Version classiqueVersion mobile

Tourisme et Grande Guerre

 | 
Yves-Marie Evanno
, 
Johan Vincent

II. S’adapter, ne pas renoncer, anticiper : l’après-guerre dans toutes les têtes

II. S’adapter, ne pas renoncer, anticiper : l’après-guerre dans toutes les têtes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Penser le tourisme pendant la Première Guerre mondiale ne doit pas conduire à se focaliser uniquement sur la figure du touriste. Il convient également de s’intéresser à sa dimension économique, devenue vitale pour certaines villes. Quand le champ de bataille est loin, la pratique touristique est toujours possible, et les profits qui s’y rattachent toujours attendus. À partir de l’exemple de Saint-Malo, Erwan Le Gall évoque le cas de ces lieux, comme hors du temps, où le comportement des acteurs fluctue au gré des intérêts personnels, oscillant entre opportunisme et accommodation politique plus large.

Les saisons touristiques sont d’ailleurs tronquées en période de guerre. Elles se déroulent sans fastueux amusements. Les casinos sont fermés, parfois transformés en hôpitaux, et les maires surveillent la population afin d’éviter les débordements. Quant aux baigneurs, ils viennent certainement moins rechercher les plaisirs que la tranquillité1. À bien des égards, la guerre n’est jamais r...

© Éditions Codex, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search