Version classiqueVersion mobile

Tourisme et Grande Guerre

 | 
Yves-Marie Evanno
, 
Johan Vincent

II. S’adapter, ne pas renoncer, anticiper : l’après-guerre dans toutes les têtes

Du nouveau à l’ouest

Exportation et acclimatation du système touristique nord-américain en France au lendemain de la Première Guerre mondiale

Gilles Della-Vedova

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1915, l’exposition internationale du Panama-Pacific ouvre ses portes à San Francisco avec la ferme intention de montrer que la ville se relève du terrible tremblement de terre de 1906. La France y participe par un pavillon qui reprend l’architecture du palais de la Légion d’honneur à Paris, probablement pour signifier qu’elle entend surmonter l’épreuve de la Première Guerre mondiale. Plus de 18 millions de visiteurs se rendant à l’exposition prouvent que le tourisme est une des voies de la renaissance.

Le tourisme et la Grande Guerre ne semblent pas faire bon ménage. Le premier, qui connaît son expansion durant la seconde moitié du XIXe siècle, paraît interrompu durant quatre ans ; la seconde, par le fracas des armes, bouleverse les beaux paysages et transforme les villes en ruines. Considérer les rapports de la sorte est un anachronisme qui plaque la situation de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Il est préférable d’envisager que le tourisme a été profondément perturbé par la...

© Éditions Codex, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search