Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Première partie : Les relations armée-médias tributaires de la censure et des services d’information

I. La censure

Texte intégral

1Les relations armée-médias pendant la première guerre mondiale sont marquées à l’origine par les indiscrétions de presse qui, lors du conflit franco-allemand de 1870, coûtèrent, semble-t-il, fort cher aux armes françaises. Ainsi, avant même le début des hostilités, en août 1914, les responsables politiques, les chefs militaires, voire… les journalistes, veulent éviter à tout prix que de pareilles indiscrétions ne se renouvellent. Dès lors les relations armée-médias, plus précisément ici les relations armée-presse, vont, l’espace de quelques mois, s’identifier à la seule censure, même si, la guerre s’annonçant plus longue que prévu, gouvernement et haut commandement allaient finalement s’employer à donner un horizon à celles-ci, en mettant sur pied une véritable structure d’information.

  • 1  Note de la section de la presse du 23 mars 1916. SHAT, 5N 338.
  • 2  Le Temps, certes, s’est défendu en arguant qu’avant lui d’autres journaux français et notamment le (...)
  • 3  Louis-Lucien Klotz écrit : « [La censure] n’existait pas en 1870-1871 ; une indiscrétion de presse (...)

2La censure avant la guerre, n’avait fait l’objet d’aucun projet particulier, « ce qui s’explique par les multiples difficultés que n’aurait pas manqué de soulever, en temps de paix, cette délicate question » 1. Dès le début des hostilités cependant, la mise en place de la censure ne rencontre pas d’opposition, bien au contraire. Personne en effet n’a oublié que lors de la guerre de 1870, un article publié dans le journal Le Temps avait permis à l’état-major allemand d’acquérir la certitude que Mac-Mahon voulait se porter au secours de Bazaine 2. On veut donc à tout prix éviter que de pareilles indiscrétions se reproduisent 3, même si en ce début de guerre, la France ne doute pas de la victoire. Tout le monde croit au succès rapide des armes françaises.

1.1. La justification de la censure : la peur des indiscrétions

3Les indiscrétions de 1870 sont bien à l’origine du consensus en faveur de la censure, comme l’attestent les propos suivants :

4Ainsi le 2 août 1914, Georges Clemenceau écrit dans L’Homme Libre :

Nous ne devons pas revoir les jours où les journalistes très fiers d’avoir conquis une information juste ou fausse, se trouvaient souvent, sans l’avoir voulu, renseigner l’assiégeant. Ces opérations ne peuvent être autorisées… À mon avis, le gouvernement devrait chaque jour publier un bulletin détaillé absolument véridique pour le bien et pour le mal avec les commentaires qui lui plairaient. En dehors de cela, rien sur les événements de la guerre, que la liberté des appréciations, même sur des faits d’ordre militaire. Pour les contrevenants, la suspension.

5Le 3 août, L’Écho de Paris rappelle « le devoir de la presse française » :

À cette heure où la patrie est en péril, la presse française a un impérieux devoir : celui de ne rien publier qui n’ait été authentifié et certifié exact par les ministères de la guerre et de l’intérieur, de ne rien publier non plus qui pourrait renseigner l’ennemi sur nos positions militaires. On sait quelles effroyables conséquences ont eues, pour le sort de nos armes, en 1870, d’imprudentes révélations. Une information qui pour un journaliste paraît n’avoir l’importance que d’un fait divers, peut constituer pour l’ennemi le plus précieux, le plus décisif des renseignements. Il ne faut pas que de semblables actes se reproduisent.

6Le 4 août, le gouvernement dépose un projet de loi « tendant à réprimer les indiscrétions de la presse en temps de guerre ». Ce projet devient la loi du 5 août 1914, dont les motifs se trouvent ainsi exposés : « l’histoire offre de nombreux exemples où les décisions du haut commandement d’une armée ont été favorisées par les indiscrétions de la presse nationale de l’adversaire ».

7Le 6 août, le ministre de la Guerre, Adolphe Messimy, souligne dans une lettre « qu’au cours des guerres anciennes comme au cours de la récente guerre des Balkans, les belligérants, malgré les précautions prises, ont eu souvent à souffrir des publications de la presse. Ce fut le cas de la France en 1870… »

81870 est bien le mauvais exemple, l’exemple à ne pas suivre. Le gouvernement et le commandement, en 1914, sont décidés à ne pas laisser la presse écrire librement sur les questions militaires.

  • 1  Les indiscrétions n’étaient pas le fait de la seule presse. Ainsi on peut lire dans un document da (...)

9Les responsables militaires et politiques avaient raison de redouter les indiscrétions et en premier lieu les indiscrétions de la presse 1. En effet malgré les mesures prises – il en sera question plus loin – celles-ci furent nombreuses. La célèbre affiche de Millerand « Taisez-vous, méfiez-vous, les oreilles ennemies vous écoutent » ne fut visiblement pas « vue » par tout le monde. Pour illustrer ces propos, voici quelques exemples d’indiscrétions imputables à la presse, concernant la description de lieux situés à l’intérieur de la zone de combat, les gaz asphyxiants, et l’art du camouflage.

1.1.1. Les indiscrétions relatives à la description de lieux situés à l’intérieur de la zone de combat

  • 2  SHAT, 5N 345.

10Le 8 avril 1915, Le Petit Parisien, le plus grand journal de l’époque, reproduit en première page sous le titre « Un village arabe à 100 kilomètres de Paris », quatre photographies du château et du parc d’O… qui font l’objet d’un commentaire suffisamment détaillé pour permettre aux Allemands d’identifier, sans hésitation, une propriété qu’ils ont occupée en septembre 1914. Ces informations, explique le ministre de la Guerre le 17 avril, dans une lettre adressée au général Gallieni, gouverneur militaire de Paris, « sont de nature comme le déclare la plainte [du commandement] à attirer le feu de l’artillerie sur le château d’O… et sur le rassemblement de troupes qui s’y trouve » 2.

  • 3  Nous rappelons ici pour mémoire que Joffre commanda l’armée française du 28 juillet 1911 au 16 déc (...)
  • 4  SHAT, 5N 345.

11Autre exemple : le 23 décembre de la même année, le ministre de la Guerre informe le commandant en chef 3 que la publication, respectivement par Le Matin et L’Écho de Paris, de deux articles où il est question d’Ajoncourt « seule localité occupée par nos troupes en Lorraine », a été suivie d’un violent bombardement de ce village par les Allemands 4.

1.1.2. Les indiscrétions concernant les gaz asphyxiants

  • 5  SHAT, 5N 364.
  • 6  À la suite de cette affaire, les censeurs dont il était patent qu’ils n’avaient aucune compétence (...)

12Le 15 août 1915, Le Matin publie un article intitulé « La riposte aux gaz asphyxiants », contenant une interview du professeur Daniel Berthelot, qui laisse entendre que l’armée française a déjà utilisé des gaz toxiques. Le général Joffre adresse le jour même un télégramme chiffré au ministre de la Guerre, dans lequel il met l’accent sur les dangers que présente la publication d’un tel article. Non seulement, estime Joffre, il peut donner à l’ennemi des indications sur le sens dans lequel sont orientées nos recherches, mais il laisse, de plus, supposer que « nous nous sommes déjà servis de gaz toxiques, ce qui est radicalement faux » 5. Mais désormais, s’inquiète le commandant en chef, les Allemands pourront prétexter « qu’ils sont en conséquence, fondés à employer contre nous des gaz toxiques dont, d’après renseignements parvenus, ils sont vraisemblablement dès à présent largement pourvus, tandis que notre production à cet égard est actuellement nulle » 6.

  • 7  SHAT, 5N 364.
  • 8  « Au moment de mettre sous presse – explique Jean Bernard – on envoyait l’épreuve complète du jour (...)

13Autre exemple : en novembre 1917, toujours dans Le Matin, un article signé Ch. Nordmann signale que la diphénylchorarsine arrive à pénétrer à travers le masque actuellement en service dans l’armée française. Le 13 novembre, le général Pétain écrit au président du Conseil, ministre de la Guerre 7, pour lui demander qu’à l’avenir, la censure « échoppe rigoureusement » 8 les articles de ce genre, dont la répercussion sur l’état moral des troupes peut être des plus fâcheuses.

1.1.3. Les indiscrétions portant sur l’art du camouflage

  • 9  Lettre du commandant de la section de camouflage du 30 septembre 1917, adressée au général command (...)

14Le 27 septembre 1917, Le Pays de France, illustré hebdomadaire, publie la photographie d’un arbre observatoire qui peut fournir à l’ennemi quelques indications sur les procédés de camouflage utilisés dans l’armée française 9.

  • 10  SHAT, 5N 364.

15Le 5 octobre 1917 le chef d’escadron Gonzalès, chef de la section d’information du Grand Quartier Général, fait respectivement savoir au capitaine Nusillard, chef des services de la censure, et au lieutenant-colonel Marcel Prévost, inspecteur permanent des services d’information militaire, que « l’attention du général en chef a été attirée sur l’inconvénient grave qu’il peut y avoir à dévoiler, par des journaux ou revues illustrées […] les procédés de camouflage en usage dans nos armées ». Le général Pétain, ajoute le commandant Gonzalès, souhaite « qu’à l’avenir toute reproduction de ces procédés dans ces journaux ou revues, au même titre du reste que les matériels nouveaux d’artillerie » soit interdite 10.

  • 11  Ibid., lettre du ministre de la Guerre au général commandant en chef du 16 juin 1916.

16Quinze mois plus tôt pourtant (le 16 juin 1916), le général Roques, ministre de la Guerre, avait déjà donné des instructions « pour que, en conformité de vues avec le Grand Quartier Général, les services de contrôle de presse interdisent toute publication relative aux procédés employés pour modifier l’aspect des hommes, des animaux, du matériel ou du paysage ». Le ministre ajoutait : « Cette question du camouflage étant de celles que les journaux sont tentés de traiter pour satisfaire la curiosité de leurs lecteurs, il y aurait intérêt, semble-t-il, à éviter ce qui peut attirer l’attention de la presse » 11.

  • 12  Extrait d’une lettre de Joffre de janvier 1915. SHAT, série 5N.

17Au chapitre des indiscrétions, il convient d’ajouter ce que l’on peut appeler les inventions, voire les délires de la presse. En janvier 1915 par exemple, Joffre réagit à un article du Matin dans lequel il est dit notamment que « les obus tombent sur Soissons […] que le ciel est rouge… ». Le général en chef qualifie ces propos de « tissu d’inventions ridicules ». Il demande au ministre de la Guerre de faire en sorte que la censure ne laisse pas passer de tels articles susceptibles selon lui « d’alarmer l’opinion » 12.

18La peur des indiscrétions – peur largement fondée, nous venons de le voir – fut donc à l’origine de la censure. Il faut maintenant s’intéresser à l’organisation de celle-ci.

1.2. L’organisation de la censure

1.2.1. Le cadre législatif

  • 1  À la fin du mois de janvier 1916, Aristide Briand, président du Conseil, s’adressait en ces termes (...)

19La censure, pendant la première guerre mondiale n’a pas eu, à proprement parler, d’existence légale 1. Trois lois cependant lui donnaient un cadre d’action : la loi du 5 août 1914 sur les indiscrétions de la presse en temps de guerre, la loi du 9 août 1849 sur l’état de siège, et la loi du 29 juillet 1881 sur la presse.

20En 1914-1918, ces lois ont constitué « les textes dont sont armés en temps de guerre les pouvoirs publics à l’égard de la presse ».

La loi du 5 août 1914

  • 2  « Le gouvernement désireux, dans la mesure où d’exceptionnelles circonstances le permettent, de ne (...)
  • 3  Lettre du ministre de la Guerre du 6 août 1914, relative au régime spécial applicable à la presse. (...)
  • 4  Note émanant du ministre de la Guerre (section de la presse) du 19 avril 1917. SHAT, 5N 346.

21« La loi du 5 août 1914 2, votée par le Parlement sans aucune opposition et pour la durée de la guerre seulement, interdit de publier toutes informations et renseignements autres que ceux communiqués par le gouvernement ou le commandement, sur les points essentiels de la défense nationale » 3. Il faut notamment entendre par là « les nominations et mutations dans le haut commandement, l’ordre de bataille, les emplacements et mouvements des armées et détachements » 4.

  • 5  Hennequin F., « Du régime de la presse pendant la Guerre », Revue pénitentiaire et de droit pénal, (...)
  • 6  Une commission de la presse française est constituée le 13 août 1914 en vertu d’un arrêté du minis (...)
  • 7  Note du 19 février 1915, déjà citée. Précisons que le visa de la censure ne donnait pas aux journa (...)
  • 8  Note pour l’état-major de l’armée, 2e bureau, émanant de la section de la presse du 13 mars 1917. (...)
  • 9  Extrait d’une note de la section de la presse du 22 mars 1915. SHAT, série 5N. Il convient de préc (...)

22Cette loi a un caractère répressif. « Elle n’organise pas de moyens préventifs et se borne à réprimer sévèrement les infractions commises » 5. Cependant, « d’accord dès le premier jour, avec la presse représentée par une commission supérieure sortie de son sein 6, le gouvernement a substitué à la répression le contrôle des articles » 7. Ce contrôle – préalable – de la presse, organisé « sans qu’aucune loi ni aucun décret soient intervenus à cet effet » 8 est à l’origine une idée de l’autorité militaire. Celle-ci « a estimé préférable, dans l’intérêt général, comme dans l’intérêt des journaux, de prévenir le mal avant sa réalisation ; de là le contrôle préalable que les pouvoirs publics, d’accord avec la presse, se sont préoccupés d’organiser dès le début des hostilités » 9.

La loi du 9 août 1849

  • 10  L’article 8 fut modifié en 1916 par l’article 6 de la loi du 27 avril 1916 relative au fonctionnem (...)
  • 11  Lettre du ministre de la Guerre du 6 août 1914, relative au régime spécial applicable à la presse. (...)

23La loi sur l’état de siège tire en partie sa force de deux articles (les articles 8 et 9) qui donnent les pleins pouvoirs à l’autorité militaire. L’article 8 « permet de soumettre à la juridiction du Conseil de Guerre tous les faits portant atteinte à l’ordre et à la paix publique, tels que les provocations par la voie de la presse ; les délits de fausses nouvelles, etc. » 10. Quant à l’article 9, il donne à l’autorité militaire le droit « dans les lieux soumis à l’état de siège, d’interdire toutes les publications qu’elle juge de nature à exciter ou à entraîner le désordre ; ainsi, en vertu de ces pouvoirs de police discrétionnaires, l’autorité militaire peut suspendre ou supprimer toutes les publications qu’elle juge dangereuses » 11.

La loi du 29 juillet 1881

  • 12  Ibid.

24Cette loi « punit dans son article 27 d’un emprisonnement qui peut s’élever jusqu’à une année et d’une amende pouvant être de 1 000 francs, la publication ou la reproduction de nouvelles fausses, lorsqu’elles auront troublé la paix publique et auront été faites de mauvaise foi » 12.

1.2.2. Les organes de la censure

  • 13  Document sur l’organisation de la censure, non daté. SHAT, 18N 218.

25La structure principale, l’instrument privilégié de la censure, est le bureau de la presse. Cet organisme « est en relation constante avec le département de la guerre par l’intermédiaire de la section presse 14, rue St Dominique, où sont centralisées toutes les questions de contrôle de la presse et des publications à Paris et dans les départements » 13.

26Le bureau de la presse va maintenant faire l’objet d’une présentation détaillée, tout comme la section presse, qui est l’organe de coordination en matière de censure.

Le bureau de la presse

  • 14  Si le bureau de la presse fut organisé le 4 août (voire le 3 si l’on veut bien considérer que ce j (...)
  • 15  Bernard Jean, op. cit., t.1, page 85.

27Le 4 août 1914, « le ministre de la Guerre organise un bureau de la presse 14, dont la direction est confiée au commandant Duval qui s’entoure de quelques journalistes expérimentés : M. Barbier, un des principaux rédacteurs de l’agence Havas, qui fait partie de la réserve de l’armée territoriale ; M. Marty-Lavauzelle ; M. Tardieu, député de Seine-et-Oise et rédacteur de la politique étrangère au Temps, alors simple soldat, est adjoint sur sa demande » 15.

  • 16  Lettre du ministre de la Guerre du 6 août 1914, déjà citée.
  • 17  Note de la section de la presse du 23 mars 1916. SHAT, 5N 338.

28La première fonction de ce bureau, installé au 110 de la rue de Grenelle, n’est pas, si l’on en croit le ministre de la Guerre, de censurer mais de renseigner et de conseiller la presse. Il doit la renseigner « avec franchise, précision et rapidité sur tous les faits de guerre dont la divulgation n’offre pas d’inconvénients pour la conduite des opérations » 16. Il doit lui éviter de commettre des erreurs, en l’informant sur la valeur et l’exactitude des nouvelles qu’elle est susceptible d’utiliser et sur les dangers que peut comporter leur publication. C’est là le principe. Mais en fait, cet organe est d’abord l’instrument de la censure. Il lui appartient de « centraliser toutes les questions de censure et de presse, notamment la censure des publications, la censure des télégrammes, les communiqués officiels sur les opérations militaires » 17.

  • 18  Klotz Louis-Lucien, op. cit., page 30.

29Le 3 septembre 1914, lorsque le gouvernement quitte Paris pour Bordeaux, il laisse derrière lui un bureau de la presse déjà constitué où le travail ne manque pas. « À toute heure du jour, plus particulièrement entre 10 et 15 heures [et] entre 22 et 3 heures, il [faut] lire attentivement les morasses de tous les quotidiens, de tous les périodiques » écrit Louis-Lucien Klotz 18. Cependant, ajoute celui-ci, la présence du gouvernement à Bordeaux va se traduire par un dédoublement du bureau. Ainsi, pendant les trois mois que le gouvernement passera en Aquitaine, il y aura un bureau bordelais et un bureau parisien, ce dernier étant de loin le plus important.

  • 19  SHAT, 5N 341.

30Le retour du gouvernement à Paris (décembre 1914) va marquer un premier tournant dans l’histoire du bureau de la presse. Celui-ci va en effet passer de la tutelle du ministre de la Guerre à celle du président du Conseil. Ce changement « politique » se traduit notamment par le fait que le bureau cesse d’être dirigé par un officier. En outre, cet organisme, auquel on retire le contrôle des correspondances télégraphiques, devient principalement un service de contrôle de la presse dont l’action s’étend à un nombre beaucoup plus considérable de publications de toute nature que précédemment. Ce contrôle de la presse ne concerne pas moins de cinquante quotidiens et près de six cents périodiques. Une note pour la présidence du Conseil et le ministère de la Guerre du 22 mai 1915 précise que « le bureau de la presse est en relation constante avec tous les départements ministériels et peut ainsi leur communiquer à tout instant les informations utiles ou leur demander les instructions nécessaires » 19.

  • 20  La censure, en fait, fut coupée en deux : d’un côté la direction de la censure (direction générale (...)
  • 21  Voir plus loin le développement concernant la maison de la presse.

311916 marque pour le bureau de la presse une nouvelle étape importante. Il est en effet absorbé en janvier par un nouveau service dénommé direction générale des relations avec la presse 20, qui s’inscrit dans le cadre de la politique centralisatrice d’information et de propagande voulue par Aristide Briand 21. Cette direction centralise les informations susceptibles d’être utilisées par la presse. Elle regroupe tous les services s’occupant de la censure des journaux, télégrammes de presse et publications de toute nature.

32La direction générale des relations avec la presse devait avoir une existence éphémère. Sa suppression le 22 septembre 1917 allait redonner toute sa place au bureau de la presse.

La section de la presse

  • 22  Note de la section de la presse du 23 mars 1916, déjà citée. Ajoutons qu’en mars 1916, selon cette (...)

33Cette section installée au cabinet du ministre de la Guerre, 14, rue St Dominique, a été créée dès le retour du gouvernement à Paris, en janvier 1915. Son rôle consiste à assurer « les rapports entre les divers services du ministre d’une part, et les différentes commissions de contrôle de presse d’autre part, tant à Paris qu’en dehors de Paris » 22. Elle fonctionne en permanence de 8 heures du matin à 8 heures du soir, autour d’un noyau de trois ou quatre officiers, et assure un service de nuit chaque fois que cela est nécessaire.

34En décembre 1916, les attributions de la section de la presse se ventilent de la sorte : il y a les attributions auprès du chef de cabinet ; les attributions auprès du secrétariat particulier du ministre ; les rapports avec la direction générale des relations avec la presse (censure) ; les rapports avec les directions et services du ministère ; les rapports avec la maison de la presse (présentée au chapitre 2) ; les rapports avec les autres départements ministériels.

Les attributions auprès du chef de cabinet

35Auprès du chef de cabinet, la section est notamment chargée de préparer les comptes-rendus journaliers, rappels et renseignements sur toutes questions de presse et de censure, de rédiger la correspondance et les décisions en matière de presse, de centraliser un certain nombre de dossiers relatifs à des questions de presse, d’étudier des propositions de sanction à l’égard de la presse, d’examiner les questions touchant le personnel militaire de la censure, d’envisager les réponses à faire aux questions posées par des membres du Parlement, en matière de censure.

Les attributions auprès du secrétariat particulier du ministre

36La section est chargée de communiquer au ministre certains échoppages de presse susceptibles de l’intéresser.

Les rapports avec la direction générale des relations avec la presse

37La section doit assurer ici une liaison constante et par fil direct, entre le cabinet du ministre et la direction générale des relations avec la presse, au sujet de toutes questions de presse et de censure. Elle doit examiner les rapports, les journaux, les échoppages de presse et les télégrammes arrêtés ou censurés, que la direction générale des relations avec la presse adresse plusieurs fois par jour au cabinet du ministre. Elle doit transmettre à cette direction, un certain nombre de consignes, directives ou renseignements. Il lui incombe enfin de transmettre le texte des communiqués officiels.

Les rapports avec les directions et services du ministère

38La section est notamment chargée d’examiner les réclamations ou observations des directions et des services au sujet de la censure.

Les rapports avec la maison de la presse

  • 23  Le « récit d’un témoin oculaire » est un texte que rédige l’officier informateur (les officiers in (...)

39Le travail de la section consiste principalement à examiner deux fois par jour les documents militaires que les directions et services proposent de communiquer à la presse, à procéder à un examen spécial des articles militaires dits « récits d’un témoin oculaire » et des « en marge » des communiqués 23, qui sont rédigés aux armées dans le but d’être transmis à la presse, à examiner les épreuves du Bulletin des armées.

Les rapports avec les autres départements ministériels

40Le travail de la section se résume à la transmission de consignes à ces départements.

41En décembre 1917, un changement est à noter par rapport à la situation telle qu’elle se présentait en décembre 1916. En effet en septembre 1917 la direction générale des relations avec la presse a été supprimée. Le travail de la section cependant, reste sensiblement le même ; simplement le bureau de la presse redevient un interlocuteur privilégié, sans pour autant pouvoir revendiquer la position centrale qu’occupait la défunte direction de la presse.

42Notons encore que l’année 1917 se traduit, semble-t-il, par un renforcement des opérations de la censure. Les liaisons de la section de la presse sont véritablement constantes avec le bureau de la presse, la maison de la presse, les différents services de l’administration centrale du ministère de la Guerre, le Grand Quartier Général, les généraux commandant les régions, les autres départements ministériels et les missions de presse des pays alliés.

43Bureau et section de la presse avaient donc, à leur manière, autorité sur la censure, tant à Paris qu’en province. Mais de quelle censure s’agissait-il ? Quelle était sa nature ? Il convient de répondre tout de suite à cette double question.

1.3. La dualité de la censure : censure « politique » et censure « militaire »

44Le début de la guerre est marqué par la dualité de la censure. En effet deux censures distinctes sont établies. L’une dite « politique » est confiée aux préfets, l’autre qualifiée de « militaire » incombe à l’autorité du même nom.

  • 1  Note du 13 mars 1917 consécutive aux incidents survenus dans la XIe région au sujet des pouvoirs r (...)
  • 2  C’est ainsi qu’en 1915, à Toulouse, douze commissaires civils sont nommés pour faire partie de la (...)

45Cette dualité de la censure s’explique par le fait que « le contrôle exercé sur les journaux devant porter, en définitive, sur les informations ou articles de toute nature susceptibles de nuire à la défense nationale, ou de compromettre le maintien de l’ordre public, l’autorité administrative était, par la force même des choses, appelée à prêter son concours à l’autorité militaire pour l’examen des questions ne rentrant pas dans le domaine purement militaire » 1. Cet état de choses persistera jusqu’en février 1915, date à laquelle il fut décidé que la censure serait désormais exercée par un service unique « qui est d’origine militaire et auquel sont appelés à collaborer des censeurs civils 2 nommés par l’autorité militaire après échange de vues avec l’autorité préfectorale ».

  • 3  Note du 13 mars 1917, déjà citée.

46Cette unification de la censure, qui intervient peu de temps après le retour du gouvernement à Paris, traduit sans doute la volonté de celui-ci, d’organiser définitivement le contrôle de la presse autour de l’élément militaire, dans la perspective d’une guerre plus longue que prévu. Désormais, c’est à l’autorité militaire seule « qu’il appartient, en se conformant aux vues du gouvernement, et en déférant, le cas échéant, aux demandes des autres départements ministériels, de transmettre aux commissions de la censure les consignes de presse applicables en toute matière (questions militaires, diplomatiques, politique intérieure, etc.) » 3.

47À propos de la censure militaire, Joffre écrit en janvier 1915, dans une note adressée au ministre de la Guerre :

La censure militaire peut avoir à s’exercer soit sur les informations soit sur les commentaires. En ce qui concerne les informations, la censure, après six mois de guerre, devrait avoir fait l’éducation de la presse, de telle sorte que ses interventions fussent de moins en moins nombreuses. Dans la mesure où son intervention reste nécessaire, faute de cette éducation, sa mission demeure la même : arrêter toute information de nature à fournir des renseignements à l’ennemi.

  • 4  Rapport du général commandant en chef au ministre de la Guerre sur le fonctionnement du service de (...)

Quant aux commentaires, la censure, pour les apprécier, s’adressera au service de la presse. Si celui-ci est à la hauteur de sa tâche, la censure des articles de commentaires sera d’ailleurs réduite au minimum 4.

48Le 3 février de la même année (février est le mois de l’unification de la censure) le ministre de la Guerre adresse une lettre-circulaire aux généraux qui commandent les régions, dans laquelle il leur demande d’améliorer sensiblement l’organisation de la censure. En voici le texte :

Dans plusieurs régions l’autorité militaire n’a pas désigné d’autre censeur que l’officier de service, et encore dans le chef-lieu de la région seulement.

Mon télégramme N° 283 bis du 30 janvier vous a prescrit de désigner un officier chargé auprès de vous de centraliser en permanence les questions de presse. De même les commandants de subdivisions et commandants d’armes doivent prendre des mesures pour que tous les journaux et périodiques soient régulièrement contrôlés.

Les censeurs seront choisis de préférence parmi les officiers en activité ou anciens officiers, soit parmi les fonctionnaires civils mobilisés comme officiers, et en outre si plusieurs censeurs sont nécessaires dans la même ville, parmi les magistrats ou fonctionnaires membres des tribunaux de commerce, etc.

Il conviendra d’une part de tenir compte qu’il s’agit de fonctions délicates et d’autre part d’éviter d’avoir recours à des personnes qui ont été ou sont trop particulièrement mêlées aux polémiques politiques.

  • 5  SHAT, 5N 335.

Faites-moi connaître les dispositions prises et l’entrée en fonction des personnes choisies 5.

49Suite à ces injonctions ministérielles, comment fonctionna la censure militaire ? Il est difficile de répondre avec précision. On peut toutefois examiner à titre indicatif, le fonctionnement de la censure militaire à Nantes en juin 1915. Le général commandant la XIe région a prévu « afin de donner à la presse nantaise le maximum de facilités compatibles avec les exigences actuelles » que le contrôle des journaux se déroulerait de la manière suivante :

  1. La commission de contrôle se réunira le matin à 11 heures au château, où elle recevra des journaux les épreuves de tous les articles rédactionnels et de toutes les notes régionales présentant un caractère militaire ou politique destinés aux éditions du jour ;

  2. Un officier censeur passera dans les différents journaux entre 14 heures et 16 heures pour recevoir les morasses générales de mise en page ;

  3. La commission de contrôle se réunira de nouveau à 17 heures, au château, pour examiner tous les articles et filets d’ordre militaire ou politique devant paraître dans les éditions de nuit ;

  4. MM. les directeurs des journaux nantais s’engageront comme par le passé, à ne publier aucune note de ce genre qui ne serait pas visée par la commission de contrôle. Tout manquement à cet engagement entraînera, en dehors d’une peine répressive, la mesure préventive de la communication obligatoire de toutes les morasses, sans exception.

  • 6  SHAT, 5N 341.

Ces dispositions seront mises en vigueur à dater d’aujourd’hui 17 heures 6.

  • 7  SHAT, 18N 218.

50Le contrôle de la presse n’est pas chose facile. Le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, le reconnaît lui-même le 30 septembre 1915 7. Chaque jour, en effet, les très nombreuses commissions chargées de ce contrôle sont confrontées à des problèmes d’appréciation. Leurs « jugements » sur des questions semblables ne sont pas, loin s’en faut, similaires : ce qui est considéré comme « bon » à Lille peut très bien s’avérer « détestable » à Marseille. Même s’il y a lieu d’admettre que les « jugements » rendus puissent dépendre de circonstances locales, il apparaît que la censure doit être homogène. Il faut veiller, explique Millerand, à « l’uniformité de la censure, et [à] l’égalité de traitement à laquelle les journaux tiennent avec raison par dessus tout ». C’est pourquoi le ministre conseille aux censeurs « de se tenir en liaison constante » et de s’intéresser « à titre de comparaison et de documentation » à d’autres journaux que ceux qu’ils lisent habituellement dans le cadre de leurs activités. Ainsi ils pourraient notamment élargir leur horizon en s’adonnant régulièrement à la lecture de « quelques journaux variés de Paris ».

51Faire en sorte que la censure soit cohérente et limitée au strict nécessaire, ceci afin de prêter le moins possible le flan à la critique, tel fut l’objectif que se fixèrent les responsables politiques et militaires. Force est de reconnaître cependant qu’il ne fut pas atteint même si la censure remplit par ailleurs son contrat en « anesthésiant » l’opinion publique. Mais pouvait-il en être autrement ? Censure cohérente ou pas, censure limitée au strict nécessaire ou pas, les longueurs d’une guerre que tout le monde avait imaginée courte allaient rendre, de toute façon, celle-ci critiquable et même insupportable.

1.4. Les attaques de la presse contre la censure

  • 1  SHAT, 5N 338.

52Une note pour le ministre de la Guerre rédigée au cours de l’été 1915 constate que l’institution de la censure, « reconnue indispensable en principe par la quasi unanimité des journaux […] ne s’en trouve pas moins, dans la pratique, perpétuellement en butte à leurs attaques ». Et son auteur d’ajouter : « Il y a à cela plusieurs raisons mais la principale c’est qu’il n’est pour ainsi dire aucune des décisions de la censure que l’on ne puisse combattre avec d’excellents arguments » 1. Cette raison est peut-être la principale, mais ce n’est pas pour autant la plus importante. Elle n’aurait pas existé que les attaques contre la censure se seraient tout de même développées. En fait la raison qu’il faut mettre en avant, c’est la guerre qui s’éternise et qui finit par rendre la censure insupportable. Une autre explication mérite également de retenir l’attention. Il s’agit de ce que l’on peut appeler les « errements » de la censure qui recouvrent la condamnation par la presse de la censure politique et les incohérences de la censure.

1.4.1. Les effets de la prolongation de la guerre

  • 2  SHAT, 5N 345.

53Au début de la guerre, on pensait que celle-ci serait courte et que par conséquent la censure ne s’appliquerait pas très longtemps. Or la guerre, loin de s’achever rapidement, s’est prolongée, et la censure a continué son œuvre devenant, à mesure que le temps passait, de moins en moins supportable. Dans La Dépêche du 30 juillet 1916 Gaston Roupnel résume parfaitement le problème : « En août 1914, écrit celui-ci, la censure venait faire son œuvre virile et nécessaire. Mais il était entendu que cette œuvre serait courte. Or elle fut longue et dure toujours ». Et il ajoute un peu plus loin : « Tout de même il faut s’entendre : ce qui est bon deux mois peut l’être beaucoup moins si cela dure deux ans ». De plus, la guerre se prolongeant, l’application de la censure, laquelle rappelons-le n’a pas à proprement parler d’existence légale, se fait de plus en plus « large », ce qui contribue à accroître l’hostilité de la presse à son égard. C’est ainsi qu’en janvier 1916, la censure n’hésite pas à saisir Le Petit Parisien, coupable d’avoir publié un communiqué de la légation de Monténégro. Ce même mois, d’autres journaux devaient être saisis pour s’en être pris au haut commandement. « Les décisions du haut commandement, révèle une note de la section d’information du GQG du 1er février 1916, sont critiquées, les chefs militaires sont personnellement mis en cause, des avis sont exprimés non seulement sur les opérations exécutées mais aussi sur les opérations en cours ou en projet, des accusations le plus souvent vagues et imprécises, parfois bassement calomnieuses de soldats contre leurs officiers sont recueillies et publiées avec l’indication du corps de troupe et de sa résidence » 2.

1.4.2. Les « errements » de la censure

La condamnation de la censure politique

  • 3  La Dépêche, 18 décembre 1914.

54Les hommes de presse de l’époque, s’ils voulaient bien tolérer l’existence d’une censure portant exclusivement sur les faits militaires, étaient en revanche farouchement opposés à toute censure politique, cet adjectif signifiant d’abord une atteinte portée par le gouvernement à la liberté d’opinion. Ainsi le 17 décembre 1914, les parlementaires journalistes se réunissent au Sénat sous la présidence de Georges Clemenceau pour « examiner la portée de la loi du 5 août 1914 relativement aux rapports de la presse et de la censure depuis la guerre ». Il est décidé à l’unanimité qu’une délégation sera chargée de présenter au chef du gouvernement « une énergique protestation contre le fonctionnement de la censure politique et administrative actuelle qui a fini par créer un régime d’arbitraire absolument en dehors de la loi du 5 août sur les indiscrétions de presse en matière exclusivement militaire et diplomatique » 3.

  • 4  Ibid., 8 février 1915. Sur ce sujet, signalons la thèse d’histoire d’Olivier Forcade La censure po (...)

55Le 7 février 1915, l’association des journalistes républicains élève à son tour une protestation. Cette association, réunie à Paris sous la présidence du sénateur Paul Strauss, considère que « la censure politique est en contradiction absolue avec le principe de la souveraineté nationale, sur lequel repose tout le régime républicain, et qu’il y a, en outre, une conséquence dangereuse à retirer l’usage des libertés républicaines à des citoyens qu’on appelle à se battre pour le droit et la liberté ». L’association réclame par conséquent « la suppression immédiate de la censure politique » 4. Le 28 octobre 1915, La Dépêche note que « les plaintes contre la censure redeviennent très vives ». Et ce journal ajoute qu’il s’agit « plus spécialement de la censure politique ».

  • 5  Hennequin F., op. cit., page 150.
  • 6  La Dépêche, 26 février 1916.
  • 7  Aulard A., « La question de la censure », La Dépêche, 28 septembre 1917.

56René Viviani, président du Conseil de juin 1914 à octobre 1915, « niait l’existence d’une censure politique, soutenant qu’il n’y avait qu’une censure civile », écrit Hennequin 5. Son successeur, Aristide Briand, s’exprimant sur cette question à la fin du mois de janvier 1916, déclarait pour sa part devant les députés : « Le régime de la presse ne vise que les informations de caractère militaire ou diplomatique. Mais comment faire la démarcation entre les informations de cette nature et les articles politiques ? J’attends qu’on me le dise » 6. C’était bien là le problème. Et Paul Painlevé, devenu président du Conseil, rappelait à son tour en septembre 1917 « combien est artificielle la distinction entre la censure politique et la censure militaire » 7.

Les incohérences de la censure

  • 8  SHAT, 5N 550.
  • 9  Nom donné à la censure par Le Canard Enchaîné.

57La censure connut également bien des problèmes en raison de son manque de cohérence. Ainsi le 21 août 1915, une note établie par la section de la presse pour le Grand Quartier Général met en évidence l’inégalité de traitement dont est victime la presse française par rapport aux représentants de la presse étrangère : « La presse française remarque que des correspondants de journaux étrangers peuvent, munis d’une autorisation officielle, visiter nos places fortes, et publier dans leurs journaux des récits non censurés. Elle se plaint que ces mêmes récits, lorsqu’on veut ensuite les reproduire dans les journaux français soient supprimés en tout ou partie, alors que le public les trouve in extenso dans les journaux des pays neutres qui entrent librement en France » 8. Le 10 novembre, Alexandre Bérard écrit dans Le Radical : « Comme tous les confrères, j’ai eu bien d’autres histoires avec Anastasie 9 : j’ai senti souvent le froid de ses ciseaux sur mon épiderme, et dans les plus étranges fantaisies : j’ai vu des articles qu’ils avaient laissé passer dans Le Radical, coupés, une fois reproduits, dans La Dépêche Dauphinoise. Ce qui était très bien à Paris était épouvantable à Grenoble ».

58Pendant la première guerre mondiale, la censure française eut donc, en raison d’abord de la prolongation du conflit, maille à partir avec la presse. Son image ne tarda pas à devenir négative, alors même que dans son principe, la censure avait en août 1914, rallié tous les suffrages. Pour éviter que les relations du ministère de la Guerre et du haut commandement avec la presse, ne soient compromises par cette mauvaise image, il convenait de faire en sorte que celles-ci s’affranchissent le plus possible de la censure. Aussi la mise en place d’une véritable structure d’information s’avérait-elle, pour cette raison et pour d’autres (il fallait montrer que la liberté de la presse restait le principe, rationaliser les actions de propagande…), indispensable.

Notes

1  Note de la section de la presse du 23 mars 1916. SHAT, 5N 338.

2  Le Temps, certes, s’est défendu en arguant qu’avant lui d’autres journaux français et notamment les journaux du gouvernement, Le Public et Le Peuple français, avaient publié l’information ; ce qui est exact. Une chose cependant ne souffre aucune discussion. C’est bien l’information diffusée par ce quotidien, comme l’atteste un document du grand état-major allemand, qui a permis à ce dernier d’acquérir la certitude que Mac-Mahon voulait se porter au secours de Bazaine.

3  Louis-Lucien Klotz écrit : « [La censure] n’existait pas en 1870-1871 ; une indiscrétion de presse compromit irrémédiablement alors le sort de nos armées. Grâce à la censure et à la bonne discipline de la presse française [lors de la première guerre mondiale] ce terrible précédent ne fut pas renouvelé ! ». Klotz Louis-Lucien, De la guerre à la paix, Payot, Paris, 1924, page 33.

1  Les indiscrétions n’étaient pas le fait de la seule presse. Ainsi on peut lire dans un document daté du 21 décembre 1917 : « on a pu, à certains moments, rien que par les correspondances des civils de la zone anglaise, repérer sur le front anglais presque toutes les positions de batteries, les parcs des tanks et les effectifs d’infanterie. On a vu [également] des militaires adresser à de petites amies le dessin de leurs tranchées, celui des tranchées boches, y indiquer l’axe de notre attaque et en donner la date ». Extrait d’une note – sans autre précision – envoyée à Royallieu et Offémont. SHAT, série 5 N.

2  SHAT, 5N 345.

3  Nous rappelons ici pour mémoire que Joffre commanda l’armée française du 28 juillet 1911 au 16 décembre 1916. Les autres commandants en chef de l’armée française furent Nivelle (du 17 décembre 1916 au 15 mai 1917) et Pétain (du 15 mai 1917 jusqu’à la fin de la guerre). Foch, pour sa part, fut nommé à la tête des armées alliées le 26 mars 1918.

4  SHAT, 5N 345.

5  SHAT, 5N 364.

6  À la suite de cette affaire, les censeurs dont il était patent qu’ils n’avaient aucune compétence en chimie, reçurent un blâme pour ne pas en avoir référé.

7  SHAT, 5N 364.

8  « Au moment de mettre sous presse – explique Jean Bernard – on envoyait l’épreuve complète du journal – la morasse – par téléphone ; les censeurs indiquaient l’article, le passage, la phrase ou même le mot qu’il fallait enlever. Comme les journaux clichent généralement, et qu’il était d’ailleurs trop tard pour recommencer la mise en page, un ouvrier grattait les clichés avec un outil spécial, une échoppe ». Bernard Jean, Histoire générale et anecdotique de la guerre de 1914, t.1, 1915-1920, Berger-Levrault, Paris, page 453.

9  Lettre du commandant de la section de camouflage du 30 septembre 1917, adressée au général commandant en chef. SHAT, 5N 364.

10  SHAT, 5N 364.

11  Ibid., lettre du ministre de la Guerre au général commandant en chef du 16 juin 1916.

12  Extrait d’une lettre de Joffre de janvier 1915. SHAT, série 5N.

1  À la fin du mois de janvier 1916, Aristide Briand, président du Conseil, s’adressait en ces termes aux députés : « La censure n’existe pas légalement. Demain, si vous votez un projet l’établissant, il faudra que vous en précisiez les conditions et que vous fournissiez au gouvernement les moyens précis et limités d’appliquer cette loi. Le gouvernement est formidablement armé. Quoi qu’on en ait dit, avec l’établissement de l’état de siège, le gouvernement avait le droit de saisir un journal, de le traduire devant un Conseil de guerre ». La Dépêche du 26 janvier 1916.

2  « Le gouvernement désireux, dans la mesure où d’exceptionnelles circonstances le permettent, de ne porter aucune atteinte à la liberté des opinions, a proposé et fait voter la loi du 5 août 1914 » pour qu’elle fasse pendant à la loi du 9 août 1849 qui « a paru d’une application trop rigide et de nature à imposer à la presse un régime trop lourd ». Note annexée à la copie d’une circulaire du président du Conseil aux préfets, en date du 19 février 1915. SHAT, 5N 337.

3  Lettre du ministre de la Guerre du 6 août 1914, relative au régime spécial applicable à la presse. SHAT, 5N 372.

4  Note émanant du ministre de la Guerre (section de la presse) du 19 avril 1917. SHAT, 5N 346.

5  Hennequin F., « Du régime de la presse pendant la Guerre », Revue pénitentiaire et de droit pénal, mars-avril 1916, Chaix, Paris, page 144.

6  Une commission de la presse française est constituée le 13 août 1914 en vertu d’un arrêté du ministre de la Guerre, qui définit ainsi la mission du nouvel organisme : « Une commission est constituée auprès du ministre de la Guerre pour représenter les journaux de Paris et des départements, en vue de lui signaler et de lui transmettre leurs vœux légitimes notamment en ce qui concerne leur collaboration à l’œuvre de la défense nationale et les moyens pratiques pour rendre cette collaboration la plus efficace possible ». Journal Officiel du 13 août 1914.

7  Note du 19 février 1915, déjà citée. Précisons que le visa de la censure ne donnait pas aux journaux l’impunité définitive. Bernard Lozachmeur écrit : « dès le 17 octobre [1914] une circulaire précise que les journaux ne jouissent d’aucune impunité s’ils ont commis une faute grave (par exemple la divulgation d’une nouvelle ayant trait aux opérations militaires en cours), sous le prétexte que la censure s’est montrée négligente ; la garantie offerte à la presse par le contrôle atténue la responsabilité des journaux mais n’est pas absolue ». Lozachmeur Bernard, La censure de la presse française, du début de la première guerre mondiale, en août 1914, à la fin de l’année 1915, mémoire pour le diplôme d’études supérieures d’histoire, Université de Paris I, s.d., pp. 17-18.

8  Note pour l’état-major de l’armée, 2e bureau, émanant de la section de la presse du 13 mars 1917. SHAT, 5N 338.

9  Extrait d’une note de la section de la presse du 22 mars 1915. SHAT, série 5N. Il convient de préciser que le contrôle préalable n’était pas « légalement obligatoire », comme l’atteste un document du 12 décembre 1917. SHAT, 5N 343. Les journaux pouvaient donc ne pas s’y soumettre.

10  L’article 8 fut modifié en 1916 par l’article 6 de la loi du 27 avril 1916 relative au fonctionnement et à la compétence des tribunaux militaires en temps de guerre. Cet article est ainsi rédigé : « Dans les territoires déclarés en état de siège, en cas de péril imminent résultant d’une guerre étrangère, les juridictions militaires peuvent être saisies, quelle que soit la qualité des auteurs principaux ou des complices, de la connaissance des crimes prévus et réprimés par les articles, etc. »

11  Lettre du ministre de la Guerre du 6 août 1914, relative au régime spécial applicable à la presse. SHAT, 5N 372.

12  Ibid.

13  Document sur l’organisation de la censure, non daté. SHAT, 18N 218.

14  Si le bureau de la presse fut organisé le 4 août (voire le 3 si l’on veut bien considérer que ce jour là une structure certes sommaire, mais une structure tout de même existait), celui-ci n’en avait pas moins été constitué dans la soirée du 1er août au ministère de la Guerre. Messimy Adolphe, Mes souvenirs, Plon, Paris, 1937, pp. 335-336.

15  Bernard Jean, op. cit., t.1, page 85.

16  Lettre du ministre de la Guerre du 6 août 1914, déjà citée.

17  Note de la section de la presse du 23 mars 1916. SHAT, 5N 338.

18  Klotz Louis-Lucien, op. cit., page 30.

19  SHAT, 5N 341.

20  La censure, en fait, fut coupée en deux : d’un côté la direction de la censure (direction générale des relations avec la presse), de l’autre, les services de la censure (bureau de la presse). La direction de la censure qui avait donc autorité sur les services de la censure, fut installée au premier étage de la maison de la presse, rue François Ier. Quant aux services de la censure, ils demeurèrent au 110, rue de Grenelle. Si la direction générale des relations avec la presse et le bureau de la presse ne furent pas réunis en un même lieu, c’est notamment parce « qu’il n’était pas indiqué d’établir, dans un immeuble [la maison de la presse] où les journalistes viennent aux nouvelles, le bureau où affluent, pour être soumises à la censure, toutes les informations, vraies, fausses, utiles ou nuisibles à publier ». Note de la section de la presse du 23 mars 1916. SHAT, 5N 338.

21  Voir plus loin le développement concernant la maison de la presse.

22  Note de la section de la presse du 23 mars 1916, déjà citée. Ajoutons qu’en mars 1916, selon cette note, « il y a environ 400 commissions examinant 1 200 journaux ».

23  Le « récit d’un témoin oculaire » est un texte que rédige l’officier informateur (les officiers informateurs étaient les correspondants dans les armées de la section d’information du GQG) après avoir interrogé une troupe qui a pris ses cantonnements de repos. Ce texte relate les combats auxquels celle-ci vient de participer, en notant les impressions des combattants, en mentionnant les actes de courage, en citant le nom des chefs et les numéros des unités dans les limites fixées par une lettre du général en chef du 12 décembre 1917. Ce même général décide ensuite s’il y a lieu de communiquer ou non ces renseignements à la presse. Quant à l’« en marge » du communiqué, qui ne doit pas dépasser une cinquantaine de lignes, c’est un travail qui incombe également à l’officier informateur. Il s’agit pour lui de compléter le communiqué, si d’aventure celui-ci ne mentionne pas d’actions concernant l’armée. L’officier informateur envoie alors, s’il le peut, un message téléphoné relatif à une action d’importance secondaire (coup de main par exemple).

1  Note du 13 mars 1917 consécutive aux incidents survenus dans la XIe région au sujet des pouvoirs respectifs de l’autorité militaire et de l’autorité préfectorale en matière de censure. SHAT, 5N 341.

2  C’est ainsi qu’en 1915, à Toulouse, douze commissaires civils sont nommés pour faire partie de la commission de censure. L’essentiel du travail cependant incombe aux trois censeurs militaires. Ce qui s’explique notamment par le fait que les civils ne sont pas astreints à une présence permanente : deux fois deux heures par semaine semble-t-il au début, puis à partir de décembre 1916, on établit des tours pour en arriver à une présence de deux heures une fois par semaine. Ajoutons que la commission toulousaine était homogène dans sa composition puisque l’on trouve chez les civils trois professeurs de faculté (deux professeurs de lettres et un professeur de droit), quatre conseillers à la cour d’appel, quatre juges du tribunal civil et un conseiller de préfecture. Quant aux trois militaires – un chef de bataillon, un sergent et un maréchal des logis – ils exercent respectivement dans le civil les professions suivantes : inspecteur des eaux et forêts, professeur de droit et secrétaire. Bouyoux Pierre, op. cit., t.1, page 46 et suivantes.

3  Note du 13 mars 1917, déjà citée.

4  Rapport du général commandant en chef au ministre de la Guerre sur le fonctionnement du service de la presse et de la censure, de janvier 1915. SHAT, 5N 550.

5  SHAT, 5N 335.

6  SHAT, 5N 341.

7  SHAT, 18N 218.

1  SHAT, 5N 338.

2  SHAT, 5N 345.

3  La Dépêche, 18 décembre 1914.

4  Ibid., 8 février 1915. Sur ce sujet, signalons la thèse d’histoire d’Olivier Forcade La censure politique en France pendant la Grande Guerre, Université de Paris X-Nanterre, 1998.

5  Hennequin F., op. cit., page 150.

6  La Dépêche, 26 février 1916.

7  Aulard A., « La question de la censure », La Dépêche, 28 septembre 1917.

8  SHAT, 5N 550.

9  Nom donné à la censure par Le Canard Enchaîné.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search