Version classiqueVersion mobile

Des sources pour une Plus Grande Guerre

 | 
Damien Accoulon
, 
Julia Ribeiro Thomaz
, 
Aude-Marie Lalanne Berdouticq

Partie IV. Sources plurielles pour sujets singuliers

Étudier le secret

Sur les traces de la police secrète allemande en Belgique et en France occupées

Élise Rezsöhazy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le point de départ de cet article est le suivant : la police secrète allemande en territoires occupés n’a laissé que peu de traces. Au sortir de la guerre, elle a peut-être veillé elle-même à détruire certains de ses dossiers tandis que, durant la Seconde Guerre mondiale, les bombardements alliés à Potsdam de bâtiments conservant les archives militaires ont achevé d’en effacer les traces. En Belgique comme en France, l’invasion de 1940 a également poussé les administrations et autres conservateurs d’archives à éliminer certains documents sensibles, comme les dossiers de procès de collaborateurs. L’historien qui étudie aujourd’hui le contre-espionnage allemand est donc confronté à une absence de sources produites par son acteur principal sur le terrain : la police secrète allemande. Mais la difficulté éprouvée par les historiens allemands à se pencher sur des problématiques militaires après le second conflit n’a pas non plus aidé à mettre en lumière même quelques bribes de l’histoire...

Auteur

Docteure en histoire de l’Université catholique de Louvain. En tant qu’aspirante du FRS/FNRS, elle a réalisé une thèse sur les polices secrètes allemandes en zones occupées du front Ouest pendant la Première Guerre mondiale. Elle est actuellement employée au CEGESOMA sur un projet consacré aux collaborateurs belges exécutés après la Seconde Guerre mondiale.

© Éditions Codex, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search