Version classiqueVersion mobile

Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale

 | 
Erwan Le Gall

Introduction

Texte intégral

  • 1  « L’Aide que nous apportent les États-Unis », Le Phare de la Loire, de Bretagne et de Vendée, 102e(...)
  • 2  Sur les mécanismes de patriotisme défensif lors de l’entrée en guerre, se rapporter à l’étude inco (...)
  • 3  Il est vrai bien loin derrière le socialiste brestois Gustave Hervé et le ténor nationaliste Mauri (...)

1Une poignée de semaines après l’entrée officielle en Première Guerre mondiale des États-Unis, survenue le 6 avril 1917, Le Phare de la Loire affirme que « l’Amérique ira jusqu’au dernier dollar et au dernier homme » dans le conflit qui l’oppose désormais à l’Allemagne 1. Percutante, cette phrase est à l’image du patron de ce quotidien nantais, le fantasque Maurice Schwob. Fils de juif alsacien, il cultive avec son père Georges, qui achète Le Phare au milieu des années 1870 et à qui il succède à la direction, une vibrante fibre patriotique. Sans surprise, son journal s’engage sans concession aucune, dès les toutes premières heures de la mobilisation générale, en août 1914, dans l’union sacrée de la défense de la patrie contre un ennemi érigé en figure de la « barbarie » 2. L’essoufflement de la guerre de mouvements et l’enlisement du conflit dans l’interminable siège mutuel des tranchées n’entament nullement la verve de ce polytechnicien. Narquoise récompense, il reçoit même 521 voix lors de l’élection du « grand chef de la tribu des Bourreurs de crânes » organisée en 1916 par Le Canard enchaîné 3.

  • 4  Sur cette question, se reporter au magistral article de Le Foll-Luciani, Pierre-Jean, « Une guerre (...)

2Terrible, l’affirmation selon laquelle « l’Amérique ira jusqu’au dernier dollar et au dernier homme » n’étonne donc pas qui connaît Le Phare de la Loire et son directeur. Mais cette phrase n’en n’interroge pas moins l’historien. La source, tout d’abord, pose question. Faut-il raccorder ce patriotisme sans faille aux origines juives-alsaciennes de la famille Schwob, l’engagement dans le conflit apparaissant pour beaucoup d’Israélites comme le moyen de définitivement « prouver » leur loyauté envers la France ? 4 En absence de témoignage explicite, il est difficile d’être définitif. Ce d’autant plus qu’à Rennes le catholique L’Ouest-Éclair n’est lui non plus pas exempt de propos outranciers. C’est ainsi que, le 5 avril 1917, Emmanuel Desgrées du Loû n’hésite pas à filer une singulière trame historique lui permettant d’affirmer qu’avec l’entrée en guerre des États-Unis vient « le commencement de la fin » du conflit :

  • 5  « Le commencement de la fin », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6365, 5 avril 1917, p. 1. Sur l’histoi (...)

« À 135 ans de distance, le président Wilson paie à la République française la dette de reconnaissance contractée par son prédécesseur Washington envers le roi de France. Ainsi s’affirment, une fois de plus, la continuité de notre histoire et la valeur morale du lien de solidarité qui rattache la patrie moderne à celle du passé et conserve à notre pays, malgré les révolutions et les changements de régime politique, son visage d’immortelle jeunesse…
Aussi bien, en 1914, 1915, 1916 et 1917, comme en 1778 et dans les années qui suivirent, c’est encore pour la liberté que se bat la France, pour la sienne, mais aussi pour celle du monde. Notre guerre est essentiellement une guerre d’indépendance. Nous avons seulement la joie d’avoir à nos côtés, dans cette lutte qui ébranle toute la planète, notre adversaire d’autrefois, notre grande amie l’Angleterre, devenue l’alliée de ce même peuple américain dont nous assurâmes contre elle, à la fin du dix-huitième siècle, l’émancipation » 5.

  • 6  « Les Boches ont un ennemi de plus », La Dépêche de Brest, 31e année, n°11659, 7 avril 1917, p. 1.
  • 7  « Les Allemands avaient projeté l’invasion des États-Unis », La Dépêche de Brest, 31e année, n°115 (...)
  • 8  D’Armon, Paul, « Le Champion », La Dépêche de Brest, 31e année, n°11595, 3 mai 1917, p. 1.

3À Brest, la Dépêche n’est pas en reste et proclame lapidairement, en première page de l’édition datée du 7 avril 1917, que « les Boches ont un ennemi en plus » à la suite de la ratification, par la Chambre des représentants, de « la résolution en faveur de la guerre contre l’Allemagne » 6. À en croire le quotidien finistérien, cette décision n’est ni plus ni moins qu’une légitime réponse à l’agressivité de Berlin qui planifiait « [d’]occuper New-York, Boston et Baltimore, [de] s’emparer du président Wilson et [de] le retenir comme otage au Mexique pendant que 300 000 réservistes allemands partis d’Amérique envahiraient le territoire canadien et que, en Europe, les hordes prussiennes prendraient Calais et envahiraient l’Angleterre » 7. Dans ces conditions, comment s’étonner que l’éditorialiste Paul d’Armon affirme dans les colonnes de ce même journal que c’est « pour défendre les Belges et les Arméniens » que les États-Unis entrent en guerre, l’Allemagne étant présentée comme un ennemi du « droit de l’humanité » ? 8

4Comme un écho transatlantique, la presse américaine, elle aussi, verse à de nombreuses reprises dans l’outrance. Parmi une multitude d’exemples, mentionnons en avril 1918 une publicité en faveur de l’émission du 3e emprunt de la Liberté (Liberty Loan). Cette réclame montre la photographie d’un gourdin dont serait équipée l’armée allemande et est accompagnée d’un texte dont le message est particulièrement explicite :

  • 9  Williston Graphic, vol. XXIII, n°42, 4 avril 1918, p. 15. Cette réclame est diffusée dans des jour (...)

« Ceci est la sinistre réalité qui rappelle pourquoi nous combattons. La massue ci-dessus – cliché provenant d’un photographe officiel – pourrait être l’arme d’un homme des cavernes d’il y a 5 000 ans. C’est en fait l’arme avec laquelle les soldats allemands achèvent leurs ennemis blessés sur le champ de bataille, ce même champ de bataille où les boys américains combattent.
Il n’y a qu’une réponse à apporter à de telles méthodes : vaincre les armées allemandes. L’Amérique a pris son épée pour apporter cette réponse. Notre armée est en France pour contribuer à remporter sur le champ de bataille cette victoire, pour que la civilisation soit sauve, pour que l’Amérique soit sauve » 9.

Illustration 1 : Publicité en faveur de l’émission du troisième emprunt de la Liberté publiée le 4 avril 1918 dans le Williston Graphic

Illustration 1 : Publicité en faveur de l’émission du troisième emprunt de la Liberté publiée le 4 avril 1918 dans le Williston Graphic
  • 10  « Peace », The Stars and Stripes, Vol. 1, n°25, July 26, 1918, p. 4.

5Journal destiné aux soldats du corps expéditionnaire projeté en Europe, le Stars & Stripes use volontiers de cette rhétorique de la « guerre de civilisation », notamment par l’intermédiaire de caricatures particulièrement violentes. L’une d’elles, pour ne citer qu’un exemple, figure l’Allemagne sous les traits d’une jeune femme allongée sur le dos, le ventre transpercé par un immense glaive dont la lame porte l’inscription « Kaiserism ». Intitulé « Paix », le dessin suggère implicitement que celle-ci ne peut être conquise sans la mise à mort de l’Allemagne 10. Dès lors, se pose la question de savoir si la presse est véritablement le miroir de l’âme des contemporains ou si, au contraire, elle agit à la manière d’un prisme déformant.

6De tels discours sont assurément dans l’air du temps si l’on en juge par ce que l’on peut percevoir de la sphère publique de l’époque. Dans une « déclaration en l’honneur des États-Unis », le Président du Conseil Alexandre Ribot prononce devant la Chambre des députés, le 5 avril 1917, des mots particulièrement forts :

  • 11  Ribot, Alexandre, Journal de Alexandre Ribot et correspondances inédites (1914-1922), Paris, Plon, (...)

« Après avoir tout fait pour affirmer son attachement à la paix, la grande nation américaine déclare solennellement qu’elle ne peut rester neutre dans cet immense conflit entre le droit et la violence, entre la civilisation et la barbarie. Elle considère qu’il est de son honneur de relever les défis portés à toutes les règles du droit international si laborieusement édifiées par l’effort commun des nations civilisées. […]
Si le monde avait pu garder le moindre doute sur le sens profond de la guerre où nous sommes engagés, le message du président des États-Unis dissiperait toute obscurité. Il fait apparaître à tous que la lutte est véritablement une lutte entre l’esprit de liberté des sociétés modernes et l’esprit de domination des sociétés encore asservies à un despotisme militaire. (Applaudissements vifs et prolongés). C’est ce qui fait que ce message retentira jusqu’au fond de tous les cœurs comme un message de délivrance apporté au monde. (Applaudissements).
Le peuple qui a fait au dix-huitième siècle la déclaration des droits sous l’inspiration des écrits de nos philosophes, le peuple qui a mis au premier rang de ses héros Washington et Lincoln, le peuple qui, au siècle dernier, s’est déchiré lui-même pour abolir l’esclavage (Toute la Chambre se lève…) était bien digne de donner au monde un tel exemple. […] En voyant s’éveiller partout dans le monde la conscience des peuples et s’élever une immense protestation contre les atrocités dont nous sommes victimes, nous sentons plus vivement que nous ne combattons pas seulement pour nous-mêmes et pour nos alliés mais pour quelque chose d’immortel, et que nous travaillons à fonder un ordre nouveau… » 11

  • 12  Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317 définissen (...)
  • 13  Cité in Nouailhat, Yves-Henri, France et États-Unis. Août 1914-Avril 1917, Paris, Publications de (...)
  • 14  Bibliothèque nationale de France : Agence photographique Rol, 49722.
  • 15  Écomusée de Saint-Nazaire : BA 65, 22 FÀ 7, chemise 8.

7On reconnaît bien là les éléments classiques d’une certaine culture de guerre faisant de ce conflit l’affrontement de la « justice », du « droit » et de la « civilisation » contre la « barbarie » incarnée par l’Allemagne 12. En conséquence et comme le rappelle l’ambassadeur de France aux États-Unis Jean-Jules Jusserand, on comprend que l’Entente soit décidée à poursuivre le conflit « coûte que coûte jusqu’à la victoire » 13. Pour autant, il est intéressant de remarquer que ce discours n’est pas circonscrit aux seules hautes sphères de l’État mais est également relayé par les exécutifs locaux. Dès la fin du mois de juin 1917, le maire de Saint-Nazaire, Louis Brichaux, fait apposer une affiche sur les murs de sa ville dans laquelle il proclame que « la Grande République Américaine et la nôtre luttent pour la réalisation du même idéal de Civilisation, de Justice et d’Honneur »14. Néanmoins, se pose la question de savoir si ce discours est représentatif de l’état d’esprit de la population nazairienne d’alors. Les archives, et notamment les témoignages de Nazairien.es demeuré.es en leur ville pendant le conflit, étant particulièrement rares, il est difficile d’être ici définitif. Rappelons toutefois que le Travailleur de l’Ouest affirme dans son édition du 7 janvier 1917 que « par cette guerre nous faisons guerre à la guerre mais nous interdisons toute pensée de vengeance » 15.

Saint-Nazaire et la guerre totale

  • 16  Robert, Jean-Louis, « Introduction », in Robert, Jean-Louis (dir. en collaboration avec Chaurand, (...)

8Le propos de cet « organe socialiste, syndicaliste, coopératif et maritime » n’est pas neutre. Certes, il ne s’agit sans doute pas là d’une opinion dominante et il convient donc de se garder de tout risque de surinterprétation en lui conférant une importance qu’il n’a pas eue. Pour autant, il n’en demeure pas moins que ces mots sont intéressants en ce qu’ils rompent l’unanimisme des discours et rappellent qu’à Saint-Nazaire, comme en maints endroits de France du reste, quelques individus se démarquent de l’idéologie patriotique dominante. Or, comme le rappelle l’éminent historien J.-L. Robert, « si les questions du nationalisme et de la construction d’un monde pacifié, ou celles des violences dramatiques de la guerre, comptent grandement, la Première Guerre mondiale, guerre totale, pose aussi les questions d’une économie et d’une société mobilisée » 16. En d’autres termes, tant par les discours qui la sous-tendent que par les masses qu’elles mobilisent, dans toutes les acceptions du terme, et les violences qu’elle génère, la séquence 1914-1918 s’impose à tous les contemporains, créant de facto l’impression d’un conflit total. Pour autant, et le propos relevé dans l’édition du 7 janvier 1917 du Travailleur de l’Ouest le rappelle, un tel constat n’implique pas nécessairement un unanimisme des opinions et des conduites. C’est cette analyse que nous entendons approfondir dans cet ouvrage.

  • 17  Document reproduit in Secrétariat d’État aux anciens combattants (Mission permanente aux commémora (...)

9Il est vrai que bien des aspects de cette guerre que l’on dit alors « Grande », comme si toutes les précédentes paraissaient aux yeux des contemporains de moindre intensité, soulignent cette belligérance que l’on voit souvent qualifiée de totale : le nombre de combattants mobilisés, l’effroyable bilan humain, l’érosion de la frontière entre civils et militaire (que cela soit par l’intermédiaire des bombardements aériens sur Londres et Paris, des atrocités allemandes de l’été 1914 ou encore du génocide des Arméniens), le poids exorbitant du pouvoir militaire face aux autorités civiles (très sensible en Allemagne, allant decrescendo en France, bien moindre aux États-Unis), la conversion de l’outil industriel au service de l’effort de guerre, les discours visant non seulement à dénigrer mais à déshumaniser l’ennemi et appelant à son éradication… Pour ne citer qu’un exemple, dans son ordre général n°318 du 30 juillet 1918, le général Charles Mangin, alors à la tête de la Xe armée, n’hésite pas à dramatiser l’enjeu des combats que ses troupes s’apprêtent à livrer aux côtés des Américains : « Vous avez acquis pleinement le sentiment de votre supériorité sur le barbare, ennemi du genre humain tout entier, contre lequel luttent les Enfants de la Liberté » 17. Propos invraisemblables qui disent bien l’intensité de ce conflit.

  • 18  Pour une présentation synthétique de ces débats historiographiques, on renverra à Bell, David A., (...)
  • 19  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2017, p. 163.

10La notion de guerre totale est néanmoins plus complexe que ne le suggère la description ci-dessus. Forgée à propos de la Première Guerre mondiale par l’écrivain français Léon Daudet puis le général allemand Érich Ludendorff, cette idée est avant tout une réplique du formidable séisme qu’est la séquence 1914-1918 : des millions de morts, de blessés, de traumatisés… bref, un choc sans précédent et compris comme une rupture historique majeure. Le concept connait depuis une réelle popularité dans les milieux académiques mais n’est pas sans susciter un certain nombre de controverses. Ainsi, l’historien américain D. Bell rappelle que la guerre totale est moins une réalité observée qu’un appel vers un absolu, autrement dit un discours visant à une mobilisation toujours plus importante de la sphère civile au service de l’armée, jusqu’à arriver à un point de fusion entre ces deux espaces 18. C’est ce que suggère par exemple, le 18 mai 1917, Woodrow Wilson lorsqu’il réclame que « la nation entière [forme] une équipe dans laquelle chacun doit jouer le rôle qui lui convient le mieux », assertion présentée par l’historienne H. Harter comme marquant, aux États-Unis, le début de ce processus 19. Autrement dit, c’est bien en termes de forces qu’il faut penser, ce qui conduit à distinguer les mouvements conduisant vers la totalisation de la guerre mais aussi ceux, beaucoup moins souvent envisagés, qui s’éloignent de cette idée.

  • 20  Rousseau, Frédéric, « De l’élan patriotique aux stratégies d’évitement. Anatomie des engagements v (...)
  • 21  « Vol », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5818, 30 juin 1918, p. 4.

11En d’autres termes, si certains éléments conduisent au point de combustion qu’est la guerre totale, d’autres forces ne participent pas de ce mouvement, voire même vont à son encontre. On reconnait d’ailleurs bien là les débats qui traversent tout au long des années 1990-2000 l’historiographie française de la Grande Guerre à propos du « consentement patriotique » au conflit. Sans revenir sur cette controverse qui paraît par bien des égards périmée tant elle relève, au moins pour partie, d’obscures logiques de champs, la réponse apportée par les partisans de la « contrainte » permet de nuancer certaines idées, notamment en ce qui concerne le caractère « total » du conflit. Ainsi, les stratégies d’évitement mises en évidence par F. Rousseau rappellent que malgré les apparences, la quête de la victoire ne prime pas tout et que derrière un engagement volontaire dans l’artillerie peut aussi résider un désir de survie, cette arme étant éminemment moins meurtrière que l’infanterie 20. En réalité, nombreuses sont les traces dans les archives qui interrogent l’unanimisme des sociétés en guerre. À Saint-Nazaire, la chronique des faits divers en est une parfaite illustration. En juin 1918, Charles Grouet, un manœuvre de 38 ans, est arrêté pour avoir dérobé dans l’enceinte du camp américain où il est employé « deux couvertures, une gamelle et une assiette » 21. Sans doute anecdotique, un tel acte est néanmoins révélateur de comportements qui peuvent, le cas échéant, entrer frontalement en contradiction avec l’effort qu’exige la quête de la victoire face à l’Allemagne. Et l’on pourrait multiplier les exemples de la sorte. Dès lors, face à ce qui semble relever de la poursuite d’intérêts individuels, le port ligérien se révèle comme traversé lors de la séquence 1917-1919 par des logiques qui, parfois, sont contraires à celle de la guerre totale. C’est pour cela que nous souhaitons l’interroger sous l’angle d’un espace de dé-totalisation du conflit.

  • 22  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 27-61.
  • 23  Mélandri, Pierre, Histoire des États-Unis 1865-1996, Paris, Nathan Université, 1996, p. 93 ; Harte (...)

12Les États-Unis eux-mêmes illustrent bien cette conjonction de forces antagoniques à l’œuvre dans cette idée de guerre totale. Une synthèse récemment publiée rappelle fort justement que, prenant acte de ce que l’économie est en 1914 mondialisée, le président Wilson est persuadé que non seulement son pays aura à souffrir de la guerre mais qu’il ne pourra pas s’en tenir durablement éloigné. Les marchés pensent d’ailleurs de même puisque les cotations de Wall Street cessent au début du mois d’août 1914, pour ne reprendre que 4 mois plus tard. Il est vrai que l’économie américaine, qui fabrique plus du tiers des produits manufacturés mondiaux, soit autant que les industries britanniques, françaises et allemandes cumulées, est particulièrement dépendante du libre-échange. En effet, sans commerce, point de moyen d’écouler la production et, par conséquent, de faire rentrer du numéraire. Dépendants de la flotte britannique, on comprend mieux pourquoi les États-Unis ne parviennent pas longtemps à rester en dehors du conflit – quand bien même l’auraient-ils réellement souhaité tant le « militarisme » et l’« autoritarisme » allemands sont aux antipodes de l’individualisme américain – et réorientent rapidement leur business model en faveur de l’Entente 22. Éloquentes, les balances commerciales et du crédit américains disent bien l’aptitude de ce qui est encore souvent appelé « la guerre européenne » à aspirer dans le conflit des pans entiers du globe, la neutralité de Washington relevant en définitive plus d’une non-belligérance que de la poursuite d’une tradition isolationniste 23.

  • 24  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 35-36.
  • 25  Clark, Christopher, Les Somnambules. Été 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre ?, Paris, (...)
  • 26  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 133.

13Assurément, ce mouvement de totalisation fait écho à la démographie américaine d’alors. Les États-Unis comptent en effet sur leur territoire 8,3 millions d’individus d’origine germanique, dont 2,5 millions sont nés en Allemagne. Donald J. Trump, 45e locataire de la Maison blanche et en exercice à l’occasion des commémorations du centenaire de l’entrée en guerre de l’Oncle Sam, en est du reste une belle incarnation puisque son grand-père, Friedrich, naît en 1889 à Kallstadt, petite localité nichée dans l’actuel land de Rhénanie-Palatinat, entre Kaiserslautern et Mannheim. À ce total déjà impressionnant, il faut ajouter 2,5 millions de personnes dont les racines plongent dans l’Empire austro-hongrois et 4,5 millions d’Américains d’origine irlandaise qui, plus encore après la sanglante Pâques de 1916, se révèlent être bien peu enclins à être favorables à la Grande-Bretagne. D’un autre côté, le pays compte 2 millions de Britanniques et autant d’Italiens. On voit donc que le choix initial de la neutralité américaine tient tout autant à des convictions isolationnistes et à des impératifs électoraux qu’à la volonté de préserver une unité nationale fragile 24. Tout comme le volet économique, la réalité démographique participe donc d’une incontestable totalisation du conflit puisqu’il est, pratiquement, impossible à Washington d’y échapper. Mais là n’est pas la seule force à l’œuvre puisque le monde des années 1910 a beau être grandement connecté, il est aussi régi par la puissance des Nations qui, toutes, parfois même comme des somnambules, veillent jalousement à leurs intérêts particuliers 25. À cet égard, la décision de Washington d’entrer en guerre aux côtés de l’Entente, mais non en son sein 26, révèle bien une limite des forces de totalisation à l’œuvre entre 1917 et 1919, si ce n’est même un processus de dé-totalisation du conflit, notion qui est au cœur de cet ouvrage.

Figure 1 : Neutralité américaine et forces de totalisation du conflit européen, 1914-1917

Figure 1 : Neutralité américaine et forces de totalisation du conflit européen, 1914-1917
  • 27  Audoin-Rouzeau, Stéphane, « Guerre », in Sirinelli, Jean-François et Gauvard, Claude, Dictionnaire (...)

14En introduisant ce vocable nouveau, nous entendons revenir sur l’unanimisme des opinions et des conduites en Grande Guerre en interrogeant le poids des logiques particulières au sein des destinées nationales. En définitive, en forgeant ce néologisme de dé-totalisation, nous souhaitons qualifier l’ensemble des opinions et conduites individuelles et collectives qui vont à l’encontre de la poursuite du conflit en cours. En d’autres termes, ce concept se rapporte à des survivances de logiques de temps paix s’opposant au processus de totalisation devant, in fine, aboutir à la fusion de la société civile dans la sphère militaire, preuve qu’au final la poursuite de la victoire ne prime pas sur tout. Le paradoxe est que la guerre est par définition un fait social total, champ d’investigation qui ne saurait être réduit aux seules dimensions militaires mais doit également englober les aspects politiques, économiques ou encore culturels 27. Aussi, la dé-totalisation que nous entendons examiner dans ce volume impose de se baser sur une combinaison d’approches différentes pour pouvoir être saisie. Pour ce faire, le territoire nazairien, et plus encore la présence du corps expéditionnaire américain entre 1917 et 1919, s’imposent d’emblée comme des terrains particulièrement prometteurs, étant entendu que pour une enquête telle que celle que nous nous proposons de conduire ici, le recours aux échelles géographiquement circonscrites s’impose.

Perspectives historiographiques

  • 28  Kaspi, André, Le Temps des Américains, 1917-1918, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.
  • 29  Keene, Jennifer D., « Uneasy Alliances : French Military Intelligence and the American Army during (...)

15Un tel questionnement n’est toutefois pas sans enjeux. Interroger la dé-totalisation à l’œuvre dans l’estuaire de la Loire en 1917-1919, c’est en effet mettre en perspective la réalité de l’alliance franco-américaine pendant le conflit. Certes, il ne s’agit pas là d’une problématique nouvelle puisque les accrocs qui jalonnent la relation entre Washington et Paris n’ont plus beaucoup de secrets depuis la thèse, aujourd’hui classique, d’A. Kaspi 28. Ceux-ci ont d’ailleurs été confirmés, à la fin des années 1990, par un très stimulant article de l’historienne J. Keene qui s’attarde, notamment, sur l’impact de ces antagonismes sur les mémoires nationales françaises et américaines 29. Pour autant, notre propos est d’adopter ici un autre regard, moins par le bas, assurément conforme aux orientations de la nouvelle histoire militaire mais qui aurait pour conséquence d’opposer de manière sans doute un peu trop factice et verticale Paris et « la province », que décentré, c’est-à-dire se focalisant sur Saint-Nazaire et ses environs.

  • 30  Becker, Jean-Jacques, « Unions sacrées et sentiment des responsabilités », in Audoin-Rouzeau, Stép (...)
  • 31  Pour une réflexion à l’échelle de la Bretagne, Le Gall, Erwan, « Le ralliement à la guerre de 1914 (...)
  • 32  Goujon, Bertrand, Du Sang bleu dans les tranchées. Expériences militaires de nobles français duran (...)
  • 33  Becker, Jean-Jacques, « Unions sacrées… », art. cit., p. 211-213.
  • 34  Ludendorff, général Érich, La guerre totale, Paris, Flammarion, 1937.

16Interroger cette aire géographique en 1917-1919 sous l’angle d’un espace de dé-totalisation du conflit revient en outre à questionner l’Union sacrée d’un pays agissant tel un monolithe par et pour l’effort de guerre, sans d’autres perspectives ni aspirations que la victoire « du droit et la civilisation » contre la « barbarie ». Au sens strict, l’Union sacrée s’agit avant tout d’un phénomène politique. Redoutablement efficace, cette formule naît le 4 août 1914 dans la bouche de René Viviani prononçant pour le Président de la République Raymond Poincaré un discours à la Chambre des députés : « Dans la guerre qui s’engage, la France […] sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera l’Union sacrée et qui sont aujourd’hui assemblés dans une même indignation contre l’agresseur et une même foi patriotique » 30. Mais loin de se cantonner à la sphère strictement politique, l’expression ne tarde pas à se charger de vertus métonymiques et désigne bientôt le basculement de tout un pays dans le conflit et l’occultation provisoire des dissensions d’antan. À gauche, ce basculement est particulièrement sensible puisque de nombreux responsables socialistes se rangent dans l’effort commun pour la défense de la patrie 31. Point de soudain retournement de veste ici mais la confrontation de deux solidarités, la première à la nation, la seconde à l’internationalisme, un rapport de force aboutissant à la fin du mois de juillet 1914 à la victoire incontestable de la fidélité au drapeau tricolore. Ajoutons d’ailleurs que les milieux socialistes ne font nullement exception puisque B. Goujon observe les mêmes logiques au sein des pourtant très transnationales familles aristocratiques qui, en l’espace de quelques heures, peuvent se disloquer du fait du tracé des frontières nationales 32. Après tout, Guillaume II n’est-il pas apparenté aux familles régnant en Grande-Bretagne et en Russie ? D’ailleurs, l’image de la guerre comme ciment de la cohésion nationale existe également en Allemagne où on l’appelle Burgfrieden 33. Celle-ci, d’une certaine manière, semble faire écho à la « guerre totale » du général Ludendorff, symbiose parfaite entre l’armée et le peuple 34.

  • 35  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1331. 2001.
  • 36  « Une grave affaire », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5851, 2 août 1918, p. 3.
  • 37  « Fait divers », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5816, 27 juin 1918, p. 3.

17Mais, pour ce qui nous concerne, plus que d’Union sacrée, c’est plutôt d’un syncrétisme qui n’attend pas l’Armistice du 11 novembre 1918 pour se rompre qu’il s’agit ici. Les exemples ne manquent pas même si les traces laissées dans les archives sont ténues et, la plupart du temps, difficiles à interpréter. Que penser par exemple du cas de Jules Moisan, ce « préposé des douanes » originaire de Savenay qui, en juillet 1917, abandonne l’infanterie pour servir dans l’artillerie ? Certes, ce soldat de 2e classe est évacué malade en juin 1915 puis blessé le 1er mai 1917, atteint à l’épaule et à l’abdomen par plusieurs balles allemandes. Ce sont d’ailleurs les cicatrices résultant de ces plaies en séton qui invitent la commission de réforme de Nantes à le proposer pour l’artillerie montée, c’est-à-dire tractée par la force du moteur, puisqu’elles gênent « le port du sac » 35. Pour autant, et sans le moins du monde souhaiter attenter à la mémoire de ce poilu, qui se voit d’ailleurs décerner en juillet 1934 la médaille militaire, n’y a-t-il pas d’autres logiques à l’œuvre dans ce transfert ? Plus en retrait sur le champ de bataille, l’artillerie est en effet une arme beaucoup moins exposée que l’infanterie. Dès lors, qui peut assurer que Jules Moisan n’a pas vu là une opportunité de maximiser ses chances de survie, dimension qui on s’en doute primait toute autre considération ? Dans un tout autre genre, intéressant est également le cas de ce matelot anglais inculpé pour des « propos défaitistes » prononcés dans un café de Saint-Nazaire 36. Et que dire de « Jacob Matys, 37 ans, sujet hollandais, chauffeur à bord d’un navire américain, […] arrêté [en juin 1918] par la police pour avoir chanté l’hymne allemand, au café des fleurs, place Marceau, où il aurait également tenu des propos bochophiles » ? 37 S’agit-il de déboires de comptoirs résultant de quelques verres de trop ou ces paroles trahissent-elles une réelle faille dans l’opinion publique, y compris en ce qui concerne la population nazairienne ?

  • 38  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire 1917-1919, Paris, Les Belles Lettr (...)

18Ajoutons par ailleurs qu’il est impossible de réfléchir à l’espace particulier que constitue le port de Saint-Nazaire et ses alentours pendant la période 1917-1919 sans faire état du travail pionnier réalisé au début des années 1970 par l’historien Y.-H. Nouailhat. Né en 1935, agrégé d’histoire en 1960, il soutient son doctorat d’État en 1975, trois ans après avoir publié, aux prestigieuses éditions des Belles Lettres, un ouvrage qui fait encore aujourd’hui référence : Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire, 1917-1919  38. Ce volume appelle toutefois deux réflexions.

  • 39  Kaspi, André, Le Temps des Américains…, op. cit..
  • 40  Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1987 et Paxton, Robert, La (...)
  • 41  « Survol de l’histoire moderne », in Saint-André-des-Eaux, Tome 3, Saint-Nazaire, Association préh (...)
  • 42  Emblématiques sont à cet égard les ouvrages publiés par Roger Laouénan, volumes dénués d’appareil (...)
  • 43  Bougeard, Christian, Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des année (...)
  • 44  Pichard, Laetitia, La présence américaine dans le Centre-Ouest de la France pendant la Première Gu (...)

19En premier lieu, il importe de le rapprocher d’un autre livre, aujourd’hui classique, celui du célèbre américaniste A. Kaspi intitulé Le temps des Américains. Le concours américain à la France en 1917-1918 publié en 1976 et déjà évoqué plus haut 39. Outre leur qualité indéniable, ces deux études appellent l’attention en ce qu’elles sont publiées à une époque où l’historiographie française de la Première Guerre mondiale est reléguée à l’arrière-plan, loin derrière la Seconde Guerre mondiale. Il est vrai que l’hexagone est alors en plein « syndrome de Vichy », pour reprendre les termes de l’historien H. Rousso, et que la période 1940-1944 est au cœur des débats et des mémoires. C’est l’influence de la révolution paxtonienne, du nom de cet Américain qui dans un ouvrage fondateur rappelle à l’opinion publique que cette commune de l’Allier est plus qu’une aimable ville de cure et qu’elle fut, aussi, la capitale de l’État français 40. Les travaux de l’association préhistorique et historique de Saint-Nazaire en sont un bon exemple. En 1974, cette société savante propose un « survol de l’histoire moderne » de Saint-André-des-Eaux qui s’attarde sur « la guerre 1939-45 » mais élude le premier conflit mondial, comme si la commune était restée en dehors de l’hécatombe des tranchées et de la présence américaine en Basse-Loire 41. En Bretagne, la séquence 1914-1918 ne suscite en réalité guère les vocations et le terrain, délaissé par les universitaires, est occupé par de bonnes volontés qui, toutefois, ne maîtrisent pas toujours les codes de la recherche 42. La remarquable thèse de C. Bougeard, soutenue à Rennes en 1986, est de ce strict point de vue très révélatrice : s’intéressant « au choc de la guerre » dans le département des Côtes-du-Nord, elle porte sur la période 1920-1950 et s’intéresse donc plus aux conséquences de l’hécatombe qu’au conflit lui-même 43. On mesure d’autant plus l’originalité du travail d’Y.-H. Nouailhat qu’aucun port américain de la Grande Guerre ne bénéficie des mêmes attentions que Saint-Nazaire jusqu’à ce que L. Pichard, doctorante au Centre de recherches en histoire internationale et atlantique, ne débute son travail sur La Rochelle, au début des années 2010 44.

  • 45  Nau, Brieuc, La présence américaine à Nantes pendant la Première Guerre mondiale, mémoire de Maste (...)
  • 46  Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, (...)

20La production d’Y.-H. Nouailhat, que l’on pourrait ici rapprocher de celle de B. Nau 45, conduit naturellement à formuler une seconde remarque, se rapportant cette fois-ci aux différents régimes d’écriture de l’histoire de la Première Guerre mondiale. Dans un essai publié en 2004, les historiens A. Prost et J. Winter mettent en évidence trois configurations historiographiques successives. La première, en vigueur jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, est dite diplomatique et s’intéresse, comme un reflet du paragraphe 231 du Traité de Versailles, aux responsabilités dans le déclenchement du conflit. Parmi les ouvrages les plus représentatifs de cette époque, mentionnons celui publié en 1925 par P. Renouvin – lui-même ancien combattant et ayant laissé un bras sur le Chemin de Dames – Les origines immédiates de la Guerre. Avec l’éloignement progressif du conflit vient une seconde génération d’historiens et une nouvelle manière d’en écrire l’histoire, dite sociale. C’est l’heure des grandes enquêtes quantitatives de la démographie historique. L’historiographie de la Grande Guerre se trouve alors révolutionnée par un certain nombre de travaux fondateurs, au premier rang desquels la thèse de J.-J. Becker sur l’entrée en guerre et celle d’A. Prost sur les anciens combattants, toutes deux effectuées d’ailleurs sous la direction de P. Renouvin. C’est dans ce courant historiographique que s’inscrit l’étude d’Y.-H. Nouailhat sur Saint-Nazaire et la Grande Guerre. Autrement dit, elle se situe avant la troisième configuration de l’historiographie de 14-18, dite culturelle en ce qu’elle s’intéresse aux productions intellectuelles (artistiques, littéraires…) et aux représentations mentales. Apparu au début des années 1990 avec des historiens tels A. Becker et S. Audoin-Rouzeau, s’articulant autour de la notion essentielle de « culture de guerre », ce courant historiographique bouleverse la compréhension du conflit et est à la source de nombreux questionnements très neufs. Parmi quelques exemples, mentionnons les permissionnaires, la camaraderie combattante, les profiteurs de guerre et les embusqués ou encore les identités régionales 46.

21Interroger la région de Saint-Nazaire pendant la période 1917-1919 sous l’angle d’un espace de dé-totalisation du conflit nous conduit donc à prolonger le travail entrepris par Y.-H. Nouailhat, tout en bénéficiant des acquis les plus récents de l’historiographie, et notamment de ceux apportés par l’histoire culturelle. Ajoutons d’ailleurs qu’à nos yeux ceux-ci englobent les éléments apportés par les controverses engendrées par les notions de consentement et de culture de guerre. Notre regard est donc sans exclusive.

Sources

22Mais l’avantage dont nous bénéficions n’est pas que bibliographique. En effet, du fait de vastes programmes de numérisation mis en œuvre outre-Atlantique, nous pouvons aujourd’hui accéder en quelques clics à une documentation importante qui n’était pas disponible pour l’enquête d’Y.-H. Nouailhat. Certes, pour des raisons financières, l’analyse des archives américaines relatives à la présence du corps expéditionnaire reste à mener et il est, par exemple, encore aujourd’hui impossible de savoir avec précision quelles sont les unités qui transitent par Saint-Nazaire entre 1917 et 1919. Pour autant, le regard américain sur cette période nous est plus accessible qu’il y a 40 ans et nous sommes aujourd’hui moins dépendants des archives produites par les autorités françaises, qu’elles soient civiles ou militaires.

  • 47  Pour une présentation de ce fond se reporter à Le Gall, Erwan, « La section photographique du Sign (...)
  • 48  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire…, op. cit..
  • 49  Barthas, Louis, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Paris, La Découverte (...)
  • 50  Pour un exemple récent Beurier, Joëlle, Photographier la Grande Guerre. France-Allemagne. L’Héroïs (...)

23Les collections de l’Écomusée de Saint-Nazaire constituent de ce point de vue un apport décisif au développement des connaissances. Cet établissement conserve en effet un fonds de 1300 photographies, clichés provenant directement des archives du Signal Corps et permettant justement de documenter ce regard américain sur Saint-Nazaire 47. Certes, l’ouvrage classique d’Y.-H. Nouailhat accorde une large place à l’image mais celle-ci est moins utilisée comme source sur laquelle fonder le propos qu’à des fins strictement illustratives 48. Il faut y voir la marque d’une époque où la science historique, en retard sur d’autres disciplines telles que l’ethnologie notamment, préfère s’en tenir aux archives papiers, à condition qu’elles proviennent de services officiels ou jaillissent de la plume d’un grand homme. Cela est particulièrement visible dans le domaine de l’étude de la Première Guerre mondiale où il faut attendre que R. Cazals publie, à la fin des années 1970, les célèbres carnets du tonnelier Louis Barthas pour que naisse l’engouement pour les témoignages de poilus, et que par la même occasion soit légitimée cette source 49. Aujourd’hui, cette période est révolue et la photographie a pleinement le droit de cité dans un corpus de recherche 50.

24Par ailleurs, maints services américains d’archives, tant au niveau d’états, d’institutions universitaires qu’à l’échelon fédéral, présentent en ligne des documents qui permettent, pour une large part, de renouveler la compréhension de la présence américaine à Saint-Nazaire entre 1917 et 1919. C’est ainsi que de nombreux témoignages ressortent, notamment dans la perspective du centenaire de la Première Guerre mondiale, et nous donnent à voir l’œil que portent ces Doughboys sur le port ligérien et ses environs.

Figure 2 : La région de Saint-Nazaire

Figure 2 : La région de Saint-Nazaire
  • 51  California University of Pennsylvania : Correspondance Guy B. Hoge.
  • 52  North Carolina Digital Collections, Memories of Ambulance Co. 321, 306 Sanitary Train, 81st Divisi (...)
  • 53  Wise, Frederic May (as told by to Frost, Meigs O.), A Marine Tells it to You, New York, J. H. Sear (...)
  • 54  Hunton, Addie W. and Johnson, Kathryn M., Two Colored Women with the American Expeditionary Forces(...)
  • 55  [http://www.luckycharlie.com] Page consultée le 22 mai 2017.
  • 56  Norton Cru, Jean, Témoins : Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en (...)

25Avec Guy B. Hoge, c’est ainsi la dimension logistique de la présence américaine qui se donne à voir, à travers le regard d’un caporal affecté au camp de Montoir 51. Originaire de Caroline du Nord, l’ambulancier Charles H. White est affecté au 306e train sanitaire de la 81e DIUS. Composant ses souvenirs de guerre en prose, il insiste notamment sur les à-côtés du conflit et notamment sur une expérience qui est, aussi, celle de la découverte d’un territoire jusqu’alors inconnu : les rives de la Loire 52. À ces témoignages s’ajoutent un certain nombre de carnets, mémoires, correspondances et œuvres littéraires qui, publiés récemment ou au contraire dans l’immédiat après-guerre, sont tous imprégnés par l’expérience individuelle. Le truculent et un brin caricatural Frederic M. Wise du 5th Marines donne ainsi une description savoureuse des installations que découvrent les premiers Doughboys débarquant à Saint-Nazaire 53. Addie W. Hunton et Kathryn M. Johnson livrent pour leur part une vision doublement intéressante de la présence américaine en France, souvenirs de femmes noires qui n’oublient pas le port ligérien 54. Certains textes sont parfois mis en ligne par les descendants de ces anciens combattants, à l’instar par exemple des mémoires de Leo Charles Boucher, sergent du 102nd Infantry Regiment qui, blessé, est hospitalisé quelques temps à Saint-Nazaire avant de repartir aux États-Unis 55. Certes, ces archives nouvelles ne dispensent pas des précautions méthodologiques qu’exigent l’emploi du témoignage en histoire, ce d’autant plus que la Première Guerre mondiale fut sur ce point au cours des années 1990-2000 un terrain fécond en polémiques56. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’un matériau pour la plupart du temps inédit, offrant une série de regards qui enrichissent indéniablement notre compréhension de la présence américaine à Saint-Nazaire entre 1917 et 1919.

Illustration 2 : Miss Margaret Morris interprète La Démocratie, le 4 juillet 1918.

Illustration 2 : Miss Margaret Morris interprète La Démocratie, le 4 juillet 1918.

Library of Congress : LC-A6199-8515 [P&P]

26À l’instar de ce qui peut se faire en France avec le portail Gallica de la Bibliothèque nationale de France, la librairie du Congrès initie très tôt de vastes programmes de numérisation et de mise en ligne d’archives. La presse a bénéficié d’une attention toute particulière et, aujourd’hui, plusieurs centaines de titres publiés dans tous les états des États-Unis sont disponibles. Dans le cadre de cette enquête, les recherches sont d’autant plus aisées que la reconnaissance optique de caractères liée au mot-clef « Nazaire » est très efficace et permet, rapidement, de circonscrire les recherches pour accéder à une grande diversité d’informations : description des installations américaines, panorama détaillé du retour des unités, portrait des opérations et des buts de guerre… et même quelques témoignages puisqu’il n’est pas rare de voir publiées des lettres. Celles-ci sont d’autant plus intéressantes que le site de la librairie du Congrès couvre l’ensemble des États-Unis et donne ainsi accès à des fragments de correspondances écrites par des Doughboys originaires de l’état de New York mais aussi de Louisiane, du Dakota du Nord ou encore d’Arizona. Bien entendu, les contenus diffusés par la presse américaine pendant la période 1917-1919 sont globalement positifs et l’on ne saurait y trouver la moindre remise en cause de la politique menée par Wilson. Dans l’histoire des États-Unis, la Première Guerre mondiale est en effet l’une des plus importantes en matière de restriction des libertés accordées à la presse et il peut en résulter un certain décalage avec les représentations mentales courantes. Cela est notamment le cas en ce qui concerne la conscription, bien peu plébiscitée par la population et régulièrement assimilée à un rétablissement de l’esclavage, une dimension bien entendu totalement absente de ces journaux. Mais indépendamment de ces restrictions, recourir à la presse américaine, c’est accéder au point de vue américain. Même s’il est biaisé, cela s’avère indispensable. La lettre que publie le Shepherdstown Register dans son édition du 27 février 1919 en est un bon exemple. Certes l’avis de Neel Trundle sur le général Pershing est en tous points – trop peut-être ? – conforme à ce que dictent les impératifs patriotiques du moment. Pour autant, ce qu’il dit de Saint-Nazaire souligne combien cette ville est pour nombre de Doughboys la porte du retour vers le home sweet home :

  • 57  En réalité, il s’agit de la fille du président Wilson, Margaret.
  • 58  « Letters from Nell Trundle », The Shepherdstown Register, Vol. 54, n°8, February 27, 1919, p. 1.

« Dijon, France.
10 janvier 1919.
Mes chers amis à la maison,
Quelques lignes pour vous dire que je suis toujours en France. Nous avons quitté Clermont le 6 avec nos camions pour les abandonner ici. Donc le prochain déplacement que nous aurons à faire se fera en train. Nous sommes supposés aller à Saint-Nazaire attraper un bateau pour New-York mais pour une raison que j’ignore nous allons être retenus ici pour encore trois semaines. J’espère que cette information est fausse car on nous a dit que nous serions de retour dans ces bons vieux États-Unis pour le 1er février. Si nous devons rester ici pour trois semaines, nous ne pourrons pas être à la maison pour le 1er. C’est une grande ville ici mais le problème est qu’on ne peut y aller seulement que pour quelques heures. Je suis allé dans le centre-ville hier soir et des enfants n’arrêtaient pas de me réclamer des chewing-gums et des cigarettes. Même les filles de 17 ans demandaient des cigarettes et bien entendu je ne pouvais rien leur refuser. Il y a quelques jolies filles en ville mais cela fait bizarre de les voir fumer des cigarettes et boire du cognac et du vin.
J’ai vu le général Pershing hier et je l’ai écouté faire un discours. C’est certainement un individu de valeur, et avec du charisme. Il n’y a pas à se demander pourquoi ses hommes l’apprécient tant. Il a dit de nous que nous étions le groupe de soldats en meilleure santé qu’il avait vu depuis bien longtemps ! Si le grand air est bon pour les organismes, alors il est certain que nous sommes en bonne santé. À Clermont nous avons dormi dans un ancien hôpital et pendant toute la nuit le vent a quasiment soulevé nos couvertures. Ici je dors dans une baraque du YMCA, de même qu’à Neufchâteau où j’ai passé une nuit. C’était aussi une jolie ville et c’est là que le président Wilson a diné pour Noël 57.
Nous venons juste d’être appelés. Notre lieutenant vient de nous dire qu’on devrait vraisemblablement partir demain. Si c’est le cas, j’espère que cela sera à destination de Saint-Nazaire. Je suis impatient d’arriver sur ce bateau et de pouvoir dire au revoir à ce pays. Nous irons au camp Mead à notre arrivée aux États-Unis et je vous préviendrais quand nous serons arrivés. Ou alors vous ouvrirez juste grand vos oreilles et vous nous entendrez arriver quand nous débarquerons à New York ! Je ne suis pas certain qu’il vous soit bien nécessaire de m’écrire parce que nos affaires partent.
Affectueusement, votre fils.
Neel Trundle » 58.

  • 59  Sur ce point et parmi une bibliographie d’une grande richesse on renverra au classique Cabanes, Br (...)

27Une source telle que celle-ci dit en définitive bien toute la complexité de la guerre en tant qu’objet d’histoire. Ne pouvant être circonscrite au seul champ de bataille, l’étude d’un conflit tel que celui qui ravage le monde entre 1914 et 1918 doit englober les sociétés dans leur ensemble. Ville de l’arrière, bien que, nous le verrons, située sur un front maritime, Saint-Nazaire est donc de ce point de vue un terrain particulièrement indiqué. De plus, ce courrier de Neel Trundle rappelle toute l’importance de la sortie du conflit, la Première Guerre mondiale ne s’arrêtant nullement avec l’Armistice du 11 novembre 1918, ni même avec la signature du traité de Versailles 59.

28Après avoir rappelé le contexte général de Saint-Nazaire pendant le premier conflit mondial et les grandes lignes de la présence américaine entre 1917 et 1919, nous examinerons les limites des forces qui, à première vue, paraissent participer d’une totalisation du conflit en cours. Enfin, nous concentrerons l’analyse sur les comportements qui, au contraire, semblent relever d’une logique inverse, assimilable à une dé-totalisation de la guerre.

Notes

1  « L’Aide que nous apportent les États-Unis », Le Phare de la Loire, de Bretagne et de Vendée, 102e année, n°31 831, 17 mai 1917, p. 1. On notera le rôle secondaire, pour ne pas dire périphérique, de l’Autriche-Hongrie dans cette rhétorique.

2  Sur les mécanismes de patriotisme défensif lors de l’entrée en guerre, se rapporter à l’étude incontournable de Becker, Jean-Jacques, 1914, Comment les Français sont entrés dans la guerre. Contribution à l’étude de l’opinion publique, printemps-été 1914, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

3  Il est vrai bien loin derrière le socialiste brestois Gustave Hervé et le ténor nationaliste Maurice Barrès qui en récolte chacun dix fois plus. Sur Maurice Schwob et Le Phare de la Loire on pourra notamment renvoyer à Cozic, Jean-Charles & Garnier, Daniel, La Presse à Nantes de 1757 à nos jours. Tome II. Les années Schwob (1876-1928), Nantes, L’Atalante, 2008.

4  Sur cette question, se reporter au magistral article de Le Foll-Luciani, Pierre-Jean, « Une guerre assimilatrice ? Stratégies discursives et reconfigurations identitaires chez les juifs d’Algérie durant la Première Guerre mondiale », in Gregori, Sylvain et Pellegrinetti, Jean-Paul, Minorités, identités régionales et nationales en guerre. 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 151-168 ainsi qu’à Mariot, Nicolas, Histoire d’un sacrifice. Robert, Alice et la guerre, Paris, Seuil, 2017, biographie du sociologue Robert Hertz qui n’est pas sans points communs.

5  « Le commencement de la fin », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6365, 5 avril 1917, p. 1. Sur l’histoire de ce quotidien se reporter à Denis, Michel, Harismendy, Patrick et Lagrée, Michel, L’Ouest-Éclair. Naissance et essor d’un grand quotidien régional, 1899-1933, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000.

6  « Les Boches ont un ennemi de plus », La Dépêche de Brest, 31e année, n°11659, 7 avril 1917, p. 1.

7  « Les Allemands avaient projeté l’invasion des États-Unis », La Dépêche de Brest, 31e année, n°11591, 29 avril 1917, p. 1.

8  D’Armon, Paul, « Le Champion », La Dépêche de Brest, 31e année, n°11595, 3 mai 1917, p. 1.

9  Williston Graphic, vol. XXIII, n°42, 4 avril 1918, p. 15. Cette réclame est diffusée dans des journaux publiés aux quatre coins des États-Unis.

10  « Peace », The Stars and Stripes, Vol. 1, n°25, July 26, 1918, p. 4.

11  Ribot, Alexandre, Journal de Alexandre Ribot et correspondances inédites (1914-1922), Paris, Plon, 1936, p. 52-53.

12  Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317 définissent la culture de guerre comme une grille de lecture donnant du sens au conflit en cours. Pour une réflexion synthétique sur cette notion âprement discutée par l’historiographie française, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « ériger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

13  Cité in Nouailhat, Yves-Henri, France et États-Unis. Août 1914-Avril 1917, Paris, Publications de la Sorbonne, 1979, p. 328.

14  Bibliothèque nationale de France : Agence photographique Rol, 49722.

15  Écomusée de Saint-Nazaire : BA 65, 22 FÀ 7, chemise 8.

16  Robert, Jean-Louis, « Introduction », in Robert, Jean-Louis (dir. en collaboration avec Chaurand, David), Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 10.

17  Document reproduit in Secrétariat d’État aux anciens combattants (Mission permanente aux commémorations et à l’information historique), 70e anniversaire de l’entrée en guerre des États-Unis d’Amérique, 1917-1987, présentation, feuillet 8.

18  Pour une présentation synthétique de ces débats historiographiques, on renverra à Bell, David A., Crépin, Annie, Drevillon, Hervé, Forcade, Olivier et Gainot, Bernard, « Autour de la guerre totale », Annales historiques de la Révolution française, n°366, 2011, p. 153-170.

19  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2017, p. 163.

20  Rousseau, Frédéric, « De l’élan patriotique aux stratégies d’évitement. Anatomie des engagements volontaires souscrits à Nîmes durant la Grande Guerre », in Heyries, Hubert et Muracciole, Jean-François, Le Combattant volontaire en Europe au XXe siècle, de l’engagement politique à l’engagement professionnel, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 133-167.

21  « Vol », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5818, 30 juin 1918, p. 4.

22  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 27-61.

23  Mélandri, Pierre, Histoire des États-Unis 1865-1996, Paris, Nathan Université, 1996, p. 93 ; Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 55.

24  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 35-36.

25  Clark, Christopher, Les Somnambules. Été 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre ?, Paris, Flammarion, 2013.

26  Harter, Hélène, Les États-Unis dans la Grande Guerre, op. cit., p. 133.

27  Audoin-Rouzeau, Stéphane, « Guerre », in Sirinelli, Jean-François et Gauvard, Claude, Dictionnaire de l’historien, Paris, Presses universitaires de France, 2015, p. 314.

28  Kaspi, André, Le Temps des Américains, 1917-1918, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.

29  Keene, Jennifer D., « Uneasy Alliances : French Military Intelligence and the American Army during the First World War », Intelligence and National Security, vol. 13, n°1, 1998, p. 18-36.

30  Becker, Jean-Jacques, « Unions sacrées et sentiment des responsabilités », in Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Jean-Jacques (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Bayard, 2004, p. 205-217.

31  Pour une réflexion à l’échelle de la Bretagne, Le Gall, Erwan, « Le ralliement à la guerre de 1914 de deux figures de la gauche bretonne : digressions sur la notion d’antimilitarisme », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°5, hiver 2015, en ligne.

32  Goujon, Bertrand, Du Sang bleu dans les tranchées. Expériences militaires de nobles français durant la Grande Guerre, Paris, Vendémiaire, 2015.

33  Becker, Jean-Jacques, « Unions sacrées… », art. cit., p. 211-213.

34  Ludendorff, général Érich, La guerre totale, Paris, Flammarion, 1937.

35  Arch. dép. Loire-Atl. : 1 R 1331. 2001.

36  « Une grave affaire », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5851, 2 août 1918, p. 3.

37  « Fait divers », L’Ouest-Éclair (édition de Nantes), 19e année, n°5816, 27 juin 1918, p. 3.

38  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire 1917-1919, Paris, Les Belles Lettres, 1972. Ajoutons par ailleurs que ce volume a bénéficié avantageusement d’intuitions formulées par Barbance, Marthe, Saint-Nazaire, le port, la ville, le travail, Moulins, Crépin-Leblond, 1948. Ce volume, tiré d’une thèse effectuée sous la direction d’Armand Rébillon, est fondamental en ce qu’il est pour une large partie basé sur une documentation consultée dans les années 1930 et ayant malheureusement considérablement souffert des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. L’Écomusée de Saint-Nazaire conserve les notes de travail de Marthe Barbance dans cinq cartons référencés BA 63 à 67, archives aussi utiles qu’émouvantes.

39  Kaspi, André, Le Temps des Américains…, op. cit..

40  Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1987 et Paxton, Robert, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, 1972.

41  « Survol de l’histoire moderne », in Saint-André-des-Eaux, Tome 3, Saint-Nazaire, Association préhistorique et historique de Saint-Nazaire, 1974, littérature grise, p. 14.

42  Emblématiques sont à cet égard les ouvrages publiés par Roger Laouénan, volumes dénués d’appareil critique.

43  Bougeard, Christian, Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Denis, Michel, Rennes, Université Rennes 2, 1986.

44  Pichard, Laetitia, La présence américaine dans le Centre-Ouest de la France pendant la Première Guerre mondiale, 1917-1921, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Villerbu, Tangi, La Rochelle, Université de la Rochelle, en cours et La Présence américaine à La Rochelle pendant la Première Guerre mondiale et la mise en valeur de son héritage patrimonial et culturel aujourd’hui, Mémoire de recherche appliquée de Master 1 d’histoire, La Rochelle, Université de la Rochelle, 2012.

45  Nau, Brieuc, La présence américaine à Nantes pendant la Première Guerre mondiale, mémoire de Master 2 d’histoire sous la direction de Jeannesson, Stanislas, Université de Nantes, 2015.

46  Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004 ; Cronier, Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013 ; Lafon, Alexandre, La Camaraderie au front. 1914-1918, Paris, Armand Colin / Ministère de la Défense, 2014 ; Bouloc, François, Les Profiteurs de guerre 1914-1918, Paris, Complexe, 2008 ; Ridel, Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007 et Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann, Le Gall, Erwan, Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

47  Pour une présentation de ce fond se reporter à Le Gall, Erwan, « La section photographique du Signal Corps à Saint-Nazaire pendant la Première Guerre mondiale : source pour une histoire transnationale », communication prononcée lors du colloque international « Voilà les Américains ! Les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs », colloque international organisé à Saint-Nazaire du 22 au 24 juin 2017 par Catala, Michel et Jeannesson, Stanislas, actes à paraître.

48  Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire…, op. cit..

49  Barthas, Louis, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Paris, La Découverte, 1997 (réed.).

50  Pour un exemple récent Beurier, Joëlle, Photographier la Grande Guerre. France-Allemagne. L’Héroïsme et la violence dans les magazines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

51  California University of Pennsylvania : Correspondance Guy B. Hoge.

52  North Carolina Digital Collections, Memories of Ambulance Co. 321, 306 Sanitary Train, 81st Division, AEF, 1923.

53  Wise, Frederic May (as told by to Frost, Meigs O.), A Marine Tells it to You, New York, J. H. Sears & Co, 1929, p. 161 et suivantes.

54  Hunton, Addie W. and Johnson, Kathryn M., Two Colored Women with the American Expeditionary Forces, Brooklyn, New York, Brooklyn Eagle Press, 1920. Pour de plus amples détails biographiques se reporter à Murphy, Larry G., Melton, Gordon J. and Ward, Gary L., Encyclopedia of African American religions, Routledge, New York, 2011, p. 367 et 908.

55  [http://www.luckycharlie.com] Page consultée le 22 mai 2017.

56  Norton Cru, Jean, Témoins : Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en français de 1915 à 1928, Paris, Les étincelles, 1929 et Rousseau, Frédéric, Le procès des témoins de la Grande Guerre : l’Affaire Norton Cru, Paris, Seuil, 2003. Parmi de très nombreuses références et sans prétendre aucunement à l’exhaustivité on mentionnera : Grandhomme, Jean-Noël, « Les Carnets et souvenirs de combattants de la Grande Guerre. Autour de trois publications récentes », in Henryot, Fabienne (dir.), L’historien face au manuscrit. Du parchemin à la bibliothèque numérique, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2011, p. 305-329 ; Heimberg, Charles, Rousseau, Frédéric et Thanassekos, Yannis (dir.), Témoins et témoignages. Figures et objets dans l’histoire du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2016 ; Lacoste, Charlotte et Védrines, Bruno, « Du témoignage. Autour de Jean Norton Cru », En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, n°6, décembre 1915, p. 7-94. Pour élargir chronologiquement la question et profiter d’une réflexion particulièrement stimulante on renverra également à Carrard, Philippe, Nous avons combattu pour Hitler, Paris, Armand Colin, 2011 ainsi qu’au classique Wieviorka, Annette, L’Ere du témoin, Paris, Hachette, 1998.

57  En réalité, il s’agit de la fille du président Wilson, Margaret.

58  « Letters from Nell Trundle », The Shepherdstown Register, Vol. 54, n°8, February 27, 1919, p. 1.

59  Sur ce point et parmi une bibliographie d’une grande richesse on renverra au classique Cabanes, Bruno, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004 ainsi qu’au stimulant Fouchard, Dominique, Le Poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Publicité en faveur de l’émission du troisième emprunt de la Liberté publiée le 4 avril 1918 dans le Williston Graphic
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 1 : Neutralité américaine et forces de totalisation du conflit européen, 1914-1917
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 2 : La région de Saint-Nazaire
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
Titre Illustration 2 : Miss Margaret Morris interprète La Démocratie, le 4 juillet 1918.
Crédits Library of Congress : LC-A6199-8515 [P&P]
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 797k

© Éditions Codex, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search