Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

III. Un processus de dé-totalisation ?

Chapitre 7 : Le nerf de la guerre : Clausewitz et l’économie

Texte intégral

  • 1  Nouailhat, Yves-Henri, « 1917-1919. Saint-Nazaire, base américaine n°1 », Nantes réalité, n°16, ao (...)

1Pour quiconque connaît l’histoire de la rivalité entre Nantes et Saint-Nazaire, l’alliance de ces deux villes pour tout mettre en œuvre, afin d’accueillir le corps expéditionnaire américain, a toutes les apparences de l’Union sacrée, et donc du processus de totalisation à l’œuvre au cours du conflit. Y.-H. Nouailhat, dans un de ses premiers articles publié au milieu des années 1960, avance même que « les Nazairiens, comme tous les Français de l’époque, ne peuvent que se féliciter de l’arrivée de soldats qui viennent seconder les Français dans leur effort militaire » 1. En réalité, cette alliance avec le rival nantais est antérieure à la Grande Guerre puisqu’en 1913, à l’occasion du IVe congrès international de navigation intérieure, Louis Brichaux confesse :

  • 2  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Brichaux, Louis, « Discours de M. Brichaux », in Chambre de comme (...)

« J’ignore si, personnellement, je m’abandonne à une rêverie, mais je crois fermement que, dans cinquante ou cent années, lorsque nos petits-enfants liront l’histoire commerciale et industrielle de notre port et de notre région, lorsqu’on leur apprendra peut-être qu’il fut un temps où, entre Nantes et Saint-Nazaire, existait une rivalité quelque fois un peu hargneuse, analogue à celle dont on nous a parlé à l’école et qui divisait jadis les Armagnacs et les Bourguignons, je suis, dis-je, convaincu qu’ils ne pourront pas comprendre, parce qu’à ce moment-là, ce n’est pas deux ports, Nantes et Saint-Nazaire qu’ils verront, mais un immense port, occupant sur une distance de soixante kilomètres, les rives de la Loire et échelonnant, depuis Nantes jusqu’à la mer, de chaque côté du fleuve, les usines et les industries » 2.

  • 3  Thiesse, Anne-Marie, Ils Apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patrioti (...)
  • 4  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Brichaux, Louis, « Discours de M. Brichaux… », art. cit., p. 177.
  • 5  Nous reprenons ici la judicieuse formulation employée par Ridel, Charles, Les Profiteurs de guerre (...)

2Un tel discours ne doit pas surprendre en ce qu’il est en tout point conforme aux identités cumulatives, gigognes patriotiques qui loin d’être niées par la puissance centralisatrice de Paris sont au contraire exaltées par la IIIe République, pour peu qu’elles demeurent dans le cadre de la Nation 3. Or c’est précisément dans ce schéma que Louis Brichaux entend placer le commerce nazairien, lui qui affirme, toujours lors du IVe congrès international de navigation intérieure, que celui-ci vise à « ajouter à la grandeur et à la prospérité de la Patrie » 4. La guerre ne change rien à ce discours, bien au contraire, et le président de la Chambre de commerce se révèle être à l’image de cette bourgeoisie économique qui, dès les premières heures d’août 1914, s’autoproclame au service de la défense nationale 5.

  • 6  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)
  • 7  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)

3Derrière cette apparente communion des mobilisations, conforme au processus de totalisation de la guerre en cours, réside bien souvent, on l’a vu, la poursuite d’intérêts particuliers. Mais la symbiose avec la posture patriotique imposée par la poursuite du conflit n’est pas permanente et, parfois, en quelques instants bien précis, les desseins individuels entrent en contradiction flagrante avec ce qu’exige l’effort de guerre. C’est lorsque ces derniers priment sur la quête de la victoire que l’on observe les conduites renvoyant à une logique de dé-totalisation. Ajoutons d’ailleurs que celles-ci n’apparaissent pas avec l’arrivée des Américains. Faisant face à la paralysie des transports, et donc du commerce, découlant du déclenchement des hostilités, Louis Brichaux fait le constat, dès le 16 septembre 1914, que Saint-Nazaire ne peut s’en sortir seul pour subvenir à son ravitaillement et, qu’en conséquence, « une entente avec Nantes » s’impose 6. C’est donc bien pour satisfaire ses intérêts que la sous-préfecture de Loire-Inférieure s’associe au chef-lieu du département. Mais la réunion prévue à la fin du mois de septembre 1914 entre les deux Chambres de commerce se solde par un échec cuisant : il a en effet été répondu aux responsables nazairiens dépêchés pour l’occasion que « les commerçants [de Nantes] étaient suffisamment approvisionnés pour n’avoir pas besoin, tout au moins pour le moment, de recourir à l’étranger » 7.

4Les perspectives offertes par l’entrée en guerre des États-Unis sont manifestement de nature à changer la donne puisque les deux territoires n’hésitent pas, on l’a vu, à s’unir dès avril 1917 pour se proposer d’accueillir les Doughboys. Il n’en demeure pas moins que derrière la posture d’Union sacrée et d’effort patriotique conjoint, les logiques visant à satisfaire les intérêts particuliers demeurent et en viennent même à primer toute autre considération. Le développement économique du port, et plus globalement parlant de la ville, n’est en effet pas sans s’opposer aux impératifs de l’effort de guerre. Il en est de même en ce qui concerne les relations touristiques qui, en définitive, révèlent toutes les ambiguïtés du processus de totalisation. En fait, tout se passe comme si la période 1917-1919 devait être considérée comme relevant du business as usual, comme si la guerre était en retrait, à l’arrière-plan des préoccupations.

Développer le port et la ville

  • 8  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 ET 16.

5Il ne fait aucun doute que la présence du corps expéditionnaire américain en Basse-Loire entre 1917 et 1919 coïncide avec une période de grand développement des infrastructures portuaires de Saint-Nazaire et des environs. Pourtant, ce mouvement reste bien souvent difficile à appréhender. Certes, quelques rapports conservés aux Archives départementales de Loire-Atlantique évoquent l’érection de dizaines de grues, la pose de centaines de kilomètres de voies ferrées et la construction de milliers de mètres carrés de hangars mais ces chiffres, à dire vrai, peinent à rendre compte de la dynamique que connaît le territoire pendant la Première Guerre mondiale 8.

  • 9  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France..., op. cit., p. 75.
  • 10  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Brichaux, Louis, « Discours de M. Brichaux », op. cit., p. 177-18 (...)

6L’analyse est rendue d’autant plus complexe que l’engorgement auquel doit faire face le port de Saint-Nazaire du fait des flux de fret qui accompagnent l’arrivée des Doughboys n’est, fondamentalement, pas chose nouvelle 9. Louis Brichaux n’est d’ailleurs pas sans en témoigner lorsque, le 19 juin 1913, à l’occasion du IVe Congrès international de navigation intérieure qui se déroule dans sa ville, il évoque la course au gigantisme engagée par des armateurs qui lancent des navires toujours plus grands, évolution qui naturellement accentue la pression sur les infrastructures portuaires. Mais le maire et président de la Chambre de commerce expose à cette occasion un certain nombre d’indicateurs qui, justement, permettent d’appréhender l’efficacité de ces installations. Le premier d’entre eux est le coefficient d’évacuation des marchandises, compris comme « le rapport qui existe entre la longueur des voies ferrées desservant le port et la largeur des quais ». Un deuxième est le coefficient de rendement, chiffre qui découle de la division du nombre de tonnes déchargées par la longueur des quais. Un autre est le coefficient de levage, indice qui mesure le nombre d’appareils de levage inférieurs à 10 tonnes par kilomètre de quai 10.

  • 11  Ibidem.
  • 12  Tant Barbance, Marthe, Saint-Nazaire, le port, la ville, le travail, op. cit., que Nouailhat, Yves (...)
  • 13  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16 à 19, Comptes rendus des travaux de la Chambre de commerce de Sain (...)
  • 14  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Brichaux, Louis, « Discours de M. Brichaux », op. cit., p. 182.

7Le coefficient d’utilisation commerciale des bassins permet pour sa part de mesurer l’encombrement d’un port, puisqu’il s’obtient en rapportant le tonnage de jauge des navires à la surface d’eau disponible 11. Il n’est malheureusement pas toujours évident d’effectuer ce calcul puisque, d’une année à l’autre, les données ne correspondent pas toujours. Aussi avons-nous décidé, compte tenu de la réalité des informations disponibles dans les sources et de ce que l’on sait du trafic du port de Saint-Nazaire au cours de cette période grâce aux travaux pionniers de M. Barbance et Y.-H. Nouailhat 12, de ne considérer pour ce coefficient que le tonnage de marchandises importées par des navires de toute provenance. Il est en effet possible de comparer pour cette entrée toutes les données compilées par la Chambre de commerce pour les années courant de 1913 à 1919 13, ce qui en définitive permet de mesurer la hausse d’activité à laquelle doit faire face le port ligérien pendant la Première Guerre mondiale. La signification profonde du coefficient reste en effet la même : plus le chiffre est élevé, plus le bassin est saturé. De surcroît, le calcul est ici d’autant plus aisé que la superficie des bassins du port ligérien ne change pas : 32,5 hectares répartis en deux bassins, celui de Saint-Nazaire, le plus petit, et celui de Penhoët 14.

Figure 16 : Coefficient d’utilisation des bassins du port de Saint-Nazaire, 1913-1919

Figure 16 : Coefficient d’utilisation des bassins du port de Saint-Nazaire, 1913-1919

8Les chiffres obtenus sont particulièrement explicites. Après une année 1914 à la baisse du fait de la paralysie complète du trafic faisant suite au déclenchement du conflit, l’activité repart à la hausse. Le coefficient d’utilisation des bassins du port de Saint-Nazaire fait ainsi plus que doubler de 1914 à 1916, passant de 3,8 à 8,3, soit de 1 235 470 tonnes de marchandises déchargées à 2 699 079 tonnes. Preuve que l’arrivée des premiers contingents américains le 26 juin 1917 relève bien du symbole construit à des fins politiques, le trafic est légèrement en baisse par rapport à 1916. C’est en effet en 1918 que l’activité explose, le coefficient d’utilisation des bassins franchissant la barre symbolique des 10 points avec le débarquement du gros des troupes. Certes, la tendance repart à la baisse dès l’année suivante et le tonnage des marchandises importées retombe en 1919 à un niveau sensiblement comparable à celui de l’année 1915. Pour autant, le coefficient d’utilisation des bassins du port de Saint-Nazaire reste pendant la guerre, à l’exception de 1914, année on l’a vu particulière, toujours plus élevé qu’en 1913. Le conflit est donc bien synonyme, pour les infrastructures portuaires nazairiennes, d’intense trafic.

9Reste à savoir comment les autorités locales et américaines réagissent à cette évolution, et notamment en 1918, année particulièrement intense. On l’a dit, c’est bien sous l’angle de la mécanique des fluides que doit être envisagée l’activité du port de Saint-Nazaire, tout encombrement sur les quais pouvant être de nature à ralentir, voire empêcher, le transfert du matériel vers les camps d’entraînement ou, pire encore, le front. Les coefficients d’évacuation des marchandises et de levage permettent d’observer les réponses apportées au problème de l’engorgement des bassins.

Figure 17 : Coefficients d’évacuation des marchandises et de levage du port de Saint-Nazaire, 1913-1919

Figure 17 : Coefficients d’évacuation des marchandises et de levage du port de Saint-Nazaire, 1913-1919
  • 15  Pawlowski, Auguste, « Les ports français et la guerre. Saint-Nazaire », Le Génie civil. Revue hebd (...)
  • 16  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)
  • 17  Ibidem.

10Là encore, les chiffres sont explicites et les courbes disent bien l’impact de la Première Guerre mondiale sur l’activité et la modernisation du port de Saint-Nazaire. Pour autant, les données collectées montrent que celle-ci débute bien avant le 26 juin 1917. Certes, la présence américaine se traduit par un réel développement des infrastructures nazairiennes. Mais c’est bien entre l’entrée en guerre et l’arrivée des premiers contingents de Doughboys que, proportionnellement, l’effort le plus important est accompli. Le quai des Darses est ainsi équipé au début de l’année 1915 de trois voies longitudinales et neuf transversales. Des faisceaux de quatre voies sont établis sur le quai des Frégates et sur celui de la Prise d’eau. La desserte de la gare est améliorée de même que celle des parcs de stockage de charbon et, au final, on a pu estimer que le réseau est augmenté en 1916 de 75% par rapport à ce qu’il était avant le conflit 15. Le coefficient de levage, que nous calculons ici en englobant les grues et autres engins d’une capacité supérieure à dix tonnes, et ce malgré l’absence de données fiables pour l’année 1917, dit lui aussi combien la guerre contribue à une amélioration rapide des infrastructures portuaires nazairiennes. Mais, là aussi, l’effort réalisé par les autorités françaises, et tout particulièrement la Chambre de commerce, mérite d’être souligné. Ajoutons d’ailleurs que les investissements réalisés s’effectuent, là encore, sur la base de projets formulés avant même le déclenchement des hostilités 16. La guerre a donc bien un indéniable rôle d’accélérateur et, en 1916, la capacité de levage du port est augmentée de 66 500 tonnes, Saint-Nazaire pouvant prendre en charge 10 000 tonnes de marchandises par jour 17.

  • 18  Pawlowski, Auguste, « Les ports français pendant la guerre. Les Américains dans nos ports de l’Atl (...)
  • 19  Ces coefficients ne prennent donc en compte ni les entrepôts du gigantesque camp de Montoir, ni l’ (...)
  • 20  Pawlowski, Auguste, « Les ports français et la guerre. Saint-Nazaire », op. cit., p. 320 et Arch. (...)

11Encore faut-il rappeler quelques éléments concernant ces chiffres. Le nombre de kilomètres de voies ferrées dit en effet mal l’effet de rationalisation du réseau. On sait ainsi qu’avant la guerre un accident, s’il se produit à un point névralgique, peut entraîner la paralysie du trafic ferroviaire sur le port et les améliorations apportées visent aussi à empêcher qu’une telle congestion se produise 18. Ensuite, il importe d’avoir à l’esprit qu’il s’agit là de données a minima dans la mesure où ces chiffres ne concernent que les travaux effectués sur la seule commune de Saint-Nazaire 19. Or, avant même l’arrivée des Américains, les autorités locales anticipent une gestion à plus large échelle, repoussant allègrement les frontières du port ligérien. C’est ainsi qu’au cours de l’année 1916 un important faisceau de quatorze voies ferrées est construit à Montoir, pour une longueur totale de dix kilomètres, jetant les bases de la future gare Wilgus et, plus globalement, du camp construit par les Américains 20.

12Précisons d’ailleurs, sans vouloir le moins du monde diminuer leurs mérites, qu’il y a là une explication essentielle à la rapidité avec laquelle les Doughboys officient : s’ils travaillent aussi vite, c’est qu’ils ne partent pas d’une feuille blanche mais, bien au contraire, bénéficient des réflexions prospectives des autorités locales et, en l’occurrence, de la Chambre de commerce. Il y a d’ailleurs là un nœud essentiel du processus de totalisation du conflit puisque, d’une certaine manière, les travaux effectués par le corps expéditionnaire s’apparentent à une certaine forme de sous-traitance qui satisfait tout le monde, les intérêts particuliers allant pour l’heure tous dans la même direction, celle de l’effort de guerre. Mais cette situation ne dure pas et, bientôt, des tensions se font jour. Nous y reviendrons.

13L’exemple de Saint-Nazaire montre bien la dimension clausewitzienne du conflit. Pour les décideurs locaux, l’arrivée des Américains doit permettre, à terme, la réalisation d’objectifs économiques anciens qui, tous, ambitionnent de ravir des parts de marché à l’Allemagne dans la mesure où, bien entendu, il ne saurait être question après une guerre aussi totale que celle-ci de continuer à commercer avec « le Boche » une fois la paix revenue. Ces raisonnements anticipent en réalité une nouvelle donne géo-commerciale d’où, comme une préfiguration de l’article 231 du traité de Versailles, serait exclue l’Allemagne vaincue et, plus encore, ses ports de la Mer du Nord. L’enjeu est immense puisqu’il s’agit d’accueillir les flux commerciaux en provenance d’Europe centrale mais aussi des États-Unis. Dès lors, la côte Atlantique s’impose comme une interface évidente et la compétition fait rage entres des candidats qui, tous, espèrent par l’intermédiaire du corps expéditionnaire, nouer des relations sur le long terme avec Washington. C’est du reste ce qu’explique parfaitement dans les colonnes de L’Ouest-Éclair, le 30 avril 1917, Henry Foucault, un fervent partisan du port de Brest :

  • 21  Foucault, Henry, « Pour le grand port de Bretagne », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6390, 3 (...)

« […] Il est parfaitement permis d’envisager après la guerre, comme conséquence de nos relations nouvelles avec les États-Unis, et aussi de l’ouverture du canal de Panama un peu trop perdue de vue, l’arrivée en Europe de nombreux et puissants cargos américains qui cherchent à venir déposer leurs marchandises dans le port de l’Atlantique le plus rapproché de leur point de départ et le mieux outillé pour les recevoir. […] Bordeaux, La Pallice, Nantes, Saint-Nazaire, mus par le louable désir de bénéficier du mouvement d’ascension maritime que va déclencher l’entrée en scène des États-Unis, s’organisent pour réaliser, avec la puissance des capitaux et les initiatives des intérêts privés, la plus grande concentration de ce mouvement dans leurs ports » 21.

  • 22  « Le voyage en Suisse », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 20e année, n°7172, 23 mars 1919, p. 4
  • 23  Arch. dép. Loire-Atl. : 902 S 1.

14C’est ainsi que l’arrivée du corps expéditionnaire américain réactive le vieux dossier dit du Suisse-Océan, projet qui on l’a vu vise à faire de Saint-Nazaire le port de l’Europe centrale. Sorte de route de la soie ligérienne, ce dossier est porté depuis la fin du XIXe siècle par des lobbys économiques structurés et dotés de moyens importants, à l’instar par exemple du journal La Loire navigable. En mars 1919, Louis Brichaux et Paul Bellamy se rendent même en « Helvétie » pour promouvoir ce projet qui est explicitement présenté comme étant destiné à détourner de l’Allemagne le commerce fluvial en provenance d’Europe centrale et de l’Est 22. Hautement politique, cette tournée est la conséquence de contacts noués au début des années 1900 avec les milieux économiques suisses, notamment dans le cadre de perspectives de développement des lignes ferroviaires entre Genève d’une part, Milan d’une autre 23. De ce point de vue, la présence américaine dans l’estuaire de la Loire est tout autant, pour les milieux économiques nazairiens, synonyme d’effet d’aubaine que de continuité de projets déjà anciens.

  • 24  Serventi, Silvano, La Cuisine des tranchées. L’alimentation en France pendant la Grande Guerre, Bo (...)
  • 25  Pehaut, Gérard, « Ravitailler le corps expéditionnaire américain. Les enjeux des approvisionnement (...)
  • 26  « Conseil municipal », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6204, 8 mai 1916, p. 3.

15Il en est de même en ce qui concerne le terminal frigorifique construit par les Américains sur le port de Saint-Nazaire. La Première Guerre mondiale change en effet les habitudes alimentaires des Français. Au front, les hommes s’habituent à manger des conserves alors que celles-ci peinent à s’imposer à la Belle époque. Idem en ce qui concerne la congélation, technique qui se diffuse massivement dans les années 1920 24. À Saint-Nazaire, il n’est pas totalement interdit de penser que les Doughboys ont une certaine part de responsabilité dans ce changement d’habitudes alimentaires. Notons d’ailleurs qu’il ne doit pas s’agir d’un cas totalement exceptionnel puisque, dans tous les grands ports de la façade atlantique qu’il utilise, le corps expéditionnaire américain construit de tels équipements 25. Mais, encore une fois, ce changement des pratiques alimentaires n’est pas sans racines, celles-ci plongeant bien avant l’entrée en guerre des États-Unis. C’est ainsi par exemple qu’en mai 1916 le Conseil municipal de Saint-Nazaire « estime » que la « viande frigorifiée » deviendra « d’un usage constant dans l’alimentation et cela même après la guerre » 26.

  • 27  Écomusée de Saint-Nazaire : BA 65, 22 FÀ 7, chemise 8.

16Dans un premier temps, tout le monde paraît se féliciter des travaux entrepris sur le port de Saint-Nazaire pendant la Première Guerre mondiale. Cela est clairement perceptible en dépouillant les comptes rendus des séances de la Chambre de commerce même s’il faut, pour cela, lire entre les lignes. La réserve est en effet chose essentielle dans les affaires et Louis Brichaux ne saurait se féliciter publiquement de cette relation de sous-traitance. Les organisations ouvrières font, elles, savoir par le biais du Travailleur de l’Ouest leur satisfaction. Le 25 octobre 1918, alors que l’Armistice n’est pas encore signé, ce journal insiste sur les « transformations considérables » opérées « depuis plus d’un an » à Saint-Nazaire et dans les environs et se prend même à rêver. À l’en croire, le port ligérien peut devenir un point de transit des plus importants pour les marchandises américaines destinées à la France et à l’Europe centrale. Il peut également s’affirmer comme un « centre industriel de premier ordre », sous réserve que la ville dispose de moyens de transports collectifs modernes et d’un réseau d’alimentation en eau performant 27.

  • 28  Arch. Dép. Loire-Atl. : 1902 S 154, le ministre au préfet de Loire-Inférieure, 10 décembre 1924.
  • 29  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de (...)

17Mais la symbiose n’est qu’apparente et masque mal la poursuite d’intérêts particuliers qui, parfois, prime l’effort de guerre. C’est ainsi par exemple que l’utilisation des infrastructures du port de Saint-Nazaire n’est pas gratuite, fût-ce pour le corps expéditionnaire américain venu aider son allié français dans ce conflit mené « pour la civilisation et le droit » contre l’Allemagne. Les voies ferrées des postes 1 et 2 du quai de la Prise d’eau en témoignent parfaitement. Si les travaux sont accomplis aux frais du réseau ferré de l’État, le ministère des travaux publics prévoit dans une circulaire datée du 20 novembre 1918 que celui-ci soit remboursé « par la perception d’une taxe d’un franc par tonne sur les marchandises des services français et américains ». Mais ce même document stipule que cette imposition n’était applicable « que pendant la durée des hostilités » et n’a donc pas été perçue 28. On imagine donc le manque à gagner du côté français et on comprend mieux l’insistance avec laquelle Louis Brichaux presse le corps expéditionnaire américain tout au long de l’année 1918 pour qu’il règle les centaines de milliers de francs de droit de péage qu’il doit à la Chambre de commerce à la suite de l’utilisation du port de Saint-Nazaire. Mordant, il propose, dans un courrier adressé le 26 juillet 1918 au brigadier général Walsh commandant la base n°1, de calculer cette taxe en se basant sur la jauge nette des navires américains, faute de mieux, puisque ses bateaux « ne font pas de déclaration en douanes, et qu’ils n’ont ni manifeste ni courtier et qu’ils arrivent souvent sans que [les Doughboys eux-mêmes sachent] ce qu’il y a à bord » 29. À cette occasion, la politique commerciale sait se conformer aux éléments de langage qu’impose l’Union sacrée, mais il n’en demeure pas moins qu’elle peine à masquer une défense opiniâtre d’intérêts particuliers qui en vient à peser plus lourd que l’impératif de préservation des bonnes relations entre les deux alliés, une dimension pourtant essentielle à la poursuite de l’effort de guerre. C’est ainsi que Louis Brichaux conclut sa lettre au brigadier général Walsh sur un ton volontiers condescendant qui, on s’en doute, n’a pas dû être apprécié par les autorités américaines :

  • 30  Ibid., p. 106.

« Je tiens cependant à vous faire remarquer que si vous acceptez cette proposition et si, de mon côté, je peux la faire accepter par mes collègues, la Chambre de Commerce fera en faveur du Gouvernement Américain un très gros sacrifice sur ses recettes, d’abord par devoir patriotique, mais aussi pour reconnaître les améliorations faites dans le port par le Gouvernement Américain » 30.

18Bien entendu, Louis Brichaux et la Chambre de commerce de Saint-Nazaire ne vont pas jusqu’à interdire l’utilisation du port et de ses infrastructures au corps expéditionnaire. Ils n’en ont d’ailleurs probablement pas les moyens, tant sur le plan juridique que matériel du reste. Pour autant, la date à laquelle ce courrier est rédigé ne peut qu’interpeller : 26 juillet 1918, soit certes quelques jours après le « second miracle de la Marne » mais à une période où l’Allemagne est encore loin d’être défaite.

Guerre et tourisme

  • 31  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire 1917-1919, op. cit., p. 20-21.

19L’historien Y.-H. Nouailhat a bien montré combien l’arrivée des Américains est, dès le départ, intimement liée à des enjeux touristiques. Avant-même l’entrée en guerre de Washington, le comte Charles Nau de Maupassant propose de mettre à disposition du commandant en chef du corps expéditionnaire son château de Clermont-sur-Loire, celui-là même qu’habitera plus tard l’acteur Louis de Funès, ainsi qu’un terrain sur lequel les Sammies construiraient un hôpital. Derrière cette posture altruiste à première vue caractéristique d’un effacement devant la cause totale qu’est le conflit en cours réside en réalité la défense d’intérêts bien particuliers. Il est d’ailleurs à se demander si son activisme ne trahit pas, d’une certaine manière, ses calculs sur le long terme. L’aristocrate n’hésite en effet pas à solliciter le ministre de la Guerre par l’intermédiaire du maire de Nantes, Paul Bellamy, et télégraphie son offre à l’ambassadeur des États-Unis, William G. Sharp, et au Président américain himself, Woodrow Wilson. En réalité, les intérêts du comte de Maupassant s’accommodent particulièrement bien de la présence – rappelons-le encore hypothétique – des Doughboys. En demandant la création d’un hôpital américain sur sa propriété, il souhaite ni plus ni moins « préparer la voie pour faire de cette localité, après la guerre, une station climatique, avec casino, champs de courses, etc… » 31.

  • 32  Nau, Brieuc, La présence américaine à Nantes pendant la Première Guerre mondiale, op. cit., p. 40 (...)
  • 33  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 R 17, le maire de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, 17 décembr (...)

20Or l’action de cet aristocrate est tout sauf anecdotique tant la guerre a à voir avec le développement de l’industrie touristique ce qui, d’une certaine manière, n’est pas sans interroger la dimension totale du conflit. Précisons d’ailleurs que cette réalité n’est pas propre à la région nazairienne. On sait qu’à Nantes, par exemple, le syndicat d’initiative tente de développer le tourisme auprès des soldats américains 32. Ces intérêts économiques bien spécifiques peuvent d’ailleurs parfois entrer en contradiction frontale avec les mesures prises par le corps expéditionnaire pour maintenir l’ordre et empêcher que les soldats américains ne fréquentent les débits de boisson et les prostituées. C’est ainsi par exemple qu’un groupe de commerçants prend en décembre 1917, et en prévision des dépenses qui seront effectuées à l’occasion des fêtes de fin d’année, la liberté de s’adresser au commandant Appleton qui effectue la liaison avec la base n°1 pour « exposer [que] les mesures de restriction prises par les autorités américaines causent à tout un grand quartier de Saint-Nazaire un préjudice considérable ». Ils sont d’ailleurs soutenus par le maire, Louis Brichaux, qui juge « pas possible, en effet, qu’à l’approche des fêtes de Noël et du 1er de l’an, presque tout le quartier dit de Marceau soit consigné aux troupes américaines » 33. Le propos de ces commerçants mérite néanmoins d’être cité largement en ce qu’il traduit bien la volonté de préserver des intérêts particuliers menacés par des décisions prises au nom de l’effort de guerre :

  • 34  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 R 17, lettre de commerçants nazairiens adressée au commandant Appleton, 1 (...)

« Certes, ils sont les premiers à reconnaître que certaines mesures s’imposent en présence surtout des abus commis dans tous les établissements interlopes, et ils seraient heureux de voir sous ce rapport les lois sur l’État de Siège renforcées dans un sens favorable aux bonnes mœurs et à la tempérance. Mais ils prennent respectueusement la liberté de […] faire remarquer que le commerce en général souffre de la prohibition qui lui est ainsi imposée, et que la mesure dont ils sont actuellement victimes les met dans un état d’infériorité. Ils ajoutent que parmi les maisons ainsi privées d’une clientèle intéressante, se trouvent des Maisons d’alimentation, épiceries, restaurants, bijouteries, bazars, maisons de confections, teintureries, quincailleries et aussi le seul établissement de bains qui existe à Saint-Nazaire » 34.

21On se rappelle également la décision ministérielle du 12 juin 1918 relative à l’exonération de la taxe de 10% sur les produits de luxe, mesure destinée spécifiquement aux soldats américains. Pourtant, comment ne pas voir dans ce qui semble bien s’apparenter à une niche fiscale une contradiction fondamentale avec la situation budgétaire de la France d’alors, ce d’autant plus que le conflit est alors loin d’être gagné ?

  • 35  Pour de plus amples développements se reporter à Ridel, Charles, L’Ivresse du soldat. L’alcool dan (...)

22Les pratiques touristiques des Doughboys, et la consommation qui en découle, révèlent dès lors toute l’ambiguïté du processus de totalisation du conflit. A priori, rien ne paraît aller ici contre l’effort de guerre puisque, théoriquement, ces moments d’agrément sont pris en accord avec l’encadrement du corps expéditionnaire, et ne vont donc nullement à l’encontre des « intérêts du service ». Certes, il y a le cas particulier des soirées trop alcoolisées et des visites aux maisons closes mais, lorsque les soldats américains se conforment aux instructions de leur hiérarchie, rien ne permet d’affirmer que ces instants de répit nuisent à l’effort de guerre. C’est même plutôt le contraire puisque les officiers voient en ces trop courtes périodes de repos un utile outil de recharge du moral. Mais l’inverse peut également être soutenu puisque, dans le même temps, du point de vue des hommes du rang, ces courts séjours sont assimilables à des espaces hétérotopiques, c’est-à-dire à des périodes qui permettent de mettre à distance le conflit, d’oublier le réel, l’éloignement de la famille et les dangers encourus. Semblable réflexion peut d’ailleurs être formulée à propos de l’alcool, puissant moyen permettant d’oublier – provisoirement – le quotidien, et peut-être même la maison close 35. Cette question est donc particulièrement ambivalente, la logique n’apparaissant pas la même suivant le point d’observation.

  • 36  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 874.
  • 37  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de (...)

23En tout état de cause, il n’en demeure pas moins que les Doughboys constituent une clientèle pour laquelle les acteurs économiques français se battent avec férocité. Non content en effet de diffuser de la publicité dans les pages du Stars and Stripes, le Printemps ouvre une succursale au sein même du camp de rembarquement n°1 à Saint-Nazaire, principale porte de retour des Sammies vers les États-Unis. S’il s’agit d’une simple baraque en bois rehaussée de drapeaux américains et français, on imagine toutefois aisément le chiffre d’affaire qui peut être réalisé compte tenu de l’important passage qui caractérise ce lieu 36. Cette agressivité commerciale suscite d’ailleurs l’ire du président de l’Union des commerçants de Saint-Nazaire qui, en avril 1919, décide d’en référer à la Chambre de commerce, non sans accuser l’enseigne parisienne de monopole et de pratiques déloyales. Il fait en effet état de « plaintes qui lui ont été adressées, par plusieurs commerçants de Saint-Nazaire, au sujet de l’installation dans l’enceinte d’un camp, d’une succursale des grands magasins du Printemps, de Paris, pour la vente de différents articles, de souvenirs, parfumerie, lingerie, maroquinerie, etc., et qui reçoit des commandes de diverses autres marchandises, qui sont expédiées journellement de Paris à cette succursale, pour satisfaire aux demandes des officiers et soldats de l’Armée Américaine, à laquelle, paraît-il, il aurait été interdit d’acheter dans les magasins dans les villes » 37.

Illustration 13 : Succursale du Printemps ouverte au sein du camp de rembarquement n°1 à Saint-Nazaire, le 26 mars 1919

Illustration 13 : Succursale du Printemps ouverte au sein du camp de rembarquement n°1 à Saint-Nazaire, le 26 mars 1919

National Archives at College Park, MD : 111-SC-158801

  • 38  Ibid., p. 181.
  • 39  Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Syphiliser Sain (...)
  • 40  « Au syndicat d’initiative », L’Ouest-Éclair,20e année, n°7165, 17 mars 1919, p. 3.

24Cette dernière accusation n’étant, d’après ce que l’on peut en percevoir à travers les archives, pas fondée, l’affaire en reste là 38. Pour autant, un tel conflit est intéressant en ce qu’il se situe dans la continuité de stratégies visant à préserver des intérêts particuliers, conduites que certains documents donnent à observer pendant le conflit et qui, le cas échéant, peuvent relever d’un processus de dé-totalisation du conflit. À Saint-Malo, c’est ainsi au nom des intérêts touristiques que les maires des trois communes luttent contre les mesures prophylactiques à destination des soldats, ce dans le but de ne pas « syphilisiser » l’image de marque de leurs stations balnéaires et malgré le risque que les maladies vénériennes font peser sur le capital humain disponible pour l’Armée 39. La dimension clausewitzienne du conflit, l’économie n’étant après tout que le prolongement par d’autres moyens de la guerre, apparaît ici clairement et Saint-Nazaire n’échappe pas à ce mouvement. C’est ainsi que la Chambre de commerce soutient sans aucune ambiguïté au printemps 1918 le projet visant à instaurer dans la région un syndicat d’initiatives. Celui-ci voit le jour en mars 1919 et se donne pour but de « favoriser, d’une façon générale, le développement du tourisme en France et à l’étranger, et, plus particulièrement, d’étudier les mesures qui peuvent tendre à augmenter la prospérité du port de Saint-Nazaire et de la région, et d’en poursuivre la réalisation » 40. Mais, en mai 1918, il y a selon la Chambre de commerce urgence, alors que le conflit, rappelons-le, est alors loin d’être terminé :

  • 41  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de (...)

« Pour nous, il ne faut pas que nous soyons en retard sur nos voisins. On s’y prépare un peu, puisque déjà des hôtels, malgré les difficultés de toutes sortes, pénurie de main d’œuvre, matériaux, renchérissement des objets de luxe, se transforment pour s’apprêter à recevoir la riche clientèle américaine, qui ne manquera pas de venir par notre Port, visiter la France qui, depuis la Marne et Verdun, fait leur admiration » 41.

Business as usual ?

  • 42  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 ET 17, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)
  • 43  La situation est telle qu’en septembre 1915 le sous-préfet de Saint-Nazaire ordonne de n’employer (...)

25Pour les entreprises du secteur de Saint-Nazaire, cette adaptation aux conditions particulières créées par la présence américaine témoigne d’une accommodation au conflit qui ne naît pas avec l’arrivée du corps expéditionnaire. Selon un processus bien connu, les acteurs économiques ne tardent pas à trouver bien des avantages aux prisonniers de guerre allemands 42. Certes il s’agit de ressortissants d’une puissance ennemie mais ces hommes constituent aussi une main d’œuvre peu chère, d’autant plus facile d’emploi qu’elle est captive 43. Semblables réflexions peuvent d’ailleurs être formulées à propos des travailleurs coloniaux et étrangers venus, on l’a vu précédemment, de tous horizons.

  • 44  Arch. Nat. : LH 19800035/1277/47134.
  • 45  « Conseil municipal », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6204, 8 mai 1916, p. 3.
  • 46  « Au Conseil municipal », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6278, 8 janvier 1917, p. 3.
  • 47  Cité in Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France pendant la Première Guerre mondiale…, op (...)

26Homme aux engagements politiques multiples, qui le conduiront d’ailleurs à abandonner la mairie de Saint-Nazaire en 1919 puisque ne pouvant assumer toutes ses charges, Louis Brichaux illustre bien ces comportements qui participent, assurément, d’un processus d’accommodation mais aussi, à l’occasion, de potentielle dé-totalisation du conflit. C’est ainsi que mis en sursis du fait de sa qualité de maire de Saint-Nazaire puis réformé n°2 en décembre 1914, il fait l’objet d’une dénonciation auprès de la grande chancellerie de la Légion d’honneur en juillet 1918 au motif qu’il « n’a pas servi sous le drapeau de la France » 44. Sans doute anecdotique, et visiblement sans incidence sur son statut médailler, cette accusation est néanmoins révélatrice de conduites qui vont, à n’en pas douter, à l’encontre de l’idée d’Union sacrée pour la défense du pays. Louis Brichaux se révèle être un objet historique complexe, aux prises de positions parfois difficiles à analyser. Il en est ainsi de son rôle en faveur de la construction du terminal frigorifique du port de Saint-Nazaire. En effet, en regardant les discours de celui qui est maire mais également président de la Chambre de commerce et vice-président de la Ligue navale, il est difficile de faire la part des choses entre ce qui relève d’une part des nécessités imposées par l’effort de guerre et de l’anticipation d’une nouvelle tendance, le goût pour la viande surgelée, et d’autre part, de propos favorisant ses intérêts propres 45. Le conflit d’intérêt semble encore plus flagrant lorsqu’en janvier 1917 il dénonce en plein Conseil municipal les torpillages allemands et leur impact sur l’approvisionnement en houille, une dimension qui bien entendu intéresse au premier plan le directeur de la Compagnie charbonnière de l’Ouest qu’il est aussi 46. Et que dire de ces propos, prononcés à la même période, justifiant les choix opérés dans le réaménagement du port de Saint-Nazaire : « pendant longtemps, on a considéré dans beaucoup de ports les charbons comme une marchandise encombrante, la priorité des quais et des wagons était donnée aux bateaux de l’intendance apportant des céréales, des aciers, des marchandises diverses, etc. » 47.

  • 48  « À la ligue navale », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7329, 7 juin 1919, p. 3.
  • 49  « La Ligue navale fête M. de Monzie », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6468, 22 juillet 1917, p. 2.

27Louis Brichaux n’est également pas exempt de soupçons lorsque vient la question de la rivalité avec Nantes. S’il s’en défend vigoureusement, ce dont témoignent assurément les archives de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire qu’il préside, il est vivement pris à partie en juin 1919, alors que le Traité de Versailles n’est pas encore signé, par L’Ouest-Éclair à propos d’un rapport technique sur les ports de Basse-Loire qui lui est confié par le ministère des Travaux-Publics. Menant la charge, l’édition nantaise du grand quotidien catholique breton argumente que « sans doute M. Cormerais, président de la Chambre de commerce de Nantes, devait assister M. Brichaux pour une partie de son travail » puis tranche, définitif, que « la subordination de la Chambre de commerce de Nantes, son effacement devant Saint-Nazaire n’en apparaissent pas moins » 48. Bien entendu, la posture patriotique de l’Union sacrée est toujours présente, et mise en avant, comme le rappelle en juillet 1917 un article de L’Ouest-Éclair traitant d’un déjeuner offert à l’occasion de la nomination du président de la Ligue navale, Anatole de Monzie, au poste de Sous-secrétaire d’État des transports maritimes et de la marine marchande. En effet, le grand quotidien breton note que sont présents à cette occasion le président du Conseil d’administration des Messageries maritimes et le secrétaire général de la Confédération générale du travail, Léon Jouhaux. Les deux hommes sont venus « assurer publiquement le nouveau sous-secrétaire d’État à la fois de leur confiance et de l’entier concours des armateurs et des organisations ouvrières pour le développement maritime de la France ». Mais cet unanimisme patriotique n’est pas incompatible avec la poursuite d’intérêts propres, lorsqu’ils convergent avec l’effort de guerre. Ainsi Louis Brichaux, vice-président de la Ligue navale et à ce titre proche du nouveau ministre, rappelle ce jour-même « l’importance essentielle de la réorganisation des transports maritimes » pour la victoire, une position certes conforme à l’esprit du temps mais qui n’est également pas sans servir les intérêts du maire et président de la Chambre de commerce qu’il est aussi, ce bien entendu sans évoquer le chef d’entreprise 49. Cette situation est d’ailleurs critiquée à mots-couverts par L’Ouest-Éclair :

  • 50  « La ligue navale et son bon pilote à Nantes », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5 735, 7 avril 1918, (...)

« Nous avons peut-être eu tort d’attribuer à M. Brichaux, maire, la réelle influence dont il se targue. Le mérite de ses interventions heureuses, réserve faite d’ailleurs de leur portée durable, reviendrait plutôt à M. Brichaux, vice-président de la ‘Ligue navale’, ou à M. Brichaux, président de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire, ou tout simplement à M. Brichaux l’importateur, qui a su si bien mener sa barque (ou son steamer charbonnier) et a appris, en faisant ses affaires, à faire celles des autres » 50.

  • 51  Lascoumes, Pierre et Audren, Frédéric, « La justice, le gendre et le scandale des décorations. Aux (...)
  • 52  Écomusée de Saint-Nazaire : BA 65, 22 FÀ 7, chemise 8.

28Cinglant, le propos étonne d’autant plus qu’il est prononcé en avril 1918, c’est-à-dire à une époque où non seulement la guerre est loin d’être gagnée mais où, au contraire, les troupes alliées sont en fâcheuse posture face à l’offensive menée par les Allemands. Cette attaque rappelle de surcroît que la culture juridique de la période 1917-1919 n’est aucunement comparable à ce que l’on peut connaître de nos jours. On se rappelle, pour ne citer qu’un seul célèbre exemple, que c’est le scandale des décorations, cette affaire de distributions de Légions d’honneur en échange de pots de vins, événement ayant entraîné la démission le 2 décembre 1887 du Président de la République Jules Grévy, qui permet, in fine, que la France se dote d’une législation réprimant le trafic d’influence 51. Or, si l’omniprésence de Louis Brichaux et la nécessaire confusion des genres qu’un tel cumul de charges ne peut qu’entraîner ne suscite que si peu de réactions, c’est que l’opinion est pour l’heure peu sensible à ce type de problèmes. Cette indifférence s’explique bien entendu par l’époque, la guerre et le poids du deuil étant dans la majorité des esprits. Pour autant, certaines conduites ne sont pas sans interpeller. Ainsi, en février 1915, les ouvriers des chantiers navals envoient à Louis Brichaux une pétition pour se plaindre des tarifs du charbon domestique. Mais, au juste, à qui l’adressent-ils ? Au maire comme le suggère le Travailleur de L’Ouest ou à celui qui est aussi importateur ? À moins que cela ne soit le président de la Chambre de commerce qui soit ici interpellé ? 52

  • 53  Soulignons ici combien un tel comportement des agents économiques va à l’encontre d’une entrée « l (...)
  • 54  Sur cette question, pour l’heure non documentée à l’échelle de la Bretagne, se reporter à Cardoni, (...)
  • 55  En italique dans la source.

29En réalité, dès les toutes premières heures d’août 1914, les prises de position de Louis Brichaux témoignent de stratégies de sauvegarde d’intérêts particuliers, quand bien même ceux-ci iraient à l’encontre de ce que dicte l’effort de guerre. Le président de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire, dans une séance extraordinaire tenue le 11 août 1914, se livre ainsi à une véritable charge contre la Banque de France qui vient d’instaurer un strict contrôle des changes afin que cessent les retraits massifs d’argent liquide qui menacent l’ensemble du système financier français. En effet, la fin du mois de juillet 1914 se caractérise par ce que les économistes appellent un « run bancaire », soit le retrait en quelques heures seulement par les particuliers de plusieurs milliards de francs, monnaie faut-il le rappeler encore indexée sur l’or 53. Ceci n’est bien entendu pas sans inquiéter les autorités qui, dès lors, décident d’un moratoire visant à ce que cessent ces mouvements de fonds 54. Mais, signe manifeste d’une logique de dé-totalisation du conflit en cours, pour Louis Brichaux, la Banque de France « cache son argent » et assèche le système monétaire. Et le président de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire de réclamer non seulement que cesse cette politique mais que soit, de surcroît, versée une avance de 150 milliards « à diverses sociétés de crédit ou établissements industriels » 55. Un tel argumentaire, loin de toute idée d’Union sacrée, est bien évidemment intéressé et même assorti de menaces, sous couvert de prospective :

  • 56  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)

« Ces avances à l’industrie présentent un intérêt considérable. En ce qui concerne seulement Saint-Nazaire les Chantiers de construction de l’Atlantique, les Chantiers de la Loire, les Forges de la Basse-Loire, et les Fonderies de Saint-Nazaire occupent, encore après la mobilisation de 7 à 8 000 ouvriers. On ne peut se demander, sans tristesse, ce que va devenir cette malheureuse population ouvrière si les chantiers, les usines, comme ils l’annoncent, sont obligés de fermer faute d’argent. D’ores et déjà les Usines de la Basse-Loire (2 600 ouvriers) et les Fonderies de Saint-Nazaire ont fermé leurs portes.
Et c’est ce qui arriverait indubitablement, pour toutes les industries si des mesures urgentes n’étaient prises en vue d’assurer leur fonctionnement » 56.

  • 57  Ibid., p. 197-1988.

30Certes les apparences sont sauves puisque la Chambre de commerce de Saint-Nazaire décide le vote de 3 000 francs de subvention aux œuvres de bienfaisance de la municipalité et de 1 000 francs à « l’Administration de la Croix-Rouge et des Dames de France, en vue de venir en aide à l’Œuvre de Secours aux blessés ou malades des armées de terre et de mer ». Mais la diatribe de Louis Brichaux, véritable plaidoyer en faveur des intérêts de l’industrie nazairienne et ce à l’encontre des mesures édictées par la banque centrale, est adoptée « entièrement par la Chambre » 57.

  • 58  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de (...)

31Il ne s’agit d’ailleurs pas là d’un acte isolé 58. Dès le 20 août 1914, Louis Brichaux écrit au ministre du Commerce pour s’opposer au projet de suppression des droits de douanes sur « le poisson frais d’importation étrangère », mesure envisagée pour faciliter le ravitaillement des populations civiles. Se joignant à un vœu formulé par la Chambre de commerce de Lorient, celui qui est aussi maire de Saint-Nazaire, et donc en charge de l’alimentation des habitants de cette commune, fait fi des réalités de la mobilisation des marins à la pêche et dit toute son opposition à cette mesure qui

  • 59  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)

« serait par trop prématurée et de nature à nuire à de nombreux intérêts. Il serait impossible, en effet, à nos Sociétés de pouvoir lutter contre la concurrence étrangère. Le désarmement de leurs bateaux s’imposerait et il leur faudrait immédiatement licencier des équipages dont le chômage serait absolument certain » 59.

  • 60  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11.
  • 61  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, la Société du gaz de Saint-Nazaire au député Delaroche-Vernet, le (...)
  • 62  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, Georgelin à un député, probablement Delaroche-Vernet, sans date.

32La question de l’énergie illustre parfaitement ces logiques de dé-totalisation qui ne sont pas nécessairement l’apanage des « décideurs » et du patronat. Pendant la Première Guerre mondiale, Saint-Nazaire connaît une telle situation de plein emploi que le recours aux prisonniers de guerre est indispensable à l’économie locale. Les archives conservent de nombreuses plaintes d’entrepreneurs à qui l’on a supprimé cette main d’œuvre captive et qui, du coup, expliquent ne plus pouvoir poursuivre leur activité 60. L’usine à gaz de Saint-Nazaire est dans cette situation et bénéficie d’une trentaine de prisonniers qui cessent d’y être détachés à partir du 1er juin 1918, en application d’une décision du Ministère des Travaux publics qui entend réserver leur emploi aux seules tâches de manutention sur les quais du port. Invité à se mettre en relation avec le Ministère de l’Armement et des fabrications de guerre pour obtenir de nouveaux prisonniers, le directeur de l’usine à gaz, M. Georgelin, ne parvient pas à obtenir gain de cause et envisage d’arrêter la production. Bien sûr, cette décision n’est pas sans arrière-pensées et participe à l’évidence d’une stratégie de négociation. Il est vrai que les conséquences d’un tel arrêt sont importantes, tant du point de vue des particuliers et de l’éclairage public que de l’alimentation en énergie des industries de la région nazairienne 61. Mais il n’en demeure pas moins que cette usine intéresse directement la poursuite du conflit en cours puisque le directeur rappelle que « tout le gros coke, tout le goudron, tout le graphite que nous produisons, sont réservés, d’ordres ministériels aux Établissement qui travaillent pour la guerre » 62. Le préfet de Loire-Inférieure est lui encore plus précis lorsqu’il s’agit de détailler les répercussions de cette fermeture :

  • 63  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, le préfet de Loire-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 28 mai 1 (...)

« Tout le gros coke, tout le goudron, tout le graphite produit par l’usine sont réservés d’ordre du Ministère de l’Armement, aux établissements travaillant pour la guerre ; une grande quantité de gaz pour emploi industriel et force motrice, est fournie aux Chantiers de la Loire, de l’Atlantique, à divers ateliers, aux imprimeurs, etc. D’autre part, le port et la gare sont éclairés au gaz : le transit et le mouvement du port seront donc en partie supprimés par suite du manque de gaz, et je ne crois pas devoir signaler ce que serait la situation de Saint-Nazaire, centre important et en pleine activité des armées américaines, si le gaz venait à manquer pour l’éclairage et pour la consommation ménagère au moment où le charbon et le pétrole sont loin de suffire aux besoins » 63.

  • 64  Ibidem.
  • 65  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, le directeur du dépôt des travailleurs étrangers de Nantes au dire (...)

33C’est là une conjoncture classique de l’effet papillon qu’est le processus de totalisation du conflit, la situation à l’arrière impactant par ricochet le front. Mais cette affaire met également en lumière d’autres forces, parfaitement antagoniques et qui, elles, s’apparentent à un mouvement inverse de dé-totalisation. En effet, malgré l’appui du maire et président de la Chambre de commerce Louis Brichaux, du préfet de Loire-Inférieure et le soutien d’un député, le directeur de l’usine à gaz ne parvient pas à obtenir de nouveaux prisonniers de guerre et est obligé de s’en remettre à des travailleurs civils, qu’il ne parvient pas à recruter. En effet, le marché de l’emploi est alors tellement tendu que, malgré l’importance stratégique de cette usine à gaz, à une époque rappelons-le où la situation sur le front est très défavorable aux troupes françaises et britanniques et où les Américains commencent tout juste à entrer en scène, le personnel disponible préfère s’employer auprès du corps expéditionnaire afin de bénéficier de salaires plus avantageux. C’est d’ailleurs ce qu’explique, sans précautions de langage, le préfet de Loire-Inférieure au ministre de l’Intérieur dans une note datée du 28 mai 1918 : « Il est impossible de recruter actuellement de la main-d’œuvre à Saint-Nazaire, base américaine, où tous les travailleurs disponibles sont employés par nos alliés à des tarifs qui ne pourraient être payés par la Compagnie du Gaz sans répercussion immédiate sur le prix du gaz » 64. Même tonalité pour le directeur du dépôt des ouvriers étrangers de Nantes pour qui les salaires proposés ne « paraissent pas suffisants par rapport à la cherté de la vie dans la région » 65.

  • 66  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France pendant la Première Guerre mondiale…, op. cit..
  • 67  Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chamb (...)

34Lié au gaz, le charbon est, on l’a vu, une question particulièrement sensible pendant la Première Guerre mondiale. Les travaux de l’historien P. Chancerel montrent bien comment l’État tente de remédier à la pénurie et de prendre en charge, au nom de l’intérêt général et de l’effort de guerre, la distribution du combustible 66. Mais ces mesures ne sont pas nécessairement du goût de tout le monde et, lors de la séance de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire du 11 mai 1917, le président Louis Brichaux s’élève contre une circulaire ministérielle prise quelques jours plus tôt et prescrivant justement « aux importateurs de charbon de mettre à la disposition de l’État, en vue de la répartition aux consommateurs, les houilles par eux reçues dans les ports ». Pour celui qui est intéressé à titre personnel à cette question, le texte présente en effet l’immense inconvénient « d’enlever aux négociants importateurs une partie des bénéfices légitimes attachés à l’exercice de leur profession » 67. Là encore, les intérêts économiques privés priment bien l’effort de guerre.

  • 68  Sur cette question, se reporter à l’excellent article de Gallicé, Alain, « 1917, la guerre totale (...)

35L’exploitation de la tourbe dans les marais de Brière entourant Saint-Nazaire constitue également une bonne illustration de ces forces de totalisation, mais aussi de dé-totalisation, à l’œuvre au cours du conflit. Au cours de l’année 1917, cette ressource est en effet envisagée comme un palliatif à la pénurie de charbon. En cela, ce combustible domestique est particulièrement révélateur de la totalisation de la guerre en cours puisque fournissant de l’acide nitrique ou du sulfate d’ammoniaque, cette terre peut également servir à la fabrication de poudre. Il est d’ailleurs intéressant de constater que, là encore, Louis Brichaux est grandement intéressé aux projets d’exploitation du marais briéron qui fleurissent au cours de l’année 1917. Professionnel du charbon, son expertise énergétique est recherchée. De plus, que cela soit en tant que maire de Saint-Nazaire ou en tant que syndic de la Grande Brière Mottière, un autre de ses nombreux mandats, il prend une part active aux projets d’exploitation de cette ressource. Certes, ceux-ci échouent puisque le terrain, en définitive, ne se prête pas à une production à échelle industrielle. Pour autant, les espoirs suscités par ce nouvel or noir montrent bien que les propriétaires fonciers n’entendent pas brader leurs intérêts, quand bien même la production de tourbe pourrait contribuer avantageusement à l’effort de guerre. Le sous-préfet de Saint-Nazaire Roland Gaignerot le souligne du reste avec amertume en dénonçant « le mauvais vouloir [de] la direction du syndicat de la Grande Brière, qui manifestement préférait voir périr le monde que de ne pas conserver sa misérable richesse pour les siècles à venir ». Ici, la perspective du conflit ne parvient pas à infléchir les intérêts particuliers de propriétaires qui sont persuadés que la tourbe est un produit d’avenir qui assurera leur fortune une fois la guerre achevée 68.

  • 69  Milhaud, Claude, 1914-1918 L’autre hécatombe. Enquête sur la perte de 1 140 000 chevaux et mulets, (...)

36On a vu précédemment combien chevaux et mulets sont essentiels aux armées mais aussi à la poursuite de l’effort de guerre, ne serait-ce que par leur importance pour la production agricole. Saint-Nazaire illustre d’ailleurs dès 1914 le processus de totalisation ici à l’œuvre en étant une des portes d’entrée des animaux achetés aux États-Unis. L’arrivée du corps expéditionnaire levé par Washington ne change rien à cette réalité et le dépôt de remonte du port ligérien passe rapidement sous commandement américain, les Doughboys étant tout aussi dépendants de la force hippomobile que les poilus. Le déroulement du conflit rend par ailleurs la gestion de la ressource équine encore plus sensible. En mars 1917, quelques jours donc avant l’entrée dans le conflit des États-Unis, il devient de plus en plus manifeste que la guerre sous-marine à outrance et les difficultés de trésorerie françaises compromettent le ravitaillement en avoine. Le retour à la guerre de mouvement au printemps 1918 entraîne la perte de 15 000 chevaux et mulets par mois pour la seule armée française, bêtes qu’il importe d’obligatoirement remplacer sous peine de ne pas pouvoir contre-attaquer. On comprend dès lors pourquoi Clemenceau se résout, le 9 avril 1918, à reprendre les réquisitions de chevaux, mais tout en préconisant de les limiter au strict nécessaire. En effet, en politicien avisé, le Tigre n’est pas sans se méprendre quant aux résistances que peuvent faire naître une telle décision. Quelques mois plus tôt, se sont en effet les éleveurs qui s’élèvent contre les achats de chevaux à l’étranger, ceux-ci s’apparentant, à les en croire, à une sorte de concurrence déloyale. Passé l’élan patriotique de l’été 1914, les paysans ne tardent pas à grogner et bénéficient rapidement de mesures spécifiques : prêt ou cession d’animaux réformés, suspension des réquisitions pendant les périodes de récoltes et de vendanges…69 Ce faisant, se dévoile tout un ensemble de conduites qui, indéniablement, participe d’un processus de dé-totalisation du conflit.

  • 70  Sur la mission Joffre-Viviani se rapporter notamment à Porte, Rémy, Joffre, op. cit., chapitre 13  (...)

37Alors que les États-Unis ne sont pas entrés dans le conflit depuis un mois, la perspective de la projection d’un corps expéditionnaire en France relève encore de la spéculation. La mission menée par le général Joffre et l’ancien Président du Conseil René Viviani n’est en effet pas encore rentrée en France et les modalités militaires de l’intervention américaine restent encore à définir 70. Pourtant, la presse bretonne éprouve dès les premiers jours de mai 1917 le besoin de se justifier :

  • 71  « Les Américains à Nantes », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 18e année, n°6393, 3 mai 1917, p 3.

« Les Nantais sont trop avisés et trop patriotes pour considérer cette question de Nantes base américaine comme une affaire de clocher. Il apparaît évident que l’intérêt national domine ici toutes autres préoccupations » 71.

  • 72  Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Monographie des ports de la circonscription, Saint-Nazaire, (...)
  • 73  Ridel, Charles, Les Profiteurs de guerre…, op. cit, p. 140.
  • 74  Dans le cas présent la question se pose avec d’autant plus d’acuité que non seulement ce site cont (...)

38Un examen rigoureux des faits montre que l’alliance entre Nantes et Saint-Nazaire repose en réalité sur d’autres considérations, qui pour une large part disent bien les limites du processus de totalisation du conflit en cours, voire des forces contraires. L’activité phare du bassin de Saint-Nazaire, la construction navale, en est un bon exemple. Pour la société anonyme des Ateliers et chantiers de la Loire, dont on sait que certains locaux sont utilisés par le corps expéditionnaire américain qui y installe son camp n°9, la guerre s’apparente aussi à un moment de diversification de l’activité. En effet, si cette entreprise met en avant en 1921 ses métiers traditionnels, à savoir la construction navale et la réparation de moteurs diesels et autres turbines marines, elle indique également être compétente en termes de locomotives et de « tourelles pour l’artillerie », éléments qui précisément constituent le cœur de l’activité du 19th Engineers, unité utilisant ses locaux entre 1917 et 1919 72. On voit donc toute l’ambiguïté de la situation. Certes la conversion à l’économie de guerre de ce chantier naval et son activité de construction de locomotives et d’artillerie lourde sur voie ferrée semble bien témoigner d’un processus de totalisation du conflit. Mais, si les industriels n’ont finalement d’autre choix que de se soumettre aux injonctions de l’effort de guerre, ils savent aussi qu’ils en sont des acteurs indispensables ce qui, de facto, leur confère une position de force 73. Ici, l’aptitude des Ateliers et chantiers de la Loire à développer et valoriser ces nouveaux savoir-faire témoigne aussi d’une certaine accommodation aux circonstances. Dès lors, se pose la question de savoir dans quelle mesure cette poursuite d’intérêts particuliers, qui après tout n’a rien d’illégitime, ne relève pas d’un mouvement de dé-totalisation du conflit 74. Dans le cadre des Ateliers et chantiers de la Loire, rien ne permet en l’état actuel des connaissances d’aller dans ce sens puisque les intérêts de cette entreprise paraissent toujours converger avec ceux de l’effort de guerre.

  • 75  Barbance, Marthe, Saint-Nazaire, le port, la ville, le travail, op. cit., p. 431.

39Mais tel n’est pas toujours le cas. Pour certains individus, la perspective de commercer avec les alliés et la promesse de substantiels revenus ne suffisent pas et dévoilent alors des comportements qui soulignent certaines failles du processus de totalisation du conflit, et en l’occurrence de l’intériorisation de l’impératif de défense de la patrie agressée. C’est ainsi que l’historienne M. Barbance évoque le cas d’équipages de charbonniers qui refusent, malgré, on l’a vu, l’importance hautement stratégique de la houille pour l’effort de guerre, de faire le voyage vers la Grande-Bretagne par crainte des sous-marins allemands 75. La coexistence forcée avec l’allié américain, présent en nombre sur Saint-Nazaire et les environs, constitue la source de nombreuses conduites assez similaires et largement assimilables à un mouvement de dé-totalisation du conflit.

Notes

1  Nouailhat, Yves-Henri, « 1917-1919. Saint-Nazaire, base américaine n°1 », Nantes réalité, n°16, août 1967, p. 24.

2  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Brichaux, Louis, « Discours de M. Brichaux », in Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 178.

3  Thiesse, Anne-Marie, Ils Apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, 1997.

4  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Brichaux, Louis, « Discours de M. Brichaux… », art. cit., p. 177.

5  Nous reprenons ici la judicieuse formulation employée par Ridel, Charles, Les Profiteurs de guerre 1914-1918, op. cit., p. 133. Cet auteur note par ailleurs p. 146 que dans un tel discours « et conformément à une problématique générale qui est celle de la totalisation du conflit, tout acte, toute attitude, toute prise de position est redevable d’un rapport à la défense nationale ».

6  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 203.

7  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 205.

8  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 ET 16.

9  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France..., op. cit., p. 75.

10  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Brichaux, Louis, « Discours de M. Brichaux », op. cit., p. 177-189.

11  Ibidem.

12  Tant Barbance, Marthe, Saint-Nazaire, le port, la ville, le travail, op. cit., que Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire 1917-1919, op. cit., s’accordent à montrer combien les exportations sont faibles en comparaison des importations à Saint-Nazaire, le caractère éminemment charbonnier du trafic jouant pour beaucoup dans cette réalité.

13  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16 à 19, Comptes rendus des travaux de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire.

14  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Brichaux, Louis, « Discours de M. Brichaux », op. cit., p. 182.

15  Pawlowski, Auguste, « Les ports français et la guerre. Saint-Nazaire », Le Génie civil. Revue hebdomadaire des industries françaises et étrangères, 36e année, Tome LXIX, n°20, 11 novembre 1916, p. 320.

16  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 149-162.

17  Ibidem.

18  Pawlowski, Auguste, « Les ports français pendant la guerre. Les Américains dans nos ports de l’Atlantique. Brest et Saint-Nazaire. », Le Génie civil. Revue hebdomadaire des industries françaises et étrangères, 39e année, Tome LXXV, n°21, 22 novembre 1919, p. 512.

19  Ces coefficients ne prennent donc en compte ni les entrepôts du gigantesque camp de Montoir, ni l’appontement érigé à l’embouchure du Brivet, installations qui bien entendu augmentent considérablement les capacités de l’ensemble portuaire Nantes-Saint-Nazaire.

20  Pawlowski, Auguste, « Les ports français et la guerre. Saint-Nazaire », op. cit., p. 320 et Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1917. Renseignement généraux, statistiques commerciales et maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1919, p. 23.

21  Foucault, Henry, « Pour le grand port de Bretagne », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6390, 30 avril 1917, p. 1.

22  « Le voyage en Suisse », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 20e année, n°7172, 23 mars 1919, p. 4.

23  Arch. dép. Loire-Atl. : 902 S 1.

24  Serventi, Silvano, La Cuisine des tranchées. L’alimentation en France pendant la Grande Guerre, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, 2014, p. 182. Sur le sujet de l’alimentation, on préférera toutefois Poulain, Caroline (dir.), Manger et boire entre 1914 et 1918, Snoeck, Bibliothèque municipale de Dijon, Gand, Dijon, 2015.

25  Pehaut, Gérard, « Ravitailler le corps expéditionnaire américain. Les enjeux des approvisionnements des American Expeditionary Forces en France de 1917 à 1919 », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°266, 2017/2, p. 54.

26  « Conseil municipal », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6204, 8 mai 1916, p. 3.

27  Écomusée de Saint-Nazaire : BA 65, 22 FÀ 7, chemise 8.

28  Arch. Dép. Loire-Atl. : 1902 S 154, le ministre au préfet de Loire-Inférieure, 10 décembre 1924.

29  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1918. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Imprimerie ouvrière, 1919, p. 105.

30  Ibid., p. 106.

31  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire 1917-1919, op. cit., p. 20-21.

32  Nau, Brieuc, La présence américaine à Nantes pendant la Première Guerre mondiale, op. cit., p. 40 et 49-51.

33  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 R 17, le maire de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, 17 décembre 1917.

34  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 R 17, lettre de commerçants nazairiens adressée au commandant Appleton, 15 décembre 1917.

35  Pour de plus amples développements se reporter à Ridel, Charles, L’Ivresse du soldat. L’alcool dans les tranchées, 1914-1918, Paris, Vendémiaire, 2017, p. 221.

36  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 874.

37  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1919. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Imprimerie ouvrière, 1920, p. 136.

38  Ibid., p. 181.

39  Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Syphiliser Saint-Malo ? Prophylaxie et tourisme sur la Côte d’Emeraude pendant la Grande Guerre », communication prononcée lors du colloque international « Les Fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920 » organisé à Pau les 19 et 20 novembre 2015 par Dornel, Laurent, Jalabert, Laurent et Le Bras, Stéphane, actes à paraître. Rappelons qu’à l’époque la ville de Saint-Malo est divisée en trois communes : Saint-Malo, Paramé et Saint-Servan.

40  « Au syndicat d’initiative », L’Ouest-Éclair,20e année, n°7165, 17 mars 1919, p. 3.

41  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1918. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Imprimerie ouvrière, 1919, p. 83.

42  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 ET 17, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1915. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1916, p. 43 et 9 R 11, attribution de prisonniers de guerre à la ville de Saint-Nazaire, 1918. Dans sa séance du 14 mars 1916, la Chambre de commerce de Saint-Nazaire n’hésite pas à affirmer que ces prisonniers de guerre constituent « une source de revenus pour le commerce local et, d’une façon indirecte, pour le budget de la Chambre de commerce ». Arch. dép. Loire-Atl. : 8 ET 18, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1916. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1918, p. 34.

43  La situation est telle qu’en septembre 1915 le sous-préfet de Saint-Nazaire ordonne de n’employer des prisonniers « seulement quand [la] main d’œuvre locale est insuffisante ». Les organisations syndicales dénoncent en effet à la même époque le chômage de « 4 ou 500 » dockers. Arch. dép. Loire-At. : 9 R 11, le préfet à l’intendant de la XIe région militaire, 18 septembre 1915.

44  Arch. Nat. : LH 19800035/1277/47134.

45  « Conseil municipal », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6204, 8 mai 1916, p. 3.

46  « Au Conseil municipal », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6278, 8 janvier 1917, p. 3.

47  Cité in Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France pendant la Première Guerre mondiale…, op. cit., p. 95.

48  « À la ligue navale », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7329, 7 juin 1919, p. 3.

49  « La Ligue navale fête M. de Monzie », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6468, 22 juillet 1917, p. 2.

50  « La ligue navale et son bon pilote à Nantes », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5 735, 7 avril 1918, p. 3.

51  Lascoumes, Pierre et Audren, Frédéric, « La justice, le gendre et le scandale des décorations. Aux origines du trafic d’influences », in Dumons, Bruno et Pollet, Gilles (dir.), La Fabrique de l’honneur et les décorations en France, XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 119-141.

52  Écomusée de Saint-Nazaire : BA 65, 22 FÀ 7, chemise 8.

53  Soulignons ici combien un tel comportement des agents économiques va à l’encontre d’une entrée « la fleur au fusil » en guerre, idée battue en brèche depuis Becker, Jean-Jacques, 1914, Comment les Français sont entrés dans la guerre, op. cit..

54  Sur cette question, pour l’heure non documentée à l’échelle de la Bretagne, se reporter à Cardoni, Fabien (dir.), Les banques françaises et la Grande Guerre, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l’histoire économique et financière pour la France, 2016.

55  En italique dans la source.

56  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 197.

57  Ibid., p. 197-1988.

58  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1918. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Imprimerie ouvrière, 1919, p. 59-60 fait sienne la « protestation contre les mesures d’ordre étatiste prises pour réglementer la production nationale » portée par l’Association de l’agriculture et de l’industrie française.

59  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 208-209.

60  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11.

61  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, la Société du gaz de Saint-Nazaire au député Delaroche-Vernet, le 25 mai 1918.

62  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, Georgelin à un député, probablement Delaroche-Vernet, sans date.

63  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, le préfet de Loire-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 28 mai 1918. Dans ce même courrier, le haut-fonctionnaire demande que « l’usine à gaz de Saint-Nazaire soit maintenue en fonctionnement : on ne peut donner à nos Alliés américains, dans une leurs principales bases où ils offrent la preuve d’une activité d’organisation vraiment extraordinaire, le spectacle d’une ville privée de lumière et d’une part de sa force motrice faute de 20 à 30 prisonniers de guerre ».

64  Ibidem.

65  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, le directeur du dépôt des travailleurs étrangers de Nantes au directeur de l’usine à gaz, 5 juin 1918.

66  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France pendant la Première Guerre mondiale…, op. cit..

67  Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1917. Renseignements généraux, statistiques commerciales et maritimes, XXIIe volume, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1919, p. 103.

68  Sur cette question, se reporter à l’excellent article de Gallicé, Alain, « 1917, la guerre totale et la tourbe briéronne », Histoire & Patrimoine, n°78, janvier 2013, p. 3-11. Voir également Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 16 qui contient un certain nombre de courriers de protestations relatifs à la préservation des intérêts des producteurs de tourbe face aux projet hydrauliques développés par le corps expéditionnaire américain.

69  Milhaud, Claude, 1914-1918 L’autre hécatombe. Enquête sur la perte de 1 140 000 chevaux et mulets, Paris, Belin, 2017, p. 42, 60, 64 et 84.

70  Sur la mission Joffre-Viviani se rapporter notamment à Porte, Rémy, Joffre, op. cit., chapitre 13 : « Du Capitole à la roche Tarpéienne » et Greenhalg, Elisabeth, « The Viviani-Joffre Mission to the United States, April-May 1917 : A Reassessment », French Historical Studies, 2012, Vol. 35, Issue 4, p. 627-659.

71  « Les Américains à Nantes », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 18e année, n°6393, 3 mai 1917, p 3.

72  Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Monographie des ports de la circonscription, Saint-Nazaire, Imprimerie centrale, 1921, non paginé (publicité).

73  Ridel, Charles, Les Profiteurs de guerre…, op. cit, p. 140.

74  Dans le cas présent la question se pose avec d’autant plus d’acuité que non seulement ce site continue d’exercer une activité ferroviaire dans les années 1980 mais qu’il paraît s’accorder de la même manière de la Seconde Guerre mondiale, malgré les bombardements de 1943. Comme s’il souhaitait souligner la dimension shumpétérienne de la guerre, Lavie, J.-H., « Les Kits du général Pershing », Loco Revue, n°496, septembre 1987, p. 656 remarque en effet que l’activité « moteurs diesels » du site est « développée aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, sous l’influence du Docteur Pielstick, ingénieur allemand attribué comme prise de guerre aux Chantiers de l’Atlantique, rattachés maintenant à Alsthom ».

75  Barbance, Marthe, Saint-Nazaire, le port, la ville, le travail, op. cit., p. 431.

Table des illustrations

Titre Figure 16 : Coefficient d’utilisation des bassins du port de Saint-Nazaire, 1913-1919
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 17 : Coefficients d’évacuation des marchandises et de levage du port de Saint-Nazaire, 1913-1919
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Illustration 13 : Succursale du Printemps ouverte au sein du camp de rembarquement n°1 à Saint-Nazaire, le 26 mars 1919
Crédits National Archives at College Park, MD : 111-SC-158801
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search