Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Qu’est-ce que le 47e régiment d’infanterie

III - Le 47e régiment d’infanterie : une unité entraînée

Texte intégral

1Pour quiconque s’intéresse à l’entrée en guerre d’une unité pendant le premier conflit mondial, la caserne est un lieu essentiel puisque c’est précisément là que la troupe s’entraîne au combat. à la Belle Époque, la troupe du 47e régiment d’infanterie loge et s’exerce dans plusieurs casernes : la Concorde à Saint-Servan, Rocabey à Saint-Malo, Saint-François et le Château dans la vieille ville fortifiée (cf. figure 2). à ces bâtiments doivent être ajoutés deux champs, l’un de manœuvre en face Rocabey ; et l’un de tir, situé sur la pointe de la Varde, en face la mer. C’est en ces lieux que le 47e régiment d’infanterie développe et acquiert tout un ensemble de techniques en prévision et en anticipation d’une guerre à venir.

  • 1  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siè (...)

2Dans le cadre d’une armée de conscription, le passage sous les drapeaux est primordial puisque c’est pendant ce laps de temps que les citoyens soldats se forment à prendre les armes. Le service militaire est donc une période particulièrement importante pour les civils qui portent lors de la mobilisation générale l’uniforme du 47e RI puisque ce moment est conçu comme celui d’une préparation « aux exigences du combat et de la guerre » 1. Dès lors, l’avant-guerre est moins, du point de vue de l’instruction des conscrits de cette unité, une période de paix que d’anticipation du conflit à venir et, plus précisément encore, d’anticipation des caractéristiques du champ de bataille sur lequel les hommes seront amenés à combattre.

  • 2  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire à l’usage des élèves-caporaux, sous-offi (...)

3Malheureusement, l’histoire de la préparation du 47e régiment d’infanterie à la Première Guerre mondiale est quasiment impossible à écrire, en grande partie faute d’archives. Certes, règlements militaires, presses locale et spécialisée, témoignages et autres cartes postales sont autant de sources permettant de retrouver l’idée globale de cette instruction des fantassins et de son corolaire indispensable : la grande manœuvre. Mais, en réalité, bien des détails nous échappent puisque le règlement d’infanterie du 31 août 1905 précise bien que si « la préparation à la guerre est l’objet unique de l’instruction des troupes », les officiers subalternes conservent « l’initiative du choix des moyens » de cette dernière 2. En d’autres termes, si l’instruction des 174 régiments d’infanterie d’active de l’armée française est globalement homogène à la veille de la guerre, en pratique, chaque compagnie du 47e RI peut être entraînée suivant des modalités, et donc des résultats, sensiblement différents. Cette prescription vaut également pour les manœuvres puisque sur le terrain, comme le rappelle un officier dans la Revue du cercle militaire vingt ans avant la guerre,

  • 3  Ebener (Capitaine), « Nos règlements de manœuvres et leur application », Revue du cercle militaire (...)

« les indications du règlement sont à cet égard très élastiques. Sur le champ de bataille, un commandant de troupes fait à peu près tout ce qu’il veut ; son initiative n’est entravée par aucune prescription trop étroite » 3.

3.1. L’instruction des fantassins

  • 4  Miquel Pierre, Les Poilus, op. cit., page 88.
  • 5  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, caporaux, et des élèves caporaux conforme aux pr (...)
  • 6  Yvon Pierre-Jean, Le Grand Saint-Malo, vie anecdotique illustrée de cartes postales anciennes, tom (...)
  • 7  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, Paris, Marc Imhaus et René Chapelot, (...)
  • 8  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., pp. X-XI.

4Il est un fait admis que dans les conceptions militaires qui prévalent à l’aube du XXe siècle, le fantassin est un soldat qui marche, et qui porte son sac. Pierre Miquel rapporte ainsi le cas de Bernard de Ligonnès, officier de carrière au 58e régiment d’infanterie, unité casernée à Avignon, qui se distingue en 1902 en effectuant, avec trois caporaux et six soldats, une « marche de résistance » de 202 kilomètres en trois jours, le tout avec un sac de dix-huit kilogrammes sur le dos ! Plus qu’un simple exploit sportif, cette performance est considérée alors comme un « succès digne des meilleurs exemples de l’infanterie », arme encore basée, en ce siècle naissant, sur le modèle du grognard napoléonien capable d’engloutir quotidiennement cinquante kilomètres 4. Sans surprise, la marche tient une place prépondérante dans les règlements d’avant-guerre. Ainsi, en 1904, le Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers détaille les différents exercices formant « l’école du soldat » : seul le garde-à-vous est enseigné avant les mouvements liés à la marche, entre pas cadencé, pas en arrière et pas de gymnastique 5. Au 47e régiment d’infanterie, c’est probablement sur le champ de manœuvres de Rocabey, situé à proximité de la caserne du même nom, que les conscrits s’entraînent à ces exercices, sous l’œil expert et intraitable des sous-officiers 6. Si l’autorité est la valeur suprême de la vie militaire, la marche en constitue bien l’alpha et l’oméga. Cette même conception prévaut toujours à la veille de la guerre puisque le Petit manuel illustré du soldat, dans son édition de 1914, rappelle que pour « remplir dignement » son rôle de fantassin, le conscrit affecté à l’infanterie doit parfaire tout aussi bien ses qualités physiques que mentales 7. Sans surprise, l’éducation physique et la manœuvre viennent avant le tir dans l’instruction générale du soldat 8.

La caserne de la Concorde à Saint-Malo

La caserne de la Concorde à Saint-Malo

Ces deux photographies (illustrations 4 et 5) représentent respectivement l’entrée de l’établissement et la cour principale dans laquelle s’entraînent les soldats. D’abord séminaire puis hospice, la Concorde est transformée en caserne au XIXe siècle et est occupée par un bataillon du 47e régiment d’infanterie. En 1917, la caserne de la Concorde reçoit des prisonniers de guerre allemands.

(coll. Archives municipales de Saint-Malo)

La caserne de la Concorde à Saint-Malo

La caserne de la Concorde à Saint-Malo

La première de ces photographies (illustration 6) a été prise depuis la cour en direction de l’entrée de la caserne ; la seconde (illustration 7) montre l’autre côté de la cour principale, à un moment où les militaires semblent inoccupés.

Illustration 8 : Photographie de la caserne de Rocabey, vue large de l’entrée

Illustration 8 : Photographie de la caserne de Rocabey, vue large de l’entrée

Illustration 9 : Photographie de la caserne de Rocabey, l’entrée principale

Illustration 9 : Photographie de la caserne de Rocabey, l’entrée principale

Illustration 10 : Photographie de la caserne de Rocabey, la cour et le bâtiment principal

Illustration 10 : Photographie de la caserne de Rocabey, la cour et le bâtiment principal

Rocabey est le nom d’un quartier de Saint-Malo. La caserne éponyme a été construite à partir de 1874 et le 47e RI s’y installe quatre années plus tard. Elle est agrandie en 1895 puis en 1907, toujours pour accueillir la troupe du régiment. La caserne est aujourd’hui le siège de l’école nationale de police.

(coll. Archives municipales de Saint-Malo)

  •  Prost Antoine, « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerre (...)
  • 9  Arch. Dép. I&V : 1 R 2139.110.
  • 10  Arch. Dép. CdA : 1 R 1333.102.

5L’entrée en guerre ne modifie en rien cette réalité puisque, comme le rappelle Antoine Prost, les contemporains vivent en grande partie ce conflit par l’intermédiaire de représentations mentales du temps de paix, grilles de lectures « dont ils connaissent l’inadéquation, et dont, pourtant, ils ne réussissent pas à se défaire totalement »  . L’image du « fantassin marcheur » en est un parfait exemple, ce qu’attestent les archives des bureaux de recrutement, jonchées de cas de personnes exemptées de service car présentant des pathologies les empêchant de rentrer dans cette norme. Ainsi cet homme qui échappe à la récupération du fait d’une déformation du membre inférieur droit 9 ou cet autre qui, blessé en 1916 par un éclat d’obus qui lui fracture l’omoplate, est transféré en mai 1917 du 47e RI au 7e régiment d’artillerie au motif que sa cicatrice l’empêche de porter son sac 10.

6Théoriquement, les hommes du 47e régiment d’infanterie sont donc, en ce mois d’août 1914, entraînés à parcourir à pied, sac au dos, de grandes distances. La réalité de l’entrée en guerre démontre combien peut être fausse cette idée mais, cependant, c’est bien celle-ci qui prévaut dans les esprits à la veille de la mobilisation générale. Sachant marcher, le conscrit est ensuite, si l’on s’en tient à la pédagogie développée en 1904 dans le Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers – méthode qui prévaut d’ailleurs également dans les règlements de 1914 – invité à appréhender son arme.

  • 11  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., pp. 62-64.
  • 12  « Le fusil modèle 1886/93, dit fusil Lebel », Fiche objet du musée de l’armée [http://www.invalide (...)
  • 13  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, loc. cit., pp. 68-70.
  • 14  « Les tirs de la Varde », Paramé journal, n°26, 24 novembre 1912, page 2 ; « Pour le camp », L’Oue (...)

7Dans le Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers publié en 1904, l’instruction au maniement du fusil se conçoit en deux temps. Le premier est constitué d’un ensemble de mouvements avec l’arme qui doivent être « toujours exécutés avec vigueur et près du corps ». Il s’agit en réalité d’une série de gestes que l’on peut englober sous une appellation globale de « reposez arme » qui consistent à porter le fusil à l’épaule, puis au pied, à la bretelle… Au fur et à mesure des classes, les exercices se font plus difficiles, combinant mouvements avec le fusil et marches 11. Lorsque l’on connaît les dimensions et le poids du Lebel 1886 – 1,30 m et 4,18 kg vide 12 – on mesure les heures d’entrainements nécessaires à la parfaite exécution de ces figures de style dont le but est moins une démarche esthétique que d’amener le fantassin à faire corps avec l’arme. Ce n’est qu’une fois ces mouvements maitrisés que le conscrit peut, en un second temps, apprendre à charger le fusil et, enfin, à tirer, tout d’abord debout puis en position horizontale, mais à chaque fois en respectant scrupuleusement les ordres : Feu à volonté, Cessez le feu 13. Là encore, la discipline prime tout. Pour les fantassins du 47e régiment d’infanterie, ces exercices de tir peuvent se dérouler au champ de tir de La Varde mais également au camp de La Lande d’Ouée, situé près de Saint-Aubin du Cormier, entre Rennes et Fougères 14.

  • 15  Lecoq Benoit, « Les sociétés de gymnastique et de tir dans la France républicaine 1870-1914 », Rev (...)
  • 16  « L’indépendante Cancalaise », L’Ouest-éclair, n°5385, 23 septembre 1913, page 3.

8Tous les ouvrages d’instruction militaire de notre corpus donnent une description technique particulièrement détaillée du fusil Lebel et l’on peut considérer sans grand risque d’erreur qu’ils ne constituent pas là une exception puisque le démontage, l’entretien et le remontage de l’arme sont des exercices essentiels de la vie militaire. Reste néanmoins à se demander si la caserne constitue ou non le lieu de la première prise de contact entre le fusil Lebel et le conscrit. Bien entendu, il est impossible d’avoir une réponse précise à cette question. Sans doute que pour des fantassins d’origine rurale la pratique de la chasse est plus courante, ce qui impliquerait de facto un contact plus régulier avec les armes à feu et avec les fusils, même s’il s’agit bien sûr de modèles différents de celui du Lebel. La profession du père peut également être un critère intéressant, si l’on songe aux enfants de militaires de carrière. Mieux encore, la fréquentation des préparations militaires, bataillons scolaires et autres sociétés de tir, peut impliquer une certaine familiarité avec cette arme, même si l’on sait les finances de ces institutions tellement fragiles qu’elles n’ont pas toujours les moyens de s’équiper avec le matériel adéquat 15. Toutefois, pour ne citer qu’un exemple, mentionnons que le concours de l’Indépendante Cancalaise s’effectue précisément avec ce fusil Lebel 16. La question reste donc ouverte même s’il semble acquis que pour au moins un certain nombre de conscrits, la caserne n’est pas le lieu d’une totale découverte du Lebel et des armes en général.

  • 17  « Au combat, le tir et la manœuvre sont inséparables. L’action par le feu n’a qu’un but : facilite (...)
  • 18  Le manuel précise en suite que « pour se tirer d’affaire […], il faut savoir juger si, dans la sit (...)

9Du point de vue de l’anticipation de la guerre à venir, il ressort de cette instruction au maniement du fusil que le feu n’est conçu qu’en groupe, aux ordres d’un officier. Le modèle qui prévaut ici est donc bien celui de la salve des batailles napoléoniennes puisque le but unique assigné au tir par le règlement d’infanterie du 31 août 1905 est de faciliter le mouvement 17. Il existe bien avant 1914 un insigne de tireur d’élite – en forme de cor de chasse, il est cousu sur la manche de la veste – mais celui-ci est attribué de façon honorifique aux vainqueurs de concours d’adresse. En aucun cas il ne désigne un fantassin spécifiquement dédié au tir. Le sniper des tranchées est donc très loin, la pratique du feu telle qu’elle se conçoit dans les premières années du siècle reposant non sur une spécialisation des compétences mais, au contraire, sur un modèle de fantassin standardisé, interchangeable, pour ne pas dire taylorisé. Le Petit manuel illustré du soldat publié en 1914 en est à cet égard une illustration particulièrement révélatrice puisqu’il indique que le fantassin « peut se trouver isolé, soit par suite d’une mission à remplir (sentinelle, patrouille, etc.), soit par suite des circonstances (absence ou disparition du chef, séparé par un obstacle du groupe auquel il appartient, etc.) » 18, tournure de phrase qui dit combien ce cas de figure est, dans l’esprit des règlements de l’époque, exceptionnel.

  • 19  Cosson Olivier, « Expériences de guerre et anticipations à la veille de la Grande Guerre », Revue (...)

10En réalité, c’est toute la doctrine d’infanterie – arme encore comprise comme la reine du champ de bataille – qui se révèle obsolète, du fait d’une non-prise en compte des réalités apparues avec les guerres de Mandchourie et des Boers 19. C’est cette conception qui conduit le Petit manuel illustré du soldat à proclamer en 1914 que :

  • 20  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 2.

« L’infanterie, c’est l’armée elle-même. Elle en forme la partie essentielle : les autres armes, cavalerie, artillerie, génie, ne sont que des satellites indispensables, collaborant à son succès, mais ne pouvant la remplacer » 20.

  • 21  « Causerie militaire », L’Ouest-éclair, n°3725, 24 février 1906, page 3.
  • 22  Renoux Pierre-Jean, « Rosalie et sa famille », Cibles, décembre 1973, pp. 698-700.

11Aussi n’est-il finalement pas étonnant d’entendre en 1906 un officier proclamer au cours d’une « causerie militaire » que « les campagnes modernes, comme celles d’autrefois, prouvent que sur 100 hommes atteints, 88 environ le sont par la mousqueterie » et seulement 8 par l’artillerie 21. Mais, s’en tenir au seul Lebel serait oublier qu’en 1886 l’armée française dote également son infanterie d’un nouveau type de baïonnette, équipement qui traduit une anticipation quasi « atechnologique » des guerres à venir, la tactique restant basée sur le corps à corps et l’assaut final à l’arme blanche. Appelée Rosalie par les civils, un sobriquet que manifestement semble ignorer la troupe, elle est une arme de type épée-baïonnette à lame droite, possédant quatre pans creux de section cruciforme, avec un court talon évidé, le tout étant d’une longueur de cinquante-deux centimètres 22.

  • 23  Arch. Mun. Saint-Malo, cartes postales non classées au moment de leur consultation, « 1642. Saint- (...)
  • 24  Cabanas éric, Nantes, Photographies originales de 1867 à nos jours, Nantes, Victor Stanne éditons, (...)

12Du point de vue de l’instruction des conscrits dans les casernes françaises des années 1900, cette arme est indissociable d’une pratique sportive aujourd’hui disparue, l’escrime à la baïonnette. Bien entendu, cette discipline n’est pas la seule activité physique pratiquée au sein du 47e régiment d’infanterie avant-guerre. Outre les marches évoquées plus haut, on sait que plusieurs agrès de gymnastique (poutre, barres parallèles…) sont disposés dans la cour de la caserne de la Concorde 23. Mais l’escrime à la baïonnette est probablement, du point de vue de l’instruction des conscrits, la discipline qui, lorsque l’on connaît la réalité du champ de bataille la Première Guerre mondiale, est la plus anachronique. C’est d’ailleurs précisément en cela qu’elle intéresse l’étude de l’entrée en guerre du 47e RI lors du premier conflit mondial. Pour autant, rappelons que l’infanterie ne dispose pas avant-guerre du monopole des anticipations erronées de la guerre. Pour ne citer qu’un exemple, mentionnons cette carte postale qui représente à Nantes deux hommes en pleine « initiation à l’équitation sur des chevaux de bois », exercice qui là encore ne manque pas de saveur lorsque l’on connaît le rôle de la cavalerie en août 1914 24.

Illustration 11 : Carte postale figurant des soldats du 47e RI s’exerçant à l’escrime

Illustration 11 : Carte postale figurant des soldats du 47e RI s’exerçant à l’escrime

(coll. Archives municipales de la Saint-Malo)

  • 25  Sur cette collection, Moriceau Lucie, Les frères Séeberger, photographes de la vie militaire (1910 (...)
  • 26  ECPAD : D146-2-1152.
  • 27  « Les championnats militaires d’escrime», Le Petit Parisien, n°13701, 4 mai 1914, page 4.
  • 28  BNF : Rol, 28685, 28686, 38722, 38723, 38840, 38841.
  • 29  BNF : Rol, 38840.

13Une célèbre photographie des frères Séeberger 25 figure une scène d’escrime à la baïonnette telle qu’elle se déroule dans de nombreuses casernes de France en 1910, et donc probablement au sein de celles qu’occupe le 47e régiment d’infanterie. Dans une cour, sous l’œil d’un instructeur qu’on imagine sans peine vigilant à la bonne gestuelle, un homme muni de son havresac et de ses brelages réglementaires, bien droit sur ses appuis, empale d’un coup de baïonnette un mannequin vaguement humanoïde constitué de sacs de sable 26. Cliché aujourd’hui désuet, plein du charme du temps jadis, mais néanmoins éminemment instructif puisqu’à l’époque, l’escrime à la baïonnette est une discipline qui non seulement est immanquablement rattachée à l’univers de la caserne mais qui, de surcroît, jouit d’une popularité telle qu’un championnat de France est organisé. En 1914, celui-ci se déroule quelques semaines seulement avant le déclenchement des hostilités, sous une tente spécialement dressée à cet effet au jardin des Tuileries, à Paris. Au sein de ce championnat de France militaire d’escrime, la baïonnette est une discipline à part entière, au même titre que le fleuret, l’épée ou le sabre 27. Les épreuves se déroulent sur quinze jours devant un public où l’on reconnaît de nombreux généraux et sous l’œil de quelques reporters, dont un photographe de l’agence Rol, comme en témoignent quelques clichés conservés par la Bibliothèque nationale de France 28. Si, malheureusement, il ne nous est pas possible de dire si une équipe du 47e régiment d’infanterie participe à cette compétition, remportée pour l’anecdote par une équipe du 57e RI 29, une analyse attentive de ces images nous permet de constater que c’est bien le corps-à-corps, le face-à-face qui est mis en avant dans cette discipline. C’est d’ailleurs ce que sous-entend Louis-Auguste Picard en 1913 dans son ouvrage destiné aux conscrits lorsqu’il évoque la charge à la baïonnette, « assaut toujours héroïque » :

  • 30  Picard Louis-Auguste (illustrations de Regamey Frédéric), Soldat, Les débuts militaires, Paris, Jo (...)

« Quand on se bat à la baïonnette, c’est pas pour rire, on est en un contre un, quelque fois un contre deux ou même trois, il faut se débarrasser en jouant de la fourchette le plus rapidement possible. Le combat à la baïonnette, c’est toujours le bouquet du feu d’artifice. Ce qui veut dire que c’est l’ultima ratio du combat d’infanterie » 30.

14On sait les polémiques visant à déterminer si oui ou non la baïonnette est massivement utilisée durant la Première Guerre mondiale mais, pour notre propos, c’est son existence même qui illustre le décalage immense entre la guerre telle qu’elle est fantasmée à la fin du XIXe siècle et telle qu’elle se réalise, dans toute son horreur, dès le début du XXe. Revenant près de vingt ans après les faits sur son expérience combattante à Charleroi, Pierre Drieu La Rochelle relève lui aussi le terrible contraste entre les exercices effectués à la caserne et la réalité de ce qu’il vit lors de son baptême du feu :

  • 31  Drieu La Rochelle Pierre, La Comédie de Charleroi, Paris, Gallimard, 1982, page 41.

« Je n’avais fait qu’une fois de l’escrime à la baïonnette. Avec ma baïonnette, qu’est-ce que je ferais avec ma baïonnette devant un Allemand ? Rien du tout » 31.

  • 32  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 72.
  • 33  Ibid., pp. 58-76.

15Or l’instruction des conscrits participe pleinement de cette anticipation de la guerre puisque le troisième temps fort de l’apprentissage du « métier » de fantassin est, pendant le service militaire, précisément celui de l’escrime à la baïonnette, discipline qui « a pour but d’apprendre au soldat à se servir de son arme dans le combat corps-à-corps » 32. Il est en effet frappant de remarquer que les trois articles du titre consacré à « l’école du soldat » dans le Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers publié en 1904 synthétisent la vision d’alors du combat 33. Les « mouvements sans arme » représentent les marches de concentration et d’approche tandis que les « mouvements avec l’arme » sont assimilés au feu d’infanterie lors du contact avec l’ennemi, élément dépassé par le choc de la furia francese, figurée par l’escrime à la baïonnette. On pourra toujours objecter que les fusils des armées d’aujourd’hui sont également équipés de baïonnette. Tel est effectivement le cas pour le FAMAS, dont la baïonnette paraît peu ou prou déclinée de la fameuse carabine M1, produite à plus de six millions d’exemplaires pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais la grande différence d’avec le Lebel de 1914 c’est qu’aujourd’hui, la baïonnette n’est conçue que comme un accessoire pouvant de temps à autre se révéler utile, non comme l’ultima ratio du combat d’infanterie.

  • 34  Goya Michel, « Le processus d’évolution tactique de l’armée française pendant la Grande Guerre », (...)

16Pour autant, les exercices effectués dans la cour de la caserne doivent être impérativement dissociés de la « pratique », c’est-à-dire de l’ensemble des savoir-faire et compétences qu’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie possède réellement 34. Pour ce faire, il convient de se référer aux manœuvres en ce que ces exercices « grandeur nature » sont sensés simuler la réalité du combat et donc démontrer la compétence d’une unité.

3.2. L’application : les grandes manœuvres

  • 35  « Départ du 47e », Paramé Journal, Première année, n°15, 6 septembre 1912, page 2.

17Le contraste est de suite évident avec le départ du 47e régiment d’infanterie pour les grandes manœuvres de 1912, salué comme il se doit par le Paramé Journal qui ne manque d’ailleurs pas de souligner les « difficultés [que] nos pioupious vont être appelés à surmonter » 35. Certes il s’agit de manœuvres qui se déroulent cette année-là dans le Poitou ce qui, au départ de Saint-Malo, représente une distance assez importante. Pour autant, selon toute vraisemblance, la marche de concentration – là aussi une grande partie du voyage est effectuée en train – n’est aucunement comparable aux longues marches d’août 1914, infiniment plus éprouvantes, qu’il s’agisse de la chaleur accablante qui frappe les hommes ou des cadences infernales qui scandent les jours et les nuits. D’ailleurs, la « valeur » de ces exercices n’est pas sans provoquer chez certains quelques interrogations. C’est ainsi qu’en septembre 1896, un homme rappelé pour une période de réserve et affecté à un état-major de Vannes, assiste au retour des manœuvres et en livre un tableau dont le pittoresque n’est pas sans présenter une certaine pointe d’acidité :

  • 36  Arch. Dép. Morbihan : 1 J 136, Mes premiers 28 jours… sept. 1896 (récit d’un soldat en garnison à (...)

« Tout d’un coup la place du champ de foire retentit devant nous d’éclatements d’accords guerriers : c’est le 116e retour des manœuvres. Il revient par la route d’Auray. Nous nous précipitons à la fenêtre et voyons défiler, le sentiment cher à Lucrèce, nos braves compagnons, l’air fier autant qu’ils le peuvent avec le cuir tanné et serré aux os qui leur sert de visage. […] Tous ont la tête haute ; ils ont eu un temps abominable et de longues étapes dans le pays accidenté du Finistère, les pauvres diables ! Plusieurs loustics sourient aux connaissances, aux copains plus heureux qui ont "coupé" aux manœuvres et montrent deux doigts : encore deux jours et vive la classe ! Les autres, aussi fiers mais moins joyeux ont en plus du sac et du fusil sur l’épaule le poids d’un ou deux ans à tirer mais vaillants tout de même. Après, dans le rapport des manœuvres on dira que les troupes ont été merveilleuses d’entrain et d’endurance, et ça ne m’étonne pas. C’est un cliché. Comme disait le capitaine : "vous copierez le rapport de l’année dernière que voici, en changeant seulement les expressions de chaleur anormale pour le pays par celle de pluies abondantes et continuelles. à part cela, copiez textuellement le rapport, c’est la même chose". C’est vrai, c’est un cliché que la bravoure et l’entrain de nos soldats et qui a le mérite d’être l’expression de la vérité : vive l’armée française ! » 36

  • 37  Cassou Paul, « Les grandes manœuvres de l’Ouest », Le Temps, n°18699, 13 septembre 1912, page 3.

18Sans surprise, c’est bien sur cette question de la marche, de l’endurance physique, que la performance des fantassins du 47e régiment d’infanterie est jugée lors des grandes manœuvres. Paul Cassou, envoyé spécial du Temps aux grandes manœuvres de 1912 rapporte ainsi « l’émerveillement » du général Lanrezac, futur patron de la Ve armée et alors à la tête de la 20e division, face à « l’entrain et l’endurance de ses fantassins qui venaient de parcourir de trente à trente-cinq kilomètres et qui ne paraissaient pas autrement fatigués » 37. De même, le Paramé Journal reproduit in extenso l’avis exprimé par le chroniqueur militaire d’un journal parisien à l’occasion de ces mêmes manœuvres de 1912 :

  • 38  « Vive le 47 », Paramé Journal, Première année, n°17, 22 septembre 1912, page 3.

« Le 2e, le 70e et le 41e ont accompli des efforts très grands, mais c’est véritablement le 47e de ligne qui depuis le début des manœuvres, a fourni la plus belle preuve de sa valeur.
Ce régiment, qui a surtout accompli des services d’avant-garde et de flanc-garde, les plus rudes qui soient, a couvert, en deux jours, cent trois kilomètres, tant en marches qu’en manœuvres sans laisser un seul trainard devant lui. Véritablement nous pouvons être fiers de ces hommes. Je n’ai que rarement, quant à moi, rencontré des régiments faisant preuve de tant de bonne humeur, de discipline et de résistance à la fatigue.
Si l’on veut bien réfléchir que ces braves gars portent sur le dos une charge considérable en approvisionnement, en vivres et munitions, fusils, outils, campement, etc., on reconnaîtra que cette constatation ne manque pas de valeur » 38.

  • 39  « Les grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°5006, 12 septembre 1912, page 1.
  • 40  « Aux grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°5007, 13 septembre 1912, page 1.

19Les grandes manœuvres de l’ouest de 1912 mettent aux prises deux armées, l’une confiée au général Marion, l’autre au général Gallieni. Celle-ci, dénommée « parti de l’ouest », comporte plusieurs unités du 10e corps, dont le 47e régiment d’infanterie 39. L’exercice consiste principalement en une manœuvre d’enveloppement – la bataille est encore pensée suivant le mode napoléonien – mais selon les dires de L’Ouest-éclair, « jamais manœuvres n’auront été conduites avec un aussi constant souci de méthode et de vraisemblance » 40. Pourtant, en quelques jours seulement est simulée une bataille – nécessairement pensée comme décisive – comportant marches d’approches et de reconnaissance puis assaut et, enfin, marches de dislocation.

  • 41  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 72.
  • 42  « Le vaincu des manœuvres », L’Ouest-éclair, n°5008, 14 septembre 1912, page 1.
  • 43  Goya Michel, La chair et l’acier, loc. cit., page 73.
  • 44  « Dans l’armée, les grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°3099, 3 septembre 1905, page 2.
  • 45  « Les grandes manœuvres de 1905 », L’Ouest-éclair, n°2011, 22 février 1905, page 5.
  • 46  « Les grandes manœuvres de l’ouest commencent aujourd’hui », Le Petit journal, n°18156, 11 septemb (...)

20C’est sans doute là un écueil propre à ce genre d’exercices mais il est un fait que la pertinence de la manœuvre en tant qu’outil d’instruction de la troupe est souvent remise en cause tant il est difficile de simuler la réalité du champ de bataille. Ce qui est bon pour l’entraînement des états-majors 41 ne l’est pas nécessairement pour le fantassin. Quid par exemple d’une donnée essentielle : l’adrénaline ? De plus, certaines conclusions de manœuvres laissent plus que perplexes, à l’instar de celles de 1912 qui aboutit – au bout d’une journée de combat – à la capture du général Marion, suite à une « brillante attaque du 10e corps » 42. En transposant cette simulation à l’entrée en guerre telle qu’elle survient deux ans plus tard, c’est un petit peu comme si, dès le 23 août 1914, le généralissime Joffre – qui en 1912 est directeur de ces mêmes manœuvres – capturait son homologue von Moltke. De même, on concèdera aisément que l’une des données essentielles de la préparation au combat semble être l’aptitude plus ou moins grande des individus à réagir correctement face à une situation inconnue ou imprévue. Dès lors, pourquoi, à l’inverse de ce qui se passe en Allemagne, avertir les unités participant aux manœuvres six mois avant cet exercice du thème qui sera traité ? 43 C’est ainsi par exemple que le 3 septembre 1905 L’Ouest-éclair annonce dans ses colonnes le programme des prochaines manœuvres de l’Ouest qui se déroulent quelques jours plus tard. On apprend notamment qu’y sera menée – par deux bataillons du 136e RI, soit la même division que le 47e RI – une expérience relative à la diminution du chargement du fantassin 44. Or ces manœuvres sont annoncées dès les mois de février par La France militaire, information d’ailleurs reprise par L’Ouest-éclair lui-même… 45 Certes, cette disposition est annulée lors des grandes manœuvres de l’ouest de 1912 46 mais il n’en demeure pas moins que pendant de longues années les troupes simulent… suivant un plan préalablement établi.

  • 47  « Les grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°006, 12 septembre 1912, page 1.

21Les critiques à l’endroit des manœuvres sont légion et il n’appartient pas à ces lignes d’en faire la recension. L’une d’elle, néanmoins, paraît devoir être explicitée plus amplement tant elle semble bien traduire le changement radical qu’est le passage du temps de la paix à celui de la guerre. Il est en effet assez savoureux de savoir que toutes les manœuvres de la Belle Époque s’effectuent avec un effectif restreint, dit de temps de paix. Le problème est que, dans ces conditions, non seulement ces exercices ne préparent pas à la guerre réelle mais, plus grave encore, introduisent de nombreuses illusions. Les grandes manœuvres de 1912 ont beau rassembler 110 000 hommes et plus de 500 canons 47, elles demeurent sans commune mesure avec les ordres de bataille d’août 1914 puisque l’armée française compte à elle seule plus de 3 500 000 soldats. Pourtant, cet exercice permet à Paul Cassou de tirer des conclusions dans Le Temps sur le conflit à venir qui se révèlent, à la lumière de ce que l’on sait du baptême du feu du 47e régiment d’infanterie, d’une étonnante sagacité :

  • 48  Puis Cassou poursuit son propos : « Le commandant des avant-postes est relié au général de brigade (...)

« Le front de bataille s’étend sur une distance de plus de cinquante kilomètres. Les Meissonier de l’avenir qui voudront peindre une bataille moderne ne pourront plus représenter le général d’armée dirigeant le combat sur un point culminant. La lorgnette légendaire de Napoléon ne suffit pas à voir ce qui se passe sur le champ de bataille. Tout marche par télégraphe ou le téléphone » 48.

  • 49  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 121.

22Ces difficultés de communication se retrouvent également à l’échelon tactique. Michel Goya explique ainsi qu’au niveau de la section, les chefs, dans le cadre d’une manœuvre effectuée avec un effectif restreint, « n’ont aucun mal à commander debout et à la voix la poignée d’hommes qui les entoure et ne perçoivent donc pas les difficultés qu’il y aura à diriger, comme le règlement le prévoit, le feu de cinquante hommes » 49. On peut dès lors s’interroger sérieusement quant au niveau réel de la pratique militaire du 47e régiment d’infanterie en juillet 1914, à quelques jours du déclenchement de la Première Guerre mondiale.

  • 50  Nachin (Commandant), « Les règlements de manœuvre d’infanterie d’avant-guerre », Revue militaire f (...)
  • 51  Ibid., page 42.

23Curieusement, si les manœuvres sont une pratique très ancienne de l’armée française, leur prétention à « préparer la guerre » ne remonte elle qu’aux années 1870-1880, étant entendu antérieurement que rien de ce qui y était simulé ne se réalisait effectivement pendant la bataille, puisque « celle-ci revêtait toujours un caractère inattendu et imprévisible, et qu’il était vain de familiariser la troupe avec des évolutions qu’elle n’aurait pas à appliquer » 50. Pour autant, certains esprits assez critiques n’hésitent pas à affirmer que la fonction première des manœuvres est, en réalité et contrairement au but premièrement assigné de s’entrainer en prévision du prochain conflit, de préparer à... « l’inspection générale » 51.

  • 52  « Un camp… bien parisien », Armée et marine : revue hebdomadaire illustrée des armées de terre et (...)
  • 53  [http://guer-coetquidan.pagesperso-orange.fr]. Pour une carte postale tout-à-fait semblable figura (...)
  • 54  Ce détail n’est certainement pas anodin puisqu’il apparaît assez évident que ce type de photograph (...)
  • 55  Le Guen Gilbert, « D’une révolution manquée à une Révolution possible », in Delumeau Jean (dir.), (...)
  • 56  Arch. Mun. Saint-Malo : 2Fi4.437.
  • 57  Arch. Mun. Saint-Malo : 2Fi4.446, 2Fi4.452, 2Fi4.453, 2Fi4.1173.
  • 58  Arch. Mun. Saint-Malo : 2Fi5.343 ainsi plusieurs cartes postales en cours de classement au moment (...)
  • 59  Pour un exemple se rapporter à Hugo Jean, Le regard de la mémoire (1914-1945), Paris, Actes Sud, 1 (...)
  • 60  Le Rebourg Paul, Campagne contre l’Allemagne 1914, tome 1 [http://www.pages14-18.com/C_PAGES_DOCUM (...)
  • 61  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., page 201.
  • 62  Carte postale intitulée « Intérieur d’une baraque après la soupe », [http://guer-coetquidan.pagesp (...)

24Dans ces conditions, il n’est guère étonnant qu’en 1908, la revue illustrée Armée et marine considère les camps de manœuvres tels que Coëtquidan comme des lieux « où les troupes de France vont villégiaturer un peu malgré elles, aux frais du gouvernement » 52. Il est vrai que nombreuses sont les photographies du camp de Coëtquidan, ou de celui de la Lande d’Ouée près de Saint-Aubin du Cormier, précisément ceux où le 47e régiment d’infanterie part régulièrement en manœuvres, qui laissent entrevoir ce décalage entre la guerre telle qu’elle est anticipée – fantasmée – et telle qu’elle survient, brutale, cruelle, sur le champ de bataille. Ainsi cette carte postale de Coëtquidan dont le titre est à lui seul éloquent : « Au retour de la manœuvre, cinq minutes avant la soupe » 53. On y voit sept soldats dans une chambrée impeccable, spacieuse et bien éclairée – une fenêtre est d’ailleurs grande ouverte 54. Ils sont assis sur leurs lits, les paquetages sont posés sur des étagères, les Lebel rangés dans des râteliers fixés au mur. Bien sûr, un tel cliché évoque immanquablement pour celui qui a connu les affres de la vie en caserne les rigueurs de la vie militaire mais gageons que pour nombre de soldats du 47e régiment d’infanterie – et spécialement pour ceux qui viennent des campagnes – une telle situation n’a pas dû paraître du strict point de vue matériel si pénible lorsqu’on se rapporte à la réalité de l’habitat rural de l’époque, pour majeure partie constituée de fermes sombres, à la pièce unique et au sol en terre battue55. Ainsi cette carte postale figurant « l’intérieur d’une ferme des environs de Saint-Malo »56 : dans un intérieur résolument sombre, se tiennent cinq personnes devant un lit-clos juxtaposé à une cheminée. On y devine sans peine la promiscuité d’un intérieur organisé autour de la seule source de chaleur disponible. Certes, il n’est pas exclu qu’un tel cliché participe également de la mise en image d’un certain exotisme, pour ne pas dire misérabilisme. Pour autant, le contraste est évident avec les nombreuses cartes postales figurant la caserne Rocabey 57, grand bâtiment de quatre étages donnant sur une cour immaculée – sans doute l’œuvre de nombreux conscrits appelés à la corvée de balayage. Il en va de même en ce qui concerne les casernes de la Concorde et Saint-François, autres lieux occupés par le 47e régiment d’infanterie 58. Alors certes, quelques individus d’extraction sociale élevée peuvent être rebutés par ce qu’ils découvrent en arrivant à la caserne. Au moment de la mobilisation générale, parfois synonyme de retour à la caserne pour des hommes habitués au confort bourgeois, le contraste est sans doute encore plus manifeste 59. Originaire de la Manche, Paul Le Rebourg exerce la profession de comptable à Paris et avoue avoir du mal à trouver le sommeil lors de sa première nuit à Saint-Lô, en la caserne Bellevue, le 5 août 1914 : « nous nous couchons pour la première fois depuis longtemps sur un lit militaire : je suis long à m’endormir quoi que bien fatigué » 60. Pour autant, gageons qu’au cours de la Belle Époque, nombre de conscrits d’origine modeste doivent trouver ces casernes modernes et confortables. Néanmoins, il ne faudrait pas en conclure que la Bretagne est une terre particulièrement arriérée et en retard sur les autres régions françaises. Dressant une anthropologie historique de l’appelé languedocien du début du XXe siècle, Jules Maurin a ainsi pu écrire dans une thèse désormais élevée au rang de classique que « l’état sanitaire de ces conscrits affectés de tares plus sociales qu’écologiques apparaît comme globalement mauvais » 61. Dans ces conditions, on voit bien comment, d’un strict point de vue matériel et pour certaines populations majoritairement rurales, la caserne et les manœuvres peuvent apparaître comme un progrès. Certes, le camp de Coëtquidan est aussi doté de baraques au confort plus sommaire 62 mais encore une fois, cette situation n’a absolument rien à voir avec la réalité que connaît le 47e RI au cours des mois d’août et de septembre 1914, ce sans même évoquer l’inconfort des cagnas qui plus tard fleurissent au sein des tranchées de première ligne.

  • 63  « Repos sur toute la ligne », L’Ouest-éclair, n°5378, 16 septembre 1913, page 1.

25Encore une fois ces éléments amènent à s’interroger quant au niveau réel de préparation de la troupe du 47e régiment d’infanterie lors de son entrée en guerre, en août 1914. Il est vrai que lorsque l’on examine de près le déroulement des manœuvres de l’époque, on ne peut qu’être extrêmement frappé par le contraste qu’elles constituent avec la réalité du champ de bataille de la Première Guerre mondiale. En septembre 1913, la direction des manœuvres – qui se déroulent cette année-là en Garonne et auxquelles participe le 10e corps – accorde deux jours de repos en plein milieu des opérations, ce pour préserver la troupe éprouvée par les fortes précipitations des jours précédents 63. Autre exemple, en 1911, les manœuvres d’automne de la 20e division sont annulées à cause de l’état sanitaire des troupes, jugé « loin d’être satisfaisant ». Commentant cette information, L’Ouest-éclair rapporte tout à fait sérieusement dans son édition du 3 septembre 1911 que :

  • 64  « Les manœuvres du Xe corps », L’Ouest-éclair, n°4606, 3 septembre 1911, page 2. Ces manœuvres son (...)

« Les régiments de cette division ont, en effet, beaucoup fatigué au cours des exercices qu’ils ont dû faire au moment des grandes chaleurs, sur le camp de Coëtquidan. Il s’en est suivi une épidémie de dysenterie qui a particulièrement atteint les 47e et 136e régiments d’infanterie » 64.

26Et d’ajouter qu’une de ces unités déplore plus de cent malades à l’hôpital. Dans ces conditions, le quotidien breton explique très sérieusement :

  • 65  « Les manœuvres du Xe corps », L’Ouest-éclair, n°4606, 3 septembre 1911, page 2.

« On comprendra donc bien que, dans de telles conditions, on n’impose pas à une division aussi éprouvée les manœuvres d’automne qui s’annoncent comme devant être très rudes » 65.

  • 66  « La chaleur », L’Ouest-éclair, n°4571, 30 juillet 1911, page 5.

27Cette représentation de la guerre est assurément naïve et tranche considérablement avec la situation que le 47e régiment d’infanterie doit affronter à partir du mois d’août 1914. Pour autant, notons dans un certain souci d’équité que cette anticipation particulièrement irréaliste du conflit à venir que souligne l’exercice des manœuvres n’est nullement propre à la France. Toujours en 1911, mais cette fois-ci en Allemagne, les grandes manœuvres de cavalerie auxquelles devaient assister Guillaume II en personne sont annulées… du fait d’une « chaleur excessive » 66.

  • 67  « En route pour le camp », Paramé journal, troisième année, n°4, 22 juin 1913, page 2.
  • 68  « Vive le 47 », op. cit., page 3.
  • 69  Nouvel Paul, « Souvenirs des Grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°389, 2 septembre 1900, page 2.

28Au final, il y a sans doute lieu de se demander s’il ne serait pas opportun, pour une analyse plus fine, de distinguer les petites des grandes manœuvres. Les premières s’apparentent en fait à des périodes d’entraînement qui ne portent le nom de manœuvres qu’uniquement parce qu’elles se déroulent en dehors des casernes de l’unité. Pour le 47e régiment d’infanterie, celles de mai 1913 se déroulent par exemple au camp de la Lande d’Ouée 67. Ces petites manœuvres doivent être distinguées des grandes qui elles ne sont plus des périodes d’entraînement mais de démonstration d’un savoir-faire dans le cadre d’une simulation de combat. On peut d’ailleurs se demander si lors de ces fantastiques kriegspiels, il n’y a pas également une très grande distance entre le simple fantassin de seconde classe et le haut-commandement, pour partie absorbé par des considérations diplomatiques, situation qui peut rappeler ce qui existe pendant la Première Guerre mondiale, où nombreux sont ceux qui dénoncent le quotidien confortable des généraux, à des années lumières du calvaire des poilus embourbés et transis. Les grandes manœuvres de 1912, dont a vu qu’elles valent un certain nombre de lauriers au 47e régiment d’infanterie, se déroulent ainsi devant de nombreux attachés militaires étrangers, dont le grand-duc Nicolas et le général Wilson 68. La dimension « spectacle » est ici essentielle, tant du point de vue diplomatique – on vient de le voir – que politique, car sur le plan intérieur l’un des buts assignés à ces manifestations est aussi de rassurer le peuple français quant aux capacités de son armée. C’est ce que suggère Paul Nouvel dans L’Ouest-éclair lorsqu’à propos des grandes de manœuvres de 1900 il évoque « des spectacles réconfortants et patriotiques »69. En pleine affaire Dreyfus, l’objectif est donc moins de s’entraîner en vue de la Revanche que de conquérir les cœurs de la population et de regarnir le blason d’une institution alors passablement malmenée :

  • 70  Delamothe Jean, « Consolations… à propos des grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°404, 17 septem (...)

« L’écho de Paris citait l’autre jour "une brigade bretonne" qui par son "entrain extraordinaire" attirait l’attention des chefs. Nous ne croyons pas commettre d’indiscrétion en disant que cette brigade, où l’instruction technique et l’éducation morale donnent de si remarquables résultats, est celle de Saint-Malo-Granville, et nous sommes fiers de penser qu’elle est "de chez nous" comme toutes qui se battent si vaillamment, là-bas, sous les ordres du général Donop.
Cette fierté doit enfanter une grande joie patriotique; car au-dessus de ces constatations d’amour-propre régional – si je puis dire – il en est une dont la portée est bien supérieure : les grandes manœuvres de la Beauce prouvent une fois de plus l’imbécilité des calomnies et l’inefficacité des tentatives criminelles dirigées contre notre armée. Malgré toutes les provocations, l’armée est demeurée sous la grande loi du silence et de la discipline ; malgré toutes les injustices d’ordre général et les passe-droits individuels elle est demeurée patiente et laborieuse... le découragement ni l’esprit de révolte ne l’ont gangrénée ; elle est restée saine des pieds à la tête : et ce ne doit pas être un spectacle médiocrement décourageant pour les anarchistes de la rue ou de la chaire qui en avaient entrepris la désorganisation » 70.

29Aussi la manœuvre reste avant tout « un grand moment » où s’exprime la fierté pour une armée qui, certes défaite en 1870, ne manquera pas de prendre sa revanche, mais est aussi l’instrument par lequel s’est construit un Empire sur lequel « le soleil ne se couche jamais ». D’ailleurs, en 1906, à l’occasion de ses manœuvres, le 47e régiment d’infanterie reçoit les honneurs de la presse nationale, le Petit Parisien racontant la revue de l’unité de retour de Coëtquidan par le ministre de la guerre, en vacances sur la côte d’émeraude :

  • 71  « M. étienne en Bretagne », Le Petit Parisien, 15 août 1906, n°10883, page 3. Le ministre s’est d’ (...)

« Monsieur étienne, Ministre de la Guerre, accompagné du commandant Jouinot-Gambetta, son officier d’ordonnance, s’est rendu ce matin à cheval à Saint-Jouan-des-Guérets pour passer en revue le 47e d’infanterie qui revenait de ses feux de guerre au camp de Coëtquidan. Le ministre a exprimé au colonel Sauzède le plaisir que lui a causé l’excellente tenue du régiment ; il a levé toutes les punitions » 71.

  • 72  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 244 et suivantes.
  • 73  BNF : Rol, 44895.

30Mais, paradoxalement, ce n’est pas tant en août 1914 que ce décalage entre la guerre telle qu’elle est anticipée, et donc simulée, et telle qu’elle se pratique finalement éclate réellement aux yeux du commandement. On a vu en effet que bien avant la mobilisation générale quelques voix s’élèvent pour s’alarmer du manque de réalisme de ces exercices. C’est véritablement en décembre 1914 que la situation devient tangible, c’est-à-dire au moment de l’incorporation de la classe 1914 que l’on s’apprête à instruire avec des méthodes que l’on sait en complète inadéquation avec la réalité qui s’exprime depuis six mois sur les champs de bataille 72. Illustration concrète de ce décalage, une photographie prise en juin 1915 par un opérateur de l’agence Rol, représentant une démonstration d’escrime à la baïonnette au jardin des Tuileries, séance dispensée par une… société de préparation militaire 73.

31Lorsque l’on connaît la nature des combats que livre à ce moment même le 47e régiment d’infanterie au nord d’Arras, on mesure le gouffre abyssal qui existe entre les méthodes d’instruction encore en vigueur lors des premiers mois de la campagne et la réalité du champ de bataille que les poilus doivent affronter. Mieux encore, en août 1916, alors que les batailles de Verdun et de la Somme font rage, les actualités cinématographiques Gaumont réalisent un reportage sur le championnat de France d’escrime à la baïonnette, épreuve légèrement remise au gout du jour puisque lui est adjointe une compétition de « lancement de grenades ».

32D’un certain point de vue, à l’échelle du 47e régiment d’infanterie, cet écart entre la pédagogie dispensée aux nouvelles classes d’âge et la réalité du combat qui s’exprime alors dans les tranchées, témoigne d’un temps beaucoup plus long, celui nécessaire pour faire évoluer les règlements et les méthodes d’instruction. Si l’avant-guerre et la guerre elle-même doivent être des moments où l’instruction correspond au combat tel qu’on l’anticipe – y compris de manière complétement erronée – ou le pratique, alors l’entrée en guerre est assurément cette période d’adaptation de la pédagogie militaire à la réalité du conflit en cours. Nombreux sont d’ailleurs ceux qui relèvent cet immense décalage entre la guerre telle qu’elle est anticipée dans les années 1900 et telle qu’elle survient finalement entre 1914 et 1918.

33Les combattants eux-mêmes le remarquent et parfois, comme Lucien Laby, le consignent dans leur carnet et s’en amusent. En convalescence d’une très sévère grippe espagnole, il assiste le 25 octobre 1918 à une conversation qu’il rapporte avec une ponctuation telle qu’elle ne laisse aucun doute quant aux sentiments d’un homme qui, ayant été dans les services de santé en première ligne entre 1914 et 1917, sait parfaitement ce qu’est la violence du champ de bataille de la Première Guerre mondiale :

  • 74  Audoin-Rouzeau Stéphane, Les carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées, 28 juillet 19 (...)

« M. Foulon et M. le curé viennent déjeuner. Avec Père, ils racontent les grandes manœuvres, qu’ils ont faites autrefois ! C’est palpitant » 74.

Notes

1  Roynette Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000, page 219.

2  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire à l’usage des élèves-caporaux, sous-officiers, élèves-officiers de réserve candidats aux écoles de Saint-Maixent ou de Saint-Cyr, Paris, Librairie Chapelot, 1914, page 132.

3  Ebener (Capitaine), « Nos règlements de manœuvres et leur application », Revue du cercle militaire. Bulletin des réunions d’officiers des armées de terre et de mer, 23e année, n°11, 12 mars 1893, page 285.

4  Miquel Pierre, Les Poilus, op. cit., page 88.

5  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, caporaux, et des élèves caporaux conforme aux programmes en vigueur, Paris, Henri Charles-Lavauzelle, 1904, pp. 58-62.

6  Yvon Pierre-Jean, Le Grand Saint-Malo, vie anecdotique illustrée de cartes postales anciennes, tome 2, Saint-Malo, ATIMCO, 1992, page 69 présente une carte postale illustrant ces exercices sur le champ de manœuvres de Rocabey.

7  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, Paris, Marc Imhaus et René Chapelot, 1914, page 3.

8  L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., pp. X-XI.

 Prost Antoine, « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerres », Vingtième siècle, Revue d’histoire, n°41, janvier-mars 1994, pp. 25-26.

9  Arch. Dép. I&V : 1 R 2139.110.

10  Arch. Dép. CdA : 1 R 1333.102.

11  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., pp. 62-64.

12  « Le fusil modèle 1886/93, dit fusil Lebel », Fiche objet du musée de l’armée [http://www.invalides.org].

13  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, loc. cit., pp. 68-70.

14  « Les tirs de la Varde », Paramé journal, n°26, 24 novembre 1912, page 2 ; « Pour le camp », L’Ouest-éclair, n°5293, 24 juin 1913, page 4.

15  Lecoq Benoit, « Les sociétés de gymnastique et de tir dans la France républicaine 1870-1914 », Revue historique, n°559, juillet-septembre 1986, pp. 157-166.

16  « L’indépendante Cancalaise », L’Ouest-éclair, n°5385, 23 septembre 1913, page 3.

17  « Au combat, le tir et la manœuvre sont inséparables. L’action par le feu n’a qu’un but : faciliter le mouvement. Tout l’enseignement du tir doit donc tendre à allier étroitement le feu et le mouvement », L’infanterie en un volume. Manuel d’instruction militaire, op. cit., page 132.

18  Le manuel précise en suite que « pour se tirer d’affaire […], il faut savoir juger si, dans la situation où on se trouve, on peut tirer, c’est-à-dire connaître les règles et les limites d’emploi du tir individuel. […] à moins d’urgence, il sera toujours avantageux d’attendre pour commencer le feu que le but soit plus rapproché, pour se donner plus de chances d’atteindre », consigne qui semble par ailleurs bien éloignée de l’offensive à outrance. L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., pp. 30-31.

19  Cosson Olivier, « Expériences de guerre et anticipations à la veille de la Grande Guerre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 50-3, juillet-septembre 2003, pp. 127-146.

20  L’Infanterie en cent pages. Petit manuel illustré du soldat, op. cit., page 2.

21  « Causerie militaire », L’Ouest-éclair, n°3725, 24 février 1906, page 3.

22  Renoux Pierre-Jean, « Rosalie et sa famille », Cibles, décembre 1973, pp. 698-700.

23  Arch. Mun. Saint-Malo, cartes postales non classées au moment de leur consultation, « 1642. Saint-Servan. Caserne de la Concorde, Côte d’émeraude », « Côte d’émeraude, 382. Saint-Servan. La caserne de la Concorde (cour intérieure) ».

24  Cabanas éric, Nantes, Photographies originales de 1867 à nos jours, Nantes, Victor Stanne éditons, 1994, pp. 45.

25  Sur cette collection, Moriceau Lucie, Les frères Séeberger, photographes de la vie militaire (1910-1911), Ivry, ECPAD, 2010.

26  ECPAD : D146-2-1152.

27  « Les championnats militaires d’escrime», Le Petit Parisien, n°13701, 4 mai 1914, page 4.

28  BNF : Rol, 28685, 28686, 38722, 38723, 38840, 38841.

29  BNF : Rol, 38840.

30  Picard Louis-Auguste (illustrations de Regamey Frédéric), Soldat, Les débuts militaires, Paris, Jouve & Cie, 1913, pp. 194-198.

31  Drieu La Rochelle Pierre, La Comédie de Charleroi, Paris, Gallimard, 1982, page 41.

32  Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers, op. cit., page 72.

33  Ibid., pp. 58-76.

34  Goya Michel, « Le processus d’évolution tactique de l’armée française pendant la Grande Guerre », Cahiers du Centre d’Histoire de la Défense, n°23, 2004, page 249 et La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, Paris, Tallandier, 2004, page 113.

35  « Départ du 47e », Paramé Journal, Première année, n°15, 6 septembre 1912, page 2.

36  Arch. Dép. Morbihan : 1 J 136, Mes premiers 28 jours… sept. 1896 (récit d’un soldat en garnison à Vannes). Non paginé.

37  Cassou Paul, « Les grandes manœuvres de l’Ouest », Le Temps, n°18699, 13 septembre 1912, page 3.

38  « Vive le 47 », Paramé Journal, Première année, n°17, 22 septembre 1912, page 3.

39  « Les grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°5006, 12 septembre 1912, page 1.

40  « Aux grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°5007, 13 septembre 1912, page 1.

41  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 72.

42  « Le vaincu des manœuvres », L’Ouest-éclair, n°5008, 14 septembre 1912, page 1.

43  Goya Michel, La chair et l’acier, loc. cit., page 73.

44  « Dans l’armée, les grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°3099, 3 septembre 1905, page 2.

45  « Les grandes manœuvres de 1905 », L’Ouest-éclair, n°2011, 22 février 1905, page 5.

46  « Les grandes manœuvres de l’ouest commencent aujourd’hui », Le Petit journal, n°18156, 11 septembre 1912, page 1.

47  « Les grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°006, 12 septembre 1912, page 1.

48  Puis Cassou poursuit son propos : « Le commandant des avant-postes est relié au général de brigade par le télégraphe, celui-ci au général de division, et ainsi de suite jusqu’au général en chef. Le maréchal Oyama n’a-t-il pas été le premier à se servir victorieusement de ces inventions ultra-modernes pendant la campagne de Mandchourie ? », Cassou Paul, « Les grandes manœuvres de l’Ouest », Le Temps, n°18698, 12 septembre 1912, page 3.

49  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 121.

50  Nachin (Commandant), « Les règlements de manœuvre d’infanterie d’avant-guerre », Revue militaire française, tome 6, octobre-décembre 1922, page 228.

51  Ibid., page 42.

52  « Un camp… bien parisien », Armée et marine : revue hebdomadaire illustrée des armées de terre et de mer, n°86, 5 août 1908, page 8.

53  [http://guer-coetquidan.pagesperso-orange.fr]. Pour une carte postale tout-à-fait semblable figurant le déjeuner de soldats pendant les manœuvres se rapporter à Arch. Mun. Saint-Malo : 37S2.

54  Ce détail n’est certainement pas anodin puisqu’il apparaît assez évident que ce type de photographies puisse être analysé au moyen d’une grille de lecture hygiéniste.

55  Le Guen Gilbert, « D’une révolution manquée à une Révolution possible », in Delumeau Jean (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1987, page 478.

56  Arch. Mun. Saint-Malo : 2Fi4.437.

57  Arch. Mun. Saint-Malo : 2Fi4.446, 2Fi4.452, 2Fi4.453, 2Fi4.1173.

58  Arch. Mun. Saint-Malo : 2Fi5.343 ainsi plusieurs cartes postales en cours de classement au moment de leur consultation.

59  Pour un exemple se rapporter à Hugo Jean, Le regard de la mémoire (1914-1945), Paris, Actes Sud, 1983, pp. 12-13.

60  Le Rebourg Paul, Campagne contre l’Allemagne 1914, tome 1 [http://www.pages14-18.com/C_PAGES_DOCUMENTS/temoignages.htm].

61  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., page 201.

62  Carte postale intitulée « Intérieur d’une baraque après la soupe », [http://guer-coetquidan.pagesperso-orange.fr].

63  « Repos sur toute la ligne », L’Ouest-éclair, n°5378, 16 septembre 1913, page 1.

64  « Les manœuvres du Xe corps », L’Ouest-éclair, n°4606, 3 septembre 1911, page 2. Ces manœuvres sont prévues pour se dérouler en deux temps entre Malestroit, Questembert et Elven. Du 7 au 9 septembre, il est prévu des manœuvres de division commandées par les généraux de division, soit pour le 47e RI par Charles Lanrezac, alors à la tête de la 20e DI. Du 11 au 13 septembre, les manœuvres simulent cette fois-ci des combats division contre division, sous le jugement du général de corps d’armée, à savoir à cette date le célèbre Hubert Lyautey. « Les manœuvres en 1911 », L’Ouest-éclair, n°4469, 18 avril 1911, page 4.

65  « Les manœuvres du Xe corps », L’Ouest-éclair, n°4606, 3 septembre 1911, page 2.

66  « La chaleur », L’Ouest-éclair, n°4571, 30 juillet 1911, page 5.

67  « En route pour le camp », Paramé journal, troisième année, n°4, 22 juin 1913, page 2.

68  « Vive le 47 », op. cit., page 3.

69  Nouvel Paul, « Souvenirs des Grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°389, 2 septembre 1900, page 2.

70  Delamothe Jean, « Consolations… à propos des grandes manœuvres », L’Ouest-éclair, n°404, 17 septembre 1900, page 1.

71  « M. étienne en Bretagne », Le Petit Parisien, 15 août 1906, n°10883, page 3. Le ministre s’est d’ailleurs révélé ce jour être très généreux puisque L’Ouest-éclair raconte qu’en plus d’avoir levé toutes les punitions, il octroie un quart de vin supplémentaire aux hommes. « Monsieur étienne à Saint-Malo, L’Ouest-éclair, 15 août 1906, n°3444, page 3.

72  Goya Michel, La chair et l’acier, op. cit., page 244 et suivantes.

73  BNF : Rol, 44895.

74  Audoin-Rouzeau Stéphane, Les carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées, 28 juillet 1914-14 juillet 1919, Paris, Hachette littératures, 2001, page 283.

Table des illustrations

Titre La caserne de la Concorde à Saint-Malo
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Légende Ces deux photographies (illustrations 4 et 5) représentent respectivement l’entrée de l’établissement et la cour principale dans laquelle s’entraînent les soldats. D’abord séminaire puis hospice, la Concorde est transformée en caserne au XIXe siècle et est occupée par un bataillon du 47e régiment d’infanterie. En 1917, la caserne de la Concorde reçoit des prisonniers de guerre allemands.
Crédits (coll. Archives municipales de Saint-Malo)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre La caserne de la Concorde à Saint-Malo
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Légende La première de ces photographies (illustration 6) a été prise depuis la cour en direction de l’entrée de la caserne ; la seconde (illustration 7) montre l’autre côté de la cour principale, à un moment où les militaires semblent inoccupés.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 797k
Titre Illustration 8 : Photographie de la caserne de Rocabey, vue large de l’entrée
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Illustration 9 : Photographie de la caserne de Rocabey, l’entrée principale
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1294/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Illustration 10 : Photographie de la caserne de Rocabey, la cour et le bâtiment principal
Légende Rocabey est le nom d’un quartier de Saint-Malo. La caserne éponyme a été construite à partir de 1874 et le 47e RI s’y installe quatre années plus tard. Elle est agrandie en 1895 puis en 1907, toujours pour accueillir la troupe du régiment. La caserne est aujourd’hui le siège de l’école nationale de police.
Crédits (coll. Archives municipales de Saint-Malo)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1294/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Illustration 11 : Carte postale figurant des soldats du 47e RI s’exerçant à l’escrime
Crédits (coll. Archives municipales de la Saint-Malo)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1294/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 704k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search