Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

II. Une totalisation limitée

II - Une totalisation limitée

Texte intégral

1Lorsqu’il s’agit d’évoquer le combat conjoint de la France et des États-Unis, le discours des journaux lus par les Nazairiens s’accompagne bien souvent d’une vision totalisante du conflit. Annonçant l’arrivée en ligne des premiers contingents du corps expéditionnaire, des éléments de la 1re DIUS débarqués dans le port ligérien en juin 1917 et affectés quelques mois plus tard au secteur « calme » de Toul afin de parfaire leur instruction, L’Ouest-Éclair se lance dans une remarquable hagiographie, encensant tout autant l’Oncle Sam que Marianne. Ainsi, pour le quotidien breton, « jamais depuis Napoléon on ne vit une entrée en campagne aussi foudroyante que celle des Américains ». Reprenant une dépêche de l’agence United Press, le journal livre une saisissante description de ce baptême du feu :

« Les sammies combattent côte à côte dans les tranchées de première ligne avec les poilus. Un capitaine d’artillerie partage avec ses canonniers l’honneur d’avoir tiré le premier coup de canon américain. Par un matin brumeux, à six heures précises, le capitaine américain a ordonné le feu et les obus américains ont arrosé une batterie ennemie. La douille du premier obus tiré a été envoyée au président Wilson ».

2Et L’Ouest-Éclair d’enchaîner :

« Donc le prodige est réalisé : les Américains sont sur le front et se battent. Le premier pas est fait vers le but que les fils de l’Amérique ont juré d’atteindre et qui est de chasser à jamais de la face de la terre le régime du Kaiser, assurant par-là, la sécurité du régime démocratique dans le monde ».

  • 1  « L’effort américain », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5568, 1er novembre 1917, (...)
  • 2  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, Paris, Soteca, 2017, p. (...)
  • 3  « L’effort américain », op. cit..

3Publié dans l’édition nantaise de L’Ouest-Éclair daté du 1er novembre 1917, cet article appelle plusieurs commentaires 1. Tout d’abord, il n’échappera à personne que ces propos tendent clairement à enjoliver la situation. En effet, seuls quelques Américains sont alors en ligne, et encore s’apprêtent-ils à déplorer très rapidement des pertes. Le 3 novembre 1917, le 16th Infantry Regiment, débarqué en juin 1917 à Saint-Nazaire, enregistre ses premiers morts à la suite d’un coup de main allemand 2. Mais là n’est sans doute pas le plus important. En effet, il est frappant de constater combien cette alliance magnifiée est indissociable d’une vision du conflit qui ne peut que s’achever par la destruction du régime adverse. L’auteur de cet article, malheureusement anonyme, résume du reste d’une formule efficace la situation : « le marteau-pilon de Krupp n’a pu écraser la civilisation, le marteau-pilon de l’oncle Sam écrasera la barbarie ». Or l’emploi d’un tel registre lexical n’est pas neutre en ce qu’il témoigne assurément de cette culture de guerre qui non seulement donne du sens au réel en cours mais est souvent caractérisée par une forte haine à l’égard de l’ennemi. Dès lors, comment s’étonner que pour L’Ouest-Éclair « les Américains [fassent] la guerre totale » ? 3

4La réalité est pourtant plus nuancée. Cette relation franco-américaine si louée par la presse et les autorités participe en réalité d’une vaste opération de relations publiques, pour employer un terme anachronique, où l’Histoire, faute d’éléments plus consistants, tient le premier rôle. C’est que la période 1917-1919 marque, pour l’essentiel, la première rencontre entre Français et Américains et chacun entend profiter de l’aubaine qui se présente. Certes, il importe de gagner la guerre mais l’économie et la découverte du monde sont aussi des dimensions très présentes derrière le vernis de la morale patriotique. Ce faisant, elles disent bien les limites d’un conflit qui, en définitive, n’est pas aussi total que les contemporains paraissent le croire. Certes, la région nazairienne est pendant ces quelques dizaines de mois de présence américaine un véritable salad bowl où se rencontrent des individus de toutes origines, de toutes confessions et de toutes cultures. Pourtant, les échanges paraissent en définitive bien minces, preuve que l’heure de la fusion des peuples unis contre la « barbarie » n’est pas encore venue.

Notes

1  « L’effort américain », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5568, 1er novembre 1917, p. 2.

2  Porte, Rémy, Les États-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, Paris, Soteca, 2017, p. 201.

3  « L’effort américain », op. cit..

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search