Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Nouvelles perspectives sur une entrée en guerre

XII - De la contrainte et de l’entrée en guerre

Texte intégral

  • 1  Watson Alexander, Enduring the Great War, Combat, Morale and Collapse in the German and British ar (...)

1Le rappel des marches et opérations du 47e régiment d’infanterie entre le 2 août 1914 et le 15 juillet 1915 donne le tournis tant les hommes semblent pris dans un maelström incessant. Pour autant, si l’entrée en guerre du 47e régiment d’infanterie est une épreuve assurément terrible, force est néanmoins de constater que celle-ci ne se limite aucunement aux chocs initiaux que sont les longues marches de concentration et le baptême du feu. En effet, avec la retraite la guerre se poursuit, emmenant l’unité dans l’Aisne et dans la Marne puis dans le Pas-de-Calais. Dès lors se pose la question du ressort de cette prolongation, autrement dit du passage du choc initial de l’entrée en guerre à la guerre elle-même, puisqu’il il apparaît que le consentement n’est peut-être pas un moteur suffisant pour expliquer à lui-seul cet interminable carnage 1. C’est précisément à ce moment que la grille de lecture dite de la contrainte peut apparaître comme une alternative permettant de répondre de manière satisfaisante à cette question lancinante : comment les combattants du 47e RI tiennent-ils ? En d’autres termes, pourquoi la guerre n’est-elle pas circonscrite au sillage de quelques enthousiasmes initiaux plus ou moins feints, mais se propage-t-elle au contraire bien au-delà de l’hiver 1914-1915 ?

12.1. Une contrainte institutionnelle

  • 2  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., pp. 21-24.
  • 3  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 375.
  • 4  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 26.

2À l’échelle d’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie, l’un des immenses intérêts du paradigme de la contrainte est de nous replacer dans le cadre d’une institution éminemment hiérarchisée et codifiée, où les us et coutumes peuvent passer pour être désagréables, pour ne pas dire pénibles. En effet, la discipline étant la valeur cardinale du monde militaire, celui-ci est nécessairement perçu comme « contraignant » par un civil, habitué à des cadres sociaux différents. Le Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers ne s’ouvre-t-il d’ailleurs pas sur un exposé des « principes de discipline », celle-ci étant érigée première vertu militaire ? 2 C’est précisément cette dimension qui expliquerait, pour un certain nombre d’auteurs, l’endurance des combattants. Il est vrai que dans une armée, pour un civil, tout paraît contraignant. Y compris le simple fait de marcher. En août 1914, lorsque la troupe du 47e RI débarque du train à Vouziers, il ne s’agit pas simplement pour les fantassins de mettre un pas devant l’autre sous une chaleur accablante, le tout affublé d’un équipement aussi lourd que mal-adapté à de tels exercices. Chose beaucoup plus éprouvante encore, les hommes doivent évoluer selon un dispositif précis, contraignant, d’avants, d’arrières et de flancs-gardes. Les règlements militaires sont d’une précision d’orfèvre sur ce point, ayant instauré par exemple un écart de dix pas, pas un de plus, pas un de moins, entre chaque compagnie 3. En théorie, une compagnie doit ainsi occuper cent mètres de voie et s’écouler en une minute 4. Or, si les marches d’arrière et d’avant-garde ne semblent pas poser de problème particulier, tel n’est pas le cas de la flanc-garde, comme le confesse ce fantassin :

  • 5  SHD-DAT: 26 N 683/1, JMO 119e RI.

« Leur rôle principal est de marcher à une distance convenue sur les côtés de la colonne, dans les champs, les bois et les prés. Il faut sauter les talus, franchir les haies et les enclos de fil de fer en passant tantôt dessus, tantôt dessous » 5.

  • 6  Bach André, Fusillés pour l’exemple, op. cit. En particulier le chapitre 2 : « une différence de p (...)

3Bien évidemment, un tel ordonnancement n’est plus de mise une fois l’heure de la retraite sonnée mais gageons qu’un tel exemple dit bien combien est contraignante la vie quotidienne du soldat en campagne. Or on sait que nombreux sont les officiers qui, fonctionnarisés par la vie de garnison – rappelons encore une fois que le 47e RI n’a plus connu le feu depuis la fin du XIXe siècle – sont prompts pendant la guerre de mouvement à déceler des actes d’insoumission ou de désobéissance, c’est-à-dire relevant de la justice militaire 6. Le général Lanrezac commandant la Ve armée n’hésite d’ailleurs lui-même pas, au soir du 20 août 1914, à fustiger la discipline des régiments d’infanterie qui, selon lui, laisserait « grandement à désirer » :

  • 7  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., pp. 124- (...)

« En marche, par les chaleurs atroces du mois d’août 1914, quantité d’hommes s’arrêtent sans permission sous prétexte de fatigue, et l’on se trouve dans tous les coins en train de gobelotter ; d’autres, se jugeant trop chargés, jettent des effets de rechange, des vivres, des outils, etc… et sur toutes routes suivies par nos colonnes, on trouverait de quoi monter un bazar. Au stationnement, les mêmes individus, malgré leur prétendu épuisement et en dépit d’ordres réitérés, s’en vont courir le pays au loin pour se procurer du vin ou des vivres » 7.

  • 8  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 24.
  • 9  L’Infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 10.
  • 10  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 7.
  • 11  Bach André, Fusillés pour l’exemple, op. cit.
  • 12  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 16.
  • 13  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 14  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 589.

4Pour mémoire, rappelons que l’édition 1904 du règlement militaire définit la discipline comme étant la synthèse de l’obéissance et de la soumission. En effet, selon ce texte, « il ne suffit pas d’obéir à ses chefs, il faut encore exécuter les ordres sans hésitation ni murmure » 8. Prescription renouvelée en 1914, la discipline devenant « l’adhésion volontaire du subordonné au chef » 9, principe dont « dépend le sort de l’armée » dans son ensemble 10. Il est donc peu de dire que ces règlements expriment une conception extrêmement rigide de la discipline et que celle-ci, sans doute efficace lorsqu’il s’agit de dresser les « bleus » dans la cour de la caserne, est certainement moins adaptée à la réalité de l’entrée dans la campagne 1914-1918. Or, à cette période, modelés par ces règlements sans cesse rabâchés avant le conflit, les cadres, et a fortiori les officiers généraux, appréhendent le comportement de la troupe au travers de cette conception pour le moins raide. Le général André Bach montre bien comment ce règlement de temps de paix complètement inadapté aux premières semaines du conflit peut conduire à d’inacceptables dérives, plusieurs soldats devant payer de leur vie ce décalage, fusillés au nom de l’exemplarité 11. Si les archives à notre disposition ne font apparaître pour cette période de guerre de mouvement aucune condamnation à mort, fût-elle exécutée sommairement, il serait pour autant très naïf de croire qu’aucune contrainte ne s’exerce sur la troupe du 47e RI à ce moment de la campagne. Les mémoires du sous-lieutenant Groth sont à cet égard très révélateurs. Sitôt descendu du train à Vouziers, il évoque les conditions climatiques – « le Breton n’aime pas la chaleur » – ainsi que des « traînards », dont on ne peut estimer s’ils sont nombreux ou pas à partir de ce seul témoignage. Mais c’est à Sedan que les choses prennent une tournure plus contraignante pour la troupe et Jean Groth puisque celui-ci écrit que « les habitants donnent à boire aux hommes, de là du désordre et la colère du commandant, du capitaine, du lieutenant, etc. ; je suis obligé de punir un caporal » 12. Dans son carnet, Louis Leseux évoque « du vin sucré, du rhum, du pain, du sucre » 13. Or il est fort probable que de tels approvisionnements « sauvages » soient perçus par le commandement comme entravant « la liberté des opérations ». Peu importe donc que ces victuailles prodiguées par la population soulagent les services de ravitaillement, dont on sait qu’ils sont mis à dure épreuve par la guerre de mouvement. En effet, le règlement prévient bien le soldat qu’il « ne sera pas toujours possible de satisfaire à tous besoins » et qu’en conséquence, il doit se prémunir « contre cette éventualité et qu’il sache trouver dans son énergie la force de supporter sans murmure les privations qui seront imposées » 14.

  • 15  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », loc. cit.
  • 16  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)
  • 17  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 20.

5Dans ces conditions, on comprend aisément que l’un des ressorts essentiels de la contrainte qui s’exerce sur les hommes soit la peur du chef. Bien sûr, celle-ci va sans doute en s’amenuisant au fur et à mesure du conflit et du partage de traumatismes communs (longues marches, attaques redoutables, bombardements incessants…) et varie certainement suivant les individus et les compagnies du 47e régiment d’infanterie considérées ; mais il est néanmoins possible de retrouver dans les témoignages à notre disposition certaines traces de cette crainte qu’inspirent notamment les officiers. Volontiers truculent, le témoignage de Louis Leseux se fait ainsi au contraire très respectueux lorsqu’il évoque son chef, le médecin-major David de Drézigué, toujours mentionné par son grade complet précédé de la mention « Monsieur » 15. Semblable déférence, sans doute indissociable d’une certaine crainte mais aussi de respect – l’un allant rarement sans l’autre – est également perceptible sous la plume de Julien Loret lorsqu’il évoque le « commandement du lieutenant-colonel Poncet des Nouailles » ou le souvenir du capitaine Gaigneron Jollimon de Marolles 16. Mais c’est probablement le carnet d’Albert Omnès qui, sur ce point, est le plus explicite, chaque officier étant désigné par son grade et sa fonction. D’ailleurs, lorsqu’on lui propose de devenir officier, la réponse du sergent Omnès est sans appel puisqu’il écrit dans son carnet – un document à usage intime – « ne pas mériter cet honneur » 17, ce qui en dit long sur l’attitude mêlée de considération et d’appréhension que suscite le chef au sein d’une unité telle que le 47e RI. Bien entendu, comme toujours en de pareilles circonstances, tous les individus ne réagissent pas à l’unisson et certains – on pense à Louis Barthas par exemple – n’éprouvent que du dédain pour les officiers. Pour autant, il ne semble pas abusif d’ériger la crainte du chef en un élément de contrainte de la troupe au sein du 47e régiment d’infanterie. Celle-ci est véhiculée tant par la position éminente de l’officier dans la notabilité française du début du XXe siècle – un ressort bien entendu plus efficace pour un soldat de 2e classe simple paysan qu’étudiant en médecine ou en droit – que par le charisme des individus considérés et, bien sûr, la relation d’autorité induite par la position hiérarchiquement élevée du chef.

6Mais, s’il apparaît après coup que les règlements du temps de paix, ceux-là même qui fondent l’autorité des chefs, émanent pour partie d’une vision périmée et en complet décalage avec la réalité de l’entrée en guerre – comment refuser de la boisson, fût-elle alcoolisée alors que ces jours d’août 1914 sont si chauds ? –, il n’en demeure pas moins qu’ils sont le cadre mental par lequel un certain nombre de militaires de carrière perçoivent le réel. Aussi, cette grille de compréhension permet d’expliquer les réactions d’un homme tel que Charles Lanrezac face au comportement de la troupe, dont il faut rappeler qu’elle est composée essentiellement de conscrits et de mobilisés, nécessairement moins imprégnés de cette culture militaire qu’un officier ayant plus de vingt-cinq années de carrière.

  • 18  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 24.
  • 19  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 7.
  • 20  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 25.
  • 21  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., pp. 13-23.

7La lecture des différents manuels à l’usage des officiers, sous-officiers et hommes du rang est à cet égard très intéressante tant ces documents s’affirment être une bonne porte d’entrée pour retracer les réactions des militaires de carrière du 47e RI. Certes, il convient d’être prudent et de se garder de toute généralisation. Chaque individu étant différent, le corps des officiers étant de surcroit – on l’a vu précédemment – assez hétérogène, la situation peut varier encore une fois du tout au tout d’une compagnie à une autre. Néanmoins, il est hors de doute que les règlements militaires ne peuvent pas ne pas influencer ne serait-ce qu’à la marge un militaire ayant plusieurs années de carrière à son actif. Or il est explicitement indiqué dans ces textes que la discipline est « la force des armées », qu’elle est non seulement « à la base de toute organisation militaire » 18 mais qu’elle est de plus « la meilleure garantie de succès » 19. Bien évidemment, l’extrême rigidité de ces textes paraît aujourd’hui en complète inadéquation avec la réalité de cette période des longues marches qui aurait sans doute nécessité une plus grande tolérance vis-à-vis des fantassins. Toutefois, force est de constater que les règlements préconisent pour leur part exactement l’inverse, ce qui laisse imaginer combien, à ce moment de la campagne, la troupe du 47e RI – encore une fois de plus essentiellement composée de civils sous uniforme – a pu ressentir l’institution militaire comme étant contraignante. Rappelons pour mémoire que le Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers stipule en 1904 que « si la discipline doit être ferme en temps de paix, il faut qu’elle soit des plus sévères en campagne car toute faute, toute infraction commise par un soldat en face de l’ennemi le rend aussi coupable que celui qui fuit » 20. Le général Blandin commandant la 40e brigade d’infanterie ayant bien spécifié, dans un ordre écrit daté du 8 août 1914, que « tout le monde doit être convaincu que l’on est en présence de l’ennemi et qu’on peut être attaqué à toute heure de jour et de nuit », on peut dès lors comprendre que certains cadres imbibés de règlements militaires sanctionnent les ravitaillements spontanés offerts par la population de Sedan. On en profitera d’ailleurs pour suggérer ici une certaine différence entre un officier de carrière et un de réserve comme le sous-lieutenant Groth, puisque la tournure de sa phrase citée plus haut laisse entendre qu’en son for intérieur il désapprouve ce genre de punitions. Lui-même ne fait d’ailleurs pas de mystère dans ses mémoires des difficultés physiques qu’il doit surmonter au cours de ces longues marches 21.

  • 22  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 125

8On comprend dès lors que dans une conception où la discipline est le gage de la réussite d’une armée, nombre d’officiers de carrière puissent être sincèrement inquiets de ce qu’ils voient au cours des toutes premières journées pendant lesquelles s’effectue la concentration des troupes, étape cruciale s’il en est. Pour un homme tel que Charles Lanrezac, la situation doit être d’autant plus sincèrement incompréhensible que certains passages de ses mémoires paraissent faire explicitement référence aux règlements militaires en usage à l’époque. Ainsi, lorsqu’il dénonce ces « mêmes individus, [qui] malgré leur prétendu épuisement et en dépit d’ordres réitérés, s’en vont courir le pays au loin pour se procurer du vin ou des vivres » 22, on ne peut s’empêcher d’y voir une étonnante similitude avec un passage du règlement de 1914 qui explique que la discipline est un facteur « d’accroissement du bien-être » :

  • 23  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 11.

« Un chef qui a confiance en sa troupe peut faire la grand’halte dans un lieu habité, au lieu d’éviter d’y entrer et de rester aux abords. Les hommes sont alors à l’abri du soleil ou de la pluie ; les corvées d’eau, de vin, bière ou cidre, sont supprimées ou notablement diminuées ; la préparation des aliments se fait dans de meilleures conditions » 23.

  • 24  Arch. Dép. Manche : 7 J 178 ; Rogerie Marcel, Pérégrination d’un soldat de la Haye Pesnel, 1914-19 (...)
  • 25  SHD-DAT : 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 4 octobre 1914.
  • 26  Watson Alexander, Enduring the great war, op. cit., chap. 4 : Junior leadership : command, cohesio (...)

9Sans condition physique, nombreux sont les fantassins à éprouver les plus grandes difficultés à suivre la marche, comme en témoignent les quelques cas de coup de chaleur répertoriés. Malheureusement, les sources du 47e RI sont relativement muettes en ce qui concerne les « traînards » et encore plus en ce qui concerne les réactions de l’encadrement face à ces cas. Or, tout porte à croire que quelques cadres, probablement pénétrés d’une conception de la discipline sans doute peu conciliable avec la réalité de ces longues marches, font régner une certaine terreur dans les rangs, contraignant les hommes à avancer, malgré la fatigue, la soif, les pieds meurtris et la chaleur accablante. Dans ses mémoires, Marcel Rogerie évoque de manière très explicite plusieurs moments où la troupe du 2e RI, le régiment « frère » du 47 au sein de la 40e brigade, est menacée d’un révolver par un officier. Une telle scène se produit notamment lors des longues marches du début du mois d’août. Alors que les réservistes de l’unité sont accablés par les distances, la chaleur, la soif et sans doute la faim, le poids du barda et le manque d’entrainement, « le commandant est obligé de les menacer du revolver » 24. Bien que peu disertes sur la question, les archives mentionnent néanmoins pour le 47e RI au moins un cas qui, de prime abord, paraît être de même nature. Le 4 octobre 1914, alors que l’unité est violemment prise à parti et rejetée de Neuville-Vitasse dans une « débandade affreuse », le journal des marches et opérations du 2e bataillon indique que c’est « révolver au poing qu’on réussit à rassembler quelques éléments qui restent à disposition de la compagnie Daré » 25. Mais il semble bien que tous les usages de la contrainte ne se ressemblent pas, certaines situations la justifiant peut-être plus que d’autres. En effet, ce même document détaille les conditions particulièrement difficiles que doivent affronter la troupe : il est question de bombardements d’une « intensité infernale », de maisons qui « s’écroulent ou prennent feu », d’officiers blessés… or l’on sait leur importance pour conserver la cohésion d’une troupe 26. La situation est d’autant plus anxiogène que, sur le champ de bataille, la réalité est particulièrement absconde :

  • 27  SHD-DAT : 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 4 octobre 1914.

« Bientôt les sections de première ligne doivent ouvrir le feu. à certains moments un doute terrible se crée : il y a encore des blessés dans la plaine qui sont pris sous notre feu. Même à la jumelle on distingue mal la nationalité des groupes qu’on a devant soi » 27.

  • 28  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août (...)

10Dans ces conditions, on comprend bien que des hommes sans expérience – c’est le cas des renforts qui viennent d’arriver du dépôt – ou au contraire littéralement épuisés par deux mois de campagne, puissent paniquer. Reste toutefois à caractériser cette contrainte, à savoir si elle est réellement l’expression d’un commandement intrinsèquement contraignant, pour ne pas dire « méchant », ou si, au contraire, elle est dans le cas présent la seule chose à faire pour tenter de faire revenir à la raison des hommes ayant momentanément perdu – dans des circonstances bien compréhensibles – leur jugement. Bien entendu chaque situation doit être appréciée au cas par cas mais on notera que pour certains auteurs, la mise en avant de ces cas de contrainte frôle bien souvent un délit de téléologie d’autant plus regrettable qu’il se nourrit d’un antimilitarisme toujours latent. C’est ce qui rend le témoignage de Jean Garret incontournable. Médecin au 2e RI, l’unité qui avec le 47e RI forme la 40e brigade, il n’hésite pas expliquer comment et pourquoi il emploie parfois « les grands moyens » pour ramener le calme dans ses lignes, ce qui ne manque pas de sel pour une personne ayant prononcé le serment d’Hippocrate. N’est-ce pas le même homme qui, le 14 août, avertit son équipe de brancardiers régimentaires en ne leur dissimulant pas « la grandeur et l’importance de leur tâche » et en insistant « sur ces difficultés qui ne devront jamais les arrêter dans leur mission d’humanité » 28 ? Mais pendant la bataille de Guise, alors que le 47e RI est lancé dans une attaque sur Audigny :

  • 29  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie », op. cit., janvier 1930, n°9, pp. 192-193

« L’attaque, une charge à la baïonnette en terrain découvert, à plus de cinq cents mètres des maisons du village, ne pouvait réussir. Les compagnies décimées par les mitrailleuses boches refluent sur nous, au moment où nous organisons un poste de secours dans un chemin encaissé. Notre petite formation est balayée par le flot des combattants qui battent en retraite avec précipitation. J’essaye de les persuader qu’ils n’ont rien à craindre où nous sommes, qu’il leur faut s’arrêter ; ils n’écoutent rien et suivent le mouvement comme des moutons de Panurge, gradés compris. C’est à pleurer de rage. […] On traverse un bois, derrière lequel nous trouvons l’état-major de notre division. Je reconnais un de mes anciens camarades du 24e dragons qui me prie de l’aider à enrayer la panique. Nous mettons le revolver au poing et nous nous dispersons sur une seule ligne en tendant une sorte de filet moral. Les nôtres s’arrêtent sans peine devant notre air déterminé ; une ligne de tirailleurs se reforme, et peu après nous pouvons rechercher les éléments de notre corps. »29

  • 30  Saint-Fuscien Emmanuel, « Forcer l’obéissance », in Loez André, Mariot Nicolas (dir.), Obéir, déso (...)

11Or non seulement la panique d’un soldat est aisément communicable à tout un groupe mais un repli désordonné est de plus très visible et constitue une excellente cible pour les tirs des infanterie et artillerie ennemies. Emmanuel Saint-Fuscien rappelle que ces vagues de panique « vite incontrôlables, sont la terreur des officiers parce qu’elles sont signes de repli, peut-être de défaite, et signe aussi d’une désagrégation au moins momentanée du lien hiérarchique entre les soldats et leur chef » 30. On comprend dès lors pourquoi certains usent du révolver pour faire revenir le calme dans les rangs. Le JMO du 10e corps évoque d’ailleurs, le 10 octobre, une semblable panique et ses funestes conséquences :

  • 31  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 10 octobre 1914.

« Entre trois et quatre heures, les territoriaux qui occupent les tranchées à Rivière-Bellacourt se font peur à eux-mêmes et commencent une fusillade sans but. La contagion gagne les fantassins français et allemands, et même un peu les deux artilleries Vers 5h30, tout rentre dans le calme » 31.

  • 32  Saint-Fuscien Emmanuel, « Forcer l’obéissance », op. cit., page 41.

12Encore une fois, si, indubitablement, le fait de rassembler des soldats « révolver au poing » renvoie au caractère intrinsèquement contraignant de la discipline telle qu’elle s’applique dans une unité comme le 47e régiment d’infanterie, il convient néanmoins de replacer cet acte dans son contexte, c’est-à-dire dans l’extrême tension nerveuse qui entoure ses acteurs afin d’en saisir la juste portée. Il y a une grande différence entre contraindre revolver au poing des hommes à partir à l’assaut d’une position et les regrouper, arme à la main, pour assurer leur repli dans de meilleures conditions de sécurité. De plus, pour marquant qu’il puisse paraître aujourd’hui, dans une société non seulement totalement ou presque civilisée – au sens de démilitarisée – mais de plus relativement exempte de violence physique, un tel acte doit être analysé aussi en fonction de son efficacité. Or des recherches entreprises sur la question tendent à montrer qu’une telle menace devient rapidement inefficace, réalité qui amène Emmanuel Saint-Fuscien à écrire que « non seulement le geste de la force se raréfie après 1914, mais surtout [qu’]il devient dangereux pour l’officier » 32. Dans cette optique, les scènes de revolver au poing décrites plus haut attesteraient du point de vue de la contrainte exercée au 47e régiment d’infanterie d’une certaine entrée en guerre, les pratiques ultérieures de coercition exercée sur la troupe relevant pour leur part de la guerre elle-même.

12.2. La contrainte judiciaire

  • 33  Saint-Fuscien Emmanuel, à vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande (...)

13Mais en tout état de cause, lorsqu’ils sont efficaces, les vecteurs de la contrainte quels qu’ils soient, de la crainte qu’inspire la figure du chef au revolver brandi, attestent d’un lien entre l’officier et ses subordonnés. C’est lorsque celui-ci est rompu qu’intervient, en dernier recours, le volet judiciaire de la contrainte au sein d’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie, celle-ci étant matérialisée par une plainte en conseil de guerre 33. Autrement dit, lorsqu’un prévenu comparaît devant la justice militaire, il n’est plus question des moyens de contraindre à l’obéissance mais d’actes, plus ou moins avérés, de désobéissance. Subtile, la différence est néanmoins majeure.

  • 34  Pour une présentation rapide des conseils de guerre permanents, Farcy Jean-Claude, Guide des archi (...)
  • 35  Bach André, Fusillés pour l’exemple, op. cit., page 168.
  • 36  Suard Vincent, « La justice militaire française et la peine de mort au début de la Première Guerre (...)

14Dans le cadre d’une analyse portant sur l’entrée en guerre du 47e régiment d’infanterie, les archives de la justice militaire se trouvent en deux dépôts distincts, réalité révélant l’hydre à deux têtes qu’est Thémis aux armées. Une première partie de la documentation disponible est conservée aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine dans la sous-série 11 R. Il s’agit des archives du conseil de guerre permanent de la 10e région militaire siégeant à Rennes 34. Mais cette institution n’est pas le seul instrument de la contrainte judiciaire au sein d’une unité telle que le 47e RI. En effet, l’article 33 du code de justice militaire stipule qu’en temps de guerre peuvent être institués des conseils de guerre aux armées qui fonctionnent parallèlement aux conseils de guerre permanents installés dans les régions militaires 35. Les archives de cette seconde juridiction sont quant à elles consultables à Vincennes, au Service historique de la Défense, de même que celles des conseils de guerre spéciaux, bras armés d’une justice expéditive institués par un décret daté du 6 septembre 1914 36. Mais, bien qu’intéressantes, ces dernières ne sont pas d’un grand recours pour une analyse se focalisant sur l’entrée en guerre d’un régiment d’infanterie.

  • 37  Bach André, Fusillés pour l’exemple, op. cit., page 169 et suivantes.
  • 38  Saint-Fuscien Emmanuel, à vos ordres ?, op. cit., page 130 ; Roynette Odile, « Les conseils de gue (...)
  • 39  Saint-Fuscien, Emmanuel, à vos ordres ?, op. cit., page 142. Sur l’implication de permissionnaires (...)
  • 40  SHD-DAT : 26 N 6367, JMO 47e RI, 28-30 juillet 1915.

15En effet, le propre d’un conseil de guerre aux armées est, contre toute attente, d’être difficile à réunir. à dire vrai, le législateur lui-même n’ignore pas cet état de fait. Aussi est-ce pourquoi, pour tout procès impliquant un militaire au grade inférieur à celui de lieutenant-colonel, le nombre de juges y est réduit à cinq. Le général André Bach, dans sa remarquable étude sur les fusillés pour l’exemple, montre bien combien une telle mesure d’apparence anodine est en réalité une porte ouverte à une justice arbitraire puisque les fonctions de commissaire du gouvernement et de rapporteur, habituellement dévolues à deux personnes distinctes, sont ici assurées par un seul et même officier. En d’autres termes, le magistrat-instructeur et le procureur ne font ici qu’un 37. Pour autant, il n’en demeure pas moins que d’août à novembre 1914, le déplacement continuel des unités et l’importante mortalité parmi les officiers sont autant d’obstacles à la réunion de ces conseils de guerre, fussent-ils le bras armé d’une justice d’exception 38. Dans l’optique de la présente étude, l’entrée en guerre pourrait ainsi être double. Soit, hypothèse basse, il s’agit de la période d’août à octobre 1914, caractérisée par une extrême mobilité mais aussi par une grande mortalité au sein du corps des officiers, c’est-à-dire un laps de temps pendant lequel il est matériellement quasi-impossible de réunir ces juridictions. Soit, hypothèse haute, il s’agit d’une période courant jusqu’à la mi-1915, c’est-à-dire jusqu’à l’instauration des permissions, les retards au retour de ces dernières étant à l’origine de maints dossiers pour « désertion » 39. En réalité, c’est bien ce dernier postulat qui doit être adopté puisqu’à la fin du mois de juillet 1915, le rédacteur du journal des marches et opérations du 47e RI indique que « le Conseil de guerre spécial du régiment se réunit pour la première fois à l’effet de juger le soldat Rio de la 1re compagnie ». Celui-ci, accusé de désertion en présence de l’ennemi, est d’ailleurs acquitté 40.

  • 41  Arch. Dép. I&V : 11 R 349, jugements du conseil permanent de la 10e région militaire, 1914.
  • 42  Roynette Odile, « Les conseils de guerre en temps de paix entre réforme et suppression (1898-1928) (...)
  • 43  Il s’agit d’un cas « d’outrages et menaces envers un supérieur » au dépôt de Saint-Malo. L’experti (...)

16Si la justice rendue par les conseils de guerre peut être considérée par certains comme étant d’exception, il n’en demeure pas moins que le recours à ces mêmes conseils de guerre est lui aussi exceptionnel. Les archives du conseil de guerre permanent de la 10e région militaire siégeant à Rennes confirment d’ailleurs tout à fait ce point de vue. Entre le 6 janvier et le 28 juillet 1914, 123 jugements sont rendus tandis que 113 le sont entre le 4 septembre et le 19 décembre, la cour ne se réunissant pas pendant le premier mois de la campagne 41. Si un tel nombre d’affaires peut paraître important, il doit pour autant être rapporté à l’immense bassin de population que représentent les trois départements formant la 10e région militaire. Il doit de plus être confronté au niveau dit infra-judiciaire – certes difficilement quantifiable et territoire encore vierge de l’historiographie – regroupant l’ensemble des procédures closes avant même le passage en conseil de guerre, le refus d’informer s’expliquant dans la plupart des cas par la disproportion des conséquences d’un tel procès par rapport aux fautes commises. Celles-ci sont alors le plus souvent punies par la voie disciplinaire, plus classique 42. De même, force est de constater que la mobilisation générale ne paraît pas influer sur le nombre de dossiers traités par la cour. C’est dire si le recours au conseil de guerre est marginal et ne semble pas constituer un outil adéquat pour analyser la contrainte au sein d’une unité telle que le 47e RI. D’ailleurs, sur les 113 dossiers examinés par le conseil de guerre de la 10e région à Rennes dans la deuxième partie de l’année 1914, un seul concerne cette unité 43, une forte proportion des accusés appartenant à l’armée territoriale.

  • 44  Arch. Dép. I & V. : 11 R 793-794.

17Quantitativement marginale, la justice militaire l’est aussi « qualitativement » puisqu’au travers des dossiers d’instruction se révèle en filigrane le portrait d’un « mauvais soldat », émanant des plus basses fanges de la société. En effet, sans prétendre rentrer dans le détail d’un sujet qui, assurément, mériterait à lui seul une étude fouillée, il convient de remarquer que nombreux sont les dossiers qui impliquent des personnes évoluant dans un environnement social assez lourd : untel est décrit pas sa femme comme « alcoolique invétéré », un autre a « mauvaise réputation », nombreux sont ceux dont le casier judiciaire est loin d’être vierge… Certains, enfin, sont jugés irresponsables de leurs actes car étant sujets à de fréquentes crises d’épilepsie, ou sont même déclarés « aliénés » ou encore « dégénérés inférieurs d’un niveau intellectuel très au-dessous de la moyenne » 44. C’est dire si les cas qui se trouvent examinés par le conseil de guerre sont à la marge et donc difficilement généralisables.

  • 45  Arch. Dép. I & V. : 11 R 792, affaire Jean A.
  • 46  Arch. Dép. I & V. : 11 R 792, affaire Jean A, rapport d’enquête.

18Pour autant, il est indéniable que la contrainte judiciaire existe et qu’elle s’exerce sur les combattants même si celle-ci se fait le plus souvent sentir à la manière de l’épée de Damoclès. C’est ce que permet d’ailleurs d’attester le jugement n°7746, une affaire concernant un soldat du 41e RI qui, évacué après la bataille de Charleroi et de retour au dépôt, rate plus ou moins sciemment, selon que l’on suive sa déposition ou celle de l’accusation, le train devant le ramener vers le front 45. Encore une fois, rappelons que ce type de cas est très marginal et qu’à notre connaissance il n’en n’existe pas pour le 47e RI ce qui en soi est significatif. Or, de l’enquête diligentée à l’occasion de cette affaire, il résulte que globalement, en de telles situations, les soldats peuvent être considérés comme étant au courant de ce qu’ils encourent en cas de désertion puisque sitôt l’ordre de départ pour le front prononcé, « lecture est donnée à la compagnie assemblée des ordres prescrivant de traduire en conseil de guerre tout soldat porté manquant au départ d’un détachement » 46.

  • 47  Saint-Fuscien Emmanuel, à vos ordres ?, op. cit., page 155.
  • 48  Roynette Odile, « Les conseils de guerre en temps de paix entre réforme et suppression (1898-1928) (...)

19Un exemple tel que celui-ci dit bien quel type de contrainte exerce la justice militaire au sein d’une unité comme le 47e régiment d’infanterie. L’impact du droit se révèle plus à la lumière de sa fonction normative et des peines prévues en tel ou tel cas qu’en application d’un jugement prononcé par le conseil de guerre. On comprend dès lors mieux le rôle de la « nomenclature alphabétique des crimes et délits militaires et peines y attachées » qui figure sur cinq pages du livret militaire de chaque soldat 47. Dans cette optique, les cas de désobéissance plus ou moins avérés traités par les conseils de guerre apparaissent comme doublement marginaux. On l’a vu, d’un point de vue quantitatif et qualitatif mais aussi, et peut-être même surtout, parce qu’ils témoignent d’un échec de la relation d’obéissance existant entre l’officier et son subordonné. Or réduire le droit aux peines prononcées par un tribunal serait éluder toute la valeur normative de la loi, dimension qui, à l’évidence, renvoie à une dimension beaucoup plus intériorisée de la contrainte qui s’exerce sur les hommes du 47e régiment d’infanterie. Ce serait en outre oublier que c’est bien l’intimidation, et non la sanction, qui se trouve au cœur de ce système répressif 48.

12.3. Une contrainte intérorisée

  • 49  Prochasson Christophe, 14-18, retours d’expériences, Paris, Texto, 2008, page 135.

20Au sein d’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie, c’est dès les toutes premières heures de la mobilisation que s’exprime cette contrainte intériorisée. Mais avant de développer ce point, il convient de rappeler ce que recouvre cette notion. Celle-ci diffère en effet grandement de la contrainte exercée par le supérieur hiérarchique où l’épée de Damoclès que constitue la justice militaire, éléments qui sont externes au sujet que l’institution cherche à faire obéir. La contrainte intériorisée, ou autocontrainte, est au contraire un principe réflexif découlant de l’absorption d’un certain nombre de normes et valeurs par un acteur. Il s’agit, pour reprendre les mots de Christophe Prochasson, d’une contrainte incorporée et inconsciente qui peut être définie comme « l’automobilisation qu’encourageraient non seulement les efforts d’une propagande active mais aussi les ferments d’une éducation républicaine reçue avant la guerre, voire d’une morale sociale au sein de laquelle l’honneur jouerait un rôle déterminant » 49. Autrement dit, c’est pour répondre à l’impératif catégorique édicté par l’instituteur, le curé et/ou le père de famille que les combattants du 47e régiment d’infanterie résistent, courbent l’échine et surmontent les épreuves que sont les longues marches, les nuits blanches d’hiver, la boue des tranchées, la nourriture de piètre qualité, l’éloignement des proches et last but not least, la violence des combats.

21Cette attitude est clairement identifiable dans le témoignage de Jean-Maurice Adde, commandant au 142e régiment d’infanterie territoriale, unité casernant à Bayonne. Le 4 août 1914, il raconte être apostrophé par trois femmes de mobilisés, celles-ci ayant appris que tous n’iraient pas au front :

  • 50  Adde Jean-Maurice, « Carnets de guerre sur la campagne 1914-1918, Commandant Jean-Maurice Adde, 14 (...)

« Monsieur le capitaine, nous sommes pauvres mais nous sommes Basques. Il ne faut pas que vous laissiez nos maris derrière, ils seront braves. J’ai trois enfants, elles n’en ont que deux chacune, mais si au pays on disait qu’ils sont restés ici, on croirait qu’ils sont des lâches » 50.

  • 51  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, op. cit., page 63.

22Ce témoignage est rare en ce qu’il explicite très clairement la peur d’individus qui, résonnant encore une fois dans l’optique d’une guerre courte, craignent de « frôler » l’événement et, in fine, de passer pour des pleutres, des poltrons, des personnes qui se soustraient au devoir national. Il doit sans doute être rapproché du cas de Stanislas Ruellan qui, venu des états-Unis où il réside, déclare dès son arrivée au dépôt de Saint-Malo « n’avoir pas fait un aussi long voyage pour demeurer à l’arrière » et se fait inscrire pour le premier renfort à partir, ce qui le conduit d’ailleurs au 247e RI 51. Près d’un siècle après les faits, dans une France n’ayant plus connu de conflit sur son sol – si l’on excepte le cas complexe de la guerre d’Algérie – depuis près de soixante-dix ans et où les valeurs de « devoir patriotique » paraissent appartenir à un autre âge, un tel comportement est bien entendu très difficile à comprendre. Connaissant l’horreur de la Grande Guerre, ayant tous appris à l’école la saignée démographique qu’elle induit à partir d’une pyramide des âges, l’esprit du début du XXIe siècle est sans doute beaucoup plus enclin à avoir de l’empathie pour l’embusqué, pour celui qui évite le conflit, que pour celui qui, délibérément, s’y jette. Pourtant, il semble bien que de nombreuses personnes ayant puissamment intégré les valeurs de « devoir patriotique », craignent au plus haut point le regard désapprobateur de la famille, des amis, des collègues ou encore de la communauté villageoise. C’est précisément ce qui les pousse à vouloir, en ce début du mois d’août 1914, absolument partir au front, pour ne pas se soustraire à ce « devoir patriotique ».

  • 52  Ce qui ne signifie pas pour autant que les autorités n’aient pas essayer de jouer sur cette fibre (...)
  • 53  Maufrais Louis, J’étais médecin dans les tranchées, op. cit., pp. 44-51.
  • 54  Harel Ambroise, Mémoires d’un poilu breton, Rennes, Ouest-France, 2009, page 14.

23Pour autant, il y a tout lieu de croire que, bien que sincère, cette attitude ne dure pas52 et s’effiloche au fur et à mesure des premiers revers d’une part, et de la découverte du caractère éminemment meurtrier du conflit d’autre part. Dans ses carnets, Louis Maufrais décrit, après l’arrivée des premiers blessés légers en provenance du front, le changement des mobilisés qui se pressent dorénavant devant le médecin pour simuler des pathologies qui apparaissent en réalité comme autant de stratégies d’évitement de la guerre 53, celles-ci n’étant d’ailleurs pas l’apanage exclusif des mobilisés. Incorporé le 18 décembre 1914 au 117e RI casernant au Mans, Ambroise Harel évoque succinctement dans ses mémoires des journées très chargées, autant par les corvées que par l’instruction. Ce faisant, il révèle certaines méthodes employées par les cadres – parmi lesquels on suppose un certain nombre de militaires de carrière – pour esquiver le conflit : « nous avions des gradés très durs, quelques-uns voulant se rendre indispensable à l’instruction pour ne partir au front que le plus tard possible » 54. Ainsi, il semble bien que, pour les éléments demeurés au dépôt, la force de la contrainte intériorisée fléchisse au fur et à mesure que la guerre avance, et que reviennent les blessés qui racontent la réalité du champ de bataille. Pour autant, les archives du conseil de guerre permanent de la 10e région militaire attestent que s’il y a un fléchissement de cette contrainte intériorisée, celle-ci ne se rompt qu’exceptionnellement puisque rares sont les dossiers concernant des soldats ayant refusé de rejoindre le front à l’occasion d’un renfort, aucun d’entre eux n’appartenant d’ailleurs au 47e RI.

  • 55  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)
  • 56  Sur cette question, voir notamment Cochet François, « 1914-1918 : L’alcool aux armées. Représentat (...)

24Un autre indice de la contrainte intériorisée qui s’exerce sur les combattants est l’omniprésence de l’alcool dans les témoignages qui évoquent les toutes premières heures de la mobilisation générale. S’il apparaît que les hommes sont globalement confiants en l’issue de la bataille à venir – à l’image de Julien Loret de la 5e compagnie du 47e RI pour qui le train qui l’emmène au front est nécessairement à destination « de Berlin » 55 – il y a lieu de penser que ce voyage ne s’est en effet pas effectué dans la liesse véhiculée par l’image d’épinal de « la fleur au fusil »… Au contraire, un faisceau d’indices concordants nous amène à subodorer que cette période du début du mois d’août 1914 est le moment d’une alcoolisation massive, preuve d’un malaise certain. Certes, il est difficile de savoir en quoi ces libations diffèrent fondamentalement des rituels du temps de paix, et tout particulièrement des festivités accueillant la fin du conseil de révision 56. Il n’en demeure pas moins que leur ampleur interroge. à Dol-de-Bretagne, Louis Maufrais voit les escadrons du régiment de dragons caserné à Dinan qui viennent s’embarquer à la gare. Il note que beaucoup de ces cavaliers sont « éméchés ». Puis, le 5 août 1914, alors qu’il doit rejoindre le dépôt du 136e RI à Saint-Lô :

  • 57  Maufrais Louis, J’étais médecin dans les tranchées, op. cit., pp. 32-33.

« Le long du boulevard, vers la gare, montaient des effluves de vieux cidre et de calva. Les caniveaux étaient remplis de tessons de bouteille. Je suivis le flot des appelés – qui zigzaguaient dangereusement. Une fois dans la gare, j’eus toutes les peines du monde à entrer sur le quai. Il était barré par un grand corps couché sur le dos à plat, tenant à bout de bras une peau de bouc qui lui giclait du vin à plein gosier » 57.

  • 58  Mobilisé au 88e RIT, Herrieu Loeïz (traduction de Le Mer Gabriel, LPersonnic Frédéric, adaptatio (...)
  • 59  Fissot Patrick (en collaboration avec Digard Arnaud et Gautier René), Les Manchois dans la Grande (...)
  • 60  Miquel Pierre, Les Poilus, op. cit., page 91. Dans ce même ouvrage, page 67, l’auteur, décidément (...)

25Il semble bien que cette truculente bacchanale ne soit en rien exceptionnelle en ce début août 1914 : semblables cas sont signalés dans les archives à Lorient 58, à Avranches 59… mais aussi à Paris, notamment autour des gares 60. En témoignent également plusieurs mesures prises par les autorités, tant civiles que militaires, ce dès les toutes premières heures du conflit. Le plus prompt à réagir paraît être Lucien Saint, préfet d’Ille-et-Vilaine. Le 3 août 1914, il décrète en vertu de l’état de siège proclamé la veille sur l’ensemble du territoire français, la fermeture à vingt et une heures, sauf à Rennes où un délai supplémentaire d’une heure est accordé, « des cafés, cabarets, débits de boissons et cafés concerts ». Il est d’ailleurs interdit à ces établissements, à partir du 17 août, de vendre de l’absinthe, mesure qui ne saurait être comprise dans le cadre d’une classique politique hygiéniste de promotion de la tempérance alcoolique puisque cet arrêté est pris, lui aussi, en vertu de l’état de siège proclamé le 2 août. Il s’agit donc bien d’une mesure d’exception dictée par la guerre. Renforçant ces décisions préfectorales, les autorités militaires ordonnent pour leur part le 9 août la fermeture à dix-sept heures, sur tout le territoire de la 10e région, des « cafés, débits de boissons et cabarets de tous genres ». Loin des visions angéliques de l’entrée en guerre des Français, le général Marion commandant la 10e région militaire explique devoir prendre ces mesures énergiques du fait de plusieurs cas d’alcoolisation massive :

  • 61  Arch. Dép. I&V : Communications officielles, août 1914.

« à la suite des cas d’ivresse qui se sont produits en grand nombre depuis plusieurs jours et particulièrement depuis que les plus anciennes classes des réserves sont convoquées, il est arrivé ce fait incroyable dans une garnison de la 10e région que, dans la seule journée du 6 août, six territoriaux sont morts à l’hôpital militaire du delirium tremens. Ces ivrognes seront enterrés demain sans honneurs militaires. De plus, plusieurs hommes sont entrés à l’hôpital aujourd’hui pour des cas semblables dans la même garnison » 61.

26Mobilisé avec le 48e régiment d’infanterie, émile Bourdon donne dans ses carnets de guerre une description du départ en campagne qui, loin des innocentes représentations habituelles, semble pouvoir, a priori, être étendue à l’ensemble de la 10e région militaire, et donc au 47e RI, rien ne permettant d’avancer que celui-ci fait exception :

  • 62  Bourdon Émile, Journal de Guerre 1914-1918, dessins et photographies réalisés au front et dans les (...)

« à la nuit tombante, nous quittons Guingamp pour une destination inconnue. Ma compagnie logeant seule au quartier doit traverser la ville pour se rendre à la gare. Avant l’embarquement définitif, chacun dit un dernier adieu aux parents et amis accourus. Il serait préférable que de semblables effusions se fassent dans l’intimité pour éviter toute faiblesse et aussi par pitié pour les camarades moins heureux qui n’ont pu embrasser une dernière fois les leurs. Le train s’ébranle, nous partons. Nous sommes là quarante dans un wagon aménagé, les uns rient et chantent. Pour s’étourdir, ils vident en commun les nombreuses bouteilles emportées » 62.

  • 63  Prigent Julien, Richard René, Le capitaine Charles Mahé au 48e régiment d’infanterie de Guingamp, (...)
  • 64  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 2.
  • 65  Ibidem.
  • 66  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie », op. cit., janvier 1930, n°9, page 178.
  • 67  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé  (...)

27La situation est telle que Charles Mahé, lui aussi au 48e RI, indique dans ses carnets que sa « compagnie se fait remarquer par l’ordre et la discipline » 63, formulation suggestive qui pourrait laisser entendre que les autres en sont légèrement dépourvus… Or ces témoignages corroborent parfaitement la seule archive à notre disposition concernant le 47e RI, à savoir le carnet d’Albert Omnès. On sait en effet que, le 6 août, son père vient le voir une dernière fois avant le départ, à la porte de la caserne 64. Gageons que ces touchants adieux ne sont pas une exception et que nombreux sont les soldats du 47e RI ayant des proches aux alentours de la caserne qui, en ces jours funestes, reçoivent de telles visites. Il est pourtant difficile de savoir quels effets celles-ci produisent sur les hommes. Le sergent Omnès paraît partagé entre le plaisir sincère de revoir son père mais aussi la gravité du moment. Peut-être est-ce pourquoi il écrit se sentir prêt et attendre l’heure du départ 65, sentiment qui à n’en pas douter est celui de de beaucoup d’hommes du 47e RI à cette date mais qui renvoie aussi de facto à la notion de devoir à accomplir, preuve aussi d’une certaine contrainte intériorisée. Gageons également qu’à cette occasion nombreux sont ceux qui souhaitent se montrer braves au moment de défendre la patrie en danger. Concrètement, ils ont pu écourter des adieux ou même retenir des larmes de peur de passer pour un pleutre, effrayé de remplir son « devoir patriotique ». C’est ce que laisse entendre Jean Garret lorsque, se rappelant son départ d’Avranches avec le 2e RI, l’unité frère du 47 au sein de la 40e brigade, il écrit « qu’il faut se maitriser pour empêcher toute apparition extérieure de l’émotion inévitable qui étreint au-dedans » 66. Sans doute est-ce pourquoi certains à cette occasion paraissent si ostensiblement crânes. Peut-être est-ce même pourquoi Marcel Brégé note dans son carnet « que c’est avec un grand enthousiasme que nous partons à la frontière » 67. Enfin, le récit que fait le sergent Omnès du périple ferroviaire jusqu’à la zone de concentration paraît pouvoir être considéré comme relativement représentatif de l’état d’esprit de l’ensemble de la troupe du 47e régiment d’infanterie :

  • 68  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 3.

« Notre train est décoré, nous chantons ; tous se réjouissent mais j’analyse cette joie et je découvre au fond de plusieurs une vague tristesse ; hélas, de ceux-là qui partent combien ne reviendront pas. Richard nous distribue des médailles de la Vierge ; tous en prennent sans fausse honte. Au soir, nous devenons tristes et nous arrangeons pour dormir dans notre wagon à bestiaux » 68.

28Lors du départ, l’alcool, l’exubérance bravache, les slogans guerriers… paraîssent autant de moyens d’exorciser la peur qui saisit les fantassins du 47e RI au moment de partir en guerre. En cela ces comportements témoignent d’une puissante intériorisation de la notion de « devoir patriotique » puisque tous sont des dérivatifs, des soupapes, qui traduisent la puissante contrainte qui, alors, s’exerce sur ces hommes. Mais, là où la contrainte intériorisée se révèle être particulièrement efficace pour obtenir l’obéissance des hommes, c’est qu’elle est non seulement protéiforme mais assez altruiste, ce qui lui permet de survire durablement aux consentements initiaux que l’on sait fragiles.

  • 69  Richardot Sophie, « L’apport de la psychologie sociale à la question de l’obéissance : les travaux (...)
  • 70  Watson Alexander, Enduring the Great War, op. cit., page 86.

29En effet, Saint-Malo quitté, c’est-à-dire la rupture avec la vie civile consommée, la contrainte intériorisée qui s’exerce sur les hommes évolue. Au fur et à mesure de la campagne, même si la femme et les enfants sont toujours présents dans les cœurs et les âmes, le groupe primaire devient le cadre qui s’érige en référence puisqu’il est celui du quotidien. Dès lors, les logiques collectives jouent à plein. Or on sait, notamment depuis les travaux assez controversés de Stanley Milgram, l’importance des dynamiques de groupe dans la soumission des individus à l’autorité 69. La peur de passer pour un faible, un poltron, la crainte de voir ses qualités guerrières questionnées, donc in fine sa virilité, constituent dorénavant des ressorts essentiels de la contrainte qui s’abat sur les hommes 70. Mais celle-ci ne s’exerce plus en fonction du regard d’une femme, d’une mère ou d’un ami mais d’un compagnon d’armes.

  • 71  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande Guerre, op. cit., page 14.

30Bien entendu, il est difficile de retrouver les traces de cette contrainte intériorisée dans les archives. Rares sont en effet les témoignages qui s’épanchent de manière aussi impudique sur ces questions extrêmement intimes. Exceptionnels sont à cet égard les carnets du général Fayolle qui confesse le 3 août, avant de connaître le feu et la réalité du champ de bataille, « avoir peur d’avoir peur, d’être inférieur à [sa] tâche » 71, un état d’esprit sans doute partagé par nombre d’officiers. Ne pas mentionner cette contrainte intériorisée lorsque se pose la question de l’endurance des combattants serait à coup sûr passer sous silence un ressort essentiel de l’obéissance au sein d’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale. Aussi est-on obligé de procéder de manière détournée, en envisageant des éléments qui de prime abord peuvent paraître comme éminemment anecdotiques.

  • 72  Morton Desmond, « Les problèmes initiaux d’un célèbre régiment de milice : les raisons de la disso (...)
  • 73  Watson Alexander, Enduring the Great War, op. cit., page 63. Il est à noter que si cet argument si (...)
  • 74  Arch. Dép. Manche : 7 J 178 ; Rogerie Marcel, Pérégrination d’un soldat de la Haye Pesnel, 1914-19 (...)
  • 75  Pour un exemple illustrant l’abnégation remarquable des hommes pour leur drapeau, on renverra à Bo (...)

31Ainsi de la devise du 47e régiment d’infanterie : Semper fidelis, toujours fidèle. Peut-être a-t-elle eu quelque effet sur certains fantassins ? Pour incongru que cela puisse paraître, il nous semble que reléguer cette devise au rang de simple anecdote serait prendre le risque de mésestimer la puissance des symboles. C’est sans doute ce qui amène Desmond Morton à considérer l’adoption d’une devise comme le signe de l’émergence d’un esprit de corps 72, et donc d’une certaine contrainte intériorisée. De même, Alexander Watson avance l’idée – séduisante – qu’un régiment est aussi un prestige, une histoire, bref un passé magnifique et magnifié qui peut se révéler contraignant pour les hommes, pressés de s’inscrire dans une certaine tradition d’excellence militaire 73. C’est sans doute ce que suggèrent également les mémoires de Marcel Rogerie du 2e régiment d’infanterie lorsqu’il évoque l’allocution du chef de corps au moment du départ de l’unité : « le colonel Pérez, au milieu, nous fait un discours et nous dit que fiers de nos ancêtres, nous saurons comme eux défendre notre drapeau et y inscrire de nouvelles victoires » 74. Au 47e RI, le rappel des batailles de Fleurus, de La Corogne, de Constantine et de Sébastopol – autant de noms figurant sur le drapeau de l’unité – conduisent peut-être certains combattants exténués à quelques pas supplémentaires lors des longues marches ou à passer une nuit de plus dans les tranchées d’Artois 75. Le témoignage d’Albert Omnès est à ce titre aussi précieux qu’explicite puisqu’en pleine bataille de Guise, il confesse toute l’importance que revêt à ses yeux ce symbole :

  • 76  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 12.

« Je songe au drapeau que je porte de la main droite en le dissimulant aux vues de l’ennemi. La brigade bat en retraite dans un désordre inouï. Je cours avec l’escorte à perdre l’haleine, craignant non pour moi mais pour l’emblème que je porte » 76.

32Puis, au cours de cette même bataille, Albert Omnès écrit dans ses carnets dormir avec le drapeau du régiment dans ses bras, et confesse à cette occasion de bien significatifs souvenirs :

  • 77  Ibid., page 13.

« Le combat recommença. Nous nous mîmes à la recherche du régiment. Je me souviens d’un officier mourant qui fixait sur le drapeau un regard hypnotisé ; j’eus envie de lui donner cette consolation dernière de pouvoir embrasser l’emblème mais je pensai à l’inquiétude où devait être le colonel de ne pas savoir ou était son drapeau et je passai » 77.

  • 78  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 14.
  • 79  Goujon Bertrand, « Insertion et distinction nobiliaire parmi les combattants français de la Grande (...)
  • 80  Collectif, La dernière lettre écrite par des soldats tombés au champ d’honneur 1914-1918, Paris, F (...)

33D’ailleurs le règlement militaire de l’année 1914 prescrit que « les officiers – et quelquefois les sous-officiers – devront souvent rappeler, dans des causeries, les batailles et les faits d’armes remarquables auxquels a pris part le régiment » 78. De ce point de vue, l’entrée en guerre ne paraît pas modifier profondément ce rapport à l’histoire, perçue comme source de motivations pour le présent. Ce passé mythifié est également un élément particulièrement important de la contrainte intériorisée des aristocrates, pour qui, comme le rappelle Bertrand Goujon, « l’illustration militaire est une exigence qui s’impose à tous » 79. La dernière lettre qu’adresse, avant de mourir à Verdun le 30 mars 1916, le commandant Imhaus de Mahy à sa femme est à cet égard éloquente : « Ton mari, ma chère femme, sera digne de nos enfants, des De Mahy, des De la Serve » 80. Gageons que pour des hommes tels que Daniel Poncet des Nouailles, Maurice Suisse de Sainte-Claire, Henri Gaigneron-Jollimon de Marolles ou encore Ferdinand Cléret de Langavant, ce passé mythifié peut constituer un ethos aussi puissamment intériorisé que contraignant.

  • 81  Prost Antoine, « La guerre de 1914 n’est pas perdue », op. cit., page 100.

34De plus, indépendamment de l’ascendance plus ou moins prestigieuse des combattants, la troupe apprend à se connaître au fur et à mesure des premières semaines de la campagne. Inévitablement, la souffrance des longues marches, l’épreuve du baptême du feu et des combats qui suivent, le deuil des morts et l’angoisse entourant le sort des disparus contribuent à souder les hommes qui, de plus en plus, se battent par solidarité avec leurs compagnons d’armes 81.

35En définitive, l’entrée en guerre apparaît comme le moment d’une désobéissance marginale puisque l’activité judiciaire y est assez faible, ce qui, de facto, aurait tendance à souligner la force de la contrainte intériorisée des acteurs. Dans le cadre du 47e régiment d’infanterie, celle-ci prend effectivement fin en juillet 1915, lorsque pour la première fois est réuni le conseil de guerre spécial de l’unité.

36Cette assertion doit néanmoins être pondérée par la difficile question des exécutions sommaires, c’est-à-dire extrajudiciaires, particulièrement délicates à établir à la lecture des archives. Aussi, c’est sans surprise que l’on indiquera ne pas avoir trouvé mention d’un tel crime au 47e régiment d’infanterie pendant les premiers mois de la campagne, ce qui ne signifie pas pour autant que de tels actes ne se sont pas produits. Seule certitude, si tel est le cas, de telles liquidations paraissent bien être exceptionnelles.

Notes

1  Watson Alexander, Enduring the Great War, Combat, Morale and Collapse in the German and British armies, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, pp. 44-45.

2  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., pp. 21-24.

3  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 375.

4  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 26.

5  SHD-DAT: 26 N 683/1, JMO 119e RI.

6  Bach André, Fusillés pour l’exemple, op. cit. En particulier le chapitre 2 : « une différence de potentiels humains lourde de surprises désagréables ».

7  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., pp. 124-125.

8  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 24.

9  L’Infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 10.

10  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 7.

11  Bach André, Fusillés pour l’exemple, op. cit.

12  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 16.

13  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

14  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 589.

15  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », loc. cit.

16  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

17  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 20.

18  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 24.

19  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 7.

20  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 25.

21  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., pp. 13-23.

22  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 125.

23  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 11.

24  Arch. Dép. Manche : 7 J 178 ; Rogerie Marcel, Pérégrination d’un soldat de la Haye Pesnel, 1914-1917, littérature grise.

25  SHD-DAT : 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 4 octobre 1914.

26  Watson Alexander, Enduring the great war, op. cit., chap. 4 : Junior leadership : command, cohesion and combat motivation, pp. 108-139 ; SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 5 octobre 1914.

27  SHD-DAT : 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 4 octobre 1914.

28  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août 1915 », Bulletins périodiques de la Société d’études historiques et économiques. Le pays de Granville, juillet 1929, n°7, page 181.

29  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie », op. cit., janvier 1930, n°9, pp. 192-193.

30  Saint-Fuscien Emmanuel, « Forcer l’obéissance », in Loez André, Mariot Nicolas (dir.), Obéir, désobéir. Les mutineries de 1917 en perspective, La Découverte, 2008, page 39.

31  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 10 octobre 1914.

32  Saint-Fuscien Emmanuel, « Forcer l’obéissance », op. cit., page 41.

33  Saint-Fuscien Emmanuel, à vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre, Paris, Editions EHESS, 2011, page 155.

34  Pour une présentation rapide des conseils de guerre permanents, Farcy Jean-Claude, Guide des archives judiciaires et pénitentiaires 1800-1958, Paris, CNRS éditions, 1992, pp. 55-56.

35  Bach André, Fusillés pour l’exemple, op. cit., page 168.

36  Suard Vincent, « La justice militaire française et la peine de mort au début de la Première Guerre mondiale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°41-1, 1994, page 142 : « La volonté de mettre fin à ce désordre se concrétise rapidement par la mise en place des conseils de guerre spéciaux, à effectif restreint, qui fonctionnent sans instruction préalable et dont les décisions sont sans appel ».

37  Bach André, Fusillés pour l’exemple, op. cit., page 169 et suivantes.

38  Saint-Fuscien Emmanuel, à vos ordres ?, op. cit., page 130 ; Roynette Odile, « Les conseils de guerre en temps de paix entre réforme et suppression (1898-1928) », Vingtième siècle, Revue d’histoire, n°73, 2002-1, pp. 51-66 montre que cette accusation est portée à l’encontre de la justice militaire avant même la guerre.

39  Saint-Fuscien, Emmanuel, à vos ordres ?, op. cit., page 142. Sur l’implication de permissionnaires dans certains mouvements de désobéissance Cronier Emmanuelle, « Le rôle des permissionnaires dans la révolte de 1917 : un front contaminé par Paris ? », in Loez André, Mariot Nicolas (dir.), Obéir, désobéir, op. cit., pp. 125-138.

40  SHD-DAT : 26 N 6367, JMO 47e RI, 28-30 juillet 1915.

41  Arch. Dép. I&V : 11 R 349, jugements du conseil permanent de la 10e région militaire, 1914.

42  Roynette Odile, « Les conseils de guerre en temps de paix entre réforme et suppression (1898-1928) », op. cit. Pour un exemple concret se rapportant à ce niveau infra-judiciaire, se rapporter à l’affaire édouard G. et Armand G. Le rapport d’enquête stipule en effet que « le 22 octobre 1914, le lieutenant commandant la 13e compagnie du dépôt du 75e territorial infligeait à deux soldats de la compagnie, les nommés G. et G., une punition disciplinaire de 3 jours de prison pour le motif suivant, uniforme pour chacun d’eux : "Désigné pour partir au front et sans en avoir reçu l’ordre, n’a pas suivi le détachement" ». Ce n’est qu’à la suite d’un « compte-rendu sommaire » relatif à cette punition que le général commandant la 10e région donne « ordre d’informer contre les deux inculpés, sous prévention de refus désobéissance ». Un tel exemple montre bien que si le général Marion n’avait pas agi de la sorte, alors cette contrainte infra-judiciaire n’aurait pu être décelée au travers des archives du conseil de guerre, instrument de la contrainte judiciaire. Arch. Dép. I&V : 11 R 791, Affaire G. et G.

43  Il s’agit d’un cas « d’outrages et menaces envers un supérieur » au dépôt de Saint-Malo. L’expertise médico-légale commandée dans le cadre de cette affaire révèle des « anomalies de nature à atténuer considérablement sa responsabilité ». Arch. Dép. I & V. : 11 R 793, Rapport sur l’affaire Ange D.

44  Arch. Dép. I & V. : 11 R 793-794.

45  Arch. Dép. I & V. : 11 R 792, affaire Jean A.

46  Arch. Dép. I & V. : 11 R 792, affaire Jean A, rapport d’enquête.

47  Saint-Fuscien Emmanuel, à vos ordres ?, op. cit., page 155.

48  Roynette Odile, « Les conseils de guerre en temps de paix entre réforme et suppression (1898-1928) », op. cit.

49  Prochasson Christophe, 14-18, retours d’expériences, Paris, Texto, 2008, page 135.

50  Adde Jean-Maurice, « Carnets de guerre sur la campagne 1914-1918, Commandant Jean-Maurice Adde, 142e régiment territorial d’infanterie », Un médocain dans la Grande Guerre [http://sites.estvideo.net/darrietadde/Chapitre%201%20-%201914.htm].

51  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, op. cit., page 63.

52  Ce qui ne signifie pas pour autant que les autorités n’aient pas essayer de jouer sur cette fibre pour raviver le consentement patriotique. La célèbre affiche britannique Daddy, what did YOU do in the Great War ? est à cet égard particulièrement symptomatique.

53  Maufrais Louis, J’étais médecin dans les tranchées, op. cit., pp. 44-51.

54  Harel Ambroise, Mémoires d’un poilu breton, Rennes, Ouest-France, 2009, page 14.

55  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

56  Sur cette question, voir notamment Cochet François, « 1914-1918 : L’alcool aux armées. Représentations et essai de typologie », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°222, 2006-2, pp. 19-32.

57  Maufrais Louis, J’étais médecin dans les tranchées, op. cit., pp. 32-33.

58  Mobilisé au 88e RIT, Herrieu Loeïz (traduction de Le Mer Gabriel, LPersonnic Frédéric, adaptation française de Prigent Julien), Kamdro an Ankou (Le tournant de la mort), op.cit., page 3 : « Le crépuscule voit arriver les retardataires, certains éméchés, désireux d’en découdre avec le premier venu ».

59  Fissot Patrick (en collaboration avec Digard Arnaud et Gautier René), Les Manchois dans la Grande Guerre, op. cit., page 25.

60  Miquel Pierre, Les Poilus, op. cit., page 91. Dans ce même ouvrage, page 67, l’auteur, décidément doué d’un réel sens de la formule, indique que « le rituel de sociabilité passe par le comptoir ».

61  Arch. Dép. I&V : Communications officielles, août 1914.

62  Bourdon Émile, Journal de Guerre 1914-1918, dessins et photographies réalisés au front et dans les tranchées, Saint-Brieuc, Jacques Bourdon (édition à diffusion familiale), 2009.

63  Prigent Julien, Richard René, Le capitaine Charles Mahé au 48e régiment d’infanterie de Guingamp, op. cit., page 10.

64  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 2.

65  Ibidem.

66  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie », op. cit., janvier 1930, n°9, page 178.

67  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., page 7.

68  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 3.

69  Richardot Sophie, « L’apport de la psychologie sociale à la question de l’obéissance : les travaux de Stanley Milgram sur la soumission à l’autorité », in Loez André, Mariot Nicolas (dir.), Obéir, désobéir, op. cit., pp. 50-51.

70  Watson Alexander, Enduring the Great War, op. cit., page 86.

71  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande Guerre, op. cit., page 14.

72  Morton Desmond, « Les problèmes initiaux d’un célèbre régiment de milice : les raisons de la dissolution du 86e régiment », Revue militaire canadienne, Vol. 6, n°4, hiver 2005-2006, page 89.

73  Watson Alexander, Enduring the Great War, op. cit., page 63. Il est à noter que si cet argument sied parfaitement à une unité d’active telle que le 47e RI, tel n’est sans doute plus le cas pour les unités de réserve et de territoriale.

74  Arch. Dép. Manche : 7 J 178 ; Rogerie Marcel, Pérégrination d’un soldat de la Haye Pesnel, 1914-1917, littérature grise.

75  Pour un exemple illustrant l’abnégation remarquable des hommes pour leur drapeau, on renverra à Bourlet Michael, « Le drapeau à l’assaut », 14-18, Le magazine de la Grande Guerre, n°23, décembre 2004, pp. 32-37. Le carnet de conscrit de Jules Girard, qui effectue son service militaire au 15e bataillon d’artillerie à pied, unité alors casernée à Saint-Servan, à la fin du XIXe siècle, atteste d’une chanson intitulée L’enfant et le drapeau qui est sans équivoque quant au respect donné à cet emblème. Arch. Dép. Manche : cahier de conscrit, élément en cours de classement en série 5J.

76  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 12.

77  Ibid., page 13.

78  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 14.

79  Goujon Bertrand, « Insertion et distinction nobiliaire parmi les combattants français de la Grande Guerre », in Bouloc François, Cazals Rémy, Loez André (dir.), Identités troublées, les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la Guerre, Toulouse, Privat, 2011, page 50.

80  Collectif, La dernière lettre écrite par des soldats tombés au champ d’honneur 1914-1918, Paris, Flammarion, 1922, page 206.

81  Prost Antoine, « La guerre de 1914 n’est pas perdue », op. cit., page 100.

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search