Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

II. Une totalisation limitée

Chapitre 4 : Des relations publiques à l’affichage

Texte intégral

  • 1  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1655.

1Tandis que des centaines d’uniformes américains se massent au bastingage de l’USAT Saratoga, la population nazairienne se presse sur les quais pour accueillir ce navire 1. Aux côtés des ombrelles et des belles toilettes des femmes, on aperçoit quelques képis et, vision incongrue au premier plan, un prisonnier allemand, les mains dans les poches, comme si de rien n’était. Après tout, quoi de plus naturel que l’arrivée d’un bateau dans un port tel que Saint-Nazaire, habitué à recevoir depuis la seconde moitié du XIXe siècle les plus grands vapeurs du monde, et notamment ceux de la Compagnie générale transatlantique ? Rien, si ce n’est que cette photographie est supposée être prise dans l’après-midi du 26 juin 1917 et qu’elle entend à l’évidence immortaliser l’arrivée de l’un des tout premiers navires américains débarquant des Doughboys sur le sol français, matérialisation concrète de l’entrée en guerre des États-Unis.

Illustration 7 : Débarquement de Doughboys à Saint-Nazaire. Photo supposée être prise le 26 juin 1917.

Illustration 7 : Débarquement de Doughboys à Saint-Nazaire. Photo supposée être prise le 26 juin 1917.

National Archives at College Park, MD : 111-SC-96010

  • 2  Sur la construction de cette image et plus généralement sur l’ensemble de la production photograph (...)
  • 3  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1623.

2Quoiqu’authentique, l’image n’en est pas moins artificiellement construite 2. Un cliché conservé par l’Écomusée de Saint-Nazaire le suggère d’ailleurs grandement, photographie montrant le major Palmer, en charge de la censure, en train de briefer sur les quais du port ligérien un groupe de journalistes 3. Signe manifeste du processus de totalisation à l’œuvre au cours de ce conflit, l’information, et plus encore peut-être l’image, est bel et bien une arme en cet été 1917. Mais celle-ci se trouve en réalité au cœur d’un curieux paradoxe.

3Pour les États-Unis et leurs alliés français, il est en effet nécessaire, en ce 26 juin 1917, de taire la nouvelle de ce débarquement. La guerre sous-marine à outrance initiée par les Allemands fait en effet rage au large de la Bretagne et, par mesure de sécurité, l’arrivée des convois américains est soigneusement tenue secrète. Une manœuvre de diversion est même mise en place afin de faire croire à un débarquement à Brest ! Celle-ci est d’ailleurs l’occasion de mots assez durs de l’amiral Gleaves commandant ce premier transport venu aborder les côtes françaises :

  • 4  Gleaves, Admiral Albert, A History of the Transport Service. Adventures and Experiences of United (...)

« Il n’est pas surprenant que les Allemands aient été abusés par notre destination. Brest est un port admirable pour débarquer des troupes, quand Saint-Nazaire s’y prête mal du fait de sa petite taille et de son manque d’équipements. Nous ne connaissions pas bien ce port et l’arrivée du premier convoi l’a en réalité fait connaître » 4.

  • 5  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le ministre de l’Intérieur au préfet de Loire-Inférieure, 9 juin 1 (...)
  • 6  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le sous-préfet de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, 20  (...)
  • 7  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le préfet de Loire-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 2 juille (...)
  • 8  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2017, p. 178.
  • 9  Creel, George, How we Advertised America. The First Telling of the Amazing Story of the Committee (...)
  • 10  Marshall, George C., Memoirs of My Services in the World War, 1917-1918, Boston, Houghton Mifflin (...)

4Alors que la préfecture de Loire-Inférieure est informée dès le 9 juin 1917 « que vers le 25 juin doit arriver à Saint-Nazaire un contingent de 30 000 soldats américains », des mesures sont immédiatement « envisagées en vue de protéger ces militaires contre les indiscrétions et les tentatives de toute nature dont ils pourraient être l’objet de la part de certains éléments de la population française ou étrangère » 5. De son côté, le sous-préfet de Saint-Nazaire transmet des consignes particulières à la police tout en avouant, le 20 juin 1917, lui-même « ne rien savoir de l’arrivée des Américains » 6. Dans une lettre qu’il adresse au ministre de l’Intérieur le 2 juillet 1917, le préfet de Loire-Inférieure concède avoir « été d’ailleurs assez mal renseigné sur ces différents détails d’arrivée [du corps expéditionnaire], car les autorités maritimes et militaires gardent un secret absolu sur ces débarquements et le sous-préfet de Saint-Nazaire lui-même, qui est sur place cependant, obtient non sans difficultés d’être tenu au courant de ce qui se passe » 7. Dans ses souvenirs publiés après-guerre, George Creel, le président du Committee on Public Information, agence gouvernementale créée par Wilson et « chargée de vendre la guerre aux Américains en menant une campagne de persuasion aux États-Unis » 8, le confesse sans ambiguïté : « Il a été demandé à la presse de ne faire d’annonce ni du départ ni de l’arrivée des quatre premiers groupes de transports débarquant à Saint-Nazaire » 9. Aussi, quand le Tenadores arrive en premier dans le port ligérien, dans la matinée du 26 juin 1917, il n’y a presque personne sur le quai, la population n’ayant pas été avertie. Pire, le jeune capitaine George Marshall, celui dont un plan reconstruisant l’Europe occidentale portera le nom après la Seconde Guerre mondiale, se rappelle dans ses mémoires que l’ambiance est alors celle d’un enterrement, les rares femmes présentes portant le deuil de proches tués au combat 10.

  • 11  Le Gall, Erwan, « La Section photographique du Signal Corps… », op. cit..

5Mais, d’un autre côté, la situation impose de communiquer. En France, on a besoin de nouvelles positives. Le climat est en effet particulièrement tendu après l’échec retentissant de l’offensive sur le Chemin des Dames. Aux grèves de l’arrière semblent répondre les mutineries du front. Sur le front Est, la situation n’est pas beaucoup plus favorable puisque la Russie est bousculée au mois de mars 1917 par une révolution qui a renversé le régime tsariste. Dès lors, montrer cette arrivée de soldats américains devient nécessaire pour relever une opinion publique qui, aux États-Unis, n’est pas nécessairement enthousiasmée par cette entrée en guerre, et en France semble sur le point de flancher. Les photographies illustrant l’arrivée de ces premiers contingents de doughboys à Saint-Nazaire sont prises par des opérateurs travaillant pour des entreprises privées telles que les Actualités Gaumont ou l’illustré Le Miroir, ainsi que par des opérateurs mobilisés au sein de la Section photographique et cinématographique de l’armée (SPCA). Ajoutons d’ailleurs que les clichés réalisés à cette occasion sont manifestement postérieurs de quelques jours au 26 juin 1917. L’opérateur envoyé par la SPCA sur place est en effet un certain Daniau, individu sur lequel on ne sait par ailleurs quasiment rien, si ce n’est qu’il est le seul envoyé sur place… les 4 et 5 juillet 1917. Ceci ne doit d’ailleurs pas étonner lorsqu’on connaît le secret entourant ce débarquement : pris de court, les organes de presse tant privés qu’officiels ne peuvent envoyer à temps un opérateur11.

6Une photographie telle que celle montrant l’arrivée de l’USAT Saratoga à Saint-Nazaire le 26 juin 1917 rappelle donc combien le débarquement de ces premiers doughboys est aussi affaire de communication. Là n’est d’ailleurs pas une nouveauté pour le port ligérien puisque dès le départ s’organise l’union sacrée des forces vives pour faire de la sous-préfecture de Loire-Inférieure l’une des grandes bases du corps expéditionnaire levé par Washington. S’ensuit une intense campagne de presse dont l’aboutissement est bien l’affichage de l’alliance franco-américaine, pour mieux masquer les limites de la mobilisation des consciences et de cette guerre que l’on dit totale.

L’Union sacrée des forces vives

  • 12  Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chamb (...)
  • 13  Ibid., p. 65-72.

7Le 10 avril 1917, soit quelques jours seulement après l’entrée officielle en Première Guerre mondiale des États-Unis, le conseil municipal et la chambre de commerce de Saint-Nazaire se réunissent en une « séance en commun ». Le symbole est fort même s’il est vrai que ces deux institutions sont dirigées par un seul et même homme, Louis Brichaux. Sont également présentes, « à titre consultatif » quelques personnalités locales : le capitaine de vaisseau Eugène Gilly commandant la Marine à Saint-Nazaire, l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Tartrat ainsi que le sous-intendant Laporte, chef du Transit maritime 12. Seul manque, pour satisfaire pleinement aux canons de l’Union sacrée, le curé. Néanmoins, la liste des personnalités invitées à cette réunion paraît parfaitement attester la convergence des intérêts économiques et militaires caractéristique d’un conflit total, l’arrière étant au service d’un front dont les besoins priment sur toute autre considération. Le propos lors de cette séance commune est relativement simple et consiste en une énumération des qualités du port de Saint-Nazaire : superficie des bassins d’eau profonde, profusion des équipements de déchargement, des hangars de stockage et des voies ferrées pour le transport du fret ainsi qu’expérience acquise lors du débarquement du corps expéditionnaire britannique à l’automne 1914 13. Se dessinent en réalité là les contours d’un discours dont les éléments seront amenés à être repris à de nombreuses occasions dans les jours qui suivent. Nous y reviendrons.

  • 14  « Nantes-Saint-Nazaire base américaine », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6387, 27 avril 191 (...)

8Quelques jours plus tard, le 26 avril 1917, ce sont les Conseils municipaux de Nantes et Saint-Nazaire qui tiennent ensemble une « assemblée générale extraordinaire » où est « examinée la question de faire utiliser [ces deux villes] comme base américaine ». Bien entendu, pour quiconque connaît l’histoire de la Loire-Inférieure, voir siéger ensemble les maires de ces communes est un symbole fort qui ne manque pas de faire écho à l’Union sacrée et, de manière plus générale, à ce processus de totalisation où la guerre prime tout, même les rivalités locales. Louis Brichaux ne dit d’ailleurs pas autre chose en rappelant qu’en agissant de la sorte les deux assemblées municipales « n’entendent porter préjudice à aucun autre port », et surtout pas au grand concurrent que constitue Brest, mais « ont seulement le désir de venir en aide et de la meilleure et de la plus utile façon à nos nouveaux alliés en favorisant la réalisation du but libérateur poursuivi en commun ».14

9Peu après, le binôme Nantes-Saint-Nazaire accueille une « délégation américaine » composée de « journalistes » et d’un « commissaire du gouvernement américain ». Celle-ci est astreinte à un programme particulièrement lourd qui, cependant, démontre un certain savoir-faire de la part des organisateurs :

  • 15  « Saint-Nazaire-Nantes base américaine », Le Phare de la Loire, 87e année, n°12963, 5 mai 1917, p. (...)

« La délégation arrivera à Nantes, en gare d’Orléans, le mardi 14 mai à 15 heures ; elle y sera reçue par la Municipalité et la Chambre de Commerce.
Dans la soirée, visite du port et des chantiers de construction.
Le 15 au matin, départ pour Saint-Nazaire en bateau : visite de la Loire, lunch à bord.
Arrivée à Saint-Nazaire entre 14 et 15 heures. Reçue par la Municipalité et la Chambre de Commerce, la délégation visitera le port en bateau. À 18 heures, réception à l’Hôte de la Chambre de Commerce par le Conseil municipal et les membres de la Chambre.
À l’issue de cette réunion, dîner au Grand-Hôtel.
Le 16, dans la matinée, visite des Chantiers de la Loire, de l’Atlantique et des usines de Trignac.
L’après-midi, s’il y a possibilité, voyage à Noirmoutier et le soir, départ pour Nantes » 15.

  • 16  « La presse américaine à Nantes et Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31830, 16  (...)
  • 17  « Les journalistes américains chez nous », L’Ouest-Éclair, non numéroté, 21 mai 1917, p. 2.
  • 18  « La mission américaine à Nantes », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31832, 18 mai 1917, p. 3 ; (...)
  • 19  « Des journalistes américains à Nantes », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6407, 19 mai 1917, p. 3. Le (...)
  • 20  « Les journalistes américains… », op. cit..

10Initialement prévue du 14 au 16 mai 1917, cette tournée se déroule en réalité du 18 au 20 mai 1917 et selon un agenda serré élaboré conjointement par les municipalités et les chambres de commerce de Nantes et Saint-Nazaire 16. Il est difficile de savoir comment celle-ci se déroule car les ciseaux d’Anastasie n’hésitent pas à amputer certains articles de quelques paragraphes compromettants, preuve qu’il s’agit là d’un sujet sensible 17. Ajoutons d’ailleurs que la censure paraît être à géographie variable car si Le Phare de la Loire peut donner un programme précis de la visite américaine et en narrer maints détails à ses lecteurs 18, tel n’est pas le cas de L’Ouest-Éclair 19. En tout état de cause, ce quotidien croit savoir que la visite s’achève en « apothéose » 20, preuve d’un succès qui est également souligné par le Phare de la Loire :

  • 21  « La mission américaine à Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31834, 20 mai 1917, (...)

« Le voyage sur le vapeur, pavoisé aux couleurs françaises et américaines, fut une véritable partie de plaisir. Les voyageurs des deux nations ne cessèrent d’y témoigner de la plus franche cordialité. Le temps d’ailleurs se prêtait admirablement à une telle excursion. La brume légère qui enveloppait au départ le paysage d’une grisaille doucement argentée se dissipa peu à peu et un soleil clair et vif se montra, frisant le fleuve dans son immense estuaire des jeux infiniment capricieux d’une lumière toujours changeante.
Mais il ne s’agissait pas uniquement, en l’occurrence, d’admirer le paysage – si beau qu’il parût. Le voyage avait un but pratique : proposer à la réflexion de nos hôtes la vue des différents groupements industriels qui se sont édifiés le long de la Loire et qui donne à notre région un aspect d’activité intense »21.

  • 22  « La mission américaine à Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31835, 21 mai 1917, (...)

11Et Maurice Schwob de conclure que les membres de la délégation américaine « se montrèrent extrêmement intéressés par le spectacle de l’activité industrielle placé sous leurs yeux »22.

  • 23  « La mission américaine à Nantes », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31833, 19 mai 1917, p. 3-4
  • 24  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 269.

12Unis dans leur souhait de voir les Américains s’installer en Basse-Loire, les maires de Nantes et Saint-Nazaire président les festivités, aux côtés des représentants des chambres de commerce des deux villes et du préfet 23. Ces efforts sont connus de l’historiographie qui, de manière générale, les considère favorablement et leur attribue le choix de Saint-Nazaire comme lieu d’implantation de la première base du corps expéditionnaire américain envoyé en France. Or la réalité est sans doute plus complexe. En renversant la perspective et en analysant le problème du point de vue de Washington, et non plus de l’estuaire de la Loire, on réalise très rapidement que Washington n’a pas vraiment le choix. Le débarquement de plusieurs centaines de milliers de Doughboys, et bientôt de deux millions d’hommes, et le matériel qui leur est nécessaire, nécessite en effet des infrastructures importantes. Or les ports de la Manche, et plus particulièrement le binôme Le Havre-Rouen, sont déjà au maximum de leur capacité du fait de la présence du corps expéditionnaire britannique. Il en est de même d’ailleurs en ce qui concerne le réseau ferroviaire entourant Paris, la structure en étoile héritée du IInd Empire faisant de surcroît peser une importante pression sur les voies entourant la capitale. De plus, il ne faut pas perdre de vue que l’arrêt des combats surprend les états-majors qui avaient déjà anticipé une poursuite de la guerre en 1919, voire en 1920. Ainsi, quand est signé l’Armistice le 11 novembre 1918, le corps expéditionnaire dispose de 41 divisions en France et d’autant en réserve aux États-Unis, troupes composées de jeunes conscrits achevant leur instruction primaire et attendant d’être transférées dans l’hexagone 24. D’un simple point de vue logistique, il est donc évident que le binôme Nantes-Saint-Nazaire ne pouvait pas passer à côté de la manne américaine, les États-Unis ne disposant au final que de peu de points de débarquement pour ces boys. Si cela n’avait pas été en juin 1917, cela n’aurait été que l’affaire de quelques semaines, au plus quelques mois.

Une intense campagne de relations publiques

13Derrière l’Union sacrée des forces vives de l’embouchure de la Loire, à savoir le binôme constitué des deux ports de Nantes et Saint-Nazaire, réside en réalité une intense campagne de relations publiques dont les éléments de langage se fixent dès le mois d’avril 1917. Lors de l’assemblée générale extraordinaire tenue conjointement par les chambres de commerce et les conseils municipaux des deux villes, Louis Brichaux élabore son argumentaire en se basant sur le précédent du passage du corps expéditionnaire britannique en 1914 et d’une division canadienne en 1915 :

« Ces avantages ont été si bien compris par les autorités britanniques que c’est dans les ports de la Loire qu’elles ont reporté leurs bases du Nord lors du repli du début de la guerre. Les plus grands navires s’arrêtaient à Saint-Nazaire, où il en est venu environ [censuré] qui ont débarqué [censuré] hommes et [censuré] chevaux, y compris [censuré] canadienne en 1915, et les embarquements en wagon se sont faits avec la plus grande facilité en huit chantiers différents ».

  • 25  « Nantes-Saint-Nazaire base américaine », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6387, 27 avril 191 (...)
  • 26  Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chamb (...)
  • 27  Le terme est employé par « Saint-Nazaire-Nantes base américaine », Le Phare de la Loire, 102e anné (...)

14Et d’ajouter que « après le départ des Anglais, le port a fait une place de plus en plus grande au trafic avec les États-Unis, qui a déjà atteint plus de [censuré] tonnes de céréales, d’aciers et de marchandises diverses et [censuré] chevaux » 25. L’argument n’est pas nouveau et est exposé dès le 10 avril 1917 par Louis Brichaux, lors de la réunion conjointe du conseil municipal et de la chambre de commerce de la ville de Saint-Nazaire 26. Il est ensuite réemployé à de nombreuses reprises, y compris par l’intermédiaire d’une « campagne » menée auprès de la presse américaine 27.

  • 28  Ibid., p. 71.

15Pour autant, il convient de ne pas se méprendre. L’Union sacrée des forces vives dont il s’agit ici ne concerne que les acteurs de Basse-Loire. D’ailleurs, le maire et président de la Chambre de Saint-Nazaire, s’il s’en défend, n’hésite pas à diffuser des arguments qui ciblent délibérément la cité du Ponant, démontrant par la même occasion une évidente limite du processus de totalisation en cours. Ainsi, si « nul ne songe à dénier au port de Brest son heureuse situation comme port militaire et sa rade magnifique », il s’empresse d’ajouter « qu’il n’en est pas moins vrai que ce port ne peut supporter la comparaison avec Nantes-Saint-Nazaire, soit comme port de commerce, soit comme port d’écoulement » 28. La convergence des intérêts est donc loin d’être complète, ce qui laisse la place à une sévère concurrence entre les territoires.

  • 29  Foucault, Henry, « Pour le grand port de Bretagne », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6390, 3 (...)

16La manœuvre pourrait de prime abord paraître manquer d’élégance. Elle n’est est pas moins marquée du sceau de la réciprocité puisque de son côté le port finistérien n’est pas sans agir. C’est ainsi qu’un groupe de députés bretons soumet, à peu près à la même époque du reste, à la Chambre une proposition de résolution visant à inviter « le gouvernement à utiliser le port de Brest au mieux de la défense nationale, et à s’entendre, le cas échéant, avec la République des États-Unis, pour en faire le port d’attache de cette puissance en Europe ». On notera d’ailleurs que la structure de l’argumentation n’est pas sans évoquer celle déployée par Louis Brichaux puisque les parlementaires fondent leur propos sur l’important trafic supporté par les installations finistériennes en 1915 et 1916. Néanmoins, ce sont bien les considérations géographiques qui sont au final les plus mises en avant, rappelant combien la guerre, y compris dans ses dimensions logistiques, est dépendante du terrain. À en croire ces députés bretons, les avantages de Brest sur Saint-Nazaire et Nantes sont l’abrègement des distances par rapport à l’Amérique et une rade de 15 000 hectares de superficie pouvant disposer en certains endroits de plus de 20 mètres de tirant d’eau 29.

  • 30  Pehaut, Gérard, « Ravitailler le corps expéditionnaire américain. Les enjeux des approvisionnement (...)
  • 31  « Nos ports, base américaine », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6390, 17 mai 1917, p. 3.

17C’est donc bien une véritable compétition que se livrent les ports de la façade Atlantique, ceux de la Manche ayant déjà fort à faire avec les Britanniques, pour s’accaparer les faveurs de l’Oncle Sam. Marseille, pour sa part, paraît rapidement ne pas devoir être retenu : déjà fort encombré par le trafic engendré par les opérations menées en Orient et dans les Balkans, le port méditerranéen est de surcroît le plus éloigné de la côte est des États-Unis ce qui, dans le contexte de guerre sous-marine à outrance menée par l’Allemagne paraît vite rédhibitoire. Mais Bordeaux reste pour sa part dans la course et dès le 5 avril 1917 le préfet de Gironde, Olivier Bascou, sollicite une entrevue avec le Président du Conseil, Alexandre Ribot, pour pousser la candidature du chef-lieu de son département, mais également « torpiller celle de Brest » 30. À dire vrai, la situation est telle qu’en mai 1917 le député de la première circonscription de Saint-Nazaire, Philippe Delaroche-Vernet, déclare « qu’il faudrait cesser le conflit de nos ports qui se disputent l’honneur de servir de base pour les arrivages d’Amérique » 31.

  • 32  « La mission américaine à Nantes », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31833, 19 mai 1917, p. 3-4 (...)
  • 33  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de (...)

18Les réseaux sollicités par Louis Brichaux pour s’attirer les bonnes grâces du corps expéditionnaire sont multiples et témoignent des moyens mis en œuvre. Des relais sont soigneusement choisis dans la presse afin de complaisamment colporter le message. C’est ainsi que Maurice Schwob couvre la visite de la « délégation américaine » de l’intérieur, puisqu’il fait partie des officiels. Sans doute ceci explique-t-il du reste pourquoi Le Phare de la Loire peut dévoiler à ses lecteurs des éléments que la censure refuse à L’Ouest-Éclair 32. Mais là n’est sans doute pas ce qui doit le plus attirer l’attention. En effet, ce savoir-faire n’est pas nouveau et les autorités locales récoltent sans doute à cette occasion les fruits d’un travail de longue haleine, débuté bien avant le conflit. Il est à cet égard intéressant de noter qu’au début du mois de juillet 1913, Saint-Nazaire accueille le congrès de l’Association professionnelle des journalistes de l’Ouest et organise, outre une visite de la ville et des chantiers navals, une réception dans les locaux de la Compagnie générale transatlantique. Les frais de réception de cette véritable opération de promotion du territoire – on compte pas moins d’une centaine de reporters réunis à cette occasion – s’élèvent à un millier de francs et sont pris en charge à parts égales par la municipalité et la Chambre de commerce 33.

19Ces relations anciennes « payent » certainement en ce printemps 1917, période où Saint-Nazaire développe un intense lobbying. C’est ainsi par exemple que « lecture est donnée à la prestigieuse Académie des sciences « d’une note sur les travaux de M. J. Reynaud, directeur du service hydrographique de la marine, et ayant trait à l’inopportunité de faire de Brest un port transatlantique », texte éminemment favorable au port ligérien. On ne sait si les réseaux de Louis Brichaux s’étendent jusqu’à ces hautes sphères académiques. En revanche, la recension qu’en donne Le Phare de la Loire est, elle, particulièrement significative et dit bien la proximité entre ce journal et l’homme fort de l’estuaire de la Loire. Très offensif, le propos s’attache en effet à « faire ressortir combien l’accès des ports du Havre, de Saint-Nazaire, de La Pallice et du Verdon fait que ces ports sont bien mieux disposés, malgré la différence de distance avantageant Brest vis-à-vis de l’Amérique, pour continuer leur trafic ». Quinze jours avant l’arrivée des premiers Doughboys dans l’embouchure de la Loire et à l’heure où les autorités locales ignorent encore le lieu choisi pour le débarquement du corps expéditionnaire, le propos n’est bien évidemment pas neutre. Le magistère moral conféré par le label « Académie des Sciences » est habilement mis en avant et, loin des impératifs de l’Union sacrée, Maurice Schwob, publie cette note qui n’est ni plus ni moins qu’un véritable plaidoyer en faveur du binôme Nantes-Saint-Nazaire :

  • 34  « Brest serait un port transatlantique défectueux tandis que… », Le Phare de la Loire, 102e année, (...)

« À l’approche de la pointe du Finistère, hérissée de récifs, le fond de la mer se relève brusquement. Quelques instants après avoir reconnu à la sonde une profondeur de 100 mètres ou plus, le navire peut rencontrer un écueil et sombrer corps et biens. Aussi serait-il dangereux de vouloir entrer dans la rade de Brest sans avoir vu la terre.
Or, en ces parages, la brume est très fréquente. Elle y règne en moyenne un jour sur huit, et dix jours par an elle se maintient pendant vingt-quatre heures consécutives.
Somme toute, pour l’escale de Brest, il faudrait compter avec de notables et fréquentes pertes de temps, tout à fait incompatibles avec les exigences d’un service poste ou de passagers.
Bien différente, à cet égard, est la situation des autres ports de la Manche et de l’Atlantique. […] Les écueils entourant l’entrée du port de Brest en font donc un port inaccessible à la marine marchande » 34.

  • 35  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, op. cit., p. 19-24.

20Une telle argumentation laisse songeur puisqu’on voit mal, au final, quels sont les éléments qui disqualifieraient la cité du Ponant pour être un port de marine marchande, mais lui permettraient, et ce depuis plusieurs siècles, d’être un centre névralgique de la flotte de guerre française. La suite des événements montre d’ailleurs bien l’inanité de ces propos. Ceux-ci n’en révèlent pas moins les immenses trésors de séductions déployés par Louis Brichaux et Paul Bellamy. À dire vrai, on connaissait déjà grâce à Y.-H. Nouailhat l’intense communication déployée par Saint-Nazaire, et son alliée de circonstance Nantes, pour développer les relations transatlantiques franco-américaines et faire, au final, de l’estuaire de la Loire une place forte du trafic de marchandises 35. Il n’y a rien à redire à ces pages qui demeurent toujours valables. Pour autant, le développement du numérique et la mise en ligne de nombreuses archives outre-Atlantique permettent d’aller plus loin et, notamment, de voir comment cette stratégie est reçue aux États-Unis.

  • 36  « French Ports Want to Shelter American Warships », Norwich Bulletin, Vol. LIX, n° 246, 19 juin 19 (...)

21La presse américaine n’ignore en effet rien de ce lobbying et aime au contraire, à l’instar du Norwish Bulletin, expliquer à ses lecteurs que « trois ports français se disputent l’honneur et l’avantage d’accueillir les bateaux de guerre américains pendant le conflit, et le commerce américain lorsque la paix sera revenue ». Publié dans le Connecticut, ce journal explique même que si le port ligérien n’est pas aussi connu que Brest, il dispose de sérieux atouts : sa proximité de Paris, l’expérience acquise avec la présence britannique au début du conflit, la taille et la profondeur de ses bassins, sa connexion au réseau de chemins de fer… 36 Précisons d’ailleurs que bien d’autres titres reprennent ces arguments, comme s’ils avaient travaillé à partir d’un dossier de presse. C’est ainsi que le South Bend News-Times, un quotidien de l’Indiana, publie un article dans son édition du 3 juin 1917 affirmant que les ports français se disputent l’honneur de recevoir le corps expéditionnaire américain. Non signé, le texte fait la promotion de Saint-Nazaire, face à Brest et Bordeaux, à partir d’éléments fournis à l’évidence par la Chambre de commerce et le Conseil municipal. En effet, on y retrouve un certain nombre d’éléments de langage qui suggèrent une campagne de communication bien orchestrée, et qui étrangement reprennent les éléments diffusés par Louis Brichaux :

  • 37  « French Ports Dispute Honoring US Ships », South-Bend News -Times, Vol. XXXIV, n°154, 3 juin 1917 (...)

« Saint-Nazaire n’est qu’à 277 miles de Paris, tandis que Bordeaux est à 350 miles de la capitale et Brest à 372. C’est en conséquence 373 miles plus près de la bataille que ces rivales dans la perspective d’un débarquement de troupes américaines en France. De plus, Saint-Nazaire dispose du prestige d’avoir déjà servi de base pendant la guerre » 37.

22Dans certains cas, la description se fait beaucoup plus hagiographique ce qui, indubitablement, témoigne tant de l’outil de mobilisation de l’opinion qu’est la presse américaine que du savoir-faire en termes d’opérations de relations publiques des autorités nazairiennes, Mairie et Chambre de commerce en tête. L’article que publie Naboth Hedin dans le Brooklyn Daily Eagle est à cet égard des plus instructifs. Correspondant en France de ce quotidien newyorkais, ce journaliste, dont nous ne savons par ailleurs rien, délivre un portrait particulièrement flatteur du port de l’embouchure de la Loire. À l’en croire, la ville distribue même des bouteilles d’eau purifiée aux rayons ultra-violets et au champagne ! Mais là n’est pas l’idée majeure que souhaite faire passer l’auteur, celui-ci insistant sur l’activité qui règne à Saint-Nazaire :

  • 38  Hedin, Naboth, « Saint-Nazaire, Built on American Plan, Getting Ready for US Trade After War », Th (...)

« C’est aujourd’hui une ville de plus de 50 000 habitants. Il y a une importante forge, plusieurs ateliers sidérurgiques, deux chantiers navals, des ateliers de réparations ferroviaires sans compter de nombreuses industries aux alentours. Il n’y a dans cette ville pas d’atmosphère mais de la fumée et l’horizon y est bouché par de vastes cheminées et des grues géantes. L’endroit est occupé, encrassé et prospère » 38.

  • 39  Ibidem.

23Et d’ajouter que cette ville « qui a de bonnes chances d’être sélectionnée comme base navale américaine en France » est « pleine de possibilités » 39. Les habitants ne sont pas en reste et à en croire le correspondant en France du Brooklyn Daily Eagle, les Nazairiens sont :

  • 40  Ibid..

« énergiques, épris de démocratie, progressistes et présentent bien. Ils sont impatients d’en savoir plus sur l’Amérique et d’établir des relations plus resserrées avec les États-Unis. Cela vaudra d’ailleurs la peine pour les Américains d’en connaître en retour plus à propos de Saint-Nazaire, et si ce port est choisi comme future base navale, cette opportunité, à n’en pas douter, viendra » 40.

  • 41  « Get Next Sunday’s Eagle», The Brooklyn Daily Eagle, Vol. 77, n°172, 22 juin 1917, p. 7 et « Get (...)
  • 42  Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chamb (...)

24L’article de Naboth Hedin occupe visiblement une place importante dans la ligne éditoriale de ce quotidien newyorkais puisqu’il est non seulement publié dans l’édition dominicale, traditionnellement fort lue, mais est annoncé plusieurs jours à l’avance 41. D’ailleurs, on ne peut que s’étonner d’une telle publicité accordée, deux jours avant le 26 juin 1917, au port ligérien lorsqu’on connaît les mesures de secret imposées de manière à assurer la sécurité des premiers débarquements de Doughboys en France. Sans doute faut-il y voir une limite essentielle au processus de totalisation du conflit, les impératifs militaires ne primant à l’évidence pas sur tout. Néanmoins, la Chambre de commerce de Saint-Nazaire est très satisfaite par cet article et propose, dans sa séance du 2 août 1917, d’adresser une lettre de remerciements au quotidien américain, courrier rédigé par des vice-présidents de l’assemble et qui, du reste, est publié quelques jours plus tard 42 :

  • 43  « Saint-Nazaire’s thanks », The Brooklyn Daily Eagle Vol. 77, n°234, 24 août 1917, p. 6.

« J’ai lu dans le Brooklyn Daily Eagle du 24 juin 1917 sous la plume de Naboth Hedin un article très intéressant et éclairant à propos du port et de la ville de Saint-Nazaire.
Vous permettez ainsi à vos concitoyens, nos alliés et amis, de mieux connaître les ports de l’Atlantique et tout particulièrement celui qui est le mieux placé pour nouer des relations de business avec la grande République de l’Atlantique.
Je veux vous remercier au nom de la Chambre de commerce et vous adresse mes plus sincères remerciements » 43.

25Toutefois, le propos de Naboth Hedin n’est pas sans révéler certains biais qui en définitive, disent les limites du processus de totalisation du conflit en cours. Le premier est assurément le regard que jette le correspondant sur Saint-Nazaire, la ville étant vue et comprise à travers le prisme américain :

  • 44  Sans doute ce dernier élément fait-il référence à la promenade du boulevard de l’Océan, effectivem (...)
  • 45  Hedin, Naboth, « Saint-Nazaire… », op. cit..

« C’est la plus américaine des villes que j’ai pu trouver en France. Ses rues sont disposées perpendiculairement avec de larges trottoirs et des arbres plantés le long des virages 44. Les banlieues sont composées de maisons individuelles. Il y a un air d’initiative. C’est une grande ville en devenir » 45.

  • 46  Ibidem.

26Sans doute pour rendre le territoire plus attractif aux lecteurs américains, Saint-Nazaire est comparée à une ville du Massachussets, puis à Pittsburgh, la grande cité sidérurgique de Pennsylvanie. L’histoire du port et la rivalité avec Nantes n’est pas ignorée mais transposée, dans une savante comparaison, aux États-Unis : « C’était un petit village sur l’embouchure de la Loire entre Nantes et la mer, et comme Nantes était une vieille ville, riche de son commerce, de ses traditions et de ses ressources capitalistiques, personne n’aurait pu voir qu’une autre ville importante pourrait grandir si proche, comme si Rockaway Point venait un jour rivaliser avec Manhattan » 46.

27Le second biais que révèle cet article est assurément l’angle « pro-business » du propos. La description que donne Naboth Hedin est à cet égard particulièrement intéressante en ce qu’elle élude complètement la dimension militaire pour ne finalement se focaliser que sur les potentialités commerciales :

  • 47  Ibid..

« Le port, qui est la fierté de Saint-Nazaire, est artificiel. Les bassins furent creusés l’un après l’autre dans le lit de la Loire, près de l’embouchure, et il y a maintenant de la place pour accueillir une flotte au complet. Les bassins sont de plus fermés par une écluse et il y a toujours au moins 30 pieds d’eau de disponible. Les quais sont équipés de voies ferrées et de grues de déchargement montées sur rails. Il y en a 36, la plus large pouvant soulever jusqu’à 30 tonnes, la plus petite 1,5 tonne. 15 nouvelles grues doivent arriver bientôt en provenance d’Amérique pour compléter l’équipement de ces quais. Autour des bassins il y a une centaine de prises d’eau pour assurer le ravitaillement des navires, ainsi que trois lances à incendie, 10 pompes à main et bientôt il y aura un puissant camion de pompiers. Un local de désinfection a été installé par les autorités sanitaires et la chambre de commerce est propriétaire d’une machine à exterminer les rats. Il y a un local réfrigéré d’une contenance de 30 tonnes et un autre est en prévision, d’une capacité de 500 tonnes. Le port est équipé de deux ascenseurs à grains pour décharger les navires, chacun ayant une capacité de 6 tonnes par heure et tous deux équipés de machines d’emballage automatiques.
Les connexions ferroviaires vers Paris convergent par deux doubles voies, l’une passant par Le Mans, l’autre par Tours et Orléans. Pour les passagers les wagons arrivent directement sur les quais le long des vapeurs et les voies sont recouvertes par des hangars. Pour les cargos, il y a 36 emplacements qui permettent un déchargement, ou un chargement, directement à partir des trains. Le nombre de postes a été presque doublé depuis le début de la guerre et ceux-ci s’étendent désormais sur 15 miles. […]
Le port est en croissance permanente et il y a sur les quais toutes sortes de produits américains. Il n’y a pratiquement pas un jour sans qu’un navire américain accoste. Un jour j’ai vu le Virginian aller jusqu’à Nantes par la Loire et le Californian arriver à Saint-Nazaire. Ils venaient juste d’Amérique, avec un autre cargo. Le même matin, le Jane Palmer, une goélette construite pour le cabotage le long de la côte des États-Unis, est entré avec une cargaison de coton et d’acier rejoignant son sistership, le Singleton Palmer, présent depuis une semaine déjà. Les navires hollandais, danois et norvégiens sont chose courante sur ces quais où l’on trouve quelques marins grecs, plongés dans l’inactivité par le blocus. La plupart des bateaux sont équipés de canons. J’ai pu ainsi remarquer que certains sont équipés d’extraordinaires pièces de campagne montées sur des supports roulants placés à même le pont. Certaines de ces armes viennent d’usines japonaises. (Le Jane Palmer qui revient d’une traversée transatlantique de 27 jours sans escorte n’est pour sa part pas armé. Le capitaine Bullock a affirmé préférer être capturé non armé).
Ce n’est pas uniquement en tant que port de commerce que Saint-Nazaire mérite d’être connu. C’est aussi une cité industrielle comportant des chantiers navals très connus. On importe du charbon et du minerai de fer brut des pays alentours explique le maire, et nous construisons des navires de guerre, des transatlantiques à vapeur et des locomotives puissantes.
Le minerai de fer vient de petits gisements situés dans l’Est de la Bretagne, près de Châteaubriant. Mélangés à du manganèse importé d’Espagne ou de Suède, il est transformé en acier dans les forges de Trignac qui ont une capacité de production de 500 tonnes par jour » 47.

  • 48  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 26.
  • 49  « La mission américaine à Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31835, 21 mai 1917, (...)

28Véritable leçon de marketing territorial, le propos n’hésite manifestement pas à prendre quelques distances avec la réalité. On voit ainsi mal comment des marins grecs pourraient être coincés à Saint-Nazaire du fait du blocus puisque, pratiquement, le territoire hellène est sous contrôle de la Triple Entente. Néanmoins, cet article est particulièrement éclairant et semble tout droit tiré de ce que l’on nommerait au début du XXIe siècle un « infomercial ». Il est toutefois difficile de faire la part des choses entre ce qu’écrit Naboth Hedin et ce que pense réellement ce journaliste. En effet, membre de la « délégation américaine » qui visite l’estuaire de la Loire en mai 1917 48, il assiste au discours par lequel l’attaché commercial de l’ambassade des États-Unis affirme « que Saint-Nazaire est une ville américaine, américaine parce que sans traditions, ville neuve qui s’est développée et se développera à la façon des villes américaines qui se créent du jour au lendemain » 49.

  • 50  Pour une rapide présentation de ce projet qui à lui seul mériterait une enquête approfondie se rep (...)
  • 51  « Port for Inland Nations », The Hays Free Press, Vol. XXXIX, n°11, 20 février 1919, p. 5. À en ju (...)
  • 52  La Loire navigable, 1re année, n°1, 1er juillet 1896.
  • 53  « Port for Inland Nations », The Bridgeport Times, Vol. 54, n°235, 4 octobre 1918, p. 17.

29Peut-être est-ce cette américanité apparente qui permet d’expliquer l’intérêt de nombreux organes de presse implantés aux États-Unis pour le Suisse-Océan, gigantesque projet visant à faire de l’embouchure de la Loire, à condition que le fleuve royal soit rendu navigable à la marine marchande ou doublé par un important réseau ferré, le port de l’Europe central pour les relations transatlantiques 50. C’est ainsi par exemple que le Hays Free Press, un journal publié dans le Kansas, dans son édition du 20 février 1919, se fait l’écho de cette grandiose idée. Néanmoins, cela n’empêche nullement le consul général Rayndal à Nantes de faire office d’attaché de presse 51. Pour autant, la ligne éditoriale ne dépasse pas le stade de la simple curiosité et le dossier ne semble pas trouver plus d’oreilles attentives aux États-Unis. Ajoutons du reste que le projet de Suisse-Océan ne naît pas avec la Grande Guerre mais à la fin du XIXe siècle. Le 1er juillet 1896, le Comité d’initiative pour l’exécution d’une voie navigable Nantes-Orléans et prolongements publie en effet le premier numéro de La Loire Navigable, organe de presse entièrement dédié à cette idée 52. Le conflit constitue donc ici une sorte d’effet d’aubaine et l’on souhaite manifestement qu’il joue un rôle d’accélérateur dans ce dossier qui semble au point mort depuis le début des années 1910. Cela en dit long sur le caractère total de cette Grande Guerre puisque, à l’évidence, la quête de la victoire face à la « barbarie » n’est pas l’unique perspective des acteurs économiques nazairiens. Preuve d’ailleurs de leur lobbying, la presse américaine reprend les argumentaires développés en France tout en les accordant à l’air du temps. C’est ainsi que, dans le Connecticut, le Bridgeport Times, dans son édition du 4 octobre 1918, fait état dans ses colonnes d’un « projet de port atlantique pour la Suisse, la Bohème et tous les pays d’Europe centrale de manière à les rendre économiquement moins dépendants de l’Allemagne après la guerre, démarche ayant reçu une certaine attention d’après un rapport du département du commerce du Consul général des États-Unis à Nantes » 53.

  • 54  Sur la question, se reporter à Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, (...)

30Ce que montrent les résultats de l’intense politique de relations publiques développée par la Mairie et la Chambre de commerce de Saint-Nazaire à l’occasion de l’entrée, puis du débarquement et enfin de la présence américaine en France, est combien les acteurs économiques locaux perçoivent leurs intérêts propres comme étant en symbiose avec ceux de l’effort de guerre. Mais le commerce a ses raisons qu’ignore la pensée des stratèges et, dès le début des années 1920, le rêve de cette nouvelle route maritimo-fluvale transatlantique de la soie s’évapore 54. En définitive, l’erreur de Saint-Nazaire est donc moins, comme a pu l’avancer Y.-H. Nouailhat, d’être incapable de poursuivre les relations commerciales avec les États-Unis que de croire que cette guerre était totale. Nous aurons en effet l’occasion de voir ultérieurement que les intérêts des affaires ne sont pas nécessairement ceux des puissances belligérantes. Le tort du port ligérien est donc d’avoir cru à l’image qu’il a pourtant lui-même contribué à façonner, et ce de manière très artificielle.

Montrer l’alliance franco-américaine

  • 55  Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, op. cit., p. 32.

31C’est à la demande des autorités françaises que sont organisées, le 4 juillet 1917, jour de l’indépendance américaine, d’importantes cérémonies à Paris. La chose est connue et il n’est sans doute pas nécessaire de trop insister sur ce point : un bataillon du 16th infantry regiment tout juste arrivé à Saint-Nazaire est envoyé défiler aux Invalides et Pershing est expédié au cimetière de Picpus pour se recueillir devant la tombe de La Fayette. Parfaitement maîtrisée, la mise en scène n’a qu’un but : montrer ces nouveaux alliés qui viennent de débarquer, réaffirmer la justesse de la guerre menée et proclamer l’union des États-Unis et de la France 55. Les diverses cérémonies franco-américaines organisées à Saint-Nazaire pendant la période 1917-1919 poursuivent exactement le même objectif.

Illustration 8 : Des Doughboys défilent à Saint-Nazaire, sur le front de mer, le 5 avril 1918.

Illustration 8 : Des Doughboys défilent à Saint-Nazaire, sur le front de mer, le 5 avril 1918.

National Archives at College Park, MD : 111-SC-10406

32Les archives permettent d’en avoir un panorama si ce n’est exhaustif, du moins à peu près complet. Outre le 4 juillet mentionné précédemment, signalons le premier anniversaire de l’entrée en guerre des États-Unis, commémoré à Saint-Nazaire le 5 avril 1918, ou encore le Memorial day, qui se tient traditionnellement à la fin du mois de mai. Le souvenir de la prise de la bastille est également l’occasion de grandes manifestations franco-américaines. Ajoutons enfin quelques fêtes qui, bien que ne relevant pas de logiques commémoratives, sont l’occasion d’autant d’affirmations de l’amitié franco-américaine. Tel est par exemple le cas de Noël, où les troupes de l’Oncle Sam sont régulièrement mises en scène en train d’offrir bonbons et jouets aux enfants de Saint-Nazaire et des environs.

  • 56  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, op. cit., p. 178-182

33Dès les années 1970, l’historien Y.-H. Nouailhat souligne l’importance de ces commémorations qui constituent, à l’en croire, autant de « manifestations extérieures de sympathie » à l’égard des membres du corps expéditionnaire 56. 45 ans après la publication de cet ouvrage pionnier et grâce aux apports de l’histoire culturelle, il est néanmoins possible de nuancer ce jugement. En effet, la mémoire étant l’outil politique du temps présent, ces cérémonies patriotiques ont moins à voir avec la commémoration d’un passé plus ou moins glorieux qu’avec la (re)mobilisation des populations locales par les autorités civiles et militaires. On remarquera d’ailleurs que le lieu où se déroulent ces différentes célébrations patriotiques n’est pas anodin : le monument aux marins et soldats morts pendant la guerre de 1870. Du point de vue français, un tel emplacement n’est bien entendu pas neutre et permet de rappeler l’un des buts essentiels du conflit : laver l’affront de « l’année terrible » et récupérer l’Alsace-Lorraine.

34La proclamation qui est affichée sur les murs de Saint-Nazaire pour inciter la population à participer aux commémorations du 4 juillet 1918 est à cet égard particulièrement éclairante :

  • 57  « Fête de l’indépendance, L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5822, 4 juillet 1918, p. 3. NDA : les itali (...)

« Mes Chers concitoyens,
Le 4 juillet, nos Amis et Alliés américains célèbreront leur Fête Nationale. Vous tiendrez à honneur de vous associer à eux. Vous acclamerez partout ces beaux soldats de l’USA défenseurs du Droit et de la Liberté.
Vous pavoiserez vos demeures aux couleurs du pavillon étoilé, emblème sacré devant lequel nous nous inclinons avec respect. Aux couleurs américaines, vous joindrez les couleurs de la Vieille France : notre chère Patrie : glorieuse mutilée, qui provoqua dans l’horrible guerre que nous subissons l’admiration du monde et qui, en dépit du ‘boche’ restera : la France.
Vous vous souviendrez en cette journée de Fraternité et d’Union que nos Amis d’Amérique nous rendent, au centuple, l’aide qui leur fut apportée par nos braves soldats, à l’époque où La Fayette et Rochambeau combattaient, aux côtés de Washington pour fonder un monde nouveau et meilleur.
Vivent les États-Unis d’Amérique !
Vive la France !
V. Lacour, adjoint »57

  • 58  « La fête de l’indépendance américaine », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5821, 3 juillet 1918, p. 3.

35Précisons du reste qu’un tel texte n’a rien d’exceptionnel et qu’une proclamation en tous points similaire est placardée par le maire de Nantes Paul Bellamy sur les murs du chef-lieu du département de Loire-Inférieure pour inciter la population à participer aux commémorations du 4 juillet 1918 58. Ajoutons de surcroît que de tels placards ne sont pas inédits. Quelques jours seulement après le débarquement des premiers Doughboys à Saint-Nazaire, le maire, Louis Brichaux, fait apposer une affiche sur les murs de sa ville :

  • 59  « Nouveau débarquement de troupes américaines », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31878, 3 juil (...)

« C’est demain, 4 juillet, que sera célébrée la fête de l’Indépendance américaine.
Le devoir nous incombe de témoigner notre sympathie aux représentants officiels des États-Unis d’Amérique et aux troupes américaines de terre et de mer qui sont actuellement nos hôtes. Je vous demande de pavoiser vos immeubles et d’associer, en ce jour de manifestation nationale, vos sentiments fraternels et patriotiques à ceux de nos Alliés.
Les drapeaux américains et français, mariant leurs couleurs et claquant au même souffle d’espérance, affirmeront que, par-dessus les mers, les peuples se tendent la main et les cœurs battent à l’unisson » 59.

  • 60  Bruce, Robert B., A Fraternity of Arms. America & France in The Great War, Lawrence, University Pr (...)
  • 61  Sur la querelle de l’amalgame se rapporter notamment à Kaspi, André, Les Temps des Américains 1917 (...)

36S’il s’agit pour les autorités, tant américaines que françaises d’ailleurs, de montrer l’alliance entre Paris et Washington, il convient néanmoins de rappeler que ces messages ne sont pas sans fondements affectifs. L’historien R. Bruce rappelle ainsi que pour les jeunes outre-Atlantique ayant étudié l’histoire militaire et projetant une carrière dans les armes, le modèle napoléonien n’est pas sans exercer une influence certaine. L’armée française tient ainsi dans les cœurs une place à part, singulière. À l’en croire, cette réalité permet d’ailleurs de comprendre l’acceptation de la tutelle française sur le corps expéditionnaire lorsqu’il s’agit d’instruire, voire même purement et simplement d’encadrer, les officiers américains 60. Ce sont aussi ces jeunes qui, entre autres, s’engagent volontairement, dès août 1914, aux côtés des Français au sein de la Légion étrangère, dans la fameuse escadrille La Fayette ou encore au sein de nombreuses organisations philanthropiques. Loin de la querelle diplomatique à propos de l’amalgame des troupes américaines au sein des forces françaises 61, une certaine élite américaine se caractérise donc par une francophilie avérée. Mais on pourra opposer qu’il ne s’agit pas d’un cas unique et que d’autres nations entretiennent des liens privilégiés avec la France. À Saint-Nazaire, tel est par exemple le cas de la Roumanie, « sœur latine » de l’hexagone, célébrée les 22 et 24 avril 1917, quelques jours donc après l’entrée en guerre de Washington.

  • 62  « Journées roumaines », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 18e année, n°6368, 8 avril 1917, p. 3.
  • 63  Bouchard, Carl, « Parler de l’Amérique dans les écoles de France et de Belgique (1915-1919) », Com (...)

37Là encore, le processus de totalisation montre rapidement ses limites et derrière la proclamation de l’amitié entre deux peuples en guerre réside en réalité une opération visant à « montrer à la Roumanie que la France saît reconnaître les sacrifices consentis à la grande cause commune du Droit et de la Liberté » 62. La (re)mobilisation des consciences dans un conflit si long qu’il en devient incompréhensible n’est donc jamais loin et l’historien canadien C. Bouchard a parfaitement raison de rappeler que l’altruisme des œuvres philanthropiques génère un capital symbolique qui n’est pas sans renvoyer à certaines réalités politiques 63. Dès lors, c’est bien l’enthousiasme populaire lors des différentes manifestations organisées par et avec le corps expéditionnaire qu’il faut nuancer.

  • 64  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 181 ; Écomusée de (...)
  • 65  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 3951 et 3952.

38L’analyse des photographies prises à Saint-Nazaire par les opérateurs du Signal Corps se révèle à cet égard une source intéressante. Certes, et conformément à ce qu’évoque le journal Le Phare, le défilé organisé le 5 juillet 1918, boulevard de l’Océan, à l’occasion du premier anniversaire de l’entrée en guerre des États-Unis paraît attirer du monde 64. En revanche, la prise d’armes qui se tient caserne de la Briandais à la fin de ces cérémonies, et qui voit plusieurs combattants français être décorés, semble se dérouler dans le plus complet anonymat 65. Les archives invitent même à se demander si, la manifestation ayant lieu au sein d’une enceinte militaire, celle-ci est ouverte au public.

  • 66  Becker, Jean-Jacques, 1914, Comment les Français sont entrés dans la guerre, op. cit..
  • 67  Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée..., op. cit., 2004.
  • 68  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 4323 et 4324.
  • 69  Écomusée de Saint-Nazaire : À 1074.4.2.
  • 70  Écomusée de Saint-Nazaire : À 411.3.1, À 411.4.2.

39Ce constat invite à plusieurs réflexions, motivées par des détours chronologiques et historiographiques. En premier lieu, il convient de se remémorer les propos de J.-J. Becker pour qui les concerts patriotiques des tous débuts du mois d’août 1914 ne sauraient résumer le climat de l’entrée en Première Guerre mondiale. Le grand historien insiste sur l’effet de masse et le rôle de l’alcool sur l’électrisation des foules. Plus encore, il rappelle qu’il s’agit là de moments limités, aussi bien dans le temps que dans l’espace, et qu’une scène se déroulant pendant au mieux quelques heures sur une place ou au pied d’un kiosque ne saurait donner le climat d’une agglomération pendant plusieurs jours, et a fortiori de longs mois 66. S’intéressant pour sa part aux entrées « triomphales » des troupes françaises en Alsace libérée, B. Cabanes explique que les clichés présentant une foule enthousiaste ne montrent pas les populations qui, apeurées par ce qu’elles comprennent comme une nouvelle occupation, ou tout simplement terrassées par la perte d’un mari ou d’un fils au combat, n’assistent pas à la scène 67. Or ce sont les mêmes logiques qui s’appliquent aux cérémonies patriotiques qui entendent exalter en Basse-Loire l’entente franco-américaine pendant la Première Guerre mondiale. Certes, l’arrivée à Saint-Nazaire, le 13 mars 1918, du Secrétaire d’État à la Guerre Newton D. Baker et du général Pershing commandant le corps expéditionnaire paraît mobiliser une foule conséquente aux abords de la gare du Paris-Orléans 68. Mais il est intéressant de remarquer qu’il s’agit là d’une des rares utilisations de plans larges par les opérateurs du Signal Corps, ceux-ci préférant, d’habitude, travailler de manière plus resserrée, comme s’ils souhaitaient masquer l’absence de soutien populaire. Le contraste est en tout cas saisissant avec certains clichés figurant le départ de Saint-Nazaire, en 1917, de renforts du 64e régiment d’infanterie 69. Il en est de même lorsqu’on compare les photographies immortalisant les manifestations patriotiques franco-américaines du boulevard de l’Océan avec ceux rendant compte d’autres cérémonies organisées en ces mêmes lieux. Par exemple, lors de l’inauguration, le 10 juillet 1910, du monument aux morts de la guerre de 1870, la foule est présente en masse sur le boulevard de l’Océan, impression qui ne doit que peu aux cadrages très larges choisis par les opérateurs 70.

  • 71  Kaspi, André, Le temps des Américains…, op. cit..
  • 72  Colloque international « Voilà les Américains ! Les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : (...)
  • 73  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 33.

40Mais l’essentiel est probablement pour notre propos ailleurs et sans doute faut-il se demander pourquoi, au final, les autorités françaises et américaines prennent autant de soins, et donc de temps et de moyens, à commémorer au cœur d’une guerre qu’ils affirment « totale ». On l’a dit, la mémoire est l’outil politique du temps présent et ces manifestations patriotiques sont probablement conçues comme autant de vecteurs de (re)mobilisation de la population. Pour autant, il y a tout lieu de se demander si elles ne sont pas aussi l’arbre qui cache la forêt, et en l’occurrence l’ampleur de la vacuité des relations franco-américaines. Dès les années 1970, A. Kaspi souligne l’incompréhension régnant pendant la Première Guerre mondiale entre Paris et Washington, quand il ne s’agit pas de franches oppositions, comme sur la question de l’amalgame 71. D’autres enquêtes ont par la suite confirmé cette première analyse et un colloque tenu récemment à Saint-Nazaire a bien montré combien les relations franco-américaines sont faibles et, serait-on tenté d’ajouter, fragiles, dans des domaines aussi sensibles que la diplomatie, l’économie ou encore la finance 72. Or en revenant sur un passé mythifié se basant sur une vision idéalisée de la Révolution américaine et du rôle de La Fayette, les deux pays s’inventent en réalité un passé commun qui permet de mieux éluder les difficultés du moment. La mémoire se fait dès lors volontairement organisatrice de l’oubli, comme pour mieux refouler, par exemple, le soutien de Paris à Madrid lors de… la guerre hispano-américaine de 1898 73. Loin d’être un symbole de la symbiose régnant de 1917 à 1919 entre Paris et Washington, la manie commémorative, y compris lorsqu’elle se déroule dans l’estuaire de la Loire, paraît au contraire souligner une limite essentielle du processus de totalisation du conflit en cours.

41À première vue, le choix de Saint-Nazaire comme port de débarquement des premiers éléments du corps expéditionnaire américain à la fin du mois de juin 1917 a tout pour illustrer la guerre totale, dynamique comprise ici comme une maximisation des infrastructures portuaires et ferroviaires dévolues à l’effort de guerre. Le binôme Le Havre-Rouen étant, à l’image des ports de la Manche, déjà saturé par la présence britannique, c’est bien sur la façade atlantique que sont obligés de se reporter les Américains. Pourtant, un examen approfondi de la situation invite à nuancer cette idée dont limites apparaissent rapidement.

42L’Union sacrée des forces vives nazairiennes pour ériger l’estuaire de la Loire en port de débarquement des Doughboys cache en réalité assez mal une stratégie offensive visant à imposer le binôme Saint-Nazaire-Nantes au détriment du grand rival finistérien qu’est Brest. Sous couvert d’effort de guerre au service de la Nation, c’est bien de la défense, de la promotion et de la valorisation d’un territoire dont il s’agit ici. Louable, cette volonté ne s’en éloigne pas moins, dans les faits et non dans les discours, à plusieurs reprises de la nécessaire unité vantée par la morale patriotique du moment. Là est bien évidemment une nuance essentielle au processus de totalisation à l’œuvre au cours de la Première Guerre mondiale, le conflit ne primant donc pas tout.

  • 74  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre…, op. cit., p. 125.

43Une autre limite réside dans l’attitude même des autorités françaises face à ce débarquement du corps expéditionnaire américain… et face à leurs alliés britanniques. L’historien R. Porte a en effet raison de souligner, et l’on peut d’ailleurs regretter que cet argument soit aussi rarement avancé, la préférence explicitement exprimée par le Grand Quartier général pour les ports du creux de l’arc atlantique. Pour le haut commandement militaire, il est en effet important « que les ports et les voies ferrées [affectés aux Doughboys] se situent autant que possible au sud de la Bretagne, afin de limiter au maximum toute tentative d’influence de la part des Britanniques » 74. On comprend dès lors que le lobbyning des décideurs nazairiens n’a pas dû avoir à peser très lourd pour renverser une balance qui penchait déjà fortement en faveur de l’estuaire de la Loire, Brest ne répondant pas au cahier des charges, Bordeaux et La Rochelle étant sous-dimensionnés et/ou trop éloignés. Il est donc indéniable que, du point de vue de l’armée française, le choix de Saint-Nazaire participe d’une limite du processus de totalisation du conflit, l’Union avec l’allié britannique n’étant sacrée qu’en théorie, dans les discours, beaucoup moins en pratique.

44Dès lors, on comprend mieux la nécessité de montrer cette alliance franco-américaine et de construire un discours exacerbant le lien entre Paris et Washington. La commémoration patriotique joue ici un rôle essentiel mais se trouve être moins un vecteur de « mémoire » qu’un outil de (re)mobilisation des consciences dans des contextes fluctuants mais toujours sensibles. En 1917 c’est le choc de l’échec du Chemin des Dames et des grèves de l’arrière qu’il faut combattre. Au printemps 1918, il faut rassurer la population face à l’avancée allemande, à une heure où le corps expéditionnaire américain n’est pas encore prêt à entrer en ligne. En 1919, il faut peser face à un Wilsonisme qui a le vent en poupe afin de faire triompher la conception française de la paix, c’est-à-dire la mise sur place d’un continent européen où l’Allemagne serait non seulement sempiternellement renvoyée à son statut de déclencheur de l’hécatombe totale mais astreinte à payer des réparations d’un montant astronomique. Qu’il s’agisse donc de pures relations publiques ou de simple affichage, les postures en disent beaucoup sur l’impact de la présence du corps expéditionnaire dans l’estuaire de la Loire entre 1917 et 1919. Français et Américains n’ont en effet pas toujours la même manière de voir les choses.

Notes

1  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1655.

2  Sur la construction de cette image et plus généralement sur l’ensemble de la production photographique des opérateurs du Signal Corps à Saint-Nazaire on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « La section photographique du Signal Corps à Saint-Nazaire pendant la Première Guerre mondiale : source pour une histoire transnationale », op. cit..

3  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 1623.

4  Gleaves, Admiral Albert, A History of the Transport Service. Adventures and Experiences of United States Transports and Cruisers in the World War, New-York, George H. Doran Company, 1921, p. 47.

5  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le ministre de l’Intérieur au préfet de Loire-Inférieure, 9 juin 1917.

6  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le sous-préfet de Saint-Nazaire au préfet de Loire-Inférieure, 20 juin 1917.

7  Arch. Dép. Loire-Atl. : 8 R 17, le préfet de Loire-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 2 juillet 1917.

8  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2017, p. 178.

9  Creel, George, How we Advertised America. The First Telling of the Amazing Story of the Committee on Public Information that Carried the Gospel of Americanism to Every Corner of the Globe, New York, Harper & Brother Publishers, 1920, p. 30.

10  Marshall, George C., Memoirs of My Services in the World War, 1917-1918, Boston, Houghton Mifflin Company, 1976, p. 11.

11  Le Gall, Erwan, « La Section photographique du Signal Corps… », op. cit..

12  Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1917. Renseignements généraux, statistiques commerciales et maritimes, XXIIe volume, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1919, p. 65.

13  Ibid., p. 65-72.

14  « Nantes-Saint-Nazaire base américaine », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6387, 27 avril 1917, p. 2.

15  « Saint-Nazaire-Nantes base américaine », Le Phare de la Loire, 87e année, n°12963, 5 mai 1917, p. 2.

16  « La presse américaine à Nantes et Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31830, 16 mai 1917, p. 3.

17  « Les journalistes américains chez nous », L’Ouest-Éclair, non numéroté, 21 mai 1917, p. 2.

18  « La mission américaine à Nantes », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31832, 18 mai 1917, p. 3 ; « La mission américaine à Nantes », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31833, 19 mai 1917, p. 3-4 ; « La mission américaine à Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31834, 20 mai 1917, p. 2-3 ; « La mission américaine à Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31835, 21 mai 1917, p. 2.

19  « Des journalistes américains à Nantes », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6407, 19 mai 1917, p. 3. Le fait que Maurice Schwob compte parmi la délégation officielle explique certainement cet état de fait. « La mission américaine à Nantes », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31833, 19 mai 1917, p. 3-4.

20  « Les journalistes américains… », op. cit..

21  « La mission américaine à Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31834, 20 mai 1917, p. 2.

22  « La mission américaine à Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31835, 21 mai 1917, p. 2.

23  « La mission américaine à Nantes », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31833, 19 mai 1917, p. 3-4.

24  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, op. cit., p. 269.

25  « Nantes-Saint-Nazaire base américaine », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6387, 27 avril 1917, p. 2.

26  Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1917…, op. cit., p. 70.

27  Le terme est employé par « Saint-Nazaire-Nantes base américaine », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31817, 2 mai 1917, p. 2.

28  Ibid., p. 71.

29  Foucault, Henry, « Pour le grand port de Bretagne », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6390, 30 avril 1917, p. 1. Il est à noter que ces avantages sont également mis en avant par Kowalski, Jean-Marie, « Brest 1917 : histoire d’un choix », Les Cahiers de l’Iroise, n°225, janvier 2017, p. 111-123.

30  Pehaut, Gérard, « Ravitailler le corps expéditionnaire américain. Les enjeux des approvisionnements des American Expeditionary Forces en France de 1917 à 1919 », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°266, 2017/2, p. 37-62.

31  « Nos ports, base américaine », L’Ouest-Éclair (Nantes), 18e année, n°6390, 17 mai 1917, p. 3.

32  « La mission américaine à Nantes », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31833, 19 mai 1917, p. 3-4 ; « Des journalistes américains à Nantes », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6407, 19 mai 1917, p. 3.

33  Arch. dép. Loire-Inf. : 8 ET 16, Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte rendu des Travaux de la Chambre pour l’année 1913. Renseignements généraux. Statistiques commerciales & maritimes, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1914, p. 243-244.

34  « Brest serait un port transatlantique défectueux tandis que… », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31857, 12 juin 1917, p. 3.

35  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, op. cit., p. 19-24.

36  « French Ports Want to Shelter American Warships », Norwich Bulletin, Vol. LIX, n° 246, 19 juin 1917, p. 4.

37  « French Ports Dispute Honoring US Ships », South-Bend News -Times, Vol. XXXIV, n°154, 3 juin 1917, p. 3.

38  Hedin, Naboth, « Saint-Nazaire, Built on American Plan, Getting Ready for US Trade After War », The Brooklyn Daily Eagle Vol. 77, n°174, 24 juin 1917, p. 23.

39  Ibidem.

40  Ibid..

41  « Get Next Sunday’s Eagle», The Brooklyn Daily Eagle, Vol. 77, n°172, 22 juin 1917, p. 7 et « Get Next Sunday’s Eagle», The Brooklyn Daily Eagle, Vol. 77, n°173, 23 juin 1917, p. 7

42  Arch. dép. Loire-Atl. : Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Compte-rendu des travaux de la Chambre pour l’année 1917. Renseignements généraux, statistiques commerciales et maritimes, XXIIe volume, Saint-Nazaire, Grande Imprimerie, 1919, p. 163.

43  « Saint-Nazaire’s thanks », The Brooklyn Daily Eagle Vol. 77, n°234, 24 août 1917, p. 6.

44  Sans doute ce dernier élément fait-il référence à la promenade du boulevard de l’Océan, effectivement bordée d’arbres.

45  Hedin, Naboth, « Saint-Nazaire… », op. cit..

46  Ibidem.

47  Ibid..

48  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 26.

49  « La mission américaine à Saint-Nazaire », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31835, 21 mai 1917, p. 2.

50  Pour une rapide présentation de ce projet qui à lui seul mériterait une enquête approfondie se reporter à Villat, Louis, « Suisse-Océan par les ports de la Loire », Annales de géographie, Vol. 27, n°150, 1918, p. 461-463.

51  « Port for Inland Nations », The Hays Free Press, Vol. XXXIX, n°11, 20 février 1919, p. 5. À en juger par le nombre d’articles en tous points similaires que l’on retrouve dans la presse américaine, l’action de ce diplomate doit être assez efficace même si, et la précision est importante, elle ne parvient manifestement pas à susciter l’enthousiasme.

52  La Loire navigable, 1re année, n°1, 1er juillet 1896.

53  « Port for Inland Nations », The Bridgeport Times, Vol. 54, n°235, 4 octobre 1918, p. 17.

54  Sur la question, se reporter à Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 217 notamment.

55  Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, op. cit., p. 32.

56  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, op. cit., p. 178-182.

57  « Fête de l’indépendance, L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5822, 4 juillet 1918, p. 3. NDA : les italiques sont dans reproduites conformément au document original.

58  « La fête de l’indépendance américaine », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5821, 3 juillet 1918, p. 3.

59  « Nouveau débarquement de troupes américaines », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31878, 3 juillet 1917, p. 1.

60  Bruce, Robert B., A Fraternity of Arms. America & France in The Great War, Lawrence, University Press of Kansas, 2003, p. 3.

61  Sur la querelle de l’amalgame se rapporter notamment à Kaspi, André, Les Temps des Américains 1917-1918, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976 et Autruc, Raphaëlle, « La rivalité franco-américaine : l’instruction des soldats américains en France (1917-1918) », Revue historique des armées, n°246, 2007, p. 22-32.

62  « Journées roumaines », L’Ouest-Éclair (édition Nantes), 18e année, n°6368, 8 avril 1917, p. 3.

63  Bouchard, Carl, « Parler de l’Amérique dans les écoles de France et de Belgique (1915-1919) », Communication prononcée lors du colloque « Voilà les Américains ! Les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : Circulations et diffusion des idées et des savoirs », Actes à paraître.

64  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire…, op. cit., p. 181 ; Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 3945 à 3950.

65  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 3951 et 3952.

66  Becker, Jean-Jacques, 1914, Comment les Français sont entrés dans la guerre, op. cit..

67  Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée..., op. cit., 2004.

68  Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 4323 et 4324.

69  Écomusée de Saint-Nazaire : À 1074.4.2.

70  Écomusée de Saint-Nazaire : À 411.3.1, À 411.4.2.

71  Kaspi, André, Le temps des Américains…, op. cit..

72  Colloque international « Voilà les Américains ! Les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs » organisé à Saint-Nazaire du 22 au 24 juin 2017 par Catala, Michel et Jeannesson, Stanislas, Actes à paraître.

73  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 33.

74  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre…, op. cit., p. 125.

Table des illustrations

Titre Illustration 7 : Débarquement de Doughboys à Saint-Nazaire. Photo supposée être prise le 26 juin 1917.
Crédits National Archives at College Park, MD : 111-SC-96010
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Illustration 8 : Des Doughboys défilent à Saint-Nazaire, sur le front de mer, le 5 avril 1918.
Crédits National Archives at College Park, MD : 111-SC-10406
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 514k

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search