Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Le 47e régiment d’infanterie dans la guerre (août 1914-juillet 1915)

VI - Vers le long 1915

Texte intégral

  • 1  SHD-DAT : 26 N 572/1, JMO 2e RI, 17 septembre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 17-28 septembre 1914 (...)

1Ce n’est qu’après deux nouvelles journées de combat que la prise du fort de la Pompelle est achevée, mouvement qui a pour effet immédiat de placer le 47e régiment d’infanterie en seconde ligne. S’en suit alors pour l’unité une période trouble d’une quinzaine de jours, entre attaque avortée à l’ouest de Reims, dans le secteur du marais de Neuf-ans, jours passés en réserve sur la butte de Prouilly et départ pour un nouveau théâtre d’opérations 1.

6.1. L’Artois : une deuxième Marne ?

  • 2  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 septembre 1914.
  • 3  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la G (...)

2C’est le 29 septembre 1914, vers vingt heures, que le 47e régiment d’infanterie débarque en Artois, de la même manière qu’il avait quitté Saint-Malo au début mois d’août 1914, c’est-à-dire en trois échelons, un par bataillon 2, pour participer à la seconde phase de la « course à la mer ». Par cette expression pittoresque, on désigne l’ultime développement de la guerre de mouvement – avant 1918 –, étape se situant entre la première bataille de la Marne et les grignotages de 1915. Du côté français, il s’agit d’envelopper l’aile droite du dispositif allemand. En revanche, pour les Allemands, l’objectif est de contourner les alliés par leur gauche, rendant de facto le secteur compris entre l’Artois et les Flandres absolument déterminant du point de vue stratégique. C’est pourquoi certains remarqueront après-guerre que s’il s’agit bien ici d’une course, celle-ci « fut bien plutôt une course à l’aile qu’à la mer » 3.

  • 4  Andriessen Hans, La Première Guerre mondiale, histoire en images, Lisse, Gründ, 2002, page 117.
  • 5  Koeltz Louis, La guerre de 1914-1918, les opérations militaires, Paris, éditions Sirey, 1966, page (...)

3Indéniablement, c’est là une nouvelle phase dans ce conflit, preuve que la guerre a déjà bien évolué depuis le début de la campagne, il y a seulement deux mois. Déjà, à la tête des armées allemandes ne se trouve plus le général von Moltke mais l’ancien ministre de la guerre, le lieutenant-général von Falkenhayn. Son influence est immédiate puisque c’est lui qui, convaincu que la guerre durerait, décide de cette manœuvre d’enveloppement des alliés, tant pour les déborder que pour leur bloquer l’accès à la mer du Nord 4. Mais il semble que les Français partagent également cette analyse. En effet, en fonction des « résultats de plus en plus faibles obtenus dans la région de l’Aisne et de la Champagne », les deux généraux en chef, Joffre et von Falkenhayn, admettent l’idée « que la décision stratégique ne pouvait plus être acquise au centre du front où l’on piétinait de plus en plus et qu’il fallait la rechercher désormais en terrain libre dans la zone comprise entre l’Oise et la mer où l’on pourrait retrouver la guerre de mouvement » 5.

  • 6  Jauneaud Marcel, « Souvenirs de la bataille d’Arras (octobre 1914) », Revue des deux mondes, août  (...)

4Pour autant, plusieurs constantes peuvent être mises en exergue. Ainsi, de la même manière que pour le 47e RI l’appellation de bataille de la Marne est sans doute abusive, la « course à la mer » se limite pour cette unité à la bataille d’Arras puisque les Malouins mettent non pas cap au nord mais à l’est. Plus significatif encore, le 10e corps d’armée est une nouvelle fois appelé à avoir un rôle central dans cette opération. En effet, à tort ou à raison, les troupes du général Defforges sont alors considérées comme les seules à pouvoir attaquer, les corps d’armées voisins étant trop exténués pour ce faire et, de surcroît, à court de munitions 6.

  • 7 SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 30 septembre 1914.

5Cette grande manœuvre stratégique, espérée au départ comme une deuxième Marne, marque donc une nouvelle étape de la Première Guerre mondiale. Le 47e régiment d’infanterie est d’ailleurs lui-même un bon exemple de cette évolution du conflit. Ainsi, le journal des marches et opérations de l’unité indique que, le 30 septembre 1914, à quatorze heures, l’unité est prévenue qu’elle aura « à faire une longue marche de nuit ». La troupe doit gagner le secteur d’Acheux, petit village situé à une trentaine de kilomètres au sud-ouest d’Arras. Partie vers minuit de Villers-Bretonneux, à l’est d’Amiens, elle y arrive vers cinq heures, ce qui témoigne d’une cadence assez élevée. Il serait tentant de croire qu’après deux mois de campagne, les hommes sont aguerris et encaissent sans coup férir de telles marches, ce d’autant plus que l’unité vient de recevoir en renfort de nombreux éléments « frais ». Or, un détail mentionné par le rédacteur du JMO indique que, sitôt l’ordre de marche reçu, « des voitures sont réquisitionnées pour le transport des sacs » 7. Incontestablement, quelque chose a changé en deux mois de campagne, une telle prévenance aurait sans doute été inimaginable au début du mois d’août 1914.

  • 8  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 octobre 1914.

6En revanche, comme auparavant, 47e RI ne dispose que de peu d’informations sur la conduite de la guerre. Si les hommes ont bien conscience qu’Arras est au centre des préoccupations du moment, il ne s’agit là que d’une « impression » 8, comme le rappelle le rédacteur du JMO du 2e bataillon :

  • 9  SHD-DAT: 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 2 octobre 1914.

« Nous ne savons pas très bien ce que nous faisons. Néanmoins, le bruit a circulé que la mission du 10e corps était d’attaquer dans son flanc gauche une colonne allemande en marche de Douai sur Arras » 9.

  • 10  SHD-DAT: 26 N 636/6, JMO 47e RI, 1-2 octobre 1914 et 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 2 octobre 1914.
  • 11  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 octobre 1914.

7Aussi le 47e régiment d’infanterie débute-t-il son séjour en Artois par une série de marches vers le nord-ouest, à la recherche de l’ennemi. Le 1er octobre, il est à Hannescamp. Dans la matinée du 2, il poursuit sa progression vers le nord-ouest, traversant la voie ferrée entre Ficheux et Agny, puis demeure « en position d’attente », en réserve de la 20e division d’infanterie, au milieu d’un « immense rassemblement de troupes de toutes armes » 10. Alors que le 10e corps d’armée est engagé dans un vif combat de rencontre qui ne semble rien devoir envier à Charleroi ou Guise, le 47e RI ne reçoit qu’à dix-neuf heures l’ordre d’intervenir, en soutien d’éléments de la 38e brigade. Malheureusement, la nuit « très noire » rend l’orientation particulièrement difficile 11, de même certainement que la résistance allemande même si celle-ci, curieusement, n’est pas mentionnée par les archives. Le récit que donne le JMO du II/47e RI est à cet égard particulièrement éloquent :

  • 12  SHD-DAT: 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 2 octobre 1914.

« L’action est chaude aux environs. La nuit va tomber lorsque le 2e bataillon reçoit l’ordre d’attaquer la côte 103 (deux kilomètres au sud-est de Hénin-sur-Cojeul). Le bataillon part avec deux compagnies en 1e ligne : compagnie Dubois à droite, compagnie Daré à gauche et deux compagnies en soutien. Il fait très sombre. L’orientation est très difficile et la progression pénible. à un certain moment, on s’arrête et creuse des tranchées. Nous avons su depuis que nous n’avions jamais atteint la côte 103 » 12.

  • 13  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 octobre 1914.

8Au même instant, en cette soirée du 2 octobre 1914, le 1er bataillon est en cantonnement d’alerte à Boisleux-Saint-Marc tandis que le 3e, occupe pour sa part Boyelles et ses issues 13.

Figure 14 : Positions occupées par le 47e RI au soir du 2 octobre 1914.

Figure 14 : Positions occupées par le 47e RI au soir du 2 octobre 1914.
  • 14  SHD-DAT: 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 3 octobre 1914.
  • 15  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 octobre 1914.
  • 16  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 octobre 1914 et 26 N 659/1, JMO 71e RI, 3 octobre 1914.

9Après une nuit semble-t-il assez calme, le II/47e RI reçoit l’ordre de se déployer sur Boyelles puis sur Mercatel, prélude d’une journée où ce bataillon est utilisé en réserve de la division 14. Mais le I/47e RI est, lui, confronté à une journée beaucoup plus rude. à quatre heures du matin, le bataillon quitte Boisleux Saint-Marc et gagne le sud de Mercatel. Ce faisant, il vient grossir une colonne constituée entre autres des 70e et 41e RI, ces unités étant chargées d’attaquer sur Neuville-Vitasse 15. Ayant progressé très lentement, le I/47e RI se trouve en retrait avec le 71e RI, prêt à couvrir l’offensive en cours, lorsque, vers quinze heures, il est « violemment pris à partie par une attaque allemande » débouchant de Wancourt, bourgade située à l’Est de Neuville-Vitasse. Repoussant la contre-attaque avec le 71e RI, dont le JMO évoque « une très vive fusillade », le I/47e RI investit en fin d’après-midi la lisière sud de Neuville-Vitasse et s’y fortifie afin d’y passer la nuit. Il est d’ailleurs rejoint vers dix-sept heures pas le III/47e RI, venu de Boyelles. Mais la situation est extrêmement précaire puisque les Allemands, qui occupent la partie nord de ce village, opposent un feu « à peu près ininterrompu » d’artillerie et de mousqueterie 16.

  • 17  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914.
  • 18  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 19  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914 et 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 4 octobre 1914.

10D’ailleurs, le lendemain, dès quatre heures du matin, « l’ennemi reprend très violemment son offensive sur Neuville », en direction du sud et des deux bataillons du 47e RI qui y sont fortifiés, bientôt rejoints par le II/47e RI 17. Le bilan est épouvantable. Au poste de secours, Louis Leseux ne cesse « de porter secours à des blessés, du 47e surtout » 18. Le rédacteur du journal des marches et opérations du II/47e RI évoque pour sa part « une débandade affreuse de tous les régiments [qui] se ruent vers l’arrière dans le plus grand désordre ». à défaut de nouvelle Marne, c’est bien de nouveau Charleroi dont il semble s’agir à ce moment. Aussi, « très éprouvées par le feu et très mélangées », les troupes retraitent sur Mercatel où elles peuvent enfin se réorganiser 19, et ce manifestement de manière assez efficace. En effet, le JMO de la 20e DI rapporte qu’à ce moment :

  • 20  SHD-DAT : 26 N 300/1, JMO 20e DI, 4 octobre 1914.

« les Allemands attaquent alors de Neuville-Vitasse sur Mercatel. Leur attaque, très violente et exécutée à rangs serrés est fauchée par un bataillon du 47e qui occupe la lisière est de Mercatel et qui les laisse approcher à quelques centaines de mètres » 20

  • 21  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)
  • 22  Ratinaud Jean, La course à la mer, Paris, Fayard, 1967, page 170.
  • 23  BAVCC/Mémoire des hommes.
  • 24  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914.
  • 25  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914 et 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 4 octobre 1914.

11Faisant partie des éléments de la 5e compagnie qui brisent cette offensive, Julien Loret rapporte qu’à cette occasion, les Allemands « laissent de nombreux morts sur le terrain » 21. Quelques jours plus tard, le IVe corps allemand, celui-là même contre lequel se bat le 10e corps de Rennes, évoquera à propos de ces journées du début du mois d’octobre 1914 des « combats exceptionnellement durs » 22. Mais le 47e RI est lui aussi très éprouvé lors de ces affrontements. Le fichier des titulaires de la mention « Mort pour la France » recense pour cette seule journée soixante-douze « tués au combat » ainsi que trois « disparus » 23. Le journal des marches et opérations évoque pour sa part le sort tragique de plusieurs officiers : le commandant Pique, les capitaines Locquin et Richard sont blessés, le lieutenant Bleu et le sous-lieutenant Arzur sont portés disparus 24. Pourtant, alors que visiblement l’encadrement de l’unité est, au moins un temps, affaibli par ces pertes, les hommes se fortifient, notamment au nord-ouest de Mercatel, s’accrochant à un chemin de terre qui conduit à Arras. Il est vrai que les troupes ne restent jamais très longtemps sans chef. Ainsi, la direction du III/47e RI, abandonnée par le commandant Pique du fait de sa blessure, est immédiatement reprise par le capitaine Daix. Mais il n’empêche que ces offensives allemandes sont d’autant plus éprouvantes qu’elles allient la ruse à la force, comme l’atteste le cas des hommes de la 8e compagnie qui, vers vingt-deux heures, alors qu’ils tiennent la route reliant Mercatel à Neuville-Vitasse, « sont accueillis par une colonne allemande qui tente une surprise en faisant crier dans la nuit : "Ayez pitié de pauvres soldats français blessés" et qui, aussitôt, s’élance à l’assaut en poussant des hourrah ! » 25.

  • 26  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914.
  • 27  Farge Arlette, « Présentation », in Allard Jules, Journal d’un gendarme 1914-1916, Paris, Fayard, (...)

12à la fatigue physique des semaines de marches, à la tension nerveuse de très éprouvants combats et au ravitaillement, vraisemblablement absent ici, s’ajoute pour les hommes le poids d’une vigilance de chaque instant. Si cette dernière attaque est repoussée sans trop de difficultés à l’aide d’un tir nourri de mitrailleuse, les hommes ne bénéficient pas de bonnes conditions pour dormir, les Allemands bombardant Mercatel pendant toute la nuit, sans toutefois procéder à de nouvelles attaques d’infanterie 26. Gageons que les combattants, de part et d’autre de la ligne de feu, sont absolument épuisés. Qu’on nous pardonne d’insister autant sur la fatigue des hommes mais non seulement il nous apparaît que celle-ci est une donnée essentielle de l’entrée en guerre du 47e régiment infanterie mais, comme le remarque fort justement Arlette Farge, celle-ci est « un réel tabou de l’histoire officielle puisque s’il sera noble à la fin du conflit d’être mort au champ d’honneur ; sur quel champ d’honneur sera-t-il noble d’être épuisé jusqu’à en mourir ? » 27

  • 28  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 5 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5 octobre 1914.
  • 29  SHD-DAT : 26 N 300/1, JMO 19e DI, 5 octobre 1914. Sur le rôle de ces territoriaux particulièrement (...)
  • 30  Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, op. cit., page 4. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e  (...)

13C’est donc après une autre nuit sans sommeil que, le 5 octobre 1914, le 47e RI doit faire face à une nouvelle attaque allemande, celle-ci succédant à une préparation d’artillerie « extrêmement violente » puisque « les obus et les balles pleuvent de tous côtés ». Or l’ordre du jour adressé à la 20e division prescrit de « résister avec la dernière énergie sur les positions occupées, pour permettre à la Xe armée de reprendre l’offensive au nord d’Arras ». Pour le 47e RI la situation devient bientôt « intenable ». Le rédacteur du JMO indique que « les obus convergent », tombant du nord-est, de l’est, du sud et de l’ouest. L’unité subit en effet le feu de nombreuses pièces de 77 et de 105 28. En fait, une attaque allemande sur Ficheux contraint la 19e division à se retirer sur Agny, sans doute du fait d’une rupture de front imputée à des territoriaux 29, créant ainsi cette impression d’encerclement. Heureusement, l’ordre de repli arrive au régiment dans la matinée, ce qui permet à ce mouvement de débuter peu avant midi, sous « un feu d’enfer » 30.

  • 31  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5 octobre 1914.
  • 32  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 6 octobre 1914.
  • 33  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 6 octobre 1914.
  • 34  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5 octobre 1914.
  • 35  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

14En fin d’après-midi, le 47e RI couvre un secteur compris entre la lisière d’Agny et un carrefour situé à la sortie d’Achicourt, sur la route de Beaurains, au niveau de la voie ferrée. Chaque mouvement est rendu très difficile car « le terrain est très violemment battu » par des « feux d’enfilade » 31. D’ailleurs, au cours de la nuit, les Allemands parviennent à s’infiltrer dans Beaurains malgré les éléments des 25e et 241e RI qui tiennent le village32. Côté français, la situation est tellement critique que l’idée d’abandonner Arras aux Allemands semble circuler 33. Le terrain concédé par les Malouins est immédiatement repris par les Allemands. De plus, le bilan est encore une fois extrêmement lourd. Parmi les nombreux blessés du jour figurent entre autres le lieutenant Guihaire et le sous-lieutenant Gouin. La section Le Vasseur de la 7e compagnie perd à elle seule les deux tiers de son effectif 34. Amer, Louis Leseux concède que « notre situation n’est pas très belle par rapport au recul de la journée » 35.

6.2. Coup d’arrêt hivernal

  • 36  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 6 octobre 1914.
  • 37  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 octobre 1914.
  • 38  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 6 octobre 1914.
  • 39  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 6 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 octobre 1914.

15Le 47e RI couche sur ses emplacements et gageons qu’encore une fois, les hommes dorment peu, ou alors d’un sommeil très léger, le ventre probablement vide tant les ravitaillements paraissent impossibles dans de telles conditions 36. Dès le lever du jour, l’unité est « en butte non seulement à des feux de front, mais [aussi] à des feux d’enfilade venant de Beaurains » 37. Dès lors, rien d’étonnant à ce qu’au matin du 6 octobre 1914, le JMO du 10e corps d’armée livre le constat grave et inquiétant pour la poursuite de la campagne que non seulement les hommes sont « très fatigués » – ce qui à vrai dire n’est pas une découverte – mais que de plus l’artillerie manque de munitions 38. La situation paraît d’autant plus critique que les blessés s’accumulent, désorganisant encore un peu plus l’encadrement. Le commandant Vermot, blessé, est ainsi remplacé à la tête du 47e RI par le commandant Moreaux. Le capitaine Daré est blessé, le lieutenant Danilo est tué. Enfin, pour parfaire une situation déjà bien mal engagée, non seulement les ordres prescrivent de « tenir le front » mais, le 10e corps ne disposant plus d’unité en réserve, le 47e RI ne peut plus être relevé même s’il est très diminué. Pourtant, l’unité parvient à se retrancher au niveau du talus de la voie ferrée jouxtant la lisière d’Achicourt, une ligne « violemment battue par l’artillerie » 39.

  • 40  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6-9 octobre 1914.

16Pendant trois jours, jusqu’au 9 octobre 1914, sous le feu des canons ennemis mais ne devant faire face à aucune attaque d’infanterie, le 47e RI parvient à garder ses lignes et en profite pour se réorganiser 40. Or, selon Julien Loret, si le 47e RI conserve ses positions pendant trois jours, c’est moins du fait de la relative inactivité allemande que parce que l’unité s’est fortifiée sur des positions qui lui permettent de ne pas concéder de terrain :

  • 41  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

« Le 6 octobre, la pression de l’ennemi restait vive, mais notre repli le long de la voie ferrée devant Achicourt, nous avait donné un solide point d’appui. Nous avions devant nous une plaine que les Allemands ne purent franchir. Une accalmie s’était produite, et nous avions pu nous regrouper. Ma compagnie avait perdu 60% de son effectif, nous n’avions plus d’officiers » 41.

  • 42  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 8-9 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 octobre 1914.

17Las ! Le répit ne dure pas. La « course à la mer » étant une manœuvre d’urgence, le but est de prendre de vitesse l’adversaire, dans l’espoir d’une victoire stratégique. Le 10e corps d’armée décide donc d’une attaque afin « de fixer l’ennemi et l’empêcher de remonter sur le nord-est ». En effet, l’état-major a depuis le 7 octobre l’impression que les Allemands dégarnissent leur front, ne laissant en face du 47e RI que des flanc-gardes afin de mieux attaquer dans le secteur d’Arras. C’est donc à 14 h 45 que les Malouins reçoivent l’ordre d’attaquer, le mouvement global étant appuyé par neuf groupes d’artillerie 42.

  • 43  Celles-ci demeurent dans la « tranchée du chemin de fer », en réserve, à disposition de la 40e bri (...)
  • 44  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 octobre 1914.
  • 45  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 9 octobre 1914.
  • 46  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 octobre 1914.

18Encore une fois, les hommes évoluent selon un dispositif précis, le II/47e RI s’élançant en premier à dix-sept heures, bientôt suivi du 3e bataillon, la marche étant fermée par le 1er auquel deux compagnies sont soustraites pour être placées en réserve du régiment 43. Les premiers éléments progressent sans problème notoire, atteignant « sans grande difficulté » vers 18h30 le carrefour de la route Achicourt-Beaurains et Arras-Bucquoy. Des patrouilles parviennent même jusqu’à la lisière de Beaurains, sans recevoir le moindre coup de feu. Là, elles font toutefois savoir que ce village « est fortement organisé » 44. Plus précisément, elles indiquent que « la localité est occupée et que de nombreuses défenses ennemies (fil de fer) en défendent l’accès ». En bref, non seulement le terrain semble peu propice à l’assaut mais, de surcroit, tout laisse présager une rude réaction ennemie. La situation est telle qu’ordre est donné à vingt-deux heures de « réoccuper les retranchements du chemin de fer » 45. En conséquence, le 47e RI regagne les lignes quittées en fin d’après-midi sans difficulté notoire, seules quelques fractions de la 12e compagnie prenant en enfilade l’attaque allemande sur Agny 46.

19Cet épisode de la campagne du 47e régiment d’infanterie est remarquable tant, d’une certaine manière, il annonce la situation qui prévaudra au cours des prochains mois.

  • 47  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 15 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11-17 octobre 1914.

20Ainsi, dans les jours qui suivent, l’unité, « faute d’ordres particuliers » bénéficie d’un calme relatif et met ce temps « libre » à profit pour organiser ses défenses. La journée du 11 est consacrée à la création d’un poste d’observation au moulin de la côte 84, la troupe recevant par ailleurs le concours du génie pour la création d’une tranchée, deux cents mètres plus au sud. Le lendemain, une seconde ligne est creusée, vers le sud, toujours avec l’aide du génie. Celle-ci est complétée le 17 octobre par une nouvelle tranchée, située trois cents mètres en avant, au sud-est du moulin. Au final, le repos momentané que le champ de bataille accorde au 47e RI est mis à profit pour ériger un vaste réseau de tranchées connectées entre elles par des boyaux de communication, les postes étant eux-mêmes reliés par des câbles téléphoniques 47. C’est en fait le prélude d’une guerre de positions qui, véritablement, ne s’achève qu’à l’été 1918 puisqu’en quelques jours, les hommes passent d’un front fixé défensivement sur un remblai de voie ferrée à un complexe dispositif comprenant tout à la fois mitrailleuses, barbelés et scories.

Figure 15 : Positions du 47e RI dans le secteur d’Achicourt au 20 octobre 1915.

Figure 15 : Positions du 47e RI dans le secteur d’Achicourt au 20 octobre 1915.
  • 48  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11 octobre 1914.
  • 49  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 octobre 1914.
  • 50  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)
  • 51  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 52  Ashworth Tony, Trench Warfare 1914-1918, The Live and Let Live System, London, Pan Books, 2000.
  • 53  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 15 octobre 1914.

21Ce changement en implique beaucoup d’autres pour la troupe du 47e RI. C’est d’abord le rythme des combattants qui se modifie, situation leur octroyant ainsi un repos bien venu. En effet, le 12 octobre 1914, le rédacteur du journal des marches et opérations du 47e RI se fait l’écho – mais malheureusement sans les détailler – de « différentes mesures […] prises pour organiser le service du secteur et limiter l’effort des unités qui, servant à tour de rôle, sont mises au cantonnement » 48. D’ailleurs, le 29 octobre, « l’ordre est donné de diminuer les effectifs de service, à mesure que la valeur défensive de la position augmente » 49. Ce changement est particulièrement visible dans les mémoires de Julien Loret. En effet, à la mi-octobre 1914, celui-ci interrompt ses mémoires de guerre qui, jusqu’alors, suivent un cours chronologique ininterrompu : mobilisation, concentration, Charleroi, Guise, Marne, Pompelle puis Artois. La raison en est simple : après deux mois de campagne, Julien Loret est placé en cantonnement de repos, élément dont l’historicité ne justifie sans doute pas à ses yeux qu’il soit consigné pour mémoire dans ce document mais qui est annoncé de manière subliminale par un changement de chapitre puisque désormais « la vie des tranchées commence » 50. Il est à noter que ce nouveau rythme concerne tous les combattants – y compris un brancardier comme Louis Leseux qui s’en fait l’écho dans ses carnets 51 – et que le 47e RI ne saurait être considéré ici comme une exception. à n’en pas douter, ce changement satisfait tout le monde, Français comme Allemands, chacun essayant probablement de reconstituer ses forces et entrant de facto sans y prendre garde dans ce que Tony Ashworth appelle le live and let live system 52. D’ailleurs, le 15 octobre, et ce pour la première fois de la campagne, le rédacteur du JMO du 47e RI indique que « rien a changé » depuis la veille, formule qui va être amenée à être réutilisée un certain nombre de fois au cours de cette campagne 53.

  • 54  SHD-DAT : 26 N 133/9, JMO Génie 10e CA, 11-23 octobre 1914.
  • 55  Il s’agit de Tiloy-lès-Moflaines, bourgade située au nord-est d’Achicourt, aujourd’hui dans la ban (...)
  • 56  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 16-20 octobre 1914.

22En second lieu, il semble que la nature même des missions confiées au 47e RI soit quelque peu modifiée. Les travaux de fortification évoqués plus haut en sont une première preuve intéressante puisque ce dispositif, à en croire le journal des marches et opérations du génie du 10e corps, s’intègre dans l’organisation défensive d’Arras 54. Le JMO du 47e RI indique par ailleurs, le 12 octobre, qu’à « 17h15, le régiment est prévenu qu’il aura, en liaison avec la 39e brigade, à soutenir par le feu des reconnaissances que la division [du général] Barbot doit lancer du côté de Le Tillois » 55. Autrement dit, il n’est plus question, au quotidien, d’attaques massives sur Beaurains, mouvements offensifs impliquant toute l’unité, mais d’assurer un soutien à des « reconnaissances ». Seuls de petits groupes « d’explorateurs » sont constitués, sur la base du volontariat. S’ils peuvent bien entendu « s’efforcer de gagner du terrain et s’y installer », préfigurant ainsi les « coups de mains », leur mission semble avant tout défensive, puisqu’ils sont essentiellement chargés de « veiller en avant des lignes, la nuit ou par temps de brouillard ». Ainsi, à la mi-octobre – comme le 20 par exemple – le combat ne s’engage que si un de ces groupes d’éclaireurs s’avance trop près des lignes allemandes, à l’image du capitaine Grimaux et du sous-lieutenant Bihoreau, blessés par des « feux violents d’artillerie et de mitrailleuses » 56.

  • 57  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la G (...)
  • 58  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 27 octobre 1914.

23Bien entendu, le primat de l’offensive demeure et le commandement n’est pas dupe des dangers qu’il y a à ainsi consacrer ses journées à des travaux de défense. Le 27e régiment d’infanterie et le 2e grenadiers de la Garde qui font face au 47e RI pourraient en effet se méprendre quant à la combattivité de leur adversaire. Joseph Joffre lui-même s’en inquiète dans une note datée du 28 octobre où, prenant acte de « la situation générale et [d]es procédés de la guerre actuelle [qui] entraînent, sur une grande partie du front, un stationnement prolongé dans les mêmes tranchées », il craint que certaines unités « voient diminuer leur esprit offensif » 57. D’ailleurs, preuve que cette angoisse n’est pas partagée que par le généralissime, le 47e RI reçoit le 27 octobre l’ordre de procéder à 20h15 à un tir d’infanterie, « pour tenir constamment l’ennemi sous la menace d’une attaque ». Bien entendu, les Allemands répondent immédiatement, dans les mêmes proportions 58.

  • 59  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 31 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 31 octobre 1914.
  • 60  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 61  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 31 octobre 1914 et 26 N 133/2, JMO 10e CA, 31 octobre 1914.

24Le calme est donc tout relatif, ce que confirme bientôt la journée du 31 octobre 1914 puisque, dès treize heures, les Allemands attaquent, précédant leur mouvement d’une très violente préparation d’artillerie durant quatre heures 59. Dans son poste de secours, Louis Leseux tente de se protéger comme il peut car « les shrapnells tombent partout » 60. à 17h30, les Allemands quittent leurs tranchées et parviennent à prendre au 25e RI une briqueterie située à Beaurains, édifice dans lequel ils établissent un poste avancé malgré une âpre défense française, combinant feux d’infanterie et d’artillerie et infligeant de nombreuses pertes 61.

  • 62  Ibidem.

25Dans l’absolu, un tel gain est relativement sans conséquences sur le plan stratégique. De même, du point de vue du bilan humain, la situation est encore plus contrastée. Si le 10e corps ne déplore au soir du 31 octobre « que » vingt-cinq tués, quatre-vingts blessés et cent vingt-cinq disparus, il n’en va pas de même pour les Allemands puisque « deux cents cadavres environ restent sur le terrain », ce sans même évoquer les blessés et les prisonniers. Mais une instruction parvenue au 47e RI au début de la nuit confère une importance bien plus grande à cette attaque : « à vingt-deux heures, le général commandant le 10e corps d’armée pose en principe que tout point qui a été perdu doit être immédiatement repris et attaqué » 62.

Figure 16 : Plan de l’attaque du 2 novembre 1914.

Figure 16 : Plan de l’attaque du 2 novembre 1914.
  • 63  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 64  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 1er novembre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 1er novembre 1914.

26La journée du 1er novembre est calme. Louis Leseux pense que c’est parce que « la fête de la Toussaint est respectée à peu près partout » 63. Il n’en est rien puisqu’en réalité, il s’agit d’une veillée d’armes. En effet, après « reconnaissance du terrain et entente avec le colonel commandant le 25e RI », il est établi que l’attaque du lendemain sera précédée d’une préparation d’artillerie de dix minutes. L’assaut est programmé le lendemain matin « avant la pointe du jour », à 4h55, « brusquement, sans tirer, à la baïonnette, en trois colonnes d’assaut d’une compagnie chacune ». Le gros du mouvement est assuré par le 1/47e RI. La 3e compagnie opère au centre avec pour objectif de reprendre la briqueterie à l’ennemi. La 4e doit pour sa part s’emparer des hangars situés à l’ouest de l’édifice, ceux à l’ouest étant dévolus à la 1re compagnie qui, de plus, reçoit pour mission de déborder de façon à « menacer la droite de l’ennemi ». La 2e compagnie, pour sa part, se tient en réserve, dans les dernières maisons des faubourgs de Ronville 64. Le compte-rendu de cette opération dans le JMO de la 20e DI est aussi bref que laconique :

  • 65  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 2 novembre 1914.

« à 5h30, attaque par le bataillon Moreaux du 47e mis à la disposition du 25e sur la briqueterie de Beaurains après une courte préparation par le 75 et l’artillerie lourde. Elle échoue. Pertes : deux-cents hommes » 65.

  • 66  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

27De cet assaut, il ressort que, de toute évidence, cette attaque n’est pas bien préparée puisque que les hommes sont surpris par les défenses sur lesquelles ils viennent se heurter. Sans doute qu’une préparation d’artillerie plus longue, plus ciblée, aurait constitué un avantage certain même si l’on sait que, paradoxalement, les dégâts considérables provoqués par les obus bouleversent tellement le champ de bataille qu’ils finissent par gêner la progression des fantassins. De même, il apparaît à peu près certain que le boyau de communication érigé par le 25e RI est un endroit important de ce champ de bataille et qu’il aurait sans doute mérité une plus grande attention dans le plan qui a été dressé. Enfin, on peut s’étonner du fait que le talus, un élément difficile à franchir, ne soit pas pris plus en considération. Mais c’est au final Louis Leseux, demeuré dans son poste de secours, qui dit le mieux dans ses carnets toute l’impréparation de cette attaque. En effet, il indique qu’à six heures, soit une heure après le début de l’attaque, lui et ses compagnons quittent le poste de secours d’Achicourt pour un autre situé dans les faubourgs d’Arras, « plus près pour la relève des pauvres blessés restés sur le terrain » 66. Tout se passe comme si ce mouvement était pensé indépendamment des défenses ennemies, comme si l’on comptait alors sur les seules forces morales de la furia fancese pour l’emporter. Alors qu’une journée entière est consacrée aux préparatifs de cette attaque, l’anecdote relayée par Louis Leseux laisse à penser qu’à aucun moment il n’est question des blessés, comme si la guerre ne pouvait pas en faire. Alors que l’hiver 1914-1915 s’apprête à s’abattre sur les poilus du 47e RI, ce sont bien les réalités du champ de bataille qui se rappellent brutalement aux hommes.

  • 67  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 novembre 1914.
  • 68  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3-13 novembre 1914.

28Au final, de l’aveu même du rédacteur du journal des marches et opérations du 47e RI, « les pertes éprouvées par le 1er bataillon sont très élevées » puisqu’elles s’élèvent à plus de trois cents hommes 67, soit un tiers de son effectif. Ce, faut-il le rappeler, en à peine quelques minutes. Dans ces conditions, on ne s’étonne pas que les jours suivants soient mis à profit par le 47e RI pour panser ses plaies, réorganiser ses lignes et perfectionner les ouvrages défensifs du secteur. Conséquence immédiate et logique des lourdes pertes de l’attaque sur la briqueterie, de nouvelles nominations sont prononcées pour renouveler les cadres durement éprouvés. De même, en ce qui concerne la troupe, le 4 novembre, les 2e et 3e bataillons du 47e RI transfèrent au 1er soixante-quinze soldats chacun, afin de répartir équitablement les effectifs. Ce n’est que le 13 novembre que parvient du dépôt de Saint-Malo un renfort de trois cents hommes, destiné à regarnir les rangs 68.

  • 69  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 70  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 15 novembre 1914.
  • 71  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24-25 novembre 1914 et 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 24-25 novemb (...)

29Cet afflux de sang neuf permet à l’unité de se reconstituer et de revenir à une certaine routine où une période en réserve succède aux séjours en deuxième puis en première ligne. Le champ de bataille semble quant à lui engourdi dans une sorte de froide torpeur que n’interrompent que quelques sporadiques bombardements ainsi que les rituelles fusillades de la tombée de la nuit, comme pour rappeler aux hommes qu’ils sont bien en guerre. Cette mi-novembre 1914 est pour le 47e régiment d’infanterie le moment de l’entrée dans l’hiver, et d’une certaine manière dans la guerre elle-même, comme si les débuts du conflit appartenaient à l’été et à l’automne. C’est d’ailleurs le 17 novembre que la neige tombe pour la première fois 69. Depuis deux jours les jeunes soldats de la classe 1914 commencent à arriver au front, preuve à la fois d’un conflit qui dure mais également de l’immensité des pertes des premières semaines de campagne. Pour les aguerrir, ils sont maintenus en cantonnement de seconde ligne à Dainville avant d’être envoyés aux tranchées 70. Le 24 novembre, le III/47e RI gagne dans la soirée la ferme de l’équarrissage, au nord d’Arras, rejoint le lendemain par le II/47e RI. Le 1er bataillon reste lui quelques temps encore dans le secteur d’Achicourt 71 avant de rejoindre le reste de la troupe. Là aussi le secteur est organisé sur un rythme ternaire. Ainsi, pour un bataillon,

  • 72  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24 novembre 1914.

« trois compagnies assurent successivement le service de la première ligne. Elles y alternent tous les trois jours soit un jour de tranchées et deux jours de cantonnement. L’autre compagnie assure de façon permanente [avec un peloton de territoriaux] la défense de la seconde ligne » 72.

  • 73  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

30Se remémorant cette période lorsqu’il entreprend de rédiger ses mémoires, Julien Loret indique que « la guerre des tranchées était commencée », et qu’elle « dura quatre ans »73.

6.3. Avec le printemps vient le combat

  • 74  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12-20 février et 21 mars 1915.
  • 75  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 28 avril 1915, 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 3 mai 1915.

31L’hiver 1914-1915 est donc relativement calme pour le 47e régiment d’infanterie, l’unité n’étant impliquée dans aucune offensive et n’ayant à repousser aucun assaut ennemi. La situation est telle qu’en février, le rédacteur du JMO note que « la vie intérieure du régiment se rapproche de plus en plus de la vie de garnison ». Seul changement notable, les hommes sont dorénavant vêtus de la célèbre tenue « bleu horizon », reçue progressivement au cours de l’hiver 74. Une telle situation ne peut évidemment pas durer et, le 28 avril 1915, le 1er bataillon, seule portion du 47e RI encore en ligne, quitte les tranchées. Toute l’unité est alors regroupée à Bernevile et goute à quelques jours de « repos », calme avant la tempête, que ne viennent même pas troubler quelques tirs de l’artillerie allemande 75.

  • 76  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.
  • 77  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915.
  • 78  Celui-ci remplace le général Defforges décédé en 1915 le 13 novembre 1914. SHD-DAT : 26 N 133/2, J (...)
  • 79  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.
  • 80  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915.
  • 81  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.
  • 82  SHD-DAT : 26 N 300/1, JMO 19e DI, nuit du 8 au 9 mai 1915.
  • 83  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 mai 1915.

32C’est donc une évidence pour tout le monde, le 47e RI va devoir passer à l’attaque dans les jours à venir. Comme toujours, cet assaut doit se comprendre dans un mouvement encore plus vaste, initié par toute la Xe armée du général d’Urbal. Celui-ci a pour but de « percer les lignes ennemies » au moyen d’une offensive et d’une poursuite « extrêmement vigoureuses, sans trêves, ni merci » 76. En d’autres termes, on escompte bien déloger les Allemands de leurs tranchées puis reprendre la guerre de mouvement en partant à leur poursuite. La 19e DI, renforcée d’un bataillon de la 40e brigade, doit attaquer entre Saint-Laurent-Blangy et Chantecler, en direction de Roclincourt 77. « Faute d’effectifs suffisants », la 20e DI n’est pas autorisée à attaquer au sud d’Arras, comme l’aurait pourtant souhaité le général Wirbel commandant le 10e corps 78. Mais bon prince, ou diplomate c’est selon, le général d’Urbal promet une offensive dans ce secteur dès que l’assaut au nord d’Arras sera couronné de succès, afin de donner « à l’ennemi de l’inquiétude pour ses flancs et ses derrières » 79. Le gâteau de la victoire semble si appétissant que chacun en souhaite une part… Pour autant, malgré des effectifs restreints, la 19e DI n’attaque pas seule. Au contraire même, puisque celle-ci dispose d’un appui « très puissant » d’artillerie fourni par l’AD 19 mais également par une demi-batterie prêtée par la 20e division ainsi que de nombreuses pièces d’artillerie lourde 80. Une quantité considérable d’obus est amenée sur place. Ainsi, chaque pièce d’artillerie lourde est approvisionnée en munitions pour pouvoir tirer cent coups, l’artillerie de campagne trois cents coups 81. à cette impressionnante puissance de feu viennent s’ajouter quelques éléments épars, à savoir deux compagnies du génie, un bataillon territorial, douze pièces de tranchées – des petits canons de calibre 58 –, ainsi qu’un régiment d’infanterie prêté par la 20e division, le 47e de Saint-Malo 82. Le rôle de cette unité est précisément défini puisqu’elle doit protéger le flanc droit de la 19e division en faisant face au sud vers Saint-Laurent de façon à arrêter toute contre-attaque. Pour ce faire, il faut que les hommes franchissent les lignes allemandes puis investissent une position dite de la « maisonnette brulée » 83.

Figure 17 : Plan de l’attaque du 9 mai 1915 par le 47e régiment d’infanterie.

Figure 17 : Plan de l’attaque du 9 mai 1915 par le 47e régiment d’infanterie.
  • 84  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août (...)
  • 85  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

33Les hommes du 47e RI partent d’un endroit dénommé la stéarinerie, en souvenir d’une ancienne fabrique de bougies bombardée en octobre 1914 84. C’est là que Louis Leseux et les brancardiers du 47e RI sont installés en prévision de l’attaque, terrés dans des caves. La description qu’il en donne dit d’ailleurs bien l’ambiance dans laquelle évoluent les hommes : « La maison ou plutôt ce qu’il en reste » 85.

  • 86  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915.
  • 87  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5-6 mai 1915.
  • 88  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7-8 mai 1915.
  • 89  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 9 mai 1915.
  • 90  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

34Bien que le secteur soit particulièrement dangereux, l’attaque paraît sur le papier très bien agencée. Ainsi, dès le 6 mai, alors que l’artillerie se règle des travaux sont menés en vue de préparer l’assaut. Boyaux, postes de secours, dépôts de munitions et de vivres ainsi que les parallèles de départ sont inspectés, approvisionnés et, le cas échéant, améliorés 86. Le 47e RI s’attèle tout particulièrement à la construction de trois sapes, d’une place d’armes et d’une tranchée orientée nord-est. Certains boyaux sont élargis pour qu’une compagnie puisse y tenir 87. Une attention toute particulière est portée aux moyens de franchissement des parapets, pour sortir des tranchées 88. Le plan du secteur tel que rapporté par le JMO de la 40e brigade est à cet égard particulièrement instructif en ce qu’il montre très clairement trois boyaux reliant la stéarinerie aux tranchées de départ, chacun étant en sens unique – deux montent, un descend – pour mieux fluidifier la circulation des troupes 89. La préparation d’artillerie elle-même doit s’effectuer en trois étapes. La première consiste en un « tir de démolition » par l’artillerie lourde de toutes les localités et ouvrages « importants » occupés par l’ennemi sur le secteur de l’attaque. La veille de l’attaque, l’artillerie lourde doit ensuite procéder à un « tir de destruction » de tous les points d’appui « que l’ennemi pourrait rétablir en quelques heures ». Enfin, une préparation dite « immédiate » doit avoir lieu le jour de l’attaque « quand l’heure en sera donnée par le général commandant l’armée ». Celle-ci doit durer quatre heures, terme au bout duquel l’infanterie doit charger 90.

  • 91  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er, 6 et 7 mai 1915.

35Pour autant, il y a des paramètres sur lesquels on ne peut pas influer, au premier rang desquels le temps. L’attaque est ainsi repoussée plusieurs fois du fait des conditions atmosphériques. La journée du 7 mai est notamment marquée par une brume « intense » qui tarde à se lever puis par des pluies orageuses 91.

  • 92  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 mai 1915.
  • 93  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7-8 mai 1915.
  • 94  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 9 mai 1915.
  • 95  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.
  • 96  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 9 mai 1915 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.
  • 97  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

36En conséquence, et en prévision de cette attaque, le 47e régiment d’infanterie se tient prêt à bondir, dans des tranchées du secteur de Maison blanche 92. On distribue aux hommes des munitions, divers ustensiles et matériels de signalisation ainsi que des « appareils de protection contre les gaz » 93. à 5h47, le général d’Urbal apprend que la visibilité sur le champ de bataille est bonne. Il fait immédiatement parvenir par téléphone et télégramme l’ordre suivant : H=6 94. L’attaque débutera dans treize minutes, l’assaut proprement dit quatre heures plus tard. à l’heure H, l’artillerie poursuit sa préparation entamée les jours précédents mais « en augmentant progressivement l’intensité de son feu » 95. à dix heures précises, sur tout le front de la Xe armée, les compagnies commencent à sortir des tranchées, baïonnette au canon 96. Au 47e RI, la première est la 6e, suivie très rapidement de la 7e, mais toutes deux sont quasi instantanément immobilisées par les mitrailleuses ennemies. Il en est de même pour les éléments des 8e et 5e compagnies qui sortent de leurs tranchées 97, comme le rapporte très clairement Julien Loret :

  • 98  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

« Donc à l’heure H avec ma compagnie, j’avais escaladé le parapet de notre tranchée, au coude à coude avec mes camarades, or je n’avais pas fait plus de deux pas, sur la plaine, que celui qui se trouvait à ma droite tombait frappé à mort. Son nom Raphaël Gaudin, un jeune homme de Saint-Pierre Marc-en-Poulet. Non atteint, j’avais continué d’avancer de vingt-cinq mètres environ lorsque j’avais constaté que mes camarades n’avançaient pas, et pour cause, ceux qui n’étaient pas tués, avec leur bêche creusaient des trous dans le sol pour s’abriter des balles qui pleuvaient. à mon tour j’avais décidé en utilisant un léger repli de terrain de creuser rapidement un trou, en abritant ma tête avec mon sac. J’avais réussi à creuser le sol et les balles ne pouvaient plus m’atteindre » 98.

37Julien Loret a de la chance. Le rédacteur du JMO du 47e RI indique en effet que nombreux sont les hommes qui, parvenus aux « fils de fer » tendus par l’adversaire, y restent accrochés, fauchés par les balles ennemies. Malgré cela, la poursuite de l’attaque est ordonnée. Les combats sont d’une violence difficile à retranscrire. Ainsi, lorsque le I/47e RI reçoit l’ordre à 12h30 de sortir, celui-ci ne peut même pas déboucher de ses propres lignes :

  • 99  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

« La parallèle de départ complètement bouleversée par les obus, remplies de cadavres et de blessés ne peut être utilisée. Les sapes sont obstruées par des éléments du [2e bataillon] notamment des 5e et 8e compagnies qui pour cette raison n’ont pu déboucher sur la plaine » 99.

  • 100  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)
  • 101  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

38Pour les quelques survivants qui parviennent à sortir de leurs lignes, la situation est extrêmement périlleuse, d’autant plus que les officiers, obéissant aux ordres, réclament que les hommes se portent sans cesse plus en avant. Heureusement, cette terre de la plaine d’Arras est relativement friable, ce qui permet aux rescapés de s’enterrer sans trop de difficultés mais non sans danger, à l’instar de Julien Loret, légèrement blessé lors de ce combat 100. Amer et impuissant, le rédacteur du JMO du 47e RI ne peut que constater que « le feu des mitrailleuses ennemies est d’ailleurs si nourri et si bien réglé que là où il y a encore un parapet tout homme qui tente de le franchir est immédiatement couché dessus ». Mais rien n’y fait, il faut poursuivre le mouvement offensif malgré les redoutables défenses allemandes. Le I/47e RI s’emploie ainsi à dégager et consolider une parallèle de départ. En dépit des difficultés, une compagnie, la 4e, est même déployée. à dix-sept heures, un nouvel ordre d’assaut est donné, onze heures après l’heure H. Au signal convenu, un coup de sifflet donné par le lieutenant Jeanbrum, cette compagnie part à l’assaut mais est aussi irrémédiablement qu’immédiatement fauchée par les mitrailleuses ennemies. Seuls quelques éléments, véritables miraculés, dont le lieutenant Jeanbrum, parviennent à atteindre les lignes allemandes. Mais alors que la 1/47e RI s’apprêtait elle aussi à sortir de la tranchée, un ordre parvient réclamant de « cesser momentanément toute offensive et de se borner jusqu’à nouvel ordre à se garder contre toute attaque » 101.

  • 102  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.
  • 103  BAVCC/Mémoire des hommes.
  • 104  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 9 mai 1915.

39Le bilan est extrêmement lourd : cent cinquante tués, blessés ou disparus au premier bataillon, deux cents au deuxième et trois cent cinquante au troisième 102. Pour cette seule journée du 9 mai 1915, le bureau des archives des victimes des conflits contemporains recense cent deux soldats du 47e RI titulaires de la mention « Mort pour la France » 103. Le 10e corps d’armée est ainsi amputé de trois mille cinq cents hommes et de cinquante officiers 104.

40Cette attaque du 9 mai 1915 est à bien des égards emblématique des mois de mai et juin 1915 pendant lesquels le 47e RI combat en Artois. Tout d’abord parce que non seulement le champ de bataille sur lequel évolue l’unité se distingue singulièrement de Charleroi ou encore de Guise mais que, de plus, il n’accorde aucune prime à l’offensive, au contraire même, ce dont se rendent parfaitement compte les hommes. C’est ainsi que, amer, le rédacteur du JMO du 47e RI résume les causes « faciles à déduire » qui conduisent à l’échec de cette attaque :

  • 105  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

« 1° insuffisance de la préparation d’artillerie qui n’a ni démoli les blockhaus de mitrailleuses ni endommagé les fils de fer.
2° insuffisance des moyens de débouché, l’unique parallèle ayant été presque immédiatement bouleversée […] » 105.

  • 106  « Les combats de Neuville-Saint-Vaast », Le Petit Parisien, n°14 080, 18 mai 1915, pp. 1-2.
  • 107  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 7 juin 1915.

41Aussi est-ce finalement sans surprise que de la même manière que le 9 mai 1915, les attaques prononcées par le 47e RI dans le fameux Labyrinthe au cours du mois de juin échouent toutes à réaliser la percée décisive qui permettrait de revenir à la guerre de mouvement. Le ministère de la Guerre décrit lui-même cette portion du front comme étant une suite de boyaux, d’ouvrages bétonnés, de canons sous coupoles, de mitrailleuses en caponnière… 106 C’est à la grenade et à coups de « pétards » que les hommes du 47e RI y combattent, sous des bombardements d’une intensité difficilement imaginable puisqu’en certains endroits dix obus tombent chaque minute 107. Loin de ressembler à Charleroi ou Guise, il s’agit en fait, comme bien des années plus tard lors de la bataille d’Alger, de véritables combats de rue puisque ça et là les artères du Labyrinthe sont obstruées par des « barricades » tenues par les Allemands.

  • 108  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 juin 1915.
  • 109  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 13 et 16 juin 1915.
  • 110  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 25-28 juin 1915.

42Contre toute attente, c’est dans ce type de combat extrêmement rapproché que le 47e RI parvient à gagner quelques dizaines de mètres de terrain 108. Lorsque le combat se déroule au-dessus du Labyrinthe, c’est-à-dire en « terrain libre », l’assaut est immédiatement étouffé par les mitrailleuses adverses, les hommes n’ayant le temps d’effectuer à peine quelques pas sur le no man’s land qu’ils sont fauchés par les tirs ennemis 109. à la fin du mois de juin, attaquer devient d’autant plus difficile que le champ de bataille est plongé sous la pluie, transformant le Labyrinthe en bourbier 110. Ainsi jamais, au cours de ce meurtrier printemps 1915, le 47e régiment d’infanterie ne parvient à percer durablement les lignes allemandes.

  • 111  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 30 juin-16 juillet 1915.
  • 112  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

43Pendant ce temps les pertes s’accumulent et les survivants deviennent de plus exsangues. Après un ultime renfort de six cents hommes reçu le 30 juin et un dernier séjour en ligne, le 47e RI est placé au repos le 14 juillet. Deux jours plus tard, les permissions débutent 111. Julien Loret est un des premiers de la 5e compagnie à en bénéficier 112 et à ainsi retourner dans ses foyers, cinquante semaines après la mobilisation générale. Le 47e régiment d’infanterie est alors définitivement entré en guerre.

Notes

1  SHD-DAT : 26 N 572/1, JMO 2e RI, 17 septembre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 17-28 septembre 1914. Pour une synthèse sur le 47e RI au fort de la Pompelle, on se permet de renvoyer à Le Gall Erwan, « Investir la culture de guerre du premier conflit mondial ? Le 47e régiment d’infanterie au fort de la Pompelle, 13-17 septembre 1914 », Bulletins et mémoires de la Société archéologique & historique d’Ille-et-Vilaine, tome CXVI, 2012, pp. 261-286.

2  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 septembre 1914.

3  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1924, tome 1er, 4e volume, La guerre de mouvement (opérations antérieures au 14 novembre 1914), page 128.

4  Andriessen Hans, La Première Guerre mondiale, histoire en images, Lisse, Gründ, 2002, page 117.

5  Koeltz Louis, La guerre de 1914-1918, les opérations militaires, Paris, éditions Sirey, 1966, page 144.

6  Jauneaud Marcel, « Souvenirs de la bataille d’Arras (octobre 1914) », Revue des deux mondes, août 1920, pp. 376-379.

7 SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 30 septembre 1914.

8  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 octobre 1914.

9  SHD-DAT: 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 2 octobre 1914.

10  SHD-DAT: 26 N 636/6, JMO 47e RI, 1-2 octobre 1914 et 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 2 octobre 1914.

11  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 octobre 1914.

12  SHD-DAT: 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 2 octobre 1914.

13  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 octobre 1914.

14  SHD-DAT: 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 3 octobre 1914.

15  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 octobre 1914.

16  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 octobre 1914 et 26 N 659/1, JMO 71e RI, 3 octobre 1914.

17  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914.

18  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

19  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914 et 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 4 octobre 1914.

20  SHD-DAT : 26 N 300/1, JMO 20e DI, 4 octobre 1914.

21  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

22  Ratinaud Jean, La course à la mer, Paris, Fayard, 1967, page 170.

23  BAVCC/Mémoire des hommes.

24  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914.

25  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914 et 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 4 octobre 1914.

26  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 4 octobre 1914.

27  Farge Arlette, « Présentation », in Allard Jules, Journal d’un gendarme 1914-1916, Paris, Fayard, 2010, page 41.

28  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 5 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5 octobre 1914.

29  SHD-DAT : 26 N 300/1, JMO 19e DI, 5 octobre 1914. Sur le rôle de ces territoriaux particulièrement éprouvés lors de la bataille d’Arras, Ratinaud Jean, La course à la mer, op. cit., page 170 et suivantes.

30  Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, op. cit., page 4. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5 octobre 1914.

31  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5 octobre 1914.

32  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 6 octobre 1914.

33  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 6 octobre 1914.

34  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5 octobre 1914.

35  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

36  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 6 octobre 1914.

37  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 octobre 1914.

38  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 6 octobre 1914.

39  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 6 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6 octobre 1914.

40  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 6-9 octobre 1914.

41  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

42  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 8-9 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 octobre 1914.

43  Celles-ci demeurent dans la « tranchée du chemin de fer », en réserve, à disposition de la 40e brigade. SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 9 octobre 1914.

44  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 octobre 1914.

45  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 9 octobre 1914.

46  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 octobre 1914.

47  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 15 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11-17 octobre 1914.

48  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11 octobre 1914.

49  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 octobre 1914.

50  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

51  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

52  Ashworth Tony, Trench Warfare 1914-1918, The Live and Let Live System, London, Pan Books, 2000.

53  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 15 octobre 1914.

54  SHD-DAT : 26 N 133/9, JMO Génie 10e CA, 11-23 octobre 1914.

55  Il s’agit de Tiloy-lès-Moflaines, bourgade située au nord-est d’Achicourt, aujourd’hui dans la banlieue sud-est d’Arras. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 11 octobre 1914.

56  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 16-20 octobre 1914.

57  Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1924, tome 1er, 4e volume, op. cit., pp. 398-399.

58  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 27 octobre 1914.

59  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 31 octobre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 31 octobre 1914.

60  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

61  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 31 octobre 1914 et 26 N 133/2, JMO 10e CA, 31 octobre 1914.

62  Ibidem.

63  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

64  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 1er novembre 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 1er novembre 1914.

65  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 2 novembre 1914.

66  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

67  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 novembre 1914.

68  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3-13 novembre 1914.

69  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

70  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 15 novembre 1914.

71  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24-25 novembre 1914 et 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 24-25 novembre 1914.

72  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24 novembre 1914.

73  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

74  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 12-20 février et 21 mars 1915.

75  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 28 avril 1915, 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 3 mai 1915.

76  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

77  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915.

78  Celui-ci remplace le général Defforges décédé en 1915 le 13 novembre 1914. SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 13 novembre 1914.

79  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

80  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915.

81  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

82  SHD-DAT : 26 N 300/1, JMO 19e DI, nuit du 8 au 9 mai 1915.

83  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 mai 1915.

84  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août 1915 », Bulletins périodiques de la Société d’études historiques et économiques. Le pays de Granville, octobre 1929, n°8, page 231.

85  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

86  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 5 mai 1915.

87  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 5-6 mai 1915.

88  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7-8 mai 1915.

89  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 9 mai 1915.

90  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er mai 1915.

91  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 1er, 6 et 7 mai 1915.

92  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 3 mai 1915.

93  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7-8 mai 1915.

94  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 9 mai 1915.

95  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

96  SHD-DAT : 26 N 51/3, JMO Xe armée, 9 mai 1915 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

97  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

98  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

99  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

100  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

101  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

102  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

103  BAVCC/Mémoire des hommes.

104  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e corps, 9 mai 1915.

105  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 mai 1915.

106  « Les combats de Neuville-Saint-Vaast », Le Petit Parisien, n°14 080, 18 mai 1915, pp. 1-2.

107  SHD-DAT : 26 N 133/2, JMO 10e CA, 7 juin 1915.

108  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 juin 1915.

109  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 13 et 16 juin 1915.

110  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 25-28 juin 1915.

111  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 30 juin-16 juillet 1915.

112  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

Table des illustrations

Titre Figure 14 : Positions occupées par le 47e RI au soir du 2 octobre 1914.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 15 : Positions du 47e RI dans le secteur d’Achicourt au 20 octobre 1915.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Figure 16 : Plan de l’attaque du 2 novembre 1914.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Figure 17 : Plan de l’attaque du 9 mai 1915 par le 47e régiment d’infanterie.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 286k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search