Version classiqueVersion mobile

Tourisme et Grande Guerre

 | 
Yves-Marie Evanno
, 
Johan Vincent

II. S’adapter, ne pas renoncer, anticiper : l’après-guerre dans toutes les têtes

S’accommoder de la Grande Guerre ?

Quelques réflexions à propos du tourisme à Saint-Malo en 1914-1918

Erwan Le Gall

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 28 septembre 1917, une carte postale est adressée à Émile Le Guen, musicien-brancardier au 47e régiment d’infanterie. Son auteur, que l’on imagine du sexe féminin, affirme écrire de Saint-Malo, « au pied du Fort national, sur les rochers » et décrit le paysage qui lui fait face :

« En face le vieux Château où je pense à votre bonne vie d’avant-guerre… Autour de nous la mer monte. Quelle vue magnifique. On y passerait volontiers un bon moment. »1

Une telle carte postale, dont le recto figure un « effet de lune à la pointe de la Malouine », dit bien le statut préservé de cette station balnéaire, comme hors du temps et de cette guerre que l’on dit totale2. Car en ce mois de septembre 1917, alors que le 47e RI, l’unité qui précisément est en garnison dans la sous-préfecture d’Ille-et-Vilaine, participe à la seconde bataille de Verdun dans le redoutable secteur de la Côte du Poivre3, l’heure à Saint-Malo est au bilan de la saison touristique. Et si celui ne semble pas être à la hauteur ...

Auteur

Responsable de la vulgarisation de la matière culturelle de Bretagne pour Bretagne Culture Diversité. Doctorant à l’Université Rennes 2, il est également chargé de cours à l’Université Catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud et membre du comité de rédaction d’En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne. Auteur de plusieurs ouvrages sur la Première Guerre mondiale, il a récemment codirigé, avec François Prigent, C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France (Éditions Goater, 2018) et, avec Patrick Harismendy, Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre (PUR, 2019).

© Éditions Codex, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search