne le général Pellé comme le « collaborateur immédiat de J (...)

10Joffre se méfiait de la presse. S’il chargea un homme tel que Pellé 16 des questions d’information au Grand Quartier Général, c’est sans doute d’abord parce qu’il voyait en lui un véritable bras droit, capable d’affronter d’éventuels problèmes avec celle-ci 17. Joffre doutait quelque peu du patriotisme de la presse, se souvenant du zèle de mauvais aloi que certains journaux avaient manifesté pendant la guerre de 1870. Il s’interrogeait aussi sur la capacité des publicistes à discerner un danger dans des informations qui de prime abord pouvaient paraître anodines, mais qui recoupées avec d’autres, fourniraient finalement à l’ennemi des renseignements intéressants. Fallait-il pour autant avoir peur de la presse ? Non, répondait le général Gallieni.

Gallieni : un sens aigu de la presse

  • 18  Gallieni Gaëtan, Les carnets de Gallieni, Albin Michel, Paris, 1932, page 99.
  • 19  Leblond Marius-Ary, Gallieni parle…, Albin Michel, Paris, 1920, t.1, page 17.

11Gallieni avait, semble-t-il, un grand sens de la presse. Et en cela, il était plus politique que militaire. Force est d’ailleurs de constater que, de tous les grands chefs, il était sans doute le plus politique, de par sa façon d’appréhender les problèmes. Gallieni regrettait que l’on ne sache pas s’y prendre avec la presse, que l’on ne sache pas vraiment tirer parti de cette force. Il était prêt à se montrer « libéral » avec elle, dans les limites du secret militaire ; et si celles-ci n’étaient pas respectées, il y avait lieu de sévir. Ce que fit à l’occasion Gallieni. Dans ses carnets, il note au 20 septembre 1914 : « Je réorganise la presse, supprime pour quatre jours Le Matin, La Liberté et Les Débats, coupables d’indiscrétions militaires. Tous ces journaux veulent tartiner sur les opérations » 18. Sinon, Gallieni estime que la presse doit garder sa liberté, que « la vérité peut être dite à la population » 19. Il pense qu’il ne faut pas avoir peur de la presse.

  • 20  Ibid., page 103.
  • 21  Ibid., page 107.

12Ministre de la Guerre d’octobre 1915 à mars 1916, Gallieni se fait apporter chaque jour dans sa chambre, à cinq heures du matin, les principales feuilles. Il prend ainsi connaissance des articles intéressants, c’est-à-dire « tous ceux qui traitent des grandes questions essentielles suscitées devant les préoccupations nationales, par le déroulement des événements : lutte pour plus d’avions, lutte pour plus de discipline, la mobilisation civile, la mobilisation par compétences, Comité de salut public […] À midi paraît la presse du ministère, résumé rédigé par les bureaux, des articles du matin qui visent le département » 20, que consulte l’ancien gouverneur militaire de Paris. Ajoutons que Gallieni suivait de près la presse des Alliés. « Il en [lisait] lui-même les extraits, possédant l’anglais dont pendant cinq ans à Madagascar, il [avait] tenu à approfondir la connaissance » 21.

13Un autre grand chef, en 1917, va avoir également l’occasion de montrer tout l’intérêt qu’il porte à la presse. Son nom : Philippe Pétain.

Pétain : un directeur pour la presse

  • 22  Pedroncini Guy, Les mutineries de 1917, PUF, Paris, 1967, page 33.
  • 23  Le lieutenant-colonel Rousset écrit dans Le Petit Parisien du 16 mai 1917 : « Lorsque le 30 avril (...)

14« À l’automne 1916, écrit Guy Pedroncini, le tableau du fléchissement moral de l’armée commence à se dessiner aux yeux même des chefs qui vont assumer la lourde responsabilité de conduire notre armée en 1917, Nivelle et Pétain » 22. Au début de mai 1917, la crise du moral atteint son paroxysme. Un homme en cette année 1917 paraît susceptible de redresser la situation par l’ascendant qu’il exerce sur la troupe. C’est Philippe Pétain. Nommé général en chef le 15 mai, alors qu’il venait à peine d’être promu chef d’état-major général de l’armée 23, Pétain va prendre les mesures nécessaires pour que la presse contribue pleinement au redressement du moral.

  • 24  « Au moment où se produisaient les mutineries, écrit Guy Pedroncini, Pétain n’était pas tenu au co (...)
  • 25  Rapport du général commandant en chef au ministre de la Guerre. SHAT, 19N 1205.

15Il propose à cet effet d’orienter la presse 24, de voir quels sont les sujets à éviter et les sujets à inspirer et à propager. Car le général en chef le sait, la lecture des journaux (le nombre des journaux qui parviennent au front est très important) a une influence directe, mauvaise ou bonne sur le moral des combattants. Il faut donc guider la presse si l’on veut que celle-ci ait une action psychologique bénéfique. Encore faut-il pour guider ou orienter à bon escient, connaître parfaitement les effets de la presse sur la troupe, et plus largement sur l’opinion française. Aussi Pétain demande-t-il au mois de juillet aux commandants de groupe d’armées, de lui adresser régulièrement un rapport « au sujet de la diffusion de la presse dans les armées, et de l’influence qu’elle peut exercer sur le moral des troupes » 25.

  • 26  Pedroncini Guy, Les mutineries de 1917, op. cit., page 233.

16Selon Guy Pedroncini, « il semble que Pétain ait compris qu’il n’était pas appelé pour continuer la guerre mais pour en faire une autre » 26. L’importance extrême qu’il a accordée à la question de la presse (si Pétain s’est occupé d’orienter la presse, il a également favorisé l’essor d’une mission de correspondants de guerre français) accrédite effectivement l’idée que la guerre en était arrivée à un tournant psychologique, qu’une autre guerre en quelque sorte commençait.

17Ces trois exemples (Joffre, Gallieni, Pétain) montrent bien que l’autorité militaire ne négligeait pas la presse. Au contraire elle lui reconnaissait une place importante dans la bataille en cours. Celle-ci avait également fini par accepter de faire une place à un nouveau média : le cinéma.

1.2. Les chefs militaires et le cinéma

  • 1  De Saint Julien Albert, Caméra au poing, Documents du monde, Paris, 1955, page 218.
  • 2  Daniel Joseph, « Guerre et Cinéma. Grandes illusions et petits soldats, 1895-1971 », Cahiers de la (...)

18Le commandement mit un certain temps à admettre que le cinéma pouvait servir la cause française. Au début de la guerre, en effet, une idée prévalait dans ses rangs et ailleurs : le cinéma, c’était là « une industrie frivole ». On ne voyait pas du tout en quoi elle pouvait être utile à la défense nationale. Le ministre de la Guerre, pour sa part, redoutant la divulgation de secrets militaires, avait repoussé les propositions des maisons de production, qui voulaient envoyer des opérateurs « filmer des vues d’actualités sur la ligne des combats » 1. En somme, aucun rôle actif n’avait été dévolu au cinéma. Alors que les Allemands s’empressaient de leur côté d’organiser un service cinématographique de l’armée destiné à renseigner l’arrière sur la guerre, les Français, quant à eux, n’avaient pas vu que le cinéma pouvait être utilisé comme moyen de propagande, qu’il était appelé à devenir, pour reprendre l’expression d’Abel Gance, « une arme de guerre au même titre que la presse » 2.

  • 3  Une première section cinématographique, signale un dépliant de l’établissement cinématographique e (...)
  • 4  Le poilu pour sa part en était arrivé à penser que « rien ne peut donner une impression plus inexa (...)
  • 5  Ibid., page 52.
  • 6  Ibid., page 54.

19En 1915 cependant, deux officiers de réserve (on parlait à l’époque d’officiers de complément) Pierre Marcel (professeur d’histoire) et Jean-Louis Croze (journaliste), soutenus notamment par Gallieni, allaient réussir à imposer l’idée d’un service cinématographique de l’armée 3 ce, malgré l’opposition de Joffre et la méfiance de l’état-major pour qui le cinéma restait synonyme de frivolité, d’industrie peu sérieuse 4. Pétain pour sa part, rapporte le sous-lieutenant Croze, aurait eu ce mot : « Nous nous battons, Monsieur, nous ne nous amusons pas » 5. Le commandement toutefois, devait se convertir… au film de propagande. Joseph Daniel écrit : « L’énumération des bandes de la SCA, films de propagande autant et plus que d’information, donne l’impression d’un tardif, mais sérieux effort de prise en main par l’armée, du film de guerre » 6.

  • 7  En 1915, une section photographique fut également créée. Cette section devait fusionner en 1917 av (...)
  • 8  De Saint Julien Albert, op. cit., page 218.
  • 9  L’année 1915 dans son ensemble fut marquée par la reprise de la production cinématographique et pa (...)
  • 10  SHAT, 5N 363.

20Une section cinématographique commença donc à fonctionner en février 1915 7. Elle s’installa rue de Valois à Paris. Son effectif comprenait « quatorze opérateurs militaires, recrutés parmi les gens de métier mobilisés » 8. En mars de cette même année 9, celle-ci présentait son premier film, qui avait pour objet une remise de décorations. À ce moment là, il faut le souligner, sa marge de manœuvre était très limitée, ses opérateurs ne pouvant pas se rendre sur le front. Ceux-ci durent en effet attendre le 1er juillet 1916 pour être autorisés à travailler en première ligne. Car le ministre de la Guerre craignait que l’ennemi ne profitât des films réalisés par les opérateurs pour avoir des renseignements sur les emplacements militaires, les ouvrages militaires, etc. En février 1917, le général Lyautey, ministre de la Guerre, donnait tout pouvoir à la section cinématographique pour couvrir les faits de guerre. Dans une lettre adressée au général en chef, celui-ci écrit : « Je suis d’avis avec vous que les opérateurs qui fonctionnent dans chaque armée y soient à titre permanent et qu’ils soient rattachés à l’état-major de la dite armée au point de vue disciplinaire. Il reste entendu que les facilités les plus larges leur seront accordées pour la prise des documents. De plus, le sous-lieutenant Croze, de la section cinématographique, devra être autorisé d’une façon permanente à suivre, sur place, les travaux des opérateurs » 10.

21Désormais, la section cinématographique des armées a pleinement droit de cité. Jusqu’à la fin de la guerre, ses opérateurs, une cinquantaine répartis sur les divers fronts, continueront de filmer les faits de guerre.

  • 11  Pedroncini Guy, Pétain, général en chef, 1917-1918, PUF, Paris, 1974, page 196.

22Le cinéma, reconnu tardivement par le commandement, joua un rôle non négligeable dans la guerre. Il n’avait pas cependant sur les troupes le même impact que la presse. C’est elle qui intéressait au premier chef les combattants. Le nombre de journaux vendus est à cet égard tout à fait significatif. « En janvier 1918, note Guy Pedroncini, Le Petit Parisien, Le Matin et Le Journal sont vendus chaque jour respectivement à près de 120 000, 82 000 et 65 000 exemplaires » 11. On comprend mieux au vu de ces chiffres pourquoi le commandement se souciait autant de la presse. La presse était lue. Elle devait par conséquent être orientée dans le bon sens.

Notes

1  Prévost Marcel, préface à Sous le brassard vert, notes et souvenirs des correspondants de guerre accrédités auprès des armées françaises, Éditions de la Sirène, Paris, 1919, page 1.

2  Note sur la presse, sans date. SHAT, 5N 363.

3  Ibid.

4  « Au début de la guerre de 1917 – explique Jacques Ellul – seule l’Allemagne possède une certaine organisation publique de propagande ». En 1916, « on assiste (en France) aux premiers essais de propagande officielle avec une coordination des efforts privés dans une maison de la presse ». La même année, en Grande-Bretagne, un bureau officiel (Wellington House) est créé, « où l’on sépare complètement la propagande de l’information ». L’information incombe au Foreign Office, tandis que « Wellington House reste un organisme secret qui a pour but exclusivement la diffusion de textes, photos, documents pouvant servir la propagande anglaise ». Ellul Jacques, Histoire de la propagande, PUF, Collection Que Sais-je ?, Paris, 1967, page 104 et suivantes.

5  Barrès Maurice, op. cit., t.3, page 212.

6  Rapport du général commandant en chef au ministre de la Guerre sur le fonctionnement du service de la presse et de la censure de janvier 1915. SHAT, 5N 550.

7  Phillip Knightley fait état de cette lettre dans son ouvrage Les correspondants de guerre, de la Crimée au Vietnam. Héros ou propagandistes ?, Flammarion, Paris, 1976, page 91.

8  Nous expliquons ce qu’était cette mission dans la partie consacrée aux missions de presse.

9  SHAT, 16N 1628.

10  Extrait d’un plan d’action de la section d’information du GQG daté du 29 septembre 1918.

11  Dans Histoire générale de la presse française publiée sous la direction de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou, PUF, Paris, 1969, on peut lire dans le tome 3, page 420 : « Le corps des officiers français n’aimait guère la presse : l’affaire Dreyfus et les campagnes antimilitaristes des dernières années avaient encore accru leurs réticences naturelles à son égard. Pour eux, la guerre était une chose trop sérieuse pour en confier le récit et le commentaire à des journalistes incompétents et irresponsables. Tous les chefs militaires de la période, de Joffre à Pétain et à Foch, et leurs subordonnés, furent toujours méfiants à leur égard et ils n’accordèrent pratiquement aucune interview. Ils connaissaient pourtant la puissance des journaux et, lorsque après la Marne, il fut évident que la guerre serait longue, le GQG accorda une grande attention aux problèmes de la presse ».

12  Ainsi n’avons-nous rien trouvé qui puisse nous éclairer sur les conceptions en la matière de Foch, Lyautey ou encore Nivelle. Pour ce qui est de Foch toutefois, on peut lire dans Histoire générale de la presse française, op. cit., page 422 : « Foch continua à se méfier des journalistes et, s’il isola son wagon dans la forêt de Compiègne pour y signer l’armistice, ce fut en grande partie pour échapper à leur curiosité ».

13  Joffre ne devint officiellement commandant en chef des armées françaises que le 2 décembre 1915. Jusque là, il portait le titre de commandant en chef des armées du Nord et du Nord-Est.

14  Joffre Joseph, op. cit., t.1, pp. 382-384. Les citations ci-après sont extraites de ces pages.

15  Ce qui explique aussi pourquoi, dans son ensemble, le corps des officiers français était plutôt mal disposé à l’égard de la presse, comme nous l’avons souligné à la page précédente. Voir Histoire générale de la presse française, op. cit., t.3, page 420.

16  Joffre avait connu Pellé à Madagascar où il avait appris à estimer ses « hautes et remarquables qualités ». Aussi, dès les premiers jours du conflit, le général en chef demanda au ministre de la Guerre de mettre à sa disposition cet officier. Joffre Joseph, op. cit., t.1, page 291. « Colonel à la déclaration de guerre [Pellé] prit d’abord les fonctions d’aide-major général, puis après sa promotion au grade de général (27 octobre 1914), celles de major général par intérim ». Rousset (Lieutenant-colonel), Les grands chefs de l’armée française, 1914-1918, Tallandier, Paris, 1923, page 207.

17  Raymond Poincaré dans ses mémoires désigne le général Pellé comme le « collaborateur immédiat de Joffre ». Poincaré Raymond, Au service de la France, Plon, Paris, 1928, t.6, page 226.

18  Gallieni Gaëtan, Les carnets de Gallieni, Albin Michel, Paris, 1932, page 99.

19  Leblond Marius-Ary, Gallieni parle…, Albin Michel, Paris, 1920, t.1, page 17.

20  Ibid., page 103.

21  Ibid., page 107.

22  Pedroncini Guy, Les mutineries de 1917, PUF, Paris, 1967, page 33.

23  Le lieutenant-colonel Rousset écrit dans Le Petit Parisien du 16 mai 1917 : « Lorsque le 30 avril dernier, nous avons annoncé la création, ou plutôt le rétablissement du poste de chef d’état-major général au ministère de la Guerre au profit du général Pétain, nous avons fait comprendre à nos lecteurs, dans la mesure où cela nous était possible, que ce poste n’était pour le général Pétain qu’un poste d’attente. Il s’agissait alors de le placer au sommet de la hiérarchie militaire – ce sont les termes mêmes dont nous nous sommes servis – en étendant "sa responsabilité à toutes les opérations où les armées françaises seront engagées". Dès lors que telle était l’intention du gouvernement, la force des choses devait l’amener à prendre une mesure plus nette et à confier au général Pétain les fonctions de général en chef. C’est ce qui a été fait, hier, après une série de délibérations où M. Painlevé a fait triompher son point de vue ».

24  « Au moment où se produisaient les mutineries, écrit Guy Pedroncini, Pétain n’était pas tenu au courant des mouvements de l’opinion publique par le ministre de l’Intérieur ». Le général en chef se mit donc en quête de « solutions qui lui permettraient d’agir sur le moral aussi bien de l’intérieur, que de l’armée. Cette recherche a porté sur l’organisation des missions de presse, et la surveillance du moral par l’établissement de cartes de l’opinion publique ». Pedroncini Guy, Le haut commandement. La conduite de la guerre. Mai 1917-novembre 1918, thèse pour le doctorat d’histoire, Université de Paris I, 1971, t.1, pp. 68-69.

25  Rapport du général commandant en chef au ministre de la Guerre. SHAT, 19N 1205.

26  Pedroncini Guy, Les mutineries de 1917, op. cit., page 233.

1  De Saint Julien Albert, Caméra au poing, Documents du monde, Paris, 1955, page 218.

2  Daniel Joseph, « Guerre et Cinéma. Grandes illusions et petits soldats, 1895-1971 », Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, Armand Colin, Paris, 1972, page 54.

3  Une première section cinématographique, signale un dépliant de l’établissement cinématographique et photographique des armées, avait vu le jour le 15 août 1914. Mais cette première tentative, due à Jean-Louis Croze, n’avait pas, semble-t-il, retenu l’attention.

4  Le poilu pour sa part en était arrivé à penser que « rien ne peut donner une impression plus inexacte de la guerre que le cinéma ». Il est vrai que la majorité des vues était prise dans des cantonnements. Et si, d’aventure, il s’agissait de montrer une attaque ou un bombardement, on ne s’attardait pas sur les conséquences. Pour un civil, l’éclatement d’un obus par exemple, se réduisait à un jet de fumée noire, et rien de plus. À sa manière, le cinéma participait au bourrage de crâne. Daniel Joseph, op. cit., page 57.

5  Ibid., page 52.

6  Ibid., page 54.

7  En 1915, une section photographique fut également créée. Cette section devait fusionner en 1917 avec la section cinématographique et donner ainsi naissance à la section photographique et cinématographique des armées (SPCA). Balsamo Catherine, « Les soldats de l’image. Les combattants de l’information », Revue historique des armées, n°3, 1986, page 111.

8  De Saint Julien Albert, op. cit., page 218.

9  L’année 1915 dans son ensemble fut marquée par la reprise de la production cinématographique et par le triomphe du film patriotique. Pendant la première guerre mondiale, on projeta des films comme La Voix de la Patrie, Le Héros de l’Yser, Mort au champ d’honneur. Belmans Jacques, Le cinéma et l’homme en état de guerre, André de Rache éditeur, Bruxelles, 1974, page 17.

10  SHAT, 5N 363.

11  Pedroncini Guy, Pétain, général en chef, 1917-1918, PUF, Paris, 1974, page 196.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search