Version classiqueVersion mobile

Tourisme et Grande Guerre

 | 
Yves-Marie Evanno
, 
Johan Vincent

I. Le tourisme, une pratique qui perdure malgré tout

I. Le tourisme, une pratique qui perdure malgré tout

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mobilisation, en plein été 1914, met un terme brutal à la saison touristique en cours. Guillaume Apollinaire, en villégiature près de Deauville, résume parfaitement la situation : « presque tout le monde fout le camp »1. Non loin de là, à Dinard, une employée d’hôtel confie que le mois d’août, traditionnellement si animé, lui rappelle le « mois d’octobre où l’on prépare ses quartiers d’hiver »2. Et pour cause : les hommes mobilisés gagnent leurs casernes, les étrangers quittent – plus ou moins – rapidement le territoire pour échapper à la guerre ou à l’internement… La situation n’inquiète pas outre mesure les commerçants, persuadés, comme le reste de la population, que la guerre sera terminée pour l’hiver. L’année 1915 est, de ce point de vue, paradoxale : alors que le maintien de la guerre laisse envisager le pire, l’activité reprend, à la grande surprise des professionnels.

Les pays les plus éloignés du front terrestre profitent d’une opportunité inespérée pour capter un flux to...

© Éditions Codex, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search