Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

Conclusion

Texte intégral

1Emmanuel Desgrées du Loû, le directeur politique du quotidien breton L’Ouest-Éclair, le proclame avec force le 14 octobre 1917, quelques mois donc après l’arrivée des premiers contingents du corps expéditionnaire américain :

  • 1  Desgrées du Lou, Emmanuel, « La Guerre totale », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°6550, 14 octobre 191 (...)

« La guerre que nous fait l’Allemagne est une guerre totale. Forces militaires, manœuvres diplomatiques, combinaisons politiques et financières, exploitation savante et perfide de toutes les divergences d’opinions ou d’intérêts qui lui paraissent susceptibles de diviser ou de troubler ses adversaires, espionnage, achat d’influences, recours à la trahison, tout est utilisé par elle, sinon pour nous vaincre – c’est un espoir qu’elle n’a plus – du moins pour se sauver de la ruine qui la menace » 1.

2Un siècle après les faits, les propos du journaliste paraissent éminemment contestables. Non seulement la guerre totale constitue une sorte d’horizon absolu vers lequel on ne peut que tendre, sans jamais l’atteindre, mais l’exemple de Saint-Nazaire et de ses alentours montre que le processus n’est pas sans limites, ni même forces contraires. Certes, les logiques qui s’apparentent à une force de dé-totalisation du conflit apparaissent bien minces, surtout lorsqu’on les compare à l’ampleur de la présence américaine entre 1917 et 1919 : quelques actions en justice, des divergences dans l’appréhension de la prophylaxie des maladies vénériennes, des récriminations contre l’inflation, voire même des protestations contre des sommes impayées ou des routes endommagées. Mais n’est-ce pas au final normal ? En effet, si les conduites relevant d’une logique de dé-totalisation du conflit n’avaient pas été statistiquement minoritaires mais majoritaires, alors la guerre ne serait pas allée à son terme… C’est donc bien l’endurance des sociétés en guerre qui, d’une certaine manière, se révèle à travers ce questionnement.

3Ajoutons qu’une telle réflexion met en lumière un certain nombre d’angles-morts de l’historiographie. Ainsi, qu’en est-il de la rivalité croissante tout au long du conflit entre l’armée – et plus particulièrement l’infanterie, dont les besoins en hommes sont immenses – et les industries travaillant pour l’effort de guerre – qui, elles aussi, ont des besoins humains importants et réclament toujours plus d’affectés spéciaux pour faire tourner les lignes de production ? En quoi la concurrence qui s’exerce sur ces individus, entre le front d’une part et l’usine d’une autre, témoigne d’une logique de dé-totalisation ? Dans la région de Saint-Nazaire, cette question est d’ailleurs loin de ne concerner que les chantiers navals, que l’on sait reconvertis à l’économie de guerre. C’est ainsi par exemple que le 22 avril 1917, quelques jours donc après l’entrée officielle des États-Unis dans le conflit, le Phare de la Loire annonce que vient d’être adressée

  • 2  « Permissions de quinze jours aux saulniers et paludiers », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31 (...)

4« aux généraux commandants les régions une circulaire au terme de laquelle les chefs d’équipe paludiers et saulniers, nominativement désignés par les Préfets du Morbihan, de la Loire-Inférieure, de la Vendée et de la Charente-Inférieure, pourront obtenir une permission de quinze jours à l’exception : 1° des hommes en service aux armées ; 2° des hommes dépendant du ministère de l’Armement ; 3° des jeunes soldats de la classe 1918 et de leurs instructeurs ; 4° des hommes du service armé récupérés par la loi du 20 février 1917 et de leurs instructeurs » 2.

Figure 20 : Les principales installations du corps expéditionnaire américain dans la région de Saint-Nazaire

Figure 20 : Les principales installations du corps expéditionnaire américain dans la région de Saint-Nazaire
  • 3  Pour un exemple on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « 15 juin 1917 : le 47e RI arrive à (...)

5Sans doute anecdotique, le cas de ces producteurs de sel dit cependant bien toute la complexité des enjeux qui entourent ces flux humains. Il y a d’un côté les dramatiques offensives de l’année 1917, sur le Chemin des Dames mais également à Passchendaele, en Flandres, qui accentuent la pression démographique qui s’exerce sur les rangs d’une armée dont le recrutement devient de plus en plus difficile 3. Mais il y a de l’autre un indéniable besoin de bras pour une récolte essentielle, celle du sel qui permet notamment la conservation des aliments et donc, d’une certaine manière, que se poursuive l’effort de guerre. C’est dans ce contexte démographique particulièrement tendu qu’arrivent à l’été 1917 les premiers Doughboys.

  • 4  « Un port américain en territoire français », Le Matin, 35e année, n°12433, 16 mars 1918, p. 2.

6En fait, la présence américaine à Saint-Nazaire est telle que pour la comprendre, il convient d’aller vers d’autres registres historiographiques que ceux qui sont habituellement accolés à une ville de l’arrière pendant la Première Guerre mondiale. Dans l’estuaire de la Loire, la réalité est telle que l’on recense à certaines périodes plus de Doughboys que de Nazairiens. Rendant compte de la visite qu’effectue en Basse-Loire en mars 1918 le secrétaire d’État à la guerre Newton D. Baker, le quotidien parisien Le Matin donne une singulière description de Saint-Nazaire : « C’est comme si l’on entrait dans un grand port américain, avec cette différence que les marchandises sont toutes de provenance américaine, pas un seul panier ou une seule caisse de fabrication étrangère ne se trouvant parmi ces caisses de fournitures à destination du front américain » 4. Du fait de cette situation, c’est donc vers d’autres logiques qu’il faut s’orienter et se demander si, malgré l’alliance qui unit Paris et Washington, la population locale n’a pas d’une certaine manière l’impression de se retrouver face à une sorte d’occupation, bienveillante certes, mais une occupation qui deviendrait d’autant plus insupportable que l’Armistice – unanimement compris comme la fin de la guerre alors qu’il n’est juridiquement qu’une suspension temporaire des combats – est signé. Dès lors, c’est bien sous l’angle d’une accommodation au conflit dont l’espace nazairien ne serait que l’un des multiples fronts intérieurs qu’il faut envisager la question du corps expéditionnaire américain.

  • 5  Boucheron, Patrick, L’Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil, 2017.
  • 6  Gutiérrez, Edward A., Doughboys on the Great War, op. cit., p. 132 et suivantes.

7Cette question invite du reste à une histoire locale mais au pluriel de la Grande Guerre, sorte de pendant « par le bas » de L’Histoire mondiale de la France publiée par P. Boucheron et son équipe 5. En effet, l’embouchure de la Loire n’est de ce point de vue probablement pas un cas unique. Il est à cet égard intéressant de noter que les critiques formulées par les Nazairiens à l’endroit des Doughoys, bien résumées du reste par Y.-H. Nouailhat, sont les mêmes que les Rhénans adressent aux troupes d’occupation américaines 6. De ce point de vue, il ne saurait donc y avoir ici une quelconque spécificité bretonne mais une illustration supplémentaire de l’impact de la chronologie sur les rapports entre civils et militaires venus d’outre-Atlantique. D’une part il y a des populations qui, et c’est encore sans doute plus le cas en Allemagne, défaite oblige, tolèrent de moins en moins la présence de troupes, et tous les désagréments qui vont nécessairement avec. De l’autre, il y a des Américains qui, à l’instar de leurs compagnons d’armes poilus du reste, comprennent l’Armistice du 11 novembre comme le moment de la paix et donc de leur retour immédiat dans leurs foyers. Sans doute cette désillusion alliée à un désœuvrement certain et à une discipline nécessairement relâchée expliquent-ils cet état de fait. À Brest, à Bassens mais également dans l’estuaire de la Seine, où elle s’ajoute de surcroît aux contingents britanniques, la présence américaine est également extrêmement forte. Il en est de même en ce qui concerne Tours, Gondrecourt ou Château-Thierry, pour ne citer que quelques exemples. À La Rochelle, les travaux en cours de L. Pichard devraient permettre de distinguer, ou non, quelques permanences afin de savoir si l’exemple nazairien relève réellement d’un cas particulier où s’il peut au contraire s’insérer dans un schéma plus global de réactions à la présence américaine. Et quid de Liverpool, port anglais par lequel transitent plus de 800 000 Doughboys ? Britanniques et Français réagissent-ils de la même manière lors de cette cohabitation avec ces alliés venus d’outre-Atlantique ? Autant de chantiers qui restent à ouvrir…

  • 7  Sur cette question, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « La section photographique du S (...)

8Certes, envisager Saint-Nazaire comme espace de dé-totalisation de la Première Guerre mondiale peut s’avérer particulièrement déprimant tant, au final, une telle grille de lecture conduit à souligner la force de l’individualisme. Indépendamment des enjeux propres à ce conflit, les acteurs, qu’ils soient modestes commerçants, capitaines d’industrie ou journaliers à la condition plus que modeste semblent placer avant toute autre priorité la poursuite de leurs intérêts propres. Les hommes du corps expéditionnaire américain, pour leur part, ne paraissent guidés que par la célébration de leur propre action 7 puis, une fois l’Armistice signé, la perspective du retour dans leur home sweet home. Loin des mots d’ordre abstraits et des idéaux que mobilise la culture de guerre – la justice et le droit, la liberté, la démocratie…. –, c’est en réalité le pragmatisme qui paraît triompher. Certes, les difficultés du temps – indépendamment de l’hécatombe sur le champ de bataille, on pense au renchérissement considérable de la vie et de manière plus générale à l’immense sentiment d’incertitude qui envahit le corps social – conduisent très certainement à favoriser de telles stratégies. Pour autant, il y a sans doute lieu de se demander si cet irréductible individualisme n’est pas aussi, d’une certaine manière, une bonne nouvelle en ce qu’il témoigne d’une véritable imperméabilité – on n’ose pas parler de résistance – aux discours nationalistes, bellicistes et totalisants du temps. En ce sens, la Première Guerre mondiale n’a probablement jamais été autant d’actualité.

Notes

1  Desgrées du Lou, Emmanuel, « La Guerre totale », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°6550, 14 octobre 1917, p. 1.

2  « Permissions de quinze jours aux saulniers et paludiers », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31807, 22 avril 1917, p. 3.

3  Pour un exemple on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « 15 juin 1917 : le 47e RI arrive à Verdun. La découverte de la vraie guerre ? », Bulletin de la Société d’émulation des Côtes d’Armor, à paraître.

4  « Un port américain en territoire français », Le Matin, 35e année, n°12433, 16 mars 1918, p. 2.

5  Boucheron, Patrick, L’Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil, 2017.

6  Gutiérrez, Edward A., Doughboys on the Great War, op. cit., p. 132 et suivantes.

7  Sur cette question, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « La section photographique du Signal Corps à Saint-Nazaire pendant la Première Guerre mondiale : source pour une histoire transnationale », op. cit..

Table des illustrations

Titre Figure 20 : Les principales installations du corps expéditionnaire américain dans la région de Saint-Nazaire
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 767k

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search