Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

I. Vers la guerre totale

I - Vers la guerre totale

Texte intégral

  • 1  Library of Congress : LC-A6199-8511 [P&P]. Sur cette séance de théâtre, se reporter également à Éc (...)

1À Saint-Nazaire, dans l’enceinte du Base Hospital 101, un groupe d’infirmières, d’hommes du rang et d’officiers interprète le 4 juillet 1918 une pièce de théâtre intitulée Democracy Victorious, œuvre de Miss A. P. Borden, membre du YMCA 1. Les costumes, manifestement d’inspiration antique, font apparaître une bannière étoilée et un Union Jack. La légende de ce cliché pris par un opérateur du Signal Corps donne quelques éléments à propos de la distribution : le sous-lieutenant Théodore Alfred de l’intendance interprète « l’Autocratie », Miss S. Margaret Morris du YMCA « la Démocratie », Miss Suzanne Beaumont « la France », Miss Ruth Randall « la Grande-Bretagne », Miss Florentine C. Woeckner « les États-Unis », le caporal Wallace Atherton la « soif de pouvoir », Miss Mary Devine « la fierté », le soldat William Archer « l’égoïsme », le soldat William Mc Mullen « l’esclavage », Miss Mae Shaw « l’aveuglement », le soldat Carl Fordelman « le mensonge », Miss Lillian Lambert « la peur » et, enfin, le soldat Frank Wertney, « la haine ».

  • 2  Hardier, Thierry, et Jagielski, Jean-François, Oublier l’apocalypse ? Loisirs et distractions des (...)
  • 3  Sur le sujet, se rapporter au désormais classique Jovelin, Hervé, « Poilu’s Park (1914-1919). Un p (...)

2Si une telle scène contraste assurément avec les représentations mentales classiquement associées à la Première Guerre mondiale – la mort, les tranchées, la violence… – cette image ne doit pas étonner. Soucieuses de la préservation du moral de leurs hommes dans un conflit d’autant plus long que l’issue apparaît très lointaine aux contemporains, les armées organisent de nombreux loisirs pour leurs troupes 2. Célèbre est à cet égard le poilu’s park de Commercy, dans la Meuse, véritable parc d’attraction pour combattants 3. Le théâtre, de même que le cinéma du reste, est ainsi un vecteur privilégié des armées qui n’hésitent pas organiser, pour les unités stationnant temporairement dans les cantonnements de repos de l’arrière-front, de nombreuses représentations. En Bretagne, on connait ainsi le rôle du « Barde aux armées » Théodore Botrel qui, sous l’uniforme du 41e RI de Rennes, entreprend pendant le conflit un vaste tour de chant parmi les troupes. Le corps expéditionnaire américain ne fait pas exception et prend, lui aussi, en charge les loisirs de ses Doughboys.

  • 4  Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317.

3Cette séance de théâtre aux armées n’intervient pour autant pas à n’importe quel moment puisque cette photo est prise le 4 juillet 1918, jour de fête nationale aux États-Unis, par un certain caporal Carnochan. Aussi, si cette représentation relève bien du registre des loisirs pour les hommes, elle est également indissociable de la diffusion d’un message, en l’occurrence clairement perceptible à l’examen de la distribution et du titre de la pièce. Le texte de cette pièce n’ayant pu être retrouvé, il demeure selon toute vraisemblance inédit. Néanmoins, tout laisse entrevoir un discours si ce n’est binaire au moins très manichéen, énième relation du combat ancestral entre le bien le mal et manifestation du processus de totalisation du conflit évoqué, « la Démocratie » ne pouvant coexister avec « l’Autocratie », « la soif de pouvoir », « l’esclavage » ou encore « le mensonge ». Ce type d’œuvre est en effet consubstantiellement lié à la nation de « culture de guerre », concept que l’on décrira de manière assez large comme étant une grille de lecture donnant du sens au réel en cours 4. En d’autres termes, cette pièce de théâtre est un moyen de rappeler aux Doughboys pourquoi ils sont en France, pour quoi ils se battent et quels sont les enjeux du conflit auquel ils participent.

  • 5  Écomusée de Saint-Nazaire : 2008.1.2.1.
  • 6  « Les Atrocités allemandes », L’Ouest-Éclair (édition Rennes), 16e année, n°5722, 21 août 1914, p. (...)

4Le ton de cette pièce de théâtre n’est pas propre aux Américains. Quelques jours plus tard, une « grande revue en trois actes » est donnée à Saint-Nazaire, spectacle dont le titre ne laisse pas vraiment de doute quant à la teneur des propos tenus sur scène : « Les Bochonneries de l’année » 5. Ce ton n’est pas nouveau et ne doit rien à une sorte de processus de radicalisation qui serait consécutif à l’arrivée des Doughboys. Au contraire, dès le 21 août 1914, L’Ouest-Éclair narre l’histoire d’un employé d’une « maison industrielle de Saint-Nazaire » racontant comment, à Francfort, trois semaines auparavant, « deux Français furent arrêtés par des officiers allemands qui violentèrent leurs femmes et fusillèrent les maris devant les malheureuses, sous prétexte que ceux-ci les avaient injuriés » 6. Rien ne permet d’affirmer que cet acte s’est réellement produit et, d’ailleurs, pour notre propos, peu importe. En définitive, c’est le discours qui ici compte, rhétorique qui montre bien que dès les premiers jours du conflit, le port ligérien est englobé dans une spirale de totalisation.

5En effet, en l’espace de quelques heures, à la toute fin du mois de juillet 1914, la région est comme happée par la dégradation, en quelques jours seulement, du climat international. C’est le basculement dans le conflit puis, celui-ci s’éternisant, la conversion à marche forcée à l’économie de guerre. À cette fulgurante accélération du temps répond sur le champ de bataille le choc initial du baptême du feu pour les troupes envoyées en première ligne puis, après quelques semaines de guerre de mouvement, l’enlisement dans l’interminable siège mutuel des tranchées. S’en suivent une année de « grignotages » en 1915, deux titanesques batailles menées à Verdun et sur la Somme puis une redoutable désillusion sur le Chemin des Dames. Quelques jours plus tard, le 26 juin 1917 les premiers contingents de Doughboys débarquent à Saint-Nazaire, actant l’entrée dans la danse de l’Oncle Sam et contribuant par la même occasion à rendre ce conflit tellement hors-normes qu’il en devient total.

Notes

1  Library of Congress : LC-A6199-8511 [P&P]. Sur cette séance de théâtre, se reporter également à Écomusée de Saint-Nazaire : NUM 4356 à 4363.

2  Hardier, Thierry, et Jagielski, Jean-François, Oublier l’apocalypse ? Loisirs et distractions des combattants pendant la Grande Guerre, Paris, IMAGO, 2014.

3  Sur le sujet, se rapporter au désormais classique Jovelin, Hervé, « Poilu’s Park (1914-1919). Un parc d’attractions pour soldats sur le front », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°183, juillet 1996, p. 111-123.

4  Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317.

5  Écomusée de Saint-Nazaire : 2008.1.2.1.

6  « Les Atrocités allemandes », L’Ouest-Éclair (édition Rennes), 16e année, n°5722, 21 août 1914, p. 1.

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search