Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Nouvelles perspectives sur une entrée en guerre

VIII - Une épreuve physique

Texte intégral

  • 1  Bach André, « La mort en 1914-1918 », Revue historique des armées, n°259, 2010, pp. 23-32.

1Il est évident que pour une unité telle que le 47e régiment d’infanterie, l’entrée en guerre est avant tout la confrontation de la troupe aux réalités du conflit, celles-ci apparaissant comme radicalement différentes des anticipations formulées depuis le début du siècle. Bien entendu, par le simple fait que, désormais, les armes sont chargées à balles réelles et qu’elles tuent, le combat n’a rien à voir avec ce que prétendent préfigurer les manœuvres d’antan. En cela, André Bach a parfaitement raison de rappeler que la Première Guerre mondiale est avant tout le moment de la découverte de la mort industrielle de masse, sur une longue période et ce, dès les premières batailles 1. L’exemple du 47e RI ne paraît nullement devoir déroger à ce propos, au contraire.

  • 2  Marty Cédric, « Un point de fuite dans le réel ? Les représentations de combats dans les journaux (...)

2Mais au-delà de ces évidences et du sujet d’étude à part entière que constitue le combat, il n’en demeure pas moins que l’entrée en guerre est une épouvantable mise à l’épreuve physique pour les combattants. On le sait, la question de la violence, tout particulièrement, a engendré en France au cours des deux dernières décennies une abondante bibliographie. Pour autant, il reste qu’entre 1914 et 1918 la représentation de la guerre dans les journaux illustrés constitue une sorte de « point de fuite » 2, semblant souligner une certaine impossibilité des contemporains demeurés à l’arrière à se départir de leurs schémas mentaux d’avant-guerre. Or la guerre, et tout particulièrement celle-ci, n’est pas uniquement faite de combats. Et c’est précisément dans ces moments exempts de feu que résident trois épreuves physiques – à cet égard il ne semble pas incongru de parler de violence – qui sont autant d’amères découvertes pour le 47e RI : la violence des marches, la violence de l’équipement complètement inadapté à ces dernières ainsi que, last but not least, la violence du rythme même du confit.

8.1. Les longues marches

3En 1914, le 47e régiment d’infanterie, comme à peu près tous les éléments de l’armée française de l’époque, se déplace essentiellement à pied. Bien entendu, tel n’est plus tout à fait le cas au moment de l’armistice mais en août 1914 c’est bien cette réalité qui prédomine. Le fantassin est alors sans doute plus proche du grognard napoléonien que du poilu écrasé par une guerre de matériel.

  • 3  SHD-DAT : 24 N 394, dossier 2 et en particulier pour l’exemple présent l’ordre général d’opération (...)

4Les archives du 1er bureau de la 20e division d’infanterie sont à ce titre précieuses en ce qu’elles témoignent de la très faible motorisation du 10e corps d’armée. Ainsi, l’ordre général d’opération pour la journée du 17 août 1914 ne prévoit de ravitaillement en essence que pour deux éléments du 10e corps, une section automobile de ravitaillement en viande fraîche et quelques éléments directement rattachés au général Defforges, tel que le service du « Trésor et Postes » 3. à cette époque, ce sont encore les convois hippomobiles qui assurent l’essentiel du transport. Le soldat du 47e RI est donc un homme à pied. Or la période de longues marches qui débute à Vouziers ne s’achève, mais on devrait plutôt écrire ne s’interrompt, que dans la province de Namur, le 20 août, quelques heures seulement avant l’épreuve initiatique qu’est le baptême du feu. Ces marches sont doublement longues, du fait des distances parcourues bien sûr, mais aussi et peut-être même surtout, des conditions dans lesquelles elles s’effectuent.

  • 4  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 8-20 août 1914. En ce qui concerne les distances kilométriques, (...)

5Ces déplacements frappent à la fois par leur durée et leur caractère répétitif. à titre d’exemple, le III/47e RI parcourt douze kilomètres le samedi 8 août, cinq le lendemain, puis trente et un le lundi 10 août et douze le mardi 11. Après trois jours de cantonnements à Villers-Cernay (Ardennes), le bataillon repart de nouveau, avalant vingt-et-un kilomètres le samedi 15 août, puis vingt-sept le lendemain, de nouveau vingt et un kilomètres le 17 août, la journée la plus éreintante étant probablement celle du 19 août 1914, les hommes accusant trente-sept kilomètres au compteur 4.

  • 5  SHD-DAT : 26 N 133/1, JMO 10e CA, 9 août 1914.
  • 6  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 août 1914.
  • 7  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 16-19 août 1914.

6De surcroît, rappelons qu’un régiment d’infanterie ne se déplace pas de manière autonome. Ces marches « de concentration » doivent être comprises dans le cadre de mouvements décidés au niveau du corps d’armée. à aucun moment, le 47e RI ne se déplace « à sa guise », de sa propre initiative. élément d’un tout, il n’agit que dans le cadre de mouvements plus globaux, à l’échelle de la 40e brigade ou de la 20e division, eux-mêmes intégrés dans celui plus large encore du 10e corps d’armée et de la Ve armée. Ces ordres émanant d’échelons supérieurs restent d’ailleurs la plupart du temps complètement ignorés de la troupe, voire même du niveau régimentaire dans son ensemble, c’est-à-dire officiers compris. Or ces instructions ne sont pas sans conséquences sur le quotidien des hommes. Le 9 août 1914, le JMO du 10e corps se fait l’écho d’un ordre demandant à ce qu’un « bataillon de la 40e brigade, destiné à servir [le lendemain] de soutien à la cavalerie (13e Hussards) qui doit opérer au Nord de Sedan, [soit] dirigé sur Cheveuges (six kilomètres au Sud-ouest de Sedan) pour y cantonner » 5. Cette décision se traduit par un supplément de vingt-quatre kilomètres pour le I/47e RI 6. Dans ces marches le régiment, s’il est une particule élémentaire, n’est jamais un électron libre. Ainsi, du 16 au 19 août 1914, le rédacteur du journal des marches et opérations du 47e RI précise que le régiment se déplace « en queue de la colonne formée par la 20e division », ce des environs de Sedan aux abords de la Sambre 7.

Figure 22 : Cadence des marches du 47e RI entre le 8 et le 20 août 1914.

Figure 22 : Cadence des marches du 47e RI entre le 8 et le 20 août 1914.
  • 8  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit. Louis Leseux se trompe dans la date d (...)
  • 9  Les bulletins météorologiques de l’époque confirment les témoignages recueillis. Ainsi, Le Temps, (...)
  • 10  Tel est le terme employé dans son carnet de route par Marcel Brégé, de la CHR du 47e RI. Prigent J (...)
  • 11  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 5.
  • 12  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 89. (...)
  • 13  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 19 août 1914.
  • 14  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé  (...)

7Ces marches sont d’autant plus rudes qu’elles s’effectuent dans des conditions climatiques particulièrement éprouvantes, de jour comme de nuit. Lorsqu’il se remémore la journée du 19 août 1914, Louis Leseux, brancardier de la compagnie hors-rang du 47e régiment d’infanterie, évoque dans ses carnets une « journée accablante de chaleur », où les hommes « meurent de faim et de soif » car ils n’ont pas été ravitaillés la veille 8. Il est hors de doute que ces chaleurs très importantes ne sont pas qu’une simple vue de l’esprit de fantassins exténués 9 et que les hommes du 47e RI doivent supporter des températures très élevées, pour ne pas dire « excessives » 10, voire « intolérables » 11. D’ailleurs, dans ses souvenirs de campagne publiés en 1920, Charles Lanrezac, le général commandant la Ve armée, évoque une « chaleur tropicale », terme d’autant plus savoureux lorsque l’on sait qu’il surgit sous la plume d’un natif de Pointe-à-Pitre 12. Beaucoup plus sobre, le journal des marches et opérations du 47e régiment d’infanterie note laconiquement que « l’étape très longue [est] faite avec entrain par des hommes n’ayant pas eu le temps de manger avant le départ » 13. Mais le témoignage qui paraît le plus instructif quant aux conditions météorologiques dans lesquelles s’effectuent ces longues marches est probablement celui de Marcel Brégé, lui aussi brancardier à la compagnie hors-rang du 47e régiment d’infanterie. Outre la chaleur, il évoque à plusieurs reprises de très fortes précipitations, notamment le 16 août où les hommes, trempés, effectuent la majeure partie de la marche sous une pluie battante 14. Dès lors, on imagine sans peine les conséquences de ces pluies diluviennes sur les routes des forêts ardennaises, probablement rapidement transformées en bourbier par le passage de milliers d’hommes, sans même évoquer les convois hippomobiles. De ce point de vue, l’entrée en guerre est un contraste aussi cruel que douloureux avec les anticipations du temps de paix illustrées par les manœuvres, les marches étant alors infiniment moins pénibles.

  • 15  « Pour tout le monde tant que ton service militaire n’est pas accompli, tu es un jeune homme, pres (...)
  • 16  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siè (...)

8Néanmoins, malgré le calvaire indéniable qu’elles constituent, les longues marches de l’été 1914 conservent un caractère inédit pour beaucoup. On sait en effet que l’une des fonctions du service militaire est de transformer de jeunes garçons en hommes, en les extrayant de leurs cocons familiaux pour les amener à la caserne 15. Le voyage en train pour gagner la ville de garnison, la découverte de la vie en communauté et, beaucoup plus prosaïquement, de nouveaux lieux, posent alors la conscription en un véritable rite de passage vers l’âge adulte 16. Mais, d’une certaine manière, en élargissant encore plus leur horizon, ces longues marches d’août 1914 constituent pour beaucoup de mobilisés un voyage initiatique éminemment marquant. En effet, pour l’immense majorité d’entre eux, c’est à cette occasion qu’ils franchissent pour la première fois une frontière, élément qui figure dans moult témoignages. Aussi les deux brancardiers du 47e régiment d’infanterie dont les carnets nous sont connus ne manquent pas de noter cet important moment de leur existence. Pour Louis Leseux, ce passage est visiblement une expérience attendue depuis quelques moments déjà :

  • 17  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

« Enfin, à quatre heures moins quelque chose, nous franchissons la frontière, très impressionnés à la vue des couleurs belges, les nouveaux douaniers, les noms des stations en beige et surtout le poteau frontière » 17.

  • 18  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé  (...)

9Moins expansif, Marcel Brégé est plus mesuré que Louis Leseux. Mais lui aussi consigne ce moment important dans son carnet, notant l’heure exacte du passage de la frontière, comme pour mieux marquer la solennité de ce véritable rite de passage 18. Si ce moment est si important dans la vie des combattants du 47e régiment d’infanterie, c’est probablement parce que non seulement il marque un éloignement supplémentaire d’avec le foyer mais aussi parce qu’il participe d’un trajet que chacun sait loin d’être exempt de dangers. Ainsi, alors que les hasards du parcours emprunté par le 47e RI amènent Louis Leseux à longer pendant quelques temps la frontière le lendemain de son passage, celui-ci écrit :

  • 19  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », loc. cit.

« On revient vers la frontière que nous longeons quelque temps, puis l’on continue notre marche en nous enfonçant définitivement en Belgique. Les dernières maisons françaises disparaissent petit à petit, puis tout d’un coup plus rien : "Salut, France, je ne te reverrai peut-être plus !" » 19

  • 20  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

10Mais s’il y a bien un point qui distingue assurément les longues marches d’août 1914 de tous les autres trajets que les poilus peuvent effectuer à pied au cours de la Première Guerre mondiale, c’est bien l’environnement dans lequel les troupes évoluent. En effet, l’une des conséquences de la guerre de position est le cloisonnement plus ou moins étanche entre la zone des armées et l’arrière. Mais en août 1914, c’est au milieu des populations civiles que les soldats marchent. Ce sont d’ailleurs bien souvent ces civils qui, une fois la période de concentration des troupes passées, pallient les lacunes du ravitaillement en offrant bière, vin, cidre et parfois même victuailles aux colonnes marchant à la rencontre de l’ennemi. Les mémoires de Julien Loret sont à cet égard instructives puisque rédigées dans les années 1960, il écrit se souvenir avoir été accueilli « comme des libérateurs » en Belgique, terme qui ici ne semble pas devoir être déconnecté du souvenir de la Seconde Guerre mondiale 20. Mais la liesse ne dure pas et c’est bientôt au milieu d’un flot de réfugiés fuyant l’avance ennemie – préfiguration de juin 1940 – qu’évoluent les troupes, comme groggys par le choc du baptême du feu. Le comportement des populations civiles change alors du tout au tout car, garce, l’estime n’a d’yeux que pour les armées victorieuses. C’est ce que détaille parfaitement Jean Garret, affecté au 2e RI de Granville, régiment frère du 47 au sein de la 40e brigade, peu après Charleroi :

  • 21  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août (...)

« Des jeunes filles d’Hirson, la physionomie impertinente, nous firent sentir notre situation si peu brillante. Comme un de mes hommes leur envoyait un bonjour cavalier, l’une d’elles répondit : "Allez donc les vaincus !" sur un ton d’un tel mépris que tous les yeux se portèrent au sol sous une remarque peut-être juste, mais qui n’eût pas dû sortir de la bouche d’une compatriote » 21.

  • 22  Barthas Louis, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Paris, La Découverte, (...)
  • 23  Goya Michel, La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, op. cit., page 280, (...)

11Retour au point de départ mais passage en disgrâce pour les combattants du 47e régiment d’infanterie qui, en 1914, se déplacent avant tout à pied, quelles que soient les distances à parcourir. D’ailleurs, pour Louis Barthas, « un fantassin est fait pour marcher comme l’oiseau pour voler et le poisson pour nager » 22. En effet, si au cours du conflit, les armées se mécanisent de plus en plus 23, il n’en demeure pas moins que pendant toute la guerre les soldats doivent marcher dans des conditions que les prévisions les plus pessimistes de la Belle Époque n’avaient même pas effleurées. Pour le 47e régiment d’infanterie, l’idée d’entrée en guerre est donc en 1914 indissociable de celle de dizaines de kilomètres effectués à pied par un temps particulièrement éprouvant.

8.2. Un matériel inadapté

  • 24  « Le pantalon garance des combattants français à l’entrée en guerre a acquis valeur de symbole de (...)
  • 25  Keegan John, La première guerre mondiale, Paris, Perrin, 2003, page 100.
  • 26  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6 279, 9 janvier 1917, pag (...)
  • 27  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siè (...)
  • 28  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6 279, 9 janvier 1917, pag (...)
  • 29  Contamine Henry, 9 septembre 1914, la Victoire de la Marne, op. cit., page 66.

12Non contents de devoir marcher longtemps par des températures élevées et des averses incessantes, les hommes de troupe portent un uniforme dont le moins qu’on puisse dire est qu’il ne semble pas conçu pour faciliter de telles manœuvres. Chacun sait en effet qu’en août 1914, le fantassin français revêt théoriquement le célèbre pantalon rouge garance modèle 1867. Mais, en plus de ce vêtement, qui dans la mémoire collective semble aujourd’hui symboliser à lui seul l’impréparation d’une armée française 24 qui part en guerre « dans la même tenue que celle portée en 1870 et pour ainsi dire quasiment la même que sous Napoléon » 25, les hommes sont munis d’une capote modèle 1877 de couleur gris de fer bleuté et chaussent des brodequins en cuir avec semelles cloutées, que l’on imagine sans peine inadaptées à de telles marches, sans même évoquer la boue apportée par les averses. De même en ce qui concerne la cravate, que la sueur rend vite intolérable 26. Ceci, enfin, sans oublier le havresac de toile cirée que doit porter tout soldat : renforcé par un cadre en bois sur lequel vient s’arrimer tout un ensemble d’équipements, son poids oscille entre vingt-cinq et trente kilogrammes, sauf par temps de pluie où, imbibé d’eau, il pèse encore plus sur les reins, situation que les hommes du 47e régiment d’infanterie ont dû, on l’a vu plus haut, affronter à plusieurs reprises. Mais, si ce fardeau n’a rien d’exceptionnel pour l’époque, notamment pour les paysans qui sont habitués au poids de charges encore plus lourdes, notons que la manière dont doit être réglementairement constitué le paquetage répartit mal les masses sur le dos 27, rendant en conséquence d’autant plus éprouvantes ces marches atroces de l’été 1914. Il en va de même en ce qui concerne les courroies des bidons et des musettes qui, dès les premiers kilomètres avalés, « scient les épaules » 28. Pour leur part, s’ils n’ont pas « le barda du biffin » à porter, les officiers ne disposent pas, eux non plus, de l’équipement le plus adapté à ces marches puisque beaucoup ont préféré revêtir une tunique noire à l’occasion de leur baptême du feu, au lieu de l’informe vareuse et de la capote réglementaire dont l’intendance les a gratifiés 29. On se doute que ce choix esthétique, par ailleurs significatif sur le plan psychologique compte-tenu de la valeur symbolique de cette couleur, a dû rapidement se révéler bien pénible par des températures telles que celles rencontrées en ce mois d’août 1914.

  • 30  Audoin-Rouzeau Stéphane, Les armes et la chair, trois objets de morts en 14-18, Paris, Armand Coli (...)
  • 31  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6278, 8 janvier 1917, page (...)

13En conséquence, rien ne serait plus éloigné de la réalité que d’imaginer, à ce moment de la guerre, le 47e régiment d’infanterie comme un défilé uniforme et silencieux d’hommes résignés et résolus. La sensation visuelle et sonore serait au contraire plus proche de celle que l’on peut éprouver en ce début de XXIe siècle à proximité du port des Bas des Sablons par faible brise, les oreilles emplies du tintement des haubans sur les mats métalliques des voiliers et les yeux aveuglés par les reflets du soleil sur la mer. En effet, ce n’est qu’en 1915 que l’armée recouvre les objets de métal portés par les soldats (bidons, gamelles…) afin d’éviter aussi bien le bruit intempestif lors des relèves que la réverbération lumineuse aux premières lignes 30. En août 1914, lorsqu’il traverse une commune, le 47e régiment d’infanterie est donc une sorte de tableau mobile bigarré qui génère de par son seul mouvement une étrange musique, puisqu’au tintement des milliers de brodequins cloutés frappant le macadam s’ajoute le tintamarre des objets métalliques qui à chaque pas carillonnent. Décrivant la marche du 41e RI vers Vouziers, au moment de la concentration des troupes, Georges Veaux indique que « la colonne avance en silence » ‒ les hommes descendent à peine du train et gagnent leur cantonnement – et qu’on « n’entend que le piétinement des brodequins neufs, le cliquetis des baïonnettes, le bruit des couvercles des gamelles, le pas pesant des lourds chevaux des mitrailleuses » 31.

  • 32  Ce paragraphe doit tout à la communication intitulée « Marcher et combattre : l’apport de l’objet (...)
  • 33  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

14Dans une guerre de mouvement telle que celle qui se déroule pendant les mois d’août et septembre 1914, marcher est assurément, pour reprendre l’expression de Franck Lesjean, un « acte de combat » 32. Dans ces conditions, on comprend aisément que le pied puisse se révéler être le talon d’Achille du poilu. Au moment de la mobilisation générale, les fantassins du 47e régiment d’infanterie sont théoriquement – des exceptions peuvent toujours exister – chaussés du brodequin modèle 1912 qu’ils portent avec des guêtres afin de maintenir le bas de leur pantalon. Bien que sensément confortable, ce dispositif n’en est pas moins peu étanche, ce qui, dans le cadre du 47e RI, n’est pas sans poser problèmes si l’on se rappelle des orages de l’été 1914 ou des boyaux inondés d’Artois lors de l’hiver 1914-1915. De plus, ce modèle de brodequin conçu en temps de paix a l’inconvénient de se révéler peu solide, notamment au niveau des coutures. Or, ce n’est qu’en 1917 qu’un rivet est rajouté pour solidifier l’ensemble. Rappelons d’ailleurs que ce n’est qu’au début du mois de décembre 1914 que les fantassins du 47e régiment d’infanterie touchent de nouveaux effets 33.

15à dire vrai, c’est bien avant la mobilisation générale que l’instruction insiste sur l’importance des soins des pieds et des brodequins. En 1904, le Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers rappelle dans une section intitulée « hygiène dans les marches » que :

  • 34  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 657.

« La condition essentielle pour bien marcher est d’avoir une chaussure à la fois ferme, pour maintenir le pied et le préserver des chocs, et souple pour se plier facilement et sans le blesser aux diverses formes successives que le pied prend en marchant. Pour lui donner cette souplesse, un moyen simple, peu coûteux et excellent consiste à faire un mélange à parties égales de cérat et d’huile de foie de morue » 34.

  • 35  Regnier Christian, « Le pied de tranchées, controverses étiologiques », Histoire des sciences médi (...)

16Pour autant, on se doute que les déplacements incessants qu’impose la guerre de mouvement rendent impossible ces soins, autant par manque de temps que par absence de produits pour ce faire. Mais cette situation est loin de prendre fin avec la guerre de position puisque celle-ci marque en effet l’apparition d’une pathologie consubstantielle au poilu : le pied de tranchée. Connue en réalité depuis sa description par Dominique Larrey lors de la bataille d’Eylau (février 1807), cette nécrose des pieds n’en affecte pas moins le poilu dans des proportions difficilement imaginables aujourd’hui. Une étude publiée en 1917 estime alors qu’un pour cent des combattants du front occidental, soit plus de deux cent mille hommes, chiffre qui aujourd’hui paraît bien inférieur à la réalité, sont affectés par cette pathologie. On comprend d’autant mieux que le pied de tranchée soit une maladie associée à la Première Guerre mondiale, qu’elle suscite un vaste débat scientifique, les médecins aux armées n’étant pas préparés à devoir prendre en charge une telle pathologie dans des proportions aussi importantes, tant du point de vue du nombre que de la gravité des cas diagnostiqués. Or, si dans les cas bénins, un pied de tranchée provoque une indisponibilité d’environ six semaines, dans ses formes les plus graves, il peut conduire à l’amputation, et donc à la réforme, voire à la mort 35. De ce point de vue, l’entrée en guerre est donc pour les fantassins du 47e régiment d’infanterie le moment de la découverte de l’importance de ce capital irremplaçable qu’est pour eux le pied, celui-ci devenant par la même occasion un objet de préoccupations qui jamais ne se démentira au fur et à mesure de ce conflit.

  • 36  « On comprend pourquoi la marche (surtout par temps chaud ou par temps de pluie) représentait une (...)
  • 37  Tel est par exemple le cas d’Auguste Jean Marie Desrées, né le 20 juin 1882 à Bonnemain (canton de (...)
  • 38  Tel est par exemple le cas d’Alexandre Jean Marie Joseph Poilvet, né le 25 juillet 1892 à Landéhen (...)

17Théoriquement, les hommes du 47e RI sont en effet en ce mois d’août 1914, préparés, à défaut d’être entraînés, à parcourir à pied, sac au dos, de grandes distances. Or, les longues marches du début du mois d’août 1914 sont une épreuve physique extrême 36 pour beaucoup car elles sont entreprises par des hommes à la condition physique parfois relative. S’il faut sans doute distinguer le cas des urbains de celui des ruraux, ces derniers étant sans doute plus habitués à de tels efforts mais toutefois sans devoir évoluer à pas cadencé sous la pression permanente des officiers, il est néanmoins admis que les soldats qui sont les mieux « armés » face à cette guerre de mouvement (tant sur le plan de la condition physique que de la discipline militaire) sont ceux qui sont touchés par la mobilisation générale alors qu’ils sont sous les drapeaux, c’est-à-dire les hommes appartenant aux classes 11, 12 et 13. Plus on s’éloigne de ces classes d’âges, plus la formation militaire reçue en caserne s’effiloche, plus l’endurance laisse à désirer et plus dure est donc l’adaptation. Mais, si le 47e RI n’est pas une unité territoriale, il comporte néanmoins dans ses rangs un certain nombre de personnes pour qui la conscription est déjà, en août 1914, un souvenir assez lointain. En observant les dates de naissance de quelques soldats du 47e RI tombés pendant la bataille de Charleroi, il n’est pas faire offense aux morts que de dire qu’en toute objectivité, ceux nés aux alentours de 1882 37 sont moins bien préparés à une telle épreuve que leurs cadets ayant vu le jour dix ans plus tard 38. Plus jeunes que leurs aînés des régiments de réserve ou de la territoriale, les fantassins du 47e RI sont donc en théorie mieux armés pour affronter ces marches aussi longues qu’éprouvantes. Ce qui ne signifie pas, loin de là, que celles-ci ne prennent pas l’allure d’un véritable calvaire le conflit survenu.

  • 39  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 10 août 1914 : « Décédé : un sergent (coup de chaleur). La chale (...)

18Pourtant, rien de tout cela ne transparaît à la lecture du journal des marches et opérations du régiment, à l’exception peut-être de la journée du 10 août 1914, où est mentionnée la fatigue des troupes du fait d’une « chaleur extrême » ainsi que la mort d’un sergent « d’un coup de chaleur » 39, pathologie alors bien connue des militaires et dont les symptômes laissent imaginer les souffrances horribles de la victime :

  • 40  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siè (...)

« Le coup de chaleur se manifeste au départ par une abondante sueur sur le visage, des vertiges, des éblouissements, des bourdonnements d’oreille et une violente céphalée. Si le soldat ne se manifeste pas ou que personne ne s’aperçoit de son malaise, la situation peut empirer : la respiration s’accélère, le pouls devient vibrant et rapide. Puis le soldat est pris de nausées, son pouls se ralentit et il meurt par asphyxie alors que la température de son corps atteint quarante-deux à quarante-trois degrés » 40.

  • 41  Vingt-neuf kilomètres pour le 1er bataillon, trente et un pour les deux autres. SHD-DAT, 26 N 636/ (...)
  • 42  BAVCC / Mémoire des hommes.
  • 43  Le livre d’or de la paroisse de Saint-Servan le qualifie de « mécanicien ». Paroisse de Saint-Serv (...)
  • 44  Arch. Dép. I&V : 1 R 838, Recensement cantonal de 1908, arrondissement de Saint-Malo, 1 R 2050 : r (...)
  • 45  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI.
  • 46  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

19Ce décès intervient à la fin d’une journée qui a certainement été très éprouvante, l’unité cantonnant dans le secteur de Sedan (II et III/47e RI) ou de Bouillon en Belgique après une étape de trente kilomètres 41. Mais, preuve de la difficulté extrême que constituent pour le 47e RI ces longues marches, cette mort survient deux jours après un autre décès, officiellement pour « maladie en service » 42. Né le 20 mars 1888 à Saint-Malo, Félix Joseph Adolphe Blandin est un ajusteur 43 de Saint-Servan apparemment sans soucis physiques particuliers puisque mesurant un mètre soixante-cinq et sachant nager, il est déclaré « bon pour le service », qu’il effectue au 47e RI entre le 6 octobre 1909 et le 4 octobre 1911, d’abord en tant que soldat de seconde classe puis de première, à partir du 4 octobre 1910. Rappelé à l’activité à la suite de la mobilisation générale, il arrive au corps le 3 août 1914, décède cinq jours plus tard, est inhumé sur place au cimetière du Chesne et est rayé des contrôles le 9 août 44 sans que sa mort soit mentionnée sur le JMO de l’unité 45. Or, non seulement Félix Blandin est le premier mort du régiment pendant cette campagne, événement qui semble susceptible de figurer sur un journal des marches et opérations, mais de plus, les carnets de Louis Leseux nous apprennent que ce décès est rapidement connu de la troupe puisque celui-ci écrit qu’au soir du 8 août « nous avons nouvelle qu’un soldat du 47e vient de mourir ; c’est probablement de fatigue, ajoutée à la grande chaleur. C’est le premier mort du régiment. Il se nomme Blandin » 46.

20Il nous semble qu’à lui seul Félix Blandin dit combien sont pénibles ces marches d’août-septembre 1914 effectuées par le 47e régiment d’infanterie sous un temps particulièrement peu clément et avec un matériel remarquablement inadapté.

8.3. Les rythmes nycthémères

  • 47  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 1er septembre 1914.

21L’étape du 1er septembre 1914 est certainement l’une des plus atroces pour le 47e RI puisque ce jour, sous la pression continue de l’adversaire, les hommes parcourent cinquante-cinq kilomètres. Partis la veille à vingt et une heures, le 47e RI n’arrive que vers dix-huit heures, après une nuit blanche et une journée entière de marche, à Marzilly 47. Or cette journée paraît symboliser à elle seule l’entrée en guerre des combattants qui, par bien des égards, s’apparente à l’apprentissage d’un rythme chrono-biologique spécifique qui ne prend véritablement fin qu’avec la guerre elle-même.

  • 48  Sainte-Marie Maxime, La synchronisation et la cadence, Mémoire présenté comme exigence partielle d (...)
  • 49  C’est cette réalité du combat de l’infanterie qui amène l’Allemagne nazie à « doper » ses soldats, (...)

22Ce mouvement du 1er septembre 1914 est d’autant plus exténuant qu’il s’effectue pendant toute une nuit et une grande partie de la journée. Au-delà de la dépense physique et nerveuse de cette marche forcée, cette nouvelle période d’intenses efforts entraîne une modification complète de l’horloge biologique des hommes du 47e régiment d’infanterie. Or, on sait que toute modification de ce rythme nycthémère (du grec nukhta, « nuit », et emera, « jour ») doit être compensée par un apport énergétique supplémentaire – ce d’autant plus que ces nuits sont très fraîches – apport par ailleurs impossible à obtenir à ce moment précis, du fait des lacunes déjà évoquées du ravitaillement 48. L’impact chronobiologique de ces marches sur le métabolisme des hommes paraît par ailleurs d’autant plus important qu’une grande partie des soldats du 47e RI sont d’origine rurale, c’est à dire habitués aux rythmes « naturels » que sont les heures de la journée ou les saisons 49.

  • 50  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 1er-2 novembre 1914.
  • 51  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 9 mai 1915.

23Mais loin de prendre fin avec le mouvement, cette singularité nycthémère de la guerre ne fait que se renforcer dans les tranchées d’Artois, comme en atteste parfaitement le journal des marches et opérations du 47e régiment d’infanterie. Ainsi, le 2 novembre 1914, lorsque le 47e RI tente de reprendre la briqueterie concédée aux Allemands par le 25e, l’attaque est prévue à 4h55 du matin, soit « avant la pointe du jour ». Or, cet assaut est mené par le 1er bataillon qui à cette époque caserne… en la citadelle d’Arras 50, distante d’environ quatre kilomètres de la briqueterie. Ceci suppose donc un départ au minimum deux heures plutôt, ce qui en tout état de cause laisse envisager une nuit passablement écourtée. De même, le 9 mai 1915, c’est à 5h47 que le général d’Urbal indique l’horaire exact du début de l’assaut 51, ce qui laisse entendre que l’ensemble de l’état-major de l’unité, en attente de cet ordre, est éveillé depuis au moins quelques heures ce jour-là.

  • 52  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit. SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade  (...)
  • 53  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 14 mars 1915.

24De manière générale, on sait les nuits consacrées à de multiples patrouilles qui peuvent, en cas de rencontres fortuites, dégénérer en de violents affrontements 52. La météorologie joue alors un rôle prépondérant, une nuit claire de pleine lune étant moins propice à un coup de main de l’adversaire qu’un temps brumeux. Négligeable en temps paix, un tel détail revêt une importance prépondérante pour les fantassins de veille, au « petit poste ». La situation est telle que, pour éviter « les surprises au petit jour », il est convenu que les troupes en ligne prennent chaque matin pendant une heure leurs emplacements de combat 53. Il en résulte une nuit d’autant plus raccourcie pour les quelques fantassins parvenus à trouver le sommeil dans l’infortune des tranchées.

  • 54  Nicloux Jean-François (Col.), Leur sang et leur gloire, le 29e BCP dans la Grande Guerre, tome 1 : (...)
  • 55  SHD-DAT : 26 N 133/16 : troupeau de bétail : carnet de campagne. 5 septembre 1914.
  • 56  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L'Ouest-éclair, n°6283, 13 janvier 1917, pag (...)
  • 57  Ibidem.
  • 58  Ibid.
  • 59  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 septembre 1914.

25Mais, si la modification du rythme nycthémère des combattants est bien souvent la conséquence des opérations, et donc de la cadence de la guerre, elle peut parfois résulter des hommes eux-mêmes. On se rappelle en effet que le 5 septembre 1914 est, veille de première bataille de la Marne, la première « veillée d’armes » solennelle du 47e régiment d’infanterie au cours de cette campagne puisque ni à Charleroi, ni à Guise, un tel « cérémonial » n’avait pu se dérouler. Or, si l’on tient compte de ces deux batailles extrêmement meurtrières, cela signifie aussi que les hommes savent que le jour d’après sera peut-être celui de leur rencontre avec la mort. Dès lors se pose la question de savoir comment se passe cette veillée d’armes, cette nuit qui est peut-être leur dernière. Bien entendu, en absence d’archives, il est très difficile d’être précis. Il est probable que comme à la caserne, une partie du temps ait été mis à profit de l’astiquage du fusil, pour qu’il soit en parfait état de fonctionnement au moment de cette bataille que l’on dit décisive. On sait d’ailleurs que pour certaines personnes, astiquer un fusil ou des souliers est un acte du quotidien qui a pour vertu d’atténuer le stress et il n’est pas impossible que certains soldats du 47e RI aient trouvé là un exutoire aussi utile qu’efficace. Pour qui souhaite se représenter le tableau de cette veillée d’armes il faut donc probablement figurer un certain nombre de Lebel rutilants disposés en faisceaux, c’est-à-dire maintenus debout par trois la crosse à terre grâce à une petite tige fixée à l’extrémité du fût, sous le canon 54. Alignés méthodiquement dans l’axe des fusils, pour pouvoir être repris rapidement en cas d’alerte, les bardas sont placés sous la surveillance d’une sentinelle. De même, il est probable que les pieds des combattants fassent en cette soirée l’objet de soins particuliers. On suppose également que les hommes doivent manger mais on ne sait pas précisément quoi : les archives de l’intendance du 10e corps d’armée ne concernent que les troupeaux de bétail et, en conséquence, ne permettent pas d’avoir une idée précise sur la question. On sait juste qu’un télégramme de l’infanterie divisionnaire prescrit de porter la ration de viande à sept cents grammes mais celui-ci parvenant aux services de l’intendance à 21h40, on ne sait s’il a pu être suivi des faits 55. Probablement non… Peut-être faut-il d’ailleurs interpréter le silence des témoignages à ce sujet comme l’indication d’un repas « ordinaire », fait des boites réglementaires et non des vivres de l’habitant ? Pour sa part, Georges Veaux rapporte qu’au 41e RI, le 20 août 1914, alors que les hommes savent qu’ils recevront le baptême du feu le lendemain, « personne ne mange, l’appétit ne marche pas du tout » 56. Pourtant, le même déclare à la veille de la bataille de la Marne déguster « un bon repas dont le clou fut une omelette aux pommes » 57. Là encore, la réponse n’est sans doute pas la même pour tous, certains individus trouvant peut-être en la nourriture un réconfort salutaire, d’autres, victimes d’une sorte d’anorexie, étant sans doute trop angoissés pour avaler quoi que ce soit. De même, une certaine forme de banalisation n’est pas à exclure. Il apparaît toutefois probable que cette veillée d’armes du 5 septembre 1914 a dû être brève, les soldats harassés de fatigue cherchant probablement à dormir. Mais comment s’assoupir la veille de sa possible mort ? Là encore, pas de réponse unique puisque les sources sont muettes mais, de toute évidence, tous les soldats du 47e régiment d’infanterie ne doivent pas réagir de la même manière. Certains ont pu s’assoupir insouciants, d’autres, plus anxieux, ont dû trouver, malgré l’épuisement, le sommeil long à venir. Sans doute que le froid et les hennissements continus des chevaux qui ressentent le stress des hommes ne favorisent pas l’assoupissement 58. Or, si l’on sait la nuit du 5 au 6 septembre 1914 courte, puisque le 47e RI quitte ses cantonnements à trois heures du matin 59, force est de supposer que les combattants par leur anxiété n’ont pas dû contribuer à ce que ces quelques heures de répit soient également celles d’un sommeil aussi réparateur que mérité. Par ailleurs, force est d’admettre qu’un tel raisonnement peut sans doute être appliqué à un certain nombre d’attaques « pressenties » par la troupe, comme celle du 9 mai 1915 par exemple.

  • 60  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 61  SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 10 mars 1915 notamment.

26La nature même du champ de bataille est un autre point qui permet également d’expliquer pourquoi le rythme nycthémère des combattants du 47e régiment d’infanterie est si profondément modifié. Il ne semble pas nécessaire de s’étendre plus amplement sur l’inconfort des tranchées. Il est évident que des éléments tels que le froid, la saleté, les poux, les rats, l’humidité, la proximité des feuillées et/ou de cadavres en putréfaction… constituent des éléments qui ne semblent pas compatible avec le sommeil. En revanche, moins connue est l’activité nocturne du champ de bataille, dimension qui en bonne partie conditionne les insomnies des poilus. C’est ainsi que dès novembre 1914, dans ses carnets, Louis Leseux évoque des « fusillades continuelles à la tombée de la nuit » 60. La situation ne s’améliore pas au cours de l’hiver 1914-1915 puisqu’au mois de mars, le rédacteur du journal des marches et opérations de la 40e brigade note que si les journées sont « d’un calme absolu », les nuits sont au contraire marquées par des fusillades « incessantes ou des bombardements plus ou moins violents 61.

  • 62  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 960.
  • 63  Alexandre Georges-René, Avec Joffre, d’Agadir à Verdun, 1911-1916, Paris, Berger-Levrault, 1932, p (...)
  • 64  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 73.
  • 65  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siè (...)
  • 66  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution répu (...)

27Le contraste avec le temps de paix est ici plus que manifeste. Outre le fait que l’essentiel des soldats du 47e régiment d’infanterie vit habituellement, dans la vie civile, le jour et dort la nuit, rappelons que la Grande Guerre contraste singulièrement avec les manœuvres de la Belle Époque. Quelle différence avec le règlement du temps de paix qui n’envisage le sommeil des fantassins, y compris lorsqu’ils sont en campagne, que sous des aspects qui laissent songeur, comme en témoigne l’énumération des « fournitures auxiliaires » distribuées théoriquement aux hommes du rang par le « service du campement » : « un matelas, un traversin, une enveloppe de traversin, une paillasse, une paire de draps, une couverture de laine, un couvre-pieds » 62 ! De même en ce qui concerne les exercices décrits par le général Alexandre qui, présent aux côtés de Joffre lors des manœuvres de 1912 et 1913, rappelle dans ses mémoires l’habitude prise par le commandement « de donner chaque jour, vers midi, le signal "Cessez-le feu !" pour permettre à la troupe de se reposer pendant les heures les plus chaudes » 63 ! En effet, comme le rapporte Michel Goya, « les manœuvres s’arrêtent quotidiennement vers dix, onze heures du matin pour permettre aux troupes de se restaurer et de trouver des logements pour la nuit » 64. Rappelons à toutes fins utiles que la mission de la caserne, et a fortiori des manœuvres, réaffirmée avec force après la défaite de 1870, « est de préparer aux exigences du combat et de la guerre » 65. Si le service militaire peut apparaître pour beaucoup comme un impôt du temps, pour reprendre la jolie expression de Philippe Boulanger 66, alors la guerre est bien la taxe du sommeil.

28Indépendamment du combat qui, encore une fois, constitue un moment tellement particulier qu’il est un sujet à part entière, l’entrée en guerre des fantassins du 47e régiment d’infanterie est donc assimilable à une triple souffrance, celle des longues marches, d’un matériel inadapté et d’un rythme chrono-biologique complètement bouleversé. Ce dernier point est particulièrement important puisque pour l’essentiel, jamais les poilus ne parviennent à s’adapter au rythme de la guerre des tranchées qui mobilise tant la nuit. D’un certain point de vue, il est donc sans doute possible de dire que jamais ils ne rentrent totalement dans le conflit.

Notes

1  Bach André, « La mort en 1914-1918 », Revue historique des armées, n°259, 2010, pp. 23-32.

2  Marty Cédric, « Un point de fuite dans le réel ? Les représentations de combats dans les journaux illustrés (1914-1918) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°91, 2008-3, pp. 62-66.

3  SHD-DAT : 24 N 394, dossier 2 et en particulier pour l’exemple présent l’ordre général d’opération pour la journée du 17 août 1914.

4  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 8-20 août 1914. En ce qui concerne les distances kilométriques, non indiquées par le JMO, il s‘agit de données a minima. Ainsi, pour le 10 août 1914, le JMO du régiment indique que les II et III/47e RI marchent du Chesne au nord de Sedan, ce qui est un peu vague. Il a donc été décidé pour réaliser l’estimation kilométrique de prendre l’hypothèse la plus basse et comptabiliser la distance entre Le Chesne et Sedan, soit trente et un kilomètres.

5  SHD-DAT : 26 N 133/1, JMO 10e CA, 9 août 1914.

6  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 août 1914.

7  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 16-19 août 1914.

8  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit. Louis Leseux se trompe dans la date de cette journée puisque la confrontation avec les différents JMO amène à la situer le 19 et non le 17 août 1914, comme il le stipule.

9  Les bulletins météorologiques de l’époque confirment les témoignages recueillis. Ainsi, Le Temps, dans son édition datée du 15 août 1914, annonce de très fortes chaleurs, jusqu’à trente et un degrés, et des orages. Le Temps, 15 août 1914, n°11 127.

10  Tel est le terme employé dans son carnet de route par Marcel Brégé, de la CHR du 47e RI. Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., page 8.

11  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 5.

12  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 89. Beau Georges, Gaubusseau Léopold, Août 14 : Lanrezac a-t-il sauvé la France ?, Paris, Presses de la Cité, 1964, page 18.

13  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 19 août 1914.

14  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., page 8.

15  « Pour tout le monde tant que ton service militaire n’est pas accompli, tu es un jeune homme, presqu’encore un enfant. Quand tu quitteras le régiment, tu seras un homme, prêt à remplir tes devoirs d’homme et de citoyen », cité in L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 2.

16  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, op. cit. Notamment le chapitre six « Profondeur et limite de l’acculturation ».

17  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

18  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., page 8.

19  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », loc. cit.

20  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

21  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août 1915 », Bulletins périodiques de la Société d’études historiques et économiques. Le pays de Granville, avril 1930, n°10, page 191.

22  Barthas Louis, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Paris, La Découverte, 1997, page 490.

23  Goya Michel, La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, op. cit., page 280, évoque une « densité matérielle » environnant le fantassin soixante fois plus importante en 1918 qu’en 1914.

24  « Le pantalon garance des combattants français à l’entrée en guerre a acquis valeur de symbole de l’impréparation militaire en matière d’habillement des combattants et d’inadaptation aux exigences d’invisibilité de la guerre moderne », cité in Audoin-Rouzeau Stéphane, « L’équipement des soldats », in Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jacques (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, op. cit., page 281.

25  Keegan John, La première guerre mondiale, Paris, Perrin, 2003, page 100.

26  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6 279, 9 janvier 1917, page 2.

27  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, op. cit., page 237.

28  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6 279, 9 janvier 1917, page 2.

29  Contamine Henry, 9 septembre 1914, la Victoire de la Marne, op. cit., page 66.

30  Audoin-Rouzeau Stéphane, Les armes et la chair, trois objets de morts en 14-18, Paris, Armand Colin, 2009, page 59.

31  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6278, 8 janvier 1917, page 2.

32  Ce paragraphe doit tout à la communication intitulée « Marcher et combattre : l’apport de l’objet dans l’étude des conditions de déplacement du combattant » prononcée par Lesjean Franck, au colloque Sur les chemins de la Grande Guerre tenu au Familistère de Guise les 22 et 23 mars 2012. Actes à paraître.

33  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

34  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 657.

35  Regnier Christian, « Le pied de tranchées, controverses étiologiques », Histoire des sciences médicales, tome XXXVIII, n° 3, 2004, pp. 315-332

36  « On comprend pourquoi la marche (surtout par temps chaud ou par temps de pluie) représentait une épreuve physique extrême pour les hommes de l’infanterie », cité in Audoin-Rouzeau Stéphane, « L’équipement des soldats », Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jacques (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, op. cit., page 285.

37  Tel est par exemple le cas d’Auguste Jean Marie Desrées, né le 20 juin 1882 à Bonnemain (canton de Combourg), mort pour la France le 22 août 1914 à Falisolle. BAVCC/Mémoire des hommes.

38  Tel est par exemple le cas d’Alexandre Jean Marie Joseph Poilvet, né le 25 juillet 1892 à Landéhen. Arch. Dép. CdA: 1R583, 1R1313; Arch. Mun. Landéhen : 4h1. BAVCC/Mémoire des hommes.

39  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 10 août 1914 : « Décédé : un sergent (coup de chaleur). La chaleur est extrême, les troupes sont fatiguées ». Ce sergent est Jean Joseph Violon, répertorié par la base de données Mémoire des hommes comme étant né le 12 mars 1880 à Eutzelhansen, décédé le 10 août 1914 à l’hôpital militaire de Sedan. Malheureusement, il semble que ces données soient pour partie erronées puisqu’il ne nous a pas été possible de retrouver ce village d’Eutzelhansen et donc de déterminer le département de naissance de l’intéressé, ce qui nous aurait permis, via les registres de recensement par exemple, d’obtenir plus d’informations sur cet individu. BAVCC / Mémoire des hommes.

40  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, op. cit., page 308.

41  Vingt-neuf kilomètres pour le 1er bataillon, trente et un pour les deux autres. SHD-DAT, 26 N 636/6, JMO 47e RI. 10 août 1914. Mentionnons également pour mémoire le décès dans une communauté de religieuses de Bouillon transformée en hôpital, le 22 août 1914, de Louis Perrier d’Arc des suites de blessures contractées lors d’un accident (fracture de la colonne vertébrale). Si l’on ne possède pas plus d’éléments quant aux circonstances précises de cet accident, il paraît probable que la fatigue considérable ait pu être un facteur permettant au moins en partie de l’expliquer. Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, op. cit., page 187.

42  BAVCC / Mémoire des hommes.

43  Le livre d’or de la paroisse de Saint-Servan le qualifie de « mécanicien ». Paroisse de Saint-Servan, Livre d’or des Morts pour la Patrie, op. cit., page 56.

44  Arch. Dép. I&V : 1 R 838, Recensement cantonal de 1908, arrondissement de Saint-Malo, 1 R 2050 : registre matricule, arrondissement de Saint-Malo.

45  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI.

46  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

47  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 1er septembre 1914.

48  Sainte-Marie Maxime, La synchronisation et la cadence, Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en philosophie, Montréal, Université du Québec à Montréal, janvier 2008, pp. 19-33. Mobilisé au sein du 41e RI, Georges Veaux qualifie cette marche du 1er septembre 1914 « d’étape la plus dure que nous ayons vue de toute la campagne ». à la distance, s’ajoute la température : « On marche toujours ; j’essaye de faire la route sur un caisson mais il gèle : il vaut mieux marcher ». Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L'Ouest-éclair, n°6298, 28 janvier 1917, page 2.

49  C’est cette réalité du combat de l’infanterie qui amène l’Allemagne nazie à « doper » ses soldats, en utilisant notamment une méthamphétamine connue sous le nom de pervitine. Sur ce sujet, on pourra se rapporter au passionnant documentaire La pilule de Göring, la fabuleuse histoire de la pervitine, Allemagne, états-Unis, 2010, diffusé notamment le 6 octobre 2010 sur Arte dans le cadre des Mercredi de l’Histoire.

50  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 1er-2 novembre 1914.

51  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 9 mai 1915.

52  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit. SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 30 décembre 1914.

53  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 14 mars 1915.

54  Nicloux Jean-François (Col.), Leur sang et leur gloire, le 29e BCP dans la Grande Guerre, tome 1 : échec au Kronprinz, août 1914-septembre 1915, Turquant, L’Appart éditions, 2011, page 40.

55  SHD-DAT : 26 N 133/16 : troupeau de bétail : carnet de campagne. 5 septembre 1914.

56  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L'Ouest-éclair, n°6283, 13 janvier 1917, page 2.

57  Ibidem.

58  Ibid.

59  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 septembre 1914.

60  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

61  SHD-DAT : 26 N507/4, JMO 40e brigade : 10 mars 1915 notamment.

62  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 960.

63  Alexandre Georges-René, Avec Joffre, d’Agadir à Verdun, 1911-1916, Paris, Berger-Levrault, 1932, page 86.

64  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 73.

65  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, op. cit., page 219.

66  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution républicaine, 1914-1922, Paris, Economica, 2001, page 165.

Table des illustrations

Titre Figure 22 : Cadence des marches du 47e RI entre le 8 et le 20 août 1914.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search