Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

III. Un processus de dé-totalisation ?

Chapitre 9 : Démobilisations combattantes et culturelles

Texte intégral

  • 1  « La phase décisive », La Dépêche de Brest, 31e année, n°11659,7 avril 1917, p. 1.

1Annonçant le 7 avril 1917 l’entrée des États-Unis dans la guerre, le rédacteur-en-chef de la Dépêche de Brest, Louis Coudurier, n’hésite pas à affirmer qu’il n’est désormais « plus permis de douter que nos épreuves vont désormais se terminer » 1. Cette phrase est particulièrement symptomatique des terribles fatigues – physiques mais aussi, et peut-être même surtout, morales – engendrées par un conflit interminable, ressenti comme étant d’autant plus long qu’aucune issue rapide n’est alors décelable. Cette insondable lassitude est essentielle à quiconque s’intéresse à l’évolution des relations entre populations françaises et membres du corps expéditionnaire américain entre 1917 et 1919. En effet, à Saint-Nazaire comme ailleurs, la date du 11 novembre 1918 marque un réel tournant en ce que ce qui était difficilement supportable – et plus encore avouable du fait de la pression morale exercée par l’impératif d’Union sacrée – avant l’Armistice ne l’est plus après.

  • 2  « Le retour du 64e d’infanterie », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7254, 23 juillet 1919, p. 4-5. Sur (...)

2Symboliquement, la guerre des poilus nazairiens ne s’achève que le 20 juillet 1919 avec le retour dans sa garnison du I/64e RI, ce bataillon parti depuis le 4 août 1914. Bien entendu, nombreux sont les hommes qui, plus âgés ou sous les drapeaux depuis le début de la guerre, sont démobilisés avant cette date. Pour autant, c’est bien avec les cérémonies de cette grandiose journée que prend fin l’Union sacrée et débute le retour à la paix, à la vie civile 2. C’est également à cette même époque que les derniers Américains présents dans l’estuaire de la Loire s’apprêtent à quitter la France. Quelques jours plus tôt, le général Rockenback commandant la base n°1 écrit d’ailleurs à Louis Brichaux pour lui annoncer son départ, et celui de ses Doughboys :

  • 3  Cité in « Le départ des Américains », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7258, 27 juillet 1919, p. 4.

« Mon cher maire,
Avant de quitter Saint-Nazaire, je tiens à vous assurer de ma très chaude et très vive amitié et vous remercier de la grande assistance que vous avez donnée aux troupes américaines, durant leur séjour ici.
Je m’attends à partir pour les États-Unis le 18 juillet. À cette occasion, je ne manquerai pas d’aller vous faire mes adieux.
Très sincèrement à vous.
S.D. Rockenback » 3

3Très protocolaire quoiqu’empreint d’une émotion clairement perceptible, ce courrier n’en masque pas moins l’immense décalage qui existe, tant dans les faits que dans leur perception subjective par les contemporains, entre le retour des Nazairiens dans leurs foyers et le départ des Américains. Or c’est ce décalage dans les temporalités et les ressentis qui génère de nombreuses tensions, acrimonies et autres rancœurs qui, par bien des égards, participent de logiques de dé-totalisation du conflit. Ajoutons que celles-ci ne doivent pas être confondues avec les trajectoires de sorties de guerres, celles-ci relevant de forces complètement différentes.

4L’Armistice n’est en effet pas la paix et la véritable zone grise que constitue la longue période de la démobilisation est propice à l’émergence de conduites relevant de logiques de dé-totalisation du conflit. Les Doughboys, pourtant entrés en guerre qu’en 1917 et en première ligne qu’au cours de l’année 1918, retournent la plupart du temps avant les poilus dans leurs foyers, dimension qui on s’en doute doit être difficile à digérer pour des hommes sous les drapeaux depuis parfois plus de cinq ans. La cohabitation forcée avec le corps expéditionnaire américain en devient d’autant plus difficile. D’ailleurs, fondamentalement, les maux qui sont attribués aux Sammies n’ont rien de nouveau dans la région de Saint-Nazaire, preuve qu’après l’Armistice la parole se libère, laissant désormais s’afficher librement la désunion entre alliés.

Rentrer dans ses foyers et sortir du conflit

  • 4  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 174.

5Dans une synthèse récemment publiée, le lieutenant-colonel R. Porte, officier d’active et historien habilité à diriger des recherches, rapporte qu’« à Londres comme à Paris, les autorités ont le sentiment que les Américains restent l’arme au pied pendant que les Poilus et les Tommies se sacrifient au Mont Kemmel et à l’Aisne » 4. On pourrait néanmoins objecter à ce propos que ce sentiment est non seulement perceptible dans les capitales britanniques et françaises mais qu’on le retrouve dans l’estuaire de la Loire, et pas uniquement sous la plume des « autorités ». Le journal de tranchées publié par le 116e régiment d’infanterie, une unité du 11e corps d’armée tenant garnison à Vannes et dans laquelle servent de nombreux Nazairiens, s’en fait d’ailleurs sarcastiquement l’écho au début de l’année 1918 dans un article intitulé « Les Bourreurs de Crâne ! » :

  • 5  « Les Bourreurs de Crâne ! », L’Enfant de Barbapoux, n°7, février 1918, non paginé.

« Un de nos grands confrères écrivait le 2 janvier dernier, en parlant d’un Sammie (sic !) : Il vient d’être terrassé par une terrible attaque d’appendicite, mais ne veut pas qu’on l’opère car il craint qu’une pareille cicatrice lui empêche de retourner se battre. Signé : Jean Vignaud. Nous tenons à prévenir notre confrère que, dans l’Armée Française, l’opération du terrible appendice ne gêne nullement nos poilus ! Il est vrai que les Sammies sont peut-être… plus tendres !!! » 5

6Ce ressentiment s’exprime avec encore plus de force après l’Armistice de Rethondes. L’édition datée du 16 novembre 1918 du Journal des mutilés, réformés et victimes de la guerre en témoigne d’ailleurs parfaitement. Certes, cinq jours seulement après le 11 novembre 1918, cet hebdomadaire titre sur « La Victoire ». Mais l’éditorial de Jean Mondré rappelle que désormais c’est à la démobilisation et au retour dans les foyers que la priorité doit être accordée, et ce faisant affirme que les chemins empruntés avec les alliés, et plus spécifiquement encore avec l’Oncle Sam, sont désormais prêts à se séparer, voire même à entrer en collision frontale :

  • 6  Mondré, Jean, « La Démobilisation », Journal des Mutilés, Réformés et Victimes de la guerre, 3e an (...)

« Si M. Clemenceau avait dit lundi à la Chambre que dans les quinze jours qui vont suivre les vieilles classes seraient démobilisées, il est certain que son succès aurait été encore plus grand.
Nous avons, en effet, un besoin urgent d’agriculteurs.
Les Anglais et les Américains, surtout ces derniers qui sont armés depuis peu de temps, peuvent fournir des garnisons pour les pays occupés. Un pourcentage insignifiant de la population américaine a été atteint par la mobilisation.
Mais nous craignons fort que les Français n’aient, cette fois encore, la plus lourde part du fardeau à supporter » 6.

  • 7  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, op. cit., p. 202-209
  • 8  Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée, op. cit..

7On perçoit clairement à partir de ces quelques lignes une raison essentielle du ressentiment grandissant, après le 11 novembre 1918, de la population nazairienne envers les membres du corps expéditionnaire américain. Pourtant, celle-ci n’est quasiment jamais mise en avant par les auteurs ayant travaillé sur l’estuaire de la Loire. Il est vrai qu’au moment où Y.-H. Nouailhat publie son ouvrage pionnier, la question des sorties de guerre n’est pas encore dans le radar des préoccupations universitaires. Aussi, donne-t-il trois éléments pour expliquer l’opinion de plus en plus négative de la population nazairienne à l’égard des Américains : la circulation difficile sur les routes de la région du fait des nombreux véhicules apportés par le corps expéditionnaire, les multiples réquisitions que celui-ci opère et, enfin, le comportement licencieux des Doughboys 7. Il faut en fait attendre le tournant de l’histoire culturelle et plus particulièrement les travaux fondateurs de B. Cabanes pour que cette période intermédiaire, plus tout à fait conflit mais pas encore totalement paix et retour à la vie civile, entre dans la focale de l’historiographie 8. Et c’est bien à la lumière de ces nouveaux acquis de la connaissance qu’il faut examiner le cas nazairien.

  • 9  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1296.2698.
  • 10  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1296.2712.
  • 11  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1296.2506.
  • 12  Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée…, op. cit., p. 377.
  • 13  Pour deux exemples bretons particulièrement éloquents se reporter à Harel, Ambroise, Mémoires d’un (...)
  • 14  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1296.2517.
  • 15  Gutiérrez, Edward A., Doughboys on the Great War..., op. cit., p. 135.

8Un détour par les fiches matricules du recrutement met en effet en exergue cette chronologie de la démobilisation qui, à n’en pas douter, tient une part importante dans les griefs formulés envers les Américains. Manœuvre originaire de Montoir, Jean Glotin est incorporé le 27 novembre 1913 au 137e RI de Fontenay-le-Comte, en Vendée, pour effectuer son service militaire. Transféré au début de l’année 1914 au 64e RI pour une raison que n’expliquent pas les archives, il est surpris par la mobilisation alors qu’il se trouve sous les drapeaux. Parti aux armées le 5 août 1914, il effectue toute la campagne, en tant que simple soldat, au sein de cette unité, récoltant une belle citation à l’ordre du régiment ainsi qu’une blessure, et n’est démobilisé que le 19 août 1919, soit après six ans de vie militaire 9. Originaire de Saint-Nazaire, Jean Guihard est dessinateur aux chantiers de Penhoët et devient même, après le conflit, chef de groupe au sein du bureau d’études. Incorporé le 1er octobre 1913 au 5e régiment de cuirassiers afin d’y effectuer son service, il part aux armées le 2 août 1914 pour n’être démobilisé que le 31 août 1919, après 72 mois de vie militaire 10. Et encore les poilus métropolitains paraissent-ils parfois avantagés par rapport à leurs compagnons d’armes opérant loin de l’hexagone. Laboureur de Saint-Nazaire incorporé en décembre 1914 au 19e RI de Brest, Armand Belliot est affecté le 16 septembre 1917 à l’armée d’Orient. Il lui faut attendre presqu’un an après l’Armistice pour être démobilisé, le 1er septembre 1919, et retourner à la vie civile 11. Semblable remarque peut également être formulée à propos des prisonniers de guerre, véritables « oubliés de la victoire » pour reprendre les termes de B. Cabanes 12. Non seulement leur retour s’effectue en catimini mais dans un climat de suspicion latente 13. Certains sont même invités à revenir sur les conditions de leur capture devant un Conseil de guerre, Thémis aux armées suspectant bien volontiers la détention en Allemagne de masquer des actes d’abandon de poste et de désertion à l’ennemi. Heureusement de tels cas restent rares mais pour les prisonniers, la sortie des camps n’est nullement synonyme de retour immédiat au foyer puisqu’il leur faut auparavant passer plusieurs mois à la caserne. Cultivateur de Saint-Nazaire, Armand Berthaud est incorporé le 27 novembre 1913 au 2e régiment d’infanterie coloniale pour y effectuer son service militaire. Parti aux armées dès l’annonce de la mobilisation générale, il est capturé le 22 août 1914 lors de la bataille de Rossignol et est détenu jusqu’au 1er décembre 1918 à Gorlitz, en Allemagne. Il lui faut attendre pourtant le 6 août 1919 pour être démobilisé 14. Il n’y a alors plus que 40 000 Doughboys en France 15.

  • 16  « La fête du régiment », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 20e année, n°7121, 1er février 1919, p.  (...)
  • 17  Fouchard, Dominique, Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses (...)

9Certes, les poilus les plus âgés sont dégagés en premier de leurs obligations militaires et, le 31 janvier 1919, Nantes célèbre le retour du 81e régiment d’infanterie territorial, unité où servent du reste de nombreux nazairiens 16. Mais pour ces pépères, comme on les appelle alors affectueusement, le plus dur commence car le retour à la vie civile n’est pas nécessairement synonyme de sortie de guerre. L’historienne D. Fouchard a bien montré ce poids du conflit. Recourant notamment au courrier des lectrices de la presse féminine, elle pénètre l’intimité des couples recomposés après plusieurs années d’une séparation forcée par la guerre. Ce faisant, elle montre la masculinité abimée de combattants qui, lorsqu’ils ne sont pas amputés, trépanés ou mutilés, ne reviennent pour autant pas indemnes de l’expérience des tranchées. En témoignent des symptômes aussi divers que difficiles à repérer dans les archives : alcoolisme, violence conjugale, impuissance sexuelle, voire même addiction au jeu ou aux opiacés 17. Et que dire de l’angoisse suscitée par un retour sur le marché du travail qui, bien entendu, n’est plus celui d’avant 1914 ?

  • 18  « Démobilisation et esprit de suite », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7068, 8 décem (...)
  • 19  « F. A. Derby is Home », The Topeka Daily State Journal (Home edition), 25 mars 1919, p. 3.

10On mesure néanmoins aisément le paradoxe des quelques semaines qui suivent l’Armistice du 11 novembre 1918. Une fois la guerre gagnée, ou tout du moins comprise comme telle puisque la paix de Versailles est alors loin d’être signée, l’impatience est d’autant plus grande que le contraste est fort avec la mobilisation de l’été 1914, rapide et efficace18. Il en est de même pour les membres du corps expéditionnaire qui commencent à souffrir de plus en plus du mal du pays. Au printemps 1919, un responsable d’un foyer du YMCA à Saint-Nazaire le certifie sans ambiguïté : « La question la plus posée par les soldats c’est quand est-ce que nous retournons à la maison ? » 19 Même son de cloche chez Albert C. Kezar, un soldat de la compagnie F du 34th Engineers affecté au camp de Montoir :

  • 20  « Fights with Pencil instead of Gun », Warren Sheaf, Vol. XXXVIII, n°52, 25 décembre 1918, p. 5.

« Je ne sais pas quand notre compagnie repartira aux États-Unis mais chaque jour qui passe nous rapproche assurément du retour. La Statue de la Liberté sera une vision bienvenue pour tous les Américains sur le chemin de la maison. Notre traversée de l’étang prendra deux fois moins de temps que pour notre venue en France » 20.

11Si chacun espère avec impatience la démobilisation et la perspective du retour au foyer, cette attente est à n’en pas douter la source de dissensions supplémentaires entre Français et Américains. On imagine d’ailleurs bien quelles peuvent être les récriminations des Nazairiennes qui attendent un fils, un mari ou un frère aux armées depuis parfois plus de cinq ans, comment elles peuvent réagir en constatant que ces Doughboys entrés plus tardivement dans le conflit repartent plus tôt chez eux, de surcroît après une campagne jugée moins dangereuse car perçue bien souvent comme passée tranquillement à l’arrière, au sein des Services of Supply qui pullulent dans l’estuaire de la Loire. Le colonel Sewell commandant la Base Section n°1 a beau inviter les autorités civiles et militaires à un grand dîner le 28 novembre 1918 à l’occasion de Thanksgiving, son discours est révélateur des tensions qui peuvent exister entre les deux alliés, quelques jours seulement après la signature de l’Armistice :

  • 21  « The Thanks giving Day » L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7061, 1er décembre 1918, p (...)

« La guerre laisse la France à sa place légitime à la tête des nations de l’Europe continentale, et je vous assure que personne ne se réjouit de ce fait plus que les Américains. Nous sommes au comble de nos vœux. C’est pour nous une grande joie d’avoir pu contribuer, en quelque mesure, à ce résultat. Si dans des temps à venir, par une coopération commerciale et industrielle sur des bases d’avantages réciproques, nous pouvons aider la France à maintenir sa position prééminente, nous serons heureux de le faire. Mais dans ce cas, il faudra que la France fasse le premier pas, car nous n’avons pas l’intention, par notre propre fait, de jamais justifier l’insinuation qui a été faite que, à Montoir, nous avons en réalité construit pour nous même une tête de pont commerciale » 21.

  • 22  « Saint-Nazaire invite le président Wilson », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7071, (...)
  • 23  Instructif est à cet égard « La vente des cartes postales », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e  (...)
  • 24  « Filleules de Saint-Nazaire, Suippes et Hirson », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7 (...)

12La municipalité et la Chambre de commerce de Saint-Nazaire ont beau s’associer sous la houlette de Louis Brichaux pour inviter le président Wilson à l’occasion de son séjour en France, dans le cadre des négociations de Versailles, la concorde atlantique se relâche et les intérêts particuliers reprennent le dessus 22. Or il y a tout lieu de se demander si, à une époque où la guerre est encore juridiquement et politiquement en cours 23, ces conduites ne peuvent pas s’apparenter à un processus de dé-totalisation. Américains et Français ont en effet tout intérêt à être le plus intimement alliés pour que soit scellée la meilleure paix possible. Or, on le sait, les dissensions sont fortes entre Wilson et Clemenceau et non seulement la situation nazairienne semble en être un reflet assez fidèle mais, de surcroît, interroge très largement la dimension totale du conflit à une époque où, rappelons-le encore, celui-ci est loin d’être achevé. En tout cas, on comprend pourquoi il importe de rappeler le sens d’une guerre si longue qu’elle en est devenue incompréhensible, réalité qui s’incarne par exemple par le lancement à la fin du mois de décembre 1918 de la 7e souscription en faveur de Suippes et Hirson, villes adoptées par Saint-Nazaire 24.

Les Américains à Saint-Nazaire : une situation nouvelle ?

13On ne peut donc pas comprendre les rancœurs qui s’expriment lors de cet hiver 1918-1919 contre les Américains à Saint-Nazaire si l’on ne se plonge pas dans ce contexte fait d’interminables attentes et de parole libérée sur fond de conflit devenu fondamentalement inintelligible. Ce cadre chronologique bien spécifique, et inédit, est d’autant plus important qu’il contraste au final largement avec ce qui est dénoncé par les populations civiles, mais aussi les autorités, de l’estuaire de la Loire.

  • 25  Sur Jean-Émile Laboureur et parmi une bibliographie d’une grande richesse, on renverra notamment à (...)

14Prostitution, crimes et alcool sont des topoï de la vie portuaire et existent bien avant l’arrivée du corps expéditionnaire américain. Les célèbres gravures de Jean-Émile Laboureur sont de ce point de vue particulièrement intéressantes. Traditionnellement érigées en témoignage incontournable de la présence américaine à Saint-Nazaire, et employées en guise d’illustration dès les années 1970 par Y.-H. Nouailhat, elles n’en témoignent pas moins de cette ambivalence. Certes, une composition comme « Nègres américains à Saint-Nazaire » dit sans doute ce que la confrontation avec ces hommes noirs peut avoir d’extraordinaire, au sens premier du terme, pour les populations civiles de l’embouchure de la Loire. De même, sans doute que les silhouettes à la fois élancées et toutes en rondeurs utilisées par l’artiste pour représenter les soldats du corps expéditionnaire dans « l’entrée du port » doivent être rapprochées de la représentation classique de l’embusqué, dont les traits sont alors volontiers féminisés, par opposition au poilu qui, lui, est alors l’expression même de la virilité. Mais il n’en demeure pas moins que, dans l’absolu, cette estampe figure une scène d’une quotidienneté confondante : trois hommes passant devant une buvette, et trois autres attablés en terrasse devant ce qui semble être des verres de vin. Et quid de la « Chambre meublée du Grand hôtel » ? Certes on y voit un imposant Doughboy aux côtés d’une prostituée mais cette scène, indépendamment de la nationalité du client, est-elle réellement inédite dans un port tel que Saint-Nazaire ? 25

  • 26  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au chef de bataillon Appleton, 28 novembre (...)

15De la même manière, la lutte contre les méfaits de l’alcoolisme ne naît pas avec la Première Guerre mondiale, et encore moins avec l’arrivée du corps expéditionnaire américain, mais prolonge un XIXe siècle qui est, par bien des égards, celui de l’hygiénisme. Seul le contexte lié à la présence des American Expeditionary Forces change et, en novembre 1917, le commissaire spécial de Saint-Nazaire n’hésite pas à souligner d’une belle formule les réactions en chaîne que peut provoquer la dive bouteille. En effet, pour le policier, « la prostitution sévit plus facilement sur les hommes que l’alcool livre aux marchandes d’amour avarié » 26.

16Dans son édition du 19 décembre 1918, L’Ouest-Éclair évoque un fait divers survenu la veille dans un débit de boisson de Saint-Nazaire :

  • 27  « Mauvais clients », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7070, 19 décembre 1918, p. 4.

« Hier, vers 9 heures et demi du soir, des soldats américains qui se trouvaient au café du Havre, tenu par M. Mignon, rue Amiral Courbet, y ont causé du tapage et ont démoli plusieurs tables et ont cassé les glaces devant la devanture. Les gardes de la prévôté sont intervenus et ont emmené les forcenés » 27.

17Un article tel que celui-ci est intéressant en ce qu’il met en lumière les difficultés du corps expéditionnaire américain à faire régner la discipline dans ses rangs, plus encore après l’Armistice du 11 novembre 1918 où le conflit est considéré comme d’ores et déjà gagné. Pour autant, on ne peut manquer de souligner combien de tels faits, bien que répréhensibles et contrevenant à l’ordre public, sont d’une grande banalité et s’insèrent dans un temps long où la figure de l’étranger tient une place essentielle. Un mois et demi avant le débarquement des premiers contingents américains à Saint-Nazaire, le Phare de la Loire rend ainsi compte d’un fait divers sordide qui, le commerce de la chair excepté, comporte tous les ingrédients associés généralement à ce type d’affaires :

  • 28  « Algérien meurtrier », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31829, 15 mai 1917, p. 3.

« Le nommé Yala Bachir, 24 ans, Algérien, chauffeur à bord du vapeur Stilbet, se disposait, dimanche, vers 15 heures, à entrer dans le débit Vince, avenue de Penhouët ; comme il était complètement ivre, Mme Vince refusa de le recevoir et lui ferma la porte au nez.
L’Algérien, furieux, resta sur le trottoir, en proie à une violente colère ; tout à coup, on entendit un grand cri. Un passant, M. Jean Gobert, 29 ans, sujet belge, manœuvre, venait d’être frappé d’un coup de couteau par l’énergumène.
M. Gobert put à grand’peine entrer dans le débit, où il expira presque immédiatement ; il avait eu les intestins et le foie perforés par l’arme du meurtrier.
Quant à Yala Bachir, arrêté par des passants, il a été remis à la gendarmerie et incarcéré à la prison de Saint-Nazaire » 28.

  • 29  Parmi de multiples références se reporter à Cabot, Bastien, « À Bas les Belges ! » L’expulsion des (...)

18Intitulé « Algérien meurtrier », cet article est intéressant en ce qu’il rappelle combien le traitement de ce type d’affaires est indissociable d’une xénophobie exprimée avec plus ou moins de liberté. Ici, le fait divers est d’autant plus signifiant qu’il fait intervenir une double altérité, la victime étant belge. Or on sait combien les ressortissants de la Poor Little Belgium peuvent être victimes, avant et pendant le conflit, de mesures d’hostilité, pour ne pas dire de racisme 29. Ici, c’est donc le principe de proximité qui semble jouer en faveur de Jean Gobert, proximité géographique mais aussi, et peut-être même plus certainement, culturelle, selon une logique qui n’est pas sans faire penser aux gigognes bien décryptées par l’ethnologie des lignages. Dès lors, c’est bien sous cet angle qu’il faut aussi considérer la présence américaine dans l’estuaire de la Loire, celle-ci faisant bien souvent apparaître, et plus encore après l’Armistice du 11 novembre 1918, des réactions qui ne sont pas sans évoquer un processus de dé-totalisation d’un conflit qui, rappelons-le, est toujours en cours jusqu’à ce que soit signé le traité de Versailles.

  • 30  Il n’est pas difficile de voir dans cette exception la marque des lobbys viticoles, dimension qui (...)
  • 31  Un premier arrêté municipal est pris en ce sens le 8 juillet 1918.

19L’arrêté pris à la fin du mois de décembre 1918 par le maire de Saint-Nazaire, texte interdisant la vente d’alcool à l’exception des apéritifs, des vins « doux et naturels » 30 et des « liqueurs préparées avec des fruits frais », dit bien le contexte particulier des semaines qui suivent l’arrêt des combats. Si les mesures antialcooliques et hygiénistes ne sont pas une nouveauté survenue avec l’Armistice 31, ce texte s’insère dans un contexte spécifique qui rappelle combien la présence américaine, on l’a vu ardemment souhaitée au printemps 1917, est devenue pesante :

  • 32  « Interdiction de la vente d’alcool », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7082, 22 déce (...)

« Considérant que si en tous temps les Maires ont le devoir de prendre toutes les mesures possibles pour assurer l’ordre public, ce devoir devient encore plus impérieux en temps de guerre ;
Que notamment, dans cette période ou tant de chefs de famille ont dû quitter leur foyer pour assurer la défense du pays, ils doivent particulièrement protéger contre la démoralisation ceux qui se trouvent ainsi momentanément privés de leur protecteur naturel ;
Que ces obligations s’imposent surtout dans une ville comme Saint-Nazaire, où la population dépasse notablement l’effectif normal, où la police est très réduite et où la présence de nos alliés commande aux habitants le bon ordre et la bonne tenue » 32.

20Les propos de Louis Brichaux ont beau être habillés de toute la subtilité diplomatique nécessaire, la source de cette mesure est explicitement désignée : la présence du corps expéditionnaire américain, d’autant plus durement ressentie qu’elle se conjugue à l’absence des mobilisés. Les faits divers relatés par la presse locale en deviennent d’autant plus intéressants car si ces actes délictueux s’insèrent dans une certaine normalité criminelle, observable sur le temps long, avant et après le conflit, ils sont bien souvent attribués à quelques Doughboys et contribuent à singulièrement ternir l’image du corps expéditionnaire. Le 19 janvier 1919, c’est par exemple d’un classique vol de bijoux dont il s’agit :

  • 33  « Amateurs de bijoux », L’Ouest-Éclair (éditions Nantes), 20e année, n°7108, 19 janvier 1919, p. 4

« Mme Levacher, bijoutière, rue de Nantes, 23, a porté plainte contre trois soldats américains qui se sont présentés à son magasin, sous prétexte de choisir des bijoux et après le départ desquels elle a constaté que plusieurs objets de valeur lui manquaient, notamment un pendentif avec une chaîne en or, une croix de Lorraine, une plaque d’identité en titre fixe, etc. Une enquête a été ouverte » 33.

  • 34  « Un double assassinat », L’Ouest-Éclair, 21e année, n°7216, 23 septembre 1919, p. 3.
  • 35  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, Affaire Bellouis-Pichaud.

21Autre exemple, le meurtre à Corsept, tout près de Paimboeuf, sur la rive sud de l’estuaire de la Loire, de deux hommes revenant d’une journée de villégiature à Pornic avec leurs épouses, par deux Doughboys 34. L’affaire fait d’autant plus de bruit qu’elle a lieu le 21 septembre 1919, c’est-à-dire à une date extrêmement tardive et où le corps expéditionnaire a déjà presqu’intégralement quitté le territoire. Les deux assassins, rapidement identifiés du reste, ne sont d’ailleurs pas interpellés par la police française mais jugés par les autorités américaines, ceux-ci ayant embarqué sur un transport quelques heures seulement après leur terrible méfait 35. Il en résulte néanmoins un sentiment d’impunité qui, à n’en pas douter, n’est pas fait pour redorer le blason de l’Oncle Sam.

  • 36  « Vol à l’Américaine », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6 045, 1er janvier 1916, p. 3.
  • 37  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le sous-préfet de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, 17 (...)
  • 38  Roynette, Odile, Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècl (...)

22Il importe également de rappeler que ces relations difficiles naissent aussi de représentations mentales négatives qui, pour bon nombre, trouvent leur source à la Belle époque, bien avant l’entrée en guerre des États-Unis. Le revers du portrait du Doughboy s’enracine en effet dans un certain nombre de clichés que la presse locale, entre autres sources, permet d’identifier. C’est là, en quelque sorte, le revers de la médaille du cow-boy. L’édition nantaise de L’Ouest-Éclair du 1er janvier 1916 qualifie ainsi de « vol à l’américaine » le larcin dont est victime un jeune encaisseur de la Nouvelle société commerciale africaine, entreprise installée sur la quai de la Fosse 36. Les Yankees ont en effet la réputation d’avoir la gâchette facile et il est parfois bien difficile de faire la part des choses entre ce qui relève effectivement d’une utilisation excessive du revolver – puisqu’on l’a vu des cas sont avérés – et ce qui découle d’une représentation caricaturale. Sans doute l’arme à feu n’est-elle ici pas neutre tant il s’agit d’un objet mythique du Far West et lorsque le maire de Savenay se plaint à l’été 1919 des tirs au revolver effectués par des soldats américains du camp de Montoir, l’enquête fait rapidement chou blanc… faute de combattants. En effet, il apparaît rapidement que « peu de soldats fréquentent la localité » 37. Ici, l’association d’idée est probablement d’autant plus aisée qu’elle vient s’arrimer à une image défavorable de la caserne et de la troupe, représentation très commune tout au long du XIXe siècle 38. De plus, on pourrait également évoquer l’antiaméricanisme qui, loin de naître au cours de la période 1917-1919, s’insère lui aussi dans une tradition déjà solidement établie au lendemain de l’Armistice. Un éditorialiste de L’Ouest-Éclair le concède du reste sans aucune ambiguïté dans l’édition du 31 mai 1917, soit à peine un mois avant que les premiers Doughboys ne débarquent à Saint-Nazaire :

  • 39  « Les raisons des États-Unis », L’Ouest-Éclair (édition Rennes), 17e année, n°617, 31 mai 1917, p. (...)

« Depuis de nombreuses années la suprématie commerciale du monde appartenait aux États-Unis et il y a quinze ans les revues européennes parlaient, avec quelques émotions, de l’américanisation de l’Europe. Des économistes et des diplomates songeaient à créer des ligues de défense contre une expansion qui paraissait périlleuse » 39.

  • 40  « French Soldiers Happy with Yanks », The Philadelphia Inquirer, Vol. 180, n°20, 20 janvier 1919, (...)
  • 41  Williams, Lieut.-col. Inf. US Army Ashby, Experiences of the Great War..., op. cit., p. 12.
  • 42  Le Gall, Erwan, « Une histoire connectée des destructions monumentales infligées à la Belgique pen (...)

23Les Américains, de leur côté, témoignent à bien des égards d’un sentiment certain de supériorité. D’apparence innocente, l’article que le Philadelphia Inquirer consacre aux festivités de Noël 1919 organisées à Saint-Nazaire par le colonel Kemp du 110th Infantry Regiment est de ce point de vue particulièrement éloquent. S’il ne fait pas de doute que, indépendamment des chiffres avancés, « des milliers de mains se soient ruées pour recevoir des bonbons et des jouets » dans le baraquement du YMCA où se déroulent les réjouissances, l’affirmation selon laquelle « les soldats américains jouent au Père Noël et sont idolâtrés comme des grands frères » en dit long sur la manière dont les États-Unis perçoivent leur rapport à la France 40. Celui-ci n’attend d’ailleurs pas l’Armistice pour s’exprimer comme en témoigne le lieutenant-colonel Williams dans ses mémoires. Patientant avant de débarquer à la fin du mois de mai 1918, il se rappelle « être le long du bastingage et lancer des pennies aux enfants qui se bousculent pour les ramasser, sur le quai en béton ». Et de préciser que quelques vieilles femmes se joignaient également à la mêlée 41. Fantasmée ou réelle, peu importe au final tant cette scène témoigne du regard asymétrique, pour ne pas dire condescendant, que projettent les Américains sur leurs alliés Français. Empressons-nous d’ailleurs de rappeler que là n’est pas un cas unique, comme le rappelle par exemple l’attitude de l’hexagone vis-à-vis de la Poor Little Belgium 42. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’un tel biais va à l’encontre d’une fusion entre les deux peuples, synthèse caractéristique de ce que devrait théoriquement produire une guerre totale.

24Les difficultés rencontrées par les autorités françaises pour obtenir un état des travaux effectués dans la région de Saint-Nazaire par le corps expéditionnaire sont à cet égard particulièrement intéressantes. Malgré la mission du colonel Applebaum près la base n°1, services français et américains peinent à coopérer, les seconds n’ayant manifestement aucune envie de répondre aux instructions des premiers. C’est en tout cas ce qu’explique le 16 septembre 1918 l’ingénieur en chef des ponts et chaussées en Loire-Inférieure au préfet de ce département. Sollicités, les officiers américains acceptent en effet de produire une telle liste uniquement

  • 43  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 16, l’ingénieur en chef des ponts et chaussées au préfet de Loire Infé (...)

« si elle ne doit comporter pour chacun des travaux en cours que quelques lignes sans dessins, et ne pas s’étendre aux travaux encore à l’état de projet.
Mais si elle doit être plus complète, ils ne se croient pas autorisés à la produire sans un ordre supérieur » 43.

25Quelques semaines plus tard, la défiance est encore plus manifeste.

11 novembre 1918 : le basculement

  • 44  Halais, Jérémie, Les Conscrits de la subdivision de Granville, 1899-1919, thèse sous la direction (...)
  • 45  Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre..., op. cit., p. 29-30.
  • 46  Le Gall, Erwan, « La construction tumultueuse du quartier Margueritte », Place publique Rennes et (...)

26La présence de militaires sur un territoire engendre toujours des nuisances. La littérature scientifique s’en fait d’ailleurs régulièrement l’écho et l’exemple des régions de Granville, en Normandie, de Narbonne ou de Béziers dans le Languedoc montrent les récriminations des populations civiles contre l’armée au moment des grandes manœuvres de la Belle époque 44. Pour autant, sans doute y-a-t-il ici une distinction à opérer entre les populations rurales, qui doivent bien souvent héberger les conscrits lors de ces exercices et dont les cultures peuvent souffrir de ces entraînements, et les populations urbaines. Dans la région de Saint-Malo, on sait en effet que des pressions sont exercées auprès des autorités militaires pour que les officiers du 47e régiment d’infanterie soient autorisés à résider à Paramé, leur solde étant perçue comme un atout appréciable pour la vie économique locale 45. De la même manière, on sait qu’une unité, qu’elle soit d’infanterie, d’artillerie ou de cavalerie, équivaut à un montant non négligeable de recettes fiscales pour une commune. En 1913, la ville de Rennes estime par exemple à 40 000 francs le montant annuel des recettes engendrées par l’arrivée du 24e régiment de dragons, ce uniquement par la perception des taxes d’octroi 46.

  • 47  « Sans pudeur », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5768, 10 mai 1918, p. 3. Il est à noter que le même (...)

27La Première Guerre mondiale et plus encore la présence des Américains à Saint-Nazaire ne modifie pas fondamentalement cette situation, sauf à adopter une perspective diachronique, le rapport de force n’étant bien évidemment pas le même à l’été 1917 et lors de l’hiver 1919. En d’autres termes, ce qui est acceptable lorsqu’une guerre est à gagner ne l’est plus nécessairement lorsque celle-ci est, au final, remportée. Or, cette dimension est d’autant plus difficile à retranscrire pour l’historien que cette évolution des mentalités n’est pas sans influer sur le régime même de la production des sources, et donc introduire un biais réel pour quiconque travaille à partir d’archives. Le fait divers que relate, sous le titre « sans pudeur », L’Ouest-Éclair dans son édition du 10 mai 1918 en est un excellent exemple : « Procès-verbal pour outrages publics à la pudeur a été dressé contre la nommée Bureau, Hélène, femme Beudin, 16 ans, demeurant à Montoir, qui a été surprise dans un champ se livrant à des actes obscènes en compagnie de plusieurs soldats » 47. Un siècle après les faits, il est en effet difficile de ne pas être saisi par la formulation employée par le grand quotidien breton. Bien des choses pourraient être dites à propos de la culpabilisation de la victime, sur le fait qu’il s’agit de surcroît d’une – jeune – femme et que la nationalité des militaires en question – selon toute vraisemblance à Montoir des Américains – est tue. Pour autant, il y a tout lieu de penser que le contexte dans lequel est publié cet article est d’une grande importance puisqu’en mai 1918, non seulement la guerre est loin d’être gagnée pour les Alliés mais les Allemands prononcent une offensive qui place l’armée française dans une position très délicate. De telles circonstances ne sont-elles pas de nature à enjoliver certains faits afin de préserver la concorde entre alliés et, donc, de transformer en atteinte à la pudeur un viol ?

  • 48  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le général commandant la 11e région aux commissaires de police de (...)

28La presse locale se révèle donc être ici une source dont l’emploi est particulièrement délicat. On sait en effet que le corps expéditionnaire se plaint auprès des autorités françaises à la suite d’un article publié le 23 septembre 1918 par le pourtant patriotique quotidien L’Ouest-Éclair, propos relatif à « un acte de brutalité commis à Nantes, sur une femme par des soldats Américains ». La conséquence ne se fait pas attendre et, cinq jours plus tard, le général commandant la 11e région militaire « prie MM. les Commissaires de Police de s’abstenir à l’avenir de donner à la Presse des Informations de cette nature, autant par courtoisie vis-à-vis de la Nation Américaine que pour éviter à nos ennemis de tirer parti pour soutenir leur moral, d’incidents d’ailleurs très rares et le plus souvent sans importance » 48. On voit donc bien que la rubrique des faits divers ne saurait être considérée comme un reflet fiable des heurts entre populations civiles nazairiennes et membres du corps expéditionnaire, un certain nombre de faits étant tus au nom de l’effort de guerre.

  • 49  Eisenhower, John S. D. (with Eisenhower, Joanne T.), Yanks. The Epic Story of The American Army in (...)

29On connaît également le cas d’un soldat américain condamné à 30 ans de prison après une tentative de viol, survenue le 29 juin 1917 à Saint-Nazaire, affaire qui bien entendu ne fait l’objet d’aucune publicité 49. En effet, l’heure est alors à la mise en avant de toutes les qualités supposées de ce corps expéditionnaire censé redonner confiance aux alliés épuisés par trois ans de guerre et il ne saurait être question d’entamer le moral de la population. Ce sont donc bien, à travers ce sordide fait divers, deux forces antagoniques qui s’opposent. Celles d’une part qui, participant d’une logique de totalisation du conflit, mettent tout en œuvre pour maximiser la concorde entre Français et Américains, celles d’autre part qui témoignent, et ce dès les tous premiers jours, d’une certaine exaspération vis-à-vis de la présence du corps expéditionnaire. Dans ce cadre, l’article que publie Edmond Lainé dans le quotidien parisien Le Gaulois au début du mois de septembre 1917 est très étonnant et, à dire vrai, on se demande bien comment il a pu franchir les fourches caudines de la censure. Rendant compte d’une visite effectuée quelques jours auparavant à Saint-Nazaire, le journaliste affirme que « les Américains sont chez eux en France », assertion qui ici s’accompagne de critiques à peine voilées :

  • 50  Lainé, Edmond, « Les Américains chez eux en France », Le Gaulois, 52e année, 3e série, n°14658, 2  (...)

« Déjà ils possèdent – c’est une façon de parler – le vieux bassin et ses dépendances. À peine débarqués, en gens qui ne cherchent jamais midi à quatorze heures, ils réquisitionnèrent tout ce dont ils pensaient avoir besoin. Après entente, naturellement, avec le gouvernement et une municipalité avisée, qui, malgré les multiples inconvénients de cette mainmise sur une partie importante du port, comprenait qu’il n’y a qu’à les laisser faire » 50.

30Une fois l’Armistice du 11 novembre 1918 signé, celui-ci étant unanimement confondu avec la paix, qui n’est conclue que le 28 juin 1919 à Versailles et n’entre juridiquement en vigueur qu’au début de l’année 1920, il est évident que les griefs contre les Américains peuvent s’exprimer plus aisément au sein de la population nazairienne. Particulièrement intéressante est à cet égard cette réflexion publiée le 8 février 1919 par le Travailleur de l’Ouest, journal de la fédération socialiste de Loire-Inférieure :

  • 51  Cité in Nouailhat, Yves-Henri, « Saint-Nazaire à l’heure américaine (juin 1917-octobre 1919) », op (...)

« Tant qu’a duré la guerre, nous avons supporté la présence de nos alliés, surtout les commerçants. La guerre finie, va-t-on leur faire comprendre qu’ils sont indésirables ? » 51

  • 52  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 16, le président du Conseil, ministre de la Guerre au Commissaire géné (...)

31Considérant l’alimentation en eau de la ville de Saint-Nazaire, question dont on a vu plus haut qu’elle est source de vives tensions, les services du génie de la 11e région militaire estiment pour leur part le 21 février 1919 qu’il est « de toute prudence que l’armée américaine remanie ses projets d’utilisation de sa base n°1 en vue de réduire, dans toute la mesure du possible, l’effectif des troupes appelées à passer » 52. Un propos à peine croyable quand on se rappelle le lobbying du printemps 1917 pour faire en sorte que Saint-Nazaire soit, justement, une des têtes de pont du débarquement des Doughboys. Et que dire du discours, approuvé à l’unanimité et transformé en délibération par les membres de la Chambre de commerce, que Louis Brichaux, absent car ayant dû se porter au chevet de son père malade, fait prononcer le 16 janvier 1919 ? N’ayant toujours pas perçu les droits de péage réclamés au corps expéditionnaire américain à la suite de l’utilisation du port de Saint-Nazaire, celui qui est aussi maire enclenche la surmultipliée et abandonne toute précaution oratoire :

  • 53  Arch. dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de (...)

« Dans toutes les relations que nous avons eues jusqu’ici avec les Américains, et dans la proposition que notre Compagnie leur a faite, j’estime que la Chambre de Commerce, s’inspirant des circulaires du Gouvernement français, a épuisé tous les moyens de conciliation et qu’elle s’est montrée aussi désintéressée que possible envers nos alliés, qui l’ont reconnu.
Nous pouvions donc espérer être mieux considérés et mieux traités par les Autorités Américaines.
Dans tous les cas, je pense que la situation actuelle ne peut pas durer longtemps car la Chambre, privée de ressources, verrait son fonctionnement entravé.
Pour vous donner une idée des sommes dues par les Américains, je vous rappelle que rien que pour l’année fiscale allant du 1er juillet 1917 au 30 juin 1918 la Base, en acceptant notre proposition de consolidation d’une année moyenne, aurait dû à notre Compagnie près de 600 000 francs ; il n’est donc pas exagéré de dire qu’actuellement, les Américains nous doivent bien près d’un million.
Je vous demande de protester avec moi contre la négligence, pour ne pas dire le mauvais vouloir mis par les Autorités Américaines pour acquitter leurs dettes et je vous demande aussi d’employer tous les moyens pour arriver à entrer en possession des sommes qui nous sont dues et qui nous sont absolument indispensables pour faire face à nos engagements et développer les différents services de la Chambre » 53.

  • 54  « Le renouvellement de l’armistice », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7105, 16 janvier 1919, p. 1.

32Rappelons que ces mots sont écrits – ce qui confirme le caractère prémédité de ce discours – et prononcés le 16 janvier 1919, c’est-à-dire à une date où les combats sont simplement suspendus et où la nouvelle prorogation de l’Armistice n’est obtenue que difficilement et non sans regains de tension 54. Autrement dit, si les journaux du jour évoquent bien les « pourparlers de paix », celle-ci est encore très loin d’être conclue et l’on mesure aisément en quoi ces quelques phrases relèvent d’un processus de dé-totalisation d’un conflit qui, encore une fois, est encore en cours. Pour autant, il est à peu près hors de doute que la date du 11 novembre 1918 constitue ici une sorte de seuil à partir duquel la parole anti-américaine peut se libérer plus facilement, l’impératif d’union entre les deux alliés étant ressenti comme étant beaucoup moins pressant.

  • 55  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)
  • 56  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)

33Ajoutons néanmoins que ces considérations financières ne sont pas une première. En effet, le président de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire se félicite, le 5 novembre 1914, que les paiements des « frais de halage et de canotage pour le débarquement des troupes anglaises » ait été « très régulièrement effectué » 55. En revanche, Louis Brichaux proteste contre l’exemption des droits de tonnage accordée à la Royal Navy en application de la loi du 28 mars 1889, cette mesure causant à l’en croire du tort aux intérêts financiers de la Chambre de commerce gestionnaire du port 56. En avril 1918, il se félicite du rétablissement des taxes de péage sur les navires alliés et s’adresse dans la foulée au lieutenant-colonel de Beaumont, chef de la mission régionale française près la base n°1 pour réclamer les sommes non perçues. Le ton est ferme mais reste encore courtois, preuve que la chronologie est ici essentielle :

  • 57  Arch. dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de (...)

« J’estime que cette situation ne peut durer, car notre Compagnie se trouve privée de ressources importantes qui lui sont absolument nécessaires pour faire face aux engagements qu’elle a pris relativement à l’installation de l’outillage public.
Il faut donc faire vite ; je suis prêt comme je vous le dis plus haut à essayer de faire un accord forfaitaire en tenant compte des améliorations apportées par les Américains, mais je vous avoue que, personnellement, je pense qu’il serait beaucoup plus simple que les navires américains, comme tous les navires alliés d’ailleurs, paient les taxes ordinaires comme tout le monde ; ce serait le plus juste puisque ces taxes sont perçues sur la jauge brute, ce qui est facile à contrôler et que c’est l’Administration des Douanes qui encaisse.
D’autre part, je suis prêt à tenir compte des améliorations apportées par les Américains, mais alors il faudrait également tenir compte de l’augmentation des dépenses dans le relèvement du plan d’eau provoquée par les navires américains » 57.

34La manière dont le maire de Saint-Nazaire se saisit de la question des dommages causés au réseau routier par les véhicules du corps expéditionnaire souligne également l’importance de la chronologie dans l’évolution des rapports avec l’Oncle Sam. Le 3 janvier 1919, Louis Brichaux fait en effet insérer dans la presse locale un communiqué dans lequel il exprime toute sa compréhension et sa confiance envers les Doughboys. Le ton est mesuré, plein de bonne volonté et, pour tout dire, bienveillant :

  • 58  « L’entretien des rues », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7092, 3 janvier 1919, p. 3.

« La situation actuelle des rues de Saint-Nazaire qui inquiète à juste titre nos concitoyens a été l’objet de toute notre attention pendant la période que nous venons de traverser. Elle est la conséquence d’impossibilités matérielles.
D’accord avec les autorités françaises et américaines, nous avons élaboré un projet de réparation des chaussées, les rues, plus spécialement fréquentées par les camions américains devaient être réparées par nos alliés, pendant que les autres le seraient par nos soins, à nos frais, avec des pierres fournies par l’armée et transportées par des camions américains.
L’effort des autorités militaires a dû, par suite de circonstances impérieuses de la guerre, se porter sur d’autres objets et elles n’ont pu obtenir les pierres dont elles avaient besoin pour la tâche qu’elles avaient assumée, ni fournir à la ville celles nécessaires à l’entretien des rues restant à sa charge.
Sans entretien, soumises à une grande circulation pendant quatre années, mais exceptionnelle pendant la dernière, elles se sont usées tout en se maintenant en raison de la sècheresse. Aux premières pluies persistantes elles se sont détrempées. Les vases, produit de matériaux usés, ont été refoulées par les camions et se sont accumulées sur les bords de la chaussée et dans les caniveaux.
D’autre part, l’arrosage à eau salée, bien que très imparfait, permettait l’entraînement des vases à l’égout, mais par suite des besoins des troupes américaines, les canalisations d’eau salée ont été détournées de leur destination, pour leur utilisation à l’eau douce, de sorte que ces vases ne peuvent plus, sous peine d’obstruction des égouts, y être déversées.
Telle est la situation actuelle.
De nouvelles démarches ont été faites auprès des autorités militaires françaises et américaines pour obtenir leur bienveillant concours. J’ai le ferme espoir que ce concours ne nous fera pas défaut et que sous peu la situation sera améliorée.
Le maire, Louis Brichaux » 58

35Quelques jours plus tard, le 26 janvier 1919, le ton est autrement plus virulent, preuve d’une dégradation manifeste des relations avec le corps expéditionnaire, et le conseil municipal adopte une résolution menaçante :

  • 59  « Au Conseil municipal », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 20e année, n°7115, 26 janvier 1919, p.  (...)

« Depuis le début de la guerre, notre Cité n’a pas marchandé son concours patriotique à l’œuvre nationale.
Elle estime, d’ailleurs, que là était son devoir.
Mais elle considère, en retour, que l’état de choses créé par la période des hostilités doit prendre rapidement fin si l’on ne veut pas, à tous points de vue, courir le risque d’inutiles et regrettables perturbations.
Les rues, les chemins, les routes sont dans un état lamentable qui défie toute circulation de véhicules, en dehors des véhicules militaires.
Le service médical ne s’effectue plus dans la périphérie, et celui de l’agglomération menace de se restreindre dans des conditions alarmantes pour la santé publique.
On ose à peine dire que la répurgation des immondices s’effectue, et, quant aux vidanges, elles sont tellement difficiles pour ceux qui en ont l’entreprise que toutes les possibilités d’épidémie sont à redouter.
Le pénible approvisionnement de la ville en denrées, notamment en volailles, beurre, œufs, légumes, lait, etc…, les surenchères pratiquées, par les troupes américaines font que les difficultés de l’existence vont, chaque jour, croissant, et que les ressources des habitants, de la population laborieuse surtout, ne sont plus en rapport avec le coût de la vie.
De tout ce qui précède, il résulte que le rétablissement de notre réseau de voirie, dans un état qui se rapproche le plus possible de l’état ancien ne saurait plus, désormais, souffrir aucun atermoiement.
Il y va de l’intérêt de tous, contingents américains et population nazairienne.
En conséquence, l’assemblée communale émet le vœu énergique que la reprise de la vie normale et du mouvement économique dans toute la commune, se réalisent aussi rapidement que le permettent les événements et, en tout cas, avec la diligence entière que peuvent et doivent y apporter les autorités américaines et les pouvoir publics français.
La prise en considération immédiate de ce vœu peut seule apporter remède à la situation et maintenir, en l’accentuant même, la bonne harmonie qui n’a jamais cessé de régner entre nos alliés, les pouvoirs publics, la population, l’assemblée communale et l’administration municipale » 59.

  • 60  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 4342 à 4344.

36Il est néanmoins difficile de savoir si ce discours très ferme porte ses fruits. Quelques clichés pris par le Signal Corps et conservés par l’Écomusée de Saint-Nazaire attestent bien de travaux de voirie, notamment rue Villès-Martin, mais ne permettent malheureusement pas de dater avec exactitude leur exécution 60.

Illustration 15 : Travaux de réfection de la rue Villès-Martin, dans le centre de Saint-Nazaire, par le corps expéditionnaire

Illustration 15 : Travaux de réfection de la rue Villès-Martin, dans le centre de Saint-Nazaire, par le corps expéditionnaire

Photographie datant probablement du 31 mai 1919.

National Archives at College Park, MD : 111-SC-14157

  • 61  Hussenot-Plaisance, Camille, 1917-1919. Savenay..., op. cit., p. 87 et suivantes.

37La dimension diachronique de la présence américaine est essentielle pour comprendre les revirements qui peuvent s’opérer dans les mentalités des populations civiles de l’estuaire de la Loire. Le cas de la municipalité de Savenay en est d’ailleurs un bon exemple. Lorsqu’à l’été 1917 le maire place l’hôpital militaire de sa commune, installé au sein de l’École normale et tout juste évacué par l’armée française, au service du corps expéditionnaire, il est loin de s’imaginer quels seront les besoins de l’Oncle Sam à l’été 1918 61. En effet, non seulement le nombre de soldats envoyés en France est plus important que prévu mais les pertes sont plus lourdes qu’envisagées, sans compter l’épidémie de grippe espagnole qui pèse lourdement sur les infrastructures du Medical Corps. Or, initialement prévu pour 500 lits, l’hôpital de Savenay en comporte au final plus de 10 000. On imagine dans ces conditions que l’édile d’une petite commune rurale puisse légitimement se sentir dépassé, sa bourgade étant comme occupée par cet omniprésent allié, dimension qui n’est bien entendu pas sans envenimer les relations.

  • 62  Wright Jr., Robert K. (compiled by), Military Police, Washington DC, Center of Military History US (...)
  • 63  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 103.
  • 64  Garland, Master Sergeant Patrick V., « Genesis of Criminal Investigation in the US Army », Militar (...)

38À l’inverse, la création en mai 1918 d’une Criminal Investigation Division au sein du corps expéditionnaire est assez significative en ce qu’elle témoigne non seulement de l’ampleur quantitative des procédures à traiter mais aussi d’une volonté politique qui ici tient sans doute moins du respect de Thémis aux armées que de la nécessité de ménager les relations franco-américaines 62. R. Porte rapporte par exemple que 7 900 délinquants condamnés américains sont reconnus aptes au service au sein du corps expéditionnaire et que la plupart de ces individus « ne cesseront de causer des problèmes graves de discipline dans leurs unités » 63. Saint-Nazaire n’échappe pas à ce mouvement puisqu’elle est dotée d’une compagnie d’investigation criminelle, comme tout siège de base section 64. Cette unité dispose de cinq officiers et d’environ une centaine d’hommes, ce qui dit bien l’ampleur des moyens affectés à cette mission, et donc d’une certaine manière son importance politique.

  • 65  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le général commandant la 11e région militaire au chef de la base n (...)
  • 66  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commandant de la base n°1 au général commandant la 11e région m (...)
  • 67  « Les Américains aiment la bière », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7156, 7 mars 1919, p. 4.

39Il est vrai que plus les mois passent et plus la situation semble évoluer, pour ne pas dire se dégrader. Le 30 janvier 1919, le général Coutanceau commandant la 11e région militaire tire la sonnette d’alarme et déclare que « la dépravation va s’accentuant toujours dans la zone de Saint-Nazaire ». À l’en croire, cette situation serait imputable « à l’interdiction des maisons de tolérance aux militaires américains », ce qui aurait pour effet de les rendre « plus entreprenants dans le racolage des rues » et « les amènerait à des offres d’argent les plus tentantes ». La situation serait telle qu’il arriverait même, d’après un rapport du commissaire spécial de Saint-Nazaire cité par le général Coutanceau, que des Doughboys « seraient à ce point entreprenants d’adresser dans les rues leurs propositions à des femmes qu’ils ne connaîtraient pas par avance comme de mœurs plus ou moins légères et commettraient ainsi des impairs particulièrement regrettables » 65. Or le colonel Sewell commandant la base n°1 ne voit qu’un seul moyen de remédier à la situation : inciter les femmes à dénoncer leurs agresseurs ce qui, on s’en doute, n’est peut-être pas sans effet sur le régime de production des sources qui, un siècle après les faits, permettent aux historiens de travailler 66. Quelques jours plus tard, le 28 février 1919, ce sont 28 fûts de bière qui sont dérobés en gare de Saint-Nazaire par des Doughboys. Certes, l’ampleur du larcin – le préjudice est estimé à 4 000 francs – étonne mais le plus significatif dans cette histoire est sans doute le fait que les victimes de ce fait divers non seulement portent plainte mais en informent « l’autorité américaine » 67.

  • 68  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au chef de bataillon Appleton, 28 novembre (...)
  • 69  « Déceptions nantaises », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 21e année, n°7464, 27 mai 1920, p. 3.

40Ces deux exemples rappellent qu’il est difficile de rendre compte de ces faits divers qui, loin d’être anecdotiques, trahissent au contraire des conduites qui, dans le contexte particulier de la démobilisation, peuvent s’apparenter à des forces de dé-totalisation du conflit alors que celui-ci, d’un strict point de vue juridique, n’est pas encore soldé. En effet, qu’il s’agisse des agressions sexuelles ou des vols de fûts de bière mentionnés plus haut, les archives, fondamentalement, font moins état d’une hausse de la criminalité que de l’augmentation de l’activité des services concernés par ces questions. Ainsi, c’est dès le 28 novembre 1917 que le commissaire spécial de Saint-Nazaire évoque les « scènes de violence très graves causées par l’ivresse » des Doughboys et qui se produisent « presque quotidiennement dans la cité » 68. Il est pourtant indéniable qu’après l’Armistice du 11 novembre 1918 les langues se délient, que le poids de cette guerre « chez soi » qui était tolérable avant cette date comprise comme étant synonyme de victoire ne l’est plus après, d’autant plus lorsqu’on attend le retour d’un père, d’un mari, d’un fils ou d’un époux. Et plus le temps passe, plus les illusions se dissipent pour laisser la place à un ressentiment caractéristique du processus de dé-totalisation du conflit, mouvement qui ne doit pas être confondu avec la sortie de guerre. C’est ainsi qu’en 1920, alors que les perspectives de commerce transatlantique nées de l’arrivée des Doughoys s’évanouissent au fur et à mesure que les États-Unis renouent avec les ports allemands de la mer du Nord, l’amertume s’exprime librement, et en des termes particulièrement forts, dans la presse locale : « Nous semblons ne plus nous en souvenir : mais on nous a peut-être un peu bourré le crâne avec l’activité commerciale qu’amèneraient dans nos ports de Nantes et Saint-Nazaire les Américains » 69.

Notes

1  « La phase décisive », La Dépêche de Brest, 31e année, n°11659,7 avril 1917, p. 1.

2  « Le retour du 64e d’infanterie », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7254, 23 juillet 1919, p. 4-5. Sur ces fêtes de la victoire Le Gall, Erwan, « Le retour des fils de la vieille terre bretonne : quand les régiments retrouvent leurs garnisons d’Ille-et-Vilaine à l’été 1919 », in Joret, Éric et Lagadec, Yann (dir.), Hommes et femmes d’Ille-et-Vilaine dans la Grande Guerre, Rennes, Conseil général d’Ille-et-Vilaine, Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2014, p. 289-299 et Fryszman, Aline, La victoire triste ? Espérances, déceptions et commémorations de la victoire dans le département du Puy-de-Dôme en sortie de guerre (1918-1924), thèse d’histoire sous la direction de Audoin-Rouzeau, Stéphane, Paris, EHESS, 2009, troisième partie : « les fêtes de la victoire et des combattants victorieux ».

3  Cité in « Le départ des Américains », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7258, 27 juillet 1919, p. 4.

4  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 174.

5  « Les Bourreurs de Crâne ! », L’Enfant de Barbapoux, n°7, février 1918, non paginé.

6  Mondré, Jean, « La Démobilisation », Journal des Mutilés, Réformés et Victimes de la guerre, 3e année, n°93, 16 novembre 1918, p. 1.

7  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, op. cit., p. 202-209.

8  Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée, op. cit..

9  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1296.2698.

10  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1296.2712.

11  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1296.2506.

12  Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée…, op. cit., p. 377.

13  Pour deux exemples bretons particulièrement éloquents se reporter à Harel, Ambroise, Mémoires d’un poilu breton, Rennes, Éditions Ouest-France, 2009 et Cocho, Paul, Mes carnets de guerre et de prisonnier, 1914-1919, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

14  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1296.2517.

15  Gutiérrez, Edward A., Doughboys on the Great War..., op. cit., p. 135.

16  « La fête du régiment », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 20e année, n°7121, 1er février 1919, p. 4.

17  Fouchard, Dominique, Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

18  « Démobilisation et esprit de suite », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7068, 8 décembre 1918, p. 2.

19  « F. A. Derby is Home », The Topeka Daily State Journal (Home edition), 25 mars 1919, p. 3.

20  « Fights with Pencil instead of Gun », Warren Sheaf, Vol. XXXVIII, n°52, 25 décembre 1918, p. 5.

21  « The Thanks giving Day » L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7061, 1er décembre 1918, p. 4.

22  « Saint-Nazaire invite le président Wilson », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7071, 11 décembre 1918, p. 3.

23  Instructif est à cet égard « La vente des cartes postales », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7072, 12 décembre 1918, p. 4 qui rappelle que « les cartes postales représentant le matériel de guerre en service ou des vues des arsenaux ou établissements militaires travaillant pour la défense nationale, restent interdites ».

24  « Filleules de Saint-Nazaire, Suippes et Hirson », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7083, 23 décembre 1918, p. 3.

25  Sur Jean-Émile Laboureur et parmi une bibliographie d’une grande richesse, on renverra notamment à Laboureur, Sylvain, Catalogue complet des œuvres de Jean-Émile Laboureur, 2 tomes, Neufchâtel, Ides et Calendes, 1989 et 1990, Collectif, Jean-Émile Laboureur. Images de la Grande Guerre, Nantes, Éditions du Château des Ducs de Bretagne, 2015 et Sicard, Daniel, « Jean-Émile Laboureur et les Américains à Saint-Nazaire en 1917 et 1918 », Histoire & patrimoine, n°74, octobre 2010, p. 35-48 et Histoire & patrimoine, n°89, avril 2017, p. 4-21.

26  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au chef de bataillon Appleton, 28 novembre 1917.

27  « Mauvais clients », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7070, 19 décembre 1918, p. 4.

28  « Algérien meurtrier », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31829, 15 mai 1917, p. 3.

29  Parmi de multiples références se reporter à Cabot, Bastien, « À Bas les Belges ! » L’expulsion des mineurs borains (Lens, août-septembre 1892), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017 et Richard, Ronan, La nation, la guerre et l’exilé : représentations, politiques et pratiques à l’égard des réfugiés, des internés et des prisonniers de guerre dans l’Ouest de la France durant la Première Guerre mondiale, thèse sous la direction de Sainclivier, Jacqueline, Rennes, Université Rennes 2, 2004.

30  Il n’est pas difficile de voir dans cette exception la marque des lobbys viticoles, dimension qui rappelle combien la région de Saint-Nazaire est proche du vignoble nantais. Pour de plus amples développements, se reporter à Ridel, Charles, L’ivresse du soldat..., op. cit..

31  Un premier arrêté municipal est pris en ce sens le 8 juillet 1918.

32  « Interdiction de la vente d’alcool », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 19e année, n°7082, 22 décembre 1918, p. 4.

33  « Amateurs de bijoux », L’Ouest-Éclair (éditions Nantes), 20e année, n°7108, 19 janvier 1919, p. 4.

34  « Un double assassinat », L’Ouest-Éclair, 21e année, n°7216, 23 septembre 1919, p. 3.

35  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, Affaire Bellouis-Pichaud.

36  « Vol à l’Américaine », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6 045, 1er janvier 1916, p. 3.

37  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le sous-préfet de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, 17 septembre 1919.

38  Roynette, Odile, Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle en France, Paris, Belin, 2000.

39  « Les raisons des États-Unis », L’Ouest-Éclair (édition Rennes), 17e année, n°617, 31 mai 1917, p. 2.

40  « French Soldiers Happy with Yanks », The Philadelphia Inquirer, Vol. 180, n°20, 20 janvier 1919, p. 20.

41  Williams, Lieut.-col. Inf. US Army Ashby, Experiences of the Great War..., op. cit., p. 12.

42  Le Gall, Erwan, « Une histoire connectée des destructions monumentales infligées à la Belgique pendant la Première Guerre mondiale ? Le cas de la Bretagne », communication prononcée lors du colloque international 14-18 L’Art dans la tourmente organisé par Claes, Marie-Christine et Tixhon, Axel à Andenne (Belgique) les 6 et 7 octobre 2015.

43  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 16, l’ingénieur en chef des ponts et chaussées au préfet de Loire Inférieure, 26 septembre 1918.

44  Halais, Jérémie, Les Conscrits de la subdivision de Granville, 1899-1919, thèse sous la direction de Boivin, Michel, Caen, Université de Caen, 2016 et Maurin, Jules, Armée, Guerre, société. Soldats languedociens (1899-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.

45  Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre..., op. cit., p. 29-30.

46  Le Gall, Erwan, « La construction tumultueuse du quartier Margueritte », Place publique Rennes et Saint-Malo, n°34, mars-avril 2015, p. 95-99.

47  « Sans pudeur », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5768, 10 mai 1918, p. 3. Il est à noter que le même numéro de L’Ouest-Éclair fait état, également en troisième page, d’un « procès-verbal contre une demoiselle B…, 18 ans, demeurant à Penhoët, pour avoir dérobé des planches dans le parc du génie d’une armée alliée ». Une telle formulation est particulièrement riche de sens.

48  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le général commandant la 11e région aux commissaires de police de la 11e région, 28 septembre 1918.

49  Eisenhower, John S. D. (with Eisenhower, Joanne T.), Yanks. The Epic Story of The American Army in World War I, New York, The Free Press, 2001, p. 42-43.

50  Lainé, Edmond, « Les Américains chez eux en France », Le Gaulois, 52e année, 3e série, n°14658, 2 septembre 1917, p. 1.

51  Cité in Nouailhat, Yves-Henri, « Saint-Nazaire à l’heure américaine (juin 1917-octobre 1919) », op. cit., p. 73.

52  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 16, le président du Conseil, ministre de la Guerre au Commissaire général aux affaires de guerre-franco-américaines, 21 février 1919.

53  Arch. dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1919. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Imprimerie ouvrière, 1920, p. 36-37.

54  « Le renouvellement de l’armistice », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7105, 16 janvier 1919, p. 1.

55  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 209.

56  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 209-211.

57  Arch. dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1918. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Imprimerie ouvrière, 1919, p. 55.

58  « L’entretien des rues », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7092, 3 janvier 1919, p. 3.

59  « Au Conseil municipal », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 20e année, n°7115, 26 janvier 1919, p. 4.

60  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 4342 à 4344.

61  Hussenot-Plaisance, Camille, 1917-1919. Savenay..., op. cit., p. 87 et suivantes.

62  Wright Jr., Robert K. (compiled by), Military Police, Washington DC, Center of Military History US Army, 1992, p. 7. Il est fait état dans ce volume de 4 500 enquêtes menées au cours de la seule année 1918 par cette division d’investigation criminelle.

63  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 103.

64  Garland, Master Sergeant Patrick V., « Genesis of Criminal Investigation in the US Army », Military Police, vol. 8, n°1, Spring 2008, p. 44-46.

65  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le général commandant la 11e région militaire au chef de la base n°1 à Saint-Nazaire, 30 janvier 1919.

66  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commandant de la base n°1 au général commandant la 11e région militaire, 8 février 1919.

67  « Les Américains aiment la bière », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7156, 7 mars 1919, p. 4.

68  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au chef de bataillon Appleton, 28 novembre 1917.

69  « Déceptions nantaises », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 21e année, n°7464, 27 mai 1920, p. 3.

Table des illustrations

Titre Illustration 15 : Travaux de réfection de la rue Villès-Martin, dans le centre de Saint-Nazaire, par le corps expéditionnaire
Légende Photographie datant probablement du 31 mai 1919.
Crédits National Archives at College Park, MD : 111-SC-14157
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 576k

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search