Version classiqueVersion mobile

Une entrée en guerre

 | 
Erwan Le Gall

Qu’est-ce que le 47e régiment d’infanterie

I - Les hommes du 47e régiment d’infanterie

Texte intégral

1Cette enquête se propose d’examiner ce moment particulier qu’est l’entrée en guerre en 1914 à partir d’un terrain – pour reprendre le vocabulaire des ethnologues – d’observation particulier : le 47e régiment d’infanterie. Si ce prisme peut rebuter, cet angle d’attaque ne paraît pas insurmontable tant cette locution évoque un objet que chacun croît connaître. L’expression « régiment d’infanterie » est en effet rentrée depuis longtemps dans le vocabulaire courant et, chose remarquable, s’y est semble-t-il maintenue malgré la démilitarisation de la société française ayant cours depuis la réforme conduisant à l’arrêt de la conscription et à la création d’une armée de métier. De même, elle fait assurément partie des mots que l’on s’attend à lire en consultant un ouvrage d’histoire militaire, de surcroît consacré à la Première Guerre mondiale.

  • 1  Rappelons que l’actuelle ville de Saint-Malo est à l’époque composée de trois communes distinctes  (...)

2D’une certaine manière, on peut même se demander si le régiment d’infanterie ne fait pas partie de notre imaginaire de la Grande Guerre, au même titre que le poilu, le 75, la tranchée, la boue, les « totos » et le monument aux morts. Pourtant le régiment d’infanterie est une notion beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît et qu’il convient de bien appréhender avant de pouvoir déterminer en quoi l’entrée en guerre est une période si particulière. Un régiment, fut-il le 47e de Saint-Malo 1, est d’abord une communauté d’hommes unis sous le même uniforme, défilant derrière le même drapeau. Or non seulement ces individus sont nombreux – plus de trois mille en août 1914 – mais ils sont de plus hiérarchisés suivant un strict ordonnancement entre hommes du rang, sous-officiers et officiers. Derrière cette expression du vocabulaire commun qu’est le régiment d’infanterie se cache en réalité une microsociété d’autant complexe qu’elle ne s’avère être qu’une particule élémentaire mais pluricellulaire d’un ensemble beaucoup plus vaste : l’armée française.

3Enfin, une unité telle que le 47e régiment d’infanterie est indissociable d’une certaine pratique (théorique) militaire, celle-là même qui est inculquée aux conscrits de la Belle Époque et qui se trouve confrontée dès août 1914 aux réalités du champ de bataille de la Première Guerre mondiale.

4Lors de la mobilisation générale, le 47e régiment d’infanterie est un ensemble de plus de trois mille individus, officiers, sous-officiers et hommes du rang. Certes, à l’échelle gigantesque qu’est la Première Guerre mondiale, ce groupe n’est qu’une portion éminemment congrue de l’ensemble des combattants qui prennent part à ce conflit. Il est néanmoins assez difficile de dégager une image « moyenne », de dresser en quelque sorte le portrait-robot, du combattant « ordinaire » du 47e RI au moment de ce départ pour le front puisque, par définition, il est difficile de synthétiser trois mille cas en un seul.

  • 2  Arch. Mun. Rennes : H54-4. Auguste Quintin est répertorié comme enfant assisté de la Seine.

5Pourtant, nombreuses sont les sources qui permettent d’avoir des informations sur les hommes qui, le 2 août 1914, composent la troupe du 47e régiment d’infanterie : registres matricules de recrutement, fichier des titulaires de la mention « Mort pour la France », dossiers d’attribution de la Légion d’honneur, dossiers personnels des officiers… Tous ces documents forment un corpus qui amène à considérer le 47e RI, portion de la Nation en armes, comme une réduction de la société française d’alors. Il est vrai qu’on y trouve tous types de personnes : des aristocrates, des paysans, des ouvriers, des instituteurs, des banquiers, des enfants de l’assistance publique 2… sauf des femmes, ordre militaire oblige. De même, comme dans la vie civile, le groupe que constitue le 47e RI est profondément inégalitaire puisque scindé en trois strates plus ou moins étanches mais très hiérarchisées : les hommes du rang, les sous-officiers et les officiers.

1.1. Les hommes du rang

  • 3  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la (...)

6La catégorie d’individus du 47e régiment d’infanterie pour laquelle il est, dans une optique quantitative, le plus difficile d’avoir des informations est probablement celle des hommes du rang. Il est en effet délicat de se faire une idée exacte du fantassin « type » du 47e régiment d’infanterie au moment où la troupe quitte Saint-Malo. En théorie, l’étude des registres matricules de recrutement permettrait de dresser un tel portrait type. Mais en réalité, le volume de cette documentation – de surcroît disséminée en une multitude d’archives départementales différentes – rend l’exercice particulièrement périlleux et, pour tout dire, quasi impossible. La preuve en est qu’à l’heure actuelle seul Jules Maurin, dans une thèse aujourd’hui érigée au rang de classique de l’historiographie française, utilise cette source dans une optique quantitative 3. Mais en posant l’hypothèse que les morts d’une unité constituent un indice permettant d’approcher une troupe dans son ensemble, il est alors possible d’ériger Mémoire des hommes en matière première d’un portrait type, certes succinct, du fantassin du 47e régiment d’infanterie au moment où l’unité quitte Saint-Malo pour gagner le front.

  • 4  Pour de plus amples renseignements sur la mention « Mort pour la France », le fichier Mémoire des (...)

7Pour mémoire, rappelons que la mention « Mort pour la France » est une opération d’état-civil instituée par une loi du 2 juillet 1915 visant à marquer la reconnaissance de l’état envers les victimes de la guerre. Sans entrer dans les détails de cette procédure complexe, ajoutons simplement que cette mention est le critère le plus fiable pour évaluer les morts d’une unité, des sources telles que les monuments aux morts se révélant au final assez peu fiables 4. Ces mentions « Mort pour la France » sont répertoriées au sein d’un fichier conservé à Caen par le Bureau des archives des victimes des conflits contemporains qui est un service de la Direction de la mémoire du patrimoine et des archives du Ministère de la Défense. C’est ce fichier qui est mis en ligne et accessible gratuitement sur le site Mémoire des hommes.

  • 5  BAVCC/Mémoire des hommes. Rappelons pour mémoire que la subdivision de Saint-Malo est à cheval sur (...)
  • 6  BAVCC/Mémoire des hommes.

8La provenance des morts pour la France du 47e régiment d’infanterie au cours des débuts de la campagne 1914-1918 révèle une étonnante homogénéité géographique, que celle-ci soit examinée sous l’angle du département de naissance ou du bureau de recrutement. Les 303 militaires du 47e RI titulaires de la mention au titre du mois d’août 1914 proviennent ainsi exclusivement de la 10e région militaire, et en très forte proportion des Côtes-du-Nord (200 sur 303). Outre Saint-Malo, les principaux bureaux de recrutement pourvoyeurs en effectifs sont Saint-Brieuc et Guingamp, ces trois subdivisions totalisant 80% des défunts (251 sur 303) 5. Cette tendance ne fait que se confirmer en septembre 1914 même si le corpus est beaucoup plus restreint, et ce pour deux raisons. D’abord parce que le régiment est moins éprouvé au cours de ce mois qu’à Guise et Charleroi. Ensuite, parce que ne peuvent être ici comptabilisés que les « tués à l’ennemi » et les « disparus », certains blessés pouvant décéder en septembre des suites d’atteintes reçues au mois d’août. Sur les 62 militaires du 47e régiment d’infanterie « tués à l’ennemi » ou « disparus au combat » au cours du mois de septembre 1914 et titulaires de la mention « Mort pour la France », 95% sont nés dans la 10e région militaire, ou dépendent d’un bureau de recrutement qui y est situé. En considérant cette fois les titulaires de la mention « Mort pour la France » des mois d’août et septembre 1914, les courbes sont encore plus nettes puisque plus de 92% des individus répertoriés sont nés dans la 10e région militaire et plus de 94% dépendent d’un bureau de recrutement situé dans la Manche, dans les Côtes-du-Nord ou en Ille-et-Vilaine 6. Et encore, ce dernier point doit être pondéré puisque sur les 23 exceptions, les deux-tiers sont des officiers ou des sous-officiers. Or, une grande partie de ces grades sont, au moment de la mobilisation générale, tenus par des militaires de carrière dont l’affectation obéit non au principe du recrutement régional découlant de la réforme militaire de 1873 mais du tableau d’avancement. Point de surprise ici puisque ce qui se manifeste en 1914 est en réalité la conséquence d’une politique initiée quarante ans auparavant.

  • 7  Sur cette question, parmi une bibliographie abondante, on renverra à Chanet Jean-François, Vers l’ (...)

9La loi de 1873 dite « d’organisation générale de l’armée » est en effet la pierre angulaire d’un véritable arsenal législatif qui instaure le couple « régiment d’infanterie / bureau de recrutement » comme pivot d’une armée nouvelle, désormais approvisionnée en soldats par la conscription. Organisées suivant une logique spatiale – les régions militaires qui sont autant de corps d’armées – l’armée est alors dotée de structures permanentes, tant en temps de paix que de guerre, élément capital qui tranche singulièrement avec le précédent de 1870 7. Aussi est-ce pourquoi l’essentiel des conscrits qui, à la mobilisation générale, constituent la troupe du 47e régiment d’infanterie provient de bureaux de recrutements de la 10e région militaire.

  • 8  BAVCC/Mémoire des hommes.

10En revanche, l’origine géographique du fantassin ne paraît pas être, en août 1914, un critère d’affectation au sein même de l’unité. En effet, si les bureaux de recrutement de Saint-Malo, Saint-Brieuc et Guingamp sont – on l’a dit – les principaux pourvoyeurs en effectifs du 47e RI, ils ne semblent pas se « partager » les compagnies du régiment. Aussi est-ce sans doute pourquoi rien ne semble indiquer que les fratries réunies sous le même drapeau du 47e RI combattent ensemble, dans la même compagnie. Peut-être y a-t-il eu des cas où des frères ou des cousins combattent conjointement, au sein d’une même section, mais un tel fait relève sans doute plus de la volonté de ces hommes que du souhait de l’administration militaire de les laisser ensemble. En effet, au sein du 47e RI, il n’y a pas, au moment de la mobilisation générale, de compagnie briochine, malouine ou guingampaise. Au contraire, les chiffres émanant du fichier Mémoire des hommes laissent entrevoir, toujours en se basant sur les morts pour la France de l’unité des mois d’août et septembre 1914, une certaine égalité en la matière. Il semble en effet se dégager un modèle que l’on pourrait qualifier de 30-30-30-10, c’est-à-dire 30% des effectifs d’une compagnie proviennent du bureau de recrutement de Saint-Malo, 30% de Guingamp, 30% de Saint-Brieuc, les 10% restant venant d’autres subdivisions, essentiellement de la 10e région ou de la Seine. La 9e compagnie paraît d’ailleurs être typique de ce modèle puisque sur un total de trente titulaires de la mention « Mort pour la France » au titre des mois d’août et septembre 1914, dix proviennent du recrutement de Saint-Malo, sept de Saint-Brieuc et huit de Guingamp, les trois éléments restants relevant des subdivisions de Cherbourg, Granville et Saint-Lô 8. Il faut sans doute voir dans ces résultats une limite au recrutement local des unités puisque ce principe paraît s’arrêter au niveau régimentaire et ne pas franchir la frontière des nano-sociétés que sont la compagnie, la section ou l’escouade. En d’autres termes, dans l’infanterie française, si l’on se base sur l’indice que paraît pouvoir constituer le 47e RI, la cohésion n’est pas fondée, au moment de la mobilisation générale, sur l’appartenance géographique mais bien sur la coexistence d’individus au sein d’infragroupes régimentaires, que sont la section ou l’escouade.

11Originaire de l’ouest de la 10e région militaire, le fantassin « ordinaire » du 47e régiment d’infanterie est également, au début du mois d’août 1914, un homme jeune. Les années de naissance les plus représentées dans ce macabre classement sont en effet celles comprises entre les années 1888 et 1893. Concrètement, cela signifie qu’une partie de la troupe du 47e régiment d’infanterie est, au moment de la mobilisation générale, déjà sous les drapeaux, en train d’effectuer son service militaire. Ces jeunes hommes sont rejoints par d’autres, un petit peu plus âgés, pour qui l’armée est un souvenir vieux au maximum de deux ou trois ans. En définitive, on peut estimer sans trop de risques d’erreur que lorsque le 47e régiment d’infanterie quitte Saint-Malo pour gagner le front en août 1914, il s’agit là d’une des « bonnes » unités de l’Armée française puisque pour ses soldats l’instruction est au pire un souvenir vieux de deux ou trois ans. Il y a là assurément une grande différence avec les unités de la réserve, telle le 247e RI, ou de la territoriale, comme le 78e RIT, celles-ci étant constituées de soldats beaucoup plus âgés.

Figure 1 : La vie militaire d’un individu telle que prévue à la suite de la loi de 1913 portant la durée du service national à trois ans.

Figure 1 : La vie militaire d’un individu telle que prévue à la suite de la loi de 1913 portant la durée du service national à trois ans.
  • 9  Becker Jean-Jacques, 1914, Comment les français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la F (...)
  • 10  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 15.

12Encore une fois, ces résultats sont sans surprise puisqu’ils découlent des obligations militaires incombant à tout citoyen français, obligations fixées par la loi. Ajoutons enfin que ces soldats sont eux-mêmes les enfants d’individus ayant fait leur service militaire, sous la IIIe République. Sans doute anodin de prime abord, ce point est néanmoins important puisqu’il paraît témoigner d’un certain habitus militaire, les hommes étant de père en fils habitués à effectuer leur « temps de régiment » dans l’optique de devoir, le cas échéant, défendre la Patrie en danger. Sans doute y-a-t-il d’ailleurs là une piste permettant d’expliquer le consentement qui, globalement, anime le 47e régiment d’infanterie au moment de la mobilisation générale même si, dans la nuit du 6 au 7 août 1914, l’unité est loin de quitter la côte d’émeraude « la fleur au fusil ». Ce cliché battu en brèche par la thèse fondatrice de Jean-Jacques Becker 9 est corroboré par quelques témoignages à notre disposition, dont celui de Jean Groth qui décrit la troupe amassée dans la gare dans la nuit du 6 au 7 août 1914, attendant sous une pluie battante que le train soit formé : « Les hommes trempés ne murmurent pas » 10.

1.2. Les sous-officiers

13Cette description est celle livrée dans ses mémoires par un officier, le sous-lieutenant de réserve Jean Groth. Né à Granville, il est l’illustration même de ces familles qui, de génération en génération, fournissent la France en militaire puisque, en ce mois d’août 1914, le père de Jean Groth est un général à la tête d’une division territoriale tandis que son frère, lui aussi sous-lieutenant, combat au sein d’un bataillon de chasseurs à pied. Pourtant, volontiers perçue comme conservatrice, l’armée n’en est pas moins alors synonyme de perspectives d’ascension sociale pour nombre d’individus. Pour employer un vocable tinté de républicanisme, on pourrait même probablement parler ici de système méritocratique.

  • 11  Arch. Dép. I&V : 10 NU 35179 459.
  • 12  Il est possible que la perspective de la prime d’engagement se soit avérée être dans ce cas concre (...)
  • 13  Ibid., page 291. Cette disposition est effectivement prévue par l’article 59 de la loi du 15 juill (...)
  • 14  Arch. Dép. I&V : 1 R 1934.

14Au 47e régiment d’infanterie, c’est sans doute le corps des sous-officiers qui, au travers de quelques parcours, traduit le mieux cette réalité. Ainsi émile Jauny qui, né le 4 avril 1881 à Miniac-Morvan d’un père sabotier 11, effectue son service militaire au 47e RI entre 1902 et 1904, débutant en tant que simple soldat de 2e classe puis s’élevant au grade de caporal. Devant toutefois estimer cette position plus favorable à celle qu’il occupe dans le civil 12 – il est « domestique » à Paris – émile Jauny décide de s’engager en 1903 et de poursuivre son parcours au 47e RI alors qu’en tant que volontaire il avait légalement le choix de son affectation13. Promu sergent le 21 septembre 1904, il se réengage pour deux ans le 1er novembre de cette même année, prélude d’une série de contrats qui le conduisent à être militaire de carrière au 47e RI lors de la mobilisation générale. Au total, engagé pendant onze années dans l’armée, il ne connaît jusqu’à son décès le 6 octobre 1914 dans le Pas-de-Calais, qu’une seule unité, le 47e de Saint-Malo 14.

  • 15  La profession que mentionne son état signalétique et des services est celle de « cultivateur ». Au (...)
  • 16  Collection privée Gouin. état signalétique et des services de Jean Gouin. BAVCC/Mémoire des hommes
  • 17  Collection privée Gouin. état signalétique et des services de Jean Gouin.
  • 18  Collection privée Gouin. Faire-part du mariage de Jean Gouin. La casse a été respectée.
  • 19  Collection privée Gouin. état signalétique et des services de Jean Gouin. Voir aussi Maurin Jules, (...)

15Paradoxalement, pour ce type de profil, l’arrivée au régiment peut être synonyme d’une certaine fixation, tant sociale que géographique. Tel est par exemple le cas de Jean Gouin. Né le 21 avril 1874 à Saint-Georges de Reintembault, dans le canton de Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine), il travaille en tant qu’ouvrier agricole dans le Loiret 15, du côté de Pithiviers, lorsqu’il est appelé sous les drapeaux en 1894. Arrivé au 47e régiment d’infanterie en tant que simple soldat de 2e classe, il décide alors de faire sien le métier des armes. à l’instar d’émile Jauny, il inaugure une série d’engagements et de réengagements qui ne s’achèvent que le 6 octobre 1914, devant Arras, à Mercatel, lorsqu’il est « tué à l’ennemi » 16. Alors que l’on serait aujourd’hui volontiers enclin à considérer sa situation professionnelle sous l’angle d’une certaine précarité – ne s’agit-il pas d’une succession de contrats à durée déterminée ? –, Jean Gouin entame une période de sa vie qui conjugue à la fois enracinement local et élévation socio-professionnelle. Devenu caporal en 1896, il sort en effet du rang en 1897 pour devenir sergent 17. Trois ans plus tard, le 1er mai 1900, il se marie en l’église Notre-Dame Auxiliatrice de Rocabey avec une jeune femme dénommée Mathilde Simon. Signe d’un certain niveau social – autrement considéré en tout cas que celui de simple ouvrier agricole – le faire-part annonce le mariage de Monsieur Jean Gouin, « Sous-Officier au 47e Régiment d’Infanterie » 18. Comblé sur le plan personnel, il n’en poursuit pas moins sa progression professionnelle : adjudant en 1909 puis adjudant-chef en 1913, soit l’année même où est créé ce grade 19. Au total, il sert vingt ans au 47e RI au cours d’une carrière à la trajectoire ascensionnelle parfaitement rectiligne.

  • 20  Paroisse de Saint-Servan, Livre d’Or des Morts pour la Patrie, Rennes, Imprimerie Oberthur, 1920, (...)
  • 21  Arch. Dép. I&V : état-Civil de Gougères, 1883.
  • 22  Et non lors de la bataille de Charleroi comme l’indique le livre d’or de la paroisse de Saint-Serv (...)
  • 23  Rayé du contrôle des cadres du 47e RI le 30 août 1914, Jules Baladre est néanmoins déclaré officie (...)

16Bien entendu, tous les sous-officiers du 47e régiment d’infanterie ne témoignent pas de trajectoires aussi ascendantes. Ainsi Jules Baladre, adjudant de carrière à la 11e compagnie résidant rue Dick à Saint-Servan 20, solide gaillard d’un mètre soixante-seize aux cheveux châtains foncés, aux yeux gris, au front bombé et au nez « fort ». Né le 29 octobre 1883 à Fougères d’un père gendarme 21, il s’engage pour cinq ans en la mairie de Saint-Servan le 30 octobre 1901, jour où il est affecté au 47e régiment d’infanterie en tant que soldat de 2e classe sous le matricule n°2881. Nommé caporal le 1er mai 1902, puis sergent le 3 novembre de la même année, il est promu sergent-major le 24 août 1904. Rengagé pour deux ans le 15 novembre 1905, Jules Baladre débute ainsi une période de dix ans faite de contrats successifs qui s’achève le 26 septembre 1913, date à laquelle il signe son dernier engagement, pour trois ans. En effet, devenu adjudant le 21 février 1914 22, il disparaît lors de la bataille de Guise le 29 août 1914 à Audigny 23. Exemple même du sous-officier sorti du rang, Jules Baladre sert ainsi pendant treize ans en tant que militaire de carrière, toujours au sein du 47e régiment d’infanterie, s’élevant du statut de simple 2e classe au grade de sergent-major en seulement trois ans. Parcours certes remarquable mais qui replacé sur un temps plus long témoigne, notamment vis-à-vis de son père, d’une certaine tradition familiale puisque père et fils optent tous deux pour une carrière militaire, l’un dans la gendarmerie, l’autre dans l’infanterie. La différence est que dans ce cas on ne parlera pas de conservation sociale – comme pour un colonel fils de général par exemple – mais de stagnation.

Illustration 1 : Faire-part de mariage de Mathilde Limon et de Jean Gouin.

Illustration 1 : Faire-part de mariage de Mathilde Limon et de Jean Gouin.

(coll. Archives municipales de Saint-Malo)

1.3. Les officiers

  • 24  BAVCC/Mémoire des hommes.
  • 25  Arch. Nat. : LH/2196/27, Arch. Dép. I&V. : 10 NUM 35360 355 et 10 NUM 35271 550, Arch. Dép. Marne  (...)

17A priori, tout porte à croire que le groupe social des officiers du 47e régiment d’infanterie est une caste beaucoup moins ouverte que peut l’être celle des sous-officiers. La réalité est en fait plus nuancée. La base de données des morts pour la France du 47e régiment d’infanterie comporte en effet 88 officiers, dont 22 sont décédés en 1914 24. Or les archives laissent entrapercevoir un groupe beaucoup plus hétérogène que ne le suggère le singulier de l’expression « corps des officiers ». Parmi les parcours qu’il a été possible de reconstituer, il semble en effet possible de distinguer d’une part les individus produits d’une certaine hérédité, fils d’avocat, professeur ou d’officier ; d’une autre ceux qui témoignent d’une réelle ascension sociale, enfants de cultivateur, laboureur, ou journalier 25.

  • 26  Arch. Nat. : LH/2196/26 à 28.
  • 27  Arch. Mun. Rennes : 2 E 80, Arch. Dép. I&V : 10 NUM 35271 550, Arch. Dép Orne : 3NUMECEC163/3E2-16 (...)
  • 28  Arch. Dép. I&V : 10 NUM 35288 951, Arch. Mun. Paris : V4 E 745, Arch. Dép. CdN : état-civil Guinga (...)
  • 29  Arch. Dép. I&V : 10 NUM 35013 602.
  • 30  Arch. Dép. Morbihan : état-Civil de Quistinic.

18Pour ne citer qu’un exemple illustrant cette propension à la reproduction sociale, Daniel Poncet des Nouailles, le lieutenant-colonel qui commande l’unité en août 1914, est le fils d’un magistrat, mais également le neveu d’un officier 26. Mais, pour réel qu’il soit, ce cas de figure ne saurait masquer des trajectoires qui, loin d’être exceptionnelles, témoignent de ce que la situation d’officier au sein de l’armée française en août 1914 peut également résulter d’une indéniable ascension sociale. Les pères de Lucien Bleu, émile Dufresne et Joseph Raulet sont ainsi répertoriés au moment de la naissance de leur futur officier de fils en tant que journalier, cultivateur ou laboureur 27. Il en va de même pour les pères des capitaines Louis Canneva, Jean Renucci et Georges Lieutard ainsi que pour celui du sous-lieutenant Pierre Dufour, tous étant au moment de la naissance de leur enfant qualifiés d’employés, que ce soit dans une manufacture, aux contributions indirectes ou au télégraphe 28. Certes il s’agit là de conditions assez dissemblables – les perspectives n’étant sans doute pas les mêmes pour un employé de manufacture et des contributions – mais il n’en demeure pas moins que l’accession de ces enfants aux galons d’officier témoigne d’une élévation certaine sur l’échelle sociale. Semblable remarque doit sans doute être formulée pour Alexandre Danilo même si la profession de son père – il est armurier 29 – doit être pondérée par une évidente prédisposition familiale au métier des armes. Mais c’est probablement Jean Cano qui présente au sein du 47e RI la trajectoire sociale la plus ascendante. Né à Quistinic (Morbihan) en 1863, il contracte à Lorient un engagement volontaire à l’âge de 20 ans. Entré dans l’armée en tant que soldat de 2e classe, il sort progressivement du rang jusqu’à sa nomination au 47e RI en tant que capitaine le 12 juillet 1900. En douze ans, Jean Cano connaît donc une remarquable ascension au sein de cinq unités différentes, dont le 2e régiment étranger pendant trois ans. Marié en 1901, le fils d’un paysan de Quistinic dans le Morbihan que l’on peut supposer illettré 30 est devenu officier. Il réside désormais avec son épouse dans une de ces luxueuses villas du Sillon qui témoignent d’un certain statut, et dans le cas présent, d’une réelle élévation sociale.

19Bien qu’indéniable, un parcours tel que celui de Jean Cano paraît toutefois assez exceptionnel. C’est semble-t-il plus chez les sous-officiers que se trouvent, au sein du 47e régiment d’infanterie, des gradés d’extraction aussi modeste. Non pas qu’il y ait un plafond de verre entre ces deux groupes mais force est de constater que des trajectoires aussi ascendantes que celles de Jean Cano demeurent rares, ce qui ne signifie pas pour autant que seule la reproduction sociale prévaut au sein parmi les officiers d’une unité telle que le 47e RI.

  • 31  Arch. Dép. I&V : 2 Per 2966.
  • 32  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, héros et martyrs, 1914-1918, Saint-Malo (...)

20C’est donc sans surprise que l’on constate que parmi les militaires de carrière du 47e RI – il convient en effet de laisser ici de côté le cas particulier des conscrits – ceux qui paraissent posséder le patrimoine le plus important appartiennent au groupe des officiers, puisque ce sont eux qui touchent la plus grosse solde et possèdent les plus grands capitaux sociaux, culturels et symboliques, ce dernier étant éminemment important dans la société militaire. Si l’on se réfère aux adresses indiquées par l’annuaire d’Ille-et-Vilaine en 1914, on constate que plus de 54% des officiers du 47e régiment d’infanterie habitent dans une « villa », dont beaucoup se situent sur la prestigieuse promenade du Sillon 31. Plusieurs couples laissent de même apparaître des positions certaines de fortune. Louis Canneva est marié à une Ruellan, riche famille d’armateurs malouins qui compte même, dans la chambre bleu horizon, un député, Charles 32. Dans un rapport – mais sans doute conviendrait-il plutôt de parler de fiche – daté de 1904, le sous-préfet de Saint-Malo dresse un portrait intéressant du patron du 47e RI :

  • 33  Arch. Dép. I&V : 2 R 201, rapport du Sous-préfet de Saint-Malo au Préfet d’Ille-et-Vilaine daté du (...)

« Le Colonel Sauzède n’a pas d’enfants, il est marié depuis quelques années seulement avec une femme charmante ; ils sont ici très appréciés, reçoivent volontiers et fort bien. Le train de maison dénote une jolie situation de fortune » 33.

  • 34  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, loc. cit. ; Arch. Dép. I&V : 2 Per 2966

21Ce constat d’une relative opulence vaut probablement aussi pour les officiers de réserve, même si ce groupe nous est moins bien connu, les sources étant particulièrement lacunaires à ce sujet. Charles Ruellan, rencontré plus haut, est ainsi réserviste au 47e RI, de même que son frère Auguste 34.

  • 35  Le Bihan Jean, Au service de l’état, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Pre (...)
  • 36  Annales de la Société historique et archéologique de Saint-Malo, Année 1914, Saint-Servan, Jules H (...)
  • 37  « Membres ordinaires », Bulletin archéologique de l’association bretonne, 1er vol., t. 24, 46e con (...)
  • 38  « Liste des membres de la société bretonne de géographie en 1907 », Bulletins de la Société Breton (...)

22Aussi n’est-il finalement pas surprenant de voir certains de ces officiers du 47e RI aspirer au « grand monde » et fréquenter certains cercles de notabilité. En 1914, le capitaine Le Comte de la Goutte est ainsi membre de la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Saint-Malo, l’érudition et les sociétés savantes étant un moyen bien connu de pénétrer une certaine notabilité 35. Là, il peut côtoyer – outre le sous-préfet, le maire et le curé de Saint-Malo ainsi que Monseigneur Duchesne, membre de l’Académie française, et tous présidents d’honneur de la société – plusieurs officiers parmi lesquels le général de brigade Henri Magon de la Giclais, ancien combattant des guerres de 1870-71 qui est rappelé à l’activité en 1914, mais également un officier du 151e RI, unité casernée à Verdun, un autre du 48e de Guingamp… ainsi que des médecins, des notaires, des magistrats, des professeurs agrégés, des négociants, des armateurs, des fonctionnaires intermédiaires et même des parlementaires 36. Point d’officier du 47e RI à la très conservatrice Association bretonne, mais sans doute faut-il n’y déceler qu’un fruit du hasard puisqu’on y retrouve un certain Morel, capitaine au 116e RI 37. Il en va de même en ce qui concerne la Société bretonne de géographie. Basée à Lorient, cette association compte dans ses rangs plusieurs officiers du 62e RI, unité casernée en cette ville 38.

  • 39  Tuloup François, Saint-Malo, histoire générale, Paris, éditions Klincksieck, 1985, pp. 489-491.
  • 40  « Les préparatifs de la fête », L’Ouest-éclair, n°3070, 9 juin 1907, page 4.
  • 41  Tuloup François, Saint-Malo, histoire générale, loc. cit., page 518.

23Il est vrai qu’il incombe aux officiers du 47e RI un certain devoir de représentation qui les amène, en quelques occasions bien spécifiques, à fréquenter la bonne société locale. En 1889, à l’occasion du mouillage de l’escadre du Nord, Saint-Malo organise de nombreuses manifestations, semble-t-il aussi patriotiques que mondaines. Entre autres personnalités remarquées lors du bal donné pour la circonstance, un officier du 47e RI. Le 50e anniversaire de la mort de Chateaubriand donne aussi lieu à de grandes célébrations, au premier rang desquelles figure la musique du 47e RI 39. Celle-ci, ainsi que plusieurs officiers, est également impliquée dans des échanges avec l’East Surrey batallion de Jersey, organisés dans le cadre de l’Entente cordiale 40. Enfin, chaque année, la revue du 14 juillet assurée par le 47e est un événement où le « tout Saint-Malo » aime à se montrer 41.

  • 42  Sur ce sujet en particulier voir Goya Michel, « La pensée militaire française, 1871-1914 », Les Ca (...)
  • 43  Arch. Dép. I&V : 11 R 255, Ordre du jour du 10e corps n°369, 22 novembre 1905.
  • 44  Paroisse de Saint-Servan, Livre d’Or des Morts pour la Patrie, op. cit., page 113.

24On sait par ailleurs que l’officier français de la Belle Époque est un homme instruit qui se pique volontiers de travaux techniques, de recherches historiques ou de réflexions stratégiques 42. Les archives du 10e corps gardent ainsi la trace de nombreuses « études » et autres « conférences » sur des sujets très divers – de « l’automobilisme aux armées » à « l’expansion coloniale française ». S’il n’est pas le régiment le plus félicité de la 10e région – cette place étant dévolue au 41e RI de Rennes sans que l’on puisse dire s’il s’agit d’une réelle prééminence intellectuelle ou d’une conséquence d’une certaine proximité avec l’état-major du 10e corps –, le 47e RI sait tenir son rang. En 1905, le capitaine Laugery est ainsi félicité pour son étude sur « le rôle important des points d’appuis sur le champ de bataille » 43. Le capitaine Alfred Hulot de Collart s’intéresse pour sa part au passé de son unité, entreprenant d’en rédiger l’historique depuis 1644 44.

Illustration 2 : Carte postale présentant un concert de la musique du 47e RI.

Illustration 2 : Carte postale présentant un concert de la musique du 47e RI.

(coll. Archives municipales de Saint-Malo)

  • 45  SHD-DAT : 26 N 636/9, JMO 47e RI, 1er décembre 1917.
  • 46  « Le concours de musique », L’Ouest-éclair, n°5347, 16 août 1913, page 4.
  • 47  « Union des Femmes de France », Paramé mondain. écho des plages de Paramé et Rothéneuf, n°8, 26 ao (...)

25Les arts, et plus particulièrement la musique, sont également prisés des officiers. En août 1913, le chef de la musique du 47e RI – un certain Guirand dont la présence est attestée au sein de l’unité jusqu’en décembre 1917 45 – est membre du jury d’un concours organisé à Vannes par la Fédération musicale de France. à cette occasion, il fréquente des homologues appartenant entre autres au 116e et 65e RI. Mais surtout il siège auprès du directeur de l’harmonie municipale de Saumur, d’un lauréat du prix de Rome et du compositeur breton Guy Ropartz 46. En août 1894, c’est le maître d’armes du 47e qui est à l’honneur. C’est en effet lui qui s’occupe de la décoration du casino de Paramé à l’occasion du grand bal de charité de l’Union des femmes de France, temps fort de la saison mondaine 47. Il est également à peu près hors de doute que parmi les beautiful people de la saison des courses de l’hippodrome de Saint-Malo figurent quelques officiers du 47e RI. De même en ce qui concerne les régates, le yachting étant une activité prisée du beau-monde. à ces sociabilités entre officiers, il convient également d’ajouter aussi les liens, encore plus invisibles dans les archives, noués entre femmes d’officiers du 47e RI.

  • 48  Tuloup François, Saint-Malo, histoire générale, Paris, éditions Klincksieck, 1985, page 467, rappo (...)

26Mais derrière certaines situations de réelle prospérité, le corps des officiers du 47e régiment d’infanterie est en réalité, à la veille de la Première Guerre mondiale, assez hétérogène. S’il y a bien évidemment des gradés qui occupent quelques-unes de ces villas qui se construisent alors sur la côte, tous ne sont pas logés à la même enseigne. D’ailleurs, le premier point qui interpelle lorsque l’on regarde où résident ces officiers est la proximité de leur domicile avec leur lieu de travail. Aucun ne réside à Dinard, ni à Rothéneuf. Plusieurs paramètres assez divers peuvent expliquer cet état de fait. Saint-Malo est une sous-préfecture qui offre des perspectives en termes de sociabilité et est donc certainement plus attractive qu’une commune périphérique, ce d’autant plus que les transports – notamment pour Dinard – peuvent s’avérer problématiques 48. De plus, il est certain que les nécessités du service obligent ces officiers à résider près de leur travail. Aussi n’est-il finalement pas étonnant de retrouver ces résidences regroupées en trois îlots, l’un à Saint-Malo intramuros, près de la caserne du Château, un autre à Saint-Servan, à proximité de la caserne de la Concorde, et un troisième, enfin, le plus étiré, de part et d’autre de la caserne Rocabey et du terrain de manœuvres, le long du front de mer.

  • 49  Chanet Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire, 1871-1 (...)

27Il est hors de doute que pour une commune, la résidence d’un ou plusieurs officiers est une agréable perspective. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à se rappeler l’ensemble des démarches effectuées par les villes dans les années 1870 pour obtenir une garnison, ou dans les années 1930 pour éviter qu’elles ne s’en aillent ou qu’elles ne soient dissoutes 49. Au tournant du siècle, la situation est telle que les communes paraissent rivaliser entre elles pour accueillir les officiers du 47e RI sur leur territoire. En 1912, le syndicat d’initiative de Paramé prévoit ainsi de tenter une démarche auprès du commandant de la garnison de Saint-Malo afin qu’il permette – ce sont les fameuses nécessités du service évoquées plus haut – aux officiers du 47e RI de venir habiter Paramé et plus particulièrement le joli quartier de Rochebonne. Or, si une telle démarche est tentée, ce n’est pas tant pour une question de prestige que dans l’espérance de retombées économiques :

  • 50  « Habitation des Officiers du 47e », Paramé journal, n°4, 23 juin 1912, page 2.

« Il sera en effet tout naturel, lorsque le Syndicat d’Initiative offrira aux familles de soldats du 47e régiment les avantages de la Mutualité Maternelle, de demander en retour que les familles des officiers de ce régiment puissent séjourner dans notre commune et favoriser ainsi les intérêts de nos commerçants » 50.

28Mais si les officiers représentent assurément le groupe social le plus favorisé au sein de cette microsociété qu’est le 47e RI, la proximité géographique qui unit ces collègues ne doit pas pour autant masquer les disparités qui règnent entre ces gradés. Autrement dit, au sein des plus favorisés, il y a des personnes disposant de revenus confortables, des « très riches », et des « encore plus riches ». En effet, en termes de confort, il n’y a sans doute pas grand-chose de comparable entre un appartement de la rue Saint-Vincent dans la ville close de Saint-Malo et une récente villa du Sillon. Si l’une est certainement très lumineuse et bénéficie de tout le confort moderne – eau courante… – tel n’est probablement pas le cas des logements situés dans ces anciens hôtels particuliers érigés par les Messieurs de Saint-Malo au XVIIIe siècle, c’est-à-dire au temps du commerce avec les Indes et de la guerre de course. Certes, ces logements sont sans doute sans comparaison avec l’habitat rural en pays malouin au tournant du siècle, les fermes étant le plus souvent constituées d’une pièce à vivre avec en terre battue. Bien entendu, tous les conscrits du 47e régiment d’infanterie ne sont pas journaliers ou laboureurs et il n’en demeure pas moins que les officiers constituent assurément un groupe assez privilégié au sein de l’unité, mais cette position ne doit pas conduire à éluder les profondes disparités pouvant exister entre ces gradés.

Figure 2 : Habitat des officiers du 47e RI suivant les adresses indiquées par l’annuaire d’Ille-et-Vilaine pour l’année 1914.

Figure 2 : Habitat des officiers du 47e RI suivant les adresses indiquées par l’annuaire d’Ille-et-Vilaine pour l’année 1914.
  • 51  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, op. cit., page 81.
  • 52  La lecture de Jouquand Christian, La franc-maçonnerie à Saint-Malo et sur la Côte d’émeraude, Sain (...)

29Celles-ci sont matérielles mais peuvent être également d’ordre politique. C’est d’ailleurs là un intérêt sans doute inattendu des fiches du fameux scandale du même nom que de pouvoir découvrir une certaine diversité d’opinions parmi les officiers du 47e RI. Certains se montrent particulièrement « cléricaux » et peut-être même sans doute hostiles à la République. Officier de réserve au 47e régiment d’infanterie, Charles Ruellan est élu député en 1919 sur une liste Action française. De même, il est à peu près certain que ces convictions sont partagées par son beau-frère, le capitaine Louis Canneva qui, lors de la mobilisation générale, assure la fonction d’adjoint au chef de corps 51. à l’inverse, rien n’interdit de penser qu’un ou plusieurs officiers du 47e régiment d’infanterie appartiennent à une loge maçonnique même si, force est d’admettre, que nous n’en avons pas trouvé dans les archives52.

  • 53  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., pp. 648-649.

30En définitive, le 47e régiment d’infanterie s’apparente à bien des égards à une microsociété, terme compris ici en tant que groupement humain de dimension modeste mais qui ne saurait pour autant être confondu avec la « vie en société ». En effet, si les hommes du 47e RI sont amenés du fait de la guerre à développer entre eux des liens de sociabilité, ce groupement humain relève d’une situation qui demeure exceptionnelle – la guerre – et doit donc être placé sur un plan différent de la vie « d’avant ». On rappellera également que la microsociété qu’est le 47e régiment d’infanterie est un monde uniquement masculin, ce qui sans conteste le distingue d’une société « normale » 53. De ce point de vue, l’entrée en guerre ne modifie en rien la vie militaire.

31Ces réserves formulées, le 47e régiment d’infanterie apparaît néanmoins comme un moyen efficace de pénétrer la société de l’époque puisque, à gros traits, parmi les officiers qui le dirigent servent des jésuites, des maçons… et des « indifférents ». De plus, comme toute communauté, celle des officiers du 47e RI est nécessairement jalonnée de luttes intestines, profondes inimitiés, conflits plus ou moins larvés et autres ambitions professionnelles rivales. Bien sûr, si ces dernières concernent également les sous-officiers de carrière, tel est moins le cas pour les hommes du rang touchés par la conscription, même si, à l’évidence, quelques-uns d’entre eux au moins peuvent avoir certaines ambitions à faire valoir.

32Nonobstant, gageons que nombreux sont les « pays » à importer au régiment leurs antécédents de la vie civile : rivalités amoureuses, échauffourées de boisson, dettes de jeu, concurrence parfois déloyale pour l’acquisition d’une parcelle… tout un inventaire à la Prévert qui, là encore, érige le 47e RI en un bon résumé de la comédie humaine. C’est d’ailleurs bien là un des miracles de l’Union sacrée que de faire marcher ensemble contre l’Allemagne des hommes d’une même unité, sous le même drapeau de la République, alors que, quelques années auparavant, certains d’entre eux refusaient d’obéir aux réquisitions découlant de la séparation de l’église et de l’état tandis que d’autres applaudissaient à tout rompre aux discours d’émile Combes.

Notes

1  Rappelons que l’actuelle ville de Saint-Malo est à l’époque composée de trois communes distinctes : Saint-Malo, Paramé et Saint-Servan (voir plus loin figure 2, page 35).

2  Arch. Mun. Rennes : H54-4. Auguste Quintin est répertorié comme enfant assisté de la Seine.

3  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.

4  Pour de plus amples renseignements sur la mention « Mort pour la France », le fichier Mémoire des hommes et son emploi dans le cadre d’une monographie régimentaire consacrée au 47e régiment d’infanterie on renverra à Le Gall Erwan, « Saint-Malo, la Bretagne, la France : des multiples inscriptions territoriales du 47e régiment d’infanterie », in Bourlet Michaël, Lagadec Yann, Le Gall Erwan (dir.), Petites Patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, pp. 63-79.

5  BAVCC/Mémoire des hommes. Rappelons pour mémoire que la subdivision de Saint-Malo est à cheval sur l’Ille-et-Vilaine et les Côtes-du-Nord.

6  BAVCC/Mémoire des hommes.

7  Sur cette question, parmi une bibliographie abondante, on renverra à Chanet Jean-François, Vers l’armée nouvelle, République conservatrice et réforme militaire, 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006 ; Boulanger Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution républicaine, 1914-1922, Paris, Economica, 2001 et Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit.

8  BAVCC/Mémoire des hommes.

9  Becker Jean-Jacques, 1914, Comment les français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977.

10  Groth Jean, Récit de l’évasion du capitaine Groth, op. cit., page 15.

11  Arch. Dép. I&V : 10 NU 35179 459.

12  Il est possible que la perspective de la prime d’engagement se soit avérée être dans ce cas concret un facteur déterminant. Voir Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., page 263.

13  Ibid., page 291. Cette disposition est effectivement prévue par l’article 59 de la loi du 15 juillet 1889 renforcée par l’article 60 de la loi du 21 mars 1905.

14  Arch. Dép. I&V : 1 R 1934.

15  La profession que mentionne son état signalétique et des services est celle de « cultivateur ». Au sens propre, cela signifie qu’il cultive la terre, non qu’il la possède. Il faut donc sans doute entendre qu’il est ouvrier agricole.

16  Collection privée Gouin. état signalétique et des services de Jean Gouin. BAVCC/Mémoire des hommes.

17  Collection privée Gouin. état signalétique et des services de Jean Gouin.

18  Collection privée Gouin. Faire-part du mariage de Jean Gouin. La casse a été respectée.

19  Collection privée Gouin. état signalétique et des services de Jean Gouin. Voir aussi Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit. page 317.

20  Paroisse de Saint-Servan, Livre d’Or des Morts pour la Patrie, Rennes, Imprimerie Oberthur, 1920, page 44.

21  Arch. Dép. I&V : état-Civil de Gougères, 1883.

22  Et non lors de la bataille de Charleroi comme l’indique le livre d’or de la paroisse de Saint-Servan.

23  Rayé du contrôle des cadres du 47e RI le 30 août 1914, Jules Baladre est néanmoins déclaré officiellement décédé en décembre 1917, même si le jugement déclaratif prononcé par le tribunal de Saint-Malo n’intervient qu’en 1920. Exhumée et identifiée, sa dépouille est transférée et inhumée au cimetière militaire de la Désolation (tombe n°662), situé à deux kilomètres au sud de Guise. Arch. Dép. I&V : 1 R 1968. BAVCC/Mémoire des hommes.

24  BAVCC/Mémoire des hommes.

25  Arch. Nat. : LH/2196/27, Arch. Dép. I&V. : 10 NUM 35360 355 et 10 NUM 35271 550, Arch. Dép. Marne : 2 E 119/154, Arch. Mun. Rennes : 2 E 80 et Arch. Dép. CdN : état-civil Laurénan.

26  Arch. Nat. : LH/2196/26 à 28.

27  Arch. Mun. Rennes : 2 E 80, Arch. Dép. I&V : 10 NUM 35271 550, Arch. Dép Orne : 3NUMECEC163/3E2-163-13, Arch. Dép. CdN : état-civil Laurénan.

28  Arch. Dép. I&V : 10 NUM 35288 951, Arch. Mun. Paris : V4 E 745, Arch. Dép. CdN : état-civil Guingamp, Arch. Dép. Var : 7 E 7/42.

29  Arch. Dép. I&V : 10 NUM 35013 602.

30  Arch. Dép. Morbihan : état-Civil de Quistinic.

31  Arch. Dép. I&V : 2 Per 2966.

32  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, héros et martyrs, 1914-1918, Saint-Malo, éditions Cristel, 2011, page 81.

33  Arch. Dép. I&V : 2 R 201, rapport du Sous-préfet de Saint-Malo au Préfet d’Ille-et-Vilaine daté du 2 août 1904.

34  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, loc. cit. ; Arch. Dép. I&V : 2 Per 2966.

35  Le Bihan Jean, Au service de l’état, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, pp. 134-141.

36  Annales de la Société historique et archéologique de Saint-Malo, Année 1914, Saint-Servan, Jules Haize, 1915 ; Arch. Nat. : LH/1688/17.

37  « Membres ordinaires », Bulletin archéologique de l’association bretonne, 1er vol., t. 24, 46e congrès, 1906, page 84.

38  « Liste des membres de la société bretonne de géographie en 1907 », Bulletins de la Société Bretonne de géographie, 25e année, Bulletin n°101, 1er et 2e semestre 1907, pp. 47-52

39  Tuloup François, Saint-Malo, histoire générale, Paris, éditions Klincksieck, 1985, pp. 489-491.

40  « Les préparatifs de la fête », L’Ouest-éclair, n°3070, 9 juin 1907, page 4.

41  Tuloup François, Saint-Malo, histoire générale, loc. cit., page 518.

42  Sur ce sujet en particulier voir Goya Michel, « La pensée militaire française, 1871-1914 », Les Cahiers du CESAT, n°11, mars 2008, pp. 9-15.

43  Arch. Dép. I&V : 11 R 255, Ordre du jour du 10e corps n°369, 22 novembre 1905.

44  Paroisse de Saint-Servan, Livre d’Or des Morts pour la Patrie, op. cit., page 113.

45  SHD-DAT : 26 N 636/9, JMO 47e RI, 1er décembre 1917.

46  « Le concours de musique », L’Ouest-éclair, n°5347, 16 août 1913, page 4.

47  « Union des Femmes de France », Paramé mondain. écho des plages de Paramé et Rothéneuf, n°8, 26 août 1894, page 4.

48  Tuloup François, Saint-Malo, histoire générale, Paris, éditions Klincksieck, 1985, page 467, rapporte que les trois communes de Saint-Malo, Paramé et Saint-Servan sont reliées dès 1872 par un système de tramways assurant un départ toutes les trente minutes, quinze minutes pendant la saison balnéaire. Le croisement entre les différentes lignes s’effectue de plus à Rocabey, au niveau de l’usine à gaz, entre la caserne et la mer.

49  Chanet Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire, 1871-1879, op. cit., pp. 165-200, « Le coût de l’urgence ». Arch. Dép I&V. : 1 J 70, coupures de presses relatives à la dissolution du 10e corps en mai 1934.

50  « Habitation des Officiers du 47e », Paramé journal, n°4, 23 juin 1912, page 2.

51  Jean Marc (édition présentée par), Les dix frères Ruellan, op. cit., page 81.

52  La lecture de Jouquand Christian, La franc-maçonnerie à Saint-Malo et sur la Côte d’émeraude, Saint-Malo, autoédition, 2009 laisse entendre que pour la période qui nous intéresse les archives ont disparues. Kerjean Daniel, Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France, 1748-1998 : 250 ans dans la ville, Rennes, Presses universitaires des Rennes, 2005, Annuaire Troisième République 1872-1940, pp. 345-357 démontre que plusieurs officiers du 70e RI de Vitré sont maçons.

53  Maurin Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens, op. cit., pp. 648-649.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La vie militaire d’un individu telle que prévue à la suite de la loi de 1913 portant la durée du service national à trois ans.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Illustration 1 : Faire-part de mariage de Mathilde Limon et de Jean Gouin.
Crédits (coll. Archives municipales de Saint-Malo)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1287/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Illustration 2 : Carte postale présentant un concert de la musique du 47e RI.
Crédits (coll. Archives municipales de Saint-Malo)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1287/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Titre Figure 2 : Habitat des officiers du 47e RI suivant les adresses indiquées par l’annuaire d’Ille-et-Vilaine pour l’année 1914.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1287/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Éditions Codex, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search