Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

II. Une totalisation limitée

Chapitre 5 : Profiter… ou sortir de la guerre ?

Texte intégral

1Si entre 1914 et 1918 la culture de guerre sature l’espace public, à Saint-Nazaire et dans l’estuaire de la Loire comme ailleurs du reste, la compréhension du conflit par les contemporains reste une question délicate qui divise encore les historiens. L’homme – et la femme par ailleurs – de la rue n’est pas aussi véhément·e que les éditoriaux enflammés de Maurice Schwob et, plus encore sans doute à partir de 1917, déterminer le degré d’adhésion des populations à l’effort de guerre est chose difficile. Les membres du corps expéditionnaire américain ne font pas exception à ce constat. Ainsi, le sergent Langer du 1er régiment de gaz de combat confesse :

  • 1  Cité in Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 10 (...)

« Peut-être étions-nous offensés par l’arrogance de la campagne sous-marine allemande et pensions-nous que l’impérialisme devait être écrasé une fois pour toute. Possiblement avions-nous le sentiment que, dans l’intérêt de l’Amérique, les démocraties occidentales ne devaient pas être vaincues. Mais j’en doute. J’ai peine à me souvenir d’une discussion sérieuse sur la politique américaine ou les hautes causes de la guerre. Nous, hommes pour la plupart jeunes, nous étions simplement fascinés par la perspective d’aventure et d’héroïsme… C’était notre grande chance de connaître l’excitation et le risque » 1.

  • 2  D’Almeida, Fabrice, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique, (...)

2Si un tel aveu est aussi intéressant, c’est qu’il corrobore la masse des témoignages produits par les Doughboys passés, que cela soit pour quelques jours seulement où à l’occasion d’une affectation plus longue, par la région de Saint-Nazaire. Éminemment rares sont en effet les écrits du for privé – carnets, correspondance, mémoires et souvenirs – qui font état d’une compréhension du conflit conforme aux canons de la culture de guerre. Certes, qui ne dit mot consent mais il n’en demeure pas moins qu’une telle réalité est riche de sens. En effet, elle rappelle l’aptitude des individus à se dégager du discours public, interrogeant de facto la notion même de « propagande », ou tout du moins son efficacité 2. Mais, plus encore, elle montre bien une limite du processus de totalisation du conflit puisque, à l’évidence, tout le monde n’a pas adhéré au discours dominant, ce qui ne signifie pas pour autant que ces mêmes personnes l’ont combattu.

3Il y a certes là une ambiguïté majeure que les archives, et l’historiographie par conséquent, peine à rendre intelligible. On l’a dit, la Première Guerre mondiale est un conflit extrêmement long et cette dimension impacte très largement la manière dont les contemporains appréhendent l’événement. Même en ne se focalisant que sur la période américaine courant de l’été 1917 à l’automne 1919, ces variations sont très sensibles. Il semble en effet à peu près évident qu’un même individu pourra raisonner différemment suivant qu’on le considère au moment du débarquement des premiers contingents de Doughboys à Saint-Nazaire ou quelques semaines après l’Armistice. Et de surcroît, quelles archives interroger ? Les lettres qu’un sujet adresse à sa mère disent-elles la vérité d’un sujet ? Ou sont-ce celles qu’il envoie à ses frères, à son épouse ou encore à des collègues ? Et quid des carnets intimes où l’auteur, d’une certaine manière, s’adresse à lui-même ? Autrement dit, un individu est-il réductible à un seul rôle social, que cela soit dans le temps ou dans l’espace ? L’être humain n’est-il pas au contraire une combinaison d’identités, celles-ci bien que pouvant apparaître assez divergentes, cohabitant au sein de l’enveloppe corporelle d’un seul et même être ? On peut ainsi adopter tout un ensemble de postures parfaitement conformes à l’Union sacrée et à la rhétorique patriotique du moment tout en témoignant de conduites qui, assurément, constituent autant de limites à l’idée de guerre totale car relevant d’intérêts particuliers.

  • 3  Lainé, Edmond, « Les Américains chez eux en France », Le Gaulois, 52e année, 3e série, n°14658, 2  (...)

4Dès lors, se pose l’épineuse question des rapports qu’entretiennent les contemporains au conflit en cours. En d’autres termes, comment s’y adaptent-ils et, ce faisant, que disent leurs comportements du processus de totalisation ? Le surnom de « Négoceville » accolé dès l’été 1917 au port ligérien rappelle en effet bien que les préoccupations immédiates de la population sont avant tout gouvernées par un pragmatisme qui paraît bien éloigné des impératifs patriotiques scandés par la culture de guerre 3. Il en est de même pour les soldats du corps expéditionnaire qui voient en Saint-Nazaire une opportunité de découvrir un nouveau pays et/ou d’échapper pour quelques heures au moins au conflit et à l’horreur des tranchées. Dans l’estuaire de la Loire, un homme mieux que quiconque incarne ces ambiguïtés : l’omniprésent maire et président de la Chambre de commerce Louis Brichaux.

Population de Saint-Nazaire et acteurs économiques locaux

  • 4  Abdelouahab, Farid et Blanchard, Pascal (dir.), Grand Ouest. Mémoire des outre-mers, Rennes, Press (...)
  • 5  Le Gall, Erwan, « Lire L’héroïsme de  nos frères canadiens dans le cadre d’une approche régionale (...)

5Pour comprendre la réaction de la population de la région nazairienne face à la présence américaine, il est indispensable de se reporter aux représentations mentales qui entourent le Doughboy. Car si le 26 juin 1917 marque le début de la première véritable confrontation « massive » entre les habitants de l’estuaire de la Loire et des militaires venus en nombre des États-Unis, il serait naïf de penser que les Français n’ont avant cette date aucune image des Américains. Bien au contraire. À Saint-Nazaire, Buffalo Bill et son fameux Wild West Show se produisent en septembre 1905 devant 8 000 personnes, chiffre considérable lorsque rapporté à la population de la ville et qui n’est pas sans traduire une certaine appétence pour l’Ouest américain, quand bien même celui-ci serait complètement fantasmé 4. Dans l’estuaire de la Loire comme ailleurs, on lit les romans de Fenimore Cooper, littérature épique qui, là encore, participe d’une vue mythique et mythifiée d’États-Unis réduits bien souvent aux seuls grands espaces du Far-West. Ajoutons d’ailleurs que ce processus n’est nullement propre aux États-Unis puisqu’on retrouve pendant la Première Guerre mondiale le même transfert de représentations du trappeur sur le soldat canadien 5. Dès lors, comment s’étonner que les Sammies, compris à travers les figures mythiques du cow-boy et du chercheur d’or, soient considérés comme infiniment riches ? Dès l’été 1917, le journaliste Edmond Lainé, venu à Saint-Nazaire pour rendre compte de la présence américaine, s’exclame dans les colonnes du Gaulois :

  • 6  Lainé, Edmond, « Les Américains chez eux en France », Le Gaulois, 52e année, 3e série, n°14658, 2  (...)

« Quand, tout à l’heure, j’ai ouvert ma parenthèse, j’allais vous parler du soldat. Savez-vous quel est son prêt ? Cent sous par jour, monnaie française. Il roule sur l’or ! […] Quant à l’officier, il pourrait mener en France un train de grand seigneur, car sa solde est princière, à nos yeux de misérables Européens » 6.

Figure 14 : Principales implantations américaines dans les environs immédiats de Saint-Nazaire entre 1917 et 1919

Figure 14 : Principales implantations américaines dans les environs immédiats de Saint-Nazaire entre 1917 et 1919

6Faisant face à une réelle paupérisation, il n’y au final rien de surprenant à ce que les populations civiles voient en ces soldats américains une source substantielle de revenus et, de manière plus générale, d’amélioration matérielle d’une existence rendue très difficile par le conflit. Or il y a là un prisme qui non seulement dit bien comment l’embouchure de la Loire appréhende le conflit à partir de l’été 1917 mais, assurément, constitue une limite évidente de la dimension totale du conflit puisqu’ici se sont bien les intérêts particuliers, individuels, qui semblent primer.

  • 7  Le Naour, Jean-Yves, « Le sexe et la guerre : divergences franco-américaines pendant la Grande Gue (...)
  • 8  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, l’inspecteur de police spéciale auxiliaire Thirard au commissaire (...)
  • 9  « Une rafle », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31889, 14 juillet 1917, p. 3.
  • 10  « Les rafles », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31900, 25 juillet 1917, p. 2.
  • 11  « Indésirable », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5816, 27 juin 1918, p. 3 ; « Tri (...)
  • 12  « Vagabond et voleur », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5816, 27 juin 1918, p. 3.

7L’arrivée des premiers contingents de Doughboys, amorce d’un flux qui non seulement ne se tarit pas avec l’Armistice du 11 novembre 1918 mais s’amplifie jusqu’à l’été 1919 puisque Saint-Nazaire est l’une des principales portes de rembarquement vers les États-Unis, fait émerger des archives toute une population interlope, comme accourue des bas-fonds, attirée par le lucre. La prostitution, régulière ou occasionnelle, en est une des illustrations les plus symptomatiques et l’historien J.-Y. Le Naour parle même à ce propos de sex rush des Sammies 7. Mais sans doute que ce mouvement n’est pas propre aux seuls Nazairiens. Il se dit par exemple à l’été 1918 que la maquerelle de la Sporting-House du Croisic n’est nulle autre que la femme d’un tenancier de « maison de rendez-vous » à Paris. Les parties y sont sans aucun doute plus fines que sur le port de Saint-Nazaire mais témoignent de ce que la région semble attirer nombre de souteneurs 8. Dès le 14 juillet 1917, Le Phare de la Loire fait d’ailleurs état d’individus « peu recommandables » qui rodent dans les parages « du camp américain », alors que la ville n’en compte pour l’heure qu’un, essentiellement érigé par les troupes françaises d’ailleurs. À en croire le quotidien dirigé par Maurice Schwob, la répression est aussi immédiate que féroce et les personnes arrêtées lors de cette « rafle » se trouvent être deux « déserteurs » et deux « filles » 9. Bien que vagues, ces termes dessinent les contours d’une population perçue comme une sorte d’anti-France, refusant le devoir militaire et s’adonnant au commerce de la chair. Quelques jours plus tard, d’ailleurs, une autre « rafle » est menée « dans un taillis, non loin de la ville ». Ce jour-là, sont arrêtées « un certain nombre de femmes en état de vagabondage » 10. Les camps américains attirent en réalité toute une foule « d’indésirables » aimantés par les Sammies et l’appât du gain, à l’image par exemple de Jeanne Tessier qui écope en juin 1918 d’une interdiction de séjour dans le port ligérien avant d’être condamnée, pour récidive, à trois ans de prison 11. À Savenay, le même jour, c’est « le nommé Hébert Alexandre, 51 ans, sans profession ni domicile fixe, et titulaire d’un casier judiciaire garni de 50 condamnations » qui est arrêté « porteur d’une paire de brodequins en caoutchouc, provenant de l’armée américaine et dont il n’a pu justifier la possession » 12. Ces quelques exemples sont révélateurs de l’immense effet économique d’aubaine qu’incarnent ces militaires venus d’outre-Atlantique pour toute une frange de la population, qu’elle soit originaire de Saint-Nazaire ou accourue dans la région pour l’occasion.

Tableau 3 : Les principales installations du corps expéditionnaire américain à Saint-Nazaire

Dénomination

Localisation

Remarques

Camp n°1

Chemin vicinal n°5, près du Bois-Guimard.

D’une superficie d’environ 50 hectares, c’est un camp dit de « passage » destiné à accueillir provisoirement les unités débarquant puis rembarquant par Saint-Nazaire. Travaux entrepris d’abord par le génie français, puis par le corps expéditionnaire américain.

Camp n°2

Route de Pornichet, près de Kerlédé.

établi par les Américains, il répond aux mêmes fonctions que le camp n°1.

Camp n°3

Près du boulevard de l’Océan à Sautron.

Camp dévolu à détachement du 17th Engineers.

Camp n°4

Le long de la rue de Pornichet et l’avenue de Lesseps.

Camp réservé aux stevedores afro-américains.

Camp n°5

Près du groupe scolaire de Penhoët.

Camp installé sur les lieux d’un camp précédemment dévolu à des travailleurs chinois, et réservé aux prisonniers de guerre allemands.

Camp n°6

Boulevard Leferme, près de la caserne des Douanes.

Camp dévolu à un détachement du 16th Engineers.

Camp n°7

Route de Guérande.

Dit Motor Reception Park. Parc de réception des automobiles.

Camp n°8

Sur le « nouveau boulevard maritime », près de Villès-Martin.

Dit Motor Truck Camp.

Camp n°9

Boulevard des Chantiers.

Camp dévolu à un détachement du 19th Engineers.

Dépôt de remonte

Dans les locaux de l’ancien casino, boulevard de l’Océan.

Dépôt de réception et de soins des équidés.

Hôpital n°11

À proximité du camp n°1.

23 baraquements.

Hôpital n°101

Dans le collège de garçons de Saint-Nazaire.

D’une capacité de 1000 lits, il est installé à partir du 6 juillet 1917.

Maison de convalescence de l’YMCA

Établissement installé dans l’Hôtel de la Plage, à Sainte-Marguerite.

  • 13  Par exemple « Menus faits », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 20e année, n°7162, 13 mars 1919, (...)

8Dès le plus jeune âge, on cherche en effet à s’attirer les faveurs des Sammies. La presse locale se fait ainsi à plusieurs reprises l’écho de curieux enfants de troupe, adolescents revêtus d’uniformes américains et qui, sans doute plus ou moins adoptés par les Doughboys, vivent sur l’ordinaire du corps expéditionnaire 13. C’est d’ailleurs ce qu’expose à son supérieur hiérarchique en avril 1918 l’inspecteur de police spéciale Clerc suite à l’arrestation des jeunes Joseph Roussel et Joseph Lalande :

  • 14  Arch. dép. Loire-Atl : 8 R 17, l’inspecteur de police spéciale Clerc au commissaire spécial de Sai (...)

« J’ai l’honneur de vous rendre compte que, ce matin à 12 heures 30, j’ai arrêté dans le camp américain n°1, un enfant qui ne m’a fait connaître son identité que ce soir.
Ce soir, à 20 h 30, Monsieur l’Inspecteur Jollivet et moi, nous avons pu arrêter un autre gamin Roussel, Joseph.
Ces deux enfants sont au violon municipal depuis 21.30 (24 avril). Le premier qui n’avait pas voulu me dire son nom et qui m’avait raconté qu’il était des pays envahis, qu’il ne savait pas ce qu’était devenue sa famille, se nomme Lalande, Joseph, c’est un enfant naturel, sa mère qui ne s’est jamais occupée de lui, est domestique chez Monsieur Riot, courtier maritime, 50 Bd de l’Océan ; c’est sa tante, Mme Trudy, mère elle-même, de trois fils, qui l’a élevé.
Lalande, Joseph, qui a 14 ans, était apprenti boulanger chez Monsieur Lorot, Place du Bassin ; il a quitté le travail il y a 9 mois environ (lors de l’arrivée des soldats américains) pour vivre avec eux ; cependant il rentrait coucher chez sa tante, Mme Trudy qui habite à la Croix-Fraîche ; au commencement du mois, par suite d’indélicatesses, il a été mis à la porte de cette maison ; depuis il couche au camp américain.
L’autre, Roussel Joseph, (12 ans) a depuis deux mois complètement abandonné sa famille ; le 15 mars dernier, je l’avais déjà arrêté, à cette époque il m‘avait raconté tout d’abord que son père avait été tué à la guerre, que sa mère était morte ensuite et qu’il n’avait plus de parents pour s’occuper de lui.
Or, son père habite 11 Rue Amiral Courbet et est fondeur à Trignac ; il est remarié depuis plusieurs années.
Ce gamin était employé par Monsieur Bichon, 18, rue Villès-Martin ; mais depuis l’arrivée des américains, il ne donnait plus satisfaction à son patron, consacrant une partie de son temps à aller voir les américains […].
Ces deux enfants ont abandonné tout travail pour vivre au dépens des américains, à qui ils racontent, pour les apitoyer, qu’ils n’ont plus personne pour s’occuper d’eux. Ils vivent complètement au camp, y couchent, et cela malgré le désir très vif de l’autorité américaine de n’avoir pas d’enfants dans le camp. Lorsqu’ils nous aperçoivent ils se sauvent et se cachent dans les baraquements.
Les deux gamins entraînent d’autres enfants plus jeunes qu’eux à vivre la même vie qu’eux et, actuellement, ils sont six ou huit qui ont abandonné complètement, ou en partie, leur famille » 14.

  • 15  « L’Œil américain », Saint-Nazaire magazine, n°16, juillet-août 1987, p. 28.
  • 16  « Jeunes mendiants », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5853, 4 août 1918, p. 4.

9Dans les années 1980, une femme témoigne pour sa part de ce que, enfant, elle venait avec sa sœur et sa cousine dans le camp de Gron pour récupérer le linge des Américains et le laver, activité qui à n’en pas douter supposait rémunération en espèces sonnantes et trébuchantes 15. On sait également que certains enfants « sollicitent l’aumône d’une manière éhontée auprès d’officiers américains » 16, mendicité qui dit tout autant la paupérisation qui frappe les familles nazairiennes que l’aura de richesse qui entoure les Sammies, et plus encore les gradés.

  • 17  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au général commandant la XIe région militai (...)
  • 18  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le préfet de Loire-Inférieure au sous-préfet de Saint-Nazaire, le (...)
  • 19  Nouailhat, Yves-Henri, « Saint-Nazaire à l’heure américaine (juin 1917-octobre 1919) », Par les te (...)
  • 20  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, l’Union du commerce et de l’industrie de Rennes au préfet de Loire (...)
  • 21  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au préfet de Loire-Inférieure, 20 mai 1918. (...)

10La course au dollar fait émerger toute une série de commerces qui s’établissent en lisière des camps américains. Dans ces échoppes de bric et de broc on vend des fruits, des boissons, des denrées alimentaires diverses et variées 17. En avril 1918, un dénommé Lolivret demeurant à Billancourt sollicite auprès de la préfecture de Loire-Inférieure « l’autorisation d’installer un commerce d’articles de Paris à proximité du camp américain de Saint-Nazaire » 18. D’une certaine manière, le Doughboy est vu comme un substitut au villégiateur et donc comme un pis-aller permettant de compenser une économie touristique annihilée par le conflit. Nous aurons l’occasion d’y revenir mais il n’en demeure pas moins, en attendant, que sur de nombreuses devantures de magasins nazairiens s’affiche la mention « We speak English », ce qui témoigne indiscutablement d’une volonté de commercer avec les Sammies 19. On s’adapte aussi à la demande et de nombreuses enseignes sont ouvertes le dimanche, pour mieux satisfaire cette clientèle quasiment exclusivement masculine et pour l’essentiel dans la force de l’âge 20. Aussi, en de nombreux endroits, ce sont des cartes postales et des livres « obscènes » qui sont vendus aux Américains par des commerçants peu scrupuleux 21.

11Cette « ruée vers l’or des Doughboys » n’est donc pas sans inconvénients et les autorités locales ne tardent pas à prendre des mesures visant à la réguler voire, on l’a vu dans le cadre des « rafles », à supprimer ses dimensions les plus souterraines. La diffusion de matériel pornographique est ainsi considérée avec une très grande rigueur par la police nazairienne qui affirme le plus sérieusement du monde :

  • 22  Ibidem.

« Il semble bien évident que la lecture de ces opuscules […] ne peut qu’exciter l’imagination et les sens des jeunes gens et des militaires alliés et les inciter à rechercher l’acte sexuel sans considérer les graves dangers auxquels ils s’exposent. Il y aurait intérêt, à tous points de vue, sinon de supprimer la vente de ces ouvrages dans la zone spéciale, du moins à l’interdire aux militaires alliés ; il y a lieu de supposer d’autre part que la propagation de ces livres peut faire partie d’un plan de campagne de nos ennemis ayant pour but d’augmenter, dans nos hôpitaux, les nombres des individus contaminés et de diminuer d’autant le nombre des soldats valides qui pourraient être dirigés sur le front » 22.

  • 23  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le sous-préfet de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, le (...)
  • 24  « Interdiction de vente sur le port », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31908, 2 août 1917, p.  (...)
  • 25  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au chef de bataillon Appleton, 28 novembre (...)

12C’est en réalité le sous-préfet Roland Gaignerot qui, le premier, le 4 juillet 1917, dénonce les « mercantis » installés autour du camp du Bois Guimard et qui, à l’en croire, « abusent de façon scandaleuse des ressources des soldats alliés ». Aussi le haut-fonctionnaire propose-t-il de réglementer le commerce et de proposer un arrêté « interdisant la vente de tout objet à une distance de 1 500 mètres du camp à toute personne non munie d’une autorisation de la police »23. Quelques semaines plus tard, au début du mois d’août 1917, c’est le conseil municipal de Saint-Nazaire qui prend un arrêté visant à interdire à « tous colporteurs et marchands ambulants quelconques d’exercer leur profession dans le port », mesure qui ne concerne néanmoins pas les poissonniers qui peuvent continuer à exercer leur commerce sur le terre-plein de la criée 24. Ce texte est complété par un autre arrêté municipal, pris le 12 septembre 1917 et visant à limiter la vente au colportage sur la voie publique 25. Mais l’appât du gain et l’ingéniosité des commerçants sont les plus forts et, rapidement, ces différentes mesures montrent leurs limites, ce que confesse avec une certaine amertume à la fin du mois de novembre 1917 le commissaire spécial de Saint-Nazaire :

  • 26  Ibidem.

« Ces arrêtés, dictés par un réel souci de la santé des soldats alliés, efficaces contre les mercantis, demeurèrent sans effet contre les débitants qui, tournant le règlement, s’installèrent sur des terrains privés, aux abords des Camps, et continuèrent à vendre aux soldats du vin, des apéritifs et des spiritueux. Ils furent également inefficaces contre les débitants établis sur les routes de Pornichet et de Guérande antérieurement à l’arrivée des Troupes alliées. Des procès-verbaux, relatant les contraventions, furent dressés, mais le Tribunal de Police acquitta les contrevenants, la loi ne proscrivant pas la vente de l’alcool ou des boissons alcoolisées » 26.

  • 27  « Un jeune escroc », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31911, 5 août 1917, p. 3.

13La mendicité évoquée plus haut est elle aussi activement combattue et, dans son édition du 5 août 1917, Le Phare de la Loire annonce l’arrestation d’un « jeune escroc » de 14 ans dénommé Joseph Jehanno : « Porteur d’un certificat qu’il s’était fabriqué, sur lequel il avait apposé un cachet du steamer Champagne, il implorait la charité de soldats alliés en prétendant que son père avait été tué au front et que sa mère était resté, avec six enfants, dont il était l’aîné, ce que l’enquête a fait reconnaître comme absolument faux » 27.

14Des mesures sont également prises pour juguler l’inflation. Certains commerçants se livrent en effet à une hausse conséquente des prix, ce dont se plaint la presse locale :

  • 28  « Le tarif des voitures de louage », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5854, 5 août (...)

« Un de nos amis fort honorablement connu à Saint-Nazaire nous contait que pour faire la même course de Saint-Nazaire à Méan (aller et retour), il avait dû payer une première fois 20 francs, une seconde 15 francs et une troisième fois 8 francs.
Et notre ami nous faisait observer que lorsqu’il avait payé 8 francs, il s’était adressé à un vieux cocher de Saint-Nazaire qui avait estimé, en demandant ce prix, être suffisamment rémunéré.
L’enquête à laquelle nous nous sommes livrés nous a révélé que, depuis la guerre, certains individus venus on ne sait d’où, et flairant de l’argent à gagner principalement dans les villes où nos amis et alliés ont donné un essor particulier, s’étaient improvisés cochers de fiacre et n’hésitaient pas à réclamer aux voyageurs des prix scandaleux et abusifs.
[…] Chaque jour nos alliés sont exploités par ces individus sans scrupules. Ajoutons que certains ne se laissent pas toujours faire et nous pourrions citer la mésaventure arrivée à un cocher nouvellement arrivé à Saint-Nazaire qui, en guise de paiement, reçut d’un soldat allié qu’il voulait exploiter une magistrale correction. Battu et probablement content, il s’abstint, d’ailleurs, de se plaindre » 28.

15S’il est bien difficile d’attester la véracité des faits exposés dans cet article, celui-ci nous intéresse en ce qu’il recycle deux clichés régulièrement accolés aux Doughboys et tous deux imputables à une survivance de la représentation du cow-boy : d’une part il est riche, d’autre part il n’hésite pas à se faire justice lui-même. Néanmoins, c’est bien la perspective de gains qui semble l’emporter pour ce cocher peu scrupuleux ce qui, du point de vue de la présente étude, n’est bien entendu pas neutre.

  • 29  Le Roy, Thierry, Les Bretons et l’aéronautique des origines à nos jours, Rennes, Presses universit (...)
  • 30  « Letter from Buddie James », The Bourbon News, Vol. XXXVII, 11 décembre 1917, p. 2.

16En réalité, toutes les composantes du corps expéditionnaire américain sont confrontées aux pratiques commerciales jugées parfois déloyales des Français. Saint-Nazaire n’est donc nullement un cas exceptionnel. Au Croisic, le commandant du Centre d’aviation maritime se voit par exemple fournir au prix très rémunérateur de 500 francs le mètre cube du bois provenant de naufrages et ayant été recueilli sur la côte 29. Affecté à un transport de troupes débarquant à Saint-Nazaire des éléments de la 42e DIUS, Cornelius Buddie James affirme dans une lettre qu’il adresse le 30 novembre 1917 à sa mère que tous les Français « pensent certainement que nous marins américains sommes millionnaires » 30. On pourrait ainsi multiplier à foison les exemples qui, tous, disent bien la manière dont les acteurs économiques de la région de Saint-Nazaire lisent la période : il y a certes la guerre de la « civilisation » et du « droit » engagée aux côtés des États-Unis contre la « barbarie », mais il y aussi un contexte particulièrement propice aux (bonnes) affaires.

17Les gigantesques stocks accumulés par les American Expeditionary Forces stationnant dans l’estuaire de la Loire semblent, de ce point de vue, constituer, et plus encore après l’Armistice du 11 novembre 1918, un gigantesque effet d’aubaine. On ne compte ainsi plus dans la rubrique des faits divers des journaux locaux les mentions d’affaires de vol de produits américains, et notamment de tabac. Ajoutons d’ailleurs qu’il ne s’agit là nullement d’une spécificité nazairienne puisque c’est sur fond de Cadillac provenant de stocks du corps expéditionnaire que Guillaume Seznec est condamné en 1924 pour le meurtre d’un conseiller général finistérien. À l’inverse, les Doughboys paraissent alimenter par leur demande un vaste trafic d’alcool, sorte de préfiguration de la prohibition puisque sa vente est en théorie interdite. Certes, les archives ne permettent de dessiner que très imparfaitement les contours de cette économie souterraine. Pour autant, celle-ci- montre bien que la présence américaine, et donc la guerre, constitue pour certains un effet d’aubaine promettant de substantiels gains, y compris au moyen d’infractions à la loi. Il y a donc là une évidente limite à une vision d’un confit total où l’effort de guerre primerait toute autre considération.

  • 31  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°45, 13 décembre 1918, p. 3.
  • 32  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 2, n°3, 21 février 1919, p. 5.
  • 33  Le nom est anglicisé dans le document original. L’orthographe des villes est partout respectée dan (...)
  • 34  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°4, 1er mars 1918, p. 2.

18Les banquiers, s’ils ne sont tout naturellement pas le moins du monde comparables aux malfrats évoqués plus haut, n’en réagissent pas moins de la même manière. En témoignent de nombreux encarts publicitaires qui renvoient, indiscutablement, au fait que les Américains, cantonnés ou en transit dans le secteur de Saint-Nazaire, constituent une clientèle que l’on cherche à conquérir. L’analyse des publicités diffusées dans le Stars and Stripes, journal produit par le corps expéditionnaire à destination des Doughboys, le montre parfaitement. C’est ainsi que le « département étranger » du Crédit commercial de France, dont le siège se trouve à Paris, diffuse dans l’édition datée du 13 décembre 1918 une publicité rappelant à sa clientèle que cet établissement financier dispose d’un correspondant à Saint-Nazaire. Le calendrier ne résulte ici nullement du hasard et la réclame rappelle que la banque accorde à l’occasion des fêtes de Noël des remises pour toute transaction effectuée avec les États-Unis 31. Quelques jours plus tard, c’est la Farmer’s Loan and Trust Company et ses bureaux de New York, Londres et Saint-Nazaire qui, pour la nouvelle année 1919, annonce des tarifs spéciaux réservés « aux membres des American Expeditionary Forces » 32. Saint-Nazaire ne saurait à ce propos constituer un exemple unique. S’adressant aux American Military and Naval Forces, le Crédit Lyonnais indique disposer de bureaux dans une quantité impressionnante de ville : « Amiens, Angers, Angoulême, Bar-le-Duc, Bayonne, Belfort, Besançon, Bordeaux, Boulogne-sur-Mer, Brest, Caen, Calais, Cannes, Cette, Chaumont, Dieppe, Dijon, Dunkirk 33, Epernay, Epinal, Fécamp, Havre, La Rochelle, Limoges, Marseilles, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Rennes, Rochfort, Rouen, Saint-Dizier, Saint-Malo, Toulon, Tours, Trouville, Troyes, Vannes, Versailles, Vitry-le-François, Bourges, Clermond-Ferrand, Isodun, Nevers, Sain-Raphaël, Vierzon » mais, curieusement, pas dans l’estuaire de la Loire 34.

  • 35  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°48, 3 janvier 1919, p. 7.
  • 36  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°8, 29 mars 1918, p. 6.
  • 37  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°18, 7 juin 1918, p. 5.
  • 38  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°25, 26 juillet 1918, p. 5 et publicité, The Stars and (...)

19En réalité, tous les secteurs d’activité ou presque communiquent dans le Stars & Stripes pour tenter de séduire la clientèle américaine. La conserverie Amieux, installée à Chantenay, non loin de Nantes, s’adresse ainsi directement aux soldats des corps expéditionnaires envoyés en France par Washington mais aussi Londres et fait la réclame de ses plats cuisinés, du cassoulet aux pâtés truffés en passant par le petit salé aux choux et les galantines 35. La filiale française des rasoirs Gillette rappelle pour sa part aux Doughboys que les célèbres lames peuvent être achetées dans tous les camps du corps expéditionnaire, dans les huttes de la YMCA et chez tous les revendeurs de l’hexagone 36. Les montres Longines informent leurs clients qu’ils peuvent faire réparer leur précieux garde-temps dans la boutique du boulevard des Italiens, à Paris 37. La marque Perrier, elle, cherche à se présenter comme étant le « champagne des eaux de table » tandis que Waterman laisse entendre que son stylo-plume est idéal pour les tranchées 38. Les exemples pourraient être multipliés à foison.

  • 39  Bouloc, François, Les Profiteurs de guerre 1914-1918, Paris, Complexe, 2008.
  • 40  Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre..., op. cit., p. 171 et suivantes notamment

20Toutes ces publicités renvoient, d’une manière ou d’une autre, à une image encore aujourd’hui peu flatteuse, celle du « profiteur de guerre ». On connaît bien évidemment le poids dans les représentations mentales de cette figure rhétorique renvoyant aux marchands de canons et plus encore au Comité des Forges, c’est-à-dire à un capitalisme désincarné qui se nourrit de l’hécatombe des tranchées 39. On sait aussi combien ce discours doit à une historiographie marxiste-léniniste pour qui, fondamentalement, la Grande Guerre atteste la formule selon laquelle l’impérialisme est le stade suprême du capitalisme 40. Le recours à l’analyse en terme de processus de totalisation du conflit permet de ré-envisager cette question tout en la dégageant de sa gaine idéologique. Certes, les marques citées ci-dessus profitent toutes, au sens premier du terme, c’est-à-dire qu’elles en tirent un profit, de leurs relations commerciales avec les Doughboys. En ce sens, elles participent bien d’une limite du processus de totalisation puisqu’elles continuent, manifestement, à se préoccuper de leurs intérêts propres, preuve que la nécessité de vaincre l’Allemagne ne prime pas tout. Pour autant, les exemples cités ci-dessus ne rentrent nullement en contradiction avec les impératifs de l’effort de guerre. On sait par exemple quelle est l’importance pour un officier d’avoir une montre donnant l’heure exacte lorsqu’il convient de siffler à l’heure H l’ordre commandant aux hommes de franchir le parapet pour se ruer sur le no man’s land et partir à l’assaut de l’ennemi. On imagine également que les publicités pour les eaux gazeuses sont accueillies avec bienveillance par l’encadrement du corps expéditionnaire, celui-ci cherchant par tous les moyens à réfréner la consommation alcoolique des troupes. On pourrait multiplier ainsi les exemples qui montrent que les intérêts de nombre de ces entreprises privées sont en symbiose avec les impératifs édictés par l’effort de guerre.

  • 41  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, le préfet de Loire-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 28 mai 1 (...)

21On pourrait de même gloser à l’infini sur la moralité des dividendes perçus à l’occasion de ces transactions commerciales. Sans doute intéressant, c’est là un débat qui relève toutefois plus de la sphère politique que de l’historiographie et qui, en conséquence, n’est pas le nôtre. En revanche, il nous importe de souligner que la catégorie des acteurs sociaux profitant, au sens premier du terme, de la guerre, et plus particulièrement en ce qui nous concerne de la présence américaine, n’est aucunement circonscrite aux seules hautes sphères patronales. Dans l’estuaire de la Loire, les Doughboys contribuent en effet à perturber encore plus un marché du travail déjà rendu tendu par la mobilisation générale puisque les salaires pratiqués par le corps expéditionnaire sont beaucoup plus élevés que ceux en vigueur auprès des employeurs français. La situation est telle que, de l’aveu même de l’autorité préfectorale, ces derniers ont du mal à recruter 41. Nous aurons d’ailleurs l’occasion d’y revenir.

22C’est donc l’ensemble de la société nazairienne, tout du moins celle qui, mobilisée, n’est pas à combattre en première ligne, qui bénéficie de la présence du corps expéditionnaire américain. Pour ces civils devant faire face à une réelle détérioration de leurs conditions de vie, les Doughboys constituent une sorte d’El Dorado qui rappelle que la guerre n’efface pas la poursuite d’intérêts particuliers. Ajoutons d’ailleurs que les Nazairiens ne constituent de ce point de vue nullement un cas exceptionnel. Les militaires américains entendent bien profiter, quand ils le peuvent, de leur séjour dans l’estuaire de la Loire pour visiter la région et ainsi échapper, l’espace de quelques heures, au conflit.

Les Américains et l’évasion

  • 42  Pour de plus amples développements sur cette question on renverra à l’article programmatique de Ev (...)
  • 43  Cronier, Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013, chapitre 4 : « Fa (...)

23L’expérience touristique des hommes du corps expéditionnaire doit toutefois être passée au prisme des pratiques ce qui, de facto, impose un strict retour à la chronologie 42. Si le cas des permissionnaires à Paris est bien connu grâce à l’étude désormais classique de l’historienne E. Cronier, il n’en demeure pas moins que la réalité du comportement des acteurs n’est pas la même avant et après le 11 novembre 1918 43. Lorsqu’il débarque en novembre 1917 à Saint-Nazaire, Vernon E. Kniptash ne dispose que de quelques heures pour flâner, ce qui dit bien combien cette rencontre avec la population française prétendument caractéristique du processus de totalisation du conflit est en réalité limitée :

  • 44  Kniptash, Vernon E. (edited by Geelhoed, Bruce E.), On the Western Front..., op. cit., p. 33.

« Un autre dimanche et un bien occupé en plus. Notre batterie a toutefois eu trois heures de quartier libre et je n’ai jamais connu un meilleur moment de toute ma vie. Nous avons acheté des pâtisseries françaises et, à dire vrai, tout ce dont nous avons manqué lors des deux dernières semaines. Ces gens ne peuvent pas nous comprendre et nous ne les comprenons pas. Nous montrons juste du doigt ce que nous voulons, nous tendons notre main pleine de monnaie et les laissons prendre ce que leur conscience leur autorise puis nous leur disons adieu. Néanmoins, j’apprends vite. J’ai pu changer de l’argent en francs et demi-francs, j’ai acheté un dictionnaire français-anglais et puis j’ai pu me balader dans les environs à la recherche des ennuis. J’ai eu ce que je voulais et je me suis rapidement retrouvé à bout de souffle. Toute cette gymnastique et ces pages de ce livre à tourner ! J’ai plus ri lors de ces trois heures que pendant tout le reste de ma vie » 44.

Illustration 9 : Des soldats du 141e bataillon de défense antiaérienne rembarquent sur le Princess Matoïka à destination des états-Unis.

Illustration 9 : Des soldats du 141e bataillon de défense antiaérienne rembarquent sur le Princess Matoïka à destination des états-Unis.

« Il pleut, donc ils portent leur pardessus pour protéger leurs paquets et leurs souvenirs pendant qu’ils empruntent l’échelle de coupée ».

National Archives at College Park, MD : 111-SC-35262

  • 45  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 627. « It is raining, so they have thrown their overcoats over the (...)

24Une fois la guerre gagnée, ou tout du moins comprise comme telle, les Doughboys peuvent laisser libre-cours à leur curiosité et, la discipline se relâchant, partir plus aisément à la découverte de cette France qu’ils n’auraient pour la plupart jamais eu l’opportunité de découvrir sans l’entrée dans le conflit des États-Unis. Les archives laissent entrevoir un certain nombre de comportements qui révèlent le touriste sous l’uniforme. Particulièrement intéressante est à cet égard la photographie réalisée par un opérateur du Signal Corps immortalisant le rembarquement de soldats du 141e bataillon de défense antiaérienne sur le Princess Matoïka, vapeur à destination des États-Unis. Pris le 20 décembre 1918 à Saint-Nazaire, ce cliché est accompagné d’une légende qui dit parfaitement la réalité touristique du conflit pour ces hommes : « Il pleut, donc ils portent leur pardessus pour protéger leurs paquets et leurs souvenirs pendant qu’ils empruntent l’échelle de coupée » 45.

  • 46  La mention « The Official Newspaper of the A.E.F. » figure en première page de chaque numéro.
  • 47  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°46, 20 décembre 1918, p. 3.

25Certes, une telle formulation entre frontalement en contradiction avec nos représentations de la Première Guerre mondiale, ce conflit étant traditionnellement associé à la souffrance des soldats, aux tranchées et à la mort de masse, en d’autres termes à tout ce qui renvoie à un processus de totalisation. Pourtant, le fait que le mot « souvenirs » soit employé dans la légende d’une photographie officielle du Signal Corps, soit une des composantes du corps expéditionnaire américain, rappelle que non seulement cet aspect de l’expérience combattante n’a rien de secret mais qu’il est manifestement compris et assumé par le commandement. Le célèbre magasin Printemps, situé boulevard Haussmann à Paris, en témoigne d’ailleurs parfaitement. En effet, cette prestigieuse enseigne diffuse régulièrement des publicités dans le Stars and Stripes, publication qui se présente comme le « journal officiel » du corps expéditionnaire 46. Ainsi, l’édition du 20 décembre 1918, précisément le jour où est prise la photographie figurant le rembarquement de soldats du 141e bataillon de défense antiaérienne sur le Princess Matoïka, comporte une réclame précisant non seulement la localisation du grand magasin – « Close to the Opéra, the Madeleine, Church and Saint-Lazare Station » – mais faisant état de catalogues d’hiver et de Noël ainsi que d’arrivages de nouveaux vêtements féminins. De plus, l’annonce met en exergue certaines gammes de produits qui y sont vendus : matériel photographique et de sport, maroquinerie et… équipements militaires. Mieux, la publicité rappelle même que « des colis peuvent être envoyés directement au front ainsi que dans n’importe quelle adresse des États-Unis » et que les frais de port en France sont gratuits au-dessus de 25 francs d’achat 47.

  • 48  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de (...)

26Non seulement les pouvoir publics n’ignorent rien de cet aspect de l’expérience combattante et de ces pratiques commerciales, mais celles-ci sont encouragées au moyen de niches fiscales. C’est ainsi qu’en application d’une « décision ministérielle du 12 juin 1918, les Armées alliées opérant en France ont été exonérées, en ce qui concerne les achats des objets de luxe qui leurs sont nécessaires, de la taxe de 10% instaurée par l’article 27 de la loi du 31 décembre 1917 ». Et le directeur de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre de Loire-Inférieure de préciser en décembre 1918 que cette mesure vise les officiers tout comme les hommes du rang, tant pour les objets qu’ils achètent pour leur consommation personnelle que pour ceux « qu’ils envoient à leurs familles à l’étranger » 48. Ces transactions commerciales sont donc non seulement tolérées mais encouragées, y compris par le corps expéditionnaire américain qui en fait à l’occasion la publicité par l’intermédiaire de cartes postales. C’est ainsi par exemple que l’on peut découvrir sur le bord de la route menant au camp de Montoir une série de petites échoppes dont on imagine sans peine que, tenues par des civils, elles ne servent pas qu’à améliorer l’ordinaire des Doughboys. Sur la devanture on peut lire :

  • 49  Écomusée de Saint-Nazaire : T 1865.

« Dentelle originale faite à la main, cols pour femmes, sacs à main. Paquets envoyés par courrier recommandé reçus officiels le lendemain. Les dollars sont acceptés au même change qu’à la banque de France » 49.

  • 50  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 3891.

27Une telle inscription ne manque pas de faire écho à une limite essentielle de la totalisation de Première Guerre mondiale : bien que revêtus d’un uniforme, les soldats du corps expéditionnaire américain considèrent aussi leur envoi en France à la manière d’une expérience touristique et, comme n’hésiteraient pas à le faire de classiques villégiateurs, cherchent à se procurer, pour eux et leurs proches, des souvenirs. Et manifestement nombreux sont les commerçants qui se proposent de satisfaire ce besoin. Une photographie prise par un opérateur américain le 28 juin 1919, soit le jour même de la signature du traité de Versailles, en témoigne parfaitement. La composition est classique et montre une foule de nazairien·nes saluant un départ de Doughboys, embarqués sur le USS Marica à destination des États-Unis. L’intention photographique est évidente et entend souligner la gratitude de la population française envers leurs « sauveurs » américains. Pourtant, en arrière-plan, un détail attire l’œil. Comme souvent à l’époque, le mur d’une maison est recouvert d’une publicité. Or non seulement cette réclame fait la promotion du magasin « Aux dentelles de France », situé au 11, rue Villès-Martin à Saint-Nazaire, et de ses derniers arrivages au fait de la mode, mais le texte est en anglais, ce qui ne laisse que peu de doute quant à la cible privilégiée ici… 50

  • 51  Publicité, Le Phare de la Loire, 102e année, n°32036, 11 décembre 1917, p. 3.

28On a vu plus haut que tout est mis en œuvre pour que les Doughboys puissent disposer en France de ressources bancaires. La Farmer’s Loan and Trust Company, qui possède un bureau à Saint-Nazaire et deux dans la zone des armées, se présente ainsi comme étant « accréditée par le Trésor des États-Unis comme Agent Spécial auprès des Intendants et Trésoriers payeurs aux Armées américaines en France » 51. Ces réclames révèlent leur double fonction. Certes, elles ciblent ces soldats américains envoyés en France qui sont autant de clients potentiels mais, en leur donnant les moyens de gérer en Europe leurs ressources financières, ils permettent le développement d’une économie touristique. Du point de vue du corps expéditionnaire américain, l’intention est claire : permettre aux hommes de bénéficier de loisirs pour s’échapper quelques instants du conflit et, ainsi, maintenir la discipline et le moral des troupes.

  • 52  « La Fête franco-américaine de La Baule », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31933, 27 août 1917 (...)

29Ces pratiques récréatives ne peuvent néanmoins pas faire l’économie d’une analyse diachronique, l’Armistice du 11 novembre 1918 constituant à l’évidence ici une rupture majeure. À la fin du mois d’août 1917, La Baule accueille une grande « fête franco-américaine » réunissant, selon Le Phare de la Loire, 500 Doughboys. Au programme : défilé militaire et passage de la troupe sous « des arcs de triomphe de verdure », hymnes nationaux, déjeuner de gala dans les salons de l’Hôtel Royal, kermesse au bois des Aulnes et récital au Casino. Malgré la pluie battante et quelques jours seulement après le débarquement des premiers éléments du corps expéditionnaire, l’ambiance est assurément à l’affirmation de l’union entre Paris et Washington et le quotidien nantais n’hésite pas à affirmer que les spectateurs « jettent des fleurs aux soldats » alliés 52. Sans doute y aurait-il beaucoup à dire à propos de cet « enthousiasme » dont la spontanéité doit probablement être interrogée. Ne faut-il en effet pas voir dans cette « fête » un subtil outil pédagogique destiné à renforcer la confiance d’une population sortie meurtrie de l’échec sur le Chemin des Dames et perturbée par un mouvement sans précédent de contestation, tant au front qu’à l’arrière ? C’est en tout cas ce que laisse penser le discours prononcé ce jour-là par le premier adjoint au maire de la Baule :

  • 53  Ibidem.

« Après trois années d’une lutte héroïque, pendant laquelle les fils de France ont soulevé l’admiration du monde entier, les fils de la grande et libre Amérique viennent, dans un élan spontané, partager les dangers et les souffrances des nationalités alliées : la noblesse d’un pareil geste ne pouvait manquer d’exalter, dans les cœurs français, des sentiments de profonde gratitude, et c’est pour vous en exprimer la sincérité que nous vous avons prié de nous consacrer aujourd’hui ces quelques heures d’une intime cordialité qui laissera dans tous les cœurs des habitants de La Baule un souvenir impérissable.
Je ne mets pas en doute que, dans un avenir très prochain, les armées alliées auront, dans un commun effort, chassé de leurs repaires les hordes de barbares qui déshonorent l’humanité, et que bientôt sonnera l’heure de la Victoire » 53.

  • 54  « Les Courses d’autos américaines », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7238, 30 mai 1919, p. 3.
  • 55  « Les Américains sur la plage », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7237, 29 mai 1919, p. 3.

30Près de deux ans plus tard, le ton est tout autre. Du 30 mai au 1er juin 1919, la célèbre plage de La Baule accueille une course automobile, à la manière des compétitions qui se déroulent à Daytona, en Floride 54. Ont lieu en même temps des épreuves de natation, de plongeon et de water-polo 55. Certes, le sens du conflit n’est pas loin puisque ces manifestations coïncident avec la date du Memorial day. Pour autant, à quelques jours de la signature du traité de Versailles, l’ambiance n’est plus à la célébration de l’amitié franco-américaine mais à une sorte d’entre-deux. Si l’Armistice est signé depuis le 11 novembre, la paix ne l’est pas encore et à l’heure où les Doughboys n’ont qu’une idée en tête – revenir au pays – les cadres du corps expéditionnaire comprennent très vite tout l’intérêt qu’il y a à fournir aux hommes des loisirs, afin que la nécessaire discipline soit mieux acceptée. Occuper de la sorte les hommes reste en effet le meilleur moyen de les éloigner de la prostitution et de l’alcool. Il est vrai que les Doughboys entendent bien, lorsqu’ils sont à Saint-Nazaire, profiter de plaisirs bien français, y compris éthyliques. Originaire de Caroline du Nord, l’ambulancier Charles H. White du 306e train sanitaire de la 81e DIUS compose en vers des souvenirs de sa Grande Guerre qui, lorsqu’il détaille les activités qui sont les siennes dans l’estuaire de la Loire, ne font que peu mystère des bacchanales auxquelles certains s’adonnent :

  • 56  North Carolina Digital Collections : Memories of Ambulance Co. 321, 306 Sanitary Train, 81st Divis (...)

« Vin blanc, Vin rouge, cognac et bière,
Wee Wee madame, tout de suite monsieur,
Encore cognac, Encore de bière
Chop dit Je crois que je vais rester ici » 56.

  • 57  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°21, 28 juin 1918, p. 5.

31On comprend néanmoins à l’aune de ces quelques exemples que pour les professionnels, qu’il s’agisse de tenanciers de débits, de restaurateurs, d’hôteliers ou de vendeurs de « confections », la présence américaine constitue une véritable aubaine économique en une période, on l’a dit, particulièrement difficile. C’est donc bien d’un véritable business dont il s’agit et les entreprises, quelle que soit leur taille, semblent réussir à s’adapter très rapidement à cette nouvelle clientèle. Dès l’été 1918, la Compagnie du chemin de fer d’Orléans diffuse ainsi des réclames vantant ses circuits touristiques dans les châteaux de la Loire, dans le sud de la Bretagne mais également à travers les montagnes d’Auvergne et des Pyrénées 57.

Louis Brichaux

  • 58  Cette situation contraste grandement avec l’étude de Boisson, Pascal, Émile Marcesche (1868-1939)  (...)
  • 59  Informations provenant d’une note consultable en ligne sur le site des Archives municipales de Sai (...)

32À Saint-Nazaire, une personne incarne pleinement cette symbiose des intérêts franco-américains entre 1917 et 1919 : Louis Brichaux. Chose curieuse, on ne recense à notre connaissance aucune biographie à son propos, ni même aucun mémoire de maîtrise 58. Fils d’un « chef de fabrication » de la Société des Houillères et fonderies, Louis Brichaux naît le 29 juin 1871 à Decazeville, grande ville houillère de l’Aveyron 59. Il grandit toutefois en Loire-Inférieure puisque son père, Pépin Brichaux, rejoint en 1881 les forges de Trignac et plus particulièrement son frère, qui y est contremaître. Le destin de la famille est en effet indissociable de la Révolution industrielle. Le grand-père de Louis, Jean-Baptiste, d’origine belge, est forgeron et travaille dans les hauts-fourneaux de Wallonie. À cette fibre sidérurgique s’ajoute toutefois chez Pépin Brichaux la bosse du commerce. Au cours des années 1880, il s’associe avec un certain James O’Hagan pour monter un négoce de charbons, métaux et divers matériaux et crée également une briqueterie, qu’il revend en 1891. Ainsi dessinée à gros traits, la vie de Pépin Brichaux met en lumière deux éléments, tant professionnels que culturels : la fibre industrielle et commerciale ainsi que l’ouverture au monde.

33Louis Brichaux ne tarde pas à suivre les pas de son père et témoigne assurément d’une stratégie d’intégration économique qui n’est pas sans faire écho au processus de totalisation qui caractérise la Première Guerre mondiale. Ce faisant, son étonnant parcours rappelle l’effet d’aubaine qu’a pu constituer ce conflit. Néanmoins, si 1914 marque évidemment une rupture avec le temps de paix, le conflit, et plus encore sans doute à partir de 1917 et de l’arrivée des Américains, est l’occasion pour lui d’une poursuite de stratégies initiées dès le début du siècle.

  • 60  Arch. Nat. : LH19800035/1277/47143.

34Mais avant de forger son destin professionnel, le jeune homme étudie au collège de Saint-Nazaire tout en passant une partie de son enfance en Angleterre. C’est là qu’il apprend la langue de Shakespeare, qu’il maîtrise parfaitement et pratique assidument dans son commerce d’importation de houille, la Grande-Bretagne étant on l’a vu un client privilégié pour cette activité. Cette compétence, qui sans être pour autant totalement exceptionnelle au début des années 1910, n’en demeure pas moins peu commune et le conduit à assurer plusieurs missions en Angleterre pendant la Première Guerre mondiale à propos des questions de fret 60.

  • 61  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France…, op. cit., p. 53-54 ; « Trois cambriolages », L (...)
  • 62  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France…, op. cit., p. 54 ; Pawlowski, Auguste, « Le min (...)

35En 1917, Louis Brichaux est en effet une figure en vue, tant à Saint-Nazaire que dans les milieux patronaux. S’insérant dans la lignée familiale, il fonde une première société d’importation de charbon anglais qui, rapidement, acquiert une place importante sur le marché, devenant notamment le premier fournisseur des Chemins de fer de l’État et du Paris-Lyon-Marseille. En 1901, il récidive avec la Compagnie charbonnière de l’Ouest, société dont les bureaux se trouvent pendant la guerre sur le quai des Grands Puits longeant le bassin de Penhoët et dont les activités sont multiples : l’importation de matière première mais aussi le lavage et la fabrication d’agglomérés de houille. Loin d’être anarchiques, ces entités témoignent d’une volonté de maîtriser l’intégralité de la filière combustible. Souhaitant contrôler le transport et le déchargement de la houille, il crée en 1911 la Compagnie des vapeurs charbonniers puis l’année suivante une Société de manutention 61. À l’occasion, Louis Brichaux n’hésite pas à se servir des opportunités de diversification qui se présentent à lui. Ainsi, lorsque du minerai de fer est découvert dans l’ouest de la France en 1899, il crée la Compagnie minière armoricaine pour prospecter à la lisière de la Loire-Inférieure et de l’Ille-et-Vilaine, entre Châteaubriant et Bain-de-Bretagne, puis exploiter les gisements. Travaillant en famille, il fonde en 1910 la Société bretonne de combustibles, administrée par son frère Joseph 62.

Figure 15 : Les différents quais du port de Saint-Nazaire. Situés sur le quai des Grands Puits, les bureaux de la Compagnie charbonnière de l’Ouest fondée par Louis Brichaux occupent une position centrale dans le port

Figure 15 : Les différents quais du port de Saint-Nazaire. Situés sur le quai des Grands Puits, les bureaux de la Compagnie charbonnière de l’Ouest fondée par Louis Brichaux occupent une position centrale dans le port
  • 63  Arch. Nat. : LH19800035/1277/47143.
  • 64  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France…, op. cit., p. 54.

36Parallèlement à ces activités, Louis Brichaux cultive ses réseaux, tant dans les organismes socio-professionnels que dans le monde politique, tant sur le plan national qu’à l’échelle locale. Pour autant, il ne faut pas voir dans les mandats qui sont les siens un engagement extérieur à sa vie de chef d’entreprises mais bien un prolongement, par d’autres moyens, de celle-ci. Dans la continuité de ses compagnies charbonnières, Louis Brichaux est en effet élu président du Syndicat national de la Houille. Armateur de vapeurs charbonniers, il devient vice-président de la Ligue navale. Enfin, on se rappelle qu’il compte parmi ses clients deux grandes compagnies ferroviaires et c’est presque sans surprise qu’on le voit siéger au Comité consultatif des chemins de fer du ministère des Travaux publics 63. Ne négligeant pas Saint-Nazaire, Louis Brichaux est élu en 1904 au conseil municipal puis devient, cinq ans plus tard, maire radical-socialiste de cette commune. En 1912, il accède à la tête de la Chambre de commerce de cette ville 64, complétant un parcours qui ne serait sans doute pas possible aujourd’hui tant les risques de conflits d’intérêts paraissent nombreux.

  • 65  Ibid., p. 176.
  • 66  Ibid., p. 149.
  • 67  Ibid., p. 255-256.

37Mais, pendant la Première Guerre mondiale, ce n’est pas tant cette notion – complètement anachronique du reste – qu’incarne Louis Brichaux que le processus de totalisation du conflit. La question du charbon, dont on a vu précédemment qu’elle est centrale à Saint-Nazaire, renvoie en effet directement à ses différentes casquettes. En tant que chef d’entreprise, il doit pourvoir à l’approvisionnement de l’effort de guerre. Comme président de la Chambre de commerce, il lui incombe de gérer le port, lieu crucial où se joue pour une grande partie l’acheminement de la ressource. Enfin, siégeant, certes à titre consultatif, à la commission de répartition des combustibles du ministère des Travaux publics, il est chargé de distribuer la ressource et de choisir entre ce qui est alloué à la consommation privée et ce qui l’est aux industries d’armement, et donc à l’effort de guerre 65. Les mesures prises par le gouvernement pour remédier à cette crise du charbon ne modifient en rien cette situation à la croisée des chemins. En effet, l’organisation du marché du charbon par l’État pendant la guerre ne prend pas la forme de contrats passés par des services publics pour de grandes quantités – comme c’est le cas pour le ravitaillement – mais cherche à associer, dès 1914, la puissance publique et les acteurs privés 66. L’année 1917 et l’arrivée du corps expéditionnaire américain à Saint-Nazaire ne modifie en rien cette donne. En juillet, une nouvelle réglementation modifie le fonctionnement de l’économie du charbon en France en instituant des groupements d’importateurs-revendeurs chargés de l’approvisionnement et de la distribution de la ressource. Certes, cette réforme est initiée par Louis Loucheur, alors sous-secrétaire d’État à l’Armement, et témoigne de la part accrue de l’État dans l’économie, une évolution caractéristique du processus de totalisation du conflit. Mais cette mesure est en réalité suggérée au ministre par Louis Brichaux 67 et témoigne aussi de la poursuite pendant le conflit d’une stratégie d’intégration économique engagée dès le début des années 1900.

38On le voit, il est donc difficile de choisir entre le chef d’entreprises, le maire et le président de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire, autant de fonctions réunies en une seule et même personne. L’arrivée des Américains, et la Première Guerre mondiale de manière générale, loin de faire office de rupture s’inscrit au contraire dans la continuité d’une stratégie d’intégration initiée au début des années 1900. Dès lors, comment interpréter l’action qui est la sienne pour faire en sorte que le port ligérien soit l’une des principales bases de débarquement du corps expéditionnaire américain ? Faut-il y voir une volonté de développer la ville qu’il dirige, un souci de préservation des intérêts du commerce local voire même la volonté de faire prospérer ses affaires ? Sans doute un peu tout cela à la fois. Mais en tout état de cause, l’exemple Louis Brichaux rappelle combien la présence du corps expéditionnaire américain constitue, pour toute cette région, une immense aubaine économique. Ajoutons d’ailleurs que c’est, par la même occasion, une limite essentielle du processus de totalisation du conflit qui se révèle ici puisqu’à l’évidence la préservation des intérêts particuliers ne disparaît pas derrière l’impératif de victoire.

  • 68  « Les Britanniques ont détruit 1 000 appareils ennemis et ont déversé 1 000 000 de kilogs de proje (...)

39Le 23 mai 1918, à 14 heures 30, Louis Brichaux ouvre la séance de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire, institution qu’il préside. Le contexte est alors particulièrement lourd, le sort du conflit semblant même singulièrement pencher du côté des Allemands. Certes, les Doughboys commencent à arriver en masse en France, mais ces troupes ne sont pas toujours prêtes à combattre. D’ailleurs, la 1re DIUS, celle qui débarque le 26 juin 1917 et est commandée par le général Sibert, n’est en ligne que depuis un mois, en Picardie, dans un secteur du front considéré comme calme. L’Ouest-Éclair a beau marteler sur trois colonnes ce 23 mai 1918 que « les Britanniques ont détruit 1 000 appareils ennemis et ont déversé 1 000 000 de kilogs de projectiles » 68, ce sont bien les Allemands qui sont à l’offensive et ont réussi par deux fois, tout d’abord en mars 1918 dans la Somme puis en avril 1918 en Flandres, à rompre le front allié. Avec la conclusion du traité de Brest-Litovsk, le 3 mars 1918, Guillaume II n’a plus rien à craindre des Russes et rapatrie massivement ses divisions vers l’Ouest, accentuant d’autant plus la pression sur Paris, Londres et Washington. La suprématie américaine s’écrit d’ailleurs plus que jamais en pointillés, alors que des sous-marins allemands sont aperçus en train de croiser au large de la côte Est des États-Unis.

  • 69  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de (...)
  • 70  Ibidem.
  • 71  Ibid..

40C’est donc dire si, en cet après-midi du 23 mai 1918, l’avenir est incertain… Pourtant, Louis Brichaux l’a déjà anticipé et « informe la Chambre que, dans le but de faciliter les relations commerciales entre les ports d’Amérique et Saint-Nazaire, il s’est entendu avec la Chambre de Commerce Américaine de Paris pour que cette dernière installe un bureau à Saint-Nazaire » 69. Une telle annonce est, à bien des égards, remarquable. Suivant les sensibilités, on pourra y voir une admirable foi en l’issue victorieuse du conflit, un patriotisme qui, d’une certaine manière, n’est pas sans faire songer au processus de totalisation du conflit. Mais on peut également déceler dans cette information la poursuite d’intérêts particuliers qui, bien qu’absolument pas illégitimes, n’en constituent pas moins une limite de ce mouvement. La manière de procéder de Louis Brichaux n’est d’ailleurs de ce point de vue pas sans interroger puisqu’il place la Chambre de commerce devant le fait accompli, les locaux du deuxième étage de l’immeuble occupé par cette institution ayant déjà été mis à la disposition des Américains 70. Pour autant, preuve sans doute que les milieux patronaux nazairiens sont globalement sur la même longueur d’onde que Louis Brichaux, « l’assemblée approuve l’initiative de son Président » sans que celle-ci soit nullement discutée, et encore moins contestée 71.

41Cette séance du 23 mai 1918 rappelle en définitive combien l’espace nazairien profite, sur le plan économique de la présence américaine. Le paradoxe est que sur l’ensemble des revenus générés par cette présence, nombreux sont ceux qui résultent du désir d’évasion des Doughboys, besoin satisfait par l’intermédiaire de pratiques touristiques et de loisirs qui ont pour fonction d’offrir, pendant quelques instants au moins, une échappatoire au conflit. Autrement dit, tandis que certains profitent de la guerre, d’autres, provisoirement, veulent s’y soustraire. Tous néanmoins disent les limites du processus de totalisation.

Notes

1  Cité in Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 103.

2  D’Almeida, Fabrice, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique, n°69, 2002, p. 137-148.

3  Lainé, Edmond, « Les Américains chez eux en France », Le Gaulois, 52e année, 3e série, n°14658, 2 septembre 1917, p. 1-2 et « Ça et là », L’Ouest-Éclair, 29e année, n°9450, 8 septembre 1927, p. 4.

4  Abdelouahab, Farid et Blanchard, Pascal (dir.), Grand Ouest. Mémoire des outre-mers, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 57.

5  Le Gall, Erwan, « Lire L’héroïsme de  nos frères canadiens dans le cadre d’une approche régionale de la Grande Guerre », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°2, été 2013. En ligne. [http://enenvor.fr/eeo_revue/numero_2/canada/lire_l_heroisme_de_nos_freres_canadiens.pdf].

6  Lainé, Edmond, « Les Américains chez eux en France », Le Gaulois, 52e année, 3e série, n°14658, 2 septembre 1917, p. 2.

7  Le Naour, Jean-Yves, « Le sexe et la guerre : divergences franco-américaines pendant la Grande Guerre (1914-1918) », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°197, mars 2000, p. 109.

8  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, l’inspecteur de police spéciale auxiliaire Thirard au commissaire spécial de Saint-Nazaire, 27 août 1918.

9  « Une rafle », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31889, 14 juillet 1917, p. 3.

10  « Les rafles », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31900, 25 juillet 1917, p. 2.

11  « Indésirable », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5816, 27 juin 1918, p. 3 ; « Tribunal correctionnel », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5818, 30 juin 1918, p. 4.

12  « Vagabond et voleur », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5816, 27 juin 1918, p. 3.

13  Par exemple « Menus faits », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 20e année, n°7162, 13 mars 1919, p. 3.

14  Arch. dép. Loire-Atl : 8 R 17, l’inspecteur de police spéciale Clerc au commissaire spécial de Saint-Nazaire, 24 avril 1918.

15  « L’Œil américain », Saint-Nazaire magazine, n°16, juillet-août 1987, p. 28.

16  « Jeunes mendiants », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5853, 4 août 1918, p. 4.

17  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au général commandant la XIe région militaire, 3 mai 1918.

18  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le préfet de Loire-Inférieure au sous-préfet de Saint-Nazaire, le 2 avril 1918.

19  Nouailhat, Yves-Henri, « Saint-Nazaire à l’heure américaine (juin 1917-octobre 1919) », Par les temps et par les rêves. Histoire et culture en région nazairienne, n°3, 2013, p. 69.

20  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, l’Union du commerce et de l’industrie de Rennes au préfet de Loire-Inférieure, 16 février 1918.

21  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au préfet de Loire-Inférieure, 20 mai 1918. Les titres répertoriés dans ce rapport ne laissent que peu de doutes quant à la nature des ouvrages incriminés : « Volupté perverse », « L’Onanisme », « Les Vicieuses », « L’Amour dans le mariage », « Plaisirs charnels, « Tribadisme et saphisme », « Perversité sexuelle », « Éducation sexuelle », « La Plus étrange volupté », « Le Goût des corrections lascives », « Les Vices de l’amour » et enfin « La Masturbation ». Notons le « Impuissance et stérilité » qui semble toutefois se démarquer du reste de l’offre proposée aux Doughboys.

22  Ibidem.

23  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le sous-préfet de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, le 4 juillet 1917.

24  « Interdiction de vente sur le port », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31908, 2 août 1917, p. 3.

25  Arch. dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le commissaire spécial au chef de bataillon Appleton, 28 novembre 1917.

26  Ibidem.

27  « Un jeune escroc », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31911, 5 août 1917, p. 3.

28  « Le tarif des voitures de louage », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5854, 5 août 1918, p. 3.

29  Le Roy, Thierry, Les Bretons et l’aéronautique des origines à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 244.

30  « Letter from Buddie James », The Bourbon News, Vol. XXXVII, 11 décembre 1917, p. 2.

31  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°45, 13 décembre 1918, p. 3.

32  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 2, n°3, 21 février 1919, p. 5.

33  Le nom est anglicisé dans le document original. L’orthographe des villes est partout respectée dans la retranscription de cette archive.

34  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°4, 1er mars 1918, p. 2.

35  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°48, 3 janvier 1919, p. 7.

36  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°8, 29 mars 1918, p. 6.

37  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°18, 7 juin 1918, p. 5.

38  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°25, 26 juillet 1918, p. 5 et publicité, The Stars and Stripes, Vol. 2, n°1, 7 février 1919, p. 2.

39  Bouloc, François, Les Profiteurs de guerre 1914-1918, Paris, Complexe, 2008.

40  Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre..., op. cit., p. 171 et suivantes notamment.

41  Arch. dép. Loire-Atl. : 9 R 11, le préfet de Loire-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 28 mai 1918.

42  Pour de plus amples développements sur cette question on renverra à l’article programmatique de Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan, « Tourisme et Première Guerre mondiale. Pratique, prospective et mémoire (1914-2014) », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°6, été 2015. En ligne. [http://enenvor.fr/eeo_revue/numero_6/ymejv/tourisme_et_premiere_guerre_mondiale_pratique_prospective_et_memoire_1914_2014.pdf].

43  Cronier, Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013, chapitre 4 : « Faire la noce à Paris ».

44  Kniptash, Vernon E. (edited by Geelhoed, Bruce E.), On the Western Front..., op. cit., p. 33.

45  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 627. « It is raining, so they have thrown their overcoats over their packs and souvenirs while they march up the gangplank ».

46  La mention « The Official Newspaper of the A.E.F. » figure en première page de chaque numéro.

47  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°46, 20 décembre 1918, p. 3.

48  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1919. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Imprimerie ouvrière, 1920, p. 38.

49  Écomusée de Saint-Nazaire : T 1865.

50  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 3891.

51  Publicité, Le Phare de la Loire, 102e année, n°32036, 11 décembre 1917, p. 3.

52  « La Fête franco-américaine de La Baule », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31933, 27 août 1917, p. 2.

53  Ibidem.

54  « Les Courses d’autos américaines », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7238, 30 mai 1919, p. 3.

55  « Les Américains sur la plage », L’Ouest-Éclair, 20e année, n°7237, 29 mai 1919, p. 3.

56  North Carolina Digital Collections : Memories of Ambulance Co. 321, 306 Sanitary Train, 81st Division, AEF, 1923.

57  Publicité, The Stars and Stripes, Vol. 1, n°21, 28 juin 1918, p. 5.

58  Cette situation contraste grandement avec l’étude de Boisson, Pascal, Émile Marcesche (1868-1939) : une trajectoire entrepreneuriale, Thèse de doctorat, Lorient, Université de Bretagne Sud, 2010. Sans doute est-ce la carrière politique de ce Lorientais, beaucoup plus longue que celle de Louis Brichaux, qui explique cet intérêt accru.

59  Informations provenant d’une note consultable en ligne sur le site des Archives municipales de Saint-Nazaire et confirmées par Arch. Dép. Aveyron : 4E77-7.

60  Arch. Nat. : LH19800035/1277/47143.

61  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France…, op. cit., p. 53-54 ; « Trois cambriolages », L’Ouest-Éclair, n°7272, 14 septembre 1920, p. 3 ; Archives commerciales de la France, 37e année, n°74, 14 septembre 1910, p. 1464.

62  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France…, op. cit., p. 54 ; Pawlowski, Auguste, « Le minerai de fer en Anjou et en Bretagne », Journal des Économistes, 6e série, Tome XXXIV, avril-juin 1912, p. 58.

63  Arch. Nat. : LH19800035/1277/47143.

64  Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France…, op. cit., p. 54.

65  Ibid., p. 176.

66  Ibid., p. 149.

67  Ibid., p. 255-256.

68  « Les Britanniques ont détruit 1 000 appareils ennemis et ont déversé 1 000 000 de kilogs de projectiles », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5781, 23 mai 1918, p. 1.

69  Arch. Dép. Loire-Atl : 8 ET 19, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1918. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Imprimerie ouvrière, 1919, p. 46

70  Ibidem.

71  Ibid..

Table des illustrations

Titre Figure 14 : Principales implantations américaines dans les environs immédiats de Saint-Nazaire entre 1917 et 1919
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Illustration 9 : Des soldats du 141e bataillon de défense antiaérienne rembarquent sur le Princess Matoïka à destination des états-Unis.
Légende « Il pleut, donc ils portent leur pardessus pour protéger leurs paquets et leurs souvenirs pendant qu’ils empruntent l’échelle de coupée ».
Crédits National Archives at College Park, MD : 111-SC-35262
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Titre Figure 15 : Les différents quais du port de Saint-Nazaire. Situés sur le quai des Grands Puits, les bureaux de la Compagnie charbonnière de l’Ouest fondée par Louis Brichaux occupent une position centrale dans le port
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 735k

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search