Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Nouvelles perspectives sur une entrée en guerre

VII - Les pertes du 47e régiment d’infanterie

Texte intégral

  • 1  Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, op. cit.

1De Charleroi à l’Artois en passant par Guise et la Marne, l’histoire de l’entrée en guerre du 47e régiment d’infanterie est jalonnée de morts. L’impression est encore pire lorsque l’on considère la campagne dans son ensemble, même si, paradoxalement, les pertes sont tellement nombreuses qu’elles en deviennent difficilement quantifiables. C’est par le fichier des titulaires de la mention « Mort pour la France » conservé par le Bureau des archives de victimes des conflits contemporains et mis en ligne sur Mémoire des hommes que l’on peut approcher, semble-t-il le plus finement, cette réalité. Le nombre total des morts pour la France de cette unité au cours de la Première Guerre mondiale approche en effet les 2 700, estimation à comparer aux 2 280 de l’historique « officiel » publié en 1920 1.

  • 2  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

2Pourtant, ce chiffre de 2 700 est une donnée doublement a minima. D’une part parce que l’on sait que les modalités d’attribution de la dite mention sont éminemment restrictives et, d’autre part, parce que, dans un tel travail, les oublis sont toujours possibles – et malheureusement inestimables. Mais la confrontation des sources permet, encore une fois, d’avoir une idée plus précise des pertes du 47e RI pendant la Première Guerre mondiale. Le journal des marches et opérations de l’unité fait ainsi état de 627 hommes hors de combat au soir de la bataille de Guise 2, tandis que la base de données des morts pour la France fait état de 170 tués et disparus, soit un rapport de 1 à 3,7 qui se retrouve peu ou prou dans tous les grands pics de mortalité de l’unité.

3En conservant la même échelle, on obtient un chiffre hautement significatif de 9 990 qui laisse entendre que, durant la Première Guerre mondiale, l’effectif total du 47e régiment d’infanterie est probablement renouvelé trois fois. C’est donc là une caractéristique essentielle du portrait-robot du fantassin de cette unité : peu importe son âge, son grade ou son origine géographique, il est avant tout une perte en puissance. Mais en y regardant de plus près, il s’avère que la mortalité au sein du 47e RI n’est pas égale tout au long du conflit, ces variations morbides dessinant en creux les contours de l’entrée en guerre de l’unité.

7.1. La violence aveugle des premiers combats

  • 3  BAVCC/Mémoire des hommes.

4La base de données des titulaires de la mention « Mort pour la France » du 47e régiment d’infanterie décédés durant les mois d’août et septembre 1914 comporte 403 noms : 318 sont « tués à l’ennemi », 25 sont portés « disparus », 57 sont « victimes de blessures de guerre », deux meurent « en captivité » et un est déclaré « malade ». Au mois d’août 1914, les chiffres sont réellement terrifiants : 110 tués et disparus à Charleroi, 170 à Guise 3.

  • 4  SHD-DAT : 26 N 790/1, JMO 74e RIT et 26 N 790/12, JMO 76e RIT. Anonyme, Historique du 76e régiment (...)
  • 5  Anonyme, Historique du 78e régiment d’infanterie territoriale (1914-1918), Saint-Servan, Jules Hai (...)
  • 6  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 26-31 décembre 1914.
  • 7  SHD-DAT : 26 N 133/1, JMO 10e CA, 30 septembre 1914.

5De suite, un premier constat s’impose : les deux premiers mois de campagne se traduisent pour le 47e RI par une mortalité très importante, tout particulièrement en août, ce qui n’est pas nécessairement le cas de toutes les unités, notamment territoriales. Cette réalité statistique s’explique autant par le caractère éminemment meurtrier des premiers combats menés par l’active que par la doctrine d’emploi de la territoriale qui, dans un premier temps, affecte les « pépères » à des positions situées loin du front. Ainsi les 74e et 76e RIT – qui, jusqu’au début du mois d’octobre 1914, sont en charge de la défense des côtes, notamment dans le Cotentin – ne déplorent respectivement que deux et trois morts pendant cette période 4. Même chose pour le 78e RIT de Saint-Malo qui, affecté au camp de Paris, enregistre quatre morts pendant le même laps de temps 5. Bien entendu, compte tenu des pertes des premières semaines et de la nécessité de regarnir les rangs, la distinction entre active et territoriale tend à partir de quelques semaines à s’estomper. C’est ainsi que les hommes du 47e régiment d’infanterie occupent des tranchées pendant l’hiver 1914-1915 avec leurs camarades de brigade du 2e régiment d’infanterie, mais également avec quelques compagnies territoriales 6. Cette évolution n’est d’ailleurs pas propre au 47e RI puisqu’à la fin du mois de septembre 1914, deux bataillons du 70e RI partent pour Arras afin de servir « conjointement avec une brigade territoriale, de soutien au corps d’armée » 7. Aussi, à partir d’octobre 1914, la courbe de mortalité du 47e RI évolue à peu près de la même manière que celles des régiments territoriaux de Vitré, Saint-Malo et Saint-Brieuc. Pour résumer, on peut avancer, sans surprise d’ailleurs, que le régiment d’active est, durant les deux premiers mois de campagne, environ cent fois plus touché que les unités constituées de « pépères », ceux-ci n’étant engagés sur le front qu’à l’automne 1914. D’un certain point de vue, l’entrée en guerre peut être considérée comme la période pendant laquelle se maintient cette distinction en termes de doctrine d’emploi entre unités actives et territoriales.

Figure 18 : Comparaison des « tués à l’ennemi » du 47e RI et des 74e, 76e et 78e RIT.

Figure 18 : Comparaison des « tués à l’ennemi » du 47e RI et des 74e, 76e et 78e RIT.
  • 8  BAVCC/Mémoire des hommes.

6Mais les données issues de Mémoire des hommes ne doivent pas tromper. En effet, le nombre de disparus est beaucoup plus important que ce qu’indiquent les fiches du ministère des pensions puisque sur 403 mentions « Mort pour la France », 331 sont attribuées après un jugement déclaratif de décès, procédure qui, en général, intervient précisément après une disparition. Le second constat qui s’impose est donc celui d’une mort aveugle. Pour paraphraser Victor Hugo, on pourrait même ajouter qu’en août 1914, les hommes du 47e RI, tels des marins, ne meurent pas. Ils disparaissent. Mais ce qui est vrai pour le premier mois de campagne ne vaut pas pour l’ensemble du conflit. à titre de comparaison, 403 militaires du 47e RI décédés en 1917 sont également titulaires de la mention « Mort pour la France », mais seulement 51 d’entre eux à la suite d’un jugement déclaratif de décès. De même, aucun mort pour la France du 47e RI au titre de l’année 1916 n’est porté disparu suivant les données récoltées sur Mémoire des hommes. D’ailleurs, à peine 10% d’entre eux le sont après un jugement déclaratif de décès 8.

7Dès lors, pour l’exemple particulier que constitue le 47e RI, les données émanant du fichier des titulaires de la mention « Mort pour la France » paraissent devoir amener à considérer deux formes de violences bien distinctes. Celle qui se déclenche au début de la campagne, tout particulièrement en août 1914, peut être considérée comme réellement aveugle, puisque dans la majorité des cas la dépouille n’est pas retrouvée pendant la bataille. L’autre forme de violence de guerre est celle qui, à partir de l’automne 1914, semble plus ciblée puisque les décès peuvent être, dans la plupart des cas, constatés. En réalité, c’est bien la classique dichotomie entre guerre de position et de mouvement qui se révèle ici. Ces disparitions tiennent en effet pour l’essentiel à la retraite et au fait que les armées françaises reculant face à l’avancée allemande, elles sont dans l’impossibilité de dire si les soldats portés disparus sont blessés, morts ou prisonniers.

Figure 19 : Les tués et disparus du 47e RI au cours des mois d’août et septembre 1914.

Figure 19 : Les tués et disparus du 47e RI au cours des mois d’août et septembre 1914.
  • 9  Anonyme, Le Père Umbricht, Aumônier militaire, 1914-1940, Paris, éditions de la Légion française d (...)
  • 10  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 13 novembre 1914.

8Ces pertes sont régulièrement compensées par des renforts venus du dépôt de Saint-Malo. Si, à notre connaissance, il n’existe aucun document récapitulant, pour l’ensemble de la période, ces adjonctions d’effectifs, il est néanmoins possible d’en retrouver la trace en croisant les sources. On sait ainsi que le 47e régiment d’infanterie bénéficie de renforts le 28 août, mais également le 9 septembre, à Bannay, puis le 18 et enfin le 22 septembre 1914 9. D’autres suivent, plus tard, notamment le 13 novembre 1914 10, pour compenser les terribles pertes des combats menés dans le Pas-de-Calais.

  • 11  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI.
  • 12  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

9Malheureusement, les éléments relatifs à ces renforts sont assez parcellaires. Néanmoins, en additionnant les données chiffrées à notre disposition, on obtient un total de 1 600 hommes en renfort pour le seul mois de septembre 1914 11. Ces chiffres laissent donc entendre que le régiment est amputé de la moitié de ses effectifs entre Charleroi, le 22 août, et les marais de Neuf Ans, le 19 septembre. Il est néanmoins intéressant de constater que si on applique le même coefficient multiplicateur de 3,7 relevé au soir de la bataille de Guise 12, à l’ensemble des 403 morts pour la France du 47e RI pour les mois d’août et septembre 1914, on obtient alors un total de pertes sensiblement équivalent. Il ne semble donc pas imprudent d’avancer qu’au moment où le 47e RI s’apprête, à la fin du mois de septembre 1914, à gagner le Pas-de-Calais pour prendre part à la « course à la mer », l’unité a alors perdu la moitié de ses effectifs de départ. Ces chiffres en disent long sur l’impact de l’entrée en guerre sur une unité telle que le 47e RI.

10Hélas, le journal des marches et opérations du 47e régiment d’infanterie, source essentielle et quasi unique en la matière, ne détaille pas l’affectation de ce sang neuf au sein de l’unité. On ne peut donc approcher ces mouvements de population au sein des nano-groupes que sont la compagnie, la section et l’escouade, pourtant essentiels à la psychologie du combattant. Il est possible toutefois d’imaginer que ces hommes venus du dépôt repeuplent les sections des compagnies les plus éprouvées. Dès lors, l’analyse de ces renforts ne pourra se limiter qu’à leur chronologie. Aussi, en s’inspirant fortement de Monsieur de La Palisse, on avancera que ceux-ci n’interviennent qu’après des batailles où l’unité est sérieusement éprouvée.

11On peut néanmoins estimer sans trop de risque d’erreur que ces renforts, ou tout du moins les pertes qu’ils viennent combler, constituent un second bouleversement au sein du 47e RI, venant brouiller définitivement les liens qui pouvaient exister avant-guerre au sein de la troupe, qu’il s’agisse de militaires de carrière ou de conscrits. En effet, à l’échelle d’un régiment d’infanterie, la mobilisation générale est synonyme de doublement des effectifs. Concrètement, une compagnie qui en temps de paix regroupe huit escouades en compte désormais seize en temps de guerre. Aussi, avec la mobilisation, viennent au régiment plusieurs centaines d’individus qu’il faut loger, équiper et réinstruire… Ces nouveaux arrivants doivent être de surcroît répartis dans les escouades de chaque compagnie. étant acquis que celles-ci ne peuvent être constituées uniquement de rappelés, certains militaires de carrière ou conscrits présents au régiment depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, sont ainsi amenés à changer d’escouade. Or, ce qui ne pourrait apparaître que comme un changement anodin correspond en réalité pour ces hommes à une altération profonde du groupe primaire, l’individu arrivant dans une communauté inconnue de lui ou presque. Certes, le voyage jusqu’à la zone de concentration des troupes puis les longues marches préalables au baptême du feu sont assurément des moments où l’escouade est mise à dure épreuve, où les solidarités sont testées et des liens se tissent, ou pas, suivant les affinités. Mais les pertes des batailles de Charleroi et Guise sont telles que les renforts qui viennent les combler contribuent à brouiller encore plus les rapports des combattants au sein de leur groupe primaire, qu’il s’agisse de conscrits, de rappelés, ou de soldats de carrière. De ce point de vue, l’entrée en guerre induit bien pour le 47e régiment d’infanterie un complet brouillage des solidarités horizontales entre hommes de troupe au sein des escouades.

  • 13  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit.

12Il est difficile d’évaluer l’effet de ces renforts sur les hommes puisqu’au sein du corpus de témoignages du 47e régiment d’infanterie à notre disposition, seul Albert Omnès 13 les évoque brièvement, toutefois sans s’attarder plus que cela sur le sujet. L’économie qui régit la rédaction des carnets de guerre pourrait expliquer en partie cet état de fait. On sait en effet que ces petits cahiers sont des espaces restreints sur lesquels les combattants ne mentionnent que les informations les plus importantes. Dès lors, si les renforts ne sont pas – ou presque – mentionnés par les combattants, c’est sans doute parce que ceux-ci ne modifient que peu la structure de l’unité, notamment en termes d’origine géographique de la troupe.

7.2. Un ennemi insidieux...

  • 14  BAVCC/Mémoire des hommes.

13Mais, encore une fois, il convient de rester prudent sur cette question puisqu’Albert Omnès achève la rédaction de son carnet au mois d’octobre 1914, au moment où il est blessé et où le 47e régiment d’infanterie subit un véritable coup d’arrêt en Artois, abandonnant définitivement – tout du moins jusqu’en 1918 – le mouvement pour l’enlisement dans les tranchées. Signe de l’immobilisme qui caractérise l’hiver 1914-1915, les fantassins du 47e RI doivent affronter deux nouveaux ennemis tout aussi invisibles que l’Allemand et sa tenue feldgrau : le pou et le microbe. Bien qu’étonnement absents des carnets et mémoires de Louis Leseux et Julien Loret, les « totos », comme les appellent eux-mêmes les poilus, font partie intégrante de l’expérience combattante et sont si intimement liés au topos des tranchées qu’il ne semble pas la peine d’insister outre mesure. On prendra juste soin de souligner que leur apparition témoigne de l’hygiène plus que précaire qui règne dans les lignes, ce qui n’est pas sans conséquences sur la santé même des soldats. En effet, pour toute la durée du conflit, le fichier des morts pour la France du 47e RI fait apparaître 146 décès pour cause de « maladie en service » 14. Or sur un certain nombre de fiches, la pathologie est spécifiée. 26 cas imputés à une fièvre typhoïde sont ainsi recensés.

  • 15  Rasmussen Anne, « à corps défendant : vacciner les troupes contre la typhoïde pendant la Grande Gu (...)
  • 16  Bloch Marc, écrits de guerre 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1997, pp. 7-8.

14Mais ces chiffres appellent plusieurs précisions. D’abord il s’agit là de données a minima, et ce pour deux raisons. D’abord parce dans un grand nombre de cas, le fichier Mémoire des hommes ne précise pas la cause du décès. Ensuite, il ne s’agit là que d’informations relatives aux morts et celles-ci ne sauraient en conséquence dire l’ampleur de l’épidémie, mais seulement en donner un aperçu chronologique. Anne Rasmussen rappelle en effet qu’au sein des armées françaises pendant la Première Guerre mondiale, le taux de mortalité de la fièvre typhoïde ne s’élève « qu’à » 12,2% 15. Exemple célèbre de rescapé de cette terrible maladie : Marc Bloch, évacué pendant cinq mois du premier semestre 1915 16. Enfin, il convient de remarquer que ces résultats sont avant tout tributaires des diagnostiques formulés dans les ambulances puis dans les hôpitaux d’orientation et d’évacuation. Or en la matière, rien ne vient garantir leur absolue exactitude.

Figure 20 : Mortalité par tuberculose et typhoïde au 47e RI.

Figure 20 : Mortalité par tuberculose et typhoïde au 47e RI.
  • 17  Rasmussen Anne, « à corps défendant », op. cit., page 42.
  • 18  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août (...)

15En ce qui concerne le cas particulier de la typhoïde au 47e RI, les chiffres font néanmoins apparaître deux pics épidémiques, l’un à l’hiver 1914-1915, l’autre à l’été 1915, alors que le 47e RI est en Artois puis en Meuse. Là encore, deux observations peuvent être formulées. Tout d’abord, il convient de remarquer que les années 1916, 1917 ainsi que les six premiers mois de l’année 1918 paraissent épargnées par cette terrible maladie. Or on sait qu’il s’agit de périodes de guerre de position, grandement comparables à celle que vit le 47e RI en Artois lors de l’hiver 1914-1915. On ne peut donc attribuer l’éradication de la fièvre typhoïde qu’aux mesures de vaccination systématiques de la troupe qui se mettent en place d’octobre 1914 à septembre 1916 17. Au 10e corps, celles-ci débuteraient en janvier 1915, chaque compagnie venant à tour de rôle se faire vacciner à Sainte-Catherine 18. Ensuite, il importe de remarquer que les deux premiers mois de la campagne du 47e RI, ceux précisément de la guerre de mouvement, paraissent eux aussi être exempts de typhoïde, ce qui renvoie précisément aux conditions de propagation de cette maladie. La typhoïde est en effet une fièvre qui se transmet par des germes se développant dans des eaux souillées, notamment pas les selles humaines, ou par des aliments contaminés. Dans le cadre de la guerre des tranchées, les feuillées, l’eau stagnante des trous d’obus, l’omniprésence des cadavres qui pourrissent sur le champ de bataille, sont autant de havres ou se développent à loisir ces redoutables agents pathogènes que sont les salmonelles. Aujourd’hui caractéristique des pays pauvres, où l’hygiène est précaire, la typhoïde est une maladie de l’immobilisme, du confinement. Semblable réflexion peut d’ailleurs être conduite à propos de la tuberculose, maladie hautement infectieuse caractéristique des logements peu salubres et qui se développe particulièrement chez les organismes dénutris et affaiblis par une consommation excessive d’alcool. Sapes et cagnas ruisselantes d’humidité où se blottissent pendant des heures les poilus transis deviennent alors d’excellents terrains d’incubation.

  • 19  Cette idée est défendue par Cazals Rémy, Loez André, Dans les tranchées de 1914-1918, Pau, édition (...)
  • 20  SHD-DAT : 24 N 394, dossier 2, ordre d’opérations (2e partie) du 10 février 1915 évoque également (...)
  • 21  Rolland Denis, Attal Robert, « La justice militaire en 1914 et 1915 ; le cas de la 6e armée », Mém (...)
  • 22  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août (...)
  • 23  Anonyme, Historique du 70e régiment d’infanterie, Rennes, Imprimeries Oberthur, 1920, page 6.

16Aussi, si l’expression « guerre des tranchées » doit être retenue pour caractériser la nature des combats auxquels se livrent les soldats de la Première Guerre mondiale 19, force est alors de constater que ce confit repose sur un certain immobilisme. à l’échelle d’une unité telle que le 47e RI, cela signifie que la guerre elle-même est la période pendant laquelle se rencontrent les conditions propices au développement de pathologies telles que la tuberculose et la typhoïde 20 tandis que l’entrée en guerre est de facto une période exempte de ces maladies. Ce sans même évoquer les diarrhées, qui peuvent dégénérer en de véritables crises de dysenterie. Non évoquées dans les archives, elles sont néanmoins quasi certaines si l’on se base sur l’étude de Denis Rolland et Robert Attal sur la VIe armée 21, corps de troupe rencontrant au cours de l’hiver 1914-1915 des conditions d’existence en tout point comparables à celles du 47e RI. D’ailleurs, Jean Garret, médecin du 2e RI, unité qui occupe en cet hiver 1914-1915 des lignes situées à côté du 47e RI, évoque des prescriptions « données pour l’épuration de l’eau, car il y a un certain nombre de cas d’embarras gastrique » 22. En d’autres termes, devant faire face en ce début d’année 1915 à la tuberculose et, plus encore, à la typhoïde et aux diarrhées, la troupe du 47e régiment d’infanterie est, d’un point de vue sanitaire du moins, définitivement entrée dans le conflit. Notons d’ailleurs que sur ce point, la situation de cette unité n’est nullement exceptionnelle. Outre le témoignage de Jean Garret concernant le 2e RI, citons l’historique officiel du 70e RI, opuscule qui indique qu’en cette saison, « les pertes par le feu sont légères, seule la maladie fait sentir ses effets » 23.

7.3. De l’incidence de la mortalité sur le recrutement

17Le 47e régiment d’infanterie est donc une unité dont la composition évolue au cours des premiers mois de la campagne 1914-1918, que ce soit du fait de décès survenus au cours d’un combat ou des suites de maladies. Ce n’est pas un effectif figé dans la glaise du champ de bataille. Pour autant, si les renforts paraissent provenir, pour la période août-septembre 1914, du dépôt de Saint-Malo, qu’en est-il par la suite ? En d’autres termes, si le principe du recrutement local est attesté en 1914, celui-ci se maintient-il par la suite et si non, quelles sont les modalités de ce changement ?

18On a vu plus haut que, pour les mois d’août et septembre 1914, 92% des morts pour la France du 47e RI sont nés dans un des trois départements de la 10e région militaire, proportion qui est de plus de 88% si l’on ne considère que l’Ille-et-Vilaine et les Côtes-du-Nord. Pour l’année 1916, en considérant les 226 « tués à l’ennemi », ainsi qu’un « mort sur le terrain », du 47e RI titulaires de la mention « Mort pour la France », on obtient une proportion de 75% de natifs de la 10e région, et de 70% des seuls départements d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord. Dès lors se pose la question de savoir si le 47e RI est, tout au long de la Grande Guerre, un régiment breton. De prime abord, cette interrogation peut paraître saugrenue puisque, casernée à Saint-Malo, l’unité est bien dépositaire, tout au long du conflit, d’une certaine identité régionale que rappelle très explicitement l’historique officiel publié en 1920 :

  • 24  Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, op. cit., page 18.

« Ainsi, après plus de quatre années de lutte, le régiment qui partit de la ville des Corsaires, finit la guerre à Strasbourg après l’avoir commencée à Charleroi. Il contint des milliers de dévouements obscurs et de sacrifices ignorés ; il vécut des mois dans la boue des tranchées occupé à une tâche minutieuse et pénible sous l’imminence d’une attaque et en présence de la mort ; il participa à de nombreux combats et se montra aussi énergique dans l’assaut que résolu dans la résistance et s’il eut moins de récompenses que d’autres, c’est peut-être que son ardeur et sa ténacité bretonnes étaient dans la nature des choses » 24.

19Aussi les poilus du 47 se trouvent tout naturellement élevés sur un piédestal qui les place aux côtés des plus hautes gloires malouines et donc bretonnes :

  • 25  Ibidem.

« Ceux qui ont vécu sa vie de guerre, qui ont formé de leur corps la cuirasse vivante du pays, savent que les paroles ne sont rien, que les réalisations sont tout. Ils ont réalisé. à d’autres de faire mieux. Quant à eux ils peuvent rentrer dans leur cité, le cœur léger, quoique débordant d’un grand passé, ils sont par leurs coups d’audace, dans la lignée de Surcouf et de Duguay-Trouin et, par leur épopée, dignes de Chateaubriand » 25.

  • 26  « La fête des poilus vainqueurs », L’Ouest-éclair, 22 septembre 1919, n°7215, pp. 3-4.
  • 27  Gasnier-Duparc Alphonse, Discours prononcés par M. Gasnier-Duparc, maire de Saint-Malo, conseiller (...)
  • 28  Le Moigne Frédéric, « Le mémorial régional de la Grande Guerre à Sainte-Anne d’Auray. Monument de (...)
  • 29  « La fête des poilus vainqueurs », L’Ouest-éclair, 22 septembre 1919, n°7215, pp. 3-4.

20Les célébrations du retour du 47e RI en la « cité corsaire » sont également révélatrices d’une identité régionale non soluble dans l’Union sacrée. Si à Saint-Malo la troupe défile fièrement sous un arc de triomphe érigé porte Saint-Vincent au son de La Marseillaise, à Saint-Servan, elle est accueillie par des enfants en costume traditionnel alsacien – comme pour rappeler l’un des buts de cette guerre – et breton 26 – comme pour mieux souligner l’origine de ceux qui l’ont faite. Alphonse Gasnier-Duparc lui-même, maire de Saint-Malo et conseiller général, ne s’y trompe pas lorsqu’il rappelle le terrible bilan de la guerre dans son fief électoral : « Cinq cents morts à Saint-Malo, quatre cents morts à Saint-Servan, trois cents morts à Paramé, plus de deux cent cinquante morts à Dinard… » 27. Certes le discours de cet homme qui parle au nom de ces quatre villes n’est pas un manifeste régionaliste comparable, par exemple, au mémorial de Saint-Anne d’Auray 28. Pour autant, ces rappels qui pourraient paraître insignifiants n’échappent pas à la sagacité de L’Ouest-éclair qui relève que ces cérémonies « saluent ceux de Bretagne qui sont tombés pour la France » 29. Non seulement l’identité régionale de cette unité ne semble pas poser de problème mais la question ne paraît même pas se poser dans l’esprit des contemporains.

  • 30  BAVCC/Mémoire des hommes.

21Pourtant les chiffres, difficilement contestables, sont là. La base de données des morts pour la France de l’année 1918 permet de répertorier 174 militaires du 47e régiment d’infanterie « tués à l’ennemi » ou « disparus au combat ». 92 d’entre eux proviennent d’un bureau de recrutement de la 10e région militaire, dont deux de Cherbourg, quatre de Granville et autant de Saint-Lô, subdivisions relevant du département de La Manche. En ce qui concerne les départements de naissance, seulement 87 des intéressés voient le jour en Bretagne, 40 dans les Côtes-du-Nord, 28 en Ille-et-Vilaine – autant de départements de la 10e région militaire – mais également trois dans le Morbihan et sept en Loire-Inférieure. On sait également que 47% des défunts du 47e RI titulaires de la mention « Mort pour la France » répertoriés par Mémoire des hommes comme « tués à l’ennemi » ou « disparus au combat » dépendent d’un bureau de recrutement breton (Guingamp, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Rennes et Vitré) de la 10e région militaire 30.

Figure 21 : Répartition par bureau de recrutement des « tués à l’ennemi » et « disparus au combat » du 47e RI titulaires de la mention « Mort pour la France ».

Figure 21 : Répartition par bureau de recrutement des « tués à l’ennemi » et « disparus au combat » du 47e RI titulaires de la mention « Mort pour la France ».
  • 31  BAVCC/Mémoire des hommes.
  • 32  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., page 404.
  • 33  BAVCC/Mémoire des hommes.

22On se gardera bien de dire si, en 1918, le 47e RI est ou n’est plus breton tant il est difficile de savoir ce que recouvre réellement ce mot. Dans le sillage du poète Glenmor certains pourront affirmer qu’est breton celui qui aime la Bretagne mais, bien que généreuse, cette définition est difficile à retranscrire en termes statistiques puisque les deux seules entrées à notre disposition sont le lieu de naissance et le bureau de recrutement. Néanmoins, force est de constater que la composition du 47e RI en 1918 n’a plus grand-chose à voir avec ce qu’elle est lorsque l’unité quitte la cité corsaire en août 1914. On se rappelle en effet qu’à cette date 92% des hommes du rang sont nés dans un département de la 10e région militaire, proportion qui demeure de 88,3% si l’on ne considère que l’Ille-et-Vilaine et les Côtes-du-Nord mais chute, en 1918… à 44,3% 31. Ce résultat doit en réalité se comprendre dans le cadre d’une tendance plus longue, qui est celle d’un abandon progressif de la doctrine du recrutement local. Ce phénomène peut d’ailleurs être observé à l’échelle des bureaux de recrutement étudiés par Jules Maurin, qui évoque même un véritable « brassage des hommes » 32. En ne considérant toujours que les « tués à l’ennemi » et « disparus au combat » titulaires de la mention « Mort pour la France », la proportion d’individus relevant des bureaux de recrutement de la 10e région militaire demeure aux alentours de 95% jusqu’à la fin de l’année 1915, elle chute progressivement, tous les ans, pour échouer à 52,8% en 1918 33. Gageons que si la guerre avait duré ne serait-ce qu’une année de plus, alors les Bretons – avec tout ce que ce qualificatif peut comporter d’ambigu – auraient été minoritaires au sein du 47e RI.

  • 34  Base de données des morts du 119e RI, réalisée par Xavier Bocé et Benoît Henriet, et du 57e RI, ré (...)
  • 35  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 14 juillet-15 août 1915.
  • 36  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret da (...)

23C’est donc à partir de 1916, et non pas dès 1915 comme c’est le cas pour l’essentiel des unités pour lesquelles nous avons des informations précises 34, que le principe du recrutement régional paraît, au sein du 47e régiment d’infanterie, abandonné. En effet, entre le 14 juillet et le 15 août 1914, le 47e RI bénéficie d’un mois de repos et d’instruction, moment qui, a priori, aurait pu être propice à un certain renouvellement de la troupe, celle-ci ayant été très éprouvée par les offensives d’Artois. Or rien ne semble indiquer que les renforts de cette période – notamment 170 hommes le 15 juillet – proviennent d’unités ou de recrutements extérieurs à la 10e région, ou en tout cas en nombre tel qu’ils puissent modifier la structure fondamentale de l’unité. Le journal des marches et opérations du 47e RI rapporte bien quelques transferts d’officiers et sous-officiers mais ceux-ci semblent ne survenir qu’à l’intérieur de la 20e DI 35. De même, dans ses mémoires, Julien Loret explique qu’à cette période il bénéficie d’une permission et que, quittant l’unité en Artois, il la retrouve en Champagne. Mais à aucun moment il ne mentionne l’arrivée de nouveaux venus au régiment 36, indice d’une certaine stabilité en termes d’origine géographique de recrutement ou à tout le moins d’une modification si progressive qu’elle n’en est pas perceptible « à l’œil nu ». L’entrée en guerre est donc pour le 47e régiment d’infanterie la période assez longue où le recrutement régional continue à prévaloir pour le remplacement des pertes, principe qui commence à s’étioler à partir de 1916. Mais, du point de vue des victimes, l’entrée en guerre du 47e RI apparaît plus comme une période de disparitions que de morts au combat, comme en témoigne la fréquence des jugements déclaratifs de décès. En cela elle contraste grandement avec l’hiver 1914-1915, relativement calme sur le plan militaire, mais pendant lequel les poilus doivent affronter un ennemi aussi dangereux qu’invisible : le microbe.

Notes

1  Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, op. cit.

2  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

3  BAVCC/Mémoire des hommes.

4  SHD-DAT : 26 N 790/1, JMO 74e RIT et 26 N 790/12, JMO 76e RIT. Anonyme, Historique du 76e régiment d’infanterie territoriale au cours de la campagne contre l’Allemagne (1914-1918), Rennes, Oberthur, 1920.

5  Anonyme, Historique du 78e régiment d’infanterie territoriale (1914-1918), Saint-Servan, Jules Haize, sd.

6  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 26-31 décembre 1914.

7  SHD-DAT : 26 N 133/1, JMO 10e CA, 30 septembre 1914.

8  BAVCC/Mémoire des hommes.

9  Anonyme, Le Père Umbricht, Aumônier militaire, 1914-1940, Paris, éditions de la Légion française des combattants, 1942, pp. 22 et 27. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 9 septembre 1914 : « à Bannay, le régiment reçoit un renfort de cinq cents hommes et un officier, le Lieutenant de réserve Le Vasseur », 26 N 636/6, JMO 47e RI, 18 septembre 1914 : « à dix-huit heures, arrive du dépôt un renfort de huit cents hommes conduit par le commandant Pique qui reprend le commandement de son bataillon et le Lieutenant Desbois. Ce renfort est immédiatement réparti entre les bataillons », 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 septembre 1914.

10  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 13 novembre 1914.

11  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI.

12  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

13  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit.

14  BAVCC/Mémoire des hommes.

15  Rasmussen Anne, « à corps défendant : vacciner les troupes contre la typhoïde pendant la Grande Guerre », Corps, 2008/2, n°5, page 41.

16  Bloch Marc, écrits de guerre 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1997, pp. 7-8.

17  Rasmussen Anne, « à corps défendant », op. cit., page 42.

18  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août 1915 », Bulletins périodiques de la Société d’études historiques et économiques. Le pays de Granville, juin 1930, n°11, p. 19-20.

19  Cette idée est défendue par Cazals Rémy, Loez André, Dans les tranchées de 1914-1918, Pau, éditions Cairn, 2008, page 57.

20  SHD-DAT : 24 N 394, dossier 2, ordre d’opérations (2e partie) du 10 février 1915 évoque également une épidémie de fièvre aphteuse obligeant la 20e division à « éviter absolument » le cantonnement de Roëllecourt.

21  Rolland Denis, Attal Robert, « La justice militaire en 1914 et 1915 ; le cas de la 6e armée », Mémoires de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie de l’Aisne, tome XLI, 1996, pp. 137-138.

22  Garret Jean, « à la gauche du 2e régiment d’infanterie, carnet d’un toubib, 1er août 1914-24 août 1915 », Bulletins périodiques de la Société d’études historiques et économiques. Le pays de Granville, avril 1930, n°10, page 237.

23  Anonyme, Historique du 70e régiment d’infanterie, Rennes, Imprimeries Oberthur, 1920, page 6.

24  Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, op. cit., page 18.

25  Ibidem.

26  « La fête des poilus vainqueurs », L’Ouest-éclair, 22 septembre 1919, n°7215, pp. 3-4.

27  Gasnier-Duparc Alphonse, Discours prononcés par M. Gasnier-Duparc, maire de Saint-Malo, conseiller général, Saint-Malo, Imprimerie malouine, 1919.

28  Le Moigne Frédéric, « Le mémorial régional de la Grande Guerre à Sainte-Anne d’Auray. Monument de la commémoration de masse catholique (1921-1937) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Anjou, Maine, Poitou-Charentes, Touraine, n°113-4, 2006. pp. 49-76.

29  « La fête des poilus vainqueurs », L’Ouest-éclair, 22 septembre 1919, n°7215, pp. 3-4.

30  BAVCC/Mémoire des hommes.

31  BAVCC/Mémoire des hommes.

32  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., page 404.

33  BAVCC/Mémoire des hommes.

34  Base de données des morts du 119e RI, réalisée par Xavier Bocé et Benoît Henriet, et du 57e RI, réalisée par Bernard Labarbe. Qu’ils en soient ici sincèrement remerciés. Pour plus d’informations sur ces unités, voir Le 119e régiment d’infanterie [http://119ri.pagesperso-orange.fr] et Le 57e régiment d’infanterie en 1914 [http://raymond57ri.canalblog.com].

35  SHD-DAT : 26 N 636/7, JMO 47e RI, 14 juillet-15 août 1915.

36  Arch. Mun. Saint-Malo : 21 S. Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie.

Table des illustrations

Titre Figure 18 : Comparaison des « tués à l’ennemi » du 47e RI et des 74e, 76e et 78e RIT.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 19 : Les tués et disparus du 47e RI au cours des mois d’août et septembre 1914.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 20 : Mortalité par tuberculose et typhoïde au 47e RI.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 21 : Répartition par bureau de recrutement des « tués à l’ennemi » et « disparus au combat » du 47e RI titulaires de la mention « Mort pour la France ».
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search