Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Nouvelles perspectives sur une entrée en guerre

XI - Les temps de l’entrée en guerre

Texte intégral

1Les terribles pertes du mois d’août 1914 nécessitent de ramener au front de nombreuses troupes fraîches en provenance du dépôt de Saint-Malo afin de regarnir les rangs. Pour autant, ces adjonctions d’effectifs ne modifient pas fondamentalement la structure de l’unité puisque ces nouveaux venus proviennent pour l’essentiel de l’ouest de la 10e région militaire. De ce point de vue, l’entrée en guerre n’entraîne donc pas de remise en cause du principe du recrutement régional, celle-ci arrivant quelques mois plus tard.

2Pour autant, il est indéniable que les premières semaines de campagne sont pour les hommes du 47e régiment d’infanterie synonymes d’une accélération brutale du temps, un phénomène particulièrement identifiable chez les officiers. Mais, l’apparente uniformité de cette rapidité masque combien les représentations mentales peuvent évoluer à des rythmes différents, certains groupes sociaux étant plus conservateurs que d’autres.

11.1. Deux modèles distincts de carrière

3Dans ses souvenirs publiés en 1932, le général Alexandre évoque sans complaisance la vie dans les garnisons de province avant-guerre, assimilant, tel Courteline, les gradés à des « ronds de cuir » et fustigeant notamment :

  • 1  Alexandre Georges-René, Avec Joffre, op. cit., pp. 88-89.

« [le] maintien indéfini des mêmes officiers dans les garnisons particulièrement recherchées, telles que celles du Midi et de l’Ouest. Tous ceux qui étaient originaires de ces régions où la vie est facile, ceux qui s’y étaient mariés ou qui déclaraient y avoir des intérêts, demandaient à y être envoyés et, dans un délai plus ou moins long, finissaient par l’obtenir. Une fois casés, ils faisaient jouer toutes les influences, notamment les influences locales, pour y rester et ils y parvenaient presque toujours. J’en ai connu qui ont fait toute leur carrière au Mans ou à Rennes, d’autres à Toulouse, à Marseille et à Nice. Même habitude en ce qui concerne les sous-officiers de carrière, à un degré encore supérieur. Leurs femmes avaient généralement un emploi dans la ville où ils s’étaient mariés et, dès lors, il était impossible de les déplacer » 1.

  • 2  Bach André, Fusillés pour l’exemple, 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, page 46.
  • 3  Forcade Olivier, « Le temps militaire à l’époque contemporaine, pratiques et représentations », Bi (...)

4Près de soixante-dix ans plus tard, un autre officier supérieur ayant lui aussi mené des hommes au feu, faisant cette fois-ci non plus œuvre de mémorialiste mais d’historien, évoque en des termes à peine moins complaisants cette vie en insistant particulièrement sur la « fonctionnarisation » des esprits. En effet, selon André Bach, nombreux sont les cadres de l’armée française qui, à la veille de 1914, « en dépit des discours jusqu’au-boutistes et revanchards, ont pris l’habitude de la vie de garnison, ont cherché la sédentarisation et la vie de bureau et se retrouvent [pendant la guerre de mouvement] hors d’état, non seulement de conduire leurs hommes mais aussi de les accompagner » 2. Car à l’inverse du temps du combat fait d’ivresse des sens et d’excitations, la caserne est le moment de l’attente et de la routine, tant pour les conscrits que pour les militaires de carrière. Si, pour les premiers, il est avant tout question de « tuer le temps », voire de « perdre son temps » pour les éléments les plus réfractaires au service national, le calendrier des seconds est synonyme de cursus honorum. C’est-à-dire qu’il est impitoyablement régi par les rigueurs et les automatismes du tableau d’avancement où prime l’ancienneté 3.

5Cette situation n’est pas sans irriter certaines personnes, sans doute désireuses d’une vie plus aventureuse. Tel est notamment le cas d’Auguste Marcot, lorrain né en 1883, jeune officier de carrière d’origine modeste mais sorti par la seule force de son travail 12e sur 163 de la promotion 1909 de Saint-Maixent. Nommé sous-lieutenant au 47e régiment d’infanterie, il mène sur la Côte d’émeraude la vie classique de l’officier de la Belle Époque : marié, père de deux enfants et maître de deux chiens, il réside villa Stipa dans le cossu quartier de Rochebonne, à quelques encablures du Sillon. Auguste Marcot est de plus promis à un bel avenir professionnel comme le note Charles Lanrezac, à l’époque à la tête de la 20e division d’infanterie, qui voit en lui « un officier distingué, à suivre ». Tout irait pour le mieux s’il ne s’ennuyait pas profondément dans cette vie réglée, aux antipodes de ce pour quoi il s’est engagé. Ainsi en 1911, alors qu’il est en manœuvres, soit précisément un de ces sommets de l’année militaire, il écrit à sa femme être « absolument abruti par sa popote », assertion qui ici doit moins être comprise comme une considération culinaire que comme un rejet du cadre dans lequel évolue Auguste Marcot. Probablement attiré par Lyautey, il décide d’ailleurs de quitter le 47e RI, de s’engager pour les « colonies », et rallie, en 1913, le 7e régiment de tirailleurs au Maroc occidental 4.

6Comme toutes les unités de la France d’avant-guerre, du moins celles casernant en métropole, le 47e régiment d’infanterie est gouverné par cette monotonie, ce même temps inexorablement long et sans surprises de l’année militaire. Invariablement, le calendrier est rythmé par les deux sommets que sont la parade du 14 juillet et la manœuvre de fin d’été. Bien qu’il soit délicat d’évoquer des cas concrets sous peine de porter un jugement de valeur aussi hâtif que probablement injuste, force est de constater qu’il est possible de retrouver au travers certains parcours de militaires de carrière du 47e RI quelques-uns des éléments pointés par les généraux Bach et Alexandre.

  • 5  Arch. Dép. I&V : 1 R 1755.

7Ainsi Louis Canneva, homme au curriculum vitae solidement ancré en Haute-Bretagne et qui, jusqu’à son décès lors de la bataille de Guise, fait fonction d’adjoint au lieutenant-colonel Poncet des Nouailles commandant le 47e RI. Né à Saint-Malo en 1871, il entre à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1890, promotion « De Cronstadt ». Il en sort deux ans plus tard et, sous-lieutenant, est affecté au 41e RI, le régiment de Rennes, commune située à soixante-dix kilomètres de sa ville de naissance. Seule ombre au tableau, une « contusion au genou » des suites d’une collision avec un autre saint-cyrien lors d’un exercice d’équitation sur un manège, accident demeuré toutefois sans conséquence puisqu’il n’empêche pas cet homme d’un mètre soixante-dix de pratiquer l’escrime et la gymnastique, disciplines dans lesquelles il semble exceller à en juger par les prix qu’il glane. Promu lieutenant en 1894 et toujours affecté au 41e RI, c’est tout naturellement qu’il convole en 1901 avec une certaine Marie Ruellan, trois ans avant d’être nommé capitaine et d’être affecté au 47e de Saint-Malo. Il sert au sein de cette unité pendant dix ans avant de tomber au champ d’honneur le 29 août 1914, au cours de la bataille de Guise, soit après une carrière militaire de vingt-quatre années, toutes passées non seulement dans le même corps d’armée mais dans le même département 5.

  • 6  Le Bihan Jean, Au service de l’état, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Pre (...)
  • 7  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, héros et martyrs, 1914-1918, op. cit., (...)
  • 8  Arch. Dép. I&V : 2 R 201.
  • 9  Le Gall Erwan« Le deuxième procès de Rennes : trois officiers du 47e régiment d’infanterie devant (...)

8Il est difficile d’avancer les raisons de cette sédentarisation professionnelle, chaque cas étant nécessairement unique. Il est certain que goûts et choix personnels – la belle famille de Louis Canneva est malouine ce qui a sans doute pu inciter à un certain ancrage géographique – sont autant d’éléments qui, assurément, peuvent expliquer une telle carrière. De même, on sait que la notabilité, autrement dit la fréquentation des élites locales, peut constituer un frein à la mobilité géographique 6. Gageons que dans un cas comme celui de Louis Canneva, qui d’ailleurs ne doit pas être une exception au sein du 47e RI ni même des régiments casernés en Bretagne, cette dimension doit avoir de l’importance. Mentionnons toutefois une explication autre, d’ordre politique cette fois, qui, à la faveur du climat particulier de la Belle Époque peut, selon les cas, faire ou défaire les carrières. C’est en tout cas ce qu’avance un texte publié après-guerre, imputant la relative stagnation professionnelle de Louis Canneva aux « fiches dont il était l’objet », ce malgré « les notes de ses chefs [qui] étaient toutes fort élogieuses et attestaient ses hautes qualités professionnelles, son intelligence vive et nette, son caractère ferme et droit » 7. Remarquons que ce document est marqué par un prisme idéologique de type Action française – à ce titre, il s’agit plus certainement d’une très intéressante source pour l’histoire de la mémoire de la Grande Guerre dans les milieux conservateurs bretons que d’un document ayant trait au conflit lui-même – qui invite à une certaine prudence. Toutefois, si la fiche de Louis Canneva n’a pas pu être retrouvée parmi celles conservées aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine, force est de constater que d’autres pièces existent, notamment en ce qui concerne des officiers du 47e RI 8, et qu’un tel cas de figure ne relève pas du domaine de l’improbable. En effet, il est hors de doute que de tels éléments ne doivent pas accélérer la carrière de ceux qui sont visés. D’ailleurs, dans le cas de Louis Canneva, on peut se demander si, compte tenu de ce que l’on sait du contexte de l’époque, ce n’est pas sa non-mutation dans une autre unité que le 47e RI qui est étonnante. En effet, à la suite des inventaires particulièrement mouvementés des biens des églises de Paramé et Saint-Servan, affaire qui conduit trois officiers du 47e RI en conseil de guerre, le ministère fait savoir en mars 1906 que tous les officiers de cette unité devront « être déplacés dans un délai prochain », sous-entendu changés d’affectation 9. Or, force est de constater que non seulement Louis Canneva ne quitte pas le 47e RI mais qu’en plus il monte en grade au sein de cette unité entre 1906 et 1914.

  • 10  Arch. Nat. : LH/2196/27.
  • 11  Annuaires d’Ille-et-Vilaine pour les années 1909 à 1914. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, constit (...)

9Reste qu’un parcours tel que celui de Louis Canneva étonne, surtout lorsqu’on le compare à celui de son supérieur hiérarchique direct, Daniel Poncet des Nouailles. Né à Aubusson (Creuse) le 1er décembre 1859, marié en 1891, il est un saint-cyrien, promotion « des Zoulous », dont la carrière le mène successivement à Rochefort (57e RI), à Bordeaux (144e RI), à Châteauroux (90e RI) puis à Aurillac (139e RI). Il retourne à Bordeaux en 1888, cette fois-ci en tant que lieutenant-stagiaire à l’état-major du 18e corps d’armée. S’il reste dans la préfecture de Gironde en 1889, il change néanmoins d’affectation puisqu’il fait le va-et-vient entre le 18e corps et le 144e RI avant de rejoindre le 138e RI à Magnac-Laval, dans le Limousin. C’est là qu’il devient capitaine, le 29 décembre 1890. Retourné au 144e RI en 1895, Daniel Poncet des Nouailles est ensuite nommé à l’état-major du 17e corps, à Toulouse, puis, en 1901, au 63e régiment d’infanterie, à Limoges. Vient ensuite une nomination 5e Chasseur d’Afrique avant une promotion au grade de chef de bataillon, le 1er octobre 1902, distinction qui le conduit au 1er régiment de Zouaves 10. Ce parcours professionnel très riche s’achève par une affectation en tant que lieutenant-colonel au 47e régiment d’infanterie aux alentours de 1910 – fait extraordinaire, aucune pièce de notre connaissance ne permet d’attester avec certitude sa nomination – vraisemblablement d’abord en tant qu’adjoint puis en tant que commandant l’unité 11.

  • 12  Arch. Nat. : LH/2196/27. Arch. Dép. I&V : 2 Per 2966, Annuaire de 1914.

10Si l’essentiel de la carrière de Daniel Poncet des Nouailles se déroule dans le quart sud-ouest de la France, et notamment loin de la frontière avec l’Allemagne qui constitue alors une région très prisée par les militaires de carrière puisqu’elle est alors perçue comme gage d’une certaine excellence professionnelle, il n’en demeure pas moins que le parcours de cet officier tranche singulièrement avec celui de son adjoint au 47e RI. Certes, les deux hommes ont douze ans d’écart, ce qui n’est pas négligeable dans une institution où la promotion est régie par le tableau d’avancement. Pour autant, tous deux sont titulaires de la Légion d’honneur avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Daniel Poncet des Nouailles l’obtient en 1904, Louis Canneva vraisemblablement quelques mois avant la mobilisation générale 12.

  • 13  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, op. cit., page 81.
  • 14  « Nomination de généraux », L’Ouest-éclair, n°5558, 30 octobre 1914, page 4 ; Arch. Nat. : LH/996/ (...)

11Mais ce n’est pas tant dans la position atteinte que dans les perspectives de carrière à venir que diffèrent les deux hommes. On se rappelle en effet qu’un texte paru après-guerre – source encore une fois partisane qui relève d’une certaine mémoire de la Première Guerre mondiale – suggère que l’avancement de Louis Canneva est bloqué par l’affaire des fiches 13. En d’autres termes, il est probable que celui-ci n’a plus, en août 1914, de grandes espérances en termes de carrière, ce qui pourrait également expliquer cet ancrage géographique si fort. Or tout laisse à penser que tel n’est pas le cas de Daniel Poncet des Nouailles. Autrement dit, il semble bien que celui-ci espère monter en grade et obtenir de nouvelles promotions à la différence de son adjoint. D’ailleurs, s’il s’agit là d’une hypothèse – nous ne disposons d’aucun carnet ou courrier de ces deux officiers confessant leur état d’esprit sur ce point – force est de constater que le déroulement du conflit laisse entendre que Daniel Poncet des Nouailles aurait pu monter en grade. Après tout, âgé de 55 ans au moment de la mobilisation générale, il est trois ans plus jeune qu’un certain… Philippe Pétain, lui aussi colonel à cette époque. Autre indice, le lieutenant-colonel Poncet des Nouailles succède à la tête du 47e RI à un certain colonel Fonville, nommé général de brigade en octobre 1914, qui est lui aussi né en 1859 14.

12Certes, semblable constat pourrait être dressé pour Louis Canneva. Les premières semaines de la Première Guerre mondiale amènent un tel brassage dans le corps des officiers – par mort au champ d’honneur, blessure, captivité… ou limogeage – qu’il serait tout à fait possible de trouver un parcours analogue à celui de Louis Canneva qui, avec le conflit, bénéficie à nouveau de promotions. Mais il n’en demeure pas moins que Daniel Poncet des Nouailles et son adjoint Louis Canneva, les deux hommes à la tête du 47e régiment d’infanterie lors de la mobilisation générale, paraissent pouvoir être érigés en deux archétypes radicalement différents de déroulement de carrière.

  • 15  Le Bihan Jean, Au service de l’état, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, op. cit., p (...)
  • 16  Foch Ferdinand, Des principes de la guerre : conférences faites en 1900 à l’école supérieure de gu (...)

13Néanmoins, afin de mieux pouvoir cerner en quoi l’entrée en guerre est une brusque accélération du temps, il ne semble pas inutile d’analyser ces deux modèles dans un cadre beaucoup plus large, celui d’une histoire administrative des déroulements de carrière puisque, on l’a vu précédemment, le 47e régiment est aussi une entité administrative. Ceci signifie concrètement que les officiers peuvent être assimilés à des fonctionnaires intermédiaires, tels qu’ils sont définis par Jean Le Bihan dans son étude portant sur l’Ille-et-Vilaine au XIXe siècle15. Certes, lors de la mobilisation générale, le 47e RI bascule dans la Première Guerre mondiale, événement régulièrement présenté comme étant la matrice du XXe siècle. Pour autant, telle qu’elle se présente au moment où elle quitte Saint-Malo pour gagner la frontière, cette unité est constituée suivant des modalités découlant de la réforme militaire de 1873 qui, elle, est résolument ancrée dans le XIXe siècle. D’ailleurs, dans une conférence faite en 1900 à l’école supérieure de guerre, Ferdinand Foch qualifie de « chefs de grade moyens » les officiers que sont les commandants de régiment, de bataillon et même de compagnie 16. Aussi est-ce pourquoi la classification du personnel administratif proposée par Jean Le Bihan nous semble pouvoir être appliquée aux premiers mois de la campagne 1914-1918 du 47e RI, et a fortiori des années précédant la mobilisation générale.

  • 17  Le Bihan Jean, Au service de l’état, op. cit., page 21.
  • 18  Ibid., page 16.

14Selon cet auteur, doivent être considérés comme hauts fonctionnaires tous les officiers généraux, c’est-à-dire dans le cas précis du 47e RI, les généraux commandant la 40e brigade, la 20e DI et le 10e corps. De même, selon cette typologie, doivent être considérés comme employés, et donc subalternes aux fonctionnaires intermédiaires que sont les officiers du 47e RI, les sous-officiers. Notons enfin que les hommes du rang n’apparaissent pas dans cette typologie puisqu’étant la plupart du temps des conscrits, ils ne peuvent se prévaloir de la qualité de fonctionnaire et sont de surcroît de simples exécutants. Les officiers subalternes et supérieurs du 47e RI forment donc un groupe intermédiaire en ce qu’ils sont situés, mirabile dictu, « entre le haut et le bas de l’organisation administrative » 17. Pour autant, s’ils forment un tout sur un organigramme, lorsqu’on se réfère aux aspirations probables en termes de carrière de Daniel Poncet des Nouailles et de son adjoint Louis Canneva, on peut se demander, pour reprendre la formulation de Jean Le Bihan, si les officiers du 47e RI constituent une catégorie autre qu’heuristique 18 même s’il est certain que tous deux sont mus par un sentiment d’appartenance très fort à un même groupe. Du point de vue de l’intériorisation de la conception militaire de l’honneur et de l’exemplarité, on verra d’ailleurs plus loin que la mort de ces deux hommes permet d’établir une certaine communauté d’ethos professionnel.

  • 19  Ibid., page 198.
  • 20  Ibid., page 206.
  • 21  Ibid., pp. 206-207.
  • 22  Ibid, page 181.
  • 23  Arch. Dép. I&V : 1 R 1755.
  • 24  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, constitution du régiment.

15Mais une trajectoire telle que celle de Louis Canneva, c’est-à-dire une carrière présentant une importante stabilité géographique et fonctionnelle, ne doit pas être jugée négativement. Au contraire. D’abord, lorsqu’on la replace dans le cadre plus large de la société française de l’aube du XXe siècle, il est tout à fait possible d’y déceler une certaine analogie avec le parcours type du fonctionnaire intermédiaire. Les chiffres établis par Jean Le Bihan illustrent bien cette propension. à titre d’exemple, 55% des fonctionnaires travaillant en Ille-et-Vilaine au XIXe siècle sont nés dans ce département 19. De même, un seul des soixante-deux gradés de la préfecture d’Ille-et-Vilaine témoigne d’une mobilité géographique au cours de sa carrière 20. Si la proportion est un peu plus élevée chez les percepteurs de ce département puisque 64% d’entre eux connaissent au moins une mutation au cours de leur vie professionnelle, elle n’en masque pas moins une étonnante réalité. En effet, 56% de ces changements d’affectation ont lieu… dans les limites du département d’Ille-et-Vilaine 21. On voit donc que, replacé dans les mœurs de l’époque, le parcours d’un homme tel que Louis Canneva n’est finalement pas si étonnant que cela. De plus, se limiter à la seule mobilité géographique serait éluder deux composantes essentielles de la mobilité qui se situent sur les plans fonctionnel (monter en grade) et latéral (changer de compagnie par exemple) 22. Sous-lieutenant, lieutenant puis capitaine, Louis Canneva connaît de ce point de vue une ascension fonctionnelle indéniable 23. De même, il est certain que son parcours au sein du 47e RI l’amène à occuper différentes fonctions, que ce soit à l’état-major en tant qu’adjoint au chef de corps 24 ou en tant que commandant de compagnie.

  • 25  Le Bihan Jean, Au service de l’état, op. cit., page 253.
  • 26  Charcosset Gaëlle, « La distinction aux champs. Les décorés du Mérite agricole (Rhône, 1883-1939)  (...)

16Enfin, rappelons qu’enracinement dans un terroir ne rime pas nécessairement avec médiocrité professionnelle. Les dossiers de Légion d’honneur et autres citations évoquées plus haut sont là pour le rappeler même si les notions de mérite et de compétence sont éminemment floues 25. Certes, dans le cas particulier des officiers du 47e RI, les archives ne nous permettent pas de connaître le nom des déçus de la Légion d’honneur, ceux à qui elle n’est pas décernée. De la même manière, nous ignorons ce qui motive ces décisions. Aussi sommes-nous réduits à décréter que, par principe, ceux qui sont titulaires de la plus prestigieuse décoration française sont compétents, ce qui n’est sans doute pas toujours totalement vrai, certains individus pouvant être décorés plus à l’effet de l’entregent ou du clientélisme qu’en raison de leur réel mérite professionnel. Néanmoins, pour Gaëlle Charcosset, il est clair que le mérite agricole récompense les plus éminentes compétences en ce domaine 26 et il n’est sans doute pas interdit de penser que, dans la plupart des cas, la Légion d’honneur relève pour les officiers du 47e RI d’une démarche analogue. Dès lors, l’examen de l’annuaire d’Ille-et-Vilaine, et plus spécifiquement de la liste des officiers du 47e RI titulaires de la prestigieuse médaille, révèle un groupe social à l’image du monde du travail en général, c’est-à-dire un espace où se côtoient personnes compétentes et individus moins doués, voire même moins motivés, quelle que soit par ailleurs leur mobilité géographique.

11.2. Une brutale accélération du temps

17Le temps inexorablement long et lent qui régit le 47e régiment d’infanterie – et plus globalement l’armée française – ne doit donc pas induire en erreur et entraîner des jugements péremptoires sur la valeur des hommes. De même, il est certain que le corps des officiers du 47e RI ne bénéficie pas de la même stabilité pendant les premières semaines du conflit qu’au cours des quinze années précédant la mobilisation générale. Mieux, l’examen attentif de la composition de ce groupe social spécifique permet de rendre compte de la brutale accélération du temps qu’implique pour cette unité le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

  • 27  SHD-DAT : 26 N 790/15, JMO 86e RIT, instructions pour la rédaction des historiques des corps de tr (...)
  • 28  SHD-DAT : 26 N 636/6 et 7, JMO 47e RI.

18Conformément aux instructions en vigueur 27, le journal des marches et opérations du 47e régiment d’infanterie comporte à intervalles réguliers un tableau présentant succinctement les cadres de l’unité. Pour la période août-septembre 1914, nous disposons de trois de ces photographies du corps des officiers du 47e RI, l’une datant du départ de l’unité de Saint-Malo, une autre du 24 septembre avant le transfert vers le Pas-de-Calais et enfin une dernière, intermédiaire, réalisée à la veille de la première bataille de la Marne. Ensuite, le journal des marches et opérations comporte un tableau qui est rempli chaque premier du mois, à l’exception de juillet et août 1915 où celui-ci est laissé vierge, sans doute du fait de profonds remaniements effectués dans l’unité à ce moment (permissions, mutations…). Ce n’est qu’à partir d’octobre 1915, alors que le 47e RI combat en Champagne, que le tableau est de nouveau rempli, permettant de ce fait un point de comparaison avec les mois antérieurs 28. La « constitution du régiment » y est présentée de manière visiblement normée, de sorte qu’il est assez aisé de repérer les éléments qui, d’un tableau à l’autre, varient. Certes, il peut il y avoir quelques différences mais celles-ci demeurent légères. Par exemple, à partir du 5 septembre 1914, les fonctions d’adjoint au chef de bataillon ne sont plus pourvues, sans que l’on sache si celles-ci sont supprimées ou si ceux qui les remplissent disparaissent, blessés ou capturés, puisque l’examen de la base des morts pour la France se révèle négatif. Néanmoins, il est possible, à partir de ces données, d’aboutir à un ensemble cohérent de 85 entrées permettant de comparer la composition du corps des officiers à partir du 2 août 1914. Dans ce tableau, le 47e RI est divisé en quatre grands ensembles, le premier étant constitué de l’état-major et de la compagnie hors-rang, les trois suivants de chacun des trois bataillons de l’unité. La composition de chacune de ces quatre parties est plus ou moins détaillée et fait apparaître un certain nombre de grades et fonctions et, plus important pour notre propos, le nom des personnes qui les occupent. à titre d’exemple, l’état-major et la compagnie hors rang se composent d’un capitaine adjoint au chef de corps, d’un officier des détails, d’un officier d’approvisionnement, d’un porte-drapeau, d’un médecin-major, d’un chef de musique, d’un officier téléphoniste et de trois chefs de sections de mitrailleuses. Les bataillons font eux apparaître, outre le nom du chef de bataillon, de son adjoint (uniquement au moment du départ du régiment de Saint-Malo, il n’est plus mentionné par la suite comme énoncé plus haut) et du médecin-major afférant, la hiérarchie pour les quatre compagnies, à savoir un capitaine secondé de trois lieutenants et un sous-lieutenant en août 1914 mais un capitaine, un lieutenant et trois sous-lieutenants en octobre 1915. Au sommet de cette pyramide règne le commandant du 47e RI, généralement un colonel ou un lieutenant-colonel.

  • 29  Bédarida François, « L’Armée et la République : les opinions politiques des officiers en français (...)
  • 30  Arch. Dép I&V : 2 Per 2966.

19Le premier point qui interpelle est bien entendu l’importance des rotations d’effectifs que connaît ce groupe pendant la première année de guerre puisqu’après seulement quatre semaines de campagnes, certes jalonnées de deux batailles extrêmement meurtrières, Guise et Charleroi, le groupe des officiers du 47e RI est renouvelé à plus de 50%. L’hémorragie se poursuit d’ailleurs dans les mois qui suivent puisqu’en octobre 1915, moins de 5% de ces individus – 4 sur 85 – sont présents au corps en tant qu’officiers lors de la mobilisation générale. Mais, à y regarder de plus près, ce n’est pas tant le renouvellement de ce corps qui est remarquable 29 que la vitesse à laquelle il se produit. En effet, si l’on remonte le temps, on peut, en se basant sur les annuaires du département d’Ille-et-Vilaine 30, mesurer la cadence de ce renouvellement. Pour l’année 1914, l’annuaire d’Ille-et-Vilaine recense cinquante-deux officiers pour le 47e régiment d’infanterie : 61,8% servent au sein de cette unité en 1912, 50% en 1911 et 26, 9% en 1909. Mieux, en croisant les données, on se rend compte de l’impact terrible de l’entrée en guerre sur le sommet de l’unité puisqu’en sept semaines de combat, le 47e RI subit un renouvellement – pour cause de blessure, disparition, décès ou captivité – de plus de 70% de ses officiers, rotation qui en temps de paix n’intervient qu’au bout de cinq ans.

Figure 24 : Les officiers du 47e RI présents au corps le 2 août 1914 : une lente érosion.

Figure 24 : Les officiers du 47e RI présents au corps le 2 août 1914 : une lente érosion.
  • 31  SHD-DAT : 26 N 636/6 et 7, JMO 47e RI.
  • 32  Arch. Dép. I&V. : 2 Per 2966. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, constitution du régiment.
  • 33  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI.

20Une réalité illustre mieux que toute autre l’impact du conflit sur la sphère dirigeante du régiment : d’août 1914 à juillet 1915, soit seulement douze mois, quatre lieutenants-colonels/colonels – Poncet des Nouailles, Vermot, Morris et Bühler – se succèdent à la tête de l’unité 31. Pour mémoire, lorsqu’il quitte la cité corsaire dans la nuit du 6 au 7 août 1914, Daniel Poncet des Nouailles sert au 47e RI depuis plus de trois ans 32. Autre exemple particulièrement symptomatique, le lieutenant Colas officie au I/47e RI au moment du départ de l’unité pour le front, de même qu’à la veille de la bataille de la Marne mais dans une autre compagnie. Le 24 septembre, on le retrouve en tant qu’adjoint au chef de corps, poste qu’il occupe jusqu’à la fin de l’année. Nommé capitaine, il retrouve ensuite le I/47e RI 33 avant que l’on ne perde sa trace, sans doute affecté dans une autre unité. Or, l’examen des états signalétiques et des services de la base des titulaires de la Légion d’honneur montre qu’une telle mobilité fonctionnelle est, au 47e RI, impensable avant 1914 tant celle-ci est rapide, pour ne pas dire effrénée.

Figure 25 : Les officiers du 47e RI présents avant et après le 2 août 1914.

Figure 25 : Les officiers du 47e RI présents avant et après le 2 août 1914.

21Mais à bien y regarder, si l’entrée en guerre est assimilable à un véritable séisme pour le corps des officiers, le renouvellement des cadres ne s’opère pas sur le même rythme suivant que l’on considère les périodes août-septembre 1914 et décembre 1914-juin 1915. On a vu plus haut que pendant les premières semaines de la guerre, le groupe des officiers du 47e RI se renouvelle à plus de 70% (5 sur 85). Tel n’est plus le cas lorsque l’unité « grignote » dans le Pas-de-Calais. En effet, près de 40% des officiers présents au 47e RI le 1er décembre 1914 y sont encore au 1er juin 1915. Certes, il s’agit d’une rotation considérable, surtout si on la compare avec la cadence d’avant-guerre. D’ailleurs, certaines situations semblent trahir la réelle tension qui existe en termes d’effectifs au sein de cette unité. Un homme tel que le capitaine Stiegler exerce ainsi, à la date du 1er mai 1915, les fonctions d’officier des détails tout en étant à la tête d’une compagnie du premier bataillon. Mais la situation est sans commune mesure avec ce que le 47e RI subit lors des toutes premières semaines de la campagne puisqu’à cette période, un tel taux de renouvellement est atteint, et amplement dépassé d’ailleurs, au bout d’un mois, après les seules batailles de Charleroi et Guise.

Figure 26 : Renouvellement des officiers du 47e RI entre le 1er décembre 1914 et le 1er juin 1915.

Figure 26 : Renouvellement des officiers du 47e RI entre le 1er décembre 1914 et le 1er juin 1915.
  • 34  Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, op. cit., page 13 ; SHD-DAT : 26 N 636/9 : JMO 4 (...)

22Assurément, le transfert de l’unité de la Champagne au Pas-de-Calais marque pour le 47e RI une réelle rupture dans le rythme du renouvellement de ses officiers même si, encore une fois, celui-ci est sans commune mesure avec ce qui peut prévaloir en temps de paix. D’ailleurs, on est en droit de se demander si cette rupture n’est pas telle qu’elle justifierait à elle seule une césure dans l’histoire du 47e RI, les mois d’août-septembre 1914 constituant une période qui pourrait être qualifiée comme étant l’entrée en guerre, les mois d’octobre 1914 à juin 1915 relevant pour leur part de la guerre elle-même, avec ce qu’un conflit long peut supposer d’accommodation de la part des hommes et des institutions. En effet, dans la nuit du 1er au 2 janvier 1917, le 47e RI est relevé du secteur de la Demi-lune, au nord de Mesnil-les-Hurlus dans la Marne, pour être mis en route pour le secteur de Crèvecœur. à cette occasion, le JMO dresse un panorama complet de l’encadrement de l’unité qui peut être comparé avec celui livré en décembre 1917, époque relativement calme pour le 47e RI qui occupe alors des tranchées de la Woëvre, par un froid particulièrement mordant 34. Certes, lorsqu’on compare les données de ces deux tableaux avec celles dont on dispose pour la période décembre 1914-juin 1915, on est frappé par la manière dont évolue le régiment. En 1917, le 47e RI est constitué de quatre bataillons, le dernier étant affecté au dépôt divisionnaire, les trois premiers étant de surcroît affublés d’une compagnie de mitrailleuses. De plus, l’état-major comporte désormais un officier pionnier ainsi qu’un sous-lieutenant spécialement en charge du renseignement, soit autant d’éléments qui, indiscutablement, témoignent d’une adaptation réglementaire – car décidée par la hiérarchie, c’est-à-dire ne résultant pas d’une acclimatation empirique – du 47e RI aux nouvelles conditions de guerre qu’imposent les tranchées. Au-delà de ces différences de structures, il n’en demeure pas moins que la cadence de rotation au sein du groupe des officiers reste, certes beaucoup plus importante que celle qui prévaut avant-guerre, mais toutefois sans commune mesure avec ce qu’il est donné d’observer pour la période août-septembre 1914. En effet, sur les 74 noms figurant dans le JMO à la date du 1er janvier 1917 au titre de l’encadrement du régiment, 33 soit 42,85% sont encore en poste au sein du 47e RI onze mois plus tard. Mieux encore, il apparaît qu’à l’exception de la 2e, toutes les compagnies de l’unité conservent en décembre 1917 au moins un officier présent en janvier 1917.

  • 35  BAVCC/Mémoire des hommes.
  • 36  Le capitaine Colas passe de la fonction d’adjoint au chef de corps à celle de commandant d’une com (...)
  • 37  SHD-DAT : 26 N 636/6 : JMO 47e RI, 25-31 décembre 1914.

23Pour autant, RIen ne serait plus faux que de croire que, du fait de la guerre, le groupe des officiers est figé, seulement renouvelé par l’extérieur. Au contraire, la comparaison de l’encadrement du 47e RI entre janvier et décembre 1917 laisse apparaître quatorze changements d’affectation au sein même de l’unité, le plus souvent assorties de galons supplémentaires. Or, entre le 1er janvier et le 1er décembre 1917, le 47e RI déplore 297 « tués à l’ennemi » titulaires de la mention mort pour la France. Sept seulement appartiennent au groupe des officiers 35. De même, entre le 1er décembre 1914 et le 1er janvier 1915, le groupe des officiers ne subit aucun renouvellement, tous ceux présents au début de la période se retrouvant à la fin, la plupart du temps dans les mêmes fonctions puisque seulement deux mutations internes ont lieu 36. Pour autant, point de trêve des confiseurs à envisager à cette époque, et encore moins de fraternisation, puisque dans l’après-midi de Noël, le journal des marches et opérations rapporte une « violente canonnade ennemie » et une série de « bombardements intermittents » jusqu’au jour de l’An 37.

24Il est donc clair que pour le groupe spécifique – et ô combien important – des officiers du 47e RI, la période octobre 1914-juillet 1915 marque une rupture radicale avec les deux premiers mois de la guerre. Si août et septembre 1914 se soldent par une rotation de plus de 70%, le cycle octobre 1914-juillet 1915 est plus calme, sans pour autant pouvoir soutenir la comparaison avec le rythme du temps de paix, puisque caractérisé par un renouvellement des cadres de « seulement » 60%. Cette période est d’ailleurs l’une des plus terribles pour l’unité qui, en plusieurs offensives sur Saint-Laurent-Blangy, Mercatel, Neuville-Vitasse, Écurie et Roclincourt, déplore 684 « tués à l’ennemi » titulaires de la mention « Mort pour la France » dont 19 officiers. Certes ce taux de renouvellement de 60% peut de prime abord ne pas contraster grandement avec les 70% de la période août-septembre 1914. Pourtant, si l’on rapporte ces taux à une moyenne mensuelle, on obtient un renouvellement de 35% de l’encadrement pendant la guerre de mouvement, chiffre qui tombe à 10% pour la période décembre 1914-juin 1915, ce qui équivaut à un rapport du simple au triple. La guerre est donc synonyme, par rapport au temps de paix, d’une considérable accélération du temps pour les officiers du 47e RI. Mais celle-ci n’est jamais plus forte que pendant l’entrée en guerre, c’est-à-dire lors des toutes premières semaines de la campagne, entre Charleroi et la Marne.

  • 38  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 15 novembre 1914.

25Cette singulière accélération du temps n’est pas l’apanage des seuls officiers mais concerne bien l’unité dans son ensemble. On se rappelle en effet du drame épouvantable que constituent les premiers engagements du 47e RI, tout particulièrement les batailles de Charleroi et Guise. Les pertes sont tellement importantes qu’elles génèrent un renouvellement de la troupe, et de l’encadrement, sans commune mesure avec ce qui peut être observé plus tard dans le conflit, mais également avant. En effet, l’un des effets de la loi de trois ans sur une unité telle que le 47e RI est de provoquer un renouvellement annuel par tiers de la troupe. Le contraste est ici manifeste avec l’entrée en guerre, moment d’une incontestable accélération du temps pour le 47e régiment d’infanterie puisque c’est à la mi-novembre 1914 qu’arrivent, en provenance du dépôt de Saint-Malo, les premiers soldats de la classe 1914 38. Faute de témoignages, il est difficile de s’avoir ce que pensent les « anciens » et les cadres de ces nouvelles recrues. Gageons que nombreux sont ceux parmi les plus âgés à les regarder de haut, leur regard mélangeant paternalisme et compassion :

  • 39  Cazals Rémy, Loez André, Dans les tranchées de 1914-1918, op. cit., pp. 31-32.

« Ce sont pour la plupart des gamins préparés hâtivement et qui ne pourront supporter les fatigues de la campagne. Or, le temps s’est singulièrement refroidi, et la neige qui couvre le sol se glace. Les pauvres bleus fourniront bientôt un gros contingent de pieds gelés » 39.

26Ce renfort est néanmoins très important puisque, contrairement aux précédents, il est composé de soldats d’une autre classe, en d’autres termes d’une autre « génération » touchée par le feu. Encore une fois, dans l’absolu, cette situation n’est pas inédite pour une unité telle que le 47e régiment d’infanterie puisque, on l’a dit plus haut, si l’on s’en tient aux termes fixés par la loi de trois ans, au moment de leur service militaire, ce sont bien trois classes différentes qui coexistent sous le même drapeau, dans les mêmes casernes. Ce mélange d’anciens et de « bleus » n’est donc pas à proprement parler une nouveauté historique pour le 47e RI. La différence d’avec le temps de paix tient ici en ce que l’entrée en guerre, réduite ici aux mois d’août, septembre et octobre, entraîne une formidable accélération du temps ; la nouvelle « génération » arrivant non pas après une année de service mais après seulement trois mois de campagne.

11.3. De la persistance de l’éthos de l’officier

  • 40  Saint-Fuscien Emmanuel, « Place et valeur de l’exemple dans l’exercice de l’autorité et les mécani (...)

27Mais les représentations mentales des acteurs, c’est-à-dire leur manière de comprendre le réel, ne suivent pas toujours le rythme effréné de l’histoire des hommes. Elles évoluent parfois moins vite, ou tout du moins de manière disjointe. On sait en effet que les conceptions d’avant-guerre concernant le « dressage de l’infanterie » insistent sur l’exemplarité comme méthode de management, c’est-à-dire ce « mouvement à sens unique qui circule du sommet vers la base, […] des officiers exemplaires vers les hommes du rang censés les imiter » 40. C’est cette idée qui fonde des propos aujourd’hui aussi grandiloquents qu’incompréhensibles, sentences appelant « le chef » à ignorer non seulement la peur mais aussi à rester stoïque devant les obus et la mitraille.

  • 41  Audoin-Rouzeau Stéphane, Combattre, une anthropologie historique de la guerre moderne, (XIXe-XXIe  (...)

28Plus qu’une simple rectitude morale, ce raisonnement s’incarne dans les corps. Dans le cadre de la guerre « classique », de type napoléonien par exemple, le soldat combat debout, voire à genoux, chose qui s’explique en partie par des contraintes techniques liées à l’armement, le fusil à poudre ne pouvant se recharger que debout. Il en résulte une ligne de conduite éthique qui stipule que face au danger, le bon soldat se tient droit, tant physiquement que moralement. Mais la « guerre de matériel » qu’est le premier conflit mondial inverse cette tendance : pris sous l’intensité du feu, les hommes se terrent, horizontalement, et souvent périssent de ne pas l’avoir fait à temps. Les hommes ne sont plus debout face aux balles mais tentent, autant que faire se peut, d’accommoder leur corps de façon à l’exposer le moins possible aux projectiles pouvant les blesser ou les tuer à chaque instant. C’est pourquoi la position typique du combattant des guerres du XXe siècle est celle d’un homme dont le thorax et l’abdomen sont plaqués au sol 41.

  • 42  « Sont considérés comme nobles la recherche du duel avec l’ennemi, braver debout et stoïquement le (...)
  • 43  « Morts au champ d’honneur », L’Ouest-éclair, n°5534, 6 octobre 1914, page 2.

29Or, les mentalités évoluant beaucoup moins rapidement que les techniques, la découverte du feu se solde par nombre de conduites aussi anachroniques que suicidaires du fait d’une conception de l’exemplarité complètement inadaptée à la réalité du champ de bataille moderne. On sait en effet que le corps des officiers est composé de nombreux aristocrates ou de bourgeois ayant particulièrement bien intériorisé les normes et valeurs de ce groupe social. Il en résulte une certaine homogénéité de point de vue entre ce qui est noble et ne l’est pas sur le champ « d’honneur » 42. Certains des officiers du 47e régiment d’infanterie illustrent parfaitement la permanence de certaines de ces valeurs nobles, malgré leur évidente inadéquation à la réalité du champ de bataille de la Première Guerre mondiale telle qu’elle s’exprime à partir du 22 août 1914. Ainsi, le lieutenant-colonel Daniel Poncet des Nouailles commandant l’unité, mort pour la France le 9 septembre 1914 à Charleville, en pleine bataille de la Marne. S’il est bien entendu très difficile de déterminer avec exactitude les circonstances de son décès, nombreuses sont les sources qui laissent entrevoir une conduite en tout point exemplaire. Annonçant sa mort dans son édition du 6 octobre 1914, L’Ouest-éclair indique que « cet officier chargeant à la tête de ses hommes fut tué par un éclat d’obus » 43.

  • 44  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)
  • 45  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 septembre 1914.
  • 46  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

30Reste à savoir si non seulement cette méthode de management par l’exemplarité est efficace ou si même elle est comprise. Bien entendu, là encore, pas de réponse unique puisqu’au sein d’une unité comme le 47e RI coexistent plusieurs types d’individus, certains réagissant plus à certains stimuli que d’autres. On pourra d’ailleurs toujours avancer que lors des mois d’août-septembre 1914 l’unité ne se distingue par aucun refus de combattre ce qui peut être mis au crédit de nombreux facteurs, parmi lesquels l’exemplarité de ce chef. Toutefois, les mémoires de Julien Loret – simple paysan titulaire du certificat d’études primaires – permettent de s’interroger non seulement sur l’efficacité de l’exemplarité dans la motivation des troupes mais, plus encore, sur son intelligibilité. Racontant sa bataille de la Marne, il écrit que le 9 septembre 1914 il se trouve « à un avant-poste, sur le plateau de la Pommerose tapi dans une haie », à proximité des Allemands. Tout à coup, au travers « la plaine », il aperçoit des cavaliers, en l’occurrence le « colonel Poncet des Nouailles et son état-major » 44. Notons que cette conduite correspond en tout point à cette norme d’exemplarité (verticalité, offensive, ignorance du danger…) puisqu’à cet instant le journal des marches et opérations du régiment indique que le terrain est balayé « par des tirs d’artillerie et de mousqueterie d’une violence extrême et admirablement réglés ». Mieux encore, ce document précise que « chaque groupe, chaque homme même qui se montre sur la hauteur [du plateau de la Pommerose] est immédiatement pris à partie » 45. Or, les mémoires de Julien Loret laissent à penser que celui-ci n’a pas compris le sens de la conduite du lieutenant-colonel Poncet des Nouailles puisque loin de trouver son décès « exemplaire », le soldat de la 5e compagnie le juge comme relevant plutôt d’une erreur de sa part : « J’ai assisté à la mort de cet officier, et d’une partie de ses hommes victimes d’une imprudence, une rafale d’obus allemands quelques minutes après leur arrivée les avait décimés » 46.

  • 47  On doit à la vérité de signaler le carnet d’Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., pp. 17-18 pui (...)
  • 48  Omnès Albert, Carnet de route, loc. cit., page 18.

31Néanmoins, il convient de déterminer la représentativité du témoignage de Julien Loret afin de savoir si la troupe dans son ensemble réagit à son exemple 47. Le carnet d’Albert Omnès – conscrit depuis 1911 à la caserne Rocabey – est à cet égard assez intéressant puisque volontiers pénétré d’un certain habitus militaire, il décrit la mort du colonel Poncet des Nouailles sans pour autant évoquer une quelconque valeur d’exemplarité 48. Certes, sans doute certains éléments plus pétris de culture militaire – et donc de cette norme de l’exemplarité – ont-ils vus dans la conduite du lieutenant-colonel Poncet des Nouailles le chemin à suivre. Pour autant, on est en droit de demeurer assez sceptique en ce qui concerne des populations qui, bien que vêtues d’un uniforme, demeurent essentiellement civiles et continuent donc à penser comme tel.

  • 49  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 21.

32à Charleroi, Jean Groth dit « manger tranquillement du chocolat » sous la mitraille et en distribuer à ses hommes « pour leur donner confiance » 49. Malheureusement, RIen ne dit si cette motivation par l’exemple est efficace au moment du baptême du feu du 47e régiment d’infanterie. Or la différence est bien souvent ténue entre deux personnes plus ou moins imprégnées d’habitus militaire soumises au même stimulus héroïque. Là ou un officier de carrière distingue du courage, les autres, y compris une personne ayant trois ans de service militaire à son actif – Albert Omnès est sous les drapeaux depuis 1911 – ne perçoivent que de l’imprudence.

33On le voit, la question de l’efficacité de la motivation du combattant par l’exemplarité positive est délicate puisqu’elle est avant toute chose culturelle et donc relative. Reste à savoir si ce rapport à l’exemplarité est caractéristique de l’entrée en guerre ou du conflit lui-même. Là encore, le témoignage de Julien Loret permet d’amorcer l’analyse. On se rappelle en effet qu’au début du mois de juin 1915, le 47e régiment d’infanterie reçoit l’ordre de se porter à l’attaque du trop fameux Labyrinthe. Or la description qu’il donne de cet assaut est particulièrement intéressante en ce qu’elle paraît être une critique de cette forme de motivation basée sur l’exemplarité positive et des gestes qui peuvent paraître tout à la fois héroïques mais aussi dangereux :

  • 50  La digression chronologique est sur ce point particulièrement intéressante puisqu’elle signifie qu (...)
  • 51  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

« Une deuxième épreuve, la plus dure, la plus inhumaine nous était réservée. Dans la nuit du 5 au 6 juin 1915 50, le 2e bataillon dont faisait partie ma compagnie, la 5e, fut dirigé vers le labyrinthe pour attaquer un réseau défensif allemand, contre lequel toutes les attaques précédentes s’étaient brisées. Le capitaine Daré commandait la 8e compagnie. Avec ses effectifs, il avait réussi à prendre pied sur un fortin et décida d’y planter un drapeau. Cette décision avait eu pour résultat un bombardement intense de cet ouvrage, et ce capitaine fut blessé mortellement » 51.

  • 52  « à 13h30, le colonel du 47e RI confirme que le boyau 307-225 ainsi que le grand entonnoir 224 son (...)
  • 53  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 6 juin 1915 et 26 N 507/3, JMO 39e Brigade, 6 juin 1915.

34Il ne semble pas ici utile de détailler plus amplement en quoi le drapeau est un vecteur puissant de la motivation des combattants. Pour s’en convaincre, que l’on songe quelques instants à cette fameuse photographie de la bataille d’Iwo-Jima pendant la Seconde Guerre mondiale. Néanmoins, il n’en demeure pas moins que la lecture de cette anecdote suscite un sentiment mitigé puisque si elle est à l’évidence une critique à peine voilée de cette motivation « héroïque » des combattants par les officiers, elle témoigne aussi d’une profonde incompréhension des données du moment par la troupe. En effet, on se rappelle que l’objectif assigné au 47e RI en cette journée du 6 juin 1915 est un certain nombre de tranchées situées dans le Labyrinthe, que celles-ci sont atteintes dès la mi-journée, ce qui provoque le bombardement allemand en représailles à l’avancée française, et non au drapeau planté par le capitaine Daré 52. La preuve en est que ce fait d’armes, pour glorieux qu’il soit, n’est mentionné dans aucun journal des marches et opérations, qu’il s’agisse de celui du régiment ou de la brigade 53. On voit donc ici la difficulté qu’il y a à analyser cette motivation des combattants par l’exemplarité positive, la réflexion se heurtant ici tant à une double incompréhension de la troupe, qu’il s’agisse des stimuli mis en œuvre ou des ressorts opérationnels de la campagne.

  • 54  Goya Michel, La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, op. cit., page 97.
  • 55  Saint-Fuscien Emmanuel, « Place et valeur de l’exemple », op. cit., page 284 et suivantes.
  • 56  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 57  Prigent Julien, RIchard René, Le capitaine Charles Mahé au 48e régiment d’infanterie de Guingamp, (...)

35Une chose néanmoins est certaine, les conditions mêmes du combat que livre le 47e régiment d’infanterie pendant la première bataille de la Marne en septembre 1914 ou en juin 1915 – et en cela ces journées ne paraissent pas devoir faire exception – sont une des limites de la motivation par l’exemplarité positive. En effet, on sait que l’agrandissement du champ de bataille éloigne l’officier de l’homme du rang, rendant le premier moins visible au second. C’est bien ce principe qui fait pendant la guerre de positions de la section (70 hommes), et non de la compagnie (250), la cellule tactique de base 54. Or l’exemplarité se transmettant par capillarité, ce principe de motivation des troupes devient inefficient une fois le contact visuel rompu 55, ce dont attestent parfaitement les carnets de Louis Leseux. En effet, celui-ci n’apprend la mort de « son » colonel qu’à la fin de la journée et, s’il en éprouve manifestement un certain chagrin, il ne perçoit aucunement l’exemplarité de son sacrifice puisqu’il ne l’a pas vue 56. Il en va de même pour Marcel Brégé, qui lui n’évoque même pas la mort du commandant du 47e RI 57. Pour que le principe de motivation des troupes par un exemple supérieur soit efficace, encore faut-il que celui-ci soit exercé à un échelon adéquat, la section, l’escouade ; le régiment étant par la nature même du combat moderne, une échelle sans doute bien trop vaste pour pouvoir espérer un quelconque effet en la matière.

36Dans ce cadre, l’entrée en guerre paraît être le moment où l’exemple positif conserve toute sa valeur, ce qui peu ou prou – encore une fois tout dépend des individus considérés – englobe les premiers jours de la campagne jusqu’au baptême du feu. En effet, il semble bien qu’ici c’est la confrontation avec la réalité du champ de bataille qui révèle la dangerosité de conduites perçues auparavant comme exemplaires.

37Mais la découverte du feu ne signifie aucunement la mort de l’exemplarité positive et d’une certaine geste héroïque qui, au contraire, reste en vigueur dans certains milieux, tout particulièrement celui des officiers. En témoigne par exemple l’élogieuse citation décernée en avril 1915 au commandant Lucien Pique :

  • 58  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24 avril 1915.

« A conduit son bataillon de façon tout à fait remarquable dans les combats du 22 au 30 août. A fait preuve notamment de la plus belle énergie dans un retour offensif exécuté le 29 par son régiment et a été blessé grièvement le 30 tandis que, donnant personnellement l’exemple de la bravoure et de la vigueur, il entraînait ses compagnies à l’assaut. Blessé de nouveau très grièvement le 4 octobre » 58.

  • 59  Arch. Nat. : LH : 198000035/0335/45124.

38Ici, outre les faits d’armes et les blessures, c’est bien le fait que cet officier donne « personnellement l’exemple de la bravoure et de la vigueur » qui justifie cette décoration. Sa carrière est ainsi placée sous les meilleurs auspices puisqu’à la mi-mai 1915 il est fait lieutenant-colonel et est affecté à la tête du 25e RI 59. Or force est de constater que bravoure et vigueur sont deux notions culturellement définies, et par là-même relatives. Il y a d’ailleurs lieu de se demander si ce décalage de perception entre ce qui est héroïque et / ou imprudent n’est pas ce qui caractérise la guerre du point de vue des références morales des officiers et combattants, l’entrée en guerre étant dès lors le moment d’une certaine communion née d’une anticipation naïve, irréelle, du champ de bataille.

39Si, au 47e régiment d’infanterie, les carrières de la Belle Époque se déroulent selon un rythme assez lent, permettant un certain ancrage géographique aux officiers, cette propension doit, pour être appréciée à sa juste valeur, être rapportée à la mobilité professionnelle dans l’ensemble de la France du début du XXe siècle. C’est à ce moment qu’on découvre en quoi l’entrée en guerre est réellement une accélération du temps pour les contemporains. Elle l’est d’autant plus pour certaines classes sociales qui, à l’instar des officiers du 47e RI, éprouvent plus de difficultés à se départir de leurs représentations mentales d’avant-guerre.

Notes

1  Alexandre Georges-René, Avec Joffre, op. cit., pp. 88-89.

2  Bach André, Fusillés pour l’exemple, 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, page 46.

3  Forcade Olivier, « Le temps militaire à l’époque contemporaine, pratiques et représentations », Bibliothèque de l’école des Chartres, tome 157, livraison 2, 1999, pp. 479-491.

4  Auguste Marcot, vie d’un Lorrain de 1883 à 1916 [http://capitainemarcot.wordpress.com].

5  Arch. Dép. I&V : 1 R 1755.

6  Le Bihan Jean, Au service de l’état, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, page 105.

7  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, héros et martyrs, 1914-1918, op. cit., page 81.

8  Arch. Dép. I&V : 2 R 201.

9  Le Gall Erwan« Le deuxième procès de Rennes : trois officiers du 47e régiment d’infanterie devant la conseil de guerre », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne [http://www.enenvor.fr].

10  Arch. Nat. : LH/2196/27.

11  Annuaires d’Ille-et-Vilaine pour les années 1909 à 1914. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, constitution du régiment.

12  Arch. Nat. : LH/2196/27. Arch. Dép. I&V : 2 Per 2966, Annuaire de 1914.

13  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, op. cit., page 81.

14  « Nomination de généraux », L’Ouest-éclair, n°5558, 30 octobre 1914, page 4 ; Arch. Nat. : LH/996/51.

15  Le Bihan Jean, Au service de l’état, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, op. cit., pp. 19-57.

16  Foch Ferdinand, Des principes de la guerre : conférences faites en 1900 à l’école supérieure de guerre, Paris, Berger-Levrault, 1918, page 279, cité in Le Bihan, Jean, Au service de l’état, op. cit., page 12.

17  Le Bihan Jean, Au service de l’état, op. cit., page 21.

18  Ibid., page 16.

19  Ibid., page 198.

20  Ibid., page 206.

21  Ibid., pp. 206-207.

22  Ibid, page 181.

23  Arch. Dép. I&V : 1 R 1755.

24  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, constitution du régiment.

25  Le Bihan Jean, Au service de l’état, op. cit., page 253.

26  Charcosset Gaëlle, « La distinction aux champs. Les décorés du Mérite agricole (Rhône, 1883-1939) », Ruralia, n°10/11, 2002.

27  SHD-DAT : 26 N 790/15, JMO 86e RIT, instructions pour la rédaction des historiques des corps de troupes.

28  SHD-DAT : 26 N 636/6 et 7, JMO 47e RI.

29  Bédarida François, « L’Armée et la République : les opinions politiques des officiers en français en 1876-1878 », Revue historique, tome 232, 1964, page 120 indique que le corps des officiers est « une collectivité où les mutations de poste sont fréquentes ».

30  Arch. Dép I&V : 2 Per 2966.

31  SHD-DAT : 26 N 636/6 et 7, JMO 47e RI.

32  Arch. Dép. I&V. : 2 Per 2966. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, constitution du régiment.

33  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI.

34  Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, op. cit., page 13 ; SHD-DAT : 26 N 636/9 : JMO 47e RI, 1er janvier-1er décembre 1917.

35  BAVCC/Mémoire des hommes.

36  Le capitaine Colas passe de la fonction d’adjoint au chef de corps à celle de commandant d’une compagnie du 1er bataillon tandis que le sous-lieutenant Lavandier qui, le 1er décembre 1914, officie dans une compagnie du 2nd bataillon est, le 1er janvier 1915, à la tête de la 3e section de mitrailleuses de l’unité.

37  SHD-DAT : 26 N 636/6 : JMO 47e RI, 25-31 décembre 1914.

38  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 15 novembre 1914.

39  Cazals Rémy, Loez André, Dans les tranchées de 1914-1918, op. cit., pp. 31-32.

40  Saint-Fuscien Emmanuel, « Place et valeur de l’exemple dans l’exercice de l’autorité et les mécanismes de l’obéissance dans l’armée française en 1914-1918 », in Cazals Rémy, Rolland Denis, Picard Emmanuelle (dir.), La Grande Guerre. Pratiques et expériences, Toulouse, Privat, 2007, page 281.

41  Audoin-Rouzeau Stéphane, Combattre, une anthropologie historique de la guerre moderne, (XIXe-XXIe siècle), Paris, Seuil, 2008, page 243 et suivantes.

42  « Sont considérés comme nobles la recherche du duel avec l’ennemi, braver debout et stoïquement le feu ou se sacrifier (ce qui revient au même !). Sont vils ramper, creuser, s’abriter, reculer » cité in Goya Michel, La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, op. cit., page 34.

43  « Morts au champ d’honneur », L’Ouest-éclair, n°5534, 6 octobre 1914, page 2.

44  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

45  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 septembre 1914.

46  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

47  On doit à la vérité de signaler le carnet d’Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., pp. 17-18 puisqu’il écrit : « Aucun homme de ma section n’est blessé mais, à vingt mètres sur la gauche, un percutant tombe sur un tas de gerbes où se cachaient le colonel des Nouailles et ses officiers d’ordonnance. Le colonel et le capitaine Lieutard sont tués raides, le lieutenant Le Barillec est blessé, mortellement sans doute ». Pour autant, il convient de rappeler le caractère extrêmement décousu de ce carnet, celui-ci étant rédigé hebdomadairement. à titre d’exemple, Albert Omnès fait intervenir le décès du colonel des Nouailles après la bataille de la Marne, aux alentours du 15 septembre 1914. à ce titre, ce carnet est loin d’être exempt de soupçons de reconstruction mémorielle. Sur cette notion voir Wieviorka Annette, L’ère du témoin, Paris, Pluriel, 2002. De plus, pour notre démonstration, il convient de noter qu’à aucun moment Albert Omnès ne paraît percevoir l’exemplarité de la conduite du colonel.

48  Omnès Albert, Carnet de route, loc. cit., page 18.

49  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 21.

50  La digression chronologique est sur ce point particulièrement intéressante puisqu’elle signifie que dans la mémoire de Julien Loret, la relève et l’assaut forment un tout. Ce point permet de dire combien cette relève fut pénible, comme l’atteste son terrible bilan : quatre morts et vingt blessés. SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 5 juin 1915.

51  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

52  « à 13h30, le colonel du 47e RI confirme que le boyau 307-225 ainsi que le grand entonnoir 224 sont occupés par nos troupes. à la suite de cette occupation, l’ennemi effectue, pendant près de deux heures, avec son artillerie lourde, un bombardement d’une violence inouïe. » SHD-DAT : 26 N 507/3, JMO 39e Brigade, 6 juin 1915.

53  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 6 juin 1915 et 26 N 507/3, JMO 39e Brigade, 6 juin 1915.

54  Goya Michel, La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, op. cit., page 97.

55  Saint-Fuscien Emmanuel, « Place et valeur de l’exemple », op. cit., page 284 et suivantes.

56  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

57  Prigent Julien, RIchard René, Le capitaine Charles Mahé au 48e régiment d’infanterie de Guingamp, op. cit., page 11.

58  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24 avril 1915.

59  Arch. Nat. : LH : 198000035/0335/45124.

Table des illustrations

Titre Figure 24 : Les officiers du 47e RI présents au corps le 2 août 1914 : une lente érosion.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 25 : Les officiers du 47e RI présents avant et après le 2 août 1914.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1332/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Figure 26 : Renouvellement des officiers du 47e RI entre le 1er décembre 1914 et le 1er juin 1915.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1332/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search