Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Introduction

Texte intégral

1En France comme dans les autres grandes démocraties, l’armée et les médias, s’ils ne sont pas le pouvoir, n’en constituent pas moins, d’une certaine façon, deux pouvoirs, qui occupent une place plus ou moins importante selon les pays et les circonstances. Aussi, les relations armée-médias revêtent-elles un caractère particulier, voire une importance particulière, spécialement en temps de crise et de guerre.

2Ainsi, en temps de guerre – le seul temps qui nous intéressera ici – l’armée est en position de force par rapport aux médias, l’impératif de sécurité, comprendre par là la nécessité de garder secrètes certaines informations qui pourraient être exploitées par l’adversaire, l’emportant sur la liberté de la presse et le droit à l’information.

3Plus précisément, le pouvoir politique et l’autorité militaire exercent une action d’orientation et de contrôle sur les médias. Ceux-ci sont considérés comme une arme de guerre. Grâce à eux, il apparaît possible, d’une part, de motiver la nation et ses combattants et, d’autre part, de déstabiliser l’ennemi, essentiellement par des actions de propagande. Les médias sont un élément stratégique de premier ordre et les grands chefs militaires ne s’y sont jamais trompés. Ainsi, Bonaparte a su tirer tout le parti possible du seul média de son époque, la presse écrite. Joffre, pendant la Grande Guerre, et de Lattre, lors de la guerre d’Indochine, ont très bien vu, quant à eux, le rôle que pourraient jouer les médias, en raison de leur impact sur l’opinion française et internationale. Parmi les contemporains, on trouve également quelques grands chefs militaires qui croient à leur valeur stratégique, comme par exemple le général Sir John Hackett qui commanda le groupe d’armées Nord de l’OTAN.

4En temps de guerre, les relations armée-médias sont donc des relations déséquilibrées, constat qui s’impose totalement lorsqu’on aborde le cas des relations entre l’armée française et les médias pendant la première guerre mondiale.

5Et pour comprendre les relations entre l’armée française et les médias pendant la Grande Guerre (le mot « média » appliqué à cette période recouvre la presse écrite et dans une moindre mesure le cinéma), il faut impérativement tenir compte d’une chose, à savoir la montée en puissance de l’opinion publique. Avant même que le premier conflit mondial n’éclate, chacun pressent, et notamment l’autorité militaire, que celle-ci va prendre une importance qu’elle n’a jamais eue auparavant.

6Plus largement, pour permettre de mieux appréhender par la suite ces relations, il convient à ce stade de donner des informations sur la situation de la France, de l’armée et des médias français, spécialement dans les mois précédant le conflit et au début de la guerre.

Le pays

7La France en 1914 compte un peu moins de 40 millions d’habitants. Ce pays encore largement rural, cultive depuis les années 1880 l’idée de la Revanche. La société française d’ailleurs est « militaire ». Elle l’est au travers de l’école, des sociétés de tir et de gymnastique qui participent à leur manière à la préparation militaire ; elle l’est plus naturellement au travers de son armée qui est véritablement, depuis 1905, une armée de conscription. Plus largement, la France de 1914, c’est la France du nationalisme, celle de Psichari, de Péguy et de Barrès. C’est aussi la France de l’Union sacrée. Et cette France est représentée par Raymond Poincaré, « le lorrain patriote », élu président de la République en 1913, et à lui seul tout un symbole.

L’armée

  • 1 Le général André, ministre de la Guerre de 1901 à 1904, décidait de l’avancement des officiers, aid (...)
  • 2  L’antimilitarisme qui se fait jour à compter des années 1880 dénonce l’armée « caporalisée », l’ar (...)
  • 3  Feller Jean, Le dossier de l’armée française, Perrin, Paris, 1966, page 60.
  • 4  Les canons et les fusils sont beaucoup plus performants. Ainsi par exemple le canon de 75 qui voit (...)
  • 5  Joffre écrit : « Après 1870, notre stratégie avait été dominée par le fait que nous ne comptions f (...)

8En 1914, l’armée française présente les caractéristiques suivantes : elle est « sacrée » même si le boulangisme, « l’affaire Dreyfus, l’affaire des fiches 1, la vague d’antimilitarisme 2, l’ont touchée plus qu’il ne semblerait d’abord » 3 ; elle est une armée de conscription ; elle demeure une armée de fantassins, malgré les progrès très importants réalisés en matière d’armement 4 ; elle est conçue pour l’offensive, après l’avoir été pour la défensive 5.

9Plus précisément, depuis la défaite de 1870, l’armée française a été réorganisée dans le but de pouvoir faire face à l’Allemagne et de reprendre l’Alsace-Lorraine. Cette réorganisation tenait en trois points : création de régions militaires, amélioration de la procédure de recrutement des cadres, mise en place d’une armée de conscription. C’est ainsi qu’en 1873, le territoire métropolitain est divisé en 18 régions militaires, auxquelles correspondent autant de corps d’armée, qui ont vocation à se dédoubler lors de la mobilisation. Pour sa part l’amélioration de la procédure de recrutement des cadres résulte d’une constatation : le fait que la défaite de 1870 soit imputable en partie à l’infériorité du commandement français par rapport à son homologue allemand. Cela a directement deux conséquences : la suppression du corps d’état-major et la création en 1880 de l’École supérieure de Guerre, qui se veut une école de recrutement pour l’état-major, et dont le concours d’entrée est particulièrement sélectif. Ceux qui réussissent le mieux celui-ci sont les Polytechniciens, beaucoup d’entre eux étant d’anciens « postards », autrement dit d’anciens élèves du collège des jésuites de la rue des Postes. Enfin, pour ce qui est de la mise en place de l’armée de conscription, il faut souligner que celle-ci se fait progressivement. La loi de 1872 fixe d’abord à vingt ans la durée des obligations militaires dont cinq de service. Précisons toutefois que le contingent est divisé par tirage au sort en deux groupes dont l’un n’effectue qu’un an de service. La loi de 1889 va ensuite porter à vingt-cinq ans la durée des obligations militaires tout en ramenant celle du service militaire à trois ans (un tiers du contingent cependant ne fait qu’un an de service). La dernière loi – celle de 1905 – réduira la durée du service à deux ans, mais désormais tout le contingent est concerné par celui-ci.

  • 6  Bouju Paul M., Dubois Henri, La troisième République, PUF, Collection Que Sais-je ? n°520, Paris, (...)

10Suite à cette réorganisation, l’armée française est au début du XXe siècle pratiquement au niveau de l’armée allemande. Mais elle doit faire face à un certain nombre de difficultés : l’affaire Dreyfus (1897-1906), d’abord, est notamment l’occasion pour les universitaires de prendre une revanche sur « la caste militaire ». Paul M. Bouju et Henri Dubois écrivent : « les universitaires, retranchés de la société conservatrice depuis les luttes anticléricales, jalousaient les militaires de s’y être maintenus. Imbus de leur supériorité intellectuelle, persuadés de leur mission spéciale de savants voués à la recherche de la vérité, ils considérèrent très vite le cas Dreyfus comme l’occasion d’une revanche sur la caste militaire, et d’une revanche sur le terrain scientifique » 6. L’antimilitarisme ensuite, né d’ouvrages et de périodiques qui dénoncent les conditions de vie du soldat et qui attaquent les cadres de l’armée, est accentué par le fait que celle-ci est utilisée à des tâches de maintien de l’ordre. La crise du recrutement, enfin, qui trouve son origine dans le fait que l’armée est réquisitionnée dans le cadre de l’application de la loi de séparation de l’Église et de l’État, ce qui entraîne des démissions d’officiers et une baisse du recrutement.

11Ces difficultés vont trouver un épilogue : en 1906 pour l’affaire Dreyfus, avec la réhabilitation du capitaine du même nom ; aux alentours de 1910 pour l’antimilitarisme et la crise du recrutement.

  • 7  Fouquet-Lapar Philippe, Histoire de l’armée française, PUF, Collection Que Sais-je ? n°2320, 1986, (...)
  • 8  Ibid., page 63.

12En 1911, la nomination de Joffre à la tête de l’armée est le signal d’un nouveau départ. Le généralissime désigné cherche à réduire le déficit par rapport à l’armée allemande. À cette fin, il réclame et obtient le service de trois ans. Ainsi, à la fin de 1913, l’écart entre la France et l’Allemagne n’est-il plus que de 50 000 hommes alors qu’il était de 165 000 en 1912 7. Joffre prend également en considération le changement d’état d’esprit chez les officiers. Philippe Fouquet-Lapar écrit : « Les influences d’Ardant du Picq, de Lyautey et pour certains de Psichari, la formation sociale imposée par André, l’extension du service à toutes les classes de la nation modifient l’état d’esprit de l’officier : au delà de son métier à proprement parler, il se sent investi d’une mission, responsable et comptable de la vie des siens. Il cherche à les comprendre ; il s’efforce comme le demande le manuel du gradé de 1913 de faire de l’appelé "un soldat discipliné par conviction, sans supprimer pour autant l’acquisition de l’aptitude physique et des réflexes nécessaires au combat" » 8.

  • 9  Barrès Maurice, Chronique de la Grande Guerre, Plon, Paris, 1920, t.1, page 192.
  • 10  Maurice Barrès écrit à propos de l’École supérieure de Guerre : « C’est un organe spirituel qui a (...)
  • 11  Foch fut d’abord chef du cours d’histoire et de stratégie dans cette école en 1896, avant d’en ass (...)

13À la veille de la guerre, l’armée française, plus précisément l’armée active, compte près de 900 000 hommes. Elle est encadrée par des hommes « qui [parlent] un langage commun, [partagent] les mêmes pensées » 9. Ils ont en effet été formés au même moule, celui de l’École supérieure de Guerre 10, où Foch et Pétain notamment, furent professeurs 11.

Les médias

14En 1914, deux médias ont droit de cité : la presse écrite et le cinéma. La presse écrite toutefois est de très loin le média dominant.

La presse écrite

  • 1  Rémond René, préface au livre de Becker Jean-Jacques, 1914 : comment les Français sont entrés dans (...)
  • 2  Amaury Francine, Histoire du plus grand quotidien de la IIIe République, le Petit Parisien, 1876-1 (...)
  • 3  Ibid., page 374.
  • 4  Ibid.
  • 5  « À la veille de la guerre – écrit Pierre Bouyoux – [La Dépêche] compte 25 éditions régionales, 4  (...)

15En 1914, le journal est roi. On dénombre 80 titres à Paris et 242 en province pour un tirage total de 9 500 000 exemplaires. Avec un rapport de 244 quotidiens pour 1 000 habitants, la France, dont les journaux, au prix de cinq centimes, sont les moins chers du monde, occupe le premier rang en Europe. Toutefois les disparités sont grandes entre les villes et les campagnes. En effet, « le journal n’a encore que peu pénétré dans les villages et sa lecture reste une habitude des villes » 1. De plus, une presse domine toutes les autres. Il s’agit de la presse quotidienne parisienne, et plus précisément des grands journaux d’information. À la veille de la première guerre mondiale, le tirage global de cette presse s’élevait, selon Francine Amaury, « à environ six millions d’exemplaires, mais les cinq grands journaux du matin, Le Petit Parisien, Le Petit Journal, Le Matin, Le Journal et L’Écho de Paris tiraient à eux seuls cinq millions d’exemplaires » 2. Le Petit Parisien, avec 1 500 000 exemplaires, dominait le lot. Son influence dans le pays n’en était pas pour autant rigoureusement en rapport avec son importance numérique puisque la zone géographique couverte par « le plus grand journal du monde entier » était somme toute assez limitée. En effet, ce journal n’a jamais réussi à s’implanter ni dans l’Est et l’Ouest, ni dans « la partie méridionale de la France, de l’Aquitaine à la Provence » 3. Le Petit Parisien, dans ces régions, se heurta à la résistance des journaux régionaux, départementaux, et locaux, « représentant des intérêts et des tendances régionalistes à caractère politique et religieux » 4. Il est vrai par exemple qu’en province, un journal de la dimension de La Dépêche constituait pour le quotidien de la rue d’Enghien bien plus qu’une opposition, un obstacle insurmontable 5.

  • 6  On doit cependant noter ici qu’en août 1914 et les mois suivants, plus de trente quotidiens parisi (...)
  • 7  Le 11 novembre 1918, Le Petit Parisien tira à 3 031 312 exemplaires. Le dictionnaire de la politiq (...)
  • 8  Document sur le tirage des journaux, Service historique de l’armée de terre (aujourd’hui service h (...)

16Avec le déclenchement des hostilités, la presse, on pouvait le supposer, souffrirait quantitativement et qualitativement de la guerre. Or, au plan quantitatif, il n’en fut rien, au contraire ; ce du moins pour la grande presse d’information qui était la plus lue 6. Ainsi par exemple, le tirage moyen quotidien du Petit Parisien passa de 1 500 000 exemplaires à 2 000 000 et plus, à partir de 1916 7. En septembre 1917, le tirage des journaux parisiens dépassait les 8 500 000 exemplaires, dont 6 450 000 revenaient aux cinq grands quotidiens d’information8.

  • 9  Tout au moins de la presse parisienne, car nous ne savons pas si les tirages des journaux de provi (...)

17Cette situation « favorable » de la presse 9, et tout particulièrement de la grande presse d’information, tenait à trois raisons :

  1. Les Français étaient demandeurs d’informations sur la guerre. Ils voulaient savoir ce qui se passait à « l’avant ».

  2. Les combattants voulaient avoir des nouvelles de « l’arrière » : que fait-on pour nous aider ? Que raconte-t-on sur nous ?

    • 10  Le gouvernement voulait en effet « économiser le charbon nécessaire à la défense nationale, qui [é (...)

    Les journaux, tenus de paraître sur une seule feuille plusieurs fois par semaine 10, « compensaient » par un tirage plus important.

Le cinéma

  • 11  Balle Francis, Médias et société, Éditions Montchrestien, Paris, 1984, page 101.
  • 12  Daniel Joseph, Guerre et Cinéma, Armand Colin, Paris, 1972, page 34.

18En 1914, le cinéma n’est plus un média « balbutiant ». En effet, il connaît déjà une première phase d’expansion 11. Dans les salles, « les actualités cinématographiques qui semblent promettre une rapide victoire, sont vigoureusement applaudies » 12.

19C’est précisément l’espoir en une victoire rapide, joint au fait que le cinéma est considéré comme une « industrie frivole » qui amène le gouvernement et le commandement à négliger – au début du conflit tout au moins – le rôle que pourrait jouer ce média, notamment comme moyen de propagande. La presse, et spécialement la grande presse d’information, est au contraire l’objet de toutes leurs attentions, mais celles-ci s’expriment essentiellement en termes de censure. Car ce qui compte, c’est d’abord d’éviter absolument que des indiscrétions de presse comme celles de 1870 ne se renouvellent ; d’autant que, comme nous venons de le noter, on raisonne dans le court terme. Or, la guerre qui commence, loin d’être courte, va être longue et elle va être totale. En effet, elle ne va pas se limiter à un simple affrontement entre deux armées, mais s’étendre à tous les domaines, qu’ils soient politique, économique, industriel ou encore juridique.

  • 13  Ce chapitre ne traitera pas de la censure des articles des correspondants de guerre autorisés à su (...)
  • 14  Cette partie reprend presque intégralement, à partir de la page 79, avec l’aimable autorisation de (...)

20Les relations armée-médias pendant le premier conflit mondial sont tributaires de cette guerre « totale ». Plus précisément, l’étude de ces relations va nous conduire à présenter dans un premier temps les éléments dont celles-ci furent directement tributaires, à savoir la censure 13 et les services d’information. Dans un deuxième temps, nous évoquerons l’action exercée par l’autorité militaire sur les médias. Dans un troisième et dernier temps, nous nous intéresserons aux missions de correspondants de guerre qui furent accréditées auprès de l’armée française 14.

Notes

1 Le général André, ministre de la Guerre de 1901 à 1904, décidait de l’avancement des officiers, aidé de fiches (censées fournir des renseignements d’ordre politique et religieux) établies par quelques maçons du Grand Orient.

2  L’antimilitarisme qui se fait jour à compter des années 1880 dénonce l’armée « caporalisée », l’armée machine.

3  Feller Jean, Le dossier de l’armée française, Perrin, Paris, 1966, page 60.

4  Les canons et les fusils sont beaucoup plus performants. Ainsi par exemple le canon de 75 qui voit le jour en 1897 tire jusqu’à douze coups à la minute.

5  Joffre écrit : « Après 1870, notre stratégie avait été dominée par le fait que nous ne comptions faire qu’une guerre de défense ; impressionnés par les victoires allemandes, convaincus de notre infériorité militaire vis-à-vis de nos voisins de l’Est, nous avions d’abord cherché notre sauvegarde dans la fortification permanente ». Mémoires du Maréchal Joffre, 1910-1917, Plon, Paris, 1932, t.1, page 29.

6  Bouju Paul M., Dubois Henri, La troisième République, PUF, Collection Que Sais-je ? n°520, Paris, 1982, page 55.

7  Fouquet-Lapar Philippe, Histoire de l’armée française, PUF, Collection Que Sais-je ? n°2320, 1986, page 62.

8  Ibid., page 63.

9  Barrès Maurice, Chronique de la Grande Guerre, Plon, Paris, 1920, t.1, page 192.

10  Maurice Barrès écrit à propos de l’École supérieure de Guerre : « C’est un organe spirituel qui a sauvé la France ». Barrès Maurice, ibid.

11  Foch fut d’abord chef du cours d’histoire et de stratégie dans cette école en 1896, avant d’en assurer, à la demande de Clemenceau, le commandement, de 1907 à 1911. Pétain pour sa part y séjourna à deux reprises. En 1901, il y entre en qualité de professeur adjoint du cours d’infanterie. En 1908, après avoir effectué dans l’intervalle deux temps de commandement (en 1903 et en 1907), il est nommé professeur titulaire pour ce même cours.

1  Rémond René, préface au livre de Becker Jean-Jacques, 1914 : comment les Français sont entrés dans la guerre, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1977, page 1.

2  Amaury Francine, Histoire du plus grand quotidien de la IIIe République, le Petit Parisien, 1876-1944, PUF, Paris, 1972, t.1, page 98.

3  Ibid., page 374.

4  Ibid.

5  « À la veille de la guerre – écrit Pierre Bouyoux – [La Dépêche] compte 25 éditions régionales, 4 000 correspondants répartis dans tout le Sud-Ouest, mais aussi à Paris, Alger, Londres, Madrid, Barcelone ; le tirage annoncé est supérieur à 200 000, le chiffre de diffusion réelle est de l’ordre de 140 000 exemplaires, dont 20 000 environ pour Toulouse ». Bouyoux Pierre, L’opinion publique à Toulouse pendant la première guerre mondiale 1914-1918, thèse pour le doctorat d’histoire, Université de Toulouse II, t.1, page 36.

6  On doit cependant noter ici qu’en août 1914 et les mois suivants, plus de trente quotidiens parisiens disparurent. Albert Pierre, Terrou Fernand, Histoire de la presse, PUF, Collection Que Sais-je ? n°368, Paris, 1970, page 78. Mais, semble-t-il, le nombre de journaux vendus sur Paris ne diminua pas pour autant.

7  Le 11 novembre 1918, Le Petit Parisien tira à 3 031 312 exemplaires. Le dictionnaire de la politique française, publication Henry Coston, 1967, page 847.

8  Document sur le tirage des journaux, Service historique de l’armée de terre (aujourd’hui service historique de la défense, SHD, département Terre), ci-après dénommé SHAT, 5N 369.

9  Tout au moins de la presse parisienne, car nous ne savons pas si les tirages des journaux de province augmentèrent sensiblement pendant la guerre. Nous pouvons simplement signaler que La Dépêche vit son tirage passer de quelques 200 000 exemplaires en 1914 à 300 000 en 1915. Bouyoux Pierre, op. cit., t.1, page 37.

10  Le gouvernement voulait en effet « économiser le charbon nécessaire à la défense nationale, qui [était] employé en quantité importante pour la fabrication du papier […] rendre disponible le tonnage des bateaux qui [servaient] au transport de la pâte de bois venant de Suède et de Norvège [et] éviter l’envoi à l’étranger, notamment en Suède et en Norvège, de l’or servant à acheter la pâte de bois et le papier ». « Le format des journaux », La Dépêche, 2 mai 1917.

11  Balle Francis, Médias et société, Éditions Montchrestien, Paris, 1984, page 101.

12  Daniel Joseph, Guerre et Cinéma, Armand Colin, Paris, 1972, page 34.

13  Ce chapitre ne traitera pas de la censure des articles des correspondants de guerre autorisés à suivre les armées. Il en sera cependant question dans le développement consacré aux missions de correspondants de guerre.

14  Cette partie reprend presque intégralement, à partir de la page 79, avec l’aimable autorisation des Presses universitaires de France, l’un de nos articles publié en 1991 dans la revue Guerres mondiales et conflits contemporains et intitulé « Les missions de presse près l’armée française pendant la première guerre mondiale ».

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search