Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Nouvelles perspectives sur une entrée en guerre

X - Une pratique constante ?

Texte intégral

1Les premiers mois de campagne du 47e régiment d’infanterie permettent de voir tout ce que le singulier d’une expression telle que « la Première Guerre mondiale » a de trompeur puisqu’en réalité, au cours de ce conflit, la réalité du champ de bataille évolue et n’a, à dire vrai, plus grand-chose à voir en juillet 1915 avec ce qu’elle pouvait être en août 1914. Dès lors, se pose la question de la conduite au feu de cette unité, surtout lorsque celle-ci est envisagée par le prisme d’un mouvement, d’une dynamique, celle d’une « entrée en guerre ». En d’autres termes, cela revient à se demander si le 47e RI, malgré les pertes et les nombreux turnovers en termes d’effectifs que cela induit, combat de la même manière au cours des premiers mois de campagne ou si, au contraire, elle améliore sa pratique suivant une sorte de courbe d’apprentissage, notion consubstantielle d’une certaine expérience de la guerre.

10.1. De la furia francese en août 1914… et les mois suivants

2Dans les décennies qui suivent le 11 novembre 1918, il est de bon ton de fustiger l’armée française de 1914 et plus particulièrement les « jeunes turcs », coupables d’avoir précipité contre des rangées de mitrailleuses des milliers de mobilisés revêtus de leur aussi emblématique que visible pantalon garance. Au premier rang de ces réprouvés figure assurément le général Loyzeau de Grandmaison. Mais, si cet officier est représentatif de l’ensemble des brevetés qui, à l’époque, participent au forum où l’on disserte de la doctrine, il ne saurait pour autant être métonymique de l’ensemble des officiers de l’armée française, nombreux étant les généraux d’armée et de corps d’armée mis en cause par les « jeunes turcs » à ne pas partager ses conceptions outrageusement offensives. De plus, outre un intérêt sans doute supérieur à la moyenne pour le réalisme de l’instruction des troupes, force est de constater que la campagne de Grandmaison est bien plus brillante que ce que l’on veut bien souvent se remémorer :

  • 1  Goya Michel, La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, op. cit., pp. 58-66 (...)

« Il fait partie des neuf colonels commandant de régiment au début de la guerre devenus généraux de division à la fin de 1914, promotion très rapide à une époque où les sanctions pour inaptitude sont immédiates. Grandmaison possédait donc une certaine compétence et, si l’historiographie lui a fait porter le poids des excès offensifs, il n’a en tout cas jamais été sanctionné pour cela. Certains aspects de ses discours se sont en tout cas révélés exacts, comme la supériorité des avant-gardes allemandes ou la faiblesse de l’instruction au tir. Grandmaison, simple colonel en 1914, ne peut être tenu comme unique responsable des échecs initiaux. Cette responsabilité est collective » 1.

3Partant de ce constat, mais en conservant en mémoire l’hécatombe des premières semaines de campagne, il y a sans doute lieu de voir en quoi, lors de son entrée en guerre, une unité telle que le 47e régiment d’infanterie est possédée par la furia francese, cette volonté d’offensive à outrance.

  • 2  SHD-DAT : 26 N 689/17, JMO 136e RI, 21/22 août 1914.

4Lors de la bataille de Charleroi, le 21 août 1914, le général Defforges commandant le 10e corps ordonne de tenir le front Falisolle-Aiseau « jusqu’au dernier homme s’il le faut » 2, instruction dont la formulation laisse entrevoir certaines conceptions tactiques du moment, notamment la croyance en une bataille décisive. C’est d’ailleurs à la suite de cet ordre que le 47e RI est jeté sur le champ d’honneur, pour venir épauler le 136e. Car si l’offensive à outrance semble aujourd’hui synonyme de précipitation, l’histoire du baptême du feu du 47e régiment d’infanterie laisse avant tout voir l’aveuglement d’une unité jetée sans aucun repère sur le champ de bataille.

  • 3  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », op. cit., janvier (...)

5La première fraction du 47e RI à recevoir le baptême du feu en ce 22 août 1914 est la 9e compagnie. Rien, ni dans les archives ni dans l’historiographie, ne suggère une quelconque précipitation dans ce mouvement puisqu’au contraire, il apparaît que celui-ci s’opère avec une heure de retard sur l’horaire prescrit 3. Si le combat s’engage de manière précipitée, entraînant avec lui tout l’ensemble du III/47e RI dans une charge à la baïonnette contre l’ennemi, ce n’est que suite à la rencontre fortuite d’une patrouille allemande. Il n’y a donc rien de prémédité, de doctrinal, dans la façon dont ce bataillon engage le combat puisque celui-ci résulte avant tout d’un hasard malheureux précipitant les événements. Au contraire, il apparaît que quand l’unité en a l’opportunité, elle sait faire un usage remarquablement efficace de ses mitrailleuses, au point sans doute de rivaliser avec l’ennemi. C’est en tout cas ce qu’avance le commandant Larcher en se basant sur les souvenirs d’un jeune officier arrivé au 47e RI à sa sortie de Saint-Cyr :

  • 4  Ibid., page 228.

« Le débouché de la 12e [compagnie] fut couvert par la section de mitrailleuses du III/47e. Le lieutenant Locquin, chef de cette section, avait pris position à la lisière nord de l’Eustache, emplacement lui offrant un couvert, de bonnes vues et la possibilité de tirer par-dessus les unités déployées devant lui en contrebas. Observant le terrain avec soin, […] il n’aperçut aucun indice de l’ennemi ; il se détermina à battre systématiquement les points suspects et les lisières des couverts. Ses tirs devaient être efficaces, car il fut aussitôt pris à partie par balles et obus et obligé de se déplacer fréquemment. Néanmoins, il utilisa toute la rapidité de débit de son matériel pour appuyer l’attaque de la 12e compagnie » 4.

  • 5  Ibid., pp. 229-230 ; SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI. 22 août 1914.

6Pour autant, même si l’attitude de cet officier est remarquable, force est de constater que non seulement elle n’est attestée que par le témoignage du principal intéressé, nécessairement sujet à caution, mais que, de surcroît, elle paraît bien exceptionnelle, pour ne pas dire unique. En revanche, ce qui est certain, c’est que les tirs allemands en représailles à l’efficacité de la mitrailleuse du lieutenant Locquin exposent par la même occasion le II/47e RI, dont la mission est précisément de se porter au nord de ce bois d’Eustache. Le commandant Braconnier peut arguer après-guerre d’une « exploration méthodique » de cette forêt, il n’en demeure pas moins que jamais ses hommes n’ont le temps de mettre en place leur mouvement, frappés par une « grêle de shrapnels » et un intense bombardement de 77. Les quelques éléments qui parviennent à sortir de cette nasse par le nord sont immédiatement fauchés par les mitrailleuses allemandes, contraignant les survivants au repli 5.

7Le comportement de ces deux bataillons du 47e régiment d’infanterie en ce 22 août 1914 est donc loin des stéréotypes de la furia francese et de l’offensive à outrance. à aucun moment les hommes ne se jettent contre les rafales de mitrailleuses ennemies, faisant fi des obus et des grêles de balles, puisque précisément, confrontés au vide du champ de bataille, ils ne voient pas l’adversaire. En effet, tout se passe comme si cette unité était aveugle et se battait contre un ennemi bien en place, disposant de surcroît d’une parfaite vision du champ de bataille. Le cas du I/47e RI est à cet égard exemplaire puisqu’engagé en cette matinée du 22 août dans un combat de rues dans la bourgade de Falisolle transformée en véritable « souricière », il se heurte violemment à quatre rangées de mitrailleuses disposées là préalablement par les Allemands 6.

8Bien entendu, il est tout à fait possible d’incriminer le brouillard, visiblement assez dense en cette matinée du 22 août 1914 puisqu’il est évident que de telles conditions climatiques ne favorisent pas la vue des hommes et sont, au contraire, propices à un certain nombre d’embuscades. Pour autant, force est de remarquer que ce brouillard est le même pour tous et que si l’activité du 47e régiment d’infanterie s’en ressent, tel ne paraît pas être le cas des Allemands. Bien au contraire.

  • 7  SHD-DAT : 26 N 133/1 : JMO 10e Corps d’Armée. 21 août 1914.
  • 8  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 81.
  • 9  Grasset (Commandant), « Une bataille de rencontre (Ethe, 22 août 1914) », Revue militaire français (...)
  • 10  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 28 août 1914.
  • 11  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit.
  • 12  Villatoux Marie-Claire, « Le renseignement photographique dans la manœuvre. L’exemple de la Grande (...)
  • 13  Archives de l’état à Namur : Fonds Schmitz, chemise 17 ; Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis (...)

9L’aveuglement des Malouins est en réalité moins météorologique que structurel puisque de l’analyse de ce baptême du feu, il ressort que jamais les hommes ne disposent d’informations relatives au champ de bataille sur lequel ils évoluent. Or, le 47e RI est la dernière unité du 10e corps à entrer en action lors de la bataille de Charleroi, la 20e DI venant en aide à la 19e engagée la veille 7. à aucun moment les hommes du colonel Poncet des Nouailles ne bénéficient d’un retour des unités engagées elles-aussi dans la mêlée. En d’autres termes, le flux d’informations, lorsqu’il n’est pas interrompu par les affres du combat, est uniquement hiérarchique, vertical, mais jamais horizontal 8. Or dans le cas du 47e RI, on voit combien une communication étroite avec le 136e RI, unité appartenant pourtant à la 20e division, aurait pu être profitable. C’est donc moins dans une hypothétique offensive à outrance qui aurait conduit le 47e RI à se jeter dans les fonds de la Sambre que dans le manque de repères sur le théâtre d’opérations, en d’autres termes de renseignements qu’auraient pu apporter des reconnaissances préalables, que se joue le sort de ce baptême du feu pour les hommes du colonel Poncet des Nouailles. Bien sûr le cas du 47e RI n’est pas unique. étudiant la bataille d’Ethe dans les années vingt, le commandant Grasset rapporte que les multiples contacts entre la troupe et les populations civiles sont aussi le moyen pour les soldats d’obtenir des informations quant aux positions des différents belligérants 9. Une situation qui rappelle étrangement celle du 47e régiment d’infanterie à Guise puisque le 28 août 1914, c’est par l’intermédiaire de paysans de la région que la troupe apprend la présence de détachements allemands dans le secteur de Le Sourd 10. On peut également se demander si le nombre de villages belges mal dénommés (Vitraval au lieu de Vitrival…) par le général Lanrezac dans ses mémoires 11 n’est pas au final révélateur d’une certaine ignorance des troupes françaises du terrain sur lequel elles évoluent. Mais là encore, le chef de la Ve armée n’est pas un cas exceptionnel puisque c’est l’ensemble de l’armée française qui, au moment de la mobilisation générale, dispose de cartes d’état-major n’ayant pas été remises à jour depuis… cinquante ans 12. Dans le cadre de ce baptême du feu, la situation est d’autant plus ironique que sur le drapeau du 47e RI figure une inscription en souvenir de la bataille de Fleurus. Or, la date de ce 26 juin 1794 est généralement retenue comme étant celle de la première utilisation à des fins militaires d’un ballon pour observer le dispositif allié. Un détail qui ne manque pas de sel lorsque l’on sait que tous les témoignages à notre disposition attestent qu’à Charleroi, le ciel est allemand 13.

  • 14  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 4 juin 1915.
  • 15  SHD-DAT : 26 N 57/2, JMO Direction de l’aviation de la Xe armée, 1er mai-4 juin 1915.
  • 16  Villatoux Marie-Claire, « Le renseignement photographique dans la manœuvre », op. cit., paragraphe (...)

10De ce point de vue le contraste est évident avec le printemps 1915, et pas uniquement parce que les alentours des tranchées occupées par le 47e régiment d’infanterie sont ornées de multiples « saucisses » et autres ballons captifs. En effet, lorsque cette unité reçoit le 4 juin l’ordre d’occuper des tranchées situées aux alentours du Labyrinthe, « le colonel, les chefs de bataillon et les commandants de compagnie » partent reconnaître le secteur avant de s’y installer 14. à ces renseignements « humains », s’ajoutent les informations « techniques » délivrées par les multiples photographies prises lors de reconnaissances aériennes effectuées par l’aviation de la Xe armée 15. Là encore, la nuance avec Charleroi est évidente puisqu’au printemps 1915 « la photographie aérienne est considérée par les responsables militaires comme partie intégrante de la manœuvre d’ensemble sur le champ de bataille » 16.

  • 17  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, Nancy, Pari (...)
  • 18  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la G (...)
  • 19  SHD-DAT: 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 2 octobre 1914.

11Mais cet apprentissage n’est pas linéaire, la courbe le figurant n’étant pas sans présenter certaines ruptures. Si une date doit être choisie comme symbole de cette évolution progressive, c’est probablement celle du 15 septembre 1914 qui s’impose le plus naturellement. On se rappelle en effet que c’est ce jour qu’Albert Omnès est mandaté pour effectuer une reconnaissance aux abords du fort de la Pompelle, mission non seulement remplie avec succès mais qui vaut quelques jours plus tard à ce sergent du 47e RI d’être désigné comme « guide » pour un bataillon du 2e RI chargé d’attaquer cette citadelle. Or, quinze jours plus tard, au début du mois d’octobre 1914, l’attaque que mène le 47 en Artois se révèle être une bataille de rencontre dont la mêlée ne semble rien devoir envier à Guise, le résultat étant pour sa part comparable à Charleroi avant que la troupe ne parvienne à se fixer. De même que le 29 août 1914 17, les fantassins n’ont aucune idée de ce qu’ils font et ne parviennent pas à s’orienter sur le champ de bataille. On pourra certes, encore une fois, incriminer les conditions météorologiques – la couche de nuages s’étend sur plus de trois cents mètres d’épaisseur sur toute la longueur du front de la IIe armée – qui empêchent toute reconnaissance aérienne 18. Il n’en demeure pas moins que le rédacteur du JMO confesse le 2 octobre, alors que la bataille pour Arras est engagée depuis la veille, ignorer à peu près tout de la situation du moment 19. Faiblesse certes passagère du renseignement mais qui dit bien combien est fragile la transmission de l’information jusqu’à un niveau aussi subalterne que le régiment d’infanterie pendant les premiers mois de cette guerre, l’arrivée sur un nouveau théâtre d’opérations dans une phase particulièrement mobile du conflit étant manifestement de nature à annuler tous les acquis précédents.

  • 20  SHD-DAT : 26 N 636/6. JMO 47e RI. 13 septembre 1914.

12Si le baptême du feu du 47e RI est avant tout l’histoire d’un aveuglement, alors l’entrée en guerre de cette unité est l’apprentissage progressif de la vue, sens permettant de se repérer sur le champ de bataille. Pour autant, il serait illusoire de croire qu’avec la guerre de positions meurt la furia francese. Au contraire même si, à bien des égards, l’enlisement dans les tranchées se révèle être une impasse. On se rappelle en effet des lendemains de la première bataille de la Marne et notamment des instructions pour la journée du 13 septembre qui prescrivent au 47e régiment d’infanterie de continuer « la poursuite vers le Nord-Est », suivant un itinéraire scrupuleusement consigné sur le journal des marches : après la Pompelle, « Nogent-l’Abesse… etc » 20. Loin de se douter que la ceinture Séré de Rivière se retournerait contre lui, le 47e RI paraît, dans un premier temps, ne pas comprendre la résistance qui lui est opposée sur les flancs du fort de la Pompelle. Or, preuve d’une certaine survivance de cet esprit offensif, au moins dans les états-majors, les archives conservent des ordres, pourtant bien postérieurs à septembre 1914, qui comportent des plans de routes tout aussi démesurément optimistes.

  • 21  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915, 26 N 300/1, JMO 19e DI, 9 mai 1915.
  • 22  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)
  • 23  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5-8 mai 1915.

13L’attaque du 9 mai 1915 en est un bon exemple puisque l’objectif assigné est un point topographique situé à plus de six kilomètres des lignes du 47e RI. Outre que ce jour les éléments les plus avancés de l’unité échouent au mieux à quatre-vingts mètres des défenses allemandes 21, de telles instructions témoignent de la survivance d’une croyance en la percée décisive. Julien Loret rapporte d’ailleurs que c’est ainsi que cet assaut est présenté aux hommes 22. Or il y a tout lieu de se demander si l’offensive n’est pas ici une posture, une certaine esthétique réservée aux sphères stratégiques, tant à bien y regarder de près l’attitude des combattants, qui eux relèvent des sphères opérationnelles, semble différente. En effet, alors que le journal des marches et opérations du 10e corps indique que l’objectif final de la division est une côte topographique se situant à plus de six kilomètres de son point de départ, le même document fait état de travaux initiés le 6 mai en vue de créer une « troisième ligne de défense ». Détail curieux qui semble dire finalement le peu d’espoir placé en cette attaque… D’ailleurs, mais il ne s’agit peut-être que d’un hasard, le rédacteur du JMO du 10e corps signale le 8 mai 1915, soit précisément la veille de cette redoutable attaque, que « de sérieux travaux de renforcement de la ligne ennemie sont constatés chez l’ennemi aux environs de Chantecler » 23. De même, nul témoignage de notre connaissance ne fait état d’une surprise devant l’échec de cette offensive alors que précisément, c’est bien ce sentiment qui caractérise la réaction du 47e RI lorsqu’il se retrouve bloqué à la mi-septembre 1914 devant le fort de la Pompelle. C’est d’ailleurs le contraire qui, au final, aurait été étonnant puisque, au moment de cette attaque, les hommes évoluent depuis plusieurs mois dans ces tranchées du nord d’Arras. Ils en connaissent les moindres recoins, les endroits exposés comme les plus abrités et ont pu, pendant tout l’hiver, observer les lignes allemandes et ne pas douter de la solidité de leurs protections. Si les ordres sont toujours autant teintés d’optimisme, les hommes ne paraissent désormais plus dupes, preuve sans doute de courbes d’apprentissage aux trajectoires divergentes. Il y a d’ailleurs probablement lieu de se demander si ce n’est pas dans l’inadéquation de ces deux courbes que résident pour partie bien des facteurs expliquant les baisses du moral des combattants. Il est en effet indéniable que la troupe est impliquée dans un processus, sans doute plus ou moins inconscient, d’apprentissage au cours des premiers mois de cette campagne. C’est ce que confirme d’ailleurs parfaitement son aptitude grandissante à profiter des avantages que peut conférer, çà et là, le champ de bataille.

10.2. Une découverte permanente

  • 24  SHD-DAT : 26 N 636/6. JMO 47e RI. 22 août 1914.
  • 25  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 octobre 1914.

14On l’a dit, d’un strict point de vue opérationnel, l’attitude du 47e RI le 22 août 1914 présente beaucoup de similitudes avec ce que l’on peut savoir du comportement de cette même unité, quelques semaines plus tard dans l’Artois, dans les tous premiers jours d’octobre 1914. à chaque fois, il s’agit de manœuvres d’approche dans des phases de guerre de mouvement, l’une étant le choc initial en préambule à une retraite qui ne s’achève qu’avec la première bataille de la Marne, l’autre étant une tentative de contournement de l’ennemi dans ce que l’on a appelé la « course à la mer ». Ensuite, et sur ce point la réflexion semble pouvoir être étendue à la bataille de Guise, à chaque fois le régiment souffre d’un manque de visibilité, qu’elle soit « physique » (le brouillard en août ou la nuit noire en octobre), ou « structurelle » (le renseignement et les liaisons avec les autres unités). Par ailleurs, ces phases de combat se déroulent sur des théâtres d’opération sensiblement comparables, mélanges d’espaces cultivés et de conurbations. Il s’agit donc de champs de bataille mixtes, ni tout à fait engagement en rase campagne (type El Alamein en juillet 1942), ni affrontement urbain (type bataille d’Alger en 1957). De plus, à chaque fois, les hommes se trouvent dans un état de fatigue tel qu’il paraît de nature à réduire les facultés cognitives des combattants. Enfin, à Charleroi et dans l’Artois, le 47e RI ne compte jamais parmi les premiers éléments du 10e corps engagés dans l’affrontement. En Belgique, on se rappelle que le 47e RI reçoit l’ordre de se porter à Falisolle pour venir en aide au 136e RI 24. Au sud de Mercatel, c’est pour soutenir la 38e brigade que le 47e RI reçoit l’ordre d’attaquer 25.

  • 26  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 octobre 1914 et 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 3 octobre 1914.
  • 27  SHD-DAT : 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 6 septembre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6-7 septembre 19 (...)

15Pourtant, le 22 août et le 3 octobre 1914 se soldent par des résultats très différents puisqu’à Charleroi, ébranlée par ce terrible baptême du feu, l’unité décroche alors que dans l’Artois, sous un feu puissant d’artillerie et de mitrailleuses, le II/47e « s’arrête et creuse des tranchées ». Cette « fortification » n’empêche pas l’unité de reculer dans les jours qui suivent mais constitue toutefois un réflexe qui tranche singulièrement avec l’attitude de ce même bataillon un mois et demi plus tôt qui, pris sous une rafale de shrapnels dans le bois de l’Eustache, est contraint au repli. Le 2e bataillon n’est d’ailleurs pas un cas unique puisque ce même jour, malgré une très forte opposition ennemie, les I et III/47e RI parviennent à prendre pied à la lisière sud de Neuville-Vitasse et à s’y fortifier 26. Là encore, pas de génération spontanée mais la poursuite d’une tendance dont le point de départ semble être la première bataille de la Marne. On se rappelle en effet que, le 6 septembre 1914, après un mouvement initial de recul rapidement enrayé par les officiers et sans doute imputable à la violence du feu ennemi, la troupe « se fortifie » et reste sur ses positions. Anecdotique à l’échelle de la Première Guerre mondiale, cette journée ainsi que la suivante du 7 septembre 1914 n’en marquent pas moins un tournant considérable dans l’histoire du 47e RI puisque, pour la première fois dans cette campagne, l’unité parvient à conserver en situation de combat ses positions pendant vingt-quatre heures 27.

  • 28  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 397.
  • 29  Que l’on nous permette de profiter de l’occasion pour renouveler ici tous nos remerciements à Dani (...)

16On pourrait certes arguer que dans le Pas-de-Calais, la troupe bénéficie d’une expérience qui semble faire cruellement défaut à Charleroi. à l’inverse, on pourrait avancer que non seulement la troupe du 47e RI est, devant Mercatel, composée pour partie de renforts venus du dépôt, et donc sans aucune expérience du feu, mais que, de plus, les hommes qui sont au régiment depuis le début de la campagne sont complètement épuisés. Pourtant le constat est là. à Charleroi le 47e RI dispose de tranchées mais ne les utilise pas alors qu’en Artois, dès le 2 octobre, il en creuse pour se fortifier. En effet, dans son étude sur le 10e corps pendant la bataille de Charleroi, le commandant Larcher évoque parmi ses sources un relevé de sépultures dressé par l’abbé Jules Gillain peu après les combats 28. Or ce plan a pu être retrouvé, par l’entremise de Daniel Tilmant, infatigable président du Comité du souvenir de Le Roux et, à cet égard, excellent connaisseur de ces combats 29. Figurant le champ de bataille de la Belle-Motte, ce plan non daté n’est pas très lisible. Mais un élément essentiel doit néanmoins retenir notre attention. En effet, dans la légende de ce document, Jules Gillain mentionne des « tranchées françaises peu profondes ».

Figure 23 : Plan probable des positions françaises lors des combats des Bruyères – Lotria – Aulnais ou de la Belle-Motte le 22 août 1914 d’après l’abbé Jules Gillain.

Figure 23 : Plan probable des positions françaises lors des combats des Bruyères – Lotria – Aulnais ou de la Belle-Motte le 22 août 1914 d’après l’abbé Jules Gillain.
  • 30  Arch. Dép. Morbihan : 1 J 175, Journal de guerre 1914-1918 de Léonce Morice, soldat au 33e RI, 1e  (...)
  • 31  « La conquête du Labyrinthe, 30 mai-19 juin », Le Temps, n°19 710, 24 juin 1915, page 1.
  • 32  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e Brigade, 13 juin 1915.
  • 33  SHD-DAT : 22 N 627, Interrogatoire de Johann Weitz et Paul Hoflich, 27 mars 1916.

17La courbe d’apprentissage du 47e RI entre le 22 août 1914 et le tout début du mois d’octobre 1914 est donc, sur ce point, moins celle de l’élaboration de tranchées que de l’utilisation de celles-ci. Or plus le temps avance, plus la réalité que désigne le mot « tranchées » se complexifie. Découvrant l’univers inconnu qu’est le front en avril 1916 avec la 1/33e RI, Léon Morice s’exclame : « Quel travail que ces boyaux et ces tranchées ! s’ils n’étaient pas numérotés et si le plan n’était pas indiqué sur des pancartes, on s’y perdrait » 30. Or, lorsque l’on regarde le plan du secteur de Roclincourt qu’occupe le 47e régiment d’infanterie à la fin du mois de mai 1915, il y a fort à parier que nombreux sont les combattants qui, à cet instant, formulent une remarque assez analogue. D’ailleurs, quelques jours plus tard, le 47e RI est envoyé au Labyrinthe, zone située entre écurie et Neuville-Saint-Vaast, « véritable dédale de blockhaus, d’abris, de tranchées et de boyaux » 31 dans lequel on suppose sans peine qu’il est particulièrement difficile de se repérer. Aussi, sans doute est-ce pourquoi, dans les méandres du front, il n’est pas rare de voir des panneaux indicateurs permettant aux « riverains » de se repérer dans ces villes nouvelles où les rues sont autant de boyaux et tranchées. à Roclincourt, certaines des tranchées occupées par le 47e RI portent des noms, à l’instar des voies d’une agglomération. Sur le plan figurant sur le journal des marches et opérations de la 40e brigade, on peut ainsi retrouver le boyau Fantôme, le Boyau Colette… à ces appellations qui paraissent rappeler les passages d’une cité médiévale viennent s’ajouter des artères dont la dénomination explique parfaitement la fonction. Ainsi de la « place d’armes » et des « collecteurs » qui disent bien la volonté des véritables urbanistes en charge du génie de ces tranchées de vouloir fluidifier les flux de combattants en cas d’attaque. Mieux encore, comme dans les villes modernes, le dense réseau de boyaux enchevêtrés semblable aux centres historiques des mégapoles contemporaines est entouré de « tranchées de rocade », comme pour se déplacer plus rapidement d’un point à un autre en cas d’attaque de l’adversaire 32. La métaphore urbaine pourrait paraître excessive – voire déplacée – pour qualifier ce qui est avant tout un champ de bataille. Pourtant elle est employée par les combattants eux-mêmes, comme en atteste ce rapport du 2e bureau du 10e corps d’armée qui, en mars 1916, après un coup de main effectué par huit volontaires du 47e régiment d’infanterie, désigne les positions allemandes du secteur du Moulin de l’homme mort comme étant « une importante agglomération militaire »33.

  • 34  Wieviorka Annette, « L’expression "camp de concentration" au XXe siècle », Vingtième siècle, Revue (...)
  • 35  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)
  • 36  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 722 et suivantes.
  • 37  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., pp. 20-23 ; Omnès Albert, Carnet de r (...)
  • 38  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 113.
  • 39  Ibid., page 34.

18Il convient donc de se méfier du mot « tranchée », celui-ci faisant l’objet au cours du premier conflit mondial d’un glissement sémantique considérable, comparable en ce sens à l’évolution de l’expression « camp de concentration » entre 1939 et 1945 34. Certes, la tranchée de Charleroi est assurément plus proche d’un simple trou creusé par le fantassin à l’aide de sa pelle que du Labyrinthe de 1915. Il n’en demeure pas moins qu’elle existe. Si le témoignage de Julien Loret est sans doute trop rapide sur ce baptême du feu pour être ici réellement pertinent, Albert Omnès et Jean Groth donnent pour leur part beaucoup plus de détails sur cette bataille, conférant dès lors une grande importance à ces documents 35. Or tous deux ont en commun de complètement passer sous silence ces tranchées, ce qui est doublement significatif. En effet, dans un premier temps, cela atteste bien que pour ces deux hommes, la tranchée, dans sa configuration du moment, n’est nullement une nouveauté historique puisque, si tel avait été le cas, assurément ils en auraient parlé. On peut y voir là bien sûr le fruit d’une certaine intériorisation des règlements en vigueur, le manuel d’infanterie de 1904 faisant par exemple explicitement référence à la construction de « retranchements de campagne » et de « tranchées-abris » 36. Dans un second temps, ces deux textes disent bien qu’au final les troupes n’utilisent aucunement ces couverts, probablement creusés par d’autres unités d’ailleurs 37. Tel est là, comme le rappelle très justement Michel Goya, la grande différence entre la théorie et la « pratique », c’est-à-dire l’ensemble des savoir-faire et compétences qu’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie possède réellement 38. Cela est particulièrement palpable dans le récit du sous-lieutenant Groth, texte imbibé d’une certaine « geste militaire » dont on sait qu’elle associe facilement l’honneur à la verticalité 39.

19L’histoire de l’entrée en guerre du 47e RI durant le premier conflit mondial est donc bien celle de l’apprentissage de la tranchée, notion comprise ici non pas tant du point de vue du génie militaire – à savoir comment construire de tels ouvrages – que de l’abandon de certains préjugés culturels du temps de paix associant la couardise, le déshonneur… à l’horizontalité et l’enterrement. En ce sens, le champ de bataille représente un cours accéléré d’une redoutable efficacité puisque, dès la Marne, les hommes commencent à mettre en pratique ce qu’ils apprennent à Charleroi, la bataille de Guise ne devant sans doute pas être prise en considération ici tant elle est pour le 47e RI un combat fortuit ne laissant pas à la troupe le temps de s’organiser. Sur ce point, le carnet d’Albert Omnes est particulièrement explicite puisque le sergent du 47e RI y écrit le 8 septembre 1914 :

  • 40  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 14.

« Me voici, encore tout abasourdi du combat d’hier, dans une bonne tranchée que nous avons creusée. Au début nous n’en faisions jamais, mais les boches nous en ont appris l’utilité » 40.

  • 41  « Trench warfare is usually described as military operations between two entrenched armies. It is (...)

20Pour autant, une telle courbe d’apprentissage ne doit pas conduire à passer outre la classique dichotomie guerre de mouvement / guerre de positions. Si toutes deux sont caractérisées – comme l’exemple du 47e régiment d’infanterie vient de le prouver – par l’existence d’éléments appelés « tranchées », seule la seconde relève d’un trench warfare à proprement parler. En effet, si l’on s’en tient à la définition qu’en donne Anthony Saunders, celui-ci est avant tout un « siège mutuel » résultant d’une impasse 41, ce qu’assurément n’est pas Charleroi.

  • 42  Koeltz Louis, La guerre de 1914-1918, les opérations militaires, Paris, éditions Sirey, 1966, page (...)
  • 43  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22-24 décembre 1914.
  • 44  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.
  • 45  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 septembre 1914.

21Du point de vue de la tranchée, cette notion étant polysémique, l’entrée en guerre du 47e RI est donc plurielle puisqu’il s’agit aussi pour l’unité, à partir de l’automne 1914, d’appréhender une nouvelle forme de combat née de l’enlisement du conflit. C’est en effet après la bataille d’Arras que le commandement français édifie une nouvelle doctrine offensive prônant « un assaut à courte distance de l’objectif sous la protection d’un tir d’artillerie précédant de près la vague d’attaque » 42. Ainsi, à la fin décembre 1914, le 47e RI entreprend des travaux dans le secteur de l’équarrisseur « destinés d’une part à rectifier le tracé du front actuel dont la concavité rend la défense plus difficile et d’autre part à faciliter, le cas échéant, une offensive en rapprochant des lignes ennemies le point de départ » 43. On ne peut qu’être saisi par le contraste que présente une telle démarche avec les assauts menés au tout début de la campagne. On se rappelle que le 22 août 1914 à 5 heures du matin, le II/47e RI qui, en théorie, doit déboucher au nord du bois de l’Eustache, se trouve à plus d’un kilomètre de son objectif 44. Semblable remarque peut être formulée à propos de la première bataille de la Marne, Charleville se trouvant à environ trois kilomètres du Clos-du-Roi 45. Mais la guerre de mouvement étant avant tout celle de la manœuvre, il peut au final paraître assez logique que les combattants disposent d’un vaste espace pour s’affronter.

  • 46  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 octobre 1914.
  • 47  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9-17 octobre 1914.
  • 48  SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 28 février 1915.
  • 49  SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 9 mai 1915.

22Pour autant, il n’en demeure pas moins que cette courbe d’apprentissage est également perceptible pendant la guerre de positions, règne du véritable trench warfare. Ainsi, le 8 octobre 1914, lorsque le 47e RI se trouve devant Achicourt, les premières lignes malouines se trouvent à environ mille cinq cents mètres des tranchées allemandes, séparées de l’adversaire par une route et quelques bâtiments 46. Quelques jours plus tard, l’attaque avortée du 9 octobre et de nombreux travaux « de défense » permettent, en certains endroits, de réduire de cinquante pour cent la distance avec l’adversaire 47. Au début de l’année 1915, les hommes du 47e RI n’ont jamais été aussi proches des Allemands puisqu’en certains points de la portion de front qu’ils occupent au nord d’Arras, ils ne sont éloignés que de cent cinquante mètres 48. Si cette proximité est sans doute exceptionnelle, il n’en demeure pas moins qu’elle traduit une véritable tendance au rapprochement des lignes puisqu’en mai 1915, les tranchées du 47e régiment d’infanterie se trouvent à environ trois cents mètres de celles de leurs ennemis 49.

  • 50  Pedroncini Guy, Pétain, Le soldat, 1914-1940, Paris, Perrin, 1998, page 64.

23Pour autant, l’appellation de « courbe d’apprentissage » doit ici être considérée avec réserve puisque si l’exemple du 47e RI témoigne assurément d’une évolution de la pratique militaire, reste à savoir si celle-ci va dans le « bon » sens. En d’autres termes, s’il est indéniable que les hommes du 47e régiment d’infanterie rapprochent tout au long de l’hiver 1914-1915 leurs lignes des positions allemandes, conformément à la nouvelle doctrine offensive énoncée plus haut, reste à déterminer si cette stratégie est, ou non, celle qui se révèlera efficace pour opérer une percée décisive et, in fine, gagner la guerre. Bien entendu, répondre à une telle question nécessite de recourir à l’exercice aussi périlleux que vain du « et si ». Pour autant, on prendra soin de remarquer qu’à la même époque le général Pétain interdit à son 33e corps d’armée « de se rapprocher de l’ennemi, afin d’éviter la guerre de mine et l’accumulation des troupes de gardes dans les tranchées », sources de grandes pertes en cas d’attaques et/ou de bombardements allemands 50. L’exemple du 47e RI confronté à celui du futur vainqueur de Verdun prouve que, face à un même problème, peuvent surgir plusieurs options pour le résoudre mais qu’une seule étant employée, il est difficile de dire si l’autre est ou non pertinente. Autrement dit, ici ce n’est pas tant la courbe qui pose problème que la notion d’apprentissage, comprise comme l’acquisition de savoir-faire, puisqu’en réalité il s’agit plutôt de recherche-développement. Or comme chacun sait, avant de développer un vaccin contre une pathologie donnée, le médecin doit bien souvent essuyer de nombreux revers.

  • 51  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit. ; SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigad (...)

24Quoi qu’il en soit, compte tenu de la doctrine offensive issue de l’enlisement du conflit énoncée plus haut, il est manifeste que la pratique du 47e RI évolue, tendance que nous résumons ici en employant le terme de « courbe d’apprentissage ». Celle-ci est d’ailleurs caractérisée au cours de l’hiver 1914-1915 par une trajectoire particulièrement ascendante puisqu’entre novembre 1914 et mai 1915 la distance que parcourt la troupe lors d’un assaut passe de sept cents à trois cents mètres, soit un gain d’environ cinquante pour cent. Il est d’ailleurs à noter que cette initiation à la guerre de positions ne concerne pas uniquement le volet offensif de l’activité militaire mais également quelques points qui, pour être annexes, n’en sont pas moins essentiels et hautement significatifs. Le témoignage de Louis Leseux révèle ainsi que lors de l’attaque du 2 novembre 1914 sur la briqueterie de Beaurains, le poste de secours est situé à une distance assez considérable du champ de bataille alors que le 9 mai 1915, celui-ci est installé dans une des caves de la stéarinerie située à moins de trois cents mètres environ du boyau d’évacuation 51.

  • 52  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.
  • 53  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.
  • 54  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 7 mai 1915.
  • 55  Stachelbeck Christian, « Autrefois à la guerre tout était simple. La modernisation du combat inter (...)

25Pour autant, l’état d’esprit global concernant l’usage de l’infanterie ne varie que peu au cours des premiers mois de campagne. Ainsi, lorsqu’il conçoit l’attaque du 9 mai 1915, le général d’Urbal, commandant la Xe armée, précise bien le rôle des fantassins en réclamant que « chaque unité poussera devant elle sans s’inquiéter si les unités voisines sont en retard, autrement que pour garder convenablement ses flancs » 52. C’est donc bien de vitesse, de choc, de furia francese qu’il s’agit. D’ailleurs, de même qu’en 1914, il n’est fait que peu de cas de l’ennemi, que l’on « devra déborder plutôt que d’attaquer de front » 53, ce qui apparaît comme une négation complète de la réalité de la guerre de positions et du trench warfare. A nul moment il n’est question des défenses allemandes. Celles-ci ne sont envisagées qu’exceptionnellement, comme dans une lettre qu’envoie ce même jour le général d’Urbal au général commandant le 21e corps pour s’inquiéter d’une offensive que doit mener le 258e RI contre un double crassier surmonté d’un nid de mitrailleuses 54. Tout se passe comme si, en réalité, la perspective des gains de terrain ainsi que les réalités stratégiques, et notamment diplomatiques, aveuglaient les états-majors à un point tel qu’ils en venaient à envisager le champ de bataille uniquement d’un point de vue topographique, sur plan. Notons d’ailleurs que cette dimension ne paraît pas être le propre de l’armée française puisque Christian Stachelbeck évoque une situation sensiblement comparable pour la Heer : « Les états-majors, installés loin en arrière de la ligne de front en raison de la portée de l’artillerie, géraient bureaucratiquement la guerre industrielle » 55. Ce n’est finalement que lorsqu’ils résonnent à une échelle moindre, comme celle d’un régiment d’infanterie par exemple, que les états-majors paraissent s’inquiéter des configurations tactiques du terrain. Ainsi, lorsqu’elle est conçue à l’échelle de la Xe armée, l’attaque est réduite à des considérations éthiques puisqu’elle doit être « hardie » et « décidée ».

  • 56  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 mai 1915.
  • 57  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 9 mai 1915. Il est étonnant de voir combien cette remarque (...)
  • 58  SHD-DAT : 26 N 507/1, JMO 38e brigade, 9 mai 1915.
  • 59  SHD-DAT : 26 N 394/1, JMO 70e division, 1er-10 mars 1915.
  • 60  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande guerre, Paris, Plon, 1964, pp. 90-91.
  • 61  Becker Jean-Jacques, « Réflexions sur la guerre en 1915 sur le front occidental (D’après les notes (...)
  • 62  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe Armée, 9 mai 1915.
  • 63  SHD-DAT : 26 N 13/3, JMO GAN, 9 mai 1915.
  • 64  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 9 mai 1915.

26Dès lors il serait tentant d’incriminer les états-majors et tout particulièrement les « grands chefs », héros sanguinaires qui sacrifient les poilus. à dire vrai, cette vision est trop manichéenne, pour ne pas dire tout bonnement simpliste, pour être pertinente. Et puis si tel était le cas, où classer un homme tel qu’édouard Curières de Castelnau, général qui initie la « course à la mer » et occupe même, en 1916, la fonction de chef d’état-major de Joffre mais qui est également père de trois fils, tous tombés au champ d’honneur ? En réalité, il semble que c’est bien plus dans l’organisation de l’armée française elle-même, dont la taille semble à bien des égards critique, qu’il faille trouver l’explication de cet état de fait. Les archives révèlent en effet un éloignement considérable entre les échelons stratégiques et tactiques, dimension qui se retrouve bien entendu à l’échelle d’un régiment d’infanterie, échelon dont on a dit à plusieurs reprises qu’il n’est que la particule élémentaire de l’armée française. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le rédacteur du JMO du 47e RI se permet d’énumérer à la fin du compte-rendu de cette journée du 9 mai 1915 les raisons « faciles à déduire » de cet échec, à savoir l’insuffisance de la préparation d’artillerie et l’étroitesse des boyaux provoquant un engorgement des troupes au moment où elles s’apprêtent à déboucher 56. Ces observations sont peu ou prou reprises par les rédacteurs des JMO des différentes brigades et divisions impliquées dans cette attaque. Bien souvent, la formulation employée cache difficilement la dimension critique du propos. Ainsi le journal des marches et opérations de la 40e brigade souligne « la trop grande proximité du réseau ennemi empêchant sa destruction par notre artillerie, conformément d’ailleurs à l’ordre n°20 de la 19e DI » 57. Ou encore le rédacteur du JMO de la 38e brigade qui, rappelant que la 2e compagnie du 41e RI a perdu tous ses officiers et les trois-quarts de son effectif, écrit que « cette nouvelle attaque n’est pas plus heureuse que la précédente et tout aussi meurtrière » 58. On retrouve dans ces lignes la liberté de ton d’un Marie-émile Fayolle qui, dans ses carnets publiés en 1964 par Henry Contamine, mais qui n’étaient pas destinés à l’être, apostrophe vertement ses supérieurs, ce qui permet de voir la distance qui sépare ces différents échelons de commandement. Or, à la tête de la 70e division, le général Fayolle combat en Artois, à quelques kilomètres seulement du 47e RI 59. N’hésitant pas à qualifier certaines opérations de « stupides », le général Fayolle a des mots particulièrement durs pour d’Urbal, son commandant d’armée, et Foch, du groupe d’armées du Nord. Mieux encore, ou pire c’est selon, il s’en prend après une attaque lancée le 8 mars – « Cela se paie par des milliers de morts. Si ces morts étaient utiles ! Mais non, il s’agit de quelques tranchées, de quelques mètres de terrain » – à des gens « dangereux » qui, selon lui ne connaissent rien à « la nature de cette guerre spéciale » 60. Or, à l’époque, Fayolle, qui n’est pas encore élevé à la dignité de maréchal de France, n’est, pour reprendre les termes employés par Jean-Jacques Becker, qu’un « modeste général » à la tête d’une division, « rouage relativement modeste d’une armée nombreuse » 61. On voit donc la cloison étanche qui sépare le niveau divisionnaire des hautes sphères que sont l’armée ou le groupe d’armées. Ainsi, aux niveaux supérieurs, rien ne filtre, comme si ces strates étaient incapables de prendre en compte la réalité opérationnelle du terrain. Plutôt que d’évoquer les pertes de cette offensive, le rédacteur du JMO de la Xe armée s’attache donc à rappeler les prises du jour : deux mille prisonniers et six canons 62. La situation est encore pire à l’échelle du groupe d’armée du Nord du général Foch, où l’attaque de la Xe armée n’est qu’un paragraphe au sein du compte-rendu de la journée du 9 mai 1915, coincé entre les résumés des opérations des armées belges et britanniques 63. Dans cette perspective, le niveau intermédiaire serait sans doute celui du corps d’armée puisque si le journal des marches et opérations fait état du lourd bilan de cette offensive – les pertes sont évaluées à 3 500 hommes et 50 officiers – jamais il ne détaille les raisons de cet échec 64.

  • 65  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août (...)
  • 66  SHD/DAT, 26 N 301/1, JMO 20e DI, 13 septembre 1914 et SHD/DAT, 26 N 636/6, JMO 47e RI, 13-15 septe (...)
  • 67  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., pp. 184-185.
  • 68  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 mai 1915.

27L’éloignement de la particule élémentaire qu’est le régiment d’infanterie des hautes sphères stratégiques que sont l’armée ou le groupe d’armées implique sans doute des courbes d’apprentissage de plus en plus planes au fur et à mesure que l’on escalade les échelons hiérarchiques. Ainsi, c’est semble-t-il sans instruction préalable que les fantassins de la 40e brigade posent leur havresac à Guise pour charger à la baïonnette, alors qu’ils le conservent à Charleroi 65. Un surplus de poids dont on se doute qu’il n’est pas sans conséquences sur la mobilité des soldats. Le contraste entre l’attaque de la Pompelle et celle du 9 mai est sur ce point encore plus frappant. En effet, en septembre 1914, le 47e RI lance ses hommes à l’assaut de cette citadelle de manière beaucoup plus diluée qu’à Charleroi. Certes, le 13 septembre 1914, le III/47e RI tente de franchir d’un coup d’un seul le canal de l’Aisne à la Marne et se fait faucher par les feux allemands, calés dans le fort. Mais le lendemain, si le II/47e RI repart à l’assaut de la Pompelle, il opère cette fois différemment car s’infiltrant par « petites fractions », tactique qui bien que coûteuse du fait du feu ennemi se révèle payante puisque que le régiment parvient à franchir le canal. Semblable procédé est employé le jour suivant, malgré une défense toujours aussi acharnée des Allemands. Ainsi, deux sections de la 6e compagnie – soit bien moins de cent hommes si l’on tient compte des pertes – parviennent encore à progresser et gagnent une crête au nord du fort de la Pompelle 66. Or tout porte à croire que ce changement de modus operandi, également observé par Michel Goya pour la 13e DI 67, est « spontané » puisqu’aucune instruction émanant, ni de la brigade, ni de la division, ni du corps d’armée n’a pu être retrouvée dans les archives. En revanche, les instructions relatives à l’attaque du 9 mai adressées par le général d’Urbal ordonnent bien que les hommes jaillissent tous en même temps : « Chaque compagnie doit pousser ses têtes de colonne, dès avant le départ de la précédente dans les sapes 1,2,3 de façon à remplacer sans aucune perte de temps dans la parallèle les compagnies suivantes se rapprochant de la tête au fur et à mesure des dégagements effectués en avant d’elles » 68. Le contraste est évident avec la troupe qui, semble-t-il, apprend très rapidement à opérer par petits groupes tout en utilisant au mieux les opportunités qu’offre le champ de bataille. Tout se passe encore une fois comme si les sphères stratégiques de commandement étaient incapables de répondre au dilemme opérationnel que posent les tranchées de la Première Guerre mondiale. Or, force est de constater que non seulement, sur ce point, l’armée française n’est pas la seule dans cette situation mais que, de surcroît, la solution à ce problème impose un changement complet de doctrine. Dès lors, on se doute qu’une telle évolution est nécessairement moins rapide qu’un simple ajustement tactique.

10.3. Vers une pratique interarmes

  • 69  Beau Georges, Gaubusseau Léopold, Août 14 : Lanrezac a-t-il sauvé la France ?, op. cit., page 111.
  • 70  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

28Lorsqu’on se penche sur le cas du 47e régiment d’infanterie à Charleroi, on est surpris de voir combien cette unité évolue en deux dimensions, se mouvant juste de gauche à droite ou en profondeur, mais étant incapable de prendre la hauteur qui lui permettrait d’avoir une vue globale du champ de bataille. On l’a dit, cet aveuglement est structurel et résulte entre autres d’une aviation alors inopérante. Non que les As d’outre-Rhin soient meilleurs que leurs homologues français mais plutôt que Paris ne comprend pas encore tous les avantages qu’il y a à retirer d’une pratique encore bien souvent assimilée au mieux à un sport, au pire à un loisir. C’est d’ailleurs ce que semble regretter Louis Blériot dans un article de L’écho de Paris du… 25 août 1914 : « L’aéroplane est de la plus grande utilité puisqu’il permet à nos grands chefs d’être en partie renseignés sur ce qui se passe au-delà des frontières » 69. Pour autant, la situation évoluant et au fur et à mesure des mois d’août et septembre 1914, le 47e RI se trouve de moins en moins isolé, signe tangible d’une métamorphose vers une pratique interarmes moderne au cœur de laquelle se situe la liaison infanterie / artillerie. Pour le général d’Urbal, alors grand architecte aux côtés de Foch de l’offensive de mai 1915 en Artois, celle-ci est tellement importante qu’elle est doit être « intime » 70.

  • 71  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 86.
  • 72  SHD-DAT : 24 N 397, ordre général n°12.
  • 73  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit., page 90.
  • 74  SHD-DAT : 26 N 507/4. JMO 40e brigade.

29Le 22 août 1914, même si tous les témoignages insistent sur le bruit du canon, le 47e RI ne dispose que de peu, voire d’aucun soutien d’artillerie. On l’a dit, si Marcel Brégé, Louis Leseux et Albert Omnès insistent sur le bruit des 75, c’est sans doute moins pour signaler leur efficacité que pour traduire la formidable transgression sonore qu’ils constituent. Dans son étude sur le 10e corps à Charleroi, le commandant Larcher rapporte en effet que seule une partie de l’artillerie affectée au soutien du mouvement du 47e RI peut être réunie sur la côte 201, trop étroite pour recevoir l’ensemble des batteries de la 20e division, chose qui toutefois « avait peu d’inconvénients » à cet instant du fait du brouillard omniprésent, de telles conditions climatiques empêchant toute observation lointaine et donc le moindre tir de 75 71. Or, l’ordre général n°12 du général Boë commandant la 20e DI, instruction reçue par le 47e RI à deux heures du matin dans la nuit du 21 au 22 août, stipule bien que l’artillerie divisionnaire a mission d’appuyer la progression de l’infanterie 72. Les artilleurs devenus muets du fait du brouillard, les fantassins sont donc seuls sur le champ de bataille. Lucide, le général Boë analyse d’ailleurs rapidement la situation et se convainc tout aussi vite de l’échec de ce mouvement 73. Une semaine plus tard, à Guise, un schéma analogue se reproduit puisque si le brouillard est à l’origine de la rencontre fortuite entre le 47e RI et une colonne allemande à hauteur du carrefour de La Désolation, ce sont ces mêmes conditions climatiques qui privent les fantassins de tout appui d’artillerie 74.

  • 75  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 88.
  • 76  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », Revue militaire française, février 1935, pa (...)
  • 77  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 29 août 1914.

30D’un certain point de vue, compte tenu de l’omniprésence du brouillard à Charleroi et à Guise, août 1914 se caractérise avant tout par une absence d’appui d’artillerie. En effet, la Thiérache et l’entre Sambre-et-Meuse sont des régions assez semblables et c’est sans surprise que l’on constate de nombreux points communs entre les champs de bataille de la Belle-Motte et de La Désolation. Aussi, en Belgique, lorsque le brouillard finit par se lever dans la matinée du 22 août, les artilleurs se rendent rapidement compte que leur regard est obstrué par le bois de l’Eustache. Au final, ils ne peuvent voir du champ de bataille que « les éclatements d’obus allemands dans les bois à l’ouest de Falisolle » 75 et sont bien incapables de venir appuyer l’action du 47e régiment d’infanterie. à Guise, lorsque le brouillard se lève, l’unité est déjà décimée, déplorant plus de six cents hommes hors de combat 76. L’action de l’artillerie est donc déjà inutile mais tout porte à croire que comme une semaine auparavant, celle-ci aurait été difficilement possible. En effet, les deux groupes d’artillerie devant appuyer l’assaut de la 40e brigade se trouvent au nord de Puisieux 77. Or, compte tenu du relief et du petit bois qui, à l’époque, se trouve entre cette bourgade et Audigny, il est peu probable que les artilleurs aient pu ce jour entrer efficacement en action.

  • 78  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit.
  • 79  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 29 août 1914 et 26 N 507/2, JMO 39e brigade, 29 août 1914.

31Pour autant l’absence d’appui d’artillerie ne signifie aucunement nullité de la liaison avec l’infanterie. Au contraire, le commandant Larcher rapporte que, le 22 août, « les observateurs d’artillerie, sentant leur contre-batterie illusoire, suppliaient les états-majors et officiers d’infanterie de leur indiquer des objectifs » 78. Si à Guise, le 47e RI est déjà hors d’état de combattre lorsque le brouillard se lève, le rédacteur du journal des marches et opérations de la 20e DI rapporte que, dans l’après-midi, l’assaut de la 39e brigade sur Colonfay est « soutenu par un groupe d’artillerie en batterie au nord de Richaumont ». Or les archives à notre disposition laissent envisager un tir efficace ce qui suppose tout de même certaines liaisons entre ces deux armes 79.

  • 80  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er, 6 et 7 mai 1915, 26 N 133/2, JMO 10e corps, 7 mai 1915.
  • 81  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915.
  • 82  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la G (...)
  • 83  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

32Non seulement Charleroi et Guise prouvent que la liaison entre ces deux armes a toujours été établie mais, depuis la Marne, les fantassins du 47e RI savent concrètement en quoi l’action dévastatrice du 75 peut favoriser leur progression. Aussi ne faut-il sans doute pas s’étonner de voir à de nombreuses reprises dans les archives des fantassins déplorer l’appui inefficace de l’artillerie. Cela est, on l’a vu, particulièrement palpable au soir du 9 mai 1915. Or, en termes de sollicitations de l’artillerie, cette attaque est doublement intéressante. Premièrement, on remarque que l’importance des conditions météorologiques ne la différencie finalement pas fondamentalement de la situation qui prévaut à l’été 1914 puisque les réglages de l’artillerie sont gênés par le mauvais temps. D’ailleurs l’intention première du général d’Urbal qui, à la tête de la Xe armée, commande cette offensive est de la déclencher le 7 mai, « à moins que les circonstances atmosphériques n’y mettent obstacle », ce qui fut le cas 80. En second lieu, on est frappé par l’ampleur des moyens qui sont mis à la disposition du 47e RI. On se rappelle en effet que le mouvement de la 19e DI doit être appuyé par l’AD 20 ainsi que par une batterie et demie prêtée par la 20e division. Mais à ce dispositif déjà respectable viennent s’ajouter une impressionnante noria d’artillerie lourde composée de six batteries de 155 longs, quatre batteries et demi de 155 courts, six batteries de 120 longs, trois batteries de 105 et, enfin, trois dernières batteries de 95 81. Certes une partie de ces pièces est réactivée à l’automne 1914 par le généralissime Joffre pour palier la grave crise des munitions qui frappe alors l’armée française. Mais il n’en demeure pas moins que la force de frappe que constituent ces calibres est, bien que lente du point de vue de la cadence de tir, d’une puissance considérable 82. On comprend dès lors que Julien Loret mentionne dans ses mémoires cette préparation d’artillerie 83 même si, curieusement, il n’évoque dans ses souvenirs que des obus de 75 alors que l’on sait l’oreille des poilus particulièrement apte à distinguer la mélodie des différents calibres.

  • 84  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 8 juin 1915.

33Incontestablement, le soutien d’artillerie dont bénéficie une unité telle que le 47e régiment d’infanterie n’a, au printemps 1915, dans le nombre et la variété de pièces sollicitées, rien à voir avec la situation des premières semaines de campagne. Pour autant, force est de constater que malgré sa puissance de feu, l’efficacité de ce soutien est à peu près comparable à ce qu’il est à Guise ou Charleroi. Il serait dès lors tentant d’en déduire une courbe d’apprentissage descendante puisque les résultats sont inversement proportionnels à l’ampleur des moyens réunis. En réalité, elle serait plutôt plane puisque ce qui relie mai 1915 et août 1914 est une conception commune des armes où l’artillerie conquiert et l’infanterie occupe, selon le bon mot attribué à Philippe Pétain, paradigme inopérant dans une guerre de siège qui accorde un avantage si prépondérant à la défense. Ceci se vérifie tout particulièrement en juin 1915 lors de l’attaque du Labyrinthe par le 47e RI. Un moment confronté à des barricades dressées par l’ennemi, les fantassins sollicitent l’aide des artilleurs qui s’exécutent, semble-t-il avec succès 84. Il n’en demeure pas moins que malgré l’excellence de la relation entre ces deux armes, son efficacité demeure toute relative, l’offensive s’apparentant à un échec tant les gains sont mineurs et les pertes immenses.

34Plus que de liaison entre l’infanterie et artillerie, c’est donc bien du rôle assigné à chacune de ces armes qu’il s’agit. De ce constat découlent deux réflexions complémentaires.

  • 85  Haynes Alex D., « Le développement de la doctrine de l’infanterie au sein du corps expéditionnaire (...)
  • 86  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande Guerre, op. cit., page 14.
  • 87  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., pp. 53-54.
  • 88  Il y eut bien le 15e bataillon d’artillerie à pied caserné à Saint-Servan mais ces unités sont réo (...)

35La première est qu’on peut, bien évidemment, s’interroger sur la nature de ce rapport qu’entretient le 47e régiment d’infanterie avec l’artillerie et se demander si ce cas particulier est représentatif ou non d’une certaine réalité au sein de l’armée française de l’époque. Bien entendu, il est assez difficile de répondre à cette question qui mériterait sans doute à elle seule une étude fouillée. De plus, le manque de monographies consacrées à d’autres régiments d’artillerie ou d’infanterie n’aide pas à alimenter l’argumentation. On remarquera néanmoins qu’il n’y a pas qu’en France que les rôles respectifs de l’infanterie et de l’artillerie sont ainsi définis. Ainsi, le corps expéditionnaire canadien paraît témoigner d’une chronologie comparable à celle du 47e RI, la doctrine d’emploi de l’infanterie d’avant-guerre n’étant abandonnée progressivement qu’à partir de la bataille de la Somme 85. Toutefois, un élément de réponse au sein de l’armée française paraît résider en la lecture des Cahiers secrets du général Fayolle, ouvrage intéressant hautement cette question en ce qu’il laisse à voir l’extrême cloisonnement qui entoure chacune de ces armes au début du conflit. Ainsi, le 3 août 1914, le futur maréchal, tout juste sorti de sa retraite à l’occasion de la mobilisation, confesse sa grande « perplexité » du fait de son « ignorance des choses de détail de l’infanterie » 86. Phrase étonnante de la part d’un homme atteint par la limite d’âge en mai 1914, officier général ayant mené pendant quarante et une années de service actif une carrière plus qu’honorable : polytechnicien, breveté d’état-major, professeur d’artillerie à l’école de Guerre… à une époque où cette glorieuse institution formant l’élite militaire française ne dispose d’aucun cours relatif à la liaison interarmes 87. Tout le démontre : Fayolle est un artilleur, et non un fantassin. Or tout laisse à penser qu’il ne constitue aucunement un cas exceptionnel au sein de l’armée française de l’époque. En d’autres termes, il est plus que probable que des hommes tels que Daniel Poncet des Nouailles ou Louis Canneva sont, au moment de leur départ de Saint-Malo, tout aussi ignorants des choses de l’artillerie que Fayolle ne confesse l’être de l’infanterie. Un bon indice en est que le 47e RI est la seule unité de la place de Saint-Malo 88… On voit donc que si, dès août 1914, le 10e corps témoigne d’une liaison entre ces deux armes, preuve d’une certaine intériorisation de la nécessité de faire communiquer le canon et la baïonnette, celle-ci ne saurait suggérer une compréhension mutuelle entre artilleurs et fantassins.

  • 89  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande Guerre, op. cit., page 58.
  • 90  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 9 mai 1915.

36Malgré cela, on a vu que c’est au moment de l’attaque du fort la Pompelle que se réalise, semble-t-il pour la première fois, une liaison infanterie-artillerie active et efficace, en l’occurrence sollicitée par les fantassins. Si on sait combien est déterminante, dans une guerre moderne, une telle relation, force est de constater que certains passages des Cahiers du général Fayolle l’éclairent d’un jour nouveau, intéressant grandement la connexion de la baïonnette et du canon. Ainsi ce 13 juin 1915 où le futur maréchal de France confie que « l’une des grosses fautes que l’on s’obstine à commettre, c’est la dualité du commandement de l’artillerie, la lourde aux ordres de l’Armée, c’est-à-dire d’un général qui est à des kilomètres du champ de bataille et ne sait rien des réalités locales » 89. Propos étonnants en ce qu’ils corroborent parfaitement ceux du rédacteur du JMO du 47e régiment d’infanterie lorsque, pendant la préparation de l’attaque du 9 mai, il déplore que si « le tir de l’artillerie de campagne paraît très précis, celui de l’artillerie lourde [semble] moins bon » 90. De ce point de vue, ce qui serait en cause serait moins la liaison infanterie / artillerie que les organigrammes définissant les autorités ayant compétence sur les batteries. Une telle idée pourrait d’ailleurs sans doute permettre d’avancer une dualité des courbes d’apprentissage, celles-ci devenant d’autant plus prononcées que leur centre de commandement est proche des lignes.

37La deuxième réflexion qu’amène cette modification du rôle assigné à l’artillerie et l’infanterie s’incarne dans l’évolution sensible de l’armement de cette dernière, preuve tangible d’une transformation de la manière de combattre.

  • 91  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 17 décembre 1914, 1er-15 avril 1914.
  • 92  Tel est en tout cas la description qu’en livre Philippe Pétain dans un exposé du 6 avril 1915 au g (...)
  • 93  Jean Garret atteste dans ses carnets de l’emploi de calibre 420 dans le secteur d’Arras. Garret Je (...)
  • 94  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 février 1915.
  • 95  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la G (...)

38Le journal des marches et opérations du 47e régiment d’infanterie est à cet égard particulièrement éloquent tant, pendant l’hiver 1914-1915, le rédacteur y fait mention d’armes qui ne sont pas évoquées en août-septembre 1914. Ce qui frappe en premier lieu est la multiplicité des calibres utilisés, le JMO évoquant successivement des canons de 37, 47 et 80, cette dernière pièce appartenant à l’artillerie de montagne 91. Ces armes ont bien sûr chacune leur fonction respective, les petits calibres étant utiles à la destruction des mitrailleuses, les plus gros permettant de détruire les blockhaus ennemis 92. Aussi, si la Première Guerre mondiale est assurément un conflit où l’artillerie constitue une arme essentielle, l’exemple de la campagne du 47e régiment d’infanterie témoigne que l’effort de mise au point de nouvelles pièces ne se concentre pas uniquement sur des calibres sans cesse plus importants 93 – on pense à la grosse Bertha notamment – mais également sur l’élaboration de canons plus petits, préludes au développement d’une véritable artillerie de tranchée. Ainsi, au début du mois de février 1915, le rédacteur évoque un « bombardement extrêmement violent du quartier de Saint-Laurent, particulièrement des maisons de la route de Douai par les gros minenwerfers allemands » 94. Précisons d’emblée que c’est la première fois que ce mot apparaît dans le journal des marches et opérations du 47e RI mais que l’emploi du terme technique exact qualifiant cette arme particulière, de surcroît en allemand, paraît témoigner de ce qu’elle est en fait une réalité déjà connue depuis un certain temps par la troupe. En effet, le minenwerfer est un mortier – c’est-à-dire une pièce d’artillerie à tube court et à tir courbe permettant d’atteindre l’ennemi au fond de ses retranchements – dont la mise au point par l’armée allemande est consécutive à la guerre russo-japonaise de 1905. Entrant en service en 1913, il ne trouve dans un premier temps pas d’adversaire à sa mesure dans l’Armée française, celle-ci n’ayant pas jugée avant-guerre utile de développer une artillerie de tranchée. Ce n’est qu’à l’automne 1914 que Paris commence à combler son retard, preuve d’une modification importante des modalités du combat sur le champ de bataille puisque, semble-t-il, c’est bien la demande qui ici crée l’offre. Or c’est dès la fin septembre 1914 que plusieurs rapports émanant de généraux à la tête d’armées sensibilisent le commandant en chef à « l’emploi par les Allemands d’engins lançant de puissantes bombes cylindriques mesurant quarante à cinquante centimètres de longueur sur quinze à vingt centimètres de diamètre et chargées d’explosif », armes frappant « le sol avec une détonation extrêmement forte [et] en produisant une excavation de huit à dix mètres de diamètre » 95.

  • 96  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 19 janvier 1915.

39Certains des matériels mis au point par les Français semblent plus ou moins improvisés. Or, comme bien souvent en tel cas, le recours au « système D » conduit à une fiabilité parfois aléatoire. Ainsi, le 19 janvier 1915, alors que la 1e /47e RI est chargée de s’emparer d’un poste d’écoute allemand, des « bandes de pétards sont posées non sans difficultés ; mais à la mise à feu on s’aperçoit que les mèches présentent sous leurs gaines des solutions de continuité et malgré plusieurs tentatives, l’explosion ne se produit pas » 96. L’opération est donc ajournée, ce qui semble témoigner d’une certaine dépendance à la technologie. Mais celle-ci ne doit pas tromper car l’innovation induite par la guerre des tranchées n’est pas que l’invention de procédés nouveaux mais aussi la réactualisation d’armes anciennes. Ainsi, dès décembre 1914, le rédacteur du journal des marches et opérations du 47e régiment d’infanterie mentionne l’usage redoutable de la grenade par les Allemands :

  • 97  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 19 décembre 1914.

« Les Allemands multiplient leurs attaques, surtout sur le front maison d’école – maison d’angle du carrefour. Ils prodiguent leurs nouvelles bombes, jettent des grenades, intensifient la fusillade, mais toutes les positions restent tenues » 97.

  • 98  SHD-DAT : 24 N 395, situation de prise d’armes, 19 janvier-27 août 1915.
  • 99  Ashworth Tony, Trench Warfare 1914-1918, op. cit., page 57.

40L’emploi de cette arme est intéressant à un double titre. Tout d’abord il permet d’attester des modifications des formes de combat au long de ces douze premiers mois de campagne, la réalité du champ de bataille de Charleroi n’ayant plus grand-chose à voir avec celle de l’Artois. à notre connaissance, nul document n’atteste de l’usage de la grenade à Charleroi par le 47e régiment d’infanterie. En revanche, les archives de la 20e DI contiennent un « tableau de prise d’armes » du 47e RI pour la première partie de l’année 1915 qui confirme l’importance prise par cette arme. On y découvre notamment qu’entre janvier et mai 1915, à effectifs constants, la dotation en grenades à main de l’unité passe du simple au double, c’est-à-dire de 492 à 1 100. Il en est de même pour les cartouches de mitrailleuses – de 60 100 à 110 800 – le 47e régiment d’infanterie recevant deux pièces supplémentaires au cours du mois de février 1915. Dans le même temps la dotation en fusils reste stable, environ trois mille. Seul le nombre de balles par Lebel évolue sensiblement, puisqu’une augmentation d’un tiers est observée entre janvier et mai 1915 98. Ces chiffres sont doublement intéressants en ce qu’ils témoignent de l’indéniable effort du complexe militaro-industriel français en vue de résoudre la grave crise des munitions qui éclate à la fin de l’été 1914, mais aussi de la modification de la nature même du combat, puisque grenades et mitrailleuses sont caractéristiques d’une guerre où la défensive et le siège sont les maîtres-mots du champ de bataille 99.

  • 100  Audoin-Rouzeau Stéphane, « L’équipement des soldats », in Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jac (...)
  • 101  Saunders Anthony, Trench warfare, op. cit., page 118.
  • 102  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire op. cit., pp. 288-289.
  • 103  Saunders Anthony, Trench warfare, loc. cit., page 116.
  • 104  Ibid., page 120.
  • 105  Loez André, « L’œil du chasseur. Violence de guerre et sensibilité en 1914-1918 », Les cahiers du (...)

41Mais, plus encore, l’emploi de la grenade éclaire l’adaptation du 47e régiment d’infanterie à cette nouvelle forme de guerre. On sait en effet combien l’usage de cette arme est dangereux 100. Pour mémoire, le corps expéditionnaire britannique déplore au cours d’exercices d’instruction au lancer de grenades environ dix accidents par mois pendant l’année 1916 101. Cette réalité n’est d’ailleurs pas une découverte puisque, dès 1914, le Manuel d’instruction militaire spécifie que « la faible portée du projectile impose l’obligation de se mettre à l’abri des éclats projetés en arrière ; une palissade, une porte même, constituent à cet égard un obstacle suffisant ; mais on doit proscrire l’emploi de la grenade lorsque les deux adversaires sont à découvert » 102. Cette arme est d’autant plus dangereuse que de nombreux modèles aux caractéristiques bien spécifiques existent, et que les poilus n’en connaissent pas nécessairement toutes les particularités d’usage. Certaines grenades sont d’ailleurs tellement mal conçues que les Tommies qualifient ceux qui les emploient de candidats au Suicide Club 103. Or si le maniement de cette arme est délicat, c’est sans doute que celle-ci exige des compétences particulières. Anthony Saunders indique notamment que les qualités nécessaires à un bon grenadier sont, outre des aptitudes physiques évidentes (force, endurance, souplesse, adresse…), un certain sang-froid 104. Autant d’éléments qui tendraient à confondre le recrutement du grenadier à celui du sportif de haut-niveau. Il est ainsi connu que le commandement britannique considère assez rapidement les athlètes des public-schools comme les meilleurs candidats au poste de grenadier. Ce point a été mis à plusieurs reprises en exergue par l’historiographie anglo-saxonne, mettant en lumière par la même occasion une certaine continuité des pratiques du temps de paix et de guerre. Or comme le remarque d’ailleurs très justement André Loez, celle-ci constitue « une des pistes les plus éclairantes pour comprendre la facilité avec laquelle des millions d’Européens ont pu se transformer en combattants et tuer leurs vis-à-vis » 105.

  • 106  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12 mai 1915.
  • 107  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 4 juin 1915.
  • 108  SHD-DAT : 24 N 395, situation de prise d’armes, 19 janvier-27 août 1915.
  • 109  Ashworth Tony, Trench Warfare 1914-1918, op. cit., pp. 56-68.
  • 110  Horne John (dir.), Vers la guerre totale, le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010, page  (...)
  • 111  SHD-DAT : 24 N 395, situation de prise d’armes, 19 janvier-27 août 1915. Il s’agit de la compagnie (...)
  • 112  SHD-DAT : 26 N 636/6 JMO 47e RI, 3 décembre 1914.

42Mais ce qui vaut pour le corps expéditionnaire britannique vaut également pour l’armée française, et plus particulièrement pour le 47e régiment d’infanterie, puisque le rédacteur du journal des marches et opérations de cette unité atteste d’une section de grenadiers au printemps 1915 106 qui n’existe pas au moment de la mobilisation générale. Celle-ci est d’ailleurs complétée au début du mois de juin 1915 par une école de grenadiers créée à l’échelle de la 20e division d’infanterie, institution localisée au sein des cantonnements de repos 107. Si malheureusement les archives sont muettes sur les conditions précises de la création de cette section et sur les critères qui président au recrutement des fantassins qui la constituent, son existence révèle néanmoins une réponse de l’unité aux nouvelles conditions de combat qu’impose la guerre de tranchées. Certes, on observera que celle-ci se situe à un niveau organisationnel et qu’on ne peut dire si elle résulte d’une décision du régiment, de la division, du corps d’armée… voire même d’une circulaire du Grande Quartier Général. La courbe d’apprentissage du 47e RI qui en découle est donc d’autant plus mesurée que ces sections de grenadiers ne concernent finalement qu’un nombre assez restreint de soldats. Les chiffres dont on dispose font état d’une section de 108 grenadiers le 20 janvier 1915, ce qui rapporté à la troupe du 47e régiment d’infanterie dans son ensemble, ne représente que 3,34% de l’effectif global. De plus, ce même tableau laisse entendre que la réalité sur le terrain est encore moindre puisque cette section opère alternativement par moitiés, commandées chacune par un sous-lieutenant, l’une en ligne, l’autre en cantonnement de repos, portant l’effectif de grenadiers dans les tranchées à 54 108. Pourtant, la création de cette section est d’importance puisque, rétrospectivement, elle apparaît comme le point de départ du mouvement de spécialisation des fantassins et d’insertion de l’infanterie dans un combat interarmes – qui ne se limite pas à la seule artillerie – pendant la Première Guerre mondiale. Pour Tony Ashworth, cette évolution naît dès les tous premiers moments de la guerre de positions et se déroule en deux phases, la première s’achevant en février 1916 et la seconde avec la fin de la guerre de positions 109. Datant des années 1980, cette analyse n’en est pas moins doublement actuelle. En effet, elle permet d’une part d’accréditer l’hypothèse d’un « long 1915 » avancée par John Horne 110. D’autre part, bien que centrée essentiellement sur le corps expéditionnaire britannique, elle permet de voir en quoi une telle chronologie est au moins pour partie applicable à l’armée française. L’exemple du 47e RI est à cet égard particulièrement éloquent puisqu’à partir de février 1915, ces grenadiers sont mis à disposition d’une compagnie du génie 111, preuve de l’inexorable mouvement qui conduit le fantassin à abandonner la baïonnette pour la pelle et les armes de siège, mais également des liens sans cesse plus intimes unissant l’infanterie et le génie. D’ailleurs, dès décembre 1914, le 47e régiment d’infanterie est doté d’une section de pionniers de cinquante hommes, encadrée par deux sergents et quatre caporaux 112.

  • 113  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 242.
  • 114  Prost Antoine, « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerre (...)
  • 115  Saunders Anthony, Trench warfare, op. cit., page 101.

43Au final, on se rend compte que, dès le lendemain de son baptême du feu, le 47e régiment d’infanterie sait tirer profit de son expérience de combat. Il en résulte une courbe d’apprentissage, autrement appelée auto-instruction par Michel Goya 113, qui amène cette unité à se repérer de mieux en mieux sur le champ de bataille puis, dans un mouvement tout à fait simultané, à rapidement s’adapter à la réalité du feu. Pour autant, l’exemple du 47e régiment d’infanterie tendrait à prouver que cette courbe ascendante d’apprentissage reste circonscrite aux échelons opérationnels de l’armée française, les strates stratégiques étant, elles, plus réfractaires à cette assimilation des nouvelles données de la guerre. Raisonnant plus sur papier qu’en fonction des données du champ de bataille, les états-majors paraissent avoir plus de difficultés à s’adapter aux réalités de la guerre moderne. Les fonctions accordées au canon et à la baïonnette en sont un bel exemple puisque la doctrine d’emploi de ces deux armes paraît non seulement inadaptée à la réalité d’une guerre de siège telle que celles des tranchées mais, pour beaucoup, relever d’une stratégie basée sur la manœuvre, sur le mouvement. On voit donc qu’il s’agit d’une pensée obsolète, périmée, plus influencée par des conceptions de temps de paix que par la réalité du conflit en cours. Car avec la guerre de positions naît une nouvelle équation tactique résultant de cette guerre de siège que ni l’artillerie, ni l’infanterie ne sait résoudre, comme en atteste parfaitement l’histoire du 47e RI entre novembre 1914 et juillet 1915. Or, on connaît la propension révélée par Antoine Prost des acteurs de la Première Guerre mondiale à interpréter ce conflit en fonction de représentations mentales d’avant-guerre. Dans un travail d’état-major, nécessairement plus intellectuel, on réalise quelles peuvent être les conséquences de la persistance de ces représentations d’avant-guerre « dont ils connaissent l’inadéquation, et dont, pourtant, ils ne réussissent pas à se défaire totalement » 114. Le problème est que la réponse à cette nouvelle équation tactique, qui aurait sans doute été apportée au bout de quelques années en temps de paix, doit être trouvée de manière beaucoup plus urgente pendant la campagne 115.

  • 116  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 81.
  • 117  SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 1er janvier 1915.

44Les récriminations de l’infanterie vis-à-vis de l’artillerie, et vice versa, ne doivent pas tromper. Ce qui pourrait s’apparenter de prime abord à un défaut de liaison entre ces deux armes relève en réalité d’une redéfinition de la doctrine d’emploi tactique de ces deux composantes de l’armée française. La preuve en est qu’au cours des dix premiers mois de campagne, le 47e régiment d’infanterie n’est jamais aussi proche de son artillerie que dans les tranchées d’Artois puisqu’il se trouve au milieu d’un vaste et diversifié réseau de télécommunications. Quel contraste avec Charleroi où le général Boë commandant la 20e division ne parvient à garder le contact avec les unités placées sous ses ordres que grâce au poste téléphonique… d’un « estaminet » 116. Pour ne citer qu’un exemple révélateur de cette emprise sans cesse plus importante de la communication, le 1er janvier 1915, la 40e brigade reçoit deux transcripteurs permettant de décrypter les signaux optiques de l’ennemi 117.

  • 118  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande Guerre, op. cit., page 58.

45Bien que déployé très rapidement, ce qui tendrait à souligner la faculté d’adaptation des troupes, ce réseau n’est pas pour autant parfaitement adapté à ces conditions de guerre. Le 1er juin 1915, le général Fayolle confesse dans ses cahiers disposer dans son seul secteur de plus de cent kilomètres de réseau téléphonique 118. Pour autant, ceux-ci ne servent qu’imparfaitement la liaison infanterie / artillerie. En effet, officier au 268e régiment d’infanterie, Maurice Laurentin – le père de la journaliste Ménie Grégoire – rappelle dans son carnet qu’en janvier 1916 artillerie et infanterie disposent de téléphones différents et surtout incompatibles :

  • 119  Laurentin Maurice, 1914-1918, Carnets d’un fantassin, Paris, Arthaud, 1965, page 151.

« Alors, comment communiquer ? Il faudrait donner aux fantassins quelques appareils d’artillerie et aux artilleurs des appareils d’infanterie. Cette demande paraît simple ; artilleurs et fantassins la répètent depuis dix-sept mois… Mais : "Cela n’est pas réglementaire" ! » 119

  • 120  Saunders Anthony, Trench warfare, op. cit., page 100.

46Dramatique, cette anecdote n’en est pas moins révélatrice des facultés d’évolution plus ou moins grandes de l’armée française suivant que l’on envisage une particule aussi élémentaire que le 47e régiment d’infanterie où un cadre beaucoup plus vaste, renvoyant à la structure dans son ensemble. Tel est bien le cas de l’infanterie et de l’artillerie, dont la relation doit être ici envisagée moins sous l’angle d’une liaison que sous celui de la redéfinition de la doctrine d’emploi de ces deux armes. De ce point de vue, l’entrée en guerre du 47e RI est un très long processus puisqu’en 1915, il est encore en grande partie une troupe aux effectifs standardisés, interchangeables. Une situation encore bien éloignée de celle de novembre 1918 où le fantassin est avant tout un soldat spécialisé 120.

Notes

1  Goya Michel, La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, op. cit., pp. 58-66 et 60 pour la citation.

2  SHD-DAT : 26 N 689/17, JMO 136e RI, 21/22 août 1914.

3  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », op. cit., janvier-mars 1931, page 226.

4  Ibid., page 228.

5  Ibid., pp. 229-230 ; SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI. 22 août 1914.

6  Ibid., page 224 ; Falisolle : les dernières barricades [http://lasambreaout1914.blogs.lalibre.be].

7  SHD-DAT : 26 N 133/1 : JMO 10e Corps d’Armée. 21 août 1914.

8  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 81.

9  Grasset (Commandant), « Une bataille de rencontre (Ethe, 22 août 1914) », Revue militaire française, tome IX, juillet-septembre 1923, page 254.

10  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 28 août 1914.

11  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit.

12  Villatoux Marie-Claire, « Le renseignement photographique dans la manœuvre. L’exemple de la Grande Guerre », Revue historique des armées, n°261, 2010, paragraphe 9.

13  Archives de l’état à Namur : Fonds Schmitz, chemise 17 ; Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux » ; Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., page 9.

14  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 4 juin 1915.

15  SHD-DAT : 26 N 57/2, JMO Direction de l’aviation de la Xe armée, 1er mai-4 juin 1915.

16  Villatoux Marie-Claire, « Le renseignement photographique dans la manœuvre », op. cit., paragraphe 10.

17  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, Nancy, Paris, Strasbourg, Berger-Levrault, 1929, page 28.

18  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1924, tome 1er, 4e volume, op. cit., page 191.

19  SHD-DAT: 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 2 octobre 1914.

20  SHD-DAT : 26 N 636/6. JMO 47e RI. 13 septembre 1914.

21  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915, 26 N 300/1, JMO 19e DI, 9 mai 1915.

22  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

23  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5-8 mai 1915.

24  SHD-DAT : 26 N 636/6. JMO 47e RI. 22 août 1914.

25  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 octobre 1914.

26  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 octobre 1914 et 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 3 octobre 1914.

27  SHD-DAT : 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 6 septembre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6-7 septembre 1914.

28  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 397.

29  Que l’on nous permette de profiter de l’occasion pour renouveler ici tous nos remerciements à Daniel Tilmant. Qu’il soit assuré de notre profonde reconnaissance.

30  Arch. Dép. Morbihan : 1 J 175, Journal de guerre 1914-1918 de Léonce Morice, soldat au 33e RI, 1e Cie, Années 1916-1917 ronéotypé, sd, page 8

31  « La conquête du Labyrinthe, 30 mai-19 juin », Le Temps, n°19 710, 24 juin 1915, page 1.

32  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e Brigade, 13 juin 1915.

33  SHD-DAT : 22 N 627, Interrogatoire de Johann Weitz et Paul Hoflich, 27 mars 1916.

34  Wieviorka Annette, « L’expression "camp de concentration" au XXe siècle », Vingtième siècle, Revue d’histoire, n°54, avril-juin 1997, pp. 4-12.

35  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie. Brancardiers, Louis Leseux et Marcel Brégé sont plus éloignés du champ de bataille proprement dit. Leur témoignage ne semble donc pas devoir être étudié dans ce cadre.

36  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 722 et suivantes.

37  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., pp. 20-23 ; Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., pp. 7-9.

38  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 113.

39  Ibid., page 34.

40  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 14.

41  « Trench warfare is usually described as military operations between two entrenched armies. It is a form of stalemate in which neither side can breach or outflank the defenses of the other so that breakthrough cannot be achieved, irrespective of the size or type of operation carried out to achieve that aim. In other word, it is mutual siege », cité in Saunders Anthony, Trench warfare, 1850-1950, Barnsley, Pen & Sword, 2010, page 8.

42  Koeltz Louis, La guerre de 1914-1918, les opérations militaires, Paris, éditions Sirey, 1966, page 201.

43  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22-24 décembre 1914.

44  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

45  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 septembre 1914.

46  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 octobre 1914.

47  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9-17 octobre 1914.

48  SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 28 février 1915.

49  SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 9 mai 1915.

50  Pedroncini Guy, Pétain, Le soldat, 1914-1940, Paris, Perrin, 1998, page 64.

51  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit. ; SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 9 mai 1915.

52  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

53  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

54  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 7 mai 1915.

55  Stachelbeck Christian, « Autrefois à la guerre tout était simple. La modernisation du combat interarmes à partir de l’exemple d’une division d’infanterie allemande sur le front de l’Ouest entre 1916 et 1918 », Revue historique des armées, n°256, 2009, paragraphe 4.

56  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 mai 1915.

57  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 9 mai 1915. Il est étonnant de voir combien cette remarque paraît conforter l’analyse de Pétain mentionnée plus haut.

58  SHD-DAT : 26 N 507/1, JMO 38e brigade, 9 mai 1915.

59  SHD-DAT : 26 N 394/1, JMO 70e division, 1er-10 mars 1915.

60  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande guerre, Paris, Plon, 1964, pp. 90-91.

61  Becker Jean-Jacques, « Réflexions sur la guerre en 1915 sur le front occidental (D’après les notes des généraux Fayolle et Haig) », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°219, 2005-3, pp. 8-9.

62  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe Armée, 9 mai 1915.

63  SHD-DAT : 26 N 13/3, JMO GAN, 9 mai 1915.

64  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 9 mai 1915.

65  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août 1915 », Bulletins périodiques de la Société d’études historiques et économiques. Le pays de Granville, janvier 1930, n°9, p. 192. Ce témoignage est attesté par Charles Menu et Edmond Valarché dans leurs ouvrages respectifs.

66  SHD/DAT, 26 N 301/1, JMO 20e DI, 13 septembre 1914 et SHD/DAT, 26 N 636/6, JMO 47e RI, 13-15 septembre 1914.

67  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., pp. 184-185.

68  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 mai 1915.

69  Beau Georges, Gaubusseau Léopold, Août 14 : Lanrezac a-t-il sauvé la France ?, op. cit., page 111.

70  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

71  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 86.

72  SHD-DAT : 24 N 397, ordre général n°12.

73  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit., page 90.

74  SHD-DAT : 26 N 507/4. JMO 40e brigade.

75  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 88.

76  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », Revue militaire française, février 1935, page 168 ; SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

77  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 29 août 1914.

78  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit.

79  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 29 août 1914 et 26 N 507/2, JMO 39e brigade, 29 août 1914.

80  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er, 6 et 7 mai 1915, 26 N 133/2, JMO 10e corps, 7 mai 1915.

81  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915.

82  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1924, tome 1er, 4e volume, op. cit., page 395.

83  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

84  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 8 juin 1915.

85  Haynes Alex D., « Le développement de la doctrine de l’infanterie au sein du corps expéditionnaire canadien : 1914-1918 », Revue militaire canadienne, Vol. 8, n°3, automne 2007, page 67.

86  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande Guerre, op. cit., page 14.

87  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., pp. 53-54.

88  Il y eut bien le 15e bataillon d’artillerie à pied caserné à Saint-Servan mais ces unités sont réorganisées en régiments en 1910. à cette occasion, le 15e BAP quitte Saint-Malo.

89  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande Guerre, op. cit., page 58.

90  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 9 mai 1915.

91  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 17 décembre 1914, 1er-15 avril 1914.

92  Tel est en tout cas la description qu’en livre Philippe Pétain dans un exposé du 6 avril 1915 au général de Maud’huy. Voir Pedroncini Guy, Pétain, Le soldat, op. cit., page 64.

93  Jean Garret atteste dans ses carnets de l’emploi de calibre 420 dans le secteur d’Arras. Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août 1915 », Bulletins périodiques de la Société d’études historiques et économiques. Le pays de Granville, avril 1930, n°10, pp. 100-101.

94  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 février 1915.

95  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1931, tome 2e, 1er volume, La stabilisation du front, les attaques locales, 14 novembre 1914-1er mai 1915, page 39.

96  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 19 janvier 1915.

97  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 19 décembre 1914.

98  SHD-DAT : 24 N 395, situation de prise d’armes, 19 janvier-27 août 1915.

99  Ashworth Tony, Trench Warfare 1914-1918, op. cit., page 57.

100  Audoin-Rouzeau Stéphane, « L’équipement des soldats », in Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jacques (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, op. cit., page 283 évoque une arme d’un « maniement délicat ».

101  Saunders Anthony, Trench warfare, op. cit., page 118.

102  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire op. cit., pp. 288-289.

103  Saunders Anthony, Trench warfare, loc. cit., page 116.

104  Ibid., page 120.

105  Loez André, « L’œil du chasseur. Violence de guerre et sensibilité en 1914-1918 », Les cahiers du centre de recherches historiques, n°31, 2003, paragraphe 17.

106  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12 mai 1915.

107  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 4 juin 1915.

108  SHD-DAT : 24 N 395, situation de prise d’armes, 19 janvier-27 août 1915.

109  Ashworth Tony, Trench Warfare 1914-1918, op. cit., pp. 56-68.

110  Horne John (dir.), Vers la guerre totale, le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010, page 79.

111  SHD-DAT : 24 N 395, situation de prise d’armes, 19 janvier-27 août 1915. Il s’agit de la compagnie 10/2 du Génie.

112  SHD-DAT : 26 N 636/6 JMO 47e RI, 3 décembre 1914.

113  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 242.

114  Prost Antoine, « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerres », Vingtième siècle, Revue d’histoire, n°41, janvier-mars 1994, pp. 25-26.

115  Saunders Anthony, Trench warfare, op. cit., page 101.

116  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 81.

117  SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 1er janvier 1915.

118  Fayolle Marie-Émile, Cahiers secrets de la Grande Guerre, op. cit., page 58.

119  Laurentin Maurice, 1914-1918, Carnets d’un fantassin, Paris, Arthaud, 1965, page 151.

120  Saunders Anthony, Trench warfare, op. cit., page 100.

Table des illustrations

Titre Figure 23 : Plan probable des positions françaises lors des combats des Bruyères – Lotria – Aulnais ou de la Belle-Motte le 22 août 1914 d’après l’abbé Jules Gillain.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search