Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Qu’est-ce que le 47e régiment d’infanterie

II - Le 47e régiment d’infanterie : une particule élémentaire mais pluricellulaire

Texte intégral

1Lorsque vient le moment d’évoquer la chose militaire, l’idée de régiment est probablement l’une des premières qui vienne en tête. Des expressions populaires telles que « camarade de régiment » ou « faire son temps de régiment » témoignent de ce que cette notion est entrée dans le sens commun. Or comme souvent en pareil cas, c’est précisément parce que ce mot nous est familier qu’au final, l’idée qu’on peut s’en faire s’avère en décalage avec la réalité qui s’exprime en 1914. En effet, si l’on devait appliquer à la notion de régiment une description de type « physiquo-biologique », alors celui-ci apparaîtrait comme une particule élémentaire, mais pluricellulaire.

2.1. Le 47e régiment d’infanterie : une particule élémentaire

  • 1  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution répu (...)
  • 2  Guinard Pierre, Devos Jean-Claude, Nicot Jean, Inventaire sommaire des archives de la guerre, séri (...)

2Le 47e régiment d’infanterie n’est pas un électron libre mais le modeste maillon d’une chaîne extrêmement vaste, l’armée française, dont le fonctionnement est pour partie régi par une loi dite « d’organisation générale » votée le 24 juillet 1873. Celle-ci postule une logique spatiale d’organisation qui perdure bien après l’armistice du 11 novembre 1918 et est incarnée par la création de régions militaires, réparties selon des critères géographiques et démographiques sur l’ensemble du territoire métropolitain 1. à ce titre, à la veille de la guerre, la Bretagne est scindée en deux régions militaires, la 11e, dont le commandement est à Nantes et qui s’étend de Fontenay-le-Comte à Brest ; et la 10e, basée à Rennes et qui englobe outre la subdivision de Saint-Malo, celles de Guingamp, Saint-Brieuc, Vitré, Cherbourg, Granville et Saint-Lô 2.

Figure 3 : Le 47e de Saint-Malo, un régiment d’infanterie de la 10e région militaire.

Figure 3 : Le 47e de Saint-Malo, un régiment d’infanterie de la 10e région militaire.
  • 3  Celle-ci est retouchée par une série de « compléments structurels » jusqu’à la veille de la guerre (...)
  • 4  L’armée est un organe de commandement et d’encadrement dont la composition n’est pas figée. Pour e (...)
  • 5  Contamine Henry, 9 septembre 1914, la Victoire de la Marne, Paris, Gallimard, page 117.
  • 6  Celui-ci ne prend le commandement effectif de la Ve armée que le 5 août 1914 à Réthel. SHD-DAT : 2 (...)
  • 7  SHD-DAT : 26 N 34/1, JMO Ve Armée, 2 août 1914.
  • 8  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre (2 août-3 septembre (...)

3Dans le sillage de cette loi du 24 juillet 1873, le décret du 28 septembre 1873 crée dix-huit corps d’armées, un par région militaire 3. Caserné à Saint-Malo, le 47e régiment d’infanterie appartient donc logiquement au 10e corps d’armée qui fait lui-même partie, en août 1914, de la Ve armée 4, considérée alors comme la plus forte de France 5. Celle-ci, aux ordres du général Charles Lanrezac 6, est composée de cinq corps d’armée (les 1er, 2e, 3e, 10e et 11e), d’une division de cavalerie (numérotée 4e), d’une division d’artillerie lourde et de deux divisions de réserve 7 ce qui représente un total de 300 000 hommes, 110 000 chevaux et 21 000 voitures 8.

  • 9  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, op. cit., page 107 et suivantes.

4Ces chiffres énormes, sont en complet décalage avec les ordres de grandeur en vigueur dans les armées actuelles. à titre d’exemple, la composition organique du 3e Régiment d’infanterie de marine de Vannes prévoit au début du XXIe siècle un effectif théorique de 1 250 hommes, soit à peine plus d’un bataillon du seul 47e RI lors de la mobilisation générale. Mais si la troupe d’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie comporte plus de trois mille hommes, ce chiffre doit être rapporté à l’ensemble de l’armée française pour voir en quoi cet échelon est, en fin de compte, subalterne. En effet, le recrutement qui s’opère en 1914 repose sur une conception radicalement différente de la pratique militaire puisque cette doctrine, dite des « gros bataillons », confère non seulement une prééminence évidente à l’infanterie, considérée comme l’arme « reine du champ de bataille », mais de surcroît tend à mesurer la puissance d’une armée au nombre de soldats qu’elle peut enrôler. Illustration concrète de cette doctrine, 65% des appelés de la classe 1914 sont mobilisés dans l’infanterie. Ce chiffre s’élève à 91% pour la classe 1915, ce qui exprime certes la priorité accordée à cette arme mais aussi l’immensité des pertes des premiers mois de la campagne 9. En définitive, ce n’est pas parce qu’un régiment comporte plus de trois mille individus sous son drapeau qu’il représente un haut niveau de commandement dans la hiérarchie militaire.

  • 10  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », op. cit., pp. 180 (...)
  • 11  Arch. Mun. Rennes : H 136. Réception du Général Defforges.

5Dans ces conditions, on comprend pourquoi la mobilisation du « 47 » ne se fait pas de manière autonome mais dans le cadre beaucoup plus large qu’est celui de la 10e région militaire et donc du 10e corps d’armée. Rien d’étonnant donc qu’à cette date le 47e régiment d’infanterie ne soit qu’une des multiples particules élémentaires qui constituent l’ordre de bataille sommaire du 10e corps 10. Celui-ci, aux ordres du général Defforges depuis mai 1913 11, est en effet constitué de trois divisions d’infanterie composées chacune de deux brigades à trois régiments : la 19e DI commandée par le général Bonnier regroupe les 37e (général Bailly, 48e de Guingamp et 71e de Saint-Brieuc) et 38e (général Rogerie, 41e de Rennes et 70e de Vitré) brigades tandis que la 20e DI, commandée par le général Boë, englobe pour sa part les 39e (général Ménissier, 25e de Cherbourg et 136e de Saint-Lô) et 40e brigades (général Blandin, 2e de Granville et 47e de Saint-Malo). La 37e division d’infanterie est, quant à elle, constituée d’une façon légèrement différente et regroupe différents régiments de zouaves et de tirailleurs répartis en deux brigades, numérotées 73e et 74e. à cette réalité déjà fort complexe de l’active doivent être rajoutés les organes des armées de réserve et de la territoriale, à savoir notamment la 60e division d’infanterie et la 185e brigade territoriale, dans lesquelles sont inclus les deux autres régiments de Saint-Malo : 247e RI et le 78e RIT.

Figure 4 : Organigramme simplifié du 10e corps d’armée.

Figure 4 : Organigramme simplifié du 10e corps d’armée.
  • 12  Audoin-Rouzeau Stéphane, 1870, La France dans la guerre…, Paris, Armand Colin, 1989, pp. 82-83.
  • 13  C’est-à-dire d’un régiment à trois bataillons. Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Serv (...)
  • 14  Roux Alain, « Le décret portant règlement sur la conduite des grandes unités du 28 octobre 1913 », (...)

6Notons enfin que cet état de fait traduit à la fois l’efficacité et la radicalité de la réforme induite par la loi de 1873. En effet, le 47e régiment d’infanterie qui est mobilisé en août 1914 n’a plus rien à voir avec la formation qui combat en 1870, la constitution des grandes unités de l’armée impériale s’effectuant alors « à partir d’éléments venus de toute la France, sur le lieu même de concentration de l’armée, sous les ordres de chefs nouveaux, inconnus de leurs hommes » 12. Mais, et c’est sans doute là, compte tenu de l’importance des masses mobilisées, une différence réelle avec 1870, malgré un effectif conséquent, le « 47 » n’est, au moment de la mobilisation, comme tout régiment d’infanterie, qu’un élément subalterne, un simple exécutant, quantité presque négligeable perdue dans l’armada qu’est l’armée française d’alors. Pensons simplement qu’au 1er août 1914 celle-ci compte 173 régiments d’infanterie d’active, dont 164 formés sur le même modèle que le 47e RI ! 13 D’ailleurs, publié le 28 octobre 1913 au Bulletin Officiel du Ministère de la Guerre, le décret « portant règlement sur la conduite des grandes unités » ne considère comme telles que le groupe d’armées, l’armée et le corps d’armée, seuls éléments susceptibles de recevoir des missions à longue échéance comportant, pour celui qui en reçoit le commandement, une grande part d’initiative. La division n’est perçue que comme une composante à effectif limité – 20 000 hommes tout de même … – s’employant sur un front restreint et n’est, à ce titre, qu’un élément subalterne 14.

  • 15  Becker Jean-Jacques, L’année 14, Paris, Armand Colin, 2004. pp. 186-188. Une explication possible (...)
  • 16  Becker Jean-Jacques, « Entrées en guerre », in Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jacques (dir.) (...)
  • 17  Becker Jean-Jacques, L’année 14, Paris, Armand Colin, 2004, page 190.

7L’organisation de l’armée en 1914, et en conséquence du 47e régiment d’infanterie, est donc le résultat d’un long processus, dont la pierre angulaire est scellée avec la loi du 24 juillet 1873. Il en va de même pour les modalités de son action qui sont prévues par le plan XVII, échafaudé en 1911 par deux proches collaborateurs de Joffre, les généraux Berthelot et de Castelnau. D’inspiration napoléonienne, celui-ci est une sorte de variation d’Austerlitz et propose d’écraser le centre de l’armée allemande avant d’en aplatir les ailes mais, curieusement, ne prend aucunement compte des intentions du plan Schlieffen, pourtant alors parfaitement connu des Français 15. Les faits et gestes du 47e régiment d’infanterie au moment de la mobilisation ne sont donc en rien improvisés. Au contraire, ils ne sont que le résultat d’une parfaite application de procédures anticipées depuis longtemps, partout en Europe. En effet, en ce mois d’août 1914, le « vieux continent » mobilise, réunissant la plus grande concentration de soldats jamais vue dans l’histoire de l’humanité. Russes, Austro-Hongrois, Britanniques – à partir du 9 – et Allemands bien sûr mais aussi Belges, Serbes… à vrai dire, ne manquent à l’appel que les Espagnols, les Scandinaves et les Hollandais ainsi que les Italiens – encore que ceux-ci finissent par rompre leur neutralité en 1915 16. Pour sa part la France concentre 82 divisions d’infanterie, 52 d’actives, 26 de réserve, dont la 20e, celle à laquelle appartient le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo 17.

2.2. Le 47e régiment d’infanterie : une particule pluricellulaire

  • 18  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, op. cit., page 16, infra 3.
  • 19  Guelton Frédéric, « Les armées », in Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jacques (dir.), Encyclop (...)

8Cette unité est une formation de l’armée active, ce qui signifie qu’elle comprend tous les jeunes gens qui, « déclarés propres au service militaire armé et au service auxiliaire, font partie des trois derniers contingents incorporés » au titre de la conscription ainsi que l’ensemble des engagés, rengagés et commissionnés qui se trouvent affectés sous son drapeau 18. Elle est formée sur un modèle issu de la tradition française, structure quasiment inamovible depuis la fin du Second Empire et regroupe ainsi 3 400 hommes, répartis en un état-major, une compagnie hors rang, trois bataillons à quatre compagnies de quatre sections de cinquante hommes chacune, ainsi que trois sections de mitrailleuses 19.

Figure 5 : Organisation formelle du 47e RI au 2 août 1914.

Figure 5 : Organisation formelle du 47e RI au 2 août 1914.
  • 20  Prigent Julien, Richard René, Le capitaine Charles Mahé au 48e régiment d’infanterie de Guingamp. (...)

9Unité d’active, le 47e régiment d’infanterie reçoit lors de la mobilisation générale de nombreux civils appelés à faire leur devoir, hommes dans la force de l’âge qu’il convient de transformer en soldats, si ce n’est encore en combattants. En clair, cela suppose l’accueil et l’habillement de plusieurs centaines d’hommes en même temps, tâche qui est loin d’être négligeable. Capitaine commandant la 11e compagnie du 48e de Guingamp, Charles Mahé habille pas moins de cent soldats lors de la seule journée du 3 août 1914 20, une réalité qui ne doit guère différer de celle qui règne au même instant au sein des casernes malouines.

  • 21  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., page 345.

10Certains ont pu avancer l’idée que l’historiographie s’est plus intéressée à la mobilisation qu’aux mobilisés eux-mêmes 21. Sans prétendre infirmer ou non cette assertion, remarquons toutefois qu’en ce qui concerne le cas particulier du 47e régiment d’infanterie, faute de témoignages, il nous est impossible de dire l’ambiance de ces journées de mobilisation au sein des casernes qu’occupe cette unité. Il y a bien les quelques lignes écrites par le sous-lieutenant Jean Groth à propos des journées du 4 au 7 août qu’il passe au dépôt à Saint-Malo. Malheureusement, celles-ci ne paraissent illustrer que le cas des officiers qui prennent à ce moment possession de leurs troupes, à condition toutefois que ce témoignage puisse être considéré comme représentatif de l’ensemble des individus de ce corps :

  • 22  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., pp. 14-15.

« Je me présente à la caserne où je suis reçu par le capitaine Daix, petit, vif, donnant l’impression d’un homme énergique. J’ai la 2e section à laquelle appartient le sergent Raoul, médaillé du Maroc, excellent, énergique consciencieux, trapu, plutôt petit, calme. Je tombe sur une jolie compagnie que nous remettons en main pendant les quelques jours qui suivent » 22.

  • 23  Miquel Pierre, Les Poilus, Paris, Plon, 2000, page 67.

11à partir de ces lignes, il est possible de supposer que les journées des 4 au 7 août 1914 sont, au dépôt de Saint-Malo, le moment où les officiers et leurs troupes apprennent à se connaître, au moyen d’un certain nombre d’exercices et de manœuvres. On se doute bien entendu qu’il règne une certaine gravité mêlée d’une sorte de léger désordre résultant de l’arrivée massive et soudaine de soldats qu’il faut équiper. Pour autant, il n’est pas exclu que certains hommes de la même classe, éloignés par la vie civile, prennent plaisir à se retrouver et à se remémorer les souvenirs d’un service militaire qui, après tout, n’est pour eux vieux que de quelques années 23. à ce titre, les souvenirs de Loeïz Herrieu (Louis Henriot) sont particulièrement instructifs. Appartenant à la classe 1899, il fait partie d’une génération pour qui le service militaire, qu’il effectue dans la Marine, est déjà un souvenir ancien, ce qui ne l’empêche pas, au moment de sa mobilisation au 88e régiment d’infanterie territoriale à Lorient, de retrouver des têtes connues :

  • 24  Herrieu Loeïz (traduction de Le Mer Gabriel, Le Personnic Frédéric, adaptation française de Prigen (...)

« Dans toutes les rues de la ville, on ne voit que des hommes, avec leur paquet, se dirigeant vers les casernes, sans beaucoup d’entrain ni de hâte. Ils sont regroupés à l’extérieur. Le lieu de regroupement des compagnies est indiqué à l’aide de pancartes. Je suis affecté à la troisième. Je retrouve des camarades, des amis. Je suis connu de beaucoup d’entre eux » 24.

  • 25  Krumeich Gerd, « Anticipations de la Guerre », in Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Jean-Jacques (...)
  • 26  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux, brancardier, musicien et téléphoniste de la comp (...)
  • 27  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé  (...)

12Encore une fois, en ce qui concerne le 47e régiment d’infanterie, faute de témoignages, force est d’en rester au stade des conjectures même si tout semble indiquer que ce moment, malgré son extrême gravité, est peut-être aussi celui de retrouvailles plus ou moins heureuses, selon les affinités personnelles. Tout se passe en effet comme si la mobilisation, maintes fois préparée, anticipée, simulée 25, ne paraissait pas digne d’être consignée pour mémoire, à la différence de la campagne proprement dite et, plus encore, de la découverte du feu, événements dont la dimension historique est perçue d’emblée par ceux qui se muent en écrivains-combattants. Tous deux brancardiers à la compagnie hors rang du 47e RI, Louis Leseux et Marcel Brégé tiennent chacun un carnet de campagne dans lequel ils passent quasiment sous silence la mobilisation. Si Louis Leseux ne fait débuter son texte qu’au 6 août 26, Marcel Brégé entame pour sa part le sien le 1er. Or, son propos se veut plus une manière d’introduction aux événements qui vont suivre, ce dans une évidente démarche narrative, qu’une perspective réellement descriptive 27. Mais il est aussi vrai qu’à ce moment de la campagne, le régiment s’apprête à devenir une unité combattante, laissant de ce fait peu le loisir aux hommes de coucher sur le papier leurs impressions du moment.

  • 28  Ce jusqu’au 17 septembre 1917, date à laquelle le 247e RI est dissout et versé dans plusieurs unit (...)
  • 29  Isaac Jules, « L’utilisation des réserves dans l’armée française et l’armée allemande en 1914 », R (...)
  • 30  SHD-DAT : 26 N 727/6 : JMO 247e RI, 2 août 1914 et 26 N 636/6 : JMO 47e RI, 2 août 1914 ; Arch. Na (...)
  • 31  Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, Saint-Mal (...)
  • 32  Arch. Dép. I&V. : 2 Per 2966, Annuaire d’Ille-et-Vilaine ; Jean, Marc (édition présentée par), Les (...)

13En effet, lors de la mobilisation générale, en août 1914, le 47e régiment d’infanterie se dédouble et, par une sorte de parthénogénèse, donne naissance à son régiment de réserve, le 247e RI 28. Il en résulte une répartition des effectifs d’active entre les deux unités malouines dont on ne peut pleinement rendre compte tant les principes sous-tendant ces affectations demeurent encore nébuleux 29. La numérotation des bataillons permet néanmoins de suggérer que les régiments d’active et de réserve d’une même place forment un tout en termes d’affectations en temps de paix. Lucien Pique et Adrien Roob sont ainsi, en juillet 1914, tous deux chefs de bataillon au 47e régiment d’infanterie. Or, au moment de la mobilisation générale, si le premier prend le commandement du 2e bataillon, le second est lui affecté au sixième qui, en réalité, résulte directement de la création du 247e régiment d’infanterie 30. Malheureusement, seules quelques trajectoires individuelles sont aujourd’hui repérables, telle celle de Pierre de Carheil, engagé volontaire au 47e RI en novembre 1912, nommé caporal en février 1913 puis sergent en mai 1914 et affecté le 8 août 1914 au 247e RI 31. Ou encore celle de Charles Ruellan, officier de réserve du 47e RI qui commande une compagnie au dépôt de Saint-Malo jusqu’en octobre 1914, date de son affectation au 247e RI 32.

  • 33  Paroisse de Saint-Servan, Livre d’Or des Morts pour la Patrie, Rennes, Imprimerie Oberthur, 1920, (...)
  • 34  Arch. Dép. I&V : 5 Z 178. La requête de Gabriel Dufaure de Citres semble avoir bénéficié d’une rép (...)
  • 35  Contamine Henry, 9 septembre 1914, la Victoire de la Marne, Paris, Gallimard, 1970, page 95.

14De même, rappelons qu’au moment du départ du 47e régiment d’infanterie pour le front, tous les éléments de l’unité ne gagnent pas l’Est. Au contraire, beaucoup restent au dépôt, certains devant assurer quelques fonctions à l’arrière, tel le commandant Gabriel Dufaure de Citres qui s’occupe de la mobilisation et n’obtient de rejoindre le front qu’en octobre 33. Faisant fonction de major délégué au lieutenant-colonel Brault commandant le dépôt du 47e RI, il doit notamment se démener pour trouver des « cantonnements de fortune » pour les soldats demeurés sur la Côte d’émeraude. C’est ainsi qu’il est amené, la caserne de la Concorde ayant été transformée en hôpital militaire, à réclamer la mise à disposition de la Tour Solidor au profit d’une compagnie territoriale 34. Car c’est une réalité aujourd’hui largement oubliée de la mémoire collective que, sur les 3 800 000 hommes en uniforme que compte la France du début août 1914, près de 700 000 d’entre eux, proportion non négligeable, restent dans les dépôts, prêts à aller combler les pertes en cas de besoin après les premiers combats 35. Pour autant, il ne faudrait pas négliger la rupture importante que cette période représente pour ces mobilisés qui, du jour au lendemain, abandonnent leur emploi civil (paysan, boulanger, ajusteur, instituteur…) pour mener une vie réglée sur le temps de la caserne.

15De manière générale, il est très difficile de retracer la vie dans les dépôts d’infanterie durant les toutes premières semaines de la guerre. Le 47e RI n’échappe pas à cette règle puisque, malheureusement, la documentation très lacunaire à notre disposition ne nous permet d’appréhender qu’imparfaitement l’ambiance dans les casernes malouines à ce moment du conflit. Les archives du 87e régiment d’infanterie territoriale de Brest laissent toutefois entendre que les dépôts sont particulièrement malmenés. Alors que l’unité est affectée à la défense des côtes bretonnes, couvrant un secteur compris entre la presqu’île de Crozon et Ouessant, la troupe semble manquer de tout, ce dont se plaint d’ailleurs amèrement le rédacteur du JMO :

  • 36  SHD-DAT : 26 N 792/1, JMO 87e RIT, 15 août 1914.

« L’habillement est de bonne qualité mais mal ajusté (275 collections pour habiller 250 hommes) ; les capotes sont trop courtes et les pantalons trop longs. Les chevaux sont médiocres, plusieurs juments sont pleines. Le dépôt ne fournit pas ce qu’on lui demande. Il répond sans cesse qu’il est démuni de tout » 36.

  • 37  Omnès, Albert, Carnet de route, campagne 1914. Notes et impressions prises par le sergent Omnes du (...)
  • 38  Paroisse de Saint-Servan, Livre d’Or des Morts pour la Patrie, op. cit., page 122.

16Pour le 47e RI, seul le carnet d’Albert Omnès nous permet de quelque peu appréhender la frénésie qui saisit le dépôt de Saint-Malo à ce moment du conflit. En effet, il indique que les premiers jours de la mobilisation sont marqués par une intense activité au sein des casernes du 47e RI. C’est d’ailleurs ce qui l’amène à regretter, le 6 août 1914, l’interruption momentanée de son carnet de campagne, n’ayant pas « trouvé pendant ces jours de mobilisation une minute à consacrer à ces notes, tellement chaque instant trouve son emploi dans ces moments d’activité fébrile » 37. également très enthousiaste, le lieutenant Alexandre Danilo écrit que « les réservistes arrivent tout feu tout flamme » 38. Gageons d’ailleurs que la situation évolue au fur et à mesure des mois d’août et septembre 1914, c’est-à-dire pendant les semaines où il devient évident que non seulement la guerre ne sera pas nécessairement courte et aisément victorieuse mais, et sans doute surtout pour notre propos, qu’elle est très meurtrière. Au dépôt, l’entrée en guerre est donc un moment d’exaltation et d’intense activité qui ne se limite qu’aux toutes premières journées, notamment celles précédent le départ de l’unité d’active.

17Demeuré à Saint-Brieuc avec les éléments du 271e RI restés à la caserne Charner, François Duval écrit à ses parents le 14 août 1914 :

  • 39  Archives privées Marie-Claude Corbec. Le 271e régiment d’infanterie quitte Saint-Brieuc le 9 août (...)

« Deux mots seulement pour vous donner de mes nouvelles, je suis en bonne santé, je pense que chez nous cela va toujours à l’ordinaire ; je ne suis pas sûr quand nous partirons de Saint-Brieuc ; je suis à boire une bollée chez Jean Corlay avec Pierre-Marie de Grohand » 39.

  • 40  Pour un témoignage sur le 36e RI de Caen se rapporter à Hugo Jean, Le regard de la mémoire (1914-1 (...)
  • 41  Le Rebourg Paul, « Campagne contre l’Allemagne 1914 », tome 1, Pages14-18.com [http://www.pages14- (...)

18Sans aller jusqu’à parler d’oisiveté, force est en effet de constater que pour ces mobilisés qui comme François Duval restent à la caserne, le régime est beaucoup moins difficile que pour ceux qui sont sur le front. On sait ainsi que ces hommes ont le droit de sortir de leurs quartiers le soir, ce qui permet ainsi, pour ceux qui en ont les moyens, de fréquenter les restaurants pour améliorer l’ordinaire, voire même d’agrémenter les soirées dans les estaminets et autres débits de boissons en tous genres 40. D’autres, comme Paul Le Rebourg à Saint-Lô, en profitent pour visiter leur famille et faire leurs adieux 41.

  • 42  L’Union malouine et dinannaise, n°32, 63e année, samedi 8 et dimanche 9 août 1914, page 3.
  • 43  Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, op. cit., (...)
  • 44  Arch. Dép. I&V : 1 R 2139.439.
  • 45  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution répu (...)

19La tendance actuelle qui tend à assimiler la mobilisation aux seules journées antérieures au départ d’une unité vers le front est donc largement abusive pour ne pas dire erronée. En effet, celle-ci est un processus long qui consiste à rendre au service actif de guerre un corps, ce qui s’échelonne en général sur plusieurs jours, dans le cas présent sur deux semaines, du 2 au 16 août 1914, chacun devant gagner sa caserne en fonction d’un numéro matricule figurant sur son fascicule de mobilisation 42. Mobilisation ne signifie donc pas automatiquement départ immédiat au front même si ce cas de figure est le lot de nombreux soldats. Bertrand Rochard, arrive ainsi au 47e RI en tant que sergent de réserve le 2 août mais ne part au front que le 29, ce pour renforcer les effectifs à la suite de la bataille de Charleroi 43. Autre exemple, ce jeune caporal qui, bien qu’engagé volontaire en 1913 et donc militaire de carrière, est réformé temporairement du fait d’une suspicion de tuberculose le 25 juillet 1914 et ne part aux armées que le 16 novembre 1914 44. Notons d’ailleurs de manière plus globale que ces soldats sont les premières cibles de la politique dite de « récupération » qui, en rappelant bon nombre de personnes exemptées, ajournées ou affectées dans le service auxiliaire et en les versant dans des unités combattantes, entend de la sorte combler rapidement les pertes importantes des premières semaines de campagne 45. Beaucoup de ces hommes sont ainsi versés dans l’infanterie, y compris au 47e RI, cette arme étant non seulement traditionnellement gourmande en effectifs mais de surcroît considérablement éprouvée par la guerre de mouvement puis par les sanglants grignotages de 1915.

  • 46  Arch. Dép. I&V : 5 Z 176. Chemise 22. Arch. Mun. Saint-Malo : 37 S 1. Célestin Paris.
  • 47  Arch. Mun. Saint-Malo : 37 S 1. Jules Jehanne.

20Mais, si la tranchée est indiscutablement le lieu emblématique de la Première Guerre mondiale, la première ligne n’est pas l’affectation unique qui peut être proposée aux hommes. En effet, les possibilités en la matière sont multiples, uniforme et statut militaire ne rimant pas nécessairement avec « combattant ». Certains occupent ainsi un emploi civil qui intéresse directement l’entrée en guerre et bénéficient de sursis d’incorporation à la manière d’un affecté spécial, tel ce soldat inscrit à la 8e compagnie du 47e RI qui, commis chez un marchand de bestiaux, assure pour le compte de l’armée une « mission d’intérêt public » dans le cadre du ravitaillement. On pourrait également mentionner ce boulanger qui, bien que mobilisé au 47e RI, est envoyé à Rennes pour exercer son métier jusqu’en mai 1915, date de son départ au front 46. D’autres encore sont détachés à la garde de prisonniers de guerre allemands à l’instar de Jules Jehanne qui est classé « service auxiliaire » 47, ce qui lui épargne le front. On peut donc être mobilisé au 47e RI, c’est-à-dire dépendre administrativement de cette entité, et servir son pays à des centaines de kilomètres des lieux où le régiment livre bataille. Ainsi, comme tout régiment d’infanterie de l’Armée française pendant la Première Guerre mondiale, le « 47 »se scinde en deux parties durant cette campagne. L’une, au front, qui est l’unité combattante et qui intéressera le plus notre propos. L’autre, demeurée à Saint-Malo, qui assure pour sa part « le service de la place ».

  • 48  Parmi quelques exemple bretons on citera, sans prétendre à l’exhaustivité : Le Dall Olivier, On pr (...)
  • 49  Ridel Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.
  • 50  BAVCC/Mémoire des hommes. Livre d’Or des Morts pour la Patrie, Rennes, Imprimerie Oberthur, 1920, (...)
  • 51  SHD-DAT : 26 N 636/9, JMO 47e RI, 4 septembre 1917.

21L’historiographie s’est, à juste titre d’ailleurs, intensément intéressée aux combattants de la Grande Guerre puis, délaissant quelque peu le front, s’est prise d’intérêt pour les populations de « l’arrière », entérinant de la sorte la dichotomie entre civils et militaires 48. Mais, effet pervers de cette évolution, on ne sait que peu de choses de ces militaires du service auxiliaire. Considérés par les poilus comme des « embusqués », c’est-à-dire comme des privilégiés échappant au combat, ces hommes n’ont été le plus souvent objet d’histoire qu’au travers du prisme des représentations mentales qui y sont associées 49. Pourtant, loin du front, ce service intérieur peut lui aussi comporter ses drames, comme en témoigne l’exemple d’Auguste Corbinais, décédé dans un accident de voiture le 4 septembre 1917. Âgé de 45 ans au moment de la mobilisation générale, il est employé dans un commerce du quartier des Bas-Sablons et est père de trois enfants. Du fait de son âge, il est mobilisé dans un premier temps dans l’infanterie territoriale, au 78e RIT de Saint-Malo, puis est versé au 47e RI, en tant que conducteur au service de la place. S’il décède certes bien loin de Verdun et de la cote 344 où ses compagnons du « 47 » combattent à ce moment de la campagne, Auguste Corbinais n’en est pas moins titulaire de la mention « Mort pour la France » 50. D’ailleurs, preuve que ce service de la place constitue aussi, aux côtés des combats des tranchées, une des activités à part entière du 47e RI, le journal des marches et opérations de l’unité note à la date du 4 septembre 1917 la perte de trois hommes, dont « un conducteur », Auguste Corbinais 51. L’activité des militaires de l’arrière constitue donc un réel « trou de mémoire » et le cas particulier du 47e régiment d’infanterie n’échappe pas à la règle, les seuls éléments en notre possession n’étant que parcellaires.

  • 52  Prigent Julien, Richard René, Le capitaine Charles Mahé au 48e régiment d’infanterie de Guingamp, (...)
  • 53  BAVCC/Mémoire des hommes.
  • 54  Arch. Mun. Rennes : H54. Rapports de police : 1920-1924, Louis Lucas.
  • 55  Entretien avec M. et Mme Pol Daubé, 24 juillet 2009.
  • 56  Millot Lorraine, « Fayetteville, sur le front intérieur », Libération, n°9293, jeudi 31 mars 2011, (...)
  • 57  Capdevila Luc, Voldmann Danièle, Nos morts. Les sociétés occidentales face aux tués de la guerre ( (...)

22Ainsi, on sait que pendant le conflit, les militaires demeurés au dépôt assurent la lourde tâche d’avertir les familles de la mort d’un fils ou d’un époux, par l’intermédiaire des maires. Concrètement, le « bureau spécial de comptabilité au dépôt à Saint-Malo » remplit un formulaire type ronéotypé priant le maire de la commune concernée de « vouloir bien avec tous les ménagements nécessaires dans la circonstance prévenir la famille » du défunt et présenter, par la même occasion, « les condoléances de Monsieur le ministre de la Guerre ». Seuls quelques espaces sont laissés vacants pour le nom et le prénom de la victime ainsi qu’une modeste description – se limitant le plus souvent à un nom de lieu et à une date – des circonstances dans lesquelles le militaire est « tombé au champ d’honneur ». Preuve de l’activité administrative du dépôt du 47e RI en la matière, nombreux sont encore aujourd’hui les services d’archives des communes de l’ancienne 10e région militaire qui conservent aux côtés de leurs registres d’état-civil de tels formulaires. Mais parfois la tâche est plus ardue, faute de coordonnées précises des proches du défunt. En effet, l’usage veut que chaque mobilisé consigne au dépôt, avant son départ au front, l’adresse de la personne à prévenir « au cas où... » 52. Malheureusement, nombreux semblent être les soldats à ne pas donner d’adresse à leur corps comme en témoignent les archives de la police municipale de Rennes qui font état de plusieurs enquêtes visant à retrouver une épouse, une sœur ou un parent de mobilisés morts pour la France. L’une d’elle porte sur la veuve d’un soldat du 47e RI, Louis Lucas, « tué à l’ennemi » le 2 novembre 1914 à Beaurains 53 : le chef de la sûreté de Rennes ne pourra que constater son départ, « depuis un an » pour Paris, sans que son domicile soit pour autant connu 54. Dans ce type de cas, ce n’est plus le soldat mort pour la France qui disparaît, mais sa famille. Notons de surcroît que cette charge relative à l’état-civil des combattants n’est propre ni au 47e régiment d’infanterie, ni même à la Première Guerre mondiale, mais qu’elle est au contraire une constante sur le temps long puisqu’aujourd’hui encore, c’est le corps d’appartenance du militaire mort pour la France qui est chargé de prévenir la famille. Résidant à Dinan, les parents de Vincent Daubé apprennent la mort de leur fils tué dans l’attentat du Drakkar à Beyrouth de la bouche même d’un officier du 1er régiment de chasseurs parachutistes venu leur annoncer, à leur domicile, l’horrible nouvelle 55. On serait d’ailleurs presque enclin à se demander si la différence avec 1914 n’est pas qu’aujourd’hui, la mort est peut-être un peu plus anticipée, ce qui pourrait expliquer le dispositif plus détaillé à mettre en place « au cas où ». Ainsi, de nos jours, aux états-Unis, avant de partir en Afghanistan, chaque militaire doit préparer son enterrement et doit choisir la musique qui sera jouée lors de la cérémonie, le nom des camarades qui porteront le cercueil, le lieu d’inhumation… 56, situation radicalement différente de celle du 47e RI de 1914 où le risque de mort individuelle ne semble pas avoir été anticipé par l’institution. On sait en effet que ce n’est pas sans grandes réticences que les hommes acceptent les plaques d’identités militaires, pourtant indispensable pour les identifier en cas de besoin 57.

  • 58  BAVCC/Mémoire des hommes.
  • 59  « Tué à l’ennemi », L’Ouest-éclair, n°5548, 20 octobre 1914, page 3.

23Dans le même ordre d’idée, on n’ignore pas que lorsqu’un militaire du 47e RI est inhumé dans le secteur de Saint-Malo, la dépouille est accompagnée dans sa dernière demeure par un détachement. Ainsi Pierre Languille, caporal du 47e d’infanterie évacué pour blessures vers l’hôpital mixte de Saint-Brieuc, établissement où il décède le 14 octobre 1914 58. Son corps étant rapatrié à Saint-Malo pour y reposer « dans le sol natal », les obsèques se déroulent devant une « assistance nombreuse » composée notamment d’officiers et de soldats du 47e RI qui suivent le convoi mortuaire 59.

Illustration 3 : Avis de décès adressé au maire de la commune par les autorités militaires et le priant d’informer la famille du défunt.

Illustration 3 : Avis de décès adressé au maire de la commune par les autorités militaires et le priant d’informer la famille du défunt.

(coll. Archives municipales de Saint-Malo)

  • 60  Arch. Dép. I&V : 1 R 1755.1050.
  • 61  Arch. Dép. I&V : 1 R 2084.90.

24C’est également la fraction du 47e RI demeurée en la place de Saint-Malo pendant le conflit qui assure l’action sociale envers les familles des militaires de l’unité tués pendant la campagne. Certes, cette activité est bien loin de l’image que l’on peut se faire de prime abord d’un régiment d’infanterie pendant la Grande Guerre. Elle n’en est pourtant pas moins réelle comme en attestent de nombreuses fiches matricules de militaires du « 47 ». Ainsi la veuve du capitaine Canneva, qui jusqu’à sa mort le 29 août 1914 faisait fonction d’adjoint du lieutenant-colonel Poncet des Nouailles : elle reçoit en 1917 un secours de 400 francs 60. Ou encore le père d’Alexandre Landrin, soldat décédé dans les premières semaines de la campagne, qui, en avril 1916, bénéficie d’un secours de 150 francs 61. Si nous ne savons pas si cette action sociale est conditionnée par le niveau de ressources, mentionnons toutefois qu’elle est ouverte à tous, épouses d’officiers comme parents de simples biffins. Ce faisant, elle témoigne indiscutablement de l’activité des fractions du 47e RI qui, non envoyées au front, continuent d’assurer le « service de la place ».

  • 62  Arch. Dép. CdA : 1 R 1333.259.
  • 63  SHD-DAT : 26 N 790/15 ; JMO 78e RIT : 23 février 1915.

25C’est aussi pourquoi rien n’est sans doute plus faux que d’imaginer le dépôt du 47e régiment d’infanterie entre 1914 et 1918 comme étant vidé de ses combattants, tous partis sur le front. Non seulement, on vient de le voir, un certain nombre de militaires du « 47 » restent à Saint-Malo pour assurer le « service de la place » mais, de surcroît, les besoins en vies humaines n’étant jamais complètement assouvis, nombreux sont les hommes qui, soit appartenant aux classes 1914 à 1918, soit blessés mais de retour de convalescence, transitent par le dépôt avant de gagner le front. Synthèse de ces deux cas, Pierre Moisan qui, appartenant à la classe 1914, arrive au dépôt du 47e RI le 19 décembre 1914. Après une période d’instruction de près de six mois, il est à son tour envoyé « aux armées » et rejoint le 47e RI « du front » le 29 mai 1915, alors que les attaques dans le Pas-de-Calais font rage. Très rapidement évacué, il est blessé au genou gauche par un éclat d’obus. Pris en charge tout d’abord par une ambulance puis un hôpital d’orientation et d’évacuation, il est finalement remis sur pied et retourne au dépôt du 47e RI le 5 septembre 1915 où il reste un grand mois avant de repartir « aux armées » le 20 octobre 62. Au total, en dix mois de guerre, Pierre Moisan aura donc passé plus de sept mois au dépôt du 47e RI, preuve que celui-ci est loin d’être vide pendant le conflit, bien qu’éloigné du front. D’ailleurs, il arrive que certains militaires du « 47 » soient missionnés pour conduire au front des soldats appartenant à d’autres unités, également casernées à Saint-Malo. Ainsi, le 23 février 1915, le journal des marches et opérations du 78e régiment d’infanterie territoriale – qui combat alors dans le secteur de Thil – mentionne l’arrivée « d’un détachement de renfort de Saint-Malo sous la conduite de Monsieur Lemeur du 47e RI » 63.

  • 64  SHD-DAT : 24 N 394/2. Ordre général d’opérations (2e partie) pour la journée du 29 août 1914.
  • 65  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé  (...)
  • 66  C’est en tout cas ce que laisse entendre une conversation téléphonique tenue le 27 août 1914 entre (...)

26La dualité spatiale d’un régiment d’active tel que le 47e RI, une partie au front, l’autre « en place » à l’arrière, nous rappelle ainsi que l’Armée française de 1914 est avant tout une gigantesque machine administrative, bureaucratique, vivant suivant ses propres impératifs et selon un rythme spécifique, celui-ci pouvant parfois être complètement déconnecté des réalités du terrain, c’est-à-dire des conditions que doivent affronter les combattants. Ce rythme caractérise l’ensemble des unités de l’armée française. Le 47e RI ne fait ici pas exception. C’est ainsi par exemple que tout au long de la campagne, l’état-major du 10e corps d’armée livre, quotidiennement, un ordre du jour concernant le ravitaillement des troupes. Ces ordres, adressés à l’ensemble des unités du 10e corps prévoient le lieu et l’heure précise de l’approvisionnement en pain, en eau, en avoine, en essence… Conservés dans les cartons du Service historique de la Défense à Vincennes, ils témoignent incontestablement de l’activité du 1er bureau du 10e corps mais, plus encore, disent l’immense décalage existant entre ces militaires « de bureau » qui chaque jour prévoient des ordres d’une précision d’orfèvre et la réalité du terrain. Ainsi, l’ordre rédigé le 28 août 1914 64 prévoyait un ravitaillement en viande et en pain dans la matinée du lendemain, alors qu’au même moment, ce 28 août, les hommes du 47e RI, en pleine retraite suite à la bataille de Charleroi, entendent le grondement ininterrompu du canon, mélodie qu’ils savent être synonyme d’une reprise prochaine des combats 65. D’ailleurs, le ravitaillement prévu par le 1er bureau du 10e corps ne pourra pas avoir lieu, les hommes participant à la bataille de Guise. Mais, mieux encore, rappelons que non seulement, lorsque cet ordre du jour est rédigé la bataille commence à faire rage mais, de plus, son principe même en avait été décidé… la veille 66 ! Si ceci laisse à supposer que les difficultés du ravitaillement sont, dans le cas présent, au moins pour partie prévisibles, cette anecdote traduit aussi la difficulté de communication entre différents bureaux, caractéristique propre aux structures bureaucratiques. Bien entendu, ce n’est pas parce qu’il doit livrer bataille que le 1er bureau d’un corps d’armée doit s’arrêter de s’occuper du ravitaillement des troupes. Toutefois, cette anecdote nous rappelle que pour certains militaires, le métier des armes est en 1914 avant tout une réalité administrative, faite de circulaires, ordres et règlements.

27Si le régiment est un mot appartenant au vocabulaire courant, son examen au cours des premières semaines de la Grande Guerre laisse entrevoir une structure bien plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord. En effet, pour une unité telle que le 47e d’infanterie de Saint-Malo, l’entrée en guerre est le moment de multiples dédoublements, parthénogénèses entre l’unité d’active et de réserve ainsi qu’entre la fraction du corps au front et celle demeurée à l’arrière.

Notes

1  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution républicaine, 1914-1922, Paris, Economica, 2001, pp. 15-37.

2  Guinard Pierre, Devos Jean-Claude, Nicot Jean, Inventaire sommaire des archives de la guerre, série N, 1872-1919, Troyes, Imprimerie La Renaissance, 1975, page 52, annexe II-2, liste des chefs-lieux de régions de corps d’armées et de chefs-lieux de subdivision de régions de la métropole d’après l’emplacement des troupes au 1er mai 1914.

3  Celle-ci est retouchée par une série de « compléments structurels » jusqu’à la veille de la guerre. Ces ajustements étant pris essentiellement en fonction d’impératifs stratégiques découlant du danger que représentait l’Allemagne, ils n’impactent pas la 10e région militaire. Boulanger Philippe, La France devant la conscription, op. cit., pp. 19-24.

4  L’armée est un organe de commandement et d’encadrement dont la composition n’est pas figée. Pour exemple, le 10e corps d’armée fait partie de la Ve armée du 7 août au 27 septembre 1914, de la Xe armée les 28 et 29 septembre 1914, de la IIe armée du 30 septembre au 5 octobre. Guinard Pierre, Devos Jean-Claude, Nicot Jean, Inventaire sommaire des archives de la guerre, série N, 1872-1919, loc. cit., et SHD-DAT : 26 N 133/13. JMO prévôté du 10e corps d’armée. Page de garde.

5  Contamine Henry, 9 septembre 1914, la Victoire de la Marne, Paris, Gallimard, page 117.

6  Celui-ci ne prend le commandement effectif de la Ve armée que le 5 août 1914 à Réthel. SHD-DAT : 26 N 34/1, JMO Ve Armée, 5 août 1914.

7  SHD-DAT : 26 N 34/1, JMO Ve Armée, 2 août 1914.

8  Lanrezac Charles, Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre (2 août-3 septembre 1914), Paris, Payot, 1920, préface, page IX. Pierre Miquel évoque pour sa part 290 000 hommes et plus de 100 000 chevaux. Miquel Pierre, Le gâchis des généraux, les erreurs de commandement pendant la guerre de 14/18, Paris, Plon, 2001, page 51.

9  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, op. cit., page 107 et suivantes.

10  Larcher Maurice (Commandant), « Le 10e corps à Charleroi (20 au 24 août 1914) », op. cit., pp. 180-181.

11  Arch. Mun. Rennes : H 136. Réception du Général Defforges.

12  Audoin-Rouzeau Stéphane, 1870, La France dans la guerre…, Paris, Armand Colin, 1989, pp. 82-83.

13  C’est-à-dire d’un régiment à trois bataillons. Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1936, tome 1er, 1er volume, L’avant-guerre, la bataille des frontières, page 518.

14  Roux Alain, « Le décret portant règlement sur la conduite des grandes unités du 28 octobre 1913 », Les cahiers du Retex, n°14.

15  Becker Jean-Jacques, L’année 14, Paris, Armand Colin, 2004. pp. 186-188. Une explication possible de cet état de fait réside peut-être en l’ignorance du GQG des modalités d’emploi des réserves allemandes. Sur ce point voir Joffre Joseph, Mémoires du Maréchal Joffre (1910-1917), tome premier, Paris, Plon, 1932, pp. 249-250. Pour une analyse plus complète du plan XVII, se reporter à Snyder Jack, The Ideology of the Offensive, Military Decision Making and the Disasters of 1914, Ithaca and London, Cornell University Press, 2009, chap. 2 : « Offensive strategy as an institutional defense », pp. 41-57 ainsi que Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, loc. cit., pp. 44-92. Les auteurs indiquent notamment que « les variantes apportées au plan XVI, en septembre 1911, en avril et en octobre 1913, sont un acheminement vers le plan XVII » (page 40).

16  Becker Jean-Jacques, « Entrées en guerre », in Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jacques (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, op. cit., pp. 193-204.

17  Becker Jean-Jacques, L’année 14, Paris, Armand Colin, 2004, page 190.

18  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, op. cit., page 16, infra 3.

19  Guelton Frédéric, « Les armées », in Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jacques (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, op. cit. page 227 ; Goya Michel, La chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, Paris, Tallandier, 2004, page 144.

20  Prigent Julien, Richard René, Le capitaine Charles Mahé au 48e régiment d’infanterie de Guingamp. Carnet et lettres de guerre (août 1914-9 mai 1915), Plessala, Bretagne 14/18, Sans date, page 9.

21  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., page 345.

22  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., pp. 14-15.

23  Miquel Pierre, Les Poilus, Paris, Plon, 2000, page 67.

24  Herrieu Loeïz (traduction de Le Mer Gabriel, Le Personnic Frédéric, adaptation française de Prigent Julien), Kamdro an Ankou (Le tournant de la mort), Plessala, Bretagne 14-18, 2002, page 3.

25  Krumeich Gerd, « Anticipations de la Guerre », in Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Jean-Jacques (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, op. cit., pp. 169-178.

26  Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux, brancardier, musicien et téléphoniste de la compagnie hors rang du 47e régiment d’infanterie », op. cit.

27  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., page 7.

28  Ce jusqu’au 17 septembre 1917, date à laquelle le 247e RI est dissout et versé dans plusieurs unités dont le 129e RI. Voir SHD-DAT : 26 N 727/7 : JMO 247e RI, 23 août 1917-17 septembre 1917.

29  Isaac Jules, « L’utilisation des réserves dans l’armée française et l’armée allemande en 1914 », Revue d’histoire de la guerre mondiale, 1924, page 326 cite le témoignage du général Buat pour qui l’encadrement des réserves est confiés « aux officiers de carrière les plus anciens, donc les plus âgés ».

30  SHD-DAT : 26 N 727/6 : JMO 247e RI, 2 août 1914 et 26 N 636/6 : JMO 47e RI, 2 août 1914 ; Arch. Nat : LH 19800035/0340/45740.

31  Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, Saint-Malo, Imprimerie R. Bazin, 1921, pp. 42-46.

32  Arch. Dép. I&V. : 2 Per 2966, Annuaire d’Ille-et-Vilaine ; Jean, Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, héros et martyrs, 1914-1918, Saint-Malo, éditions Cristel, 2011, pp. 49-71.

33  Paroisse de Saint-Servan, Livre d’Or des Morts pour la Patrie, Rennes, Imprimerie Oberthur, 1920, page 105.

34  Arch. Dép. I&V : 5 Z 178. La requête de Gabriel Dufaure de Citres semble avoir bénéficié d’une réponse favorable rapide puisqu’en décembre 1914 survient dans la Tour Solidor un incendie qui se serait propagé du fait de la paille sur laquelle couchaient les soldats. Ce sinistre provoque une enquête du Ministère des Beaux-Arts et de l’Instruction publique qui, en charge du patrimoine, cherche à savoir à quel titre ce monument historique a été mis à la disposition de l’armée. Arch. Dép. I&V : 5 Z 177.

35  Contamine Henry, 9 septembre 1914, la Victoire de la Marne, Paris, Gallimard, 1970, page 95.

36  SHD-DAT : 26 N 792/1, JMO 87e RIT, 15 août 1914.

37  Omnès, Albert, Carnet de route, campagne 1914. Notes et impressions prises par le sergent Omnes du 47e régiment d’infanterie, op. cit., page 2.

38  Paroisse de Saint-Servan, Livre d’Or des Morts pour la Patrie, op. cit., page 122.

39  Archives privées Marie-Claude Corbec. Le 271e régiment d’infanterie quitte Saint-Brieuc le 9 août 1914. Constitué de deux bataillons, il regroupe 2 144 hommes de troupe et 37 officiers. SHD-DAT : 26 N 733/17 : JMO 271e RI. 9 août 1914.

40  Pour un témoignage sur le 36e RI de Caen se rapporter à Hugo Jean, Le regard de la mémoire (1914-1945), Paris, Actes Sud, 1983, pp. 15-19.

41  Le Rebourg Paul, « Campagne contre l’Allemagne 1914 », tome 1, Pages14-18.com [http://www.pages14-18.com/C_PAGES_DOCUMENTS/temoignages.htm].

42  L’Union malouine et dinannaise, n°32, 63e année, samedi 8 et dimanche 9 août 1914, page 3.

43  Bazin Yves, Livre d’or des anciens élèves du Collège de Saint-Malo morts pour la France, op. cit., pp. 214-217.

44  Arch. Dép. I&V : 1 R 2139.439.

45  Boulanger Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution républicaine, 1914-1922, op. cit., page 118.

46  Arch. Dép. I&V : 5 Z 176. Chemise 22. Arch. Mun. Saint-Malo : 37 S 1. Célestin Paris.

47  Arch. Mun. Saint-Malo : 37 S 1. Jules Jehanne.

48  Parmi quelques exemple bretons on citera, sans prétendre à l’exhaustivité : Le Dall Olivier, On prie, vous souffrez… on les aura !, Morlaix, Skol Vreizh, 2007, Guyvarc’h Didier, Moi, Marie Rocher, écolière en guerre, Rennes, Apogée, 1993, ou encore les travaux de Ronan Richard sur les étrangers, les internés et les prisonniers dans l’ouest de la France entre 1914 et 1918.

49  Ridel Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.

50  BAVCC/Mémoire des hommes. Livre d’Or des Morts pour la Patrie, Rennes, Imprimerie Oberthur, 1920, page 115.

51  SHD-DAT : 26 N 636/9, JMO 47e RI, 4 septembre 1917.

52  Prigent Julien, Richard René, Le capitaine Charles Mahé au 48e régiment d’infanterie de Guingamp, op. cit., page 9.

53  BAVCC/Mémoire des hommes.

54  Arch. Mun. Rennes : H54. Rapports de police : 1920-1924, Louis Lucas.

55  Entretien avec M. et Mme Pol Daubé, 24 juillet 2009.

56  Millot Lorraine, « Fayetteville, sur le front intérieur », Libération, n°9293, jeudi 31 mars 2011, pp. 36-37.

57  Capdevila Luc, Voldmann Danièle, Nos morts. Les sociétés occidentales face aux tués de la guerre (XIXe-XXe siècle), Paris, Payot, 2002, pp. 44-45.

58  BAVCC/Mémoire des hommes.

59  « Tué à l’ennemi », L’Ouest-éclair, n°5548, 20 octobre 1914, page 3.

60  Arch. Dép. I&V : 1 R 1755.1050.

61  Arch. Dép. I&V : 1 R 2084.90.

62  Arch. Dép. CdA : 1 R 1333.259.

63  SHD-DAT : 26 N 790/15 ; JMO 78e RIT : 23 février 1915.

64  SHD-DAT : 24 N 394/2. Ordre général d’opérations (2e partie) pour la journée du 29 août 1914.

65  Prigent Julien, Richard René, « Un brancardier du 47e RI de Saint-Malo en campagne : Marcel Brégé », op. cit., pp. 9-10. Leseux Louis, « Carnet de guerre de Louis Leseux », op. cit.

66  C’est en tout cas ce que laisse entendre une conversation téléphonique tenue le 27 août 1914 entre Joseph Joffre et Charles Lanrezac. Message téléphoné du GQG à général commandant la Ve armée, 27 août 1914, 6h30. Cité in Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, Service historique, Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1925, tome 1er, 2e volume, La manœuvre en retraite et les préliminaires de la bataille de la Marne, page 51.

Table des illustrations

Titre Figure 3 : Le 47e de Saint-Malo, un régiment d’infanterie de la 10e région militaire.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Figure 4 : Organigramme simplifié du 10e corps d’armée.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 5 : Organisation formelle du 47e RI au 2 août 1914.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Illustration 3 : Avis de décès adressé au maire de la commune par les autorités militaires et le priant d’informer la famille du défunt.
Crédits (coll. Archives municipales de Saint-Malo)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1289/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 795k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search