Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Première partie : Les relations armée-médias tributaires de la censure et des services d’information

II. Les services d’information

Texte intégral

  • 1  Certes, le bureau de la presse comme nous l’avons expliqué, avait en théorie cette vocation, mais (...)
  • 2  Instructions du GQG concernant les correspondants de presse aux armées, du 4 août 1914. SHAT, 5N 3 (...)

1Aucun service d’information digne de ce nom ne fut organisé au début du conflit 1. À vrai dire, on se souciait d’abord de mettre en place une censure efficace dans le but de favoriser la victoire des armes françaises que chacun pensait rapide. Toutefois, si la question de la censure apparaissait (à ce moment là en tout cas) prioritaire par rapport à celle de l’information, le gouvernement, comme le haut commandement, n’en avaient pas pour autant négligé entièrement celle-ci. Le 4 août 1914, alors que la guerre vient à peine d’être déclarée, Joffre expose déjà les conditions dans lesquelles des représentants de la presse française ou alliée pourront être accrédités comme correspondants de guerre admis à suivre les opérations des armées en campagne 2. Le 13, le ministre de la Guerre Messimy crée pour sa part une commission de la presse française, de façon à impliquer totalement les journaux dans l’œuvre de défense nationale. Mais ce ne sont là que quelques mesures. Il n’y a pas à proprement parler création d’une véritable structure de l’information. La prolongation de la guerre allait cependant la rendre indispensable.

  • 3  Jean de Pierrefeu écrit à ce sujet : « la section d’information accusait le BIM et la maison de la (...)

2Dans les semaines qui suivirent la bataille de la Marne, le haut commandement commence réellement à inscrire son action dans le long terme, et en novembre, alors que la guerre se fige, que les premières tranchées apparaissent, un premier service d’information voit le jour. Il s’agit de la section d’information du Grand Quartier Général. Cet organisme va « remplacer » les journalistes, dont la présence sur les lieux de combat a été finalement jugée « périlleuse ». Trois mois plus tard, le ministère de la Guerre imite le Grand Quartier Général. Il met en place un bureau des informations militaires (BIM). La section d’information et le BIM, non contents d’être « complémentaires », vont devenir rivaux. La section accuse le BIM de contrarier son effort de propagande. Le BIM accuse la section de faire de la politique en menant avec la presse des relations directes 3. En mai 1917, Paul Painlevé, ministre de la Guerre dans le cabinet Ribot, met un terme à cette rivalité en créant le service des informations militaires qui, placé sous son autorité, « coiffe » la section d’information du Grand Quartier Général et le bureau des informations militaires. Entre temps, en février 1916, Aristide Briand, a fait œuvre centralisatrice. Les questions de presse et de propagande sont désormais dévolues à une maison de la presse. Nous allons maintenant revenir en détail sur les différents services cités.

2.1. La section d’information du Grand Quartier Général

  • 1  La section d’information du GQG changea de nom en 1916. Elle devint la section de la presse du GQG (...)
  • 2  Historique sommaire de la section d’information, par le commandant Henry Bordeaux. SHAT, 16N 1597.
  • 3  Ibid.
  • 4  Ibid.

3La section d’information du GQG 1 dont le rôle était de renseigner la presse (mieux, de la prendre en main, de l’inspirer) a été créée en novembre 1914. Il devenait en effet indispensable de mettre sur pied, dès lors qu’il s’avérait que la guerre serait plus longue que prévu, un organe d’information capable de fournir régulièrement des communiqués à la presse, ce, afin notamment de faire pendant à la propagande allemande. Le gouvernement et le haut commandement mesuraient, comme il se doit, les incidences de celle-ci. Ils savaient aussi, avant même le début des hostilités, que « l’opinion publique prendrait [...] une importance qu’elle n’avait jamais atteinte lors des crises précédentes » 2, et que par voie de conséquence la presse serait appelée à jouer un rôle majeur. Aussi importait-il de lui donner tout à la fois « une direction et un aliment » 3. Les propositions du général Graziani, sous-chef d’état-major de l’armée, relatives à la création d’un organe d’information, furent donc accueillies favorablement à la fin du mois d’octobre 1914 par le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, et le général Joffre. Ainsi, forte de cet outil, la France pouvait espérer s’opposer avec succès à la propagande allemande, et « vendre » sa cause dans les pays neutres. Il fut décidé que cet organisme fonctionnerait au Grand Quartier Général, « seul endroit où tous les documents utilisables se trouveraient réunis, en même temps que le contrôle à exercer sur les productions préparées » 4.

  • 5  André Tardieu écrit à ce propos : « Il s’agit, me dit Joffre, d’une chose peut-être impossible : c (...)
  • 6  Historique sommaire de la section d’information, déjà cité.

4Le lieutenant André Tardieu, député de Seine-et-Oise et rédacteur au Temps, fut le premier chef de la section d’information du Grand Quartier Général 5. Le futur président du Conseil fit preuve, selon Henry Bordeaux 6, d’une grande activité :

  • 7  À propos du communiqué, André Tardieu et Jean de Pierrefeu apportent leurs témoignages. André Tard (...)
  • 8  Les « radios » allemands du poste de Nauen donnaient à dessein des informations fausses destinées (...)

Le communiqué, jusque là rédigé au « petit bonheur » sans suite ni cohérence, fut totalement réformé dans le « style et dans le fond » 7. [André Tardieu] y ajouta les « récits décadaires » donnant pour la presse et le Bulletin des armées le résumé des événements survenus sur le front pendant les dix derniers jours. Se transportant lui-même sur les lieux dès qu’une action attirait l’attention, le lieutenant Tardieu écrivait les récits d’un officier observateur. Il rédigeait même des travaux de plus longue haleine ; ses Six mois de guerre ont été longtemps le seul travail d’ensemble sur la première partie de la campagne, composé d’après les archives du GQG. Enfin, n’oubliant pas que la section était née des vœux unanimement formulés par les attachés militaires, il obtenait que des radios qu’il se réservait encore de libeller, fussent envoyées à tous nos agents en réponse aux Nauen allemands 8. Par ces différents travaux, se caractérisait très nettement, dès l’abord, la mission complexe d’une section d’information sérieuse et les résultats en furent généralement jugés très favorablement par l’état-major, les armées et l’opinion.

5En mars 1915, André Tardieu devenu capitaine, céda sa place au capitaine Puaux, qui était son adjoint depuis le mois de décembre. Le départ du capitaine Tardieu (André Tardieu avait demandé et obtenu de servir à l’état-major de Foch) se traduisit par « une diminution assez sensible d’activité dans le domaine où s’était particulièrement exercée son action ». Sous la direction de son successeur, la section d’information allait se voir attribuer de nouvelles missions. Le service photographique et cinématographique de l’armée lui fut ainsi rattaché, et la section dut organiser des voyages aux armées, notamment pour les journalistes français et étrangers « qui obtenaient l’autorisation de se rendre au front ». De plus, l’officier interprète Pernot (il représentait avant la guerre les journaux les plus importants à Rome, Londres, Berlin et Vienne) fut appelé au Grand Quartier Général en août 1915 pour réactiver la liaison avec l’étranger, qui avait souffert du départ du capitaine Tardieu : « Il fallait [en effet] à la section quelqu’un qui fut au fait de l’étranger pour savoir quels arguments y portaient et, partant, quelle était la nature des faits qu’il serait le plus avantageux d’y faire connaître ». En décembre 1915, cet officier interprète remplaça le capitaine Puaux à la tête de la section d’information. Cet organisme à ce moment là, était sollicité de façon pressante par le bureau des informations militaires, service ministériel « chargé des rapports directs avec la presse ». Le BIM souhaitait que la section d’information alimentât la presse en récits et chroniques sur les armées, car celle-ci se devait de répondre « à la curiosité sympathique, mais impatiente du public, au sujet de la vie du front ».

  • 9  Ces officiers allaient ainsi remédier à l’absence des journalistes. Ces derniers en effet n’étaien (...)
  • 10  De Pierrefeu Jean, op. cit. (éd. de 1920), t.1, page 172.
  • 11  SHAT, 16N 1592.

6Pour accéder à cette requête, la section d’information organisa un corps d’officiers correspondants aux armées 9. Ils prirent le nom d’officiers informateurs. La bataille de Verdun allait mettre en évidence les services que pouvaient rendre ces hommes. Ces officiers (journalistes ou hommes de lettres de profession), qui avaient été prélevés dans les états-majors d’armée, envoyèrent tous les jours les récits qui, quatre mois durant, furent à peu près les seuls par quoi le pays put se rendre compte du caractère de la bataille. Aussi parut-il nécessaire de généraliser l’institution. « Répartis dans les armées, les officiers informateurs allaient avoir pour mission d’assister aux opérations militaires et de rédiger sur place des récits destinés à faire connaître au public, avec le plus d’exactitude possible, les actions héroïques de nos troupes et le détail des combats. […] Ce ne fut pas sans une certaine appréhension que les états-majors virent arriver ces hommes dangereux qui avaient la prétention de tout voir et de raconter ce qu’ils avaient vu » 10. En janvier 1916, le général Pellé, grand ordonnateur de l’information au Grand Quartier Général, écrivait à propos des officiers correspondants de la section d’information (les officiers informateurs) : « [Ils] devront se persuader d’abord qu’ils sont les instruments d’un organe de propagande. Le but du service est, en effet, d’entretenir dans le pays un esprit d’admiration et de reconnaissance pour nos armées en créant par des récits de combat, d’actions d’éclat, de traits pittoresques ou familiers publiés par les journaux, une manière d’intimité entre le public et les troupes combattantes » 11.

  • 12  Historique sommaire de la section d’information, déjà cité.

7Quelques mois après, devant l’importance prise par la section d’information, ce même général, qui, dès son arrivée au Grand Quartier Général, avait plus que tout autre deviné de quelle utilité elle pouvait être, réorganisait le service sur des bases plus larges ; et à la fin du mois de juillet, le commandant de Cointet était nommé chef de la « nouvelle » section. La nouveauté, en l’occurrence, résidait dans une meilleure utilisation des correspondances des officiers informateurs (celles-ci seraient désormais utilisées pour des travaux d’ensemble), et dans l’organisation d’une « véritable section historique, destinée à jeter en circulation des brochures et des livres d’utile propagande » 12.

  • 13  Ibid.

8Au mois de décembre 1916, afin d’alléger certains bureaux, on se résolut à réduire le volume de la section d’information, à un moment où le front était relativement calme. La section ne fut plus dès lors qu’un simple organe de transmission : « Les récits de ces informateurs étaient par elle contrôlés sans plus, et envoyés au bureau des informations militaires. Les dépêches aux attachés militaires qui, on se le rappelle, avaient constitué, à l’origine, son office le plus important, furent purement et simplement supprimées, en même temps que les études d’ordre historique et les travaux d’ensemble » 13. Cependant dans le même temps, l’Allemagne qui depuis le début du conflit possédait un service d’information plus important que le nôtre, se préoccupait au contraire de le renforcer. Dès lors, on peut se poser la question de savoir quelles sont les véritables raisons de cette réduction à contre-courant. Deux raisons, semble-t-il, peuvent être avancées : 1) en décembre 1916, le départ de Joffre et de Pellé, véritables organisateurs de la section, laisse celle-ci affaiblie. 2) La section a été victime des rivalités opposant le Grand Quartier Général au ministère de la Guerre… et de la position du premier nommé, qui avait fini par se montrer hostile à ses activités ! C’est ainsi que sous Nivelle, la section fut réduite à néant. Toutefois, Painlevé allait lui redonner sa place dans le cadre d’une structure nouvelle qui, se voulant œcuménique, l’associait au bureau des informations militaires.

9Baptisé service des informations militaires, le nouvel organisme créé en mai 1917, est rattaché le 20 mai 1917 au cabinet civil du ministre de la Guerre. L’académicien Marcel Prévost, qui a le grade de lieutenant-colonel, est nommé à la tête du service. Il porte le titre « d’inspecteur permanent des services d’information à l’intérieur et aux armées », et a sous sa responsabilité la section d’information du Grand Quartier Général et le bureau des informations militaires. La section d’information est chargée de toutes les relations avec les correspondants de guerre français et étrangers accrédités auprès du Grand Quartier Général. Ses officiers dépendent désormais du ministère de la Guerre, tout en étant détachés, dans la zone des armées, au Grand Quartier Général. Le bureau des informations militaires, pour sa part, doit comme son nom l’indique, transmettre à la presse… les informations militaires. Le chef de ce bureau reçoit les journalistes et leur donne le commentaire des opérations en cours. C’est à ce bureau qu’il convient maintenant de s’intéresser plus largement.

2.2. Le bureau des informations militaires

  • 1  Ce bureau s’appela également, au début, bureau des informations – ou des renseignements – à la pre (...)
  • 2  Rapport de janvier 1915, déjà cité.
  • 3  « Ce bureau est un organe détaché de mon cabinet à la maison de la presse » écrit le général Lyaut (...)

10Le bureau des informations militaires 1 a été créé au mois de février 1915 par le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand et rattaché directement à son cabinet, conformément au souhait exprimé par Joffre un mois plus tôt 2. Ce service, installé d’abord rue St Dominique (au ministère de la Guerre), fut transféré le 16 janvier 1916 dans les locaux de la maison de la presse 3. La direction de cet organisme fut confiée au commandant Carence, puis au lieutenant-colonel Dupuis.

  • 4  Rapport au ministre de la Guerre sur le bureau des informations militaires du 30 décembre 1916. SH (...)
  • 5  Ibid.
  • 6  Ibid.
  • 7  Le bureau des informations militaires était un organisme gouvernemental face auquel le GQG était e (...)

11La création de ce service devait répondre aux besoins que la prolongation de la guerre avait révélés. Le gouvernement et le haut commandement voulaient notamment que leurs relations avec la presse s’affranchissent de la censure. Il ne fallait pas en effet que celles-ci apparussent uniquement tributaires de la seule Anastasie. Il convenait de leur donner une autre dimension, en corrigeant par « une action positive » les effets négatifs de la censure 4. Aussi un bureau des informations militaires fut-il constitué pour répondre à cette nécessité. Plus précisément, sa mission consistait à établir « un contact permanent avec la presse française et étrangère, afin de la renseigner au jour le jour, le plus rapidement possible, et de la guider dans l’interprétation des faits militaires » 5. Ce bureau dépendait « directement du gouvernement qui a la direction politique de la guerre et qui a seul qualité pour renseigner l’opinion » 6. Le chef de ce service 7, un officier supérieur appartenant à l’état-major, était assisté dans sa tâche par quelques journalistes mobilisés comme officiers, et disposant des atouts suivants : ils occupent un certain rang dans la presse ; ils connaissent parfaitement les conditions générales du fonctionnement des rédactions ; ils ont dans le monde des journaux toutes les relations indispensables à la marche du service.

12À propos justement de la marche du service, il faut noter que le bureau des informations militaires, mis en place en février, atteint son plein rendement à partir de l’été 1915. Il réceptionne les informations, les analyse et les distribue, joue son rôle de contact avec la presse, est en liaison avec la censure. Il convient de s’arrêter quelques instants sur ces différentes fonctions.

2.2.1. La réception des informations

13Le bureau reçoit des informations en provenance du cabinet du ministre de la Guerre et des différents services du ministère, notamment les 2e et 5e bureaux de l’état-major de l’armée, du Grand Quartier Général, des quartiers généraux de l’armée d’Orient et des armées alliées, du ministère des Affaires étrangères, du cabinet du ministre de la Marine, où un officier est spécialement chargé des relations avec le bureau des informations militaires. Il reçoit encore les radiotélégrammes en clair de toute provenance, communiqués par le bureau du chiffre à 9h00, 12h00, 15h00 et 18h00, ainsi que les journaux, revues et ouvrages étrangers qui sont analysés quotidiennement par le bureau d’étude de la presse étrangère rattaché au 5e bureau de l’état-major de l’armée. Il réceptionne enfin le travail réalisé dans la zone des armées par la section photographique et la section cinématographique.

2.2.2. La relation avec la presse

14Le bureau fait paraître deux fois par jour à 11h30 et à 18h30 une feuille d’informations, qui est distribuée à tous les représentants de journaux et d’agences français, ainsi qu’aux journalistes étrangers accrédités auprès du ministère des Affaires étrangères.

15Le BIM prend aussi en charge les journalistes français et étrangers qui veulent se rendre au front. Ceux-ci sont en fait choisis en accord avec les associations de presse, pour ce qui est des journalistes français, en accord avec le service des Affaires étrangères, pour ce qui est des journalistes étrangers. Le BIM s’entend pour l’itinéraire à suivre avec le Grand Quartier Général. Le BIM assure enfin la direction et la rédaction du Bulletin des armées, mission qui était auparavant dévolue au bureau de la presse.

2.2.3. La liaison avec la censure

  • 8  Rapport au ministre de la Guerre sur le bureau des informations militaires du 30 décembre 1916. SH (...)

16« Il est indispensable que le bureau des informations soit en liaison avec la censure, afin que les nouvelles, données au nom du ministre de la Guerre, ne soient pas ensuite arrêtées par les censeurs et que, de ce désaccord des services, ne résulte pas une complication nouvelle pour le contrôle » 8.

  • 9  Ibid.

17Le travail du bureau des informations militaires est éminemment délicat. Car « il ne peut être question pour lui de diriger la presse, de donner des articles tout faits, de distribuer des vérités officielles […]. Entre la presse et le bureau des informations, les rapports ne peuvent être quelque chose de rigide ; ils doivent être une collaboration » 9.

18La maison de la presse créée en janvier 1916 par Aristide Briand, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, allait favoriser la collaboration entre les différents services d’information (dont le BIM) et les représentants des journaux. Celle-ci fut placée sous la direction du ministère des Affaires étrangères.

2.3. La maison de la presse

  • 1  Pour que la maison de la presse soit en mesure de jouer son rôle, il fallait que celle-ci fût reli (...)
  • 2  Lettre d’Aristide Briand au ministre de la Guerre du 17 février 1916. SHAT, 5N 341.
  • 3  Note de la section de la presse du 23 mars 1916, déjà citée.

19La maison de la presse veut répondre à la nécessité d’une organisation raisonnée des services d’information et de propagande ; une organisation à même de concentrer en un seul lieu les services de presse, afin que la tâche des journalistes s’en trouve facilitée 1. Car « la dispersion des services de presse offre des inconvénients graves en temps de guerre », constate Aristide Briand. Et il ajoute : « Elle oblige les journalistes à errer à la recherche des nouvelles. Ces pérégrinations sont devenues pour eux d’autant plus difficiles qu’il y a aujourd’hui moins de journalistes et plus de services ministériels qu’en temps de paix » 2. Il faut donc les aider, en créant une maison de la presse. Celle-ci a vocation à recevoir aussi bien des journalistes français que des journalistes étrangers. Néanmoins, le ministère des Affaires étrangères, sous l’impulsion d’Aristide Briand, s’intéresse d’abord aux représentants des journaux étrangers, grâce auxquels il entend « organiser beaucoup plus fortement que par le passé son action par la presse dans les pays neutres » 3.

  • 4  La maison de la presse n’occupa à notre connaissance que quatre étages dans cet immeuble.

20Qui dit « maison de la presse » dit forcément des locaux. Aussi Aristide Briand va-t-il signer un bail avec les propriétaires d’un immeuble de sept étages, comportant deux grands appartements par étage, et situé 3, rue François Ier et 4, Cours de la Reine 4. Il est prévu que deux de ces appartements seront mis, l’un à la disposition de la presse française et l’autre à la disposition de la presse étrangère. Quant aux autres, ils seront répartis entre les différents services d’information et de propagande, qui désormais ne feront plus qu’un au sein de la maison de la presse. Ces services sont la direction générale des relations avec la presse, le bureau des informations militaires, le bureau des informations diplomatiques et le service de la propagande. Il convient ici de marquer un temps d’arrêt pour présenter ces deux derniers organismes.

2.3.1. Le bureau des informations diplomatiques

  • 5  Joffre écrit le 30 octobre 1916 à propos du bureau des informations diplomatiques : « Le bureau d’ (...)

21Ce bureau reçoit les journalistes français et étrangers. Il est également responsable des communications téléphoniques (avec les États voisins) et télégraphiques (avec les autres États). Il dispose aussi en France et à l’étranger d’un service d’enquête de presse dont le rôle consiste à fournir de la « documentation » au service de la propagande. Ce qui signifie certainement que le bureau des informations diplomatiques doit être à même de renseigner ce service sur la « situation » des pays considérés, et de mesurer l’impact de la propagande française 5. Ce bureau prépare enfin des documents qui doivent être communiqués à la presse (feuilles d’information), ainsi que les radios, lancés huit fois par jour par les postes de la Tour Eiffel, de Lyon ou de Carnarvon.

2.3.2. Le service de la propagande

22Le service de la propagande, pour sa part, dispose de sept sections pour répandre la bonne parole française. Elles ont pour nom : section générale ; section des pays neutres, voisins des nations ennemies ; section des pays alliés ; section musulmane ; section balkanique ; section de l’Amérique du Nord ; section de l’Amérique du Sud. Le service de la propagande s’occupe également de « publications diverses », de l’organisation de conférences, et des relations avec les sociétés de propagande.

23Voilà donc quelles étaient les responsabilités dévolues au bureau des informations diplomatiques et au service de la propagande.

24Forte de tous ces services, la maison de la presse présentait la physionomie suivante :

  • Au rez-de-chaussée se trouvaient les services administratifs et un bureau de poste.

  • Au premier étage, était installée la direction générale des relations avec la presse (en clair, la direction de la censure). À ce même étage, une salle avait vocation à recevoir des journalistes.

  • Au deuxième étage, nous trouvions les locaux du bureau des informations diplomatiques.

  • Le troisième étage était le domaine du bureau des informations militaires, et de la direction du service photographique, qui dépendait de ce bureau.

  • Le quatrième étage, enfin, était réservé au service de propagande et à la direction du service cinématographique, qui était directement rattachée au bureau des informations militaires.

  • 6  Lettre adressée le 24 février 1916 par Aristide Briand à Jean Dupuy, président de la presse frança (...)

25Ainsi constituée, la maison de la presse devait pouvoir répondre aux souhaits de son fondateur : « Être un centre d’information intensive en même temps qu’un lieu de contact cordial et étroit entre les membres de la presse et les services des ministères de défense nationale » 6.

26Cette maison de la presse n’en fut pas moins supprimée lorsque Clemenceau devint président du Conseil en novembre 1917. Celui-ci, en effet, avait eu le temps de se convaincre de son inutilité. Le général Mordacq qui fut le chef du cabinet militaire de Clemenceau, se montre particulièrement sévère à son endroit. Cet officier écrit :

C’est à Paris même que se trouvait peut-être le plus beau foyer d’indispensables, ce que les poilus traduisaient par embusqués. On l’appelait la maison de la presse, cette célèbre maison de la presse de la rue François Ier dont on a tant parlé, dont on parlait tant également avant l’arrivée de M. Clemenceau, mais à laquelle personne n’avait jamais osé toucher. En effet, elle réunissait la fine fleur des indispensables, tous naturellement gens à grosse influence et à grosses relations dans toute la presse. Il y avait là également un certain nombre d’officiers de l’armée active, quelques glorieux mutilés essayant loyalement de rendre encore quelques services à leur pays, mais d’autres aussi qui venaient simplement soigner, par sage précaution, les blessures qu’ils pouvaient peut-être recevoir un jour, si leur mauvais destin les conduisait au front.

Cette maison de la presse, en résumé, constituait un véritable scandale : pour y justifier la présence de ses nombreux hôtes, on y rédigeait une sorte de bulletin, revue de la presse étrangère qui ne présentait aucun intérêt.

  • 7  Mordacq Henri (Général), Le ministère Clemenceau. Journal d’un témoin, Plon, Paris, 1930, t.1, pag (...)

M. Clemenceau, très renseigné déjà au sujet de cet établissement et de nouveau documenté par M. Jeanneney et par moi, la supprima immédiatement. Chose étrange, malgré la disparition de cet organe si indispensable, on gagna quand même la guerre. Ce n’est pas ce que prévoyaient tous les expulsés au moment de la décision du président du Conseil (fin novembre 1917) 7.

27La censure et les services d’information représentent l’aspect structurel des relations armée-médias pendant la première guerre mondiale. Nous allons à présent donner la priorité à la dimension humaine de ces relations, à travers l’action de l’autorité militaire sur les médias et les missions de presse.

Notes

1  Certes, le bureau de la presse comme nous l’avons expliqué, avait en théorie cette vocation, mais il était en fait l’instrument de la censure.

2  Instructions du GQG concernant les correspondants de presse aux armées, du 4 août 1914. SHAT, 5N 363.

3  Jean de Pierrefeu écrit à ce sujet : « la section d’information accusait le BIM et la maison de la presse en général, de contrarier son effort de propagande et tâchait de se passer d’eux le plus souvent. Le BIM de son côté, accusait le service rival et le GQG de faire de la politique en nouant avec la presse des relations directes. En outre, le BIM, persuadé de la suprématie du pouvoir civil, niait aux militaires toute aptitude à diriger l’opinion. Au GQG, par contre, on se défiait de l’ignorance des bureaux de Paris et de leur légèreté ». De Pierrefeu Jean, GQG Secteur 1, l’édition française illustrée, Paris, 1920, t.1., page 175.

1  La section d’information du GQG changea de nom en 1916. Elle devint la section de la presse du GQG. Très vite cependant, elle retrouva sa première appellation, comme l’atteste une lettre de Joffre du 30 octobre 1916. S’adressant au ministre de la Guerre (le général Roques) Joffre écrit : « Je ne vois aucun inconvénient à ce que la section de la presse du Grand Quartier Général – si vous estimez que cette désignation (conforme aux tableaux d’effectifs de guerre) puisse prêter à de fausses interprétations – reprenne le titre de section d’information du GQG qu’elle a porté jusqu’à une date toute récente ». SHAT, 5N 364.

2  Historique sommaire de la section d’information, par le commandant Henry Bordeaux. SHAT, 16N 1597.

3  Ibid.

4  Ibid.

5  André Tardieu écrit à ce propos : « Il s’agit, me dit Joffre, d’une chose peut-être impossible : c’est de faire comprendre la guerre au public français et étranger. Si, comme tout l’indique, la guerre doit se prolonger, cette compréhension sera plus nécessaire encore demain qu’aujourd’hui. Je vous confie le soin de créer un service contraire à toutes les habitudes des états-majors en campagne et je vous annonce des résistances. Je vous demande de travailler avec trois objectifs. Premier objectif : la presse, d’abord par l’intermédiaire du ministre, et ensuite, sous votre direction immédiate, quand je me déciderai à laisser venir au front des correspondants. Deuxième objectif : nos attachés militaires et nos ambassadeurs, qui, ne sachant rien, doivent dire bien des bêtises. Troisième objectif : nos armées et leurs chefs, à qui le poids de l’effort quotidien ne laisse, pour l’information générale, ni loisirs, ni moyens ». Tardieu André, Avec Foch, août-novembre 1914, Flammarion, Paris, 1939, pp. 134-135.

6  Historique sommaire de la section d’information, déjà cité.

7  À propos du communiqué, André Tardieu et Jean de Pierrefeu apportent leurs témoignages. André Tardieu explique qu’il improvisa à la demande du général Joffre le communiqué rendant compte de la victoire de la Marne. Joffre lui aurait dit : « Il paraît que le public ne comprend rien à nos communiqués. Lieutenant Tardieu, je vous cède ma table pour que vous repreniez votre métier. Faites-moi en cent cinquante lignes, un récit intelligible de notre victoire. […] Pour ne pas changer vos habitudes, nous demanderons au ministre [de la Guerre] que ce papier paraisse dans Le Temps ». Tardieu André, op. cit., pp. 77-78. Jean de Pierrefeu, qui fut chargé au sein de la section d’information du GQG de rédiger le communiqué, écrit pour sa part : « Les phrases que toute la France lisait dans les journaux avec une avidité sans pareille, ces phrases qu’on affichait sur les transparents des grands journaux, tandis que la foule se bousculait pour mieux voir, c’est à moi qu’allait incomber le soin de les rédiger ». De Pierrefeu Jean, GQG Secteur 1, édition définitive revue et augmentée, Éditions G. Crès et Cie, Paris, 1922, t.1, page 9.

8  Les « radios » allemands du poste de Nauen donnaient à dessein des informations fausses destinées à saper le moral de l’Entente. C’est ainsi qu’en septembre 1918, l’Allemagne par la voix du poste de Nauen revendiquait dans le cadre de la guerre sous-marine 440 000 tonnes coulées, alors que les statistiques françaises n’en admettaient que 190 000. Degouy Robert (Amiral), « Les "radios" du poste de Nauen », L’information, 4 novembre 1918.

9  Ces officiers allaient ainsi remédier à l’absence des journalistes. Ces derniers en effet n’étaient pas autorisés, si ce n’est dans le cadre de brèves visites, à se rendre au front. Et il n’existait pas encore de missions de correspondants de guerre accréditées auprès du GQG.

10  De Pierrefeu Jean, op. cit. (éd. de 1920), t.1, page 172.

11  SHAT, 16N 1592.

12  Historique sommaire de la section d’information, déjà cité.

13  Ibid.

1  Ce bureau s’appela également, au début, bureau des informations – ou des renseignements – à la presse.

2  Rapport de janvier 1915, déjà cité.

3  « Ce bureau est un organe détaché de mon cabinet à la maison de la presse » écrit le général Lyautey, ministre de la Guerre, le 13 janvier 1917. Il ajoute : « il a le monopole des communications d’ordre militaire faites à la presse ». SHAT, 5N 363.

4  Rapport au ministre de la Guerre sur le bureau des informations militaires du 30 décembre 1916. SHAT, 5N 369.

5  Ibid.

6  Ibid.

7  Le bureau des informations militaires était un organisme gouvernemental face auquel le GQG était en position de force puisqu’il lui fournissait une grande part des informations nécessaires à son travail. Aussi, celui-ci se permettait-il d’agir directement sur la presse bien que l’action sur celle-ci fût strictement d’essence gouvernementale.

8  Rapport au ministre de la Guerre sur le bureau des informations militaires du 30 décembre 1916. SHAT, 5N 369.

9  Ibid.

1  Pour que la maison de la presse soit en mesure de jouer son rôle, il fallait que celle-ci fût reliée d’une façon ou d’une autre au ministère de la Guerre. Aussi Aristide Briand créa-t-il en février 1916 le service des enquêtes de presse, destiné à établir une liaison quotidienne entre la maison de la presse et le ministère de la Guerre.

2  Lettre d’Aristide Briand au ministre de la Guerre du 17 février 1916. SHAT, 5N 341.

3  Note de la section de la presse du 23 mars 1916, déjà citée.

4  La maison de la presse n’occupa à notre connaissance que quatre étages dans cet immeuble.

5  Joffre écrit le 30 octobre 1916 à propos du bureau des informations diplomatiques : « Le bureau d’information diplomatique à la maison de la presse suit avec beaucoup d’attention dans les journaux anglais et américains les articles publiés par les correspondants de guerre. Ces articles donnent toute satisfaction et ont déjà produit, au point de vue de notre propagande à l’étranger, d’indéniables résultats ». Rapport du général en chef au ministre de la Guerre. SHAT, 5N 364.

6  Lettre adressée le 24 février 1916 par Aristide Briand à Jean Dupuy, président de la presse française. SHAT, 5N 372.

7  Mordacq Henri (Général), Le ministère Clemenceau. Journal d’un témoin, Plon, Paris, 1930, t.1, page 78.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search