Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

L’entrée en guerre ? Esquisse de définition

Texte intégral

1Au terme de cette étude, si l’objet historique « 47e RI au cours des premières semaines de la Première Guerre mondiale » paraît quelque peu défriché, la question de l’entrée en guerre conserve pour sa part nombre de ses mystères. En d’autres termes, qu’est-ce qu’une entrée en guerre ?

2Dans les premiers temps où nous nous sommes attelés à cette enquête, nous avons essayé de qualifier cette période, tentant de déterminer s’il s’agit plus d’une escalade vers la violence et la barbarie ou, au contraire, d’une descente aux enfers. Très rapidement cette grille de lecture nous a paru doublement inadaptée. Tout d’abord parce que les termes mêmes de la question sont trop connotés culturellement, philosophiquement, et pour tout dire moralement, pour que puisse surgir une réponse pertinente. En second lieu, il nous semble que de tels raisonnements sont indissociables d’une vision linéaire de l’histoire, où tout serait préalablement écrit, gommant par là-même toute responsabilité des acteurs. Autrement dit, à force de considérer la Grande Guerre comme l’événement matriciel du XXe siècle, on finit par croire qu’Auschwitz est la suite « logique », inéluctable, de Verdun. Or il n’en est rien. La paix de Versailles aurait pu être toute autre. Hitler aurait pu ne pas accéder au pouvoir. Français et Britanniques auraient pu ne pas tomber dans le piège de Munich… Cette voie est donc sans issue, sauf à se plonger dans un autre genre littéraire, le roman.

3C’est finalement en se demandant en quoi, fondamentalement, l’entrée en guerre diffère de l’avant-guerre et de la guerre elle-même qu’on peut le mieux saisir ce moment particulier, moins escalade de violence ou descente aux enfers que spectaculaire accélération du temps. Bien entendu, une question aussi complexe appelle plusieurs niveaux d’esquisses de réponses mais s’il y a bien une impression générale qui domine au sein du 47e régiment d’infanterie, c’est bien celle d’une certaine fuite en avant tant les événements s’enchaînent avec une rapidité déconcertante.

  • 1  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7 septembre 1914.
  • 2  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 15-16 octobre 1914. Cette dimension est également perceptible da (...)

4C’est probablement sur le plan opérationnel que le triptyque avant-guerre/entrée en guerre/guerre est le plus clairement visible. Aux lentes manœuvres de la Belle Époque succèdent les fulgurantes opérations de la guerre de mouvement puis l’interminable agonie des tranchées. Dans cette optique, l’entrée en guerre serait un combat de rencontre, comme à Charleroi, à Guise et même, dans une certaine mesure au tout début du mois d’octobre 1914, en Artois. C’est l’époque des déplacements, marches incessantes et exténuantes, nuits blanches succédant aux journées éreintantes. Bien entendu ce passage de la période dite « d’entrée en guerre » à la « guerre » elle-même ne peut être réduit au transfert de l’unité de la Champagne à l’Artois dans le cadre de la « course à la mer ». On a vu que cette modification des pratiques est un processus long qui trouve ses racines pendant la première bataille de la Marne, où pour la première fois l’unité reste plus de vingt-quatre heures au même endroit 1 puis à la Pompelle, abandonnant progressivement l’emploi des gros bataillons pour agir par fractions. à cet égard, la date du 15 octobre 1914 constitue un symbole particulièrement marquant puisque ce jour, pour la première fois de la campagne, le rédacteur du journal des marches et opérations du 47e régiment d’infanterie emploie dans son compte-rendu quotidien une expression amenée à faire florès : « rien de changé » par rapport à la veille, jugement conforté le lendemain par un laconique « même situation... » 2.

  • 3  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 décembre 1914.
  • 4  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 20 février 1915.
  • 5  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12 mai 1915.

5Sur un plan plus structurel, l’entrée en guerre est tout d’abord le moment d’une double parthénogénèse, scission entre l’unité d’active et de réserve ainsi qu’entre la fraction du corps au front et celle demeurée à l’arrière. Mais l’évolution ne s’arrête pas à ces seules premières heures de la mobilisation générale puisque le 47e RI de 1915 ne correspond plus tout-à-fait à celui d’août 1914. C’est ainsi qu’en décembre 1914 est instituée une section de cinquante pionniers encadrés par deux sergents et quatre caporaux 3. Le 20 février 1915, l’apparition d’une quatrième section de mitrailleuses entraîne la naissance de la compagnie de mitrailleuses du 47e régiment d’infanterie, confiée à l’autorité du capitaine Grimaux 4. Puis, quelques semaines plus tard, au printemps 1915, est créée une nouvelle section, cette fois-ci de grenadiers 5. Pour minimes que puissent paraître ces innovations au sein d’une unité comptant plus de 3 300 hommes, il semble néanmoins que ces sections participent d’une modification profonde de l’infanterie, où au fur et à mesure du conflit le fantassin se spécialise sans cesse pour mieux répondre aux spécificités techniques du champ de bataille et de la violence de guerre. Dans cette optique, l’entrée en guerre serait le moment compris jusqu’en décembre 1914 où la structure du régiment demeure celle qu’elle est au départ de l’unité de Saint-Malo, c’est-à-dire un organigramme décidé pour répondre au mieux à la guerre telle qu’elle est envisagée avant le 2 août 1914.

  • 6  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 15 novembre 1914.
  • 7  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11 octobre 1914.
  • 8  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11-28 octobre 1914.

6Ce décalage chronologique avec la dimension opérationnelle renvoie au temps « administratif » de l’armée, nécessairement beaucoup plus long que celui du champ de bataille. Pour autant, bien que réelle mais beaucoup plus lente, cette transformation ne doit pas masquer la formidable accélération du temps qu’est, à l’échelle d’une unité comme le 47e RI, l’entrée en guerre. On se rappelle en effet que c’est à la mi-novembre 1914 que les mobilisés de la classe 1914 arrivent au front 6, imposant de facto une cohabitation dans les tranchées entre « bleus » et « anciens ». Encore une fois, ce type de relations n’est pas une nouveauté historique au sein du 47e RI puisqu’en temps de paix, alors que l’unité est alimentée par la conscription, c’est tous les ans qu’une nouvelle classe frappe à la porte de la caserne pour effectuer son service. Mais l’entrée en guerre est tellement meurtrière pour le 47e RI que l’arrivée de la classe 1914 a lieu à la mi-novembre, sous-entendant une rotation au sein de la troupe au moins trois fois plus rapide qu’en temps de paix. Il en est de même au sein du corps des officiers, terriblement éprouvé lors des toutes premières semaines de campagne. Or la troupe ayant besoin d’être encadrée, nombre de sous-officiers bénéficient d’opportunités qui induisent une accélération sans équivalent de leur cursus. Le 11 octobre 1914, pas moins de treize officiers – sergents, adjudants et adjudants-chefs de carrière mais aussi de réserve – sont promus sous-lieutenants 7. Peu importe que certains comme Alfred Burckhardsmeyer ne soient présents au front que depuis quelques jours tant les besoins sont grands. Pour ces hommes, l’entrée en guerre constitue une opportunité sans précédent tant les carrières se déroulent rapidement, que ce soit par rapport à l’avant-guerre ou à la guerre elle-même. Pour ne citer qu’un exemple, l’adjudant de carrière Beaudoin est nommé sous-lieutenant à titre provisoire le 11 octobre, puis lieutenant dix-huit jours plus tard ! 8

7Ce décalage entre le temps administratif du 47e régiment d’infanterie et la réalité opérationnelle du champ de bataille est particulièrement remarquable lors de l’instruction des combattants. On a vu ainsi la persistance pendant le conflit de l’enseignement de la charge à la baïonnette au sein des unités du 10e corps, sur le modèle de l’escrime telle qu’elle est pratiquée avant-guerre, alors que chacun sait que les caractéristiques de la guerre en cours rendent ce genre de pratiques absolument illusoires. C’est alors une entrée en guerre beaucoup plus longue qui se dévoile, loin de se circonscrire aux seules premières semaines de la campagne. En effet, si l’avant-guerre et la guerre elle-même sont des périodes où l’instruction correspond au combat tel qu’on l’anticipe – y compris de manière complétement erronée – ou le pratique, l’entrée en guerre est pour sa part le moment d’adaptation de la pédagogie militaire à la réalité du conflit en cours. Or l’exemple particulier que constitue le 47e régiment d’infanterie montre bien que l’hiver 1914-1915 ne modifie qu’à la marge la manière dont on conçoit encore la guerre, et donc l’enseigne.

  • 9  Arch. Dép. CdN : 1 N 147, séances du Conseil général, 1914.
  • 10  Arch. Dép. I&V: 11 R 349, Registre des jugements rendus par le 1er conseil de guerre.

8On a pu également observer que les toutes premières heures d’août 1914 sont synonymes d’une grande activité au sein des casernes du 47e RI puisqu’il faut accueillir, habiller et équiper les mobilisés qui, au bout de quelques jours seulement, quittent la côte d’Émeraude pour la frontière. C’est alors que se révèle le contraste entre le quotidien des combattants, fait encore une fois en ces toutes premières semaines de campagne d’une formidable accélération du temps, avec des étapes aussi longues que les nuits sont courtes, et celui de l’arrière, ou pendant quelques semaines, le temps est comme suspendu. Pour ne citer que deux exemples, à Saint-Brieuc, le Conseil général ne se réunit pas entre le 12 août et le 7 septembre 1914 9. Tous se passe comme si chacun, pénétré de la gravité du moment, suspendait les « affaires courantes » pour s’effacer devant l’importance d’une guerre unanimement anticipée comme courte, car constituée d’une seule bataille décisive. Il en va de même à Rennes où le conseil de guerre permanent de la 10e région militaire ne siège pas pendant le mois d’août 10. C’est en général le mois de septembre – une fois la Marne remportée – qui marque le retour à une certaine normalité et, par la même occasion, témoigne de l’entrée – révolue – de l’arrière dans la guerre. Le contraste est de ce point de vue saisissant avec le front car si les poilus parviennent, particulièrement à partir de l’automne 1914, à trouver un certain rythme, il paraît toutefois incongru, pour ne pas dire déplacé, de parler de normalité à ce propos.

9L’entrée en guerre est une période floue tant le temps s’emble fuir les hommes. Comme souvent en de telles circonstances, s’y révèle une autorité « sauvage », revolver au poing, et semble-t-il assez largement déjudiciarisée puisque les premières semaines de campagne rendent très difficile la constitution des conseils de guerre. Sans doute ceux-ci ont-ils pu dans bien des cas agir comme une épée de Damoclès sur les soldats, renvoyant ainsi à la puissance normative de la loi. On sait également que la contrainte, lorsqu’elle est intériorisée, est un puissant facteur pouvant expliquer l’obéissance et, in fine, l’endurance des combattants du 47e régiment d’infanterie.

10Sur le plan sanitaire, on a vu que la Première Guerre mondiale est caractérisée pour les combattants du 47e régiment d’infanterie par des pathologies de l’immobilisme et de la promiscuité, telles que la typhoïde et la tuberculose. Ce sans bien sûr évoquer la célèbre grippe espagnole, hors de notre propos toutefois puisque caractéristique dans ce cas de la sortie du conflit. Or force est de constater que typhoïde et tuberculose sont absentes des six premiers mois de campagne du 47e RI, le rythme incessant de la guerre de mouvement n’offrant pas les conditions propices à l’incubation et à la transmission de ces bacilles. De ce point de vue, la maladie « emblématique » de l’entrée en guerre nous paraît plus être celle qui emporte Félix Blandin, à savoir le coup de chaleur des longues marches harassantes du mois d’août.

  • 11  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12-20 février 1915.
  • 12  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12-20 février 1915.

11L’uniformologue s’attachera lui à remarquer que c’est à partir de février 1915 que la troupe du 47e régiment d’infanterie commence à toucher le célèbre uniforme bleu horizon 11, long processus qui assurément marque le passage de l’entrée en guerre à la guerre elle-même. Aussi, si l’on devait résumer ces différentes périodes par un code couleur, l’avant-guerre serait garance, la guerre serait bleu horizon, l’entrée en guerre étant quant à elle plus chamarrée tant on sait que dès les premiers jours les uniformes sont d’abord souillés par la crasse, la boue, la poussière… puis progressivement dépareillés puisque parfois même complétés par des effets civils 12.

  • 13  Arch. Dép. CdN : 1 R 1313.
  • 14  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siè (...)
  • 15  Ibid., page 253.
  • 16  SHD : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 septembre 1914.

12Mais c’est sans doute sur le plan humain, c’est-à-dire au niveau des poilus eux-mêmes, que répondre à cette question est le plus difficile. En effet si l’entrée en guerre s’apparente à la fois à une accélération du temps mais également à une ouverture sans doute sans égal de l’horizon des individus, on est toutefois en droit de se demander si les individus entrent tout à fait dans le conflit. Pour un conscrit des classes que la guerre rencontre pendant la conscription, c’est-à-dire un jeune homme qui effectue le début de son service militaire puis, étant sous les drapeaux, part directement sur le champ de bataille, la mobilisation générale et le début de la campagne induisent en effet une modification profonde, pour ne pas dire une déstructuration complète, du rapport au temps. Ainsi Alexandre Poilvet, fils d’agriculteurs de Landéhen (Côtes-du-Nord, canton de Lamballe), né le 25 juillet 1892. Ayant passé le conseil de révision en 1912, il est déclaré « bon pour le service » et est incorporé au titre de la conscription au 47e régiment d’infanterie où il arrive le 9 octobre 1913 13. Il est alors un simple soldat de 2e classe, un novice à qui vont être inculquées « les bases du métier de soldat » 14. C’est là le début d’une période faite de difficiles apprentissages et de routine, autant d’éléments qui ne sont pas propres au 47e régiment d’infanterie, ni même à l’armée française. Puis viennent la mobilisation générale et le départ pour le front synonyme, on l’a vu, de longues marches nocturnes et d’un bouleversement complet du rythme chronobiologique du combattant. Mais, à ce décalage temporel, s’ajoute également un changement radical d’horizon pour Alexandre Poilvet puisque si, lorsqu’il est encaserné, l’univers du soldat, surtout s’il est un simple « 2e classe », se limite à la compagnie, tel n’est plus le cas pendant la campagne ou l’individu est noyé non seulement au milieu de son régiment, mais de l’armée ! 15 Tel est par exemple le cas le 2 septembre 1914 lorsque le 47e régiment d’infanterie couvre le repli de la Ve armée, aux côtés d’une compagnie du génie et d’éléments de l’artillerie divisionnaire 16. Il semble de ce point de vue que l’entrée en guerre, circonscrite à la seule guerre de mouvement constitue un moment exceptionnel puisque la guerre des tranchées amène une réduction de l’univers social des combattants, centrée essentiellement sur l’escouade.

  • 17  Archives de l’état à Namur : Fonds Schmitz, chemise 17.
  • 18  Cabanes Bruno, La victoire endeuillée, op. cit., 2004.
  • 19  Henriksen Rune, « Warriors in Combat. What Makes People Actively Fight in Combat ? », The Journal (...)
  • 20  Migdal André, Poésies d’un autre monde, Paris, Seghers, 1975. Nous avons eu la chance de côtoyer A (...)

13Enfin, il est à remarquer que l’historiographie française de la Première Guerre mondiale tend à présenter ce conflit sous l’angle d’un consentement – ou non – des sociétés belligérantes à celle qui devait être la Der des ders. Micro-société, l’étude du 47e régiment d’infanterie ne peut éluder un tel questionnement. Il est alors curieux de constater qu’au lendemain de Charleroi, les hommes ne renouvellent plus leur consentement à cause d’un hypothétique danger – les Allemands « veulent entrer en Belgique pour passer en France »17 – mais bien en fonction de ce qu’ils voient, c’est-à-dire dans un premier temps l’exode des populations civiles puis, dans un second, les destructions causées par la guerre elle-même, celles-ci étant invariablement attribuées à l’ennemi. Or c’est sans doute dans ce passage que doit s’opérer la distinction entre l’entrée en guerre, et la guerre elle-même. Néanmoins, de la même manière que Bruno Cabanes explique qu’il est d’une certaine façon impossible aux combattants de sortir de la Première Guerre mondiale tant cette expérience est traumatisante 18, il y a sans doute lieu de se demander si, au final, les poilus n’entrent jamais réellement en guerre. En effet, entrer en guerre – comme on entre en religion – signifierait d’une certaine manière s’accommoder des réalités du conflit en cours, l’accepter – ce qui ne signifie pas que d’autre part ils n’y consentent pas. La question est d’autant plus difficile que tous les hommes ne sont pas faits du même bois et que certain peuvent – contre toute attente et sans doute à leur grande surprise d’ailleurs – se réaliser dans cette vie-là et devenir non plus des combattants mais des guerriers 19. Mais pour le reste, pour ces hommes qui demeurent définitivement des civils sous uniforme, peut-on réellement dire qu’ils entrent en guerre ? N’est-ce pas cette dernière plutôt qui, finalement, les jette sur les champs de bataille d’Europe, comme autant de « pétales de vies incendiées » ? 20

Notes

1  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7 septembre 1914.

2  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 15-16 octobre 1914. Cette dimension est également perceptible dans les ordres et opérations de la 20e DI conservés dans SHD-DAT : 24 N 394, dossier 2.

3  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 décembre 1914.

4  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 20 février 1915.

5  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12 mai 1915.

6  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 15 novembre 1914.

7  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11 octobre 1914.

8  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11-28 octobre 1914.

9  Arch. Dép. CdN : 1 N 147, séances du Conseil général, 1914.

10  Arch. Dép. I&V: 11 R 349, Registre des jugements rendus par le 1er conseil de guerre.

11  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12-20 février 1915.

12  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12-20 février 1915.

13  Arch. Dép. CdN : 1 R 1313.

14  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, op. cit., page 223.

15  Ibid., page 253.

16  SHD : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 septembre 1914.

17  Archives de l’état à Namur : Fonds Schmitz, chemise 17.

18  Cabanes Bruno, La victoire endeuillée, op. cit., 2004.

19  Henriksen Rune, « Warriors in Combat. What Makes People Actively Fight in Combat ? », The Journal of Strategic Studies, vol. 30, n°2, avril 2007, pp. 187-223.

20  Migdal André, Poésies d’un autre monde, Paris, Seghers, 1975. Nous avons eu la chance de côtoyer André Migdal, résistant, ancien interné du camp de Voves déporté à Neuengamme, survivant du Cap Arcona. Nous ne saurions lui emprunter ses mots pour terminer cette étude sans avoir une pensée émue pour la mémoire d’un homme à tous égards exceptionnel.

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search