Version classiqueVersion mobile

Comprendre le monument aux morts

 | 
Franck David

Quelques études de monuments aux morts…

Texte intégral

1Il s’agit clairement de montrer combien ces monuments ont toute leur place dans le patrimoine des trente-six mille communes françaises, de métropole ou d’outre-mer. Volontairement a été choisi un monument tout à fait commun, sans statuaire ni signature d’artiste, a priori sans intérêt.

Moutiers-sur-Lay (Vendée)

2La Première Guerre mondiale a marqué les esprits par l’ampleur de la saignée humaine et le souvenir qu’en ont gardé les survivants. Dans la quasi-totalité des communes françaises, les municipalités ont décidé d’inscrire dans le paysage la mémoire du deuil à travers un monument aux morts. Ce monument, à un siècle de distance, nous raconte quelques fragments d’histoires oubliées. Quel message nous adresse aujourd’hui le monument aux morts des Moutiers ?

Dès 1919, le devoir de commémoration

3Alors que beaucoup de communes attendent les années 1920, les Moutierois se sont préoccupés très tôt d’ériger un monument aux morts. Une délibération du conseil municipal a été votée en ce sens dès le 22 juin 1919.

« Le Conseil municipal considérant qu’il est de son devoir de commémorer l’héroïsme des soldats de la commune morts pour la Patrie décide d’inscrire au budget primitif de 1920 une somme de 1000 F destinée à l’érection d’un monument sur la place publique des Moutiers-sur-le-Lay ».

4La précocité d’une telle démarche, sept mois après l’armistice du 11 novembre, peut étonner. Mais si l’on parcourt les pages des registres où sont consignés à la plume les débats de l’assemblée locale, on découvre la disparition dès les premières années du conflit du maire et de son adjoint. Le conseil municipal a donc été décapité et l’on comprend le désarroi qui a pu alors saisir la commune. Il faut ajouter que les Moutiers ont payé un lourd tribut ; 58 de ses hommes sont morts quand le recensement de 1911 indiquait 928 habitants. La France a perdu 3,3% de sa population avec 1 315 000 « Morts pour la France » ; Moutiers-sur-Lay en a perdu 6,25%, soit près du double ! C’est pourquoi une grande partie des délibérations municipales des années 1919-1920 traite de l’assistance aux soutiens de famille, aux femmes, aux pupilles de la nation.

5Un tel chiffre permet de comprendre aussi la décision initiale d’ériger le monument au cœur du village, sur la place, dans la proximité immédiate à la fois de l’église, qui marque l’attachement à la religion et de la mairie, qui représente l’état républicain. Il s’agissait de concentrer en un lieu unique et partagé par tous le deuil de chaque famille. Il convient aussi de prendre à témoin les habitants – les enfants notamment – du sacrifice de la commune.

L’emplacement : un choix difficile

6Le village – un peu moins d’un millier d’âmes au début du siècle – s’est naturellement interrogé sur l’emplacement du monument. Comme partout ailleurs le poids des symboles conjugué à la douleur du deuil rendent le choix difficile. Entre la mairie, le clocher, l’école ou le cimetière, les discussions ont certainement été vives.

7Cependant, même s’il n’est pas à l’origine du processus, l’état garde un œil sur l’édification de ces monuments. Dans chaque département une commission préfectorale est chargée de superviser les projets. Surtout, les préfets doivent veiller à ce qu’ils restent conformes aux valeurs républicaines. Tous doivent recevoir l’aval de la commission. La municipalité des Moutiers est ainsi obligée de suivre l’injonction préfectorale et envisage un lieu moins ostentatoire. L’assemblée municipale du 28 mars 1920 en rend compte dans des termes peu équivoques.

« Monsieur le Président donne lecture de la lettre de M. le Préfet de la Vendée […] l’emplacement du cimetière pour un monument aux Morts de la France avec emblème religieux ».

8On voit bien ici les prolongements du conflit inhérent à la promulgation de la loi de 1905 sur la laïcité et l’aspiration de certaines populations, particulièrement dans ces régions de l’ouest de la France – dans le bocage vendéen – d’apposer sur leur monument aux morts un symbole explicite de leur attachement au catholicisme.

9Cela a parfois donné lieu à des oppositions vives, à des stratégies de dissimulation ou de transformation du projet a posteriori pour y ajouter une croix, mais dans le cas présent le préfet, représentant direct de l’état dans un département singulièrement attaché à sa foi, préfère transiger en imposant le cimetière, un espace certes public mais placé naturellement sous l’égide des croix latines, pour accepter de fait la présence du religieux. La grande majorité des villages vendéens opte finalement pour cet espace traditionnel du deuil.

10Situé à l’écart du bourg, le cimetière apparaît déjà sur le cadastre napoléonien de 1820. Dominant la vallée du Lay, le culte des défunts se hisse au-dessus du monde des vivants en même temps que le souvenir des disparus, maintenu légèrement à l’écart, semble veiller sur leur quotidien. Le monument se dresse dans l’allée centrale. Il est néanmoins isolé des sépultures par un périmètre plus ou moins délimité.

11Dans le cimetière, il perd tout à fait la dimension édifiante qu’il aurait eu sur la place publique. Il rejoint le culte des défunts, le deuil intime et s’inscrit d’emblée dans une logique de monument funéraire selon la typologie établie par l’historien Antoine Prost. Tout au long du conflit, c’est d’ailleurs à l’église et au cimetière que les proches venaient se recueillir suite à la disparition d’un soldat.

12Le 1er novembre devient naturellement la date qui associe les deuils intimes au deuil national. Ce n’est qu’à partir de 1922 que la date du 11 novembre, celle de l’armistice signé en forêt de Rethondes, s’impose pour la commémoration nationale.

Les caractéristiques d’un monument funéraire

13Le monument aux morts des Moutiers s’inscrit donc dans une tradition de monument funéraire avec quelques accents patriotiques.

14Il prend la forme d’un calvaire, représentation de la Passion, avec un Christ inscrit dans la silhouette massive d’une croix eucharistique. Le cercle de pierre, d’inspiration celtique, représente l’hostie. La symbolique est ici édifiante entre la Passion, le corps du Christ offert et le sacrifice des soldats tombés pour le pays.

15Le socle, massif, comporte sur ses quatre côtés l’inscription des noms des soldats « Morts pour la France ». Rappelons que cette appellation officielle est accordée sous certaines conditions et détermine le versement d’une pension militaire d’invalidité ou de victime de guerre.

16Aux morts de 14-18 ont été ajoutés ceux de 39-45 sur la face avant. Une inscription dédicatoire mentionne « Aux glorieux enfants des Moutiers-sur-Lay morts pour la Patrie guerre 1914-1918 ». à l’habituelle sobriété des « enfants » du village, la commune a donné une tonalité plus patriotique en ajoutant « glorieux » et en remplaçant « Morts pour la France » par « Morts pour la patrie ». Une palme et une couronne mortuaire complètent la symbolique pour évoquer la gloire, l’immortalité, et le deuil à partir de motifs végétaux sempervirents, qui ne meurent jamais.

17La couronne mortuaire, habituelle lors des funérailles, figure le cycle de la vie mais aussi la résurrection, d’autant qu’elle est ici traversée par la palme de l’immortalité. Elle peut donc être vue comme une note supplémentaire d’attachement à la foi catholique.

Le monument aux morts des Moutiers, installé dans le cimetière de la commune, à l’écart du bourg.

Le monument aux morts des Moutiers, installé dans le cimetière de la commune, à l’écart du bourg.

Les noms, autant de destins individuels brisés

18Les corps des soldats ne reviennent pas au village. Il ne reste d’eux, sur place, que des effets personnels et des familles endeuillées. Le monument aux morts se fixe comme tâche d’entretenir le souvenir de chacun d’eux à travers l’individualisation de l’hommage. Dans certaines communes des médaillons émaillés représentaient les portraits de ces hommes pour conférer une essence d’humanité à ces trop longues listes. Longtemps, lors de la cérémonie commémorative, les noms étaient énoncés à haute voix.

19Aux Moutiers, les morts sont rangés par ordre chronologique avec la mention du grade. Cette dernière précision, assez rare d’ordinaire, peut être perçue comme un reste de déférence à l’égard d’une certaine hiérarchie militaire, souvent empreinte dans ces terroirs de l’ouest d’une déférence à l’égard des élites. Un tel classement s’avère précieux pour mesurer à la fois l’hécatombe de certaines périodes en même temps que l’écrasante majorité des sans-grades. Le monde rural a payé un lourd tribut dans cette guerre des tranchées.

201914 : six noms pour les cinq premiers mois d’une guerre qui devait être courte, dont trois pour le seul mois de septembre et la célèbre contre-offensive sur la Marne.

211915 : dix-neuf morts dont six pour le mois de septembre, l’année la plus terrible pour l’armée française qui a déploré près de cinq cent mille morts.

221918 : seize noms pour la reprise des offensives qui ont conduit à la demande d’un armistice par l’Allemagne.

23Au-delà d’une liste désormais muette, il convient de retrouver la somme des vies tragiquement emportées par la guerre. Le recours aux archives militaires permet de retrouver les fiches individuelles de ces hommes, même si certains noms échappent à la recherche. Le site Mémoire des Hommes a mis en ligne les fiches de l’ensemble des « Morts pour la France » pour la Première Guerre mondiale. Grâce à elles on peut ainsi rendre plus « vivants » ces noms que le marbre chuchote.

24Ils avaient entre 19 et 37 ans, 26 ans et demi en moyenne. Eugène Baradeau, le plus jeune, avait 19 ans quand il a été englouti dans l’enfer de Verdun le 21 juin 1916. Le journal de son unité mentionne que les bombardements avaient commencé à trois heures du matin jusqu’à 17h50, sans répit, et qu’une attaque ennemie a suivi, finalement repoussée. Dans cette terrible journée est mort ce jeune homme.

25Gabriel Tisseau et Ferdinand Drapeau, respectivement 20 et 21 ans, deux copains sans doute, ont « disparu » à Seddul Bahr, en Turquie, lors de la dramatique offensive de Gallipoli, en mai et juin 1915. Marcel Bizet quant à lui est mort de maladie, au Tonkin (Indochine) ; Joseph Petitfils à Fez au Maroc.

26Soldats du rang pour la plupart ils sont morts « tués à l’ennemi » pour la moitié d’entre eux, des suites de blessure ou de maladie.

27Maximin Chevallier et Clément Guyau, tous deux natifs des Moutiers, se retrouvent incorporés au 120e Régiment d’infanterie engagé en février 1915 dans la Marne. Les assauts décrivent des combats acharnés, entre tranchées et boyaux, dans une terre détrempée par le dégel. Le 1er mars la journée est qualifiée de « calme » ; les soldats progressent dans la boue sous les tirs d’artillerie. Le bilan fait état de 31 morts (dont Maximin Chevallier), 54 blessés et 1 disparu. Quelques jours plus tard, en une journée de combats le 120e RI perd 130 tués et 150 disparus autour de Mesnil-les-Hurlus, un des villages détruits de la Première Guerre mondiale. Le 21 mars c’est au tour de son camarade de disparaître lors d’un bombardement ennemi. Ils avaient 24 et 28 ans.

28Et que dire de ces deux Balineau morts à un jour d’écart en octobre 1915. Tous deux portent parmi leurs prénoms celui de Célestin, ce qui laisse penser qu’ils sont frères ou du moins proches parents ; « tués à l’ennemi » le premier à 24 ans et le second à 37. On imagine la souffrance d’une mère, d’une famille anéantie, d’un village ébranlé.

Pandrignes (Corrèze)

29Petit village de Corrèze situé à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Tulle. – un peu moins de cinq cents âmes au début du siècle – s’est naturellement interrogé sur l’emplacement du monument. Comme partout ailleurs le poids des symboles conjugué à la douleur du deuil rendent le choix difficile. Entre la mairie, le clocher, l’école ou le cimetière les discussions ont certainement été vives. D’autant qu’à Pandrignes la mairie-école et l’église, situées sur deux hauteurs distinctes du bourg, offrent l’une comme l’autre une esplanade suffisamment vaste pour accueillir le monument et le cérémonial qu’il institue ; la République laïque ou l’ancrage religieux de la tradition funéraire…

30Pandrignes a placé ses morts sous l’égide de l’église, près de la religion qui traditionnellement accompagne les rythmes de la vie, du baptême à l’oraison funèbre. Accroché à la colline, le monument se trouve en surplomb du village, au-dessus de la communauté meurtrie par le deuil. Dans leur quotidien les habitants peuvent ainsi lever les yeux pour adresser une pensée aux disparus, le regard continuant son trajet ascendant vers l’église puis le ciel.

31L’espace sacré qui soustrait le monument à l’espace public est formalisé par un dallage au sol qui répond à celui de l’entrée de l’église. Le profane rejoint le religieux. La continuité entre ces deux pôles – mémoriel et religieux – se poursuit à travers le matériau de construction. Le même granit des murs de l’église a servi à la construction pyramidale du monument aux morts. Taillé dans la pierre locale la plus noble, il affiche ainsi une forme d’inaltérabilité et d’ancrage tellurique pour la mémoire des disparus.

Le monument aux morts de Pandrignes.

Le monument aux morts de Pandrignes.

(coll. David)

32La structure est sobre : un assemblage de blocs simplement orné d’un motif naïf s’apparentant à un élément végétal, comme pour insuffler un élément de vie dans l’austérité de l’appareil minéral. La pyramide est une forme canonique liée au culte des morts depuis la plus haute antiquité. De chaque côté la noblesse du bronze, lui aussi inaltérable, introduit un détail semi-précieux. Le chêne et le laurier se rejoignent pour soutenir une croix de guerre, décoration décernée à partir de 1915 pour bravoure militaire. La force d’un côté, la robustesse symbolisant la résistance opiniâtre des Poilus qui ont défendu leurs positions ; de l’autre l’image de la victoire avec le laurier des vainqueurs auréolant chaque soldat de la gloire consulaire. Sur la face du monument, une palme confère aux morts une renommée éternelle, une forme d’immortalité.

33L’inscription dédicatoire est sobre, sans emphase ni patriotisme exacerbé. Selon la formule consacrée les disparus restent par-delà la mort les enfants du village. Leurs noms se suivent sans distinction de grade par ordre alphabétique. « Morts pour la France » ils font l’objet d’un engagement de l’état d’assurer l’entretien de leurs sépultures dans les nécropoles nationales et le souvenir perpétuel de leur nom.

34Avec 461 habitants au recensement de 1911 Pandrignes aurait perdu 33 hommes, soit 7%, le double de la moyenne nationale et plus encore que la moyenne des pertes de la Corrèze, 3,96% de la population de 1911 qui en fait le septième département le plus meurtri. La grande majorité était simple soldat, à l’exception d’un médecin tué en février 1915 aux éparges ; presque tous fantassins de l’infanterie, quelques artilleurs. Quatre sont morts de maladie, deux « portés disparus » dans l’enfer des combats et les autres « tués à l’ennemi » ou morts des suites de leurs blessures. La moitié de la saignée s’est produite en 1914-1915 ; les offensives de 1918 apportant un nouveau contingent de deuils. Le plus jeune avait 21 ans, le plus âgé 43, la moyenne d’âge des morts s’établissant à 28 ans, âge de père de famille.

35L’impression générale qui se dégage du monument aux morts est celle de la sobriété et de la dignité. La pierre plutôt qu’une simple stèle ou un édifice maçonné montre un effort réel consenti par la municipalité. Tout excès de patriotisme a été proscrit. Il est convenu de reconnaître dans ces choix une forme plutôt funéraire mais sans mention explicite de la religion sauf la proximité immédiate de l’église. Blessée, la communauté s’est contentée d’accepter son deuil, dans la retenue et l’orgueil d’un monde rural qui a appris à souffrir dignement.

Deux destins brisés

36Jean-Baptiste Tintignac, né à Seilhac en 1892, a 22 ans lorsque la guerre éclate en août 1914. Soldat du 78e RI, il part dès le 5 août de Guéret et rejoint Troyes deux jours plus tard. Son régiment prend position dans la Marne non loin de la frontière belge. Le contact avec les troupes allemandes se fait le 28 août à la lisière d’un bois où elles sont embusquées. Plusieurs assauts sont repoussés et causent dans la journée près de 300 tués ou disparus et 550 blessés. En dix jours les positions françaises reculent de près de quarante kilomètres, se stabilisant entre Reims et Verdun, du côté de Suippes. Durant ce repli, le 78e RI subit le feu de l’ennemi sans pouvoir établir de position solide. Vingt-huit soldats sont tués et 254 portés disparus, dont Jean-Baptiste Tintignac.

37Ironie du sort, c’est sur ce même champ de bataille de la Marne que Pandrignes perd son dernier Poilu, tué à l’ennemi en octobre 1918. Antonin Charbonel, soldat de 23 ans a été incorporé à Tulle en 1915. Il a survécu à trois ans de guerre au sein du 131e RI. Dans ces premiers jours d’octobre 1918, il marche sur les pas mêmes de son aîné Tintignac, dans un mouvement non de repli mais d’offensive. Avec son régiment il passe à Suippes et remonte en direction de la frontière belge. Les 8 et 9 octobre, il subit un bombardement ennemi ; deux tentatives de reconnaissance sont arrêtées par des tirs violents de mitrailleuses allemandes. Le soldat Charbonnel fait partie des cinq tués.

Saint-Sardos (Tarn-et-Garonne)

38Dans cette petite commune viticole des coteaux de Garonne, le monument aux morts a été érigé à l’écart du noyau primitif, au milieu de la grande place publique et face à l’école. Lieu de déambulation, espace de rassemblement lors des fêtes et des marchés, le vaste espace projette loin la silhouette torturée du monument. Un simple dallage de pierre blanche délimite le périmètre sacré soustrait à l’espace public. On peut y voir le souhait de ne pas le tenir à l’écart mais au contraire de l’intégrer à l’espace de vie.

39Le monument se compose d’une statue en pierre blanche placée sur un socle en hauteur. Elle met en scène un soldat fauché dans sa course ; il tombe en arrière, la tête tournée vers le ciel et serre le poing, de rage ou de douleur. La représentation est plutôt réaliste dans l’élan du soldat subitement brisé. L’effet produit a justifié que l’édifice figure dans l’ouvrage Monuments de mémoire édité en son temps par le Secrétariat d’état aux anciens combattants. En revanche, elle est idéalisée par l’absence de tout ce qui constituait le quotidien et l’enfer du soldat – la boue, les cheveux et la barbe hirsute et plus encore la souffrance ; la tenue est impeccable et on ne perçoit aucune trace de blessure ni de sang. Image digne et présentable d’un soldat avec son équipement complet : uniforme, casque, à la ceinture cartouchière, besace, gourde, masque à gaz et baïonnette, souliers cloutés. Il meurt le fusil à la main.

Le monument aux morts de Saint-Sardos.

Le monument aux morts de Saint-Sardos.

40La représentation est héroïque mais sans être triomphante. L’accent est mis sur la perte, la mort, le sacrifice, dans une forme qui associe les blessés et les victimes de la guerre à ceux qui sont « morts pour la France ».

41La formule « hommage aux enfants de Saint-Sardos morts pour la Patrie » est gravée sur une plaque de marbre ornée d’une croix de guerre stylisée. Le choix de « Patrie » au lieu de « France » confère un accent patriotique à l’ensemble. La statuaire l’inscrit déjà largement dans une représentation du soldat dont le sacrifice au combat en fait une victime héroïque.

42Les noms des morts sont écrits eux aussi sur des plaques de marbre, matériau noble et inaltérable, comme le souvenir. Il y a 31 noms pour 1914-1918, rangés par année. Cela correspond, par rapport aux 832 habitants recensés en 1911, à 3,75% de la population. La moyenne nationale est d’environ 3% et celle du département 2,9%.

43Quelques erreurs sont à signaler :

  • Gen Guillaume mort le 9 novembre 1914.

  • Monbrun Simon en 1915 : il s’agirait plutôt de Mombrun Abdon Jean-Marie né en 1894 à St Sardos et mort le 24 octobre 1916.

  • Rispe Alban, mort le 9 juillet 1916.

44Il est inscrit aussi que le monument au mort a été inauguré le 24 avril 1921 en présence de M. Puis sous-secrétaire d’état, Zevort Préfet du Tarn-et-Garonne et Augé Conseiller d’arrondissement pour marquer la présence des représentants de l’état. La précocité de l’inauguration, deux ans et demi après l’armistice, témoigne de l’empressement d’une communauté à rendre hommage à ses disparus. Beaucoup de communes attendront la seconde moitié des années vingt pour inaugurer leur monument et de ce point de vue Saint-Sardos figure parmi les pionnières.

45Sur les 15 600 francs qu’a coûté le monument, les deux tiers sont couverts par une souscription publique, somme considérable. La plaque de l’inauguration mentionne d’ailleurs que « ce monument a été élevé par les habitants de la Commune de Saint-Sardos, le Conseil municipal et l’association des démobilisés », l’ordre d’énumération correspondant à la part prise dans le financement. Cela montre à quel point les monuments aux morts ont été érigés par les communes elles-mêmes, sans injonction de l’état, modèle s’il en est de la démocratie locale. En même temps, cela vient confirmer l’idée d’une commune éprouvée, qui en conséquence choisit de s’engager rapidement et unanimement dans la construction d’un monument. De plus, à une statue produite en série comme il en existe tant sur les catalogues des fonderies de l’époque, elle choisit une sculpture originale dont la tonalité exprime ce que la communauté toute entière ressent.

46Si l’on s’attarde sur les noms il ressort d’abord que l’année 1915 a été la plus meurtrière. Ce fut effectivement le cas pour l’armée française qui a perdu près de 500 000 hommes après les 300 000 des cinq mois de 1914. Ensuite, les offensives allemandes de 1918 puis la reprise de la guerre de mouvement ont causé de lourdes pertes. Les hommes de Saint-Sardos, comme beaucoup d’autres des petites communes rurales, étaient tous des fantassins, des soldats sans grade. Aucun officier ni sous-officier parmi eux. Le premier, Émile Feuga, est tombé le 22 août 1914 à la bataille de Bertrix, en Belgique, où tant d’autres jeunes hommes du sud-ouest ont succombé. Cela correspond étonnamment à l’une des journées les plus sanglantes de l’histoire militaire française qui aurait perdu ce 22 août 1914 près de vingt-sept mille hommes…

47Ils avaient entre 19 ans et demi pour Émile Sabathé mort à Ondes d’une pneumonie et 44 ans pour Arnaud Miquel, mort d’une phlébite en mars 1918, chez lui à Saint-Sardos ; en moyenne 27 ans et demi. C’étaient des fils, des frères, pour certains des maris, voire des pères.

Escazeaux (Tarn-et-Garonne)

48Cette notice fait partie d’un ensemble de vingt-sept présentations de monuments aux morts communaux réalisées avec des collégiens en 2010-2011. Couvrant une partie du Tarn-et-Garonne, elles ont été mises en lignes sur le site Chemins de Mémoire.

49Dans ce petit village du sud-ouest rural, le monument aux morts se trouve dans la partie ancienne du village, au milieu des vieilles pierres. Dans le cœur historique, à mi-chemin entre l’église et la mairie, il s’associe pleinement à l’héritage dans un positionnement habile entre le pôle religieux et le pôle civique. Édifié sur un promontoire il domine les coteaux de la Gimone et la mosaïque des champs cultivés.

50La commune a attribué un emplacement de choix au monument pour rendre hommage à ses « enfants morts pour la Patrie » en même temps qu’aux paysans qui ne sont pas revenus sur ces terres.

Le monument aux morts d’Escazeaux.

Le monument aux morts d’Escazeaux.

(coll. David)

51On retrouve dans cette très petite commune les caractéristiques d’un monument mi-funéraire mi-civique à la fois sobre et classique. Dans un espace sacré délimité par une grille en fer forgé, un socle porte un obélisque orné d’une palme et d’une branche de laurier sculptées dans la pierre. Une croix latine complète la composition, signe de deuil ou concession faite à la religiosité. Ici pas de bronze, pas de sculpture, dans la modestie des moyens de la commune. Les motifs végétaux sempervirents placent les morts sous le double signe de la gloire éternelle et du souvenir perpétuel.

52Vingt noms sont gravés sur des plaques de marbre – matériau noble et inaltérable.

53Plus rare, six d’entre eux sont groupés sous la mention « disparus », comme pour marquer encore davantage l’horreur de cette guerre qui a privé certains de sépulture. La population du village a perdu 5% de son effectif dans cette Grande Guerre, chiffre relativement élevé. Cela explique peut-être que le monument ait été financé essentiellement par une souscription et que le conseil municipal ait finalement voté un supplément de dépense pour « avoir l’honneur d’ériger un monument plus important ». Si la formule dédicatoire est sobre, on notera toutefois la préférence accordée au mot « Patrie » plutôt que « France ».

54à un siècle de distance et prenant la mesure de la dimension monumentale de l’hommage, on saisit le traumatisme de ces petites communes rurales qui ont perdu tant de fils de la terre dans les tranchées.

Maumusson (Tarn-et-Garonne)

55Le cas de Maumusson est assez singulier. Si l’on en croit les statistiques, la commune comptait 106 habitants au recensement de 1911. Or le monument comporte onze noms, onze soldats morts pour la France en 1914-1918. Avec ce chiffre étonnamment élevé, 10,4% de la population totale a été décimée, alors que la moyenne départementale s’établit à 2,9%. Cette minuscule commune de Lomagne peut véritablement être considérée comme martyre.

56Lorsqu’il s’est agi de réfléchir à l’emplacement du monument aux morts, les villageois l’ont voulu au cœur du cimetière, un peu à l’écart du bourg, parmi les défunts ; ni proche de l’église pour un quelconque secours de la religion, ni proche de la mairie pour une exaltation du sacrifice civique. La population a préféré le deuil, la peine enfouie à jamais à distance raisonnable du quotidien ; peine juste incarnée dans une symbolique de calcaire gris.

57Le monument n’est pas, comme c’est souvent le cas, mis à distance par une grille, une chaîne ou une marche délimitant l’espace sacré. Il trône là, au milieu des tombes, au contact direct des sépultures et des visiteurs. On peut le toucher, l’observer de près. Il fait partie intégrante du monde des vivants et de celui des morts.

58Car il mérite plus d’attention qu’il n’y paraît. Assailli par le temps il a fini par se fondre dans le décor. Pourtant, un examen attentif fait ressortir de nombreux détails. Le socle porte une base sculptée grossièrement. Au-dessus, des blocs de pierre dressés vers le ciel forment comme une corbeille. L’élément minéral, le plus inaltérable, accueille ainsi la base durable du souvenir. Il soutient un tronc d’arbre sectionné, décapité, comme les silhouettes calcinées des arbres des champs de bataille ; arbre de vie réduit à la verticalité inerte du tronc amputé de sa ramure. Le règne végétal, le vivant, symbolise ici la mort tragique, les existences brisées. Une branche cassée porte des feuilles de chêne et quelques glands. Il s’agit bien de cet arbre si noble, si robuste, fréquent dans ces contrées, symbole traditionnellement utilisé sur les monuments aux morts pour exalter la force. Ici au contraire il est brisé, comme les destins dont il honore la mémoire. Une croix de pierre, renversée, porte l’inscription « aux morts de la Grande Guerre ». Sobre, sans peine ni ressentiment, elle marque la retenue du deuil de la commune.

Le monument aux morts de Maumusson.

Le monument aux morts de Maumusson.

(coll. David)

59Une palme sculptée, rameau d’olivier ou de laurier, compense discrètement l’aspect funèbre du monument. Elle consacre la gloire éternelle des soldats.

60Tout en aspérité, le monument évoque le souvenir rugueux, douloureux et un peu brut que la commune a voulu témoigner à ses fils.

61Une plaque sculptée dans le même calcaire que le reste du monument porte les noms des onze soldats sous la formule « à la mémoire de ». Il n’est pas même fait référence à l’appellation officielle « morts pour la France » comme si la population avait voulu marquer sa désapprobation vis-à-vis de la mémoire officielle, la jugeant peut-être indécente.

62Tous ces détails font du monument aux morts de Maumusson un cas singulier digne d’attention.

63Lorsqu’on s’intéresse aux disparus, on prend conscience du traumatisme provoqué par la saignée dans la communauté. Cent six habitants, une vingtaine de familles tout au plus, onze hommes morts pour la France ! Cinq d’entre eux sont tombés dès les premiers mois, dont trois avant la mi-septembre 1914 et quatre en 1916. Ils ont été tués à l’ennemi ou sont morts des suites de leurs blessures dans des ambulances de campagne. Tous fantassins, soldats du rang à l’exception d’un caporal tué à 43 ans, ils illustrent la contribution des terroirs ruraux aux combats de la Grande Guerre. On comprend mieux alors l’étrange monument de Maumusson relégué à l’écart du village dans le modeste cimetière.

Table des illustrations

Légende « Le Conseil municipal considérant qu’il est de son devoir de commémorer l’héroïsme des soldats de la commune morts pour la Patrie décide d’inscrire au budget primitif de 1920 une somme de 1000 F destinée à l’érection d’un monument sur la place publique des Moutiers-sur-le-Lay ».
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-1.png
Fichier image/png, 130k
Légende « Monsieur le Président donne lecture de la lettre de M. le Préfet de la Vendée […] l’emplacement du cimetière pour un monument aux Morts de la France avec emblème religieux ».
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Le monument aux morts des Moutiers, installé dans le cimetière de la commune, à l’écart du bourg.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 794k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-6.png
Fichier image/png, 14k
Titre Le monument aux morts de Pandrignes.
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Titre Le monument aux morts de Saint-Sardos.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-10.gif
Fichier image/gif, 9,3k
Titre Le monument aux morts d’Escazeaux.
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Le monument aux morts de Maumusson.
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1249/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Éditions Codex, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search