Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

II. Une totalisation limitée

Chapitre 6 : Saint-Nazaire et le Salad Bowl

Texte intégral

  • 1  Écomusée de Saint-Nazaire : BA 63, chemise 2.
  • 2  California University of Pennsylvania : Correspondance Guy B. Hoge, 3 février 1919.
  • 3  Hazo, Bernard, Le mouvement ouvrier à Trignac, op. cit., p. 45-46.
  • 4  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, le sous-préfet de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, 8 m (...)
  • 5  Guin, Yannick, Le Mouvement ouvrier nantais..., op. cit., 1976, p. 382.
  • 6  Arch. Nat. : Rapports des préfets et des commissaires spéciaux au ministère de l’Intérieur pendant (...)
  • 7  « Les dévaliseurs de gare », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5853, 7 août 1918, p (...)
  • 8  « La mission serbe à Saint-Nazaire », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6262, 23 décembre 1916, p. 3.

1Par définition dramatique, la guerre est aussi un moment de rencontres entre des peuples que rien ne prédestinaient, a priori, à se côtoyer. Le premier conflit mondial n’échappe pas à cette réalité, particulièrement perceptible dans la région de Saint-Nazaire. L’historienne M. Barbance, dans ses notes de travail, fait ainsi état d’ouvriers grecs aux chantiers de l’Atlantique 1. En février 1919, le caporal Guy B. Hodge explique que le labor gang qui officie sur les quais du port de Saint-Nazaire est très disparate : « des hommes blancs et de couleur mais aussi des Chinois, des Marocains et des prisonniers allemands » 2. Aux forges de Trignac est affecté un détachement de prisonniers allemands et autrichiens qui vient s’ajouter aux réfugiés belges et du nord de la France qui y ont trouvé à s’employer 3. Des prisonniers croates sont placés dans les fermes de la région de Saint-Nazaire afin d’aider à la production agricole 4. Dans son étude sur le syndicalisme d’action directe à Nantes et Saint-Nazaire, le politiste Y. Guin rapporte que des Kabyles ainsi que des Espagnols sont employés dans les ports de Basse-Loire 5. On sait grâce à un rapport du commissaire spécial de Saint-Nazaire en date du 12 juillet 1917 que parmi les dockers qui officient sur le quai Demange dans les magasins de l’Intendance figure au moins un belge 6. On vient même parfois de Paris pour trouver à s’employer auprès des Américains, comme en témoignent Maurice Tétérowski, Gratien Schneider et Louis Clot, trois jeunes garçons de 17 et 18 ans travaillant en tant que manœuvres au camp n°2 7. En décembre 1916, c’est une délégation serbe qui se rend dans l’estuaire afin de visiter les forges de Trignac et les Chantiers de la Loire 8. En d’autres termes, comme si le mouvement de totalisation du conflit conduisait à faire fi des frontières, Saint-Nazaire s’apparente pendant la Grande Guerre, et plus encore entre 1917 et 1919, à un véritable village global.

  • 9  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 16, Mémento sur les travaux américains entrepris en Loire-Inférieure, (...)
  • 10  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, Paris, Les Belles Le (...)
  • 11  Ta Chen, A. M., Chinese Migrations, With Special Reference to Labor Conditions, Washington, Govern (...)
  • 12  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 857.
  • 13  Le Douget, Annick, « Les travailleurs chinois à Brest pendant la Première Guerre mondiale. Meurtre (...)
  • 14  Ta Chen, A. M., Chinese Migrations…, op. cit., p. 142-148.

2En revanche, on ignore quasiment tout de « l’ancien camp des Chinois » situé entre Méan et Penhoët, et transféré par la suite au corps expéditionnaire américain qui en fait son camp n°5 9. Y.-H. Nouailhat laisse entendre que des Doughboys y cantonnent et on a même pu se demander, à la suite des travaux de M. Le Van Hô si ce lieu n’avait pas, en réalité, accueilli des Vietnamiens 10. Un rapport du Département américain du travail publié en 1923 indique néanmoins que ce camp est transféré au corps expéditionnaire avec les travailleurs chinois qui y tiennent garnison, hommes dont par ailleurs on ignore quasiment tout 11. Mais une photographie prise par le Signal Corps suggère que ce lieu est dévolu à des prisonniers de guerre allemands. Autant dire que le plus grand flou règne sur cet endroit et sur ces hommes venus d’Extrême-Orient 12. Précisons du reste qu’il ne s’agit pas là d’un cas exceptionnel. En effet, si les travailleurs chinois qui officient à Brest sont mieux connus, c’est uniquement à cause d’une sombre affaire de meurtre, une procédure judiciaire ayant laissé des traces dans les archives qui permettent à l’historienne A. Le Douget de défricher ce dossier 13. Visiblement, les Chinois de Saint-Nazaire ne sont pas très nombreux et se comptent sans doute, au grand maximum, en centaines, plus vraisemblablement en dizaines. Ils font en réalité partie d’un vaste « lot » de 10 000 hommes cédé provisoirement aux autorités américaines par la France, et retourné à Paris quelques jours seulement après la signature de l’Armistice. L’essentiel de ces travailleurs est affecté aux Services of Supply et nombreux sont ceux qui tiennent garnison dans un port de débarquement américain. En Basse-Loire, c’est visiblement sur les quais des bassins de Penhoët et de Saint-Nazaire mais aussi au camp de Montoir qu’ils officient, essentiellement au déchargement des vivres et du matériel en provenance des États-Unis14.

3Ces Asiatiques disent bien la complexité de la séquence 1917-1919 comme moment de rencontres entre des populations très différentes mais que la guerre réunit sur le territoire nazairien. En premier lieu, ils rappellent que la période est bien plus complexe que ne saurait le suggérer une mémoire collective uniquement centrée sur les Doughboys. Aux Américains, qui eux-mêmes témoignent d’origines multiples, il faut ajouter des réfugiés belges, des prisonniers allemands… et donc des Chinois. L’oubli dans lequel sont plongés ces hommes invite en second lieu à s’interroger sur la nature profonde de la relation qu’ils entretiennent avec la population nazairienne. Si la rencontre et les échanges participent d’un processus, si ce n’est de totalisation, au moins de globalisation du conflit, l’amnésie qui les entoure ne serait-elle en définitive pas la marque d’une véritable limite de ce mouvement ?

4La question mérite d’autant plus d’être posée que la composition nationale du corps expéditionnaire américain est, contrairement à ce que l’on pourrait croire, loin de se limiter aux seuls États-Unis. Ce constat fait, ce sont deux types de relations transnationales qu’il nous faut analyser afin de voir en quoi elles soulignent quelques limites de ce processus de totalisation : les mariages franco-américains et la diffusion du jazz, l’idée étant au final de savoir si cette dynamique est synonyme d’américanisation.

La rencontre avec le corps expéditionnaire… et bien d’autres nationalités

  • 15  Thobie, Jacques, « Compte-rendu », Les Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1982, Volume 89 (...)
  • 16  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 30.

5Rendant compte dans les vénérables Annales de Bretagne de l’ouvrage qu’Y.-H. Nouailhat consacre aux Américains à Nantes et Saint-Nazaire, l’éminent J. Thobie ne manque pas de souligner combien l’arrivée des premiers contingents de Doughboys le 26 juin 1917 contraste grandement avec l’image que peut s’en faire la mémoire collective 15. En effet, secret oblige, c’est en toute discrétion, sans fastueux comité d’accueil, qu’ils débarquent. Aux ordres d’une censure particulièrement pressante, « les journalistes ont préféré raconter le débarquement tel qu’il se serait produit si la population avait été avertie à temps » 16. Pour autant, la dynamique de l’arrivée du corps expéditionnaire empêche de limiter l’histoire de la rencontre avec ces Sammies à cette seule date. Avec le 26 juin 1917 débute en effet un flux d’arrivées conduisant au débarquement dans le seul port de Saint-Nazaire de 198 000 soldats américains, flux qui ne s’interrompt qu’en novembre 1918 pour au final s’inverser à la faveur des opérations de rembarquement vers les États-Unis. Aussi l’histoire de la rencontre entre la population de la région de Saint-Nazaire et les soldats américains doit elle se comprendre sur un temps plus long.

  • 17  Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, op. cit., p. 19 et suivantes.

6Loin de la communion des peuples que suggère l’idée de guerre totale, l’arrivée des Américains dans l’estuaire de la Loire montre combien les relations franco-américaines peuvent être fraîches, signalant par la même occasion une limite évidente du processus de totalisation à l’œuvre au cours de la Première Guerre mondiale. On sait le manque de liesse qui entoure l’arrivée des premiers contingents le 26 juin 1917 et il n’est sans doute pas utile de revenir sur cette question. Ajoutons toutefois, dans un souhait d’équité, que cette arrivée est aussi discrète que ne l’est le départ, les consignes de sécurité s’appliquant des deux côtés de l’océan Atlantique. Ainsi, il ne faut pas s’imaginer que les troupes de la 1re DIUS qui embarquent à la mi-juin 1917 pour la France soient entourées de la véritable liesse populaire des grandes parades qui sont organisées ultérieurement, notamment au cours du premier semestre 1918 17. À la tête d’un bataillon du 5th Marine, le lieutenant-colonel Frederic May Wise embarque le 14 juin 1917 à bord du SS Henderson, pour arriver à Saint-Nazaire 13 jours plus tard. Dans ses mémoires il note à propos de son départ newyorkais :

  • 18  Wise, Frederic May (as told by to Frost, Meigs O.), À Marine Tells it to You, New York, J. H. Sear (...)

« Il n’y avait pas de cérémonie d’adieux. Pas de fanfare en train de jouer. Pas de rues pavoisées. Personne ne savait qu’on partait » 18.

7Un an plus tard, en Bretagne, la fusion des peuples n’est toujours pas à l’œuvre même si, par ailleurs, le contexte n’est absolument plus le même. Les mémoires que publie immédiatement après le conflit le lieutenant-colonel d’infanterie Ashby Williams en sont un parfait exemple. Parti de Norfolk, en Virginie, le 18 mai 1918, il arrive à Saint-Nazaire 13 jours plus tard. Sa première impression est d’abord celle d’une chaleur bien venue, après plusieurs jours de la fraîcheur si caractéristique de la haute mer. Puis vient le moment où il réalise combien il est loin de chez lui et de sa famille, sentiment qui n’est pas atténué par l’accueil qui lui est prodigué, à lui et ses hommes :

  • 19  Williams, Lieut.-col. Inf. US Army Ashby, Experiences of the Great War. Artois. Saint-Mihiel. Meus (...)

« Nous débarquions rapidement et marchions à travers la ville jusque vers un camp de repos [le camp n°1 du Bois Guimard, NDR] distant de 3 miles environ. Alors que nous passions dans les rues, personne ne semblait faire attention à nous, même les femmes ne semblaient être aucunement curieuses à notre endroit. C’était sans doute là une petite déception pour un bon nombre d’Américains qui pensaient que toute la France nous acclamerait. J’ai remarqué que toutes les femmes étaient de noir vêtues, et j’ai alors eu l’impression que la France était un pays faisant le deuil de ses morts » 19.

  • 20  L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5790, 1er juin 1918.
  • 21  « Another Opelousean Tells of France », The St. Landry Clarion, Vol. XXVIII, n°43, 6 juillet 1918, (...)

8Onze mois après l’arrivée des premiers contingents américains à Saint-Nazaire, voir des Américains débarquer ne relève plus pour la population du débarquement miraculeux mais bien d’un quotidien. Autrement dit, l’attrait de la première fois, de la rencontre initiale a disparu. Cela est d’autant plus vrai que lorsque cet officier arrive, le contexte est particulièrement grave. Les Allemands viennent tout juste d’effectuer une nouvelle percée sur le Chemin des Dames et retrouvent, comme à l’été 1914, la guerre de mouvement. Preuve de l’anxiété extrême du moment, sans même compter le poids du deuil bien souligné par Ashby Williams, la une de L’Ouest-Éclair se pare d’un bien inquiétant titre : « Un ordre du jour serait lancé aux troupes. Est-ce la bataille générale ? » 20. En d’autres termes, au printemps 1918, le charme de la France ne va pas nécessairement de soi pour les Doughboys débarquant à Saint-Nazaire. Originaire de Louisiane et incorporé dans le train, Théo Lewis le confesse d’ailleurs bien volontiers dans une lettre adressée le 10 juin 1918 à ses parents, quelques jours seulement après avoir posé le pied sur le port ligérien : « Je ne sais pas encore si j’aime la France parce que nous n’avons pour l’heure rien eu le temps de visiter » 21.

  • 22  Hussenot-Plaisance, Camille, 1917-1919. Savenay vingt-quatre mois au rythme américain, Mairie de S (...)

9Certains contingents d’Américains qui arrivent à Savenay pour servir à l’hôpital n°8 installé par le corps expéditionnaire sont accueillis à la gare par les enfants des écoles, délicate mise en scène opérée sous la direction de l’instituteur 22. Ici, la rencontre est non seulement artificiellement provoquée mais construite, ce qui est bien entendu de nature à souligner combien l’arrivée est loin de la liesse que la mémoire collective véhicule trop souvent et constitue, au contraire, la plupart du temps une limite évidente du processus de totalisation à l’œuvre au cours de la période 1917-1919. À dire vrai, la situation est telle qu’il y a tout lieu de se demander si, plus que d’un véritable contact franco-américain, il ne s’agit pas plutôt ici de simples juxtapositions d’individus dans un cadre préfabriqué.

  • 23  Ibid., p. 59-60.

10De véritables rencontres, plus spontanées et par conséquent authentiques, ont néanmoins lieu. Toujours à Savenay, l’hôpital américain est dans les premiers temps au service… de la population locale. Ce n’est en effet qu’à partir de l’été 1918 que les unités combattantes du corps expéditionnaire sont engagées sur le front et que, par conséquent, les blessés arrivent en masse. Des services de consultation sont donc organisés pour les locaux : soins médicaux et chirurgicaux le matin, dentaires l’après-midi. Certains médecins américains assurent même des visites, ce qui n’est pas sans laisser de vives traces dans la mémoire des Savenaisiens. Un enfant est par exemple opéré d’un flegmon à la cuisse par un certain « docteur Palmer »… sur la table de la cuisine de la maison de ses parents ! Début mai 1918, la Croix rouge américaine crée même à Savenay un hôpital spécialement dévolu aux soins des civils. Les soins sont gratuits et l’on s’y presse de tout le canton 23.

11Pourtant, l’enthousiasme n’est pas unanime et côtoie bien souvent l’incompréhension et parfois même le ressentiment. Parti de New York le 23 septembre 1917 à bord de l’USS Henderson, le soldat de 2e classe Martin G. Gulberg débarque à Saint-Nazaire et est rapidement mis au parfum par des Marines arrivés en Basse-Loire avec les premiers contingents américains :

« Quelques compagnons d’armes ayant débarqué en juin 1917 sont arrivés sur les quais et ont commencé à se plaindre. Ils nous ont dit quel enfer la France était et qu’en un mois on en aurait plein le dos ».

  • 24  Cité in Gutiérrez, Edward A., Doughboys on the Great War: how Americans Soldiers viewed their Mili (...)
  • 25  Woollcott, Alexander, « Them Damned Frogs », The North American Review, vol. 210, 1920, p. 494.

12Ce témoignage est d’autant plus intéressant que si Martin G. Gulberg confesse ne pas y prêter une grande attention, c’est qu’alors tout lui semble plus agréable que le mal de mer et la rude traversée qu’il vient d’effectuer 24. On mesure donc combien le premier contact entre Américains et Français peut, contrairement à ce que suggère une mémoire collective teintée de romantisme transatlantique, être rude. Bien entendu, il ne s’agit pas pour nous de postuler que, dès les premières semaines de cohabitation, les relations franco-américaines se passent mal. Certains individus sont, on l’a vu précédemment, plus ouverts que d’autres à la francophilie. Mais il nous importe de nuancer l’unanimisme angélique d’une découverte mutuelle entre deux peuples à l’occasion de la Grande Guerre. L’exemple de Saint-Nazaire montre en effet que s’il y eut effectivement rencontre, les relations furent complexes, tissant un camaïeu de sentiments allant de la sincère et véritable amitié, sans même parler d’amour, à l’animosité, au ressentiment, voire même à l’amertume. Reporter du New York Times passé au Stars and Stripes, le journal du corps expéditionnaire, à la faveur du conflit, Alexander Woollcott le dit sans prendre de pincettes : « Je n’aurai connu que Saint-Nazaire et pas Soissons, moi aussi j’aurai maudit ces satanées grenouilles », une assertion qui en dit long sur les rapports entre Français et Américains en Basse-Loire 25.

  • 26  The National WWI Museum and Memorial : 2003.90.31.

13Ces rancœurs se développent d’autant plus rapidement qu’elles prospèrent sur une base d’incompréhensions culturelles qu’il ne faut pas mésestimer. Nombreux sont ainsi les Doughboys à souligner combien Saint-Nazaire est à leurs yeux une ville sale. Le mémorial national de la Grande Guerre de Kansas City, dans le Missouri, conserve ainsi un poème écrit par un Américain anonyme qui dit bien ce regard hygiénique sur le port ligérien : « Imagine juste des gens en train de pisser, de pisser, de pisser partout / et tu auras une parfaite image de ce qu’est la ville de Saint-Nazaire » 26.

  • 27  Ford, Nancy, Americans All! Foreign-born Soldiers in World War I, College Station, Texas A&M Unive (...)
  • 28  Kniptash, Vernon E. (edited by Geelhoed, Bruce E.), On the Western Front... op. cit., p. 20-21.
  • 29  Ford, Nancy, Americans All!…, op. cit. et Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, op (...)

14La question de la rencontre entre les Américains et la population civile nazairienne est d’autant plus complexe que le corps expéditionnaire, loin d’être homogène culturellement, participe d’un vaste croisement des langues et des couleurs. Les Doughboys ne maîtrisent en effet pas tous l’anglais et sont à l’image de la mosaïque, du grand salad bowl auquel est parfois comparé ce pays. Beaucoup sont des immigrants de plus ou moins fraîche date à encore cultiver des liens avec leur petite, et parfois germanophone, patrie d’origine. C’est ainsi par exemple que nombre de Tchèques, Slovaques et Polonais émigrés aux États-Unis affirment le désir de servir non au sein du corps expéditionnaire levé par Washington mais sous leurs propres bannières nationales, comme une préfiguration de la décomposition des Empires engendrée par le traité de Versailles. Comme le rappelle l’historienne américaine N. Ford, le rapport au patriotisme est complexe et les solidarités oscillent entre pays d’origine et d’accueil 27. Tous les immigrants ne sont donc pas comme Vernon Kniptash, volontaire engagé en avril 1917 qui témoigne d’un rapport très distancié avec l’Allemagne qu’ont quittée ses aïeux. Certes, dessinateur dans un cabinet d’architectes, il dispose assurément du capital culturel qui lui permet de faire la part des choses entre une solidarité bien compréhensible envers sa généalogie personnelle et les enjeux propres au conflit dans lequel il s’apprête à prendre part. Pour autant, il n’en demeure pas moins que son jugement sur l’Allemagne interpelle, puisqu’il présente ce pays comme dangereux, militariste et sous l’emprise d’un Kaiser qu’il voit comme un dictateur. Certes, il faut sans doute voir dans ce jugement le résultat d’une certaine gratitude envers la bannière étoilée et ce pays d’accueil. On peut de même sans doute supposer une volonté de s’extraire de la logique d’assignation découlant de ses origines, Vernon Kniptash considérant par ailleurs qu’il est du devoir de tout Américain de devancer la conscription et de s’engager volontairement 28. Composites, les États-Unis le sont donc assurément, ainsi que leurs troupes. On estime d’ailleurs que l’armée américaine de 1917 réunit des hommes parlant 46 langues différentes, donnée qui, comme le remarque justement l’historien B. Cabanes, est aussi « un véritable obstacle à l’instruction militaire » 29.

Illustration 10 : L’entrée du camp n°5, dévolu aux prisonniers de guerre allemands, le 5 juin 1919

Illustration 10 : L’entrée du camp n°5, dévolu aux prisonniers de guerre allemands, le 5 juin 1919

National Archives at College Park, MD : 111-SC-157994

  • 30  Théofilakis, Fabien, « De l’écriture en captivité à l’écriture captive : quand les prisonniers tro (...)
  • 31  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 857.
  • 32  Théofilakis, Fabien, « De l’écriture en captivité à l’écriture captive… », op. cit., p. 58.

15Cette internationalisation s’incarne dans la toponymie nazairienne du temps de guerre, ce qui est loin d’être neutre. On sait en effet combien la question des prisonniers de guerre participe du processus de totalisation du conflit en ce qu’elle est à la fois un phénomène de masse, concernant un soldat mobilisé sur sept, et une réalité très visible, notamment par l’intermédiaire des médias de l’époque (journaux et cinéma, essentiellement) 30. Symptomatique de cette réalité est à cet égard la photographie prise par un opérateur du Signal Corps montrant, à Saint-Nazaire, l’entrée du camp n°5 dévolu aux prisonniers de guerre allemands sous contrôle américain réunis au sein de la compagnie de travail n°29 31. Classique, la composition doit s’entendre dans le cadre du savant système de communication entourant ces détenus, chaque belligérant entendant montrer qu’il traite convenablement ses captifs pour mieux dénoncer les mauvaises pratiques ennemies. Malgré les barbelés et les deux sentinelles entourant la porte d’entrée, surmontée d’un écriteau sur lequel apparaissent des motifs floraux, l’image dévoile des baraquements immaculés, laissant deviner des allées rectilignes et une place d’appel parfaitement propre, le tout soulignant à l’évidence les bonnes conditions de détention de ces prisonniers. Mais un détail frappe l’œil de l’observateur attentif : les petits écriteaux qui nomment les travées de ce camp allemand. Au premier plan, on peut notamment déceler l’inscription Unter den Linden, appellation qui du point de vue de cette odonymie de la captivité n’est pas neutre. En effet, symboliquement, ce ne sont plus seulement quelques hommes qui sont détenus mais bien la célèbre avenue sous les tilleuls qui traverse Berlin, comme si au final l’Allemagne toute entière était détenue dans ce camp n°5 nazairien. Au final, l’individualité des prisonniers s’efface non seulement au profit de la représentation d’une armée ennemie 32 mais de tout un pays honni et combattu jusqu’aux dernières forces, l’Allemagne.

  • 33  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 16, Mémento sur les travaux américains entrepris en Loire-Inférieure, (...)
  • 34  Précisons que Saint-Nazaire ne constitue de ce point de vue nullement un cas particulier comme le (...)

16À l’inverse, rappelons que le camp n°4, dévolu aux dockers afro-américains du corps expéditionnaire est lui surnommé Lusitania, ce qui là encore participe d’un évident processus symbolique de totalisation. Les hommes s’effacent derrière la tâche qui est la leur, à savoir assurer le triomphe de la « civilisation » et du « droit » face à la barbarie allemande symbolisée par le torpillage de ce paquebot de la Cunard. Ici, cette mise en retrait est d’autant plus aisée que la négritude interdit a priori les honneurs du champ de bataille, la gloire militaire étant, ségrégation oblige, réservée aux combattants blancs. Et l’on observera le paradoxe de cette géographie nazairienne de guerre qui révèle l’ordre social, et en l’occurrence racial, masquant de fait une limite du processus de totalisation. En effet, la perspective de victoire sur l’Allemagne ne prime pas tout et manifestement pas la ségrégation qui résiste à cet impératif. Or, situé avenue de Lesseps, le camp Lusitania est « à l’ouest de la ville », hors les murs serait-on tenté de dire 33. Autrement dit, ces manutentionnaires sont cantonnés en dehors de la cité, ce qui du point de vue symbolique n’est pas anodin et renvoie très exactement à leur situation militaire34.

17Le sergent Alvin C. York, l’un des soldats américains les plus décorés pendant la Grande Guerre, dit bien l’hétérogénéité du corps expéditionnaire levé par Washington :

  • 35  York, Alvin C. (edited by Skeyhill, Thomas), His own Life Story and War Diary, Garden City, NY, Do (...)

« La 82e division était connue comme étant celle de tous les Américains. On portait l’insigne AA sur notre épaule. Nous étions composés de gars provenant de tous les États de l’Union. Il y avait des montagnards, pas énormément mais quelques-uns. Il y avait des Juifs de l’East Side à New York, des Anglais et des Irlandais venus de Nouvelle Angleterre, des Grecs et des Italiens des grandes villes de la côte Est, des Polonais et des Slaves provenant des grandes mines de charbon de Pennsylvanie, des fermiers du Middle West, des éleveurs de l’Oklahoma et du Texas, et certains étaient même Allemands. Un cinquième de nos gars étaient nés à l’étranger et plusieurs centaines n’étaient même pas citoyens américains. Un nombre important d’entre eux ne comprenait même pas l’Anglais. Et un tas ne pouvait même pas lire ou écrire leur nom ou même signer » 35.

Illustration 11 : Opération de déchargement sur le port de Saint-Nazaire, le 31 mai 1918

Illustration 11 : Opération de déchargement sur le port de Saint-Nazaire, le 31 mai 1918

National Archives at College Park, MD : 111-SC-162264

  • 36  Gutiérrez, Edward A., Doughboys on the Great War…, op. cit., p. 49.

18Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de voir se constituer dans les rangs des sections réservées aux non anglophones et, de manière plus générale, des camps d’instruction où sont dispensés, en plus des savoirs proprement militaires, des cours de langues et d’histoire américaine 36. Mais, si le témoignage du sergent York est si précieux c’est aussi parce qu’il rappelle qu’à l’hétérogénéité géographique, nationale et linguistique du corps expéditionnaire américain répond une mosaïque de conditions juridiques et sociales différentes. Les Afro-Américains l’illustrent parfaitement.

  • 37  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 947.
  • 38  Frazer, Nimrod T., Les Boys d’Alabama : la Rainbow division et la Première Guerre mondiale, Paris, (...)
  • 39  Doizelet, Benjamin, « L’intégration des soldats noirs américains de la 93e division d’infanterie d (...)
  • 40  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1661. On retrouve également le chiffre dans la légende de NUM 1663
  • 41  Mjagkij, Nina, Loyalty in Time of Trial. The African American Experience During World War I, Plymo (...)
  • 42  University of Massachussets, Amherst Librairies Special Collections and University Archives : Lett (...)

19La question raciale, dans un pays encore régi par les lois Jim Crow instaurant une sévère ségrégation, constitue en effet un frein important pour ce corps expéditionnaire américain dont le but final est, rappelons-le, d’envoyer le plus d’hommes possibles en première ligne pour combattre les Allemands. Il y a donc là une limite évidente au processus de totalisation, si ce n’est même un mouvement inverse. Le port de Saint-Nazaire en témoigne d’ailleurs. Une photo prise le 31 mai 1918 par un opérateur du Signal Corps sur le quai du Commerce semble en effet symboliser à elle seule cette armée à deux vitesses. Ce que ce cliché figure est a priori anodin : une opération de déchargement de caisses contenant les éléments d’une automobile Ford. Pourtant, en observant la scène plus attentivement, on remarque que la manœuvre se fait à l’aide d’une grue et de dockers noirs, le tout sous la garde d’une sentinelle armée blanche 37. L’extension de la conscription aux Afro-Américains suscite en effet de très vives oppositions dans le sud du pays, certains craignant le pire si des armes sont confiées à d’anciens esclaves. Il est vrai que les plaies de la guerre de Sécession sont encore vives et, d’ailleurs, l’une des premières mesures prises à la suite de l’entrée en guerre des États-Unis est le changement de numérotation des unités : certains régiments d’une même division ont en effet pu être adversaires lors de la guerre civile, passif qui on s’en doute n’est pas le plus simple à dépasser pour que s’instaure un solide esprit de corps 38. Saint-Nazaire reflète donc, pour partie au moins, la ségrégation à l’œuvre au sein de la société américaine. Sur les 100 000 Afro-Américains du corps expéditionnaire envoyés en France, seuls 20 000 sont incorporés dans des unités combattantes – uniquement au sein des 92e et 93e divisions – les autres étant affectés au Service of Supply, à l’arrière 39. Il est difficile d’évaluer le nombre de ces Stevedores et l’estimation la plus haute, 8 000 casernés au sein du camp Lusitania en avril 1919, nous est fournie par la légende d’une photographie prise par un opérateur du Signal Corps 40. Ajoutons du reste qu’on ignore tout d’eux, aucune étude n’ayant été pour l’heure menée à leur propos. Tout juste pouvons-nous soutenir, grâce à quelques bribes d’archives récoltées çà et là, que leurs conditions de travail sont extrêmement pénibles. Sous-officier dans une compagnie de manutentionnaires affectés au port de Saint-Nazaire, Ely Green implore en septembre 1918 ses supérieurs pour qu’ils fournissent à ses hommes des vêtements de pluie et des gants. Travaillant dehors quel que soit le temps, les stevedores doivent à mains nues décharger de la viande congelée ou des barres d’aciers. S’ils tentent, tant bien que mal, de se protéger les mains avec des chaussettes, les blessures sont fréquentes 41. En tout état de cause, et ce de l’aveu même de Louis Brichaux, ces hommes constituent un sujet sensible. Sollicité par l’intellectuel afro-américain W.E.B. Du Bois qui cherche à disposer de « renseignements sur leur conduite », le maire de Saint-Nazaire esquive et « regrette de ne pouvoir […] donner des indications, la question étant trop délicate » 42.

  • 43  Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, op. cit., p. 49-50.
  • 44  Le Foll-Luciani, Pierre-Jean, « Une guerre assimilatrice ? Stratégies discursives et reconfigurati (...)

20Pour autant, de la même manière que les nations canadiennes, australiennes et néo-zélandaises se révèlent à elles-mêmes pendant la Grande Guerre, les États-Unis consolident entre 1917 et 1919 leur sentiment national, il est vrai malmené par la guerre de Sécession et ses séquelles. Les Afro-Américains en témoignent d’ailleurs également puisque certains, à la suite de W.E.B. Du Bois d’ailleurs, envisagent leur expérience de guerre comme une opportunité de démontrer leur appartenance à la communauté nationale et leur fidélité à l’Oncle Sam 43. Démarche bien naïve que celle-ci puisqu’il faut attendre les années 1960 pour que triomphe enfin le mouvement des droits civiques mais qui n’est néanmoins nullement unique : on sait en effet que nombreux sont les Juifs d’Algérie à envisager la mobilisation comme une opportunité de témoigner de leur patriotisme, pour que cessent les attaques antisémites à leur endroit 44.

Mariages et adoptions

  • 45  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 193.
  • 46  Nau, Brieuc, La présence américaine à Nantes pendant la Première Guerre mondiale, op. cit., p. 121
  • 47  Library of Congress : LC-A6199-9251 [P&P].
  • 48  Library of Congress : LC-A6199-8748 [P&P].
  • 49  Library of Congress : LC-A6151-A103 [P&P].
  • 50  Library of Congress : LC-A6135-9898 [P&P].
  • 51  Library of Congress : LC-A6151-A406 [P&P].
  • 52  Carson City Daily Appeal, Vol. XV, n°175, 1er août 1918, p. 2.

21Cette hétérogénéité du corps expéditionnaire ne paraît néanmoins pas toujours constituer un frein aux rencontres avec les populations civiles de l’estuaire de la Loire, interactions qui de prime abord peuvent paraître relever d’une logique de totalisation du conflit mais, en définitive, en souligne les limites. Il en est ainsi par exemple de l’adoption de 1 260 enfants français par des Américains 45. Précisons en préambule que ce terme est largement excessif puisque la démarche dont il s’agit ici s’apparente à ce que l’on appellerait aujourd’hui un parrainage. Comme le rappelle à juste titre B. Nau à propos de Nantes, il n’a jamais été question que ces enfants partent aux États-Unis 46. D’ailleurs, ils peuvent être « adoptés » tant par des personnes privées… que par des régiments du corps expéditionnaire américain. La petite Augustine Legros de Trignac devient ainsi la protégée du 105th Ammunition Train 47. À Saint-Nazaire, le petit Jean Payen passe sous la protection des forestiers du 10th Engineers 48. Les unités basées dans la région de Saint-Nazaire ne sont pas en reste et Pierre Genty, un enfant résidant en Seine-et-Oise, est adopté par un groupe d’officiers d’intendance du dépôt de Montoir 49. Un autre prend en charge le jeune Marceau Delozanne, demeurant à Saint-Romans-le-Preux, dans l’Yonne 50. Le lyonnais Étienne Lateltin est lui parrainé par la compagnie B du 308e bataillon de travail, également aussi affectée au camp de Montoir 51. Tous ces protecteurs pourvoient financièrement aux besoins de ces enfants et, à en croire The Fatherless Children of France, 10¢ permettent de venir en aide à un enfant pour une journée, 3$ pour un mois, 36,50$ pendant un an et 73$ pendant deux ans 52.

  • 53  Office national des pupilles de la Nation, bulletin n°12, Recueil des textes, Paris, Ministère de (...)
  • 54  « American Defense Society Stamp », The North Platte Semi-Weekly Tribune, 34e année, n°82, 25 octo (...)

22La portée symbolique de ce régime d’adoption, dont les modalités ne sont d’ailleurs pas sans faire penser aux pupilles de la Nation, instaurées en France en 1917 53, est bien entendu évidente. En témoigne par exemple le timbre édité à l’automne 1918 par l’American Defense Society au bénéfice de The Fatherless Children of France. Œuvre de l’artiste newyorkais Edwin Howland Blashfield, il figure, dans une composition vaguement antiquisante, deux allégories de la France et des États-Unis représentées devant l’épave du Lusitania en train de sombrer, le tout rehaussé de l’impératif catégorique : « N’oubliez pas. N’utilisez rien qui soit allemand » 54.

  • 55  Pour ne citer que quelques exemples: « The Fatherless Children of France », The Pacific Rural Pres (...)
  • 56  Wilson, Ross J., New York and the First World War. Shaping an American City, New York, Routledge, (...)
  • 57  Guiraud, Jean, « La Fraternité franco-américaine », La Croix, 39e année, n°10 720, 15 février 1918 (...)
  • 58  Préfecture de la Seine, Recueil des actes administratifs de l’année 1918, n°3, mars 1918, p. 176.
  • 59  « Liberty cannot survive unless France survives. France cannot survive unless her children survive (...)
  • 60  La mention complète figurant sur ces diplômes est « This is to certify that […] has been placed on (...)
  • 61  Sur cette question se reporter notamment à Pignot, Manon, Allons enfants de la Patrie. Génération (...)

23Cette campagne d’adoption d’orphelins français est donc au cœur du processus de totalisation du conflit en ce qu’elle entend mobiliser, en plus des Américains que l’entrée en guerre des États-Unis puis l’instauration de la conscription jettent sous l’uniforme, la société civile. Aussi, de nombreux appels sont-ils lancés dans tout le pays 55. Partout on sollicite les bonnes volontés et, à New York, où se trouve le siège de The Fatherless Children of France, on s’appuie tout autant sur la communauté française de cette ville que sur les milieux culturels et intellectuels francophiles, ce d’ailleurs bien avant le 6 avril 1917 56. En France, cette œuvre philanthropique est également abondamment relayée par la presse et les pouvoir publics. Elle dispose d’ailleurs de bureaux au sein du Ministère de l’Instruction publique, rue de Grenelle 57. À Paris, une fraternité franco-américaine est instaurée, « association créée pour représenter en France The Fatherless Children of France » 58. Il est vrai que la portée politique de cette œuvre est essentielle. L’association n’hésite ainsi pas à affirmer que « la Liberté ne peut survivre sans la France » et que cette dernière « ne peut survivre sans ses enfants » 59. D’ailleurs, les diplômes remis aux adoptants rappellent bien que les pères de ces bambins sont morts « pour notre liberté commune » 60. Les enfants deviennent dès lors un enjeu de la guerre, preuve que nulle strate des sociétés belligérantes n’est désormais épargnée par le conflit 61.

  • 62  Sur ce point et en attendant que s’achève le programme d’indexation collaborative « 1 jour 1 poilu (...)

24Pourtant, la dynamique à l’œuvre reste limitée. Les chiffres, d’abord, plaident par eux-mêmes. Sans nier l’élan de générosité qu’illustre une telle opération, ils rappellent néanmoins le caractère éminemment marginal de cette opération qui ne concerne, pour tout l’hexagone, qu’un gros millier d’enfants, soit un effectif assez négligeable, surtout lorsqu’il est rapporté au nombre total des morts pour la France. Pour mémoire, ce ne sont pas moins de 1 280 poilus de Saint-Nazaire qui perdent la vie pendant la Grande Guerre 62. Et les mots ne doivent pas tromper puisque plus qu’une adoption pleine et entière, c’est plutôt d’un parrainage qu’il s’agit ici, ce qui là encore constitue une évidente limite au processus de totalisation du conflit.

  • 63  Guyvarc’h, Didier, « Américains », in Amouroux, Dominique, Croix, Alain, Guidet, Thierry et Guyvar (...)
  • 64  Ford, Nancy, Americans All!…, op. cit.
  • 65  Lainé, Edmond, « Les Américains chez eux en France », Le Gaulois, 52e année, 3e série, n°14658, 2  (...)
  • 66  « Publications de mariages », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 20e année, n°7234, 26 mai 1919, p.  (...)
  • 67  « Un mariage », Le Phare de la Loire, 102e année, n°32026, 1er décembre 1917, p. 3.

25Bien étudiée par Y.-H. Nouailhat, la question des mariages franco-américains mérite néanmoins d’être réexaminée à la lumière des progrès récents de l’historiographie. Certes, en ce début de XXe siècle, le terme « Américain » renvoie à une réalité géographique plus restreinte qu’auparavant pour finalement ne décrire que les seuls états-Uniens 63. Mais, on l’a dit, les travaux de l’historienne N. Ford rappellent combien le corps expéditionnaire levé par Washington est culturellement et nationalement composite puisqu’on y parle 46 langues différentes 64, dimension qui vient singulièrement complexifier ces questions matrimoniales. En d’autres termes, plus que de mariages franco-américains, ce sont avant tout des unions célébrées avec des Doughboys dont il s’agit ici, expression qui peut s’incarner en des réalités culturelles et linguistiques très diverses. Présent à Saint-Nazaire en août 1917, le journaliste Edmond Lainé affirme avoir « rencontré un Gautier et un Lalande » parmi les membres du corps expéditionnaire. Et de préciser que « celui-ci parle son français sans accent ; celui-là traine ses mots, en émaillant son discours d’amusants savez-vous ? » 65. Or certains avis de mariages publiés par L’Ouest-Éclair attirent l’attention tant les noms de ces Américains renvoient finalement à des origines à la fois plus lointaines et plus immédiates, nuançant ainsi considérablement la portée de ces unions transnationales. Tel est par exemple le cas de Marie-Anne Merriennet qui épouse un mécanicien de Saint-Louis dénommé Joseph Navin 66. L’avis publié le 1er décembre 1917 par Le Phare de la Loire invite pour sa part à user d’autres outils d’analyse. La cérémonie, célébrée par le maire Louis Brichaux, concerne en effet le mariage du consul des États-Unis avec la fille d’un « transitaire » et les témoins disent bien combien cette union est en définitive scellée au sein d’un pan de société déjà très transnational : deux vice-consuls pour l’époux, un courtier maritime et un négociant pour sa femme 67. Peut-on vraiment ici parler d’un mariage de guerre ?

  • 68  Ce sont probablement ces activités qui sont photographiées par les opérateurs du Signal Corps dans (...)
  • 69  « Doughboys’ Brides Given Much Care », The Barre Daily Times, Vol. XXIII, n°109, p. 2.

26Ces unions ne passent pas inaperçues outre-Atlantique et la presse y voit un beau symbole de la solide amitié liant Paris à Washington. D’ailleurs, le corps expéditionnaire semble tout mettre en œuvre pour que les épouses des Doughboys partent aux États-Unis dans les meilleures conditions. C’est ainsi que 81 d’entre elles sont prises en charge à partir de mai 1919 par le YWCA, l’équivalent féminin du YMCA, dans une hostess house de Saint-Nazaire. Là, elles sont soumises pendant une dizaine de jours à un emploi du temps draconien – sans doute moins du fait de la rigueur militaire que des convenances socio-culturelles – alliant cours d’anglais, de couture et occupations diverses avec leur mari 68. Les journaux américains se passionnent pour ces French brides mais leur regard n’est pour autant pas sans révéler certains biais. Ainsi, l’édition du 23 juillet 1919 du Barre Daily Times, un journal publié dans le Vermont, sur la côte Est, souligne combien la traversée vers les États-Unis est pour ces jeunes mariées un grand voyage puisque, à en croire ce journal, la plupart de ces femmes ne se sont auparavant jamais éloignées de plus de 25 kilomètres de leur domicile 69. La condescendance est ici clairement perceptible.

  • 70  « Ten French Brides of Yank Soldiers Arizona Residents », The Arizona Republican, Vol. XXX, n°246, (...)

27Un article publié à la fin de l’année 1919 dans The Arizona Republican donne quelques éléments statistiques qui, à gros traits, permettent de dresser un portrait-robot de ces épouses de Doughboys. Or ces données tendent à nuancer l’idée d’une circulation culturelle transnationale par les liens sacrés du mariage. Ces femmes sont en effet majoritairement jeunes, c’est-à-dire âgées de 20 à 25 ans. Dans un cas sur deux environ, elles déclarent exercer une activité professionnelle. Détail intéressant, le journal américain rapporte que si 960 de ces épouses parlent bien anglais et 453 parviennent à se débrouiller, 893 d’entre elles ne maîtrisent aucunement cette langue. Plus intéressant encore, les 2 289 épouses qui transitent par ces camps de jeunes-mariés – de telles installations sont répertoriées à Saint-Nazaire mais aussi à Brest et Bordeaux – ne sont pas toutes, loin s’en faut, françaises. Au total, si ces dernières sont les plus nombreuses, 21 nationalités sont recensées dont des Belges, des Italiennes, des Russes, trois Espagnoles, une Arménienne, une Hollandaise ainsi que trois Allemandes et cinq femmes relevant d’une identité d’entre-deux puisque répertoriées comme étant originaires d’Alsace-Lorraine. Nombreuses sont de surcroît les anglo-saxonnes puisque l’Arizona Republican fait état de 420 Anglaises, 47 Irlandaises et 46 Écossaises 70. Ajoutons d’ailleurs que les logiques d’assignation associées à la nationalité allemande, sans même évoquer le cas de l’Irlande compliqué par la sanglante Pâques 1916, paraissent contrecarrer la logique de totalisation du conflit. Manifestement, en certaines circonstances, les raisons du cœur sont plus fortes que celles véhiculées par la culture de guerre.

  • 71  Concédons qu’il s’agit d’une estimation basse puisque Laville, Grégoire, « La guerre, mais aussi d (...)
  • 72  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 184-187.
  • 73  Ibid., p. 185.

28Pour autant, malgré le beau symbole qu’elles représentent, il n’en demeure pas moins que ces unions transatlantiques demeurent rares : 318 mariages franco-américains sont célébrés en Loire-Inférieure entre 1917 et 1919, chiffre impressionnant mais qui représente moins de 5% du total des cérémonies pour la période. À Saint-Nazaire, on célèbre 175 mariages, soit moins de 15% des unions contractées entre 1917 et 1919 71. Cette proportion est sensiblement équivalente à La Baule, où l’on célèbre un mariage franco-américain en 1918 et quatre l’année suivante. Elle est en revanche moindre à Guérande (8,3%), au Croisic (7,5%) et à Pornichet (4,3%)72. Au final, ces chiffres rappellent que ces unions symboliques sont un phénomène statistique relativement marginal qui, de surcroît, doit être pondéré par la géographie. Saint-André-des-Eaux, Le Pouliguen, La Turballe ou encore Pontchâteau ne connaissent aucune de ces unions 73. En creux, ces données rappellent que ces mariages sont essentiellement conditionnés par la densité de la présence américaine. En d’autres termes, si on assiste à un nombre plus important d’unions franco-américaines à Saint-Nazaire qu’à la Turballe, c’est parce que les Doughboys, indépendamment des réalités du marché matrimonial, y sont plus nombreux.

  • 74  Il faudra pour cela attendre les années 1990 avec notamment Becker, Annette, Oubliés de la Grande (...)
  • 75  Laville, Grégoire, « La guerre, mais aussi des mariages… », op. cit., p. 89.

29Mais on ne saurait s’en tenir à ce constat, déjà formulé au début des années 1970 par Y.-H. Nouailhat. Les progrès de l’histoire académique imposent en effet de nouveaux questionnements, dont les réponses seront sans doute de nature à réviser grandement l’état des connaissances. Ajoutons que cette étude, qui reste assurément à mener, devra s’effectuer dans une perspective comparatiste de manière à déterminer si ce qui s’observe à Saint-Nazaire se retrouve également à Brest, Tours ou encore Liverpool. Au début des années 1970, l’historiographie de la Grande Guerre, alors peu en vogue du reste, ne s’intéresse pas aux régions occupées ni à la problématique des populations déplacées 74. Aussi ces questions ne se posent-elles pas à Y.-H. Nouailhat au moment où il travaille sur la question des mariages franco-américain à Saint-Nazaire. Or, l’examen des actes de naissances conservés aux Archives municipales invite à revoir à la baisse le nombre de mariages contractés par des Nazairiennes avec des soldats du corps expéditionnaire. En effet, un certain nombre de ces unions concerne des réfugiés belges et des départements envahis, ce qui de facto limite la portée des contacts avec la population locale. D’ailleurs, on sait que ce cas de figure est relativement courant et qu’il ne concerne pas uniquement l’estuaire de la Loire. M.-A. Renaud indique par exemple que seulement 281 des 511 mariages franco-américains célébrés dans la région de Brest concerne des Finistériennes, ce qui donne un rapport de plus de 43% d’unions contractées avec des femmes extérieures à ce département 75.

30De la même manière la question du genre n’est jamais prise en compte lorsque vient le moment d’envisager ces couples. Or on observera sans difficulté que ces unions sont toujours appréhendées dans le même sens, c’est-à-dire entre un soldat américain et une civile française, alors qu’on sait que de nombreuses Américaines sont présentes à Saint-Nazaire parmi les membres du corps expéditionnaire. Si l’état des connaissances ne nous permet pas pour l’heure de baser la réflexion sur des chiffres précis, les photographies du Signal Corps conservées par l’Écomusée de Saint-Nazaire nous permettent d’attester la présence de femmes employées dans les huttes du YMCA et également en tant qu’infirmières ou opératrices de terminal téléphonique.

  • 76  « Society », The Washington Herald, n° 4662, 3 août 1919, p. 19.
  • 77  « Publication de mariage », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 18e année, n°6408, 20 mai 1917, p. 3.

31Par ailleurs, il apparaît que si des soldats américains se marient dans la région nazairienne entre 1917 et 1919, ils peuvent également convoler avec des compatriotes, ce qui bien entendu limite largement l’hypothèse d’une circulation culturelle. C’est ainsi par exemple que Myron Bertman, qui est en France au titre de la Croix rouge américaine, épouse à l’été 1919, au camp de Montoir, le capitaine James C. Rudell, officier de l’artillerie côtière. Décrite dans le Washington Herald, la cérémonie est intéressante en ce que, visiblement, si nombreux sont les officiers américains dans l’assistance, on ne compte aucune autorité française 76. Enfin, ajoutons que les unions transnationales ne naissent pas dans la région de Saint-Nazaire avec la période 1917-1919. C’est ainsi par exemple que L’Ouest-Éclair publie dans son édition du 20 mai 1917, soit plus d’un mois avant le débarquement des premiers Doughboys, l’avis de mariage unissant Germaine Flachet à John Hauris, un capitaine au long cours anglais 77.

  • 78  « Letters from Bourbon County », The Bourbon News, Vol. XXXVII, 1er octobre 1918, p. 2

32Interface maritime qui est par définition tournée vers l’extérieur, le port ligérien est un carrefour de populations où les gens se croisent, se rencontrent, et parfois même se marient. Ces unions franco-américaines ne doivent donc pas tromper et invitent à la plus grande prudence quant à la réalité des circulations culturelles et sentimentales transnationales. Il y a donc là une évidente limite au processus de totalisation du conflit. Pour de nombreux Américains, la barrière de la langue reste difficilement franchissable. C’est ainsi que le caporal Mitchell de la compagnie B du 67th Engineers donne dans une lettre datée du 26 août 1918 une description particulièrement significative de Saint-Nazaire : « C’est un port faisant à peu près la taille de Lexington et un très bel endroit, les filles sont agréables mais on ne comprend pas leur langue alors ce n’est pas de chance » 78.

Jazz et Basket : Saint-Nazaire américanisé ?

  • 79  Priou, G., « Souvenirs… », Bulletin de l’Association préhistorique & historique de Saint-Nazaire, (...)

33Il convient donc de ne pas se méprendre à propos du multiculturalisme qui s’observe à Saint-Nazaire entre 1917 et 1919. Certes, le nombre d’influences, de langues différentes, de religions et de couleurs de peau qui peuvent être recensées à cette époque dans l’estuaire de la Loire est indéniablement sans précédent et participe à n’en pas douter d’un sentiment de totalisation du conflit en cours. Mais, on l’a dit, ce salad bowl n’est pas non plus totalement inédit à Saint-Nazaire. Évoquant ses souvenirs d’enfance, une vieille Nazairienne le rappelle d’ailleurs bien en évoquant certaines de ses camarades de classe : une est galloise, une autre écossaise et la petite Germaine Pénaflorès est la fille d’un Mexicain et d’une Polonaise 79. Par ailleurs, et tant les mariages que les adoptions franco-américains le soulignent, la fusion des cultures est loin de se réaliser dans l’estuaire de la Loire pendant la période 1917-1919.

  • 80  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit..
  • 81  Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre, op. cit..

34La question de l’américanisation de Saint-Nazaire est pourtant très présente dans les travaux d’Y.-H. Nouailhat 80. Or, il convient de rappeler que si l’étude des transferts culturels occupe aujourd’hui une place importante dans le monde académique, tel n’était pas le cas en 1972 quand a paru l’ouvrage pionnier de l’historien nantais. Mieux, celui-ci est composé avant l’émergence de l’histoire culturelle, c’est-à-dire dans une configuration qui reste encore très marquée par le prisme social 81. De ce point de vue, la modernité des travaux d’Y.-H. Nouailhat doit être soulignée avec force car ses conclusions demeurent globalement valables. Effectivement, l’américanisation de Saint-Nazaire n’est, entre 1917 et 1919, que « superficielle », pour ne pas dire plus. Pour autant, 45 ans d’historiographie permettent aujourd’hui d’aller plus loin dans la démonstration.

  • 82  Soulignons là-encore la qualité des travaux de Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à (...)

35Remarquons tout d’abord que la question des circulations culturelles dans l’estuaire de la Loire n’est le plus souvent envisagée que sous l’angle d’une « américanisation ». Il est exceptionnel de voir posée la question d’une influence du mode de vie français sur les membres du corps expéditionnaire et, de manière plus générale, rares sont les études analysant ces échanges dans ce sens 82. Là n’est bien évidemment pas un hasard à une époque, la seconde moitié du XXe siècle, où l’hégémonie culturelle des États-Unis est non seulement sans conteste, sauf bien entendu de l’autre côté du rideau de fer, mais contraste grandement avec l’image que la France, petite grande puissance se vivant en déclassement, a d’elle-même. Toute histoire est nécessairement contemporaine et il est de ce point de vue difficile de déconnecter ces questionnements de l’air du temps qui les amène.

  • 83  Ibid., p. 134-137.
  • 84  Ford, Nancy, Americans All! …, op. cit..
  • 85  Barjot, Dominique, « Introduction », in Barjot, Dominique et Réveillard, Christophe (dir.), L’Amér (...)

36La définition même de l’américanisation doit donc être précisée, ne serait-ce que pour la décharger de toute la connotation politique qui est intrinsèquement associée à ce terme. Pour Y.-H. Nouailhat, elle se matérialise essentiellement par la volonté des Nazairiens d’apprendre l’anglais et de « paraître américain ». En témoignent des cafés et restaurants renommés à la sauce yankee mais aussi la mode vestimentaire ou des coupes cheveux adoptées pour « faire américain » 83. Ici, la réalité sociale impacte toutefois très largement l’étude des représentations. En effet, on a insisté plus haut sur l’hétérogénéité culturelle et linguistique du corps expéditionnaire américain 84. Dès lors, comment s’assurer que ce qui est aimé, voir même copié, parce qu’américain n’est pas en réalité très fortement irlandais, italien voire même allemand, la communauté germanique étant, on le sait, importante aux États-Unis ? C’est donc avec la plus grande prudence qu’il nous faut envisager ce processus d’acculturation qu’est l’américanisation, la notion étant au final aussi subjective que performative. Le rasoir Gillette, popularisé en France par le corps expéditionnaire américain, en est un parfait exemple puisque son inventeur est en réalité… canadien. Malgré ces réserves, on pourra, à la suite de l’historien D. Barjot, définir l’américanisation comme « le transfert vers l’Europe occidentale des méthodes de production, des modèles de consommation, du mode de vie, des pratiques socioculturelles ou des cadres de pensée nés ou adoptés originellement aux États-Unis » 85.

  • 86  Lavallée, « Résultats obtenus par l’application des nouvelles méthodes de travail dans un chantier (...)

37Exposée ainsi, l’américanisation dans la région de Saint-Nazaire doit impérativement être déconnectée de la chronologie de la présence du corps expéditionnaire dans la Loire. On a vu en effet que c’est bien avant juin 1917 que l’appareil industriel nazairien adopte l’organisation scientifique du travail, « système taylor » qui est perçu comme étant américain 86. Il n’en va pas nécessairement de même de deux pratiques culturelles fréquemment présentées comme étant importées en Europe, et plus singulièrement dans la région nazairienne, par les Doughboys : le basketball et le jazz. En effet, contrairement à ce que suggère la vulgate mémorielle, les transferts apparaissent en réalité fort limités, comme une marque de la totalisation très partielle du conflit en cours.

  • 87  De ce point de vue, les soldats américains ne diffèrent nullement de leurs compagnons d’armes fran (...)
  • 88  The Stars and Stripes, Vol. 1, n°23, vendredi 12 juillet 1918, p. 6.

38Le sport occupe une place importante dans le quotidien des soldats américains, qu’il s’agisse des hommes qui transitent par le port ligérien et n’y restent donc que quelques jours ou de ceux qui, affectés aux Services of Supply ou à un régiment du génie, y tiennent garnison. Pour eux, le football, le baseball et pour ce qui nous concerne ici le basketball sont des moyens de se divertir pendant les temps libres et d’échapper, l’espace de quelques instants au moins, à la guerre en renouant avec des pratiques de la vie civile 87. Ajoutons de surcroît que l’encadrement voit généralement d’un bon œil ces pratiques sportives, celles-ci ayant le double intérêt de renforcer la cohésion des troupes et d’éloigner les hommes des débits de boisson. La firme d’équipements sportifs Alex Taylor & Co n’hésite d’ailleurs pas à affirmer dans une publicité qu’elle fait paraître dans le Stars and Stripes, journal publié pour les soldats du corps expéditionnaire, que « les sportifs font de meilleurs combattants » 88.

39Les archives permettent effectivement d’attester la pratique du basketball dans l’estuaire de la Loire entre 1917 et 1919. Après avoir été gazé puis avoir contracté la grippe espagnole, le marine Edward J. Weis est cantonné au camp de Montoir où, visiblement, il semble se plaire :

  • 89  « Hammond marine send an interesting letter », The Lake County Times, Vol. XIII, n°286, 16 mai 191 (...)

« Nous sommes affectés au service des sentinelles : cinq hommes et un sixième au repos se relaient. Ce n’est pas aussi facile que cela en a l’air. C’est le meilleur camp dans lequel je suis allé jusqu’à présent. Quand nous ne sommes pas de service, nous jouons au baseball, au basket, à des sports d’intérieurs ou à d’autres jeux encore » 89.

  • 90  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1507, 1528, 1529 et 1530.
  • 91  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1528. Nous remercions ici le Basketball Hall of Fame de Springfiel (...)

40De même, des opérateurs du Signal Corps immortalisent le 13 février 1918 quelques fantassins du 369th Infantry Regiment, les fameux Harlem Hellfighters, en train de jouer au basket 90. Un homme est même identifié, un certain Kid Ferguson, dont on ne sait malheureusement rien91.

  • 92  Parmi de nombreuses références citons en français le récent Cazaban, Philippe et Champsur, Daniel, (...)
  • 93  « College Sport Notes », The Stars and Stripes, Vol. 1, n°10, vendredi 12 avril 1918, p. 6 et Zabe (...)

41La pratique de ce sport ne doit néanmoins pas étonner quand on connait les circonstances de son invention, en 1891, à Springfield, dans le Massachussetts, par le professeur d’éducation physique canadien James Naismith. Au départ, son intention est en effet de créer un nouveau sport collectif d’intérieur afin d’occuper les étudiants l’hiver, activité où les contacts seraient limités afin de prévenir les risques de blessure. L’idée de James Naismith, qui officie dans une école normale régie par le YMCA, est d’inculquer un certain nombre de principes moraux à travers ce jeu 92 et l’on voit donc tout l’intérêt pour l’encadrement du corps expéditionnaire d’encourager la pratique de ce sport encore relativement récent, à Saint-Nazaire comme ailleurs du reste. D’ailleurs, nombreux sont les joueurs confirmés à servir pendant la Première Guerre mondiale dans les rangs du corps expéditionnaire. Ancien capitaine de l’équipe de l’Université de Chicago, Harold Goettler combat avec le grade de lieutenant en tant que pilote au sein de la 50e escadrille de l’armée américaine. Tué à bord de son biplace De Havilland DH-4 le 6 octobre 1918, il reçoit à titre posthume la Medal of Honor, plus haute distinction militaire décernée aux États-Unis 93.

Illustration 12 : Soldats du 369th Hellfighters jouant au basketball, le 13 février 1918

Illustration 12 : Soldats du 369th Hellfighters jouant au basketball, le 13 février 1918

National Archives at College Park, MD : 111-SC-6318

  • 94  Particulièrement emblématique de cette distorsion entre mémoire et histoire, le dossier de presse (...)
  • 95  Tétart, Philippe, « L’Ouest-Éclair et l’information sportive (1899-1914) », in Tétart, Philippe (d (...)
  • 96  « Les Américains et les sports », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7123, 3 février 1919, p. 3.
  • 97  Helvig, Lionel, Le sport en héritage : sociohistoire des clubs de basket nantais (1920-2015), Thès (...)

42Pour autant, et contrairement à ce qui a été trop souvent affirmé lors des commémorations du centenaire du débarquement des premiers contingents américains en 2017, la France ne découvre pas ce sport avec les Doughboys 94. Le premier match de basketball joué en Europe se déroule en effet en… 1893 à Paris, dans une salle de l’Union chrétienne des jeunes gens, équivalent français du YMCA, située rue de Trévise. Toutefois, cette pratique reste très confidentielle avant 1914, tout particulièrement en Bretagne. La presse locale en atteste d’ailleurs parfaitement puisque dans L’Ouest-Éclair, ce sont avant tout le cyclisme et le football-association qui sont mis en avant 95. Il est donc non seulement faux d’affirmer que les Sammies apportent le basket en France, et notamment à Saint-Nazaire, avec leur participation à la Grande Guerre mais le moins que l’on puisse dire est que la greffe semble avoir beaucoup de mal à prendre, ce qui assurément invite à nuancer cette prétendue américanisation. La situation est d’ailleurs telle que, le 3 février 1919, lorsque L’Ouest-Éclair annonce une rencontre de basket devant se dérouler à Angers, le grand quotidien est obligé d’en expliquer les règles ! Ajoutons de surcroit qu’il s’agit là de la première mention de ce sport dans le journal breton 96. En réalité, ce n’est qu’au début des années 1920 que le basket s’implante à Nantes et en Loire-Inférieure, sans pour autant réussir à sortir d’une certaine confidentialité 97. Signe d’une totalisation partielle du conflit, de transferts culturels rapidement avortés, l’américanisation des pratiques sportives imputable au corps expéditionnaire est quasi nulle. La presse américaine a beau ériger le maréchal Pétain en grand amateur de baseball à la suite d’une rencontre disputée à Saint-Nazaire, la réalité est toute autre et jamais cette pratique ne parvient à s’imposer en France :

  • 98  « Petain as a Baseball Fan », The St. Tammary Farmer, Vol. 45, n°31, 21 juin 1919, p. 4. Cette ane (...)

« Le match opposait deux compagnies du 56th Engineers. Le maréchal Pétain a traversé le terrain en compagnie d’officiers. Il connaît ce jeu américain et est resté quelques instants pour regarder la partie. Le match était excitant et le maréchal est resté. Il en a oublié ses impératifs quand la rencontre est allée en prolongation sous les acclamations de 10 000 spectateurs. La rencontre s’est achevée sur un score de 6 à 5 et le maréchal Pétain, enthousiaste, s’est dirigé vers Mullen et a dédicacé la balle du match » 98.

  • 99  Sans doute est-ce cette même réalité qui permet d’expliquer pourquoi les Américains ne ramènent pa (...)

43Cet article est intéressant car il témoigne parfaitement de la mise en scène de l’amitié franco-américaine par la juxtaposition de deux puissants symboles – le « vainqueur de Verdun » et le « national pastime » – tout en montrant, en négatif, les limites de cette acculturation athlétique. En effet, cette rencontre a beau se dérouler devant « 10 000 spectateurs », elle se dispute à l’intérieur d’une enceinte militaire et, de facto, empêche tout contact entre la population civile nazairienne et ces sports inconnus 99.

  • 100  Hervouët, Philippe, « L’apparition du jazz en Pays de la Loire », Revue 303, n°129, 2014, p. 16-23
  • 101  Arch. Dép. Loire-Atl. : 237 J 32. L’orthographe « jass band » est aussi savoureuse que significati (...)

44Il en est de même en ce qui concerne le jazz, là aussi objet de nombreuses approximations. L’historiographie s’accorde généralement à dire que c’est à Nantes, le 12 février 1918, qu’a lieu au théâtre Graslin le premier concert de jazz de l’histoire en Europe. Ce soir-là, devant un parterre d’officiels et de notables, se produit la musique du 369th infantry regiment, unité décidément en pointe en matière de circulations culturelles. L’orchestre est dirigé par le célèbre James Europe 100. Saint-Nazaire n’est pas en reste et des documents récemment retrouvés par S. Boche, alors responsable des projets de valorisation aux Archives départementales de Loire-Atlantique, font état d’un concert donné le 12 juillet 1918 au Palace Théâtre. Ce soir-là, se produisent notamment deux « jass bands » constitués à partir des troupes du camp de Montoir d’une part, du Motor Supply Train 406 d’autre part 101.

  • 102  Le dossier de presse de The Bridge expose que « il y a 100 ans, le 26 décembre 1917, le jazz, genr (...)
  • 103  Badger, Reid R., « James Europe and the Prehistory of Jazz », American Music, Vol. 7, n°1, Spring  (...)
  • 104  Cugny, Laurent, « L’armée américaine et l’introduction du jazz en France », communication prononcé (...)

45De nombreux éléments invitent néanmoins à nuancer ce tableau et à se projeter au-delà de l’image d’Épinal, là encore savamment entretenue par les commémorations de l’été 2017 102. La réalité des sources, tout d’abord, conduit à s’interroger. En effet, qu’il s’agisse d’une affiche, de photographies ou de descriptions textuelles, aucune de ces archives ne nous donne la bande-son et ne nous permet d’entendre la musique qui est jouée. Loin de nous l’idée de nous livrer à une potache galéjade. Il y a en effet là un véritable enjeu puisque, comme le rappelle le musicologue américain R. Badger, nous n’avons, faute d’enregistrement sonore, qu’une idée très imparfaite de ce qui est interprété avant le début des années 1920 103. Ceci est d’autant plus gênant pour notre propos que les canons du jazz en tant que style musical ne sont à l’époque pas totalement stabilisés. Certains spécialistes considèrent d’ailleurs la musique de James Europe comme relevant du ragtime orchestral, un genre préexistant au jazz. Le musicologue L. Cugny parle d’ailleurs de « proto-jazz » à propos de James Europe et rappelle qu’on ne sait pas trop à l’époque si ce terme se rapporte à un style musical ou une forme de danse 104.

  • 105  Cucgny, Laurent, Une histoire du jazz en France. Tome 1 : du milieu du XIXe siècle à 1929, Paris, (...)
  • 106  C’est en tout cas ce qu’avance Hervouët, Philippe, « L’apparition du jazz… », op. cit., p. 17.
  • 107  « La musique dans les cafés restaurants est autorisée », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7164, 15 mar (...)

46Une seconde nuance à apporter à cette idée d’acculturation musicale est d’ordre quantitatif. Tout d’abord, il importe de rappeler que de nombreux concerts de ce que l’on nomme alors « jazz » ont lieu en Europe, dans les grandes capitales et les importants centres culturels avant la Grande Guerre. À Paris, les Virginia Ministrels se produisent dès 1844 et ouvrent la voix d’un vaste mouvement transnational de circulation des modes musicales, impulsion que l’entrée en Première Guerre mondiale des États-Unis ne fait finalement qu’amplifier 105. Mais si de nombreux concerts sont attestés lors de ces années dites « folles », il serait sans doute naïf de croire que le swing s’impose au point de supplanter dans les bals de Saint-Nazaire et des environs l’accordéon et le musette. La population qui se délecte de jazz au casino de La Baule au début des années 1920 n’est pas nécessairement représentative de l’ensemble des habitants de l’estuaire de la Loire. Le prisme social et les stratégies de distinction sont ici essentiels. Saint-Nazaire en est d’ailleurs un bon exemple puisque si James Europe et son orchestre semblent s’y produire 106, leur performance ne laisse manifestement aucun souvenir dans la mémoire de la ville. Le jazz n’a d’ailleurs pas toujours bonne presse à cette époque. L’article que publie en mars 1919 l’édition nantaise de L’Ouest-Éclair en est un bon exemple. Rendant compte de ce que « la musique dans les cafés restaurants est [de nouveau] autorisée », le quotidien rappelle néanmoins qu’on « voudrait éviter que dans certains établissements, la musique servit de prétexte à la danse, que les jazz-bands se multiplient, que pour attirer chez eux les amateurs de ce genre de chahut, des directeurs d’établissement n’imaginent des combinaisons d’instruments capables de produire le même vacarme » 107.

  • 108  Capdevila, Luc, Rouquet, François, Virgili, Fabrice et Voldman, Danièle, Hommes et femmes dans la (...)
  • 109  Ayres, Leonard P., The War with Germany. A Statistical Summary, Washington, Government Printing Of (...)
  • 110  Lardner, Ring, Mes quatre semaines en France, Paris, Les éditions du sonneur, 2017, p. 141.

47Un tel propos rappelle non seulement que le jazz n’est pas adopté d’emblée mais que ce style musical suscite parfois quelques réactions hostiles. Dans cette France des années 1920 naissantes, qui connait par ailleurs un virulent retour à l’ordre moral, la négritude associée au jazz, et donc à tous les fantasmes sexuels liés à cette couleur de peau, ne peut pas être accueillie à bras totalement ouverts 108. À dire vrai, tout semble indiquer que cette idée de transfert culturel est une construction érigée a posteriori, sans doute à la faveur d’un engouement bien postérieur pour le swing et au destin tragique de James Europe, assassiné en 1919 quelques semaines après son retour aux États-Unis par l’un de ses musiciens. En tout état de cause, le caractère résolument national de la vulgate mémorielle ne manque pas d’étonner. À en croire les différentes variantes de ce discours, c’est via Brest, Saint-Nazaire puis Nantes que le jazz débarque en Europe. C’est oublier que plus d’un million de Doughboys transitent par la Grande-Bretagne et que là aussi peuvent s’opérer des circulations culturelles 109. C’est d’ailleurs ce que rappellent les sarcastiques mémoires du correspondant de guerre Ring Lardner. Présent à Londres à la fin de l’année 1917, ce célèbre journaliste du Chicago Tribune explique : « l’orchestre du Murray’s Club joue du jazz et cela nous a donné un sérieux mal du pays, à M. O’Flaherty et à moi » 110.

  • 111  Pennsylvania Digital Library, Correspondance Guy B. Hoge, 17 novembre 1918.
  • 112  « News and Letters from Belrami Co. Soldiers-Sailors », The Bemidji Daily Pioneer, Vol. XVII, n°89 (...)
  • 113  Se rapporter notamment au fameux mémorandum Linard d’août 1918 reproduit intégralement dans Sainto (...)

48En réalité, les réserves formulées à propos de l’acculturation sportive doivent également être déclinées à propos du jazz. Là encore, la composition sociale du corps expéditionnaire vient largement nuancer l’idée d’une circulation transnationale de la musique américaine. Dans une lettre rédigée le 17 novembre 1918 au camp de Montoir, Guy B. Hoge explique à ses parents qu’au moment où il écrit, un de ses compagnons d’armes joue du banjo pour divertir ses camarades et il laisse entendre que c’est d’un air irlandais dont il s’agit, l’interprète se nommant O’Brien 111. Il n’est de surcroît pas certain que tous les lieux où les Doughboys jouent et/ou écoutent du jazz soient accessibles à la population civile, condition pourtant sine qua non d’un processus d’acculturation. La lettre qu’adresse le pionnier William Kaiser (sic !) à ses parents en avril 1919 depuis Montoir est à cet égard particulièrement instructive. S’il fait état d’une soirée dansante avec un orchestre de 35 personnes jouant de la « good old US music », c’est dans un des baraquements du YMCA, c’est-à-dire dans un lieu situé au sein même d’un camp du corps expéditionnaire et donc en théorie inaccessible aux civils 112. De même, on sait la volonté des American Expeditionary Forces d’empêcher le plus possible les contacts entre la population civile française et les soldats afro-américains et on a du coup du mal à imaginer les hommes du 369th Hellfighters jouer librement en février 1918 pour des Nazairiens curieux de se délecter de ces arrangements inédits 113.

  • 114  Hunton, Addie W. and Johnson, Kathryn M., Two Colored Women with the American Expeditionary Forces(...)
  • 115  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 250.
  • 116  Hunton, Addie W. and Johnson, Kathryn M., Two Colored Women…, op. cit., p. 229.
  • 117  Cuisic, Don, The Sound of Light : A History of Gospel Music, Bowling Green, Ohio, Bowling Green St (...)

49Enfin, la mémoire n’étant, pour reprendre les mots d’Hannah Arendt, que la faculté d’organiser l’oubli, on ne peut que s’étonner de voir le souvenir se focaliser sur le jazz et, par la même occasion, passer sous silence d’autres genres musicaux. Restituant son expérience de guerre, au sein du YMCA, dans une perspective d’empowerment propre aux Afro-Américains, Addie W. Hutton évoque à plusieurs reprises dans ses souvenirs un « St. Nazaire Band » mais se limite à indiquer que cette formation joue de la musique « noire », formulation bien vague qui ne saurait être entièrement associée au jazz puisqu’il peut se rapporter à bien d’autres styles, à commencer par le blues 114. De même, quid du charleston, évoqué par l’historienne H. Harter dans une synthèse récemment publiée ? 115 Cette danse, sans doute écrasée par le succès rencontré par Joséphine Baker dans les années 1920, est absente de la mémoire collective nazairienne de la présence américaine entre 1917 et 1919. Est-ce à dire que celle-ci ne fut pas pratiquée et que quelques transferts culturels, aussi rares et exceptionnels soient-ils, ne se sont pas produits ? Autre musique associée à la communauté afro-américaine, le gospel invite aussi à se poser des questions. Servant également au sein du YMCA, Kathryn M. Johnson évoque notamment le cas du révérend T. A. Griffith qui, au camp de Montoir au sein duquel il sert pendant trois mois, est un promoteur zélé de cette forme de chant religieux 116. Ajoutons d’ailleurs que la Basse-Loire ne semble pas ici constituer un cas exceptionnel comme le rappelle le cas du chanteur Tom Speer : à la tête dans les années 1920 du groupe de gospel à succès The Speer Family, il sert en France pendant la Grande Guerre 117. Mais dans ce cas, comment interpréter le fait que cette musique soit complètement effacée de la mémoire collective associée à la présence américaine entre 1917 et 1919 ? Faut-il comprendre que ces offices ayant lieu dans l’enceinte des camps, c’est-à-dire encore une fois dans des lieux clos où les civils n’ont pas accès, aucun Français ne découvre le gospel ? En effet, à lire Kathryn M. Johnson, ce sont les baraques du YMCA qui sont le point névralgique de cette action pastorale. Faut-il également associer cette non-circulation culturelle aux différences religieuses, les offices en question étant essentiellement protestants, ce qui a pu avoir son importance en terre catholique ?

  • 118  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 136.
  • 119  Abdelouahab, Farid et Blanchard, Pascal (dir.), Grand Ouest. Mémoire des outre-mers, op. cit., p.  (...)
  • 120  Denis, Dominique, « 1902 : La belle aventure française de Barnum & Bailey », Le Cirque dans l’univ (...)
  • 121  Arch. Dép. Loire-Inf. : Souvenirs de Léonce Cubaynes.

50Si Y.-H. Nouailhat insiste sur le succès des spectacles « américains » proposés à Saint-Nazaire entre 1917 et 1919 118, il convient toutefois de rappeler que cet engouement n’est pas neuf. On l’a dit, en 1905, le Wild West Show de Buffalo Bill se produit dans le port ligérien devant 8 000 personnes 119. Trois ans auparavant, c’est le célèbre cirque Barnum qui fait escale dans le port ligérien et, là aussi, le succès est au rendez-vous 120. Autrement dit, la fascination pour les États-Unis et un Far West mythifié ne naît pas avec l’arrivée du corps expéditionnaire. À contrario, les mémoires de Léonce Cubaynes rappellent que les transferts culturels entre Américains et Français sont sans doute bien plus limités que ce que ne veulent bien suggérer les clichés mémoriels relatifs à l’introduction du basketball et du jazz. Jeune instituteur de la classe 1919, il est incorporé en avril 1918 au 147e RI et est affecté au bataillon d’instruction tenant alors garnison à Saint-Nazaire. Racontant ses classes, entre exercices harassants, inconfort du couchage dans la caserne et qualité discutable de la nourriture, il explique aussi avoir eu accès aux cantines américaines gérées par le YMCA et, grâce à quelques rudiments d’anglais, avoir pu lier conversation avec quelques Doughboys. Pourtant, comme pour mieux souligner les limites de cette acculturation, il ne mentionne ni le jazz ni le basketball dans ses souvenirs 121.

  • 122  Ta Chen, A. M., Chinese Migrations…, op. cit., p. 154 et Dornel, Laurent, La Grande Guerre et les (...)
  • 123  Dans un article pionnier Fridenson, Patrick, « Un tournant taylorien de la société française (1904 (...)

51Un exemple tel que celui-ci dit au final bien l’assimilation à l’œuvre dans la région nazairienne en 1917 et 1919 et, par là même, la totalisation avortée de la Première Guerre mondiale. Le conflit a beau être à l’origine d’un salad bowl inédit, le melting-pot reste, malgré les beaux symboles que sont les adoptions et les mariages, une illusion. En effet, si les unions franco-américaines sont célébrées comme un symbole de l’alliance entre Paris et Washington, celles qui pourraient voir une jeune française épouser un Chinois sont ni plus ni moins interdites par le ministère de l’Intérieur 122. Au final, c’est bien l’introduction du « système taylor » aux chantiers de Penhoët qui reste la trace la plus tangible de l’américanisation de la société nazairienne 123. Le paradoxe est, on l’a vu, qu’elle intervient bien avant l’arrivée des premiers contingents de Doughboys, le 26 juin 1917.

Notes

1  Écomusée de Saint-Nazaire : BA 63, chemise 2.

2  California University of Pennsylvania : Correspondance Guy B. Hoge, 3 février 1919.

3  Hazo, Bernard, Le mouvement ouvrier à Trignac, op. cit., p. 45-46.

4  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, le sous-préfet de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, 8 mai 1918.

5  Guin, Yannick, Le Mouvement ouvrier nantais..., op. cit., 1976, p. 382.

6  Arch. Nat. : Rapports des préfets et des commissaires spéciaux au ministère de l’Intérieur pendant la Première Guerre mondiale, en ligne.

7  « Les dévaliseurs de gare », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5853, 7 août 1918, p. 3.

8  « La mission serbe à Saint-Nazaire », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6262, 23 décembre 1916, p. 3.

9  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 16, Mémento sur les travaux américains entrepris en Loire-Inférieure, 18 septembre 1918.

10  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, Paris, Les Belles Lettres, 1972, p. 39 et Le Van Ho, Mireille, Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris, Vendémiaire, 2014.

11  Ta Chen, A. M., Chinese Migrations, With Special Reference to Labor Conditions, Washington, Government Printing Office, 1923, p. 146.

12  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 857.

13  Le Douget, Annick, « Les travailleurs chinois à Brest pendant la Première Guerre mondiale. Meurtre au Camp Président Lincoln de Saint-Marc », Les Cahiers de l’Iroise, n°225, janvier 2017, p. 66-87. Pour le département voisin du Morbihan Guguin, Arnaud, « Les travailleurs chinois dans le Morbihan : entre acceptation et rejet (1916-1918) », in Evanno, Yves-Marie et Lagadec, Yann (dir.), Les Morbihannais à l’épreuve de la Grande Guerre (1914-1920), Vannes, Département du Morbihan / Université Tous Âges de Vannes et sa région, 2017, p. 132, note que « les Chinois laissent la trace de leur présence quasi-exclusivement dans les archives policières et judiciaires ou alors dans la chronique des faits divers de la presse locale ». Pour une approche globale se rapporter à Dornel, Laurent, « Les travailleurs chinois en France pendant la Grande Guerre », Hommes et migrations, n°1308, 2014, p. 174-179 et Ma, Li (dir.), Les travailleurs chinois pendant la Première Guerre mondiale, Paris, CNRS Éditions, 2012.

14  Ta Chen, A. M., Chinese Migrations…, op. cit., p. 142-148.

15  Thobie, Jacques, « Compte-rendu », Les Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1982, Volume 89, n°3, p. 409.

16  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 30.

17  Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, op. cit., p. 19 et suivantes.

18  Wise, Frederic May (as told by to Frost, Meigs O.), À Marine Tells it to You, New York, J. H. Sears & Co, 1929, p. 160.

19  Williams, Lieut.-col. Inf. US Army Ashby, Experiences of the Great War. Artois. Saint-Mihiel. Meuse-Argonne, Roanoke, Virginia, Press of The Stone Printing and Manufacturing Co., 1919, p. 12.

20  L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5790, 1er juin 1918.

21  « Another Opelousean Tells of France », The St. Landry Clarion, Vol. XXVIII, n°43, 6 juillet 1918, p. 4.

22  Hussenot-Plaisance, Camille, 1917-1919. Savenay vingt-quatre mois au rythme américain, Mairie de Savenay, 1988, p. 32.

23  Ibid., p. 59-60.

24  Cité in Gutiérrez, Edward A., Doughboys on the Great War: how Americans Soldiers viewed their Military Service, Lawrence, University Press of Kansas, 2014, p. 81.

25  Woollcott, Alexander, « Them Damned Frogs », The North American Review, vol. 210, 1920, p. 494.

26  The National WWI Museum and Memorial : 2003.90.31.

27  Ford, Nancy, Americans All! Foreign-born Soldiers in World War I, College Station, Texas A&M University Press, 2001, p. 35 et 44 notamment.

28  Kniptash, Vernon E. (edited by Geelhoed, Bruce E.), On the Western Front... op. cit., p. 20-21.

29  Ford, Nancy, Americans All!…, op. cit. et Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, op. cit., p. 10.

30  Théofilakis, Fabien, « De l’écriture en captivité à l’écriture captive : quand les prisonniers trompent l’encre », in Henwood,Philippe et René-Bazin, Paule (dir.), Écrire en guerre, 1914-1918. Des archives privées aux usages publics, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 57-59.

31  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 857.

32  Théofilakis, Fabien, « De l’écriture en captivité à l’écriture captive… », op. cit., p. 58.

33  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 16, Mémento sur les travaux américains entrepris en Loire-Inférieure, 18 septembre 1918.

34  Précisons que Saint-Nazaire ne constitue de ce point de vue nullement un cas particulier comme le rappelle Dornel, Laurent, La Grande Guerre et les migrations : les travailleurs étrangers, coloniaux et chinois en France. Enjeux d’une recherche en cours, 2013. En ligne. [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00850981]. Et « Les travailleurs chinois vus par l’administration militaire française (1914-1918) : assignation, identification et représentations », in Ma, Li (dir.), Les travailleurs chinois pendant la Première Guerre mondiale..., op. cit., p. 265-284.

35  York, Alvin C. (edited by Skeyhill, Thomas), His own Life Story and War Diary, Garden City, NY, Doubleday, Doran and Company, 1930, p. 180.

36  Gutiérrez, Edward A., Doughboys on the Great War…, op. cit., p. 49.

37  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 947.

38  Frazer, Nimrod T., Les Boys d’Alabama : la Rainbow division et la Première Guerre mondiale, Paris, CNRS éditions, 2016, p. 67-68.

39  Doizelet, Benjamin, « L’intégration des soldats noirs américains de la 93e division d’infanterie dans l’armée française en 1918 », Revue historique des armées, n°265, 2011, p. 3-13.

40  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1661. On retrouve également le chiffre dans la légende de NUM 1663.

41  Mjagkij, Nina, Loyalty in Time of Trial. The African American Experience During World War I, Plymouth, Rowman & Littlefield, 2011, p. 100.

42  University of Massachussets, Amherst Librairies Special Collections and University Archives : Lettre de Louis Brichaux à W.E.B. Du Bois, 2 mars 1919, mums312-b015-i154.

43  Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, op. cit., p. 49-50.

44  Le Foll-Luciani, Pierre-Jean, « Une guerre assimilatrice ? Stratégies discursives et reconfigurations identitaires chez les juifs d’Algérie durant la Première Guerre mondiale », in Gregori, Sylvain et Pellegrinetti, Jean-Paul (dir.), Minorités, identités régionales et nationalités en guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 151-168.

45  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 193.

46  Nau, Brieuc, La présence américaine à Nantes pendant la Première Guerre mondiale, op. cit., p. 121.

47  Library of Congress : LC-A6199-9251 [P&P].

48  Library of Congress : LC-A6199-8748 [P&P].

49  Library of Congress : LC-A6151-A103 [P&P].

50  Library of Congress : LC-A6135-9898 [P&P].

51  Library of Congress : LC-A6151-A406 [P&P].

52  Carson City Daily Appeal, Vol. XV, n°175, 1er août 1918, p. 2.

53  Office national des pupilles de la Nation, bulletin n°12, Recueil des textes, Paris, Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 1923.

54  « American Defense Society Stamp », The North Platte Semi-Weekly Tribune, 34e année, n°82, 25 octobre 1918, p. 2.

55  Pour ne citer que quelques exemples: « The Fatherless Children of France », The Pacific Rural Press, Vol. XCVI, 48e année, n°5, 3 août 1918, p. 166 ; « Adopting Tots Whose Fathers Died in France », Daily Ardmoreite, Vol. 25, n°316, 18 août 1918, p. 12 ; « The Fatherless Children of France », The Ward County Independent, Vol. 17, n°36, December 19, 1918, p. 7 ; « Ask Help in Caring For French Orphans », The Evening Missourian, 11e année, n°111, 10 janvier 1919, p. 4.

56  Wilson, Ross J., New York and the First World War. Shaping an American City, New York, Routledge, 2016, p. 96.

57  Guiraud, Jean, « La Fraternité franco-américaine », La Croix, 39e année, n°10 720, 15 février 1918, p. 1.

58  Préfecture de la Seine, Recueil des actes administratifs de l’année 1918, n°3, mars 1918, p. 176.

59  « Liberty cannot survive unless France survives. France cannot survive unless her children survive ». The Fatherless of France, Inc., American Headquarters, New York, sans date, p. 2.

60  La mention complète figurant sur ces diplômes est « This is to certify that […] has been placed on our Honor Roll for its ‘adoption’ of one French Orphan of the War, whose father has died in the cause of our commons Liberty ». University or Southern Mississippi, Digital collections : mus_dg0933_0008.

61  Sur cette question se reporter notamment à Pignot, Manon, Allons enfants de la Patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012.

62  Sur ce point et en attendant que s’achève le programme d’indexation collaborative « 1 jour 1 poilu » initié par Jean-Michel Gilot sur la base Mémoire des hommes, se rapporter aux recherches de Marc Barbieri disponibles en ligne sur le site http://lessoldatsdeloireinferieure.hautetfort.com.

63  Guyvarc’h, Didier, « Américains », in Amouroux, Dominique, Croix, Alain, Guidet, Thierry et Guyvarc’h, Didier (dir.), Dictionnaire de Nantes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 21.

64  Ford, Nancy, Americans All!…, op. cit.

65  Lainé, Edmond, « Les Américains chez eux en France », Le Gaulois, 52e année, 3e série, n°14658, 2 septembre 1917, p. 2.

66  « Publications de mariages », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 20e année, n°7234, 26 mai 1919, p. 4.

67  « Un mariage », Le Phare de la Loire, 102e année, n°32026, 1er décembre 1917, p. 3.

68  Ce sont probablement ces activités qui sont photographiées par les opérateurs du Signal Corps dans NUM 939, 940 et 941. Ces clichés sont datés du 24 mai 1919, soit quelques jours seulement après l’ouverture de cette structure.

69  « Doughboys’ Brides Given Much Care », The Barre Daily Times, Vol. XXIII, n°109, p. 2.

70  « Ten French Brides of Yank Soldiers Arizona Residents », The Arizona Republican, Vol. XXX, n°246, p. 11.

71  Concédons qu’il s’agit d’une estimation basse puisque Laville, Grégoire, « La guerre, mais aussi des mariages », Les Américains débarquent à Saint-Nazaire. 14ǀ18 Centenaire de la Première Guerre mondiale, Ouest-France, hors-série, 2017, p. 89 avance qu’E. Joret, conservateur aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, recense 228 mariages franco-américains. Gueroult, Jean-Paul, « Portraits des couples franco-américains mariés à Saint-Nazaire (1917-1921) », communication prononcée lors du colloque international « Voilà les Américains ! Les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs » organisé à Saint-Nazaire du 22 au 24 juin 2017 par Catala, Michel et Jeannesson, Stanislas, Actes à paraître, reprend également ce chiffre. Il estime par ailleurs à 334 le nombre de mariage franco-américains à Saint-Nazaire sur la période allant d’octobre 1917 à août 1921.

72  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 184-187.

73  Ibid., p. 185.

74  Il faudra pour cela attendre les années 1990 avec notamment Becker, Annette, Oubliés de la Grande Guerre: humanitaire et culture de guerre, 1914-1918: populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Noêsis, 1998 et Les Cicatrices rouges 1914-1918, France et Belgique occupées, Paris, Fayard, 2010 ; Nivet, Philippe, Les réfugiés de la Grande Guerre, les Boches du Nord, Paris, Economica, 2004 ; Popelier, Jean-Pierre, Le premier exode. La Grande Guerre des réfugiés belges en France, Paris, Vendémiaire, 2014 et Salson, Philippe, L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

75  Laville, Grégoire, « La guerre, mais aussi des mariages… », op. cit., p. 89.

76  « Society », The Washington Herald, n° 4662, 3 août 1919, p. 19.

77  « Publication de mariage », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 18e année, n°6408, 20 mai 1917, p. 3.

78  « Letters from Bourbon County », The Bourbon News, Vol. XXXVII, 1er octobre 1918, p. 2

79  Priou, G., « Souvenirs… », Bulletin de l’Association préhistorique & historique de Saint-Nazaire, n°18, mars 1975, p. 2.

80  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit..

81  Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre, op. cit..

82  Soulignons là-encore la qualité des travaux de Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., qui, p. 134, pose quelques jalons en ce sens.

83  Ibid., p. 134-137.

84  Ford, Nancy, Americans All! …, op. cit..

85  Barjot, Dominique, « Introduction », in Barjot, Dominique et Réveillard, Christophe (dir.), L’Américanisation de l’Europe occidentale au XXe siècle, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2002, p. 7.

86  Lavallée, « Résultats obtenus par l’application des nouvelles méthodes de travail dans un chantier de 3 000 ouvriers », op. cit., p. 443.

87  De ce point de vue, les soldats américains ne diffèrent nullement de leurs compagnons d’armes français. Hardier, Thierry et Jagielski, Jean-François, Oublier l’apocalypse ? Loisirs et distractions des combattants pendant la Grande Guerre, Paris, Imago, 2014.

88  The Stars and Stripes, Vol. 1, n°23, vendredi 12 juillet 1918, p. 6.

89  « Hammond marine send an interesting letter », The Lake County Times, Vol. XIII, n°286, 16 mai 1919, p. 14.

90  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1507, 1528, 1529 et 1530.

91  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1528. Nous remercions ici le Basketball Hall of Fame de Springfield, Massachussetts, ainsi que la Fédération française de basketball qui, contactés, n’ont malheureusement pas trouvé trace de ce joueur dans leurs archives.

92  Parmi de nombreuses références citons en français le récent Cazaban, Philippe et Champsur, Daniel, Géants : toute l’histoire du basketball, Paris, Chronique Éditions, 2015 et le classique Thomas, Jean-Luc, Le Basket américain, Paris, La Sirène, 1992.

93  « College Sport Notes », The Stars and Stripes, Vol. 1, n°10, vendredi 12 avril 1918, p. 6 et Zabecki, David T., American Artillery and the Medal of Honor, Bennington, Vermont, Merriam Press, p. 61.

94  Particulièrement emblématique de cette distorsion entre mémoire et histoire, le dossier de presse de l’opération The Bridge présente affirme que cette opération est « une belle manière de faire écho à l’esprit de liberté et de fraternité indissociable du basketball, un siècle après les premières démonstrations de l’art de dribbler sur le sol européen ». Par ailleurs, ce document présente le basket comme étant « l’un des plus beaux héritages américains » alors que ce sport est inventé par un canadien, détail qui dit bien la dimension performative soulignée plus haut de la notion d’américanisation.

95  Tétart, Philippe, « L’Ouest-Éclair et l’information sportive (1899-1914) », in Tétart, Philippe (dir.), La Presse régionale et le sport. Naissance de l’information sportive (années 1870-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 285-

96  « Les Américains et les sports », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7123, 3 février 1919, p. 3.

97  Helvig, Lionel, Le sport en héritage : sociohistoire des clubs de basket nantais (1920-2015), Thèse de doctorat, Nantes, Université de Nantes, 2016 et Boche, Samuel et Helvig, Lionel, « Un sport américain dans la Grande Guerre. Paradoxes de la diffusion du basket en Loire-Inférieure », communication prononcée lors du colloque international « Voilà les Américains ! Les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs » organisé à Saint-Nazaire du 22 au 24 juin 2017 par Catala, Michel et Jeannesson, Stanislas, Actes à paraître. Il est à noter qu’ André, Claude, « Les Sammies font du sport à Brest (1917-1919) », Les Cahiers de l’Iroise, n°225, janvier 2017, p. 218 décrit une situation sensiblement différente à Brest où cette pratique semble mieux implantée, et ce dès 1920.

98  « Petain as a Baseball Fan », The St. Tammary Farmer, Vol. 45, n°31, 21 juin 1919, p. 4. Cette anecdote est par ailleurs reprise par plusieurs titres de la presse américaine.

99  Sans doute est-ce cette même réalité qui permet d’expliquer pourquoi les Américains ne ramènent pas outre-Atlantique le « football association », ou soccer, sport encore aujourd’hui relativement confidentiel aux États-Unis. Cette question est judicieusement soulevée par André, Claude, « Les Sammies font du sport à Brest … », op. cit., p. 214.

100  Hervouët, Philippe, « L’apparition du jazz en Pays de la Loire », Revue 303, n°129, 2014, p. 16-23.

101  Arch. Dép. Loire-Atl. : 237 J 32. L’orthographe « jass band » est aussi savoureuse que significative du point de vue des circulations culturelles.

102  Le dossier de presse de The Bridge expose que « il y a 100 ans, le 26 décembre 1917, le jazz, genre musical né aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, débarque avec le bien nommé lieutenant James Reese Europe et son Brass Band. Arrivés en France, le lieutenant et ses musiciens improvisent à Brest une Marseillaise au rythme effréné, un hymne entraînant, plein de swing et de jazz. Aux commandes de ce concert inattendu, James Reese Europe et ses hommes finiront par jouer dans les plus grandes villes de France, à commencer par Nantes, où la place Graslin accueille, le 12 février 1918, le tout premier concert à ciel ouvert de ce que l’on appelle encore le jass ».

103  Badger, Reid R., « James Europe and the Prehistory of Jazz », American Music, Vol. 7, n°1, Spring 1989, pp. 48-67.

104  Cugny, Laurent, « L’armée américaine et l’introduction du jazz en France », communication prononcée lors du colloque international « Voilà les Américains ! Les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs » organisé à Saint-Nazaire du 22 au 24 juin 2017 par Catala, Michel et Jeannesson, Stanislas, Actes à paraître.

105  Cucgny, Laurent, Une histoire du jazz en France. Tome 1 : du milieu du XIXe siècle à 1929, Paris, Outre Mesure, 2014.

106  C’est en tout cas ce qu’avance Hervouët, Philippe, « L’apparition du jazz… », op. cit., p. 17.

107  « La musique dans les cafés restaurants est autorisée », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7164, 15 mars 1919, p. 2.

108  Capdevila, Luc, Rouquet, François, Virgili, Fabrice et Voldman, Danièle, Hommes et femmes dans la France en Guerre (1914-1945), Paris, Payot, 2003 et Ruscio, Alain, Le Credo de l’homme blanc. Regards coloniaux français, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1995.

109  Ayres, Leonard P., The War with Germany. A Statistical Summary, Washington, Government Printing Office, 1919, p. 42.

110  Lardner, Ring, Mes quatre semaines en France, Paris, Les éditions du sonneur, 2017, p. 141.

111  Pennsylvania Digital Library, Correspondance Guy B. Hoge, 17 novembre 1918.

112  « News and Letters from Belrami Co. Soldiers-Sailors », The Bemidji Daily Pioneer, Vol. XVII, n°89, 15 avril 1919, p. 2.

113  Se rapporter notamment au fameux mémorandum Linard d’août 1918 reproduit intégralement dans Saintourens, Thomas, Les Poilus de Harlem. L’épopée des Hellfighters dans la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2017, p. 169-172.

114  Hunton, Addie W. and Johnson, Kathryn M., Two Colored Women with the American Expeditionary Forces, Brooklyn, New York, Brooklyn Eagle Press, 1920, p. 222.

115  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 250.

116  Hunton, Addie W. and Johnson, Kathryn M., Two Colored Women…, op. cit., p. 229.

117  Cuisic, Don, The Sound of Light : A History of Gospel Music, Bowling Green, Ohio, Bowling Green State University Popular Press, 1990, p. 100.

118  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 136.

119  Abdelouahab, Farid et Blanchard, Pascal (dir.), Grand Ouest. Mémoire des outre-mers, op. cit., p. 57.

120  Denis, Dominique, « 1902 : La belle aventure française de Barnum & Bailey », Le Cirque dans l’univers, n°205, 2002.

121  Arch. Dép. Loire-Inf. : Souvenirs de Léonce Cubaynes.

122  Ta Chen, A. M., Chinese Migrations…, op. cit., p. 154 et Dornel, Laurent, La Grande Guerre et les migrations…, op. cit., p. 11.

123  Dans un article pionnier Fridenson, Patrick, « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 42e année, n°5, 1987, p. 1032 rappelle que « l’introduction du taylorisme est l’un des premiers signes tangibles d’américanisation de la société française ».

Table des illustrations

Titre Illustration 10 : L’entrée du camp n°5, dévolu aux prisonniers de guerre allemands, le 5 juin 1919
Crédits National Archives at College Park, MD : 111-SC-157994
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Illustration 11 : Opération de déchargement sur le port de Saint-Nazaire, le 31 mai 1918
Crédits National Archives at College Park, MD : 111-SC-162264
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 746k
Titre Illustration 12 : Soldats du 369th Hellfighters jouant au basketball, le 13 février 1918
Crédits National Archives at College Park, MD : 111-SC-6318
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 527k

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search