Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Le 47e régiment d’infanterie dans la guerre (août 1914-juillet 1915)

IV - Premiers combats : Charleroi puis Guise

Texte intégral

1Étudier l’entrée en Première Guerre mondiale d’une unité entre août 1914 et juillet 1915, c’est retracer les onze premiers mois de campagne d’hommes qui parcourent des centaines de kilomètres et livrent maints combats. Certains d’entre eux ont d’ailleurs pu faire l’objet d’une bibliographie abondante à la faveur d’une historiographie aujourd’hui démodée, celle qui s’attache au déroulement des batailles. Si ce genre d’études n’est plus très en vogue, il est néanmoins important d’examiner précisément les opérations que livre le 47e régiment d’infanterie pendant les onze premiers mois de la campagne afin de déterminer en quoi l’entrée en guerre amène, ou non, une modification des pratiques du temps de paix.

2Nombreux sont les auteurs à critiquer les ouvrages d’histoire bataille publiés pendant le conflit, où dans les années qui suivent, au motif que ceux-ci sont trop arides et ne laissent finalement rien entrevoir du drame qu’est la guerre. Il est vrai que bien souvent ces livres sont composés d’un point de vue si éloigné de la réalité du champ de bataille, à la manière de l’omniscient maître de jeu d’un wargame, que le lecteur n’en vient plus qu’à considérer des brigades, des divisions, des corps d’armées, et non des hommes. Or ce sont bien ceux qui se battent sous l’uniforme du 47e régiment d’infanterie entre août 1914 et juillet 1915 qui focalisent notre intérêt en ce qu’ils permettent, au final, de mieux comprendre ce phénomène si complexe qu’est une entrée en guerre. En effet, comment tenter de définir ce qu’est une entrée en guerre si l’on ne sait précisément comment celle-ci se déroule ?

3L’histoire des onze premiers mois de la campagne 1914-1918 du 47e RI est d’autant plus passionnante qu’elle est celle de centaines d’hommes participant à des opérations militaires aussi diverses que variées : voyages en train, marches éreintantes, replis stratégiques, reconnaissances nocturnes, constructions de lignes et, bien entendu, attaques aussi fulgurantes que meurtrières. Aux ordres du colonel Poncet des Nouailles, les fantassins quittent Saint-Malo en train dans la nuit du 6 au 7 août 1914. La troupe débarque vingt-quatre heures plus tard dans les Ardennes et gagne à pied la Belgique. Suivant le reflux de l’armée française, l’unité recule pendant plusieurs centaines de kilomètres sous la pression allemande avant d’inverser la tendance en Champagne puis de gagner, en train, l’Artois, où elle demeure jusqu’à l’été 1915. Au final, ces onze mois peuvent être regroupés en trois grands groupes de batailles : d’une part Charleroi et Guise, d’autre part la Marne et l’assaut du fort de la Pompelle puis, enfin, la « course à la mer » et les grignotages de 1915.

  • 1  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 août 1914.

4La campagne du 47e régiment d’infanterie débute officiellement le 2 août 1914, « premier jour de la mobilisation » 1. En pays malouin, celle-ci est apprise la veille. Effectuant son service militaire au sein de cette unité, le sergent Albert Omnès tient un petit carnet dans lequel il évoque l’ambiance particulière de cette journée :

  • 2  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 2.

« Le fait est accompli, la mobilisation est officiellement déclarée. à seize heures, le tocsin a sonné à toutes les églises ; la générale et la marche du régiment ont retenti dans les vielles rues de Saint-Malo, mettant la population en émoi » 2.

  • 3  « Communication de l’archevêché », L’Ouest-éclair, n°5704, 3 août 1904, page 3.
  • 4  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 15 août 1914.
  • 5  Pierre René, « La Guerre », L’Union malouine et dinannaise, n°32, 63e année, samedi 8, dimanche 9  (...)

5Comme partout en France, la nouvelle surprend. Pourtant, nombre d’éléments plaident aujourd’hui pour un basculement assez doux dans le conflit, en ce que celui-ci était non seulement prévisible mais, d’une certaine manière, anticipé par les populations. Il est vrai que depuis quelques temps la tension internationale est de plus en plus palpable mais ce n’est pas tant cette dernière qui étonne que le fait que cette crise ne puisse trouver d’issue pacifique et conduise, au final, à un conflit armé. Ainsi, à la toute fin du mois de juillet, Mgr Dubourg, archevêque des diocèses de Rennes, Dol et Saint-Malo, prend acte des « menaces de guerre qui, avec raison, inquiètent et effraient nos populations bretonnes » et, en conséquence, demande aux fidèles « angoissés de se tourner vers le ciel et de mettre leur confiance en Dieu qui tient, entre ses mains puissantes et miséricordieuses, le sort des nations et dirige à son gré les événements humains » 3. S’il est difficile de se prononcer sur l’impact que peut avoir un tel appel, on soulignera néanmoins la grande rapidité avec laquelle les faits s’enchaînent. En effet, la demande du prélat concerne les messes du 2 et du 9 août, ainsi que tous les offices servis jusqu’au 15 août, date ô combien importante dans le calendrier liturgique, notamment en Bretagne. Mais, à cette date, les hommes du 47e régiment d’infanterie sont déjà à Sedan, en route pour la frontière belge 4. On comprend dès lors mieux pourquoi, dans le numéro du 8 et du 9 août 1914 de l’Union malouine et dinannaise, René Pierre, le directeur et rédacteur en chef de cet hebdomadaire, débute un éditorial sobrement intitulé « La Guerre » par ce simple constat : « Il semble que c’est impossible et pourtant cela est » 5. On peut dès lors se demander si, outre la non-résolution de cette énième crise qui engendre la mobilisation générale, ce qui ne surprend pas le plus est la rapidité avec laquelle s’enchaîne les événements, posant ainsi l’entrée en guerre en une fantastique accélération du temps.

4.1. La concentration des troupes

  • 6  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7/8 août 1914.
  • 7  Dauvergne R., Le 47e Régiment d’infanterie où beaucoup de jeunes de la Bretagne romantique servire (...)
  • 8  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit., SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7/ (...)

6Le 47e régiment d’infanterie quitte Saint-Malo en train, dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 août 1914 6, alors que la Côte d’émeraude est rincée par une pluie abondante 7. Sans doute les conditions climatiques expliquent-elles que les témoignages en notre possession ne fassent pas état d’émouvantes scènes d’adieu sur les quais de la gare, les trombes d’eau et l’heure matinale ne se prêtant pas réellement à de telles effusions. En route pour la frontière, les trois trains embarquant chacun un bataillon du 47e régiment d’infanterie empruntent le même itinéraire et passent par Rennes, Vitré, Laval, Alençon, évreux, Soissons, Reims, Laon puis débarquent à Vouziers, en Champagne, dans la nuit du 7 au 8 8.

  • 9  Keegan John, La première guerre mondiale, Paris, Perrin, 2003, page 98.
  • 10  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 15.
  • 11  Bourlet Michaël, « L’accident de Bricquebec, 4 août 1914 », 14-18, Le magazine de la Grande Guerre(...)

7Ce trajet du 47e régiment d’infanterie entre Saint-Malo et Vouziers doit être compris au travers du plan de concentration des forces qui prévoit, depuis 1912, le transport par chemin de fer des troupes vers la frontière. Véritable prouesse logistique, il organise l’acheminement des unités par les principales compagnies ferroviaires françaises au moyen de plus de sept mille trains 9. Si l’on sait ce voyage globalement lent – les trains roulent à quarante-cinq kilomètres à l’heure en moyenne – il convient de préciser que celui-ci se fait globalement sans accrocs, rares étant les arrêts intempestifs à déplorer 10. L’exemple du 47e régiment d’infanterie invite donc à considérer l’entrée en guerre de l’armée française comme un succès logistique, celui de la concentration ferroviaire des troupes. Seul accident notoire sur le territoire de la 10e région militaire, la collision de deux trains à Bricquebec dans la Manche, dont l’un de réservistes « des Côtes-du-Nord », drame qui coute la vie à treize soldats bretons tandis qu’une quarantaine d’autres sont blessés 11.

  • 12  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6278, 8 janvier 1917, page (...)

8Une fois les troupes débarquées, les trains repartent à vide, « les wagons couverts d’inscriptions et de dessins à la craie, leurs planchers jonchés de bouteilles et de boites de conserve vides » 12. On se doute donc que pour certains le réveil a dû être pénible, une fois évaporées les vapeurs éthyliques. Nombreuses sont en effet les archives à notre disposition qui laissent supposer que lors de ce voyage, l’alcool coule à flots, posant l’entrée en guerre comme un moment d’intempérance alcoolique d’une rare intensité. Sans doute est-ce d’ailleurs pourquoi le général Blandin commandant la 40e brigade prescrit-il, sitôt les hommes arrivés à Vouziers, des mesures de sécurité particulièrement drastiques :

  • 13  SHD-DAT : 24 N 397. Ordres et comptes rendus d’opérations, 9 août-28 décembre 1914, n°1 bis.

« à partir de ce soir 8 août tout le monde doit être convaincu que l’on est en présence de l’ennemi et qu’on peut être attaqué toute heure de jour et de nuit. Par suite, aucune mesure de sécurité ne peut plus être négligée et tous les cantonnements doivent être protégés de jour et de nuit contre toute incursion particulièrement de la cavalerie et cela non pas d’une façon fictive et enfantine comme on le fait en manœuvres. Aucun homme, aucune corvée, ne doit circuler en dehors des cantonnements sans être armé » 13.

  • 14  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 8-20 août 1914.

9Protégeant le cantonnement d’éventuelles incursions des Allemands, ces mesures de sécurité ont aussi le mérite d’empêcher l’évasion de conscrits dont l’enthousiasme patriotique aurait disparu au fur et à mesure qu’ils recouvraient leur sobriété... Car la concentration des troupes est loin de s’achever avec le débarquement à Vouziers. Pour les hommes du 47e régiment d’infanterie, c’est désormais le moment d’une épuisante longue marche à la rencontre de l’ennemi, sous une chaleur d’autant plus pesante que les journées sont scandées de cadences infernales sur un parcours particulièrement difficile et de ravitaillements défaillants. C’est en effet à travers les denses et escarpées forêts ardennaises que le 47e RI gagne la frontière belge, passant par Sedan, Villers-Cernay, Mezières, Cul-des-Sarts puis Fraire 14.

10Pour autant, les marches de ces trois premières semaines d’août, bien qu’extrêmement fatigantes, demeurent encore empreintes d’une certaine joie, pour ne pas dire liesse, tant les populations civiles acclament les troupes en marche. D’ailleurs, lorsqu’on regarde aujourd’hui les témoignages à notre disposition des combattants du 47e régiment d’infanterie, on a parfois plus l’impression de se retrouver en présence de soldats américains de l’armée Patton libérant la Bretagne en août 1944 que de poilus partant pour Charleroi trente ans plus tôt.

11C’est d’ailleurs ce que semble expliquer Marcel Brégé lorsqu’il évoque l’arrivée du « 47 » au Chesne, le 10 août :

  • 15  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé  (...)

« Nous sommes accueillis par la population avec un très grand enthousiasme qui nous a fait oublier les fatigues de cette marche éreintante sur des routes qui montent toujours et dures à marcher » 15.

4.2. Du baptême du feu : encore des longues marches

  • 16  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 21 août 1914.
  • 17  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 14.
  • 18  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 21 août 1914.

12C’est donc harnachés dans leur uniforme inadapté que les fantassins avancent, sous un soleil de plomb. Le 21 août 1914, le 47e régiment d’infanterie reçoit l’ordre de se porter dans la région Biesmes-Gougnies avec toute la 20e division d’infanterie 16. Pour les hommes, la marche est « éreintante » tant les arrêts sont fréquents 17, ce qui, encore une fois, ne constitue pas une grande nouveauté pour les pieds déjà meurtris des fantassins. Néanmoins, le 21 août 1914 marque un réel tournant dans la vie de l’unité puisque le militaire en charge de la rédaction du JMO du 47e régiment d’infanterie note que ce jour inaugure « le commencement des opérations actives » 18, qui débutent avec la bataille de Charleroi.

  • 19  Dans ses mémoires très à charge contre Joseph Joffre, Charles Lanrezac s’attribue la paternité de (...)
  • 20  Grouard (Lieutenant-colonel), « La conduite de la guerre jusqu’à la bataille de la Marne », Revue (...)
  • 21  SHD-DAT : 24 N 397, Ordres et comptes rendus d’opérations, 9 août-28 décembre 1914, n°35.

13Celle-ci résulte de la rencontre entre la Ve armée française et la IIe armée allemande commandée par le général von Bülow. Suite à la violation de l’intégrité territoriale belge par les Allemands, Lanrezac craint d’être encerclé par l’ouest et reçoit du GQG la mission de remonter le Hainaut wallon jusqu’à la Sambre 19. En effet, il apparaît rapidement que les Allemands souhaitent contourner l’aile gauche du dispositif français en passant par la Sambre et l’Escaut, manœuvre qualifiée quelques mois après l’armistice comme étant « assurément l’opération la plus grandiose, la mieux préparée et la mieux exécutée dont l’histoire militaire fasse mention » 20. En conséquence, conformément à l’ordre du général de division, les troupes doivent se tenir « prêtes à prendre les armes instantanément » 21.

  • 22  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 150
  • 23  SHD-DAT : 26 N 34/1, JMO Ve Armée, 21 août 1914.

14Bien qu’appelée « bataille de Charleroi », celle-ci ne se déroule pas en cette ville mais à quelques kilomètres au sud-est, entre Sambre et Meuse, dans une région houillère vallonnée et densément boisée, saupoudrée de nombreuses maisons aux murs de briques noircies 22. Les unités composant la Ve armée sont disposées de telle sorte que c’est la 19e DI du 10e corps qui entre en premier en contact avec l’avant-garde allemande 23. Mais très vite les combats tournent à l’avantage des Allemands si bien que la 20e DI est rapidement invitée à se porter au secours de la 19e.

Figure 6 : La bataille de Charleroi, situation au 21 août 1914.

Figure 6 : La bataille de Charleroi, situation au 21 août 1914.
  • 24  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914 et 24 N 397, Ordres et comptes rendus d’opérations, (...)

15Au 47e RI, c’est semble-t-il dans la nuit du 21 au 22 août 1914 que l’imminence du combat devient une évidence pour tous. Le JMO indique d’ailleurs qu’à ce moment « les cartouches des voitures à munition sont distribuées » aux hommes, ce conformément à un ordre reçu à deux heures du matin 24. On imagine sans peine le stress que cette distribution peut causer dans les rangs. Celle-ci peut en effet être vue comme l’ultime rite du long processus de passage de la vie civile à la vie militaire (mobilisation, adieux à la famille sur les quais de la gare, voyage en train jusqu’au théâtre d’opérations, marche de concentration...), faisant des hommes du 47e RI non plus des soldats mais des combattants, c’est-à-dire des individus exposés aux dangers du feu et confrontés à la mort. Celle infligée et celle, éventuellement, subie. Assurément, il y là un moment essentiel de l’entrée en guerre du 47e régiment d’infanterie. Les quelques témoignages dont on dispose nous amènent à penser que ce changement, s’il est brutal, n’en est pas pour autant soudain puisqu’au contraire annoncé par de multiples « bruits ». Ceux-ci, relatant les combats alentours, sont colportés par les conversations entre hommes de différentes unités. Ce cheminement progressif transparaît bien au travers du témoignage de Louis Leseux qui, à la veille de découvrir le feu avec la compagnie hors-rang du 47e RI, écrit :

« Ça sent l’ennemi. à chaque pause, nous dormons sur la route, découragés par la longueur de la route. à 3h30 nous arrivons à Vitrival. Nous sommes harassés, n’ayant pas dormi. Là, nous apprenons que la 19e Division a combattu la veille et subi de grosses pertes. à peine le temps de souffler et nous allons prendre nos positions. C’est donc vrai que nous allons nous battre et tout de suite alors ! ».

16Puis, le lendemain, à seulement quelques heures du combat :

  • 25  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

« Premier combat. Nous entrons en ligne après divers mouvements d’approche. Nous traversons la route de Charleroi à Namur et gravissons les pentes escarpées. Le canon gronde au loin pendant que nos troupes dévalent les collines voisines. Les troupes se sentent près de l’ennemi » 25.

17Bien entendu, ce cheminement psychologique n’est pas propre au 47e régiment d’infanterie. Gageons que celui-ci se rencontre peu ou prou chez tous les combattants, officiers comme hommes du rang, qui doivent progressivement sentir la peur et l’excitation monter au fur et à mesure de leur progression vers le front. De fantasmée pendant les années de préparation de la « revanche », la guerre devient en effet en ces jours d’août 1914 une réalité tangible, faisant apparaître brusquement tous les dangers auxquels elle expose.

  • 26  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 20.
  • 27  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.
  • 28  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », Revue militaire f (...)
  • 29  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, loc. cit., page 16 (...)
  • 30  Souvenirs de Lucien Pique tels que rapportés par le commandant Larcher. Larcher Maurice (Commandan (...)

18Une fois l’ordre de se porter à Falisolle reçu, le 47e régiment d’infanterie se met en marche au petit matin. Les hommes sont mal réveillés 26, sans doute engourdis par une nuit que l’on imagine aussi courte qu’agitée. C’est le troisième bataillon qui forme l’avant-garde de ce mouvement 27. Les hommes évoluent sur un terrain tourmenté fait de bois denses et vallonnés et de petites conurbations qu’entourent quelques champs formant de belles crêtes dégagées 28. à la chaleur des torrides nuits du mois d’août succède la fraîcheur des nuits de l’été finissant, créant ainsi d’épaisses nappes de brouillard 29 rendant le paysage encore plus énigmatique et, gageons-le, anxiogène pour les troupes. En effet, si les fantassins sont inquiets et progressent difficilement, les officiers sont sous la pression permanente de leurs supérieurs car le bataillon est en retard d’environ une heure sur l’horaire prescrit. Arrivé en lisière du bois de Belle Motte, le chef de bataillon Pique commandant le III/47e RI en est d’ailleurs quitte pour une remontrance du général Blandin, chef de la 39e brigade : « Plus vite, commandant, plus vite ! Le 136e vous attend, dépêchez-vous ! » 30.

Figure 7 : Situation le 22 août 1914 à cinq heures du matin.

Figure 7 : Situation le 22 août 1914 à cinq heures du matin.
31ee32ée33e34
  • 35  Il est en fait blessé puis capturé. Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., B (...)
  • 36  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

« Le capitaine Renucci est tué, le sous-lieutenant de réserve Groth est tué 35, le sous-lieutenant Pallez est grièvement blessé, il en est de même du sous-lieutenant Lemesle ; le capitaine Champion reçoit deux blessures légères, le sous-lieutenant Joppé est blessé. Plusieurs sous-officiers sont tués ainsi qu’une trentaine de soldats, il y a de nombreux blessés. Le bataillon progresse un peu néanmoins mais bientôt il reste accroché au terrain, ne pouvant plus avancer devant le feu terrible des batteries de mitrailleuses allemandes invisibles dans les bois » 36.

  • 37  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., février 1931, page 230.
  • 38  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.
  • 39  Le commandant Larcher base pour partie son récit sur les souvenirs du capitaine Richard commandant (...)

19Placé pour sa part à la lisière de l’Estache, le II/47e RI entreprend la fouille méthodique du bois. C’est là qu’il reçoit à son tour le baptême du feu, sous la forme d’un intense bombardement de 77 37 et d’une « grêle de shrapnells » 38. Tentant de se dégager, les hommes se portent à droite du bataillon Pique, à la lisière nord de la forêt de l’Estache, inondée par les balles ennemies 39. Ne pouvant être soutenu par l’artillerie divisionnaire, la nasse se referme sur le bataillon qui tente, tant bien que mal, d’évacuer les nombreux blessés.

  • 40  Ibid., page 224.
  • 41  Ibidem.
  • 42  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.
  • 43  Le commandant Larcher base pour partie son récit sur les souvenirs des capitaines Lemaire commanda (...)
  • 44  Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, op. cit.

20à sept heures, le I/47e RI, resté en retrait à la sortie de Le Roux, reçoit l’ordre de se porter vers Falisolle, en soutien du I/136e RI 40. Marchant sous une pluie d’obus, les hommes parviennent en formation de tirailleurs par l’entrée sud de la bourgade 41 jusqu’à la lisière nord de la commune 42. Mais par bien des aspects, celle-ci paraît aux hommes être une véritable « souricière » 43, jonchée de débris et de blessés. Sergent-fourrier de la 3e compagnie du 47e RI, Ferdinand Cléret de Langavant est envoyé reconnaître la présence de l’ennemi et est pris dans un « court mais vif engagement » qui lui fait perdre, du fait de l’intensité du feu, le contact avec sa section 44. Joseph Sohier, curé de Falisolle, a décrit ces combats et « l’ardeur fébrile » des fantassins français :

  • 45  Mentionnons que l’abbé Joseph Sohier évoque la présence de troupes du II/47e RI et non du I/47 e R (...)

« Ils refoulent sans peine les postes avancés allemands, et, exaltés par leur succès, se hâtent davantage encore, mais viennent alors se buter contre des points d’appuis plus solidement tenus. […] Dans le centre du village, la place est barricadée. Il y a juste quatre rangs de mitrailleurs superposés. Les pertes des deux côtés sont assez importantes » 45.

  • 46  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit., page 231.

21Postés au nord de Le Roux, à trois kilomètres environ de Falisolle, les hommes du poste de secours du 47e RI, commandé par le médecin-major de Drézigué 46 entendent le bruit des combats et en devinent rapidement l’issue. Parmi eux, Louis Leseux, brancardier de la compagnie hors-rang :

  • 47  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

« Voici maintenant que la fusillade se mêle au canon ; ça crépite de partout. Nos premières lignes progressent légèrement. Nous voyons bientôt arriver plusieurs blessés, de mes camarades même. Ce qui atteste la fureur du feu, c’est que les blessés arrivent maintenant très nombreux » 47.

  • 48  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., février 1931, page 231 et ma (...)
  • 49  Ibid., page 242.
  • 50  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

22Cet afflux de blessés inquiète le général Boë dont le poste de commandement de la 20e DI se trouvant à proximité du centre de secours du 47e RI. Il n’est dès lors pas impossible de supposer que c’est, avec le risque de refoulement complet de la division qu’il commande, ce qui le pousse à ordonner un léger repli, passant ainsi d’une position résolument offensive à une posture plus défensive 48. Il est alors aux environs de dix heures 49. Laconique et en léger décalage, le JMO du 47e RI rapporte – doux euphémisme – qu’à onze heures, « le régiment ne peut plus progresser » 50.

  • 51  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.
  • 52  D’après le commandant Larcher qui se base sur « les souvenirs de nombreux officiers témoins oculai (...)
  • 53  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.
  • 54  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit., mars 1931, page 382.

23Au 47e RI, c’est le 2e bataillon qui se retire en premier 51, heureux sans doute de quitter la nasse de l’Estache pour gagner la ferme de la Belle Motte 52. Le 3e bataillon, encalminé aux approches d’Oignies, éprouve pour sa part de grandes peines à se dégager – ce qui semble une bonne indication de l’intensité du feu auquel il est confronté. Disloqué, il parvient toutefois à se reformer et à prendre position aux alentours de Lotria 53. Informé vers 10h30 de l’ordre de repli, le I/47e RI ne parvient à se dégager de Falisolle qu’une heure plus tard 54.

  • 55  Ibid., mars 1931, pp. 382-383 et décembre 1930, croquis 2 bis.
  • 56  Ibid., page 381.
  • 57  Ibidem. Encore une fois, l’étude du commandant Larcher nous semble sur ce point difficilement dépa (...)

24Ce qui reste du 47e régiment d’infanterie est donc, au milieu de cette journée du 22 août 1914, regroupé sur la côte 201, point situé au nord de Lotria, sur la route entre Le Roux et Oignies où stationne l’état-major de la 20e DI 55. Traité sans plus de détails dans le journal des marches et opérations du régiment, ce mouvement n’en est pas moins ardu puisqu’il s’agit, en réalité « de ressaisir une poussière de petites unités fatiguées, décimées, découragées » 56. Pour autant, cette rupture de combat s’effectue sans trop de difficultés, grâce à la présence de nombreux couverts (bois et ravins) où peuvent se dissimuler les troupes. De plus, il semble que surpris par cette manœuvre, l’ennemi ne poursuive pas les hommes du 47e RI, étant arrêté il est vrai par son propre tir d’artillerie 57. C’est sans doute ce qui permet de comprendre pourquoi ni Louis Leseux ni Marcel Brégé n’évoquent dans leurs carnets respectifs ce mouvement pourtant, rétrospectivement, majeur puisque le premier d’une longue retraite.

  • 58  Ibid., page 384.

25Regroupés sur la cote 201, les survivants du « 47 » se regroupent et, harassés, en profitent pour se restaurer et/ou dormir. Pendant ce temps, les états-majors constatent l’étendue des pertes, à savoir 2 000 hommes pour toute la 20e division dont 350 pour le seul régiment de Saint-Malo 58. Si les témoignages en notre possession ne nous permettent pas d’avoir une idée précise de l’état d’esprit de la troupe à ce moment précis de la campagne, il est toutefois hors de doute que ces pertes pèsent lourdement sur les consciences. Plus encore que le nombre, c’est probablement l’incertitude qui est la plus obsédante puisque ce terme concerne aussi bien les tués que les blessés, les captifs et les « disparus », ceux-là même qui feront, cinq ans après Charleroi, l’objet de tant de jugements déclaratifs de décès.

  • 59  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 22 août 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

26Après une nouvelle attaque allemande prononcée aux alentours de treize heures, le 47e RI est placé en arrière-garde, avec pour mission de couvrir le repli de la 20e division 59. Les hommes sont littéralement harassés :

  • 60  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

« Le soir à sept heures l’artillerie se replie à son tour et alors il faut fuir, emportant sur nos épaules les pauvres blessés que nous avions relevés le matin et l’après-midi, et cela pendant cinq kilomètres. Enfin nous arrivons dans une ferme où nous déposons nos blessés dans un hôpital provisoire. Nous y arrivons à 10h30 du soir, harassés, fourbus, mourant de faim, pas approvisionnés de la journée, pas dormi la nuit précédente. Nous couchons dans une grange à côté de nos blessés sans même manger car la faim est encore moins dure que le sommeil » 60.

  • 61  Ibidem.
  • 62  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé  (...)
  • 63  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 23 août 1914.
  • 64  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé  (...)

27Mais le repos est de courte durée. Significativement, Louis Leseux indique dans son carnet que le réveil est sonné à deux heures du matin : « Nous repartons précipitamment car l’ennemi est tout proche et l’on craint une surprise » 61. Plus nuancé, Marcel Brégé, qui appartient à la même compagnie que Louis Leseux, mentionne pour sa part un départ à cinq heures du matin 62. Vague, le JMO se borne à indiquer un départ « le matin » pour « la ferme des Papillons » dans le secteur de Conay où l’unité devait normalement être ravitaillée 63. Mais celui-ci n’ayant pas pu avoir lieu, pour une raison que ne précisent pas les archives, autorisation est accordée aux hommes de se « servir sur place », ce dont rendent abondamment compte les témoignages à notre disposition. Il est vrai que la situation telle qu’elle est décrite par Marcel Brégé rend plus que nécessaire une telle permission : « N’ayant plus de vivres depuis deux jours, on nous donne l’ordre de prendre ce qui nous tombe sous la main : poules, cochons, confitures dans les maisons » 64. Mais las !, la perspective de festin réparateur n’est que de courte durée :

  • 65  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », loc. cit.

« Nous arrivons vers neuf heures dans une plaine à côté d’un petit village. N’ayant rien dans le ventre depuis la veille, on nous autorise à tuer la volaille, d’autant plus que le village est désert. Nous enlevons les lapins, poules et cochons, que nous faisons cuire comme nous pouvons. à peine avons-nous le temps de dévorer un malheureux morceau de poulet qu’une grêle d’obus tombe à côté de nous. Un aéroplane allemand était venu nous survoler en plein cantonnement et avait donné l’éveil. C’est alors la retraite qui recommence, plus précipitée et plus désordonnée que la veille. Nous arrivons dans une ville assez importante, Florenne » 65.

  • 66  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 23 août 1914.
  • 67  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 173
  • 68  Ibid., page 181.
  • 69  Cité in Keegan John, La première guerre mondiale, op. cit., page 126.
  • 70  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24 août 1914.

28Confirmée par le journal des marches du 47e RI 66, cette situation de « désordre » s’explique pour partie, outre bien entendu la fatigue et le contrecoup du choc émotionnel du baptême du feu, par le fait qu’à ce moment-là, nombreux sont encore ceux qui croient en une contre-attaque. à commencer par Charles Lanrezac pour qui, au soir du 22 août, il n’est nullement encore question de repli mais bien de « tenir ferme sur ses positions » 67. Ce n’est finalement qu’arrivé à Chimay dans la soirée du 23 août que le chef de la Ve armée perçoit, en fonction d’informations qui lui parviennent, « la nécessité de battre en retraite dans le plus bref délai » 68. à vingt-trois heures, il télégraphie à Joffre : « Ennemi menace ma droite sur la Meuse… Givet menacé, Namur enlevé… Décide replier armée demain » 69. S’en suit un ordre fameux qui prend complètement de court le 47e RI comme en témoigne le journal des marches de l’unité qui spécifie que « au matin, alors qu’on s’attend à la continuation de l’offensive, l’ordre est reçu d’une retraite générale de l’armée » 70.

  • 71  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24-28 août 1914.

29Reçu le 24 août 1914, celui-ci annonce une nouvelle période de longues marches dont la cadence n’a semble-t-il d’égale que la fatigue des hommes puisque la troupe parcourt cent kilomètres en cinq journées, de surcroît en couvrant le repli du corps d’armée ! 71 Un soldat de la 19e division d’infanterie raconte ainsi qu’après la bataille de Charleroi, alors que la retraite s’effectue sous une chaleur accablante,

  • 72  Coatanroch Gilles, « La retraite des P’tits vieux », Bulletin de liaison et d’information de l’ass (...)

« certains somnolent, dorment presque en marchant. Dorment réellement, marchant de travers, comme s’ils étaient ivres au point de gêner leur voisin de marche qui les pousse en grognant et les réveille » 72.

30La chaleur aidant, la route paraît « morne » pour reprendre les termes d’Edmond Valarché qui rapporte toutefois une anecdote amusante, sans doute la seule qui émaille cette retraite :

  • 73  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, Nancy, Pari (...)

« Au passage dans Vervins, la monotonie de l’étape est coupée par la vue des affiches électorales récentes. Celles-ci promettaient la paix perpétuelle et la réduction prochaine du service militaire. Elles eurent un vrai succès auprès du troupier, et lui rendirent leur sourire »73.

31Bien que pénibles, les marches du 8 au 20 août 1914 sont sans commune mesure avec celles qui suivent Charleroi. Le témoignage de Georges Veaux est à cet égard intéressant et, bien qu’émanant d’un militaire du 41e RI, paraît pouvoir s’appliquer au 47e RI et, par extension, à l’ensemble du 10e corps :

  • 74  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6291, 21 janvier 1917, pag (...)

« Nous voici sur la route qui longe la frontière française. Je reconnais les vallons, les petits bois, le petit ruisseau que nous avons longé il y a huit jours. Quelle différence ! Au lieu de l’enthousiasme, c’est le découragement ; les kilomètres nous paraissent dix fois plus longs au retour. Il n’y a plus personne sur le pas des portes pour nous offrir : cigarettes, bières, tartines. Les quelques rares habitants qui nous regardent passer nous lancent des regards de défiance. Le malheur est toujours mal vu : il n’y a plus rien pour nous, même contre argent sonnant » 74.

  • 75  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24 août 1914.

32Privés de sommeil depuis des jours, choqués par le baptême du feu et probablement par son issue – une défaite nette dont il est permis de penser qu’elle pèse sur le moral –, harassés de chaleur et victimes d’un ravitaillement plus que lacunaire, les hommes sont littéralement exténués 75. Ainsi Louis Leseux, le 24 août :

  • 76  Cette journée n’est pas celle du 22 août 1914 comme indiquée postérieurement par Louis Leseux mais (...)

« Nous marchons toute la nuit, terrible pour moi. J’ai le pied forcé depuis trois ou quatre jours et c’est juste si je peux faire sept ou huit kilomètres. Je n’en peux plus, je m’arrête et monte en voiture derrière le régiment. La marche est pourtant de trente kilomètres, après une halte pour faire le café à douze kilomètres de Chimay, à trois heures du matin. à sept heures du matin, nous arrivons à Chimay ; un coup de vin, quelques gâteaux que nous trouvons à acheter et en route, toujours… » 76

4.3. Guise : un entracte

33De surcroît, au harassement des troupes, viennent s’ajouter les caractéristiques du terrain, aussi pénibles à franchir dans un sens que dans un autre comme le rappelle judicieusement le général Lanrezac :

  • 77  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 199

« La Ve armée doit passer toute entière par les régions comprises entre la Sambre et les forêts à l’ouest de la Meuse, région difficile et ne présentant qu’un très petit nombre de chemins conduisant vers le sud ; le mouvement s’exécute donc dans des conditions extrêmement pénibles » 77.

  • 78  SHD-DAT : 26 N 636-13, JMO II/47e RI, 26 août 1914.

34De plus, le retour s’effectue sous la pluie 78, ce qui n’est sans doute pas sans conséquences sur des chemins de terre frappés de millions de pas. Le 47e RI se trouve donc à la veille de la bataille de Guise dans des conditions somme toutes assez analogues à celle de Charleroi, si ce n’est la boue, l’accumulation de fatigues en tous genres et une certaine expérience du feu.

35Mais cela n’empêche pas le haut commandement de vouloir contre-attaquer, comme en témoigne le message adressé par le généralissime Joffre au patron de la Ve armée dans la matinée du 27 août 1914 :

  • 79  Message téléphoné du GQG à général commandant la Ve armée, 27 août 1914, 6h30 cité in Ministère de (...)

« Vous m’avez exprimé votre intention, dès que vous serez sorti de la zone boisée où l’emploi de votre artillerie est difficile, de bousculer par une contre-offensive bien appuyée par l’artillerie les troupes qui vous suivent. Non seulement je vous y autorise, mais j’estime que cette attaque est indispensable. L’état de vos troupes est bon, leur moral est excellent. Il faut en profiter. Agir autrement serait diminuer le moral et compromettre peut-être le résultat de la campagne […] » 79.

Figure 8 : Configuration générale de la bataille de Guise.

Figure 8 : Configuration générale de la bataille de Guise.
  • 80  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 28 août 1914.

36De même qu’à Charleroi, les hommes du 47e régiment d’infanterie ne sont pas surpris par la bataille de Guise, même s’ils sont singulièrement dépourvus d’informations par le « canal hiérarchique ». En effet, le JMO de l’unité rapporte qu’arrivés en fin d’après-midi le 28 août 1914 à Lémé pour cantonner, les hommes entendent « vers le NO (direction de Guise) le bruit d’une canonnade ininterrompue ». Parvenus vers vingt heures, des renseignements provenant d’éléments de la 39e brigade (et non de la 40e, échelon hiérarchique direct du 47e RI), que viennent confirmer des informations glanées auprès de quelques paysans du secteur, « signalent la présence dans la direction de Le Sourd de détachements de diverses unités ennemies ». Le régiment est alors immédiatement rassemblé et mis en alerte mais reçoit, moins d’une demi-heure après, l’ordre de rentrer dans ses cantonnements 80.

  • 81  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.
  • 82  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », Revue militaire française, février 1935, pa (...)
  • 83  Ibid., page 151.
  • 84  Ibid., page 152, SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

37S’il est difficile de statuer sur la raison qui conduit à cette instruction – probablement une fausse alerte – il est en revanche certain que les hommes ne sont pas dupes et savent désormais qu’ils devront retourner au feu, à l’instar de Louis Leseux qui s’interroge dans son carnet : « Le canon de nouveau se fait entendre, l’ennemi est donc proche. Que se passera-t-il demain ? » 81. En attendant le lever du jour, les hommes bivouaquent en plein champ, le ventre creux, dans la fraîcheur de la nuit82 . Car à la chaleur torride des journées de fin d’été succède immanquablement la froidure nocturne. En conséquence, l’aube venue, le soleil ne se lève que sur un épais brouillard, celui-là même qui gène tant les hommes à Charleroi. L’ordre de bataille prévoit que la 20e DI soit rassemblée vers quatre heures du matin à Audigny 83. Le 47e RI, qui évolue en tête du dispositif, part de Lémé à trois heures pour se porter en direction d’Audigny et Guise 84. Le médecin-major de Drézigué se rappelle une marche agréable :

  • 85  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, op. cit., p (...)

« Je marchais en tête du gros avec le lieutenant-colonel des Nouailles, commandant le régiment. Nous avançons assez allégrement, persuadés que nous étions de tomber sur le flanc de colonnes allemandes qui s’avançaient dans la région de Saint-Quentin » 85.

38Mais le brouillard semble être la cause d’un certain retard, les éléments éparpillés à travers les champs où ils ont passés la nuit étant devenu difficiles à repérer du fait de la visibilité considérablement réduite. Aussi dans son étude sur le 10e corps à Guise, le colonel Valarché indique-t-il que le 47e RI part ce jour avec deux heures de retard, soit à cinq heures. Pendant ce temps les hommes attendent, apparemment totalement insouciants, à l’image du lieutenant de réserve Guihaire de la 1re compagnie :

  • 86  Ibid., page 28.

« Bien entendu, nous ne savons rien de la situation, ni du motif de l’alerte d’hier, ni du but de la marche d’aujourd’hui. Nous ne savons même pas où est le 47e. Mais il y avait beau temps que nous avions cessé d’être curieux. »86

39Fraîchement réveillés, les hommes entreprennent de se restaurer :

  • 87  Témoignage cité in Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d (...)

« Comme toujours au bivouac, le froid du matin nous avait réveillés et déjà dans un brouillard épais, à l’abri des grandes haies où perlaient des gouttes de rosée, les feux des cuisiniers s’étaient allumés pour le café du matin… Feux bienfaisants et cafés précieux, car d’avoir dormi sur les labours comme matelas avec le sac pour oreiller, les corps sont moulus comme d’une volée de bois vert et, de n’avoir pas diné la veille, les estomacs crient famine » 87.

  • 88  Le Temps, 29 août 1914, n°19411, page 3.
  • 89  « Pour une histoire du temps qu’il fait », conférence prononcée par Alain Corbin aux Rendez-vous d (...)

40Notons qu’en ce qui concerne le froid, celui-ci doit être manifestement plus ressenti que réel. Les prévisions météorologiques consignées dans le quotidien Le Temps font en effet état de température « fraiches » pour la journée du 29 août 1914 en ce qu’elles sont légèrement en dessous des normales saisonnières 88. Si celles-ci contrastent certainement avec la chaleur « tropicale » des journées précédentes, il est probable que le froid ressenti à ce moment par les hommes soit une preuve supplémentaire de leur extrême fatigue, ce qui n’empêche toutefois pas le régiment de reprendre sa route. Mais il convient de rester extrêmement prudent sur ce point puisque l’histoire de la « météosensibilité » restant à écrire 89, les réactions des combattants aux conditions atmosphériques demeurent encore pour partie inconnues.

  • 90  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., (...)
  • 91  Ibid., page 29. Menu,Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », op. cit., page 166.
  • 92  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., (...)
  • 93  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

41Une fois en marche, la colonne, dont l’avant-garde est constituée par le I/47e RI, avance à travers un brouillard « d’ouate » 90 et ne débouche d’Audigny que vers sept heures du matin. Au bout de cinq cents mètres environ, à hauteur d’un lieu-dit ironiquement appelé La Désolation, la section de tête 91 se heurte à un hussard français complètement affolé puis à un maréchal des logis qui prévient le commandant Moreaux du I/47e RI de la proximité de deux escadrons ennemis 92. Cette rencontre s’avère salutaire puisque quelques instants seulement plus tard, surgissent deux cavaliers allemands 93. Prévenus, le lieutenant Guihaire et ses hommes réagissent promptement :

  • 94  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., (...)

« Mes cinq éclaireurs et moi ouvrons le feu. Nous descendons l’un, l’autre s’enfuit. Le blessé, avant d’expirer, me dit que son compagnon était un ober-leutnant. C’est tout ce que je pus tirer de lui » 94.

  • 95  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », loc. cit., page 152.

42On suppose que dans de telles conditions – la visibilité n’excède pas cinquante mètres 95 – l’anxiété doit être à son paroxysme.

43Privés de repères visuels, les hommes se fient à leur sens restant, démultiplié par la cécité : l’ouïe, comme en atteste le lieutenant Guihaire :

  • 96  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, op. cit., p (...)

« J’ai l’impression que ces deux cavaliers appartenaient à une flanc-garde d’une colonne allemande qui suivait la grande route de Guise à Marle et qui arriverait au carrefour en même temps que nous. J’appelle à moi les éléments échelonnés de ma section que je déploie rapidement de part et d’autre de la route. L’infanterie allemande est bientôt là, tout près, car je perçois nettement des signaux et des commandements, qui se transmettent et qui se croisent, paraissant indiquer qu’elle a été surprise comme nous-mêmes en formation de route. Cependant dans le brouillard toujours épais nous ne voyons personne » 96.

Figure 9 : Situation du 47e RI le 29 août 1914 à cinq heures du matin.

Figure 9 : Situation du 47e RI le 29 août 1914 à cinq heures du matin.
  • 97  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.
  • 98  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., (...)
  • 99  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914. Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 191 (...)
  • 100  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.
  • 101  SHD-DAT : 26 N 507/4. JMO 40e brigade. 29 août 1914.
  • 102  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », op. cit., page 167. SHD-DAT : 26 N 636/6, J (...)
  • 103  Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, op. cit., (...)
  • 104  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., (...)
  • 105 SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 29 août 1914.
  • 106  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., (...)

44Si l’un des deux cavaliers est tué, l’autre parvient à s’échapper 97, sans doute à la faveur du brouillard. La situation est critique puisque le I/47e RI vient de croiser une colonne allemande, probablement en marche vers Laon. Presque aussitôt, les hommes entendent des commandements et des signaux, le lieutenant Guihaire ayant immédiatement rendu compte de la situation à ses supérieurs 98. Les ordres fusent : « 1re compagnie au centre à cheval sur la route d’Audigny-Guise, 2e compagnie à droite de la précédente, 3e à gauche », en avant du cimetière 99. La ligne de combat est prolongée à droite par le II/47e RI, à gauche par le III/47e RI 100. Le combat fait bientôt rage, comme en atteste le JMO de la 40e brigade : « la fusillade devient de plus en plus nourrie et l’on sent qu’une attaque très vigoureuse est tentée par l’ennemi sur tous les points occupés par les troupes » 101. Les « balles pleuvent de tous côtés » tant et si bien que rapidement – en moins d’une demi-heure – la situation devient « très critique » puisque l’ennemi déborde le régiment sur ses deux flancs 102. Les hommes couchés sur la ligne de feu n’ont bien souvent que leur havresac pour s’abriter des rafales ennemies 103. La capitaine Sierp commandant la 4e compagnie dispose bien d’un pommier au pied duquel il se couche mais celui-ci est tellement criblé par les impacts qu’en peu de temps il perd toute son écorce 104. Les blessés s’accumulent, parmi lesquels plusieurs gradés, lorsque est donné l’ordre de se replier. En effet, l’intensité du brouillard empêche l’artillerie d’appuyer l’effort du 47105. Là encore, rompre le combat ne se fait pas sans difficultés, les compagnies se mêlant les unes aux autres mais le régiment parvient finalement à se porter à la lisière sud d’Audigny, où il se reforme 106.

  • 107  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 29 août 1914.
  • 108  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », loc. cit., page 168.
  • 109  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.
  • 110  BAVCC/Mémoire des hommes.
  • 111  SHD-DAT : 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 29 août 1914.
  • 112  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », loc. cit., page 312.
  • 113  Compte-rendu téléphoné par le 10e CA à la Ve armée. Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, (...)
  • 114  Herwig Holger H., The Marne, 1914, the opening of the world war I and the battle that changed the (...)

45Après une nouvelle contre-attaque sur Audigny, le général Blandin commande le repli soit une heure environ après le premier coup de fusil de la journée 107. Le brouillard commence à peine à se lever 108. Au 47e RI le bilan est sévère : 383 blessés et 244 tués ou disparus, soit 627 hommes hors de combat dont 124 officiers. Le lieutenant-colonel Poncet des Nouailles lui-même est légèrement blessé 109. Son adjoint, le capitaine Louis Canneva, est tué dès le début de la contre-offensive, au sud d’Audigny 110. Certains officiers comme le lieutenant émile Dufresne du II/47e RI sont « laissés pour morts sur le champ de bataille » 111. Les survivants, eux, se reposent et mangent, préalable indispensable à toute autre manœuvre 112. à l’échelon du 10e corps d’armée la situation n’est guère plus fameuse tant et si bien que le général Defforges est obligé de concéder au cours de la journée du 29 août qu’il n’a plus « un seul homme à engager, [car] les unités au feu manquent d’officiers et de cadres »113. En fin de matinée, il plaide d’ailleurs auprès de Lanrezac pour obtenir du soutien, en l’espèce celui du 1er corps d’armée du général Franchet d’Espèrey 114.

  • 115  SHD-DAT : 26 N 636/6. JMO 47e RI. 29 août 1914 et SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 29 août 1 (...)
  • 116  SHD-DAT : 26 N 34/1, JMO Ve armée, 30 août 1914.
  • 117  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 30 août 1914.

46Trop éprouvé, le 47e RI ne participe qu’en arrière-garde à la nouvelle offensive menée par le sur Sains-Richaumont. Toutefois, à 17h30, il reçoit l’ordre de se porter en avant, le IIIe bataillon en tête. Le JMO rapporte que la fusillade et la canonnade sont très vives mais finalement, les Allemands reculent et le chef de bataillon Pique entre avec ses hommes dans Sains-Richaumont en flammes. Après une nuit à bivouaquer sur place, le 47e RI reçoit l’ordre de glisser vers le sud de Chevennes pour être ravitaillé en vivres et en munitions, séance interrompue par « une pluie d’obus »trahissant la proximité de l’ennemi, de nouveau offensif 115. Mais il est déjà trop tard pour un nouvel engagement, la Ve armée recevant à 7h30 l’ordre du Grand Quartier Général de rompre le combat et de porter ses forces plus au sud, sur la Serre 116. Placé en arrière-garde, le 47e RI glisse vers Neuville-Housset pour couvrir le repli du 10e corps d’armée jusque vers dix-sept heures, moment où la colonne finit de s’écouler. Le 47e « de Saint-Malo » prend alors lui aussi, à son tour, le chemin du Sud et cantonne vers dix-neuf heures à Marcy-sous-Marle, prélude d’une nouvelle semaine de terribles marches 117.

Notes

1  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 2 août 1914.

2  Omnès Albert, Carnet de route, op. cit., page 2.

3  « Communication de l’archevêché », L’Ouest-éclair, n°5704, 3 août 1904, page 3.

4  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 15 août 1914.

5  Pierre René, « La Guerre », L’Union malouine et dinannaise, n°32, 63e année, samedi 8, dimanche 9 août 1914, page 1.

6  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7/8 août 1914.

7  Dauvergne R., Le 47e Régiment d’infanterie où beaucoup de jeunes de la Bretagne romantique servirent... et parfois périrent, mémoire sans date conservé aux archives municipales de Saint-Malo sous la côte Br 407, littérature grise, non paginé.

8  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit., SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 7/8 août 1914.

9  Keegan John, La première guerre mondiale, Paris, Perrin, 2003, page 98.

10  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 15.

11  Bourlet Michaël, « L’accident de Bricquebec, 4 août 1914 », 14-18, Le magazine de la Grande Guerre, n°58, août-octobre 2012, pp. 40-45.

12  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6278, 8 janvier 1917, page 1.

13  SHD-DAT : 24 N 397. Ordres et comptes rendus d’opérations, 9 août-28 décembre 1914, n°1 bis.

14  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 8-20 août 1914.

15  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., page 8.

16  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 21 août 1914.

17  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 14.

18  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 21 août 1914.

19  Dans ses mémoires très à charge contre Joseph Joffre, Charles Lanrezac s’attribue la paternité de cette initiative. Sur ce point, le JMO de la Ve armée semble lui donner raison : « 12 août (11e jour de mobilisation) : Le GQG approuve les propositions contenues dans le message téléphoné adressé la veille, et autorise le général commandant la Ve armée à porter le 1er CA dans la région de Givet. Le CC [Il s’agit du corps de cavalerie Sordet NDLA] se mettra en relation avec la Ve armée et devra se tenir à sa gauche. En conséquence une instruction secrète adressée au Commandant du 1er CA lui prescrit de se porter le 13 vers le Nord de façon à se trouver le 14 dans la région Philippeville (QG), Florennes, Corenne […] avec mission de s’opposer aux tentatives éventuelles de l’ennemi pour franchir la Meuse entre Givet et Namur », SHD-DAT : 26 N 34/1, JMO Ve Armée, 12 août 1914. Sur cet épisode de la polémique qui oppose les deux hommes, on se référera bien entendu aux Mémoires du maréchal Joffre et notamment à son compte-rendu de la journée du 14 août 1914, Joffre Joseph, Mémoires du Maréchal Joffre, 1910-1917, op. cit., pp. 265-268.

20  Grouard (Lieutenant-colonel), « La conduite de la guerre jusqu’à la bataille de la Marne », Revue militaire française, tome 1, juillet 1921, page 68.

21  SHD-DAT : 24 N 397, Ordres et comptes rendus d’opérations, 9 août-28 décembre 1914, n°35.

22  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 150.

23  SHD-DAT : 26 N 34/1, JMO Ve Armée, 21 août 1914.

24  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914 et 24 N 397, Ordres et comptes rendus d’opérations, 9 août-28 décembre 1914, n°37.

25  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

26  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 20.

27  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

28  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », Revue militaire française, février 1931, pp. 218 et 185. Charles Lanrezac évoque pour sa part un « dédale de localités ». Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 169.

29  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, loc. cit., page 160. Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », loc. cit., janvier 1931, page 86.

30  Souvenirs de Lucien Pique tels que rapportés par le commandant Larcher. Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », loc. cit., février 1931, page 227.

31  Ibid., décembre 1930, croquis n°3.

32  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

33  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », loc. cit., février 1931, page 226, SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

34  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

35  Il est en fait blessé puis capturé. Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., BAVCC/Mémoire des hommes.

36  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

37  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., février 1931, page 230.

38  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

39  Le commandant Larcher base pour partie son récit sur les souvenirs du capitaine Richard commandant la 6e compagnie du 47e RI : « La partie nord du bois, au-delà de la crête cotée 191, était en outre inondée de balles ; la lisière nord, particulièrement visée par l’ennemi, ne pouvait être utilisée ; en déboucher serait une tentative désespérée. » Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit.

40  Ibid., page 224.

41  Ibidem.

42  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

43  Le commandant Larcher base pour partie son récit sur les souvenirs des capitaines Lemaire commandant la 1re compagnie, Colas commandant la 2e compagnie et Verly, commandant pour sa part la 3e compagnie du 47e RI. Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., page 224.

44  Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, op. cit.

45  Mentionnons que l’abbé Joseph Sohier évoque la présence de troupes du II/47e RI et non du I/47 e RI à Falisolle, ce qui semble être une erreur, sans conséquence toutefois sur l’intérêt de ce témoignage. Falisolle : les dernières barricades [http://lasambreaout1914.blogs.lalibre.be].

46  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit., page 231.

47  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

48  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., février 1931, page 231 et mars 1931, page 381.

49  Ibid., page 242.

50  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

51  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

52  D’après le commandant Larcher qui se base sur « les souvenirs de nombreux officiers témoins oculaires », le II/47e RI semblait, avant même que l’ordre de repli soit prononcé, perdre du terrain et être repoussé du bois de l’Estache. Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », op. cit., février 1931, page 231.

53  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

54  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi », loc. cit., mars 1931, page 382.

55  Ibid., mars 1931, pp. 382-383 et décembre 1930, croquis 2 bis.

56  Ibid., page 381.

57  Ibidem. Encore une fois, l’étude du commandant Larcher nous semble sur ce point difficilement dépassable puisque sa description « du repli est le résumé des souvenirs de nombreux officiers, concordants, sauf sur les heures qui varient souvent d’une demi-heure entre les témoins d’une même unité ».

58  Ibid., page 384.

59  SHD-DAT : 26 N 301/1, JMO 20e DI, 22 août 1914 et 26 N 636/6, JMO 47e RI, 22 août 1914.

60  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

61  Ibidem.

62  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., page 9.

63  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 23 août 1914.

64  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », loc. cit.

65  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », loc. cit.

66  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 23 août 1914.

67  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 173.

68  Ibid., page 181.

69  Cité in Keegan John, La première guerre mondiale, op. cit., page 126.

70  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24 août 1914.

71  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24-28 août 1914.

72  Coatanroch Gilles, « La retraite des P’tits vieux », Bulletin de liaison et d’information de l’association Bretagne 14-18, n°7, novembre 1998, pp. 6-7.

73  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, Nancy, Paris, Strasbourg, Berger-Levrault, 1929, page 12.

74  Veaux Georges, « En suivant nos soldats de l’ouest », L’Ouest-éclair, n°6291, 21 janvier 1917, page 2.

75  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 24 août 1914.

76  Cette journée n’est pas celle du 22 août 1914 comme indiquée postérieurement par Louis Leseux mais bien celle du 24. Par ailleurs, la marche, effectuée les 24 et 25 août n’est pas de 30 km mais de 43. Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

77  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre, op. cit., page 199.

78  SHD-DAT : 26 N 636-13, JMO II/47e RI, 26 août 1914.

79  Message téléphoné du GQG à général commandant la Ve armée, 27 août 1914, 6h30 cité in Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1925, tome 1er, 2e volume, op. cit., page 51.

80  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 28 août 1914.

81  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

82  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », Revue militaire française, février 1935, page 150.

83  Ibid., page 151.

84  Ibid., page 152, SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

85  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, op. cit., page 27.

86  Ibid., page 28.

87  Témoignage cité in Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, op. cit., pp. 27-28.

88  Le Temps, 29 août 1914, n°19411, page 3.

89  « Pour une histoire du temps qu’il fait », conférence prononcée par Alain Corbin aux Rendez-vous de l’histoire de Blois le 13 octobre 2001.

90  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., page 38.

91  Ibid., page 29. Menu,Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », op. cit., page 166.

92  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., page 39.

93  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

94  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., page 39.

95  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », loc. cit., page 152.

96  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, op. cit., pp. 39-40.

97  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

98  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., page 40.

99  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914. Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », op. cit., page 166.

100  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

101  SHD-DAT : 26 N 507/4. JMO 40e brigade. 29 août 1914.

102  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », op. cit., page 167. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

103  Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, op. cit., page 51.

104  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., page 40.

105 SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 29 août 1914.

106  Valarche Edmond, La bataille de Guise les 28, 29 et 30 août 1914 au 10e corps d’armée, loc. cit., page 43. SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

107  SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 29 août 1914.

108  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », loc. cit., page 168.

109  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 29 août 1914.

110  BAVCC/Mémoire des hommes.

111  SHD-DAT : 26 N 636/13, JMO II/47e RI, 29 août 1914.

112  Menu Charles, « Les journées des 29 et 30 août 1914 », loc. cit., page 312.

113  Compte-rendu téléphoné par le 10e CA à la Ve armée. Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1925, tome 1er, 2e volume, op. cit., page 868.

114  Herwig Holger H., The Marne, 1914, the opening of the world war I and the battle that changed the world, New-York, Random House, 2011, page 185.

115  SHD-DAT : 26 N 636/6. JMO 47e RI. 29 août 1914 et SHD-DAT : 26 N 507/4, JMO 40e brigade, 29 août 1914.

116  SHD-DAT : 26 N 34/1, JMO Ve armée, 30 août 1914.

117  SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI, 30 août 1914.

Table des illustrations

Titre Figure 6 : La bataille de Charleroi, situation au 21 août 1914.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 7 : Situation le 22 août 1914 à cinq heures du matin.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 8 : Configuration générale de la bataille de Guise.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 9 : Situation du 47e RI le 29 août 1914 à cinq heures du matin.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search