Version classiqueVersion mobile

Comprendre le monument aux morts

 | 
Franck David

Prolonger l’étude du monument aux morts

Texte intégral

1Indéniablement inscrits dans leur époque, ces lieux de mémoire ont leur histoire, une histoire singulière en prise directe avec leur territoire. Leur perception, leur signification ont suivi les vicissitudes du temps. Chacun en leur place, ils ont accueilli le deuil, perpétué le souvenir, entretenu la mémoire. Aujourd’hui, ils se font livres d’histoires. Outre celle d’un groupe social avec ses disparus, il est aussi question d’aventures individuelles. Un million quatre-cent mille vies brutalement interrompues résumées dans des listes silencieuses. Mais pour peu qu’on les fasse parler, ces noms reprennent chair et racontent, chacun à leur manière, ce que fut la Grande Guerre. à un siècle de distance, le monument aux morts, un temps passionné, est devenu passionnant grâce aux outils et aux ressources mis à la disposition du public. Autant d’invitations à prolonger son étude.

Contribuer à l’inventaire des monuments aux morts

  • 1  Voir en fin de volume, dans la partie consacrée aux sources et à la bibliographie, les sites de re (...)

2Plusieurs sites internet se sont fixés comme objectif le recensement des monuments aux morts 1. Animés le plus souvent par des personnes passionnées, ils s’enrichissent peu à peu des contributions d’internautes dans une démarche collaborative. Forcément lacunaires compte tenu de l’immensité de la tâche à accomplir, ils proposent diverses démarches de la simple photographie à l’analyse détaillée des plus singulières. L’étude d’un monument aux morts peut dès lors légitimement se fixer comme objectif de contribuer à enrichir ce catalogue virtuel.

3L’initiative institutionnelle du site Chemins de mémoire 2 mérite d’être signalée. Le ministère de la Défense a confié à la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA), le soin de recenser les lieux de mémoire liés aux guerres contemporaines. Dans un souci de valorisation du tourisme de la mémoire, le public est invité à découvrir des éléments du patrimoine, notamment les monuments commémoratifs, à participer à leur inventaire et éventuellement à les présenter. Le tourisme de mémoire s’immisce peu à peu comme composante assumée du tourisme culturel. La parution d’un guide touristique exclusivement dévolu aux lieux de mémoire – champs de bataille, cimetières militaires, mémoriaux 3 – marque une étape dans les pratiques touristiques. Les efforts de la DMPA pour les rendre accessibles et intelligibles s’inscrivent de ce point de vue dans une politique mémorielle. La rubrique sur les monuments aux morts est accessible depuis la page d’accueil. Environ mille cinq cents monuments sont référencés, soit à peine 4% et encore moins si l’on considère que certaines notices ne traitent pas de la Guerre 14-18. En plus de cela, la grande majorité des notices déjà en ligne se contente de quelques informations indicatives ne proposant qu’une photographie du monument, sans description précise et encore moins d’explication. à terme, il devrait être possible d’enrichir l’iconographie de textes de présentation. L’évolution récente du site laisse augurer des initiatives plus audacieuses vers une véritable démarche collaborative. Déjà quelques-uns ont saisi l’occasion de valoriser le patrimoine de leur commune. Mais combien de véritables études documentées ? La méthode exposée plus haut gagnerait à susciter davantage d’audace en la matière.

4Accéder aux archives

5Depuis son ouverture en 2003, le site Mémoire des hommes 4 œuvre à la mise en ligne des documents numérisés et des informations issues des fonds d’archives du ministère de la Défense. Dans un souci de publicité des archives, cet effort remarquable est une invitation à la pratique de l’histoire. Qu’il soit permis de saluer la qualité du travail réalisé. Cela concerne d’abord les fiches individuelles des 1,4 million de soldats « morts pour la France » ainsi que les plus de soixante-dix mille fiches de ceux qui ont servi dans l’aéronautique militaire. Le site met également à disposition une autre ressource précieuse pour l’historien que sont les journaux des marches et opérations, des carnets de comptabilité en campagne, des journaux de bord, etc. de toutes les unités militaires engagées durant la Première Guerre mondiale. La manipulation de cet interface spécifique de consultation s’acquiert sans grande difficulté avec un peu d’accoutumance pour jongler entre les différentes fenêtres. La lecture est facilitée et la navigation dans ces carnets optimisée par l’indexation par année et par mois. Enfin, la numérisation conserve l’apparence et la personnalité des écritures, les hésitations ou les ratures et même de temps à autre des croquis en couleurs des dispositifs de défense du front 5. Autant d’émotions à retrouver dans la lecture de ces sources.

6Cela constitue une base de premier plan pour en apprendre davantage sur les noms inscrits au front du monument de nos communes, leurs unités, leur quotidien. Les renseignements demeurent succincts, forcément partiels, mais ce qui n’était qu’un nom gravé dans la pierre redevient alors un homme, un destin individuel.

7Les férus de généalogie sont devenus des familiers du site Mémoire des hommes. Ils ont développé de leur côté le site MémorialGenweb 6 qui entreprend le relevé des monuments aux morts, soldats et victimes civiles, français et étrangers, tués ou disparus par faits de guerre, morts en déportation, « morts pour la France ». à partir de l’un ou l’autre site, il devient possible d’accéder aux informations individuelles des soldats, le site ministériel restant la référence en la matière.

8Sans proposer une notice d’utilisation du site, les conseils qui suivent visent à formaliser les procédures de recherche ou d’identification. La page d’accueil propose un accès direct aux rubriques de la Première Guerre mondiale. Dans un premier temps, il importe de chercher parmi les « morts pour la France » ce qui conduira vers la fiche individuelle du soldat.

Une somme de destins individuels

9Le formulaire de recherche permet une requête à partir du nom. Pour trouver rapidement la bonne personne, il est préférable de renseigner aussi le département de naissance. Comme cela a déjà été mentionné plus haut, au début du XXe siècle, beaucoup de soldats sont nés dans la commune de leur dernière résidence, ou dans les environs. Le monde rural reste encore un monde relativement restreint. On trouve donc moins de nouveaux arrivants dans les régions agricoles pauvres que dans les régions plus prospères. Dans le cas de communes en limite de département, il pourra être nécessaire d’élargir la recherche. Les régions attractives ont déplacé ces jeunes hommes en quête d’un travail. Régions industrielles, villes rendent la recherche plus délicate ; plus l’activité était importante dans ces années de début de siècle, plus la zone s’étend.

10Le prénom peut servir pour affiner la recherche. Il faut savoir néanmoins qu’il n’était pas rare à cette époque que les hommes soient connus sous un autre prénom que celui de leur état civil. Ainsi, le prénom du monument aux morts peut-il ne pas correspondre à celui de la fiche individuelle. Il peut s’agir du second ou du troisième prénom, voire d’un autre. Plusieurs fois des recherches nominatives se sont confrontées à cet écueil. Alors il n’y a pas d’autre voie que de parcourir une à une toutes les fiches individuelles correspondant au nom recherché. La mention de la transcription dans le registre d’état civil de la commune correspond à celle de la dernière résidence – donc en général celle du monument aux morts –, qui peut différer de la commune de naissance.

11Il faut compter aussi avec les facéties des graveurs de pierre qui parfois se sont trompés dans l’orthographe du nom. L’imagination doit prendre le relais pour retrouver le nom répertorié dans la base…

12Les fiches individuelles donnent les informations sur :

  • l’identité du soldat, à savoir les nom et prénoms, la date et le lieu de naissance (commune et département),

  • l’identification aux armées (bureau, classe et numéro de recrutement), le grade, l’unité (régiment, bataillon…) et le numéro matricule,

  • les circonstances de la mort, en premier lieu la date et le lieu mais aussi et surtout le genre de mort (tué à l’ennemi, disparu, suites de blessures, maladie, mort en captivité, inconnu…).

  • la date et le lieu de transcription du décès.

13Le simple relevé de ces informations permet de commencer à faire revivre la mémoire d’un nom, choisi au hasard ou familier.

14à partir de là, le dépouillement exhaustif des noms du monument à partir des fiches individuelles est envisageable. La manipulation des outils de recherche du site produit des réflexes qui optimisent la rapidité d’exécution des tâches. Les pistes suggérées plus bas ont été balisées par des activités conduites avec des collégiens sur plusieurs monuments aux morts. Sans présenter de difficultés particulières, elles requièrent néanmoins du temps, un facteur précieux que quelques passionnés peuvent reprendre à leur profit.

  • 7  Pour les seuls mois d’août et septembre 1914 on recense, selon le musée des Invalides, 330 000 sol (...)
  • 8  Costes François, Tarn-et-Garonne.
  • 9  Beaumont-de-Lomagne, Tarn-et-Garonne.
  • 10  Gervais élie (24 ans) du 11e régiment d’infanterie, Labia Henri (23 ans), Laborde Pierre (36 ans) (...)

15à l’aide d’un logiciel simple – tableur ou base de données – le traitement des informations individuelles s’avère toujours démonstratif. Il rend tangible une réalité certes connue de tous les historiens mais que chacun peut vérifier auprès du monument de sa commune. Les classements par âge ou la moyenne d’âge permettent de prendre conscience de la « force vive » anéantie dans les tranchées. Ces noms qui furent des maris âgés de 25 à 35 ans ont laissé des femmes et des orphelins sans ressource ; les jeunes hommes de 20 ans et parfois moins n’auront pas eu de descendance. On prend alors conscience de la saignée démographique et du recul de la natalité, deux observations que révèle n’importe quelle pyramide des âges. Le classement par date de mort fait apparaître les grandes offensives, les périodes d’accalmie relative et l’hécatombe de 1914 : trois cent mille morts pour cinq mois de guerre ! L’année 1915 est la plus sanglante avec près de cinq cent mille morts dans les rangs de l’armée française 7. Le tri par régiment révèle le poids de l’infanterie. La guerre consomme du fantassin, pièce maîtresse – ou pion multiplié à l’envi – sur l’échiquier de la guerre de position. Le troupier domine d’ailleurs très largement avec çà et là quelques sous-officiers. Le genre de mort renvoie à l’image du charnier ; les « tué à l’ennemi » dominent très largement, les « suites de blessures de guerre » laissent poindre les souffrances endurées ; les maladies abondent, épidémies des chaleurs estivales ou au contraire des hivers froids et humides : fièvre typhoïde, tuberculose et pneumonie en disent long sur la rigueur des conditions climatiques et l’hygiène des tranchées. Les hasards de telles recherches révèlent parfois quelque trouvaille édifiante. Par exemple, une fiche individuelle 8 comporte la mention « suicide par coup de feu » ; celle-ci a été biffée et remplacée par « blessures de guerre ». Indulgence ? Réhabilitation ? Au gré des recoupements apparaissent des coïncidences ou des destins exceptionnels qui stimulent l’enquête, ressuscitent un peu ces jeunesses décapitées. Une recherche conduite par des élèves en 2010-2011 sur les cent douze noms d’une commune 9 a révélé que le 22 août 1914 quatre hommes du village ont été « tués à l’ennemi » au même endroit, lors de la triste bataille de Bertrix en Belgique 10. Cela correspond étonnamment à l’une des journées la plus sanglante de l’histoire militaire française qui aurait perdu ce 22 août 1914 près de vingt-sept mille hommes…

16Quel que soit le monument étudié, une recherche menée à l’échelle de la commune rend compte de la saignée et du traumatisme que la guerre a provoqués. Le monument raconte une somme de destins individuels et son étude en dégage une dimension humaine. à partir des fiches individuelles, son ancrage dans le territoire prend encore plus de force.

Les journaux des unités

17Sur le site Mémoire des hommes, une recherche à partir du régiment dans lequel le soldat a été affecté conduit au Journal des marches et opérations (JMO). Car parmi les trois armées, la marine et l’aviation demeurent minoritaires. L’immense majorité des noms gravés sur les monuments aux morts concerne l’armé de terre. On a alors accès aux JMO, tous numérisés et mis en ligne.

Journal des marches et opérations (JMO) de la 1re brigade d’infanterie dont la page 42 mentionne un éclat d’obus reçu le 20 septembre 1915 qui a percé le livret de part en part.

(SHD, GR 26 N 496/2)

  • 11  Les lignes suivantes sont extraites de la présentation des journaux des unités de l’armée de terre (...)

18Cette source de premier plan, véritable monument de papier, constitue la mémoire de toutes les unités ayant pris part à la Grande Guerre 11 :

« Ils totalisent environ 1 500 000 pages détaillant, jour après jour, avec précision et concision, les événements vécus par tous les corps de troupe engagés dans le conflit. […] Chaque jour sont notifiés les faits, combats, manœuvres, travaux ou reconnaissances, accompagnés des objectifs visés et des résultats obtenus. Sont aussi indiqués de manière systématique la composition du corps (effectifs, encadrement et mutations), les itinéraires suivis, les emplacements des camps ou des cantonnements, ainsi que les décorations et citations individuelles. Le texte peut se réduire à une chronologie très succincte, en raison même du rythme de la bataille : lors de la retraite d’août 1914 ou sous le bombardement de Verdun, le rédacteur ne disposait pas du temps nécessaire pour écrire une relation détaillée ».

19On apprend aussi que « quelques cahiers percés d’une balle ou d’un éclat sont là pour rappeler que les journaux étaient rédigés sur le vif et en première ligne [...] ».

20La navigation dans ces archives numérisées est parfois fastidieuse, le temps de se familiariser avec la procédure de recherche, parfois confuse du fait de l’ouverture simultanée de plusieurs fenêtres. Il convient de passer par une recherche dans les inventaires puis dans la section armée de terre, journaux des marches et opérations des régiments et bataillons (sous-série 26 N 571 à 1370). Ces derniers sont classés par régiments puis par ordre chronologique. Une fois repéré le volume correspondant pour la date recherchée, le carnet s’affiche en plein écran. On peut y faire une recherche selon le mois pour s’épargner le défilement de toutes les pages, qui peut prendre quelque temps. L’usage de la loupe puis de la main pour déplacer le cadre de lecture est certes fastidieux mais utile pour déchiffrer le texte.

21écrit au jour le jour par la main d’un officier, ce journal fait revivre en partie le quotidien des soldats. Certes la lecture est parfois malaisée du fait d’une calligraphie aujourd’hui désuète et éventuellement nerveuse ou éreintée. On trouve aussi des croquis détaillés de la ligne de front, tracé des tranchées de première ligne, batteries, positions, le tout en couleur. A travers l’écran, on plonge directement dans l’univers de la tranchée, le fracas des offensives ou l’ennui des périodes d’attente. L’émotion est palpable même si elle est dissimulée par l’obligation de réserve de l’officier :

« L’attaque prescrite par l’ordre d’opérations du 6 août 1915 sur la ligne ST-O12 n’a pas réussi. L’action a eu lieu dans les conditions suivantes :

à 11 heures, les unités des troupes d’assaut qui avaient reçu nettement l’indication des objectifs qu’elles devaient atteindre ont franchi le parapet au moyen des échelles préparées à cet effet ; ces troupes étaient disposées sur 2 lignes comprenant 2 Cies chacune et formant ainsi 2 vagues qui devaient se suivre à quelques secondes d’intervalle. Le franchissement du parapet a lieu sous un feu très violent d’artillerie et d’infanterie ennemies ; les fractions de droite sont arrêtées par ce feu avant même d’avoir pu atteindre leur objectif ; les fractions de gauche de S à T arrivent près de la tranchée turque, mais là elles se trouvent face à face avec des troupes très nombreuses et intactes ; tous les officiers de la 1e vague tombent ; la plupart des autres gradés sont mis hors de combat. Sur tout le front, la 1e vague est obligée de se replier et la 2e vague qui était sortie à son tour de la tranchée de départ se replie elle aussi. […]

Malgré les forces ennemies très supérieures, l’attaque aurait probablement réussi, si la préparation par l’artillerie avait été beaucoup mieux faite. Mais les effets produits par cette préparation ont été presque nuls et sur les tranchées turques et sur les troupes qui les occupaient ; en effet les tranchées ont été très peu endommagées et les troupes qui les garnissaient sur plusieurs rangs n’avaient pas été éprouvées par le feu de notre artillerie ; elles étaient intactes et se savaient très fortement soutenues à faible distance.

L’artillerie turque dont le tir était bien réglé a violemment bombardé nos tranchées à partir de 10 heures et jusqu’à la fin de l’action, pendant que notre artillerie qui ralentissait son tir d’une façon très sensible vers 10h20, le suspendait presque totalement à 10h50, tout au moins sur les premières tranchées ennemies. à l’heure où notre tir cessait, c’est-à-dire environ 10 minutes avant l’heure de l’assaut, les Turcs ouvraient un feu d’infanterie très violent sur nos tranchées de 1e ligne et c’est sous ce feu que nos troupes ont franchi le parapet et se sont portées à l’attaque de leurs objectifs. Il convient d’ajouter – et ceci est très important – que le parapet de notre première tranchée avait été détruit sur plusieurs points, que le fossé de cette tranchée se trouvait comblé sur des espaces de plusieurs mètres […].

  • 12  Extrait du JMO du 176e régiment d’infanterie engagé contre l’Empire ottoman dans la bataille de Ga (...)

Malgré les circonstances très défavorables dans lesquelles a été donné l’assaut on ne peut qu’admirer l’élan avec lequel nos hommes (la 1e vague surtout) se sont portés en avant [...] » 12.

22Grâce à ces JMO, il devient possible de retrouver les circonstances de la mort des soldats dont les noms figurent sur le monument ; à l’exception toutefois de ceux qui sont morts des suites de blessures (quoique celle-ci ait pu survenir peu de temps après l’attaque), de maladie (en général à l’arrière, dans un hôpital) ou toute autre mort qui se serait produite loin du front (en captivité). Mais en connaissant le régiment d’un soldat, on peut à la fois tenter de le suivre durant toute sa période d’engagement et surtout reconstituer les derniers événements qui ont conduit à sa mort. Dès lors, l’occasion est donnée de rédiger pour quelques anonymes du monument aux morts une biographie sommaire, forcément lacunaire et centrée sur les événements strictement de portée militaire, mais pour autant digne d’intérêt pour réveiller la mémoire de la pierre.

Carte dressée par l’officier du 176e régiment d’infanterie à la date du 28 août 1915 lors d’un assaut pendant les combats autour de Gallipoli.

(SHD, GR 26 N 710/8)

Extraits du journal du 89e régiment d’infanterie lors d’une attaque commencée le 28 février 1915 à Verdun, route du Vauquois, renouvelée trois jours durant. Attaque en trois colonnes de tranchées et d’un ouvrage ennemi après une préparation d’artillerie de quatre heures. Quatre assauts sont menés jusque vers 17h30, en vain : « Les unités sont décimées, confondues, un nouvel assaut est impossible à tenter ». Au cours de ces trois jours, le régiment perd le tiers de ses officiers et près de quatre cents soldats, dont trois cents disparus.

(SHD, GR 26 N 668/5)

Destins de soldats morts pour la France reconstitués à partir des JMO

23Tout comme les exemples d’étude de monuments aux morts présentés en fin d’ouvrage, les courtes notices biographiques figurant ici ne doivent être vues que comme autant d’invitations à chercher parmi les noms du monument aux morts quelques destins à faire revivre. Ces récits font partie d’un ensemble plus vaste de notices rédigées avec des élèves de collège.

24Jean Castera est né en 1892 à Beaumont de Lomagne (Tarn-et-Garonne). Mobilisé comme soldat de deuxième classe au 176e régiment d’infanterie celui-ci est affecté en avril 1915 sur le front d’Orient. Il a pour objectif de prendre aux Turcs le contrôle du détroit des Dardanelles. Le 7 août 1915 une attaque est décidée contre les positions ottomanes. Mais faute d’une préparation d’artillerie suffisante et efficace, les défenses turques sont restées intactes. Elles brisent net l’assaut du 176e RI. Tous les officiers de la première vague sont tués sans avoir pu atteindre les tranchées ennemies. Les bombardements turcs ont en revanche largement éprouvé les lignes françaises. Beaucoup n’ont même pas pu s’extraire des tranchées tant le feu de l’ennemi était violent. Cette bataille de Gallipoli dure d’avril à décembre 1915 et coûte aux Alliés 250 000 hommes. C’est dans ces circonstances qu’un jeune Beaumontois de 23 ans est mort très loin de chez lui. Sylvain Delluc est né en janvier 1897 dans l’Aveyron. Dès 1914, il est incorporé au 89e régiment d’infanterie. Soldat de deuxième classe, il se retrouve dans la Meuse sur le front de Verdun. Le 28 février 1915, il participe à l’offensive qui doit s’emparer de la position-clé du Vauquois, zone d’observation privilégiée sur les routes d’accès à Verdun. Après une préparation d’artillerie de quatre heures l’assaut est donné. Il est 13h15. Les soldats escaladent le parapet des tranchées par des échelles. Quatre assauts consécutifs sont lancés sous des tirs de mitrailleuses et le feu intense de l’artillerie ennemie. Les positions sont conquises au prix de combats terribles. Mais il faut les évacuer sous la pression des contre-offensives allemandes. Les obus pleuvent sur les rescapés de l’assaut. Le commentaire du journal des marches et opérations est éloquent : « Les unités sont décimées, confondues, un nouvel assaut est impossible à tenter ». Lors de cette journée périt le jeune Sylvain Delluc. Il venait de fêter ses 18 ans. Jean Bedel est le premier Beaumontois tombé au combat. Incorporé dès la mobilisation générale du 2 août 1914, il sert dans le 122e régiment d’infanterie. à peine formé à Rodez son régiment part en Lorraine où il doit stopper l’avancée des troupes allemandes. Dès le 14 août il subit les premiers tirs de l’artillerie ennemie. Pour Jean Bedel, c’est le baptême du feu, quatorze de ses camarades sont tués. Le 18, recevant l’ordre d’attaquer une position allemande, le 122e RI lance un assaut à la baïonnette. Mais face au déchaînement de l’artillerie et aux tirs de l’infanterie qui déciment ses rangs, il doit se replier. L’attaque se solde par 540 morts, blessés ou disparus et le régiment doit organiser des positions de repli. C’est dans ces circonstances confuses, lors des premières offensives victorieuses de l’Allemagne qu’est tombé le caporal Bedel. Il avait 21 ans. Charles Roger Daguzan est né en 1897. Membre d’une des premières escadrilles de chasse de l’armée française – la SPA 15 ‒ il vole sur un Nieuport XI. Il mène des missions d’escorte ou de surveillance qui le conduisent à engager quelques combats aériens contre des appareils allemands. Deux de ces combats lui valent une citation à l’ordre de l’armée. Une victoire non homologuée lui est attribuée le 1er août 1916 dans le ciel de Verdun. Le 3 août il connaît une journée particulièrement harassante au cours de laquelle il accomplit deux sorties dont une le porte à affronter successivement trois avions ennemis. Le lendemain, au terme des deux heures trente d’autonomie de son avion, il ne rentre pas à la base. Charles Daguzan a été abattu au-dessus des lignes ennemies le 4 août 1916. Il allait avoir 19 ans.

25Insuffler un peu de vie et d’humanité à l’anonymat des noms gravés en lettres d’or sur le monument aux morts. Une telle ambition est devenue possible grâce à l’initiative du site Mémoire des hommes.

Le monument aux morts pour enseigner

26Une bonne partie de la réflexion exposée ici autour du monument aux morts a mûri dans une double pratique d’enseignant et de promeneur curieux. C’est pourquoi il semble opportun de consacrer quelques développements à l’aspect purement pédagogique et civique du monument aux morts. Sans prétendre dicter des vérités ou promouvoir des modèles, il s’agit surtout de rendre compte d’expériences vécues et de faire partager des initiatives qui ont satisfait aussi bien les enseignants que les élèves.

Des passerelles vers la transdisciplinarité

27Les situations qui vont suivre mobilisent des compétences dans des domaines aussi variés que la maîtrise de la langue ou les technologies de l’information et de la communication. S’informer et se documenter, traiter et exploiter des données, l’outil informatique occupe une place de premier plan. Lire et écrire en pratiquant différents langages, la maîtrise de la langue française sous-tend chacune des activités proposées. Les mathématiques ne sont pas en reste. Le monument au mort décloisonne les enseignements et suscite une dynamique de projet collective.

28De l’inventaire à la statistique, la contribution des mathématiques s’impose pour traiter des séries de données qui ne soient pas simplement des abstractions. Le programme applicable à la rentrée 2012 en classe de troisième stipule d’ailleurs qu’en statistiques :

  • 13  Bulletin officiel spécial n°6 du 28 août 2008, page 34.

« Le travail est conduit aussi souvent que possible en liaison avec les autres disciplines dans des situations où les données sont exploitables par les élèves. L’utilisation d’un tableur permet d’avoir accès à des situations plus riches que celles qui peuvent être traitées "à la main" » 13.

29Le traitement de statistiques avec des logiciels et en rapport avec le développement de l’esprit critique se retrouve de la même manière dans les programmes de lycée, en seconde puis en première :

  • 14  Bulletin officiel spécial n°9 du 30 septembre 2010.

« L’étude et la comparaison de séries statistiques menées en classe de seconde se poursuivent avec la mise en place de nouveaux outils dans l’analyse de données. L’objectif est de faire réfléchir les élèves sur des données réelles, riches et variées (issues, par exemple, de fichiers mis à disposition par l’Insee) » 14.

30Ainsi, après le dépouillement des informations contenues dans les fiches de soldats présentes sur le site Mémoire des hommes leur traitement statistique met en œuvre des compétences mathématiques : histogramme des morts par année de guerre, par âge, diagramme par genre de mort, etc. Le décompte des noms rapporté au chiffre de la population en 1911 dégage un pourcentage. Ce chiffre, très variable d’une commune à l’autre, peut donner lieu à un traitement graphique. Une transposition cartographique est aussi possible. Le recours aux statistiques est précieux.

  • 15  Bulletin officiel spécial n°6 du 28 août 2008, page 13

31De l’histoire au récit, le Français et l’enseignement de la langue s’associent avec profit au travail de mémoire autour du monument aux morts. Là encore le lien avec les programmes est éloquent puisqu’en classe de troisième les travaux d’écriture narrative doivent s’appuyer sur des « récits autobiographiques, lettre fictive : à partir d’une situation d’énonciation définie, combinant la narration d’un événement et l’expression de sentiments… » 15. D’un côté pour l’autobiographie, de l’autre pour la lettre, deux expériences sont venues enrichir et finaliser la recherche historique menée sur les noms du monument aux morts. Après la lecture dans les journaux des marches et opérations des journées précédant la mort du soldat, il s’est agi dans le premier cas de rédiger un journal intime, dans le second d’écrire une lettre aux parents d’un camarade mort au front.

32Il convient d’ajouter pour être complet que le lien avec le programme d’arts plastiques est explicite pour le collège :

  • 16  Bulletin officiel spécial n°6, 28 août 2008, page 12.

« La prise en compte et la compréhension de l’espace de l’œuvre : il s’agit, pour en comprendre la portée artistique, d’affiner la perception des dimensions de l’espace et du temps comme éléments constitutifs de l’œuvre : œuvre in situ […] et les différentes temporalités de celles-ci : durée, pérennité, instantanéité. L’espace de présentation de l’œuvre, rapport entre l’échelle de l’œuvre et l’échelle du lieu » 16.

33L’étude du monument aux morts s’inscrit donc parfaitement dans une approche transdisciplinaire des savoirs comme des pratiques pédagogiques.

Faire connaître le travail des uns et des autres

34Enfin le travail des élèves tout comme l’investissement des enseignants ou de tout autre acteur de cette histoire gagne à trouver une audience extérieure. Il y va de la motivation des uns comme des autres et bon nombre d’interlocuteurs extra-scolaires sont susceptibles d’y trouver intérêt.

35La contribution au site Chemins de mémoire ou aux autres mentionnés en fin d’ouvrage a déjà été encouragée. Les responsables du site accueillent favorablement toute nouvelle sollicitation. Démarche de projet, travail en équipe et mobilisation des TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) figurent au menu d’une telle initiative.

36En parallèle à cette action, les élus locaux sont ravis d’apprendre que des jeunes se sont penchés sur le monument aux morts de leur commune. La mémoire est fragile et les anciens ne sauraient la porter seuls. Il est loisible d’écrire au maire pour l’informer du travail réalisé, voire l’inciter à la mettre en ligne sur le site de la mairie. Dans une perspective d’éducation à la citoyenneté c’est aussi l’occasion de découvrir la démocratie et ses élus, le rôle de l’État et de ses représentants à l’échelle nationale, régionale et départementale. Assemblée nationale et Sénat, conseils régional et général constituent autant d’élus directement concernés par de tels projets. De la même manière un préfet ou un inspecteur d’académie – occasion d’aborder les représentants de l’État – se satisferont d’apprendre qu’une étude a été faite sur le(s) monument(s) aux morts. Il n’est pas rare que ceux-ci répondent ou donnent suite à cette sollicitation.

37L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) s’intéresse à ce genre d’initiative sur la mémoire. Il soutient des projets pédagogiques (montage d’une exposition, édition d’un fascicule...), contribue à la réalisation d’un voyage, mais il attribue aussi des subventions pour la rénovation d’un monument aux morts.

38Plusieurs concours ou « actions éducatives » sont susceptibles enfin de valoriser un travail sur les monuments aux morts. La participation à l’une de ces actions de portée nationale signifie tout à la fois fixer des objectifs précis, s’astreindre à un calendrier, pousser au plus loin l’exigence finale, faire naître une dynamique d’équipe dans une démarche de projet. Il est toujours précieux de montrer aux élèves que leurs compétences rivalisent avec celles de leurs pairs et sont à même de concourir à égalité avec d’autres.

39Le CIDEM (« Civisme et démocratie ») propose un concours autour de la journée commémorative du 11 novembre sur les monuments aux morts de la Grande Guerre. Ce concours vise à permettre aux jeunes générations de redécouvrir ces monuments, témoins de l’histoire et gardiens de la mémoire de la Grande Guerre au cœur des villes et des villages de notre pays, qu’ils auront à observer, analyser et à « faire parler ».

40L’association CiDAN (« Civisme, défense, armée, nation ») décerne le trophée civisme et défense pour récompenser une réalisation de citoyenneté et de solidarité entre la société civile et les armées :

  • 17  Note paraissant au Bulletin officiel de l’éducation nationale, en général en octobre.

« Le concours est notamment ouvert aux établissements scolaires ayant conduit des actions originales de coopération entre société civile et militaire. Ce trophée est remis solennellement chaque année en alternance par le président du Sénat ou le président de l’Assemblée nationale. Le jury est présidé par un haut responsable de l’Éducation nationale : recteur ou inspecteur général » 17.

41L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) organise pour sa part le « PAM » : les Petits artistes de la mémoire, la Grande Guerre vue par les enfants ». Les enfants des écoles primaires (CM1 et CM2) aidés de leurs enseignants choisissent un soldat de la Grande Guerre originaire de leur commune et partent à la recherche des traces et des témoignages qu’il a laissés dans sa famille et au cœur des archives municipales ou départementales.

42Enfin, trois organismes, la Fondation de la Résistance, la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et la Fondation Charles de Gaulle, organisent chaque année un concours de la meilleure photographie d’un lieu de mémoire.

43Les occasions ne manquent pas de produire de l’audience autour des activités sur le monument aux morts. Patrimoine commun, lieu de mémoire, tout ce qui contribue à l’animer ou à le réanimer ne saurait laisser indifférent.

Re-patrimonialiser le monument

44Laissons pour une fois l’imagination guider notre propos. Laissons filer nos pas à travers une ville. Parcourons les rues un plan entre les mains, du genre de ceux qui sont distribués à l’envi pour que chaque touriste ne perde rien de son séjour. Découvrons le charme des rues anciennes, une façade renaissance, l’église du XIVe siècle et, correspondant au numéro indiqué sur la brochure, le monument aux morts ! Avec surprise jetons un œil aux quelques lignes d’explication blotties entre deux annonces publicitaires. On y apprend la date de construction, bien sûr, et surtout quelques éléments de singularité du monument ou de la cohorte des disparus, voire de l’un d’entre eux. Étonnement.

45Levant les yeux un fléchage indique en effet le point remarquable et, sur place, un panneau bien en vue détaille le lien que la commune a tissé avec la tragédie de 1914-1918. Une mention précise même que le site internet de la mairie conserve les biographies des Poilus locaux « morts pour la France ». Le curieux y trouvera aussi une analyse détaillée du monument aux morts. Fiction ? Pas tout à fait puisque certaines communes, même très éloignées du front, se sont déjà engagées dans ce tourisme de mémoire. Le recours à la géolocalisation, aux applications des téléphones intelligents ouvre des perspectives en termes de mise en valeur patrimoniale et historique. Il deviendrait possible à partir de codes-barres graphiques (QR Code) d’obtenir des informations sur un monument, voire les notices individuelles, et même de les écouter. Musées et offices de tourisme sont déjà largement engagés dans cette technologie. La tâche est certes immense mais tous les acteurs en ont-ils pris la mesure ? Et mesuré l’intérêt ?

46Le tourisme de mémoire a revisité les champs de bataille, les nécropoles et les musées dans une perspective pédagogique. Il entreprend aujourd’hui d’élargir son périmètre à tous les lieux de mémoire, particulièrement autour des deux guerres mondiales. Le ministère de la Défense participe lui-même à la mise en valeur du patrimoine dont il a la charge. Dans cette perspective, la réhabilitation du monument aux morts peut simplement consister en une relecture contemporaine ou une réhabilitation, une mise en scène ou une mise en valeur patrimoniale.

47Aujourd’hui, demain, cent ans plus tard, que faire du souvenir, de la mémoire et de l’histoire du monument aux morts ? Accordons que la majorité d’entre eux, notamment les plus humbles, n’ont aucune valeur artistique. Ils n’ont pas été conçus sur des critères décoratifs mais pour délivrer un message à propos de la plus funeste contribution à l’effort de guerre. Entre douleur et dignité, rancœurs et fiertés, le monument aux morts devait avant tout parler aux vivants et aux survivants. Désormais, il est muet. On le regarde à peine et il ne suscite plus guère d’émotion. Dès lors le centenaire de la Grande Guerre pourrait saisir l’occasion d’actualiser les signes, les codes frappés de désuétude ; dépoussiérer le lieu et réfléchir au sens à lui donner aujourd’hui par rapport au sens qu’il avait hier. D’autres formes de création pourraient être envisagées, éventuellement une nouvelle génération de formes produites avec un souffle neuf, pour attirer de nouveaux regards sur le monument ou sur un alter ego un siècle plus tard. S’il convient de conserver l’engagement initial de l’état à perpétuer la mémoire, les contemporains ont aussi à transformer et/ou transcender la composition initiale pour lui éviter l’obsolescence. L’adjonction d’une façade classique à une église gothique ou d’un maître-autel baroque répondait à l’exigence de renouvellement du message spirituel.

  • 18  Gerz Jochen, Le monument vivant de Biron, Actes Sud, 1999.

48Il semble utile de se faire l’écho d’une audace singulière dans la commune de Biron tout à fait au sud du département de la Dordogne. Le monument aux morts a cédé la place au monument aux vivants ! à l’occasion d’une réflexion sur la rénovation d’un édifice altéré par le temps, la municipalité a passé en 1994 une commande publique à un artiste allemand, Jochen Gerz. Ce dernier a adressé aux habitants une question secrète à laquelle ils ont répondu. Ces textes ont été gravés sur des plaques émaillées fixées sur un obélisque semblable au précédent monument. Les nouveaux habitants poursuivront cette œuvre vivante, jamais achevée 18.

49D’une certaine manière, comme l’écrit Enzo Traverso dans son essai stimulant Le passé, modes d’emploi :

  • 19  Traverso Enzo, Le passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique, La Fabrique, 2005, page 12.

« La mémoire tend à devenir le vecteur d’une religion civile du monde occidental, avec son système de valeurs, de croyances, de symboles et de liturgies » 19.

50Certes la mémoire de la Grande Guerre n’est ni celle de l’extermination ni celle du communisme. Mais conserver au monument aux morts sa vocation initiale du souvenir en prolongeant sa force mémorielle pour comprendre l’histoire est impératif.

Vers un autre 11 novembre…

51Renouveler le regard porté sur le monument aux morts conduit à réfléchir sur le sens du rituel dont il est le dépositaire. Des drapeaux, des silhouettes éprouvées par le temps, l’immobilité des acteurs, le silence dominant l’environnement sonore, la forme est austère et risque de se figer jusqu’à l’oubli. L’obligation des officiels rejoint la mémoire des anciens combattants jusque dans le dépôt des gerbes. Le lieu se trouve alors submergé par la mémoire alors que le souvenir s’estompe et que l’histoire n’a pas encore pris le relais. La remise en question de l’immuabilité du cérémonial est engagée déjà depuis quelques années. L’hommage à une génération perdue s’élargit et se mue peu à peu en hymne à la paix. Elle rejoint en ce sens l’introduction du drapeau européen au côté des trois couleurs. De l’échelle nationale à l’échelle locale, le territoire et ses acteurs ont à nourrir une réflexion sur les changements à apporter pour que ce jour conserve un sens civique ou peut-être plus simplement un sens patrimonial, notamment auprès des jeunes générations. Les scolaires et fort logiquement leurs enseignants sont régulièrement sollicités par les élus pour inventer de nouvelles formes de participation. Les habitants eux-mêmes ont à retrouver l’acte civique. Cela passe par une réflexion sur les mots à utiliser : commémoration pour réintégrer dans la mémoire collective, cérémonie pour conférer un caractère sacré, hommage pour se vouer tout à fait au souvenir des disparus. On voit bien que la force de ces termes n’est pas anodine. Autour du monument aux morts, le déroulement du 11 novembre sous-entend d’une part le recueillement, d’autre part la célébration ; d’un côté une attention accordée au passé, de l’autre un regard porté vers l’avenir. Au cœur du message à transmettre, le dialogue avec le monument apparaît comme une nécessité absolue.

52En forme d’aboutissement à la démarche exposée dans ce livre il apparaît envisageable d’apporter à la cérémonie du 11 novembre un peu de matière humaine. Le monument aux morts tisse un lien entre ceux qui sont partis et jamais revenus et ceux qui, à chaque époque, habitent le même territoire. Ce lien ne doit pas être négligé. Les années passent et les morts ont tendance à s’éloigner de plus en plus des vivants. Le 11 novembre est l’occasion de renforcer le lien mémoriel en même temps qu’il peut participer à la construction du lien entre les habitants eux-mêmes. Ils acceptent en quelque sorte d’être dépositaires du souvenir et en même temps ils se retrouvent dans un rite commun qui souvent, tel qu’il est organisé dans beaucoup de villages, s’achève dans la convivialité. Quand certains déplorent la disparition des rites, l’occasion d’en perpétuer certains mérite attention.

53La forme canonique des gestes obligés, des sons attendus et des mots ciselés crée la dimension symbolique de l’événement, du lieu qui l’accueille et des acteurs qui l’animent. Une fois posé l’invariable, immuable d’une commune à l’autre, et avant de rompre brutalement la solennité, un autre rapport avec le monument et avec ses morts trouve sa place. Surtout, après le rituel d’État, la litanie des noms ayant perdu de sa force, la dimension locale a souvent été perdue. Quel que soit l’endroit, le 11 novembre est transposable d’un lieu à l’autre. Il apparaît nécessaire d’utiliser l’instant et le lieu pour tisser sans relâche la force du lien que le temps défait à son tour entre la collectivité des habitants et la singularité, l’unicité du monument. C’est en retrouvant la proximité affective et émotionnelle entre le symbole et les vivants que le monument aux morts continue de remplir sa fonction.

54Retour d’une expérience partagée. Un certain 11 novembre, devant le monument aux morts d’une commune de quelques milliers d’habitants, deux collégiennes ont « raconté » la tragédie individuelle de quelques vies détruites. Quatre récits de disparition reconstitués d’après les journaux des unités – hommage. Un autre texte a rappelé ce qui fit la force du monument au moment de son inauguration. Après la dimension solennelle du cérémonial l’émotion a saisi le public, peu habitué à ce genre d’initiative. Deux voix fluettes dans le silence et quatre noms de soldats ont réintégré la mémoire collective – commémoration. Car l’atmosphère empreinte d’une légère tristesse permet le recueillement avec un positionnement juste sur la fibre d’un passé commun. L’engagement des jeunes pour ne pas oublier, pour construire un avenir plus serein revient à célébrer le présent ce qui permet de mesurer le chemin parcouru et d’envisager l’avenir avec espoir – recueillement et célébration.

  • 20  Zimet Joseph, Commémorer la Grande Guerre (2014-2020), op. cit..

55L’heure est à la réflexion autour de la commémoration du centenaire de la Grande Guerre 20. Le 11 novembre survivra à l’événement. à cette occasion le monument aux morts peut retrouver la parole. On attend de lui qu’il raconte son histoire et celle de tous ceux dont il porte le deuil. Consentir cet effort revient à en reconnaître toute la dimension pédagogique.

Le monument aux morts de la Grande Guerre ailleurs

Monuments aux morts pour la France

  • 21  Nous citerons à titre d’exemple Petré-Grenouilleau Olivier, Les traites négrières. Essai d’histoir (...)

56Sortir du cadre restrictif du territoire national semble la moindre des exigences au temps de l’histoire globale et des histoires connectées. Les travaux récents d’historiens de renom élargissent les approches et les perspectives, embrassant des champs de recherche affranchis des frontières 21. Sans prétendre rivaliser avec ces chefs d’œuvre, du moins leur fréquentation incite-t-elle à envisager un sujet sous l’angle le plus ouvert possible. Dès 1914, les contemporains ont mesuré à quel point la lutte qui s’engageait dépassait l’entendement du fait de l’extraordinaire déchaînement de violence et de l’hécatombe des premiers mois. Mondiale, la guerre l’a été aussi par le traumatisme qui a marqué durablement les groupes sociaux impliqués. Les sociétés, meurtries, ont répondu diversement au besoin d’individualiser au cœur de leur territoire de vie le souvenir de chaque être perdu. Dès lors peut-on s’interroger sur ce que furent et sur ce que sont encore les monuments du souvenir de 14-18 hors du cadre étroit de la France métropolitaine. La tâche est ardue et démesurée tant il y eut de théâtres d’opérations et de contingents impliquant des populations originaires de contrées lointaines. Outre les pays européens – où même la Suisse fournit des volontaires parmi ses ressortissants ou ses étrangers – les territoires qu’ils dominaient et administraient ont contribué à l’effort de guerre. Au-delà du vieux continent, des Européens dispersés sur tous les continents se sont aussi engagés auprès des belligérants, notamment en Amérique latine. Comment le souvenir, la mémoire et l’histoire de ces morts survit-elle aujourd’hui ? Il serait prétentieux de prétendre ici répondre à une question qui représente un défi d’érudition. L’accès aux sources et aux lieux rend impossible un panorama complet. Qu’il soit permis de présenter ici quelques cas conçus comme autant d’invitations à poursuivre tous azimuts la démarche entreprise par ce livre.

57Par facilité autant que par cohérence avec l’étude des monuments aux morts érigés en France, il convient d’élargir d’abord le prisme à l’ensemble des soldats morts pour la France, notamment ceux qui n’étaient pas originaires de métropole. Au risque d’une simplification excessive, nous distinguerons ceux des territoires dominés – ce qui peut se résumer à « l’Empire » – de ceux qui relèvent de pays indépendants au sein desquels vivaient des communautés, françaises ou non, dont certains membres se sont engagés et sont morts sous le drapeau tricolore.

  • 22  Histoire de la France coloniale, 2 vol., Armand Colin, 1991.

58Sans refaire l’histoire de la participation des colonies à la Grande Guerre, rappelons brièvement qu’entre 1914 et 1918 les territoires administrés par la France se composent : 22

  • des terres lointaines et dispersées dans l’océan Pacifique (Nouvelle Calédonie, Nouvelles Hébrides, Polynésie française), dans l’Atlantique (Antilles, Guyane, Saint-Pierre et Miquelon) et dans l’océan Indien (côte des Somalies, les cinq anciens comptoirs de l’Inde, la Réunion, les Comores et Madagascar) ;

  • de l’Indochine ;

  • de l’Afrique occidentale et équatoriale française (AOF et AEF) ;

  • de l’Afrique du Nord.

  • 23  La Cité nationale de l’histoire de l’immigration consacre sur son site internet un dossier aux étr (...)

59Ces territoires se caractérisent par des statuts divers (colonies et protectorats notamment) mais surtout par sociétés duales en confrontation : les citoyens français soumis au service militaire depuis 1905 et les autres, dont le recrutement laisse espérer des droits politiques étendus, notamment une citoyenneté pleine et entière. Tel est le discours que tient le premier député africain élu à l’Assemblée nationale, le Sénégalais Blaise Diagne. La contribution de ces territoires de l’Empire à l’effort de guerre, soit comme soldat soit comme main d’œuvre, ne se départit pas de la sempiternelle ambivalence entre ressortissants français et indigènes, les troupes coloniales regroupant des soldats des deux catégories. Ces questions soulèvent des enjeux qui dépassent le cadre de cette étude 23 mais qui incitent à s’interroger sur l’hommage rendu par la France, indistinctement, à ces hommes du lointain morts sous son drapeau. Tous ces territoires, qu’ils soient désormais indépendants ou devenus départements, régions, collectivités ou pays d’outre-mer, sont susceptibles d’abriter encore aujourd’hui des monuments aux « morts pour la France ». L’inventaire reste à faire, notamment sur les sites internet qui se consacrent à ce patient recensement.

60Dans les terres de France on les trouve dans les plus grosses communes où se concentrait la majorité de la population de l’époque ; par exemple en Guyane à Cayenne, Kourou et Sinnamary, à Nouméa, Papeete ou Port-Vila pour le Pacifique sud. Ils présentent des caractéristiques assez proches de ceux qu’on trouve en métropole avec quelques singularités ayant trait parfois aux cultures locales. En termes de localisation dans la commune, de composition autour des formes et des symboles ou de présentation des noms, les logiques en œuvre dans l’organisation du souvenir et la transmission de la mémoire sont les mêmes.

61Pour les pays ayant accédé à l’indépendance, l’enquête exigerait des recherches minutieuses et se confronte parfois à des enjeux mémoriels partisans. à Pondichéry en Inde, l’imposant monument « aux combattants des Indes françaises morts pour la Patrie » remplit toujours sa fonction de lieu de mémoire et impose tant par sa monumentalité que par son état de conservation. Pour la plupart des autres territoires de l’Empire en revanche, il faut se tourner vers les collections de cartes postales anciennes. Ainsi trouve-t-on trace de monuments érigés en leur temps dans les protectorats indochinois, à Saïgon en Cochinchine, Hanoï et Haïphong au Tonkin, Hué en Annam et Phnom Penh au Cambodge. De la même manière de telles images existent pour Madagascar à Ambatolampy, Fianarantsoa, Fort-Dauphin Majunga, Tamatave, ou Tananarive, ou encore Cotonou, Natitingou, Ouidah, Paracou et Porto Novo pour le Bénin ex-Dahomey, un des territoires de l’Afrique Occidentale Française. Et ce ne sont là que des exemples. Colonies et protectorats ont participé dans une certaine mesure à l’hommage aux soldats morts pour la France. Comme pour les communes métropolitaines, l’initiative est venue des populations françaises établies localement. La démarche et les préoccupations sont similaires.

Cartes postales des monuments aux morts de Saïgon et Haïphong dans les territoires de Cochinchine et du Tonkin conquis entre 1862 et 1885 puis réunis en 1888 sous l’appellation Indochine française. La monumentalité, sans rapport avec le traumatisme subi par les communautés locales, sert aussi et surtout à grandir l’image de la France et asseoir sa domination ; l’architecture est ici pleinement politique et la Victoire rejoint le génie ailé de la République.

(coll. part.)

62Il s’agit de graver dans la pierre les noms et le souvenir des disparus en même temps que d’asseoir la domination exercée par la France sur ces terres et sur les populations. La description précise de ces monuments fait défaut pour établir des comparaisons et des éléments de divergence. La configuration des lieux et la symbolique utilisée les apparentent à leurs homologues métropolitains. Dans le contexte de l’époque, les mentalités du moment et une conscription ne s’imposant qu’aux citoyens français, les monuments aux morts érigés dans l’entre-deux-guerres dans l’Empire oublient parfois ceux qui furent recrutés comme « volontaires ». Sur celui d’Hanoï on observe sans ambiguïté la posture en haut d’un socle de plusieurs mètres d’un groupe sculpté représentant deux « Poilus » et, au niveau du sol, d’Indochinois en tenue locale et pieds nus, porteurs, conduisant un attelage de bœufs ou assis marteau à la main dans une tâche d’artisan. Aux combattants des colonies la France a certes consacré des monuments commémoratifs collectifs comme celui édifié en 1924 simultanément à Bamako et à Reims à la gloire des combattants des troupes d’Afrique subsaharienne ; l’ex-Soudan français avait fourni le plus de soldats et Reims se situait dans une zone de combat où ces troupes furent particulièrement éprouvées. Ce dernier fut détruit par l’armée d’occupation en 1940. Une association s’est constituée en 2008 pour faire renaître l’édifice à partir de l’œuvre originale de Bamako.

Carte postale envoyée en France en janvier 1955 (pour adresser des vœux…) montrant le monument aux morts de Conakry en Guinée, ancien territoire de l’Afrique équatoriale française.

(coll. part.)

  • 24  Des photographies anciennes ont été retrouvées pour Aïn Draham, Beja, Bizerte, Mateur, Radès, Sfax (...)
  • 25  Bernard Augustin, « Le recensement de 1921 dans l’Afrique du Nord », in Annales de Géographie,1922 (...)
  • 26  Près de 80 000 selon les sources tunisiennes et 63 000 d’après les archives conservées en France, (...)

63Le cas de l’Afrique du nord mérite une attention particulière. La violence des luttes pour l’indépendance et l’affrontement de mémoires concurrentes entretiennent un climat peu propice à l’étude sereine des monuments aux morts de la Grande Guerre. Comme ailleurs dans l’Empire, dans les protectorats du Maroc et de Tunisie, des monuments sont construits là où vivent des communautés françaises touchées par le conflit. Le monument aux morts de Casablanca par exemple, œuvre de Paul Landowski (qui réalisa aussi celui d’Alger), comporte – si l’on en croit le relevé effectué sur le site Memorial-genweb – soixante-sept noms se rapportant à 14-18 alors que le Livre d’or censé répertorier tous les noms des soldats « morts pour la France » en compte cent soixante-quatre. Les noms gravés se rapportent pour une grande partie à des hommes nés hors du Maroc alors que les oubliés du monument aux morts sont manifestement marocains. La statue monumentale représente deux cavaliers se faisant face et se serrant la main ; se trouve depuis 1965 à Senlis et les plaques gravées dans les jardins du consulat de France. Dans le cas de la Tunisie, des cartes postales anciennes, là encore, témoignent de l’existence d’une dizaine de monuments dont il est difficile de suivre la trace aujourd’hui 24. Comme pour le protectorat du Maroc, la levée de troupes se fait par la mobilisation au sein des Français et par recrutement plus ou moins forcé de sujets du Bey. Alors que le recensement de la population de 1921 25 indiquait environ deux millions de Tunisiens et cent cinquante mille Français, 70 000 Tunisiens 26 et 9 000 Français de Tunisie ont servi pendant la Première Guerre mondiale. L’état français a pris en charge l’inhumation et l’entretien des sépultures au titre du statut « mort pour la France », sans distinction de nationalité comme le mentionne la loi du 25 octobre 1919 déjà citée. Le monument aux morts, qui émane d’une décision locale, municipale, se réfère de fait aux communautés françaises de ces protectorats et marque bien la cœxistence de deux sociétés séparées, de facto et de jure.

  • 27  L’étude du recensement de 1911 mentionne les chiffres d’environ 4,7 millions pour la « population (...)

64L’Algérie à elle seule mériterait un travail approfondi du fait de sa spécificité ; d’abord le statut des trois départements (Oran, Alger, Constantine) de la République française, indépendamment du Sahara et de la question des frontières tout aussi imprécises ; ensuite l’importance du peuplement « européen » 27 ; enfin les cicatrices du ressentiment, de l’exil et les relations entretenues depuis par des populations aux histoires mêlées. Les monuments aux « morts pour la France » d’Algérie racontent, chacun dans leur destin singulier, des fragments épars de l’histoire des deux pays.

65Comme en France – puisque « l’Algérie c’est la France » pour reprendre la déclaration de François Mitterrand ministre de l’Intérieur en novembre 1954 – les municipalités se préoccupent dès 1919 d’ériger des monuments aux morts. On en trouve aussi bien pour les grandes villes que pour de petits bourgs ruraux, avec des caractéristiques en tous points comparables aux constructions de métropole. à la suite de l’indépendance de 1962 et au gré des vicissitudes de l’histoire des relations franco-algériennes, ils deviennent, au centre des communes algériennes, le vestige d’une mémoire controversée.

Le monument aux morts « ailleurs »

Ci-dessus, carte postale montant le monument aux morts érigé à Alger

Ci-dessus, carte postale montant le monument aux morts érigé à Alger

Sculpture de Paul Landowski, recouverte d’une gangue de béton après l’indépendance du pays en 1962.

Photographie de la statue du monument aux morts de Mascara (Oranie) installée en 1971 à Saint-Raphaël dans le Var.

Photographie de la statue du monument aux morts de Mascara (Oranie) installée en 1971 à Saint-Raphaël dans le Var.

Un peu en marge du centre-ville, au centre d’une place entourée de petits immeubles modestes construits pour accueillir les rapatriés, la statue du Poilu drapé dans le drapeau de la République entretient l’attachement de ces habitants à la terre perdue à travers le culte des disparus, bien qu’aucun nom de soldat mort pour la France n’y figure.

(coll. part.)

Monument aux morts de la ville de Biskra, capitale des Aurès.

Monument aux morts de la ville de Biskra, capitale des Aurès.

Monument aux morts de la ville de Mostaganem, à l’ouest de l’Algérie.

Monument aux morts de la ville de Mostaganem, à l’ouest de l’Algérie.

(coll. part.)

Carte postale représentant le monument aux morts de Philippeville, à l’est de l’Algérie, devenue Skikda.

Carte postale représentant le monument aux morts de Philippeville, à l’est de l’Algérie, devenue Skikda.

La monumentale sculpture de bronze se trouve aujourd’hui dans le cimetière toulousain de Salonique. En haut, à droite, l’une des deux plaques gravées lors de l’installation porte les noms des disparus des communes situées aux alentours de Philippeville. Juste en dessous, au milieu, on trouve la plaque scellée au pied du monument dans sa réinstallation à Toulouse puis, en bas, un détail de la sculpture de bronze monumentale. Des soldats mêlés et bras tendus convergent dans un mouvement ascendant vers une victoire ailée. Tirailleurs et spahis sont d’une certaine manière associés au tableau. On remarque aussi la présence des chevaux – indispensables auxiliaires de l’effort de guerre – et celle du chien – compagnon fidèle et rassurant. Dans cette représentation allégorique de la contribution à la victoire, la place de ces animaux encadrant les bases de la composition n’est pas dénuée de sens.

Cartes postales anciennes des monuments aux morts de Tunisie, à Bizerte au nord et à Sousse, au sud.

Cartes postales anciennes des monuments aux morts de Tunisie, à Bizerte au nord et à Sousse, au sud.

66Une fois encore le monument aux morts apparaît comme le reflet d’une identité locale, d’une communauté et de son ancrage dans un territoire. Devenu muet et inutile avec le départ de ceux pour qui il incarnait le souvenir de la Première puis de la Seconde Guerre mondiale, lieu de mémoire coupé des siens face à une mémoire antagoniste, seule sa vocation à témoigner d’une page d’histoire aurait pu lui assurer une pérennité. Sans prendre part à des plaidoyers amers il convient d’admettre que le monument aux morts a été au mieux relégué, dans le cimetière chrétien parfois, au pire détruit ou démantelé, éventuellement sauvegardé et transféré en France. Les plus remarquables ont fait l’objet d’opérations de rapatriement, dans la précipitation du départ ou plus sereinement dans la concertation avec les nouvelles autorités municipales. Chercher à dresser un inventaire se heurte à la difficulté de citer des sources, condition absolue pour éviter les conjectures incertaines et le basculement dans le ressentiment.

67Le monument aux morts d’Oran est bien connu du fait de son transfert à Lyon en 1968 sous l’égide du jumelage entre les deux villes. Seule la partie sculptée quitte le front de mer de la ville d’Oran pour être installée sur un nouveau socle, au milieu des immeubles du quartier de la Duchère où près de la moitié de la population se compose à cette époque de rapatriés d’Algérie. Dans le même esprit, la sculpture monumentale en bronze du monument de Philippeville, devenue Skikda, est installée à Toulouse, dans le cimetière de Salonique, face au monument aux morts de la ville. Dans le cas du monument de la municipalité de Bougie, devenue Béjaïa, les plaques gravées ont été acheminées à Bordeaux dans le cadre d’une politique de coopération entre les deux villes. Une nouvelle installation reproduisant le monument original a été inaugurée avec le cimetière de la Chartreuse en 1968. La lecture des noms figurant sur le monument d’origine atteste la présence indifférenciée d’Algériens et de Français.

68Le cas de Constantine, aujourd’hui Qacentina au nord-est de l’Algérie, retient l’attention par le fait que le monument a été conservé et que son entretien, sa préservation et même sa mise en valeur préoccupent aujourd’hui les autorités municipales 28. Le site est à l’image de la ville, toute entière cernée par les falaises et les gorges. Le monument s’inspire directement de l’arc de triomphe construit sous l’empereur Trajan dans la cité romaine de Timgad, à une centaine de kilomètres au sud. Il a été inauguré en 1930 en présence du président de la République Gaston Doumergue et des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, soit les plus hautes fonctions de la République. Surtout, le monument a acquis une légitimité du fait de son ancrage dans le paysage qui lui a conféré d’emblée un succès jamais démenti. Depuis les années 2000, la presse locale se fait l’écho de la nécessité de redonner au site son lustre original pour qu’il retrouve totalement sa vocation de lieu de rassemblement et de déambulation pour les habitants.

69Enfin, la question du monument aux morts pour la France peut chercher à s’intéresser aussi aux Français établis hors de France dans ce premier vingtième siècle. L’approximation de l’approche exclut d’emblée toute exigence de rigueur. Le Souvenir français sollicité pour l’occasion, la quête patiente de cartes postales de l’entre-deux-guerres, le dépouillement des ressources de l’internet ne permettent guère d’avoir une idée précise du nombre ou de la localisation de ce genre de monument.

70Ils font nécessairement référence à des communautés françaises suffisamment nombreuses pour s’être senties concernées par le conflit, pour avoir fourni des contingents et avoir été suffisamment atteintes dans leur chair pour juger nécessaire d’entreprendre en terre étrangère un projet de monument aux morts. L’église locale ou le cimetière – le carré réservé aux ressortissants – pouvaient sembler naturellement désignés pour accueillir les noms des disparus. L’inventaire reste à entreprendre.

  • 29  François de Choulot, délégué du Souvenir français au Mexique, en fait la présentation suivante : « (...)

71En Amérique latine des communautés significatives de Français ou de binationaux ont participé à l’effort de guerre. Au Mexique 561 soldats ont été mobilisés et 241 ne sont pas revenus, dont 11 Mexicains. à Mexico une cérémonie officielle se déroule chaque 11 novembre au pied d’un monument 29 qui reproduit le relief sculpté par François Rude sur l’Arc de Triomphe : La Marseillaise ou Le départ des volontaires de 1792. La filiation est éloquente. Une stèle à Puebla témoigne elle aussi de la contribution des Français du Mexique et de leur volonté d’inscrire localement un hommage aux disparus. à Buenos Aires, le monument se trouve dans l’enceinte de l’hôpital français et compte un peu plus de trois cents noms. Au Venezuela, c’est le lycée français de Caracas qui a inauguré en 2011 une plaque avec les noms des quatorze Vénézuéliens et binationaux morts pour la France. Plus près de nous, à Istanbul, le cimetière catholique de Feriköy abrite entre autres un monument aux morts pour la France, avec un peu plus d’une centaine de noms. En revanche, apparemment pas de monument au Brésil où pourtant plus de soixante soldats sont tombés, originaires de Rio de Janeiro surtout, Bahia et Porto Alegre pour quelques-uns. Un peu à part, le Canada se distingue par une importante communauté francophone représentant en 1914 entre un quart et un tiers de la population totale. Dominion britannique, ses habitants sont donc sujets de la couronne. Pourtant ils se sont montrés rétifs à la conscription instaurée au Canada en 1917. Ils n’en ont pas moins érigé un monument aux morts à Montréal, inauguré au cœur du parc Lafontaine, le 14 juillet 1931. La date n’est pas dénuée de sens dans un dominion britannique ! Associant les feuilles d’érable aux traditionnels lauriers de la victoire, il transmet le souvenir de cent huit combattants morts pour la France, dont six volontaires canadiens engagés dans l’armée française.

72Les monuments aux morts des communautés françaises d’Europe évoquent de la même manière à la fois l’importance d’un groupe qui conserve un attachement fort avec son pays d’origine au point de participer à la mobilisation des hommes et le souci de perpétuer le souvenir des morts de la Grande Guerre.

  • 30  Nice Matin, 11 novembre 2008.

73La Suisse, déjà singulièrement parsemée de nombreux hommages aux morts de 1870-1871, s’inscrit dans ce double héritage. Plusieurs centaines de Français établis dans des pays d’Europe, de Suisses, de Belges parfois, se sont engagés dans les rangs de l’armée française et figurent donc parmi les victimes. à Monaco le monument aux Morts en marbre de Carrare se trouve au cimetière, dos à la mer. Il a été inauguré le 24 avril 1928 30. à Barcelone, sur les hauteurs du cimetière de Montjuïc, un ensemble monumental est dédié « Aux soldats de France et aux volontaires d’Espagne morts pour le triomphe de la justice et de la liberté ». Là aussi une cérémonie se déroule chaque année autour de la date anniversaire de l’armistice.

74Entrevoir seulement l’étendue du champ d’honneurs rendus ici ou là par les proches aux soldats tombés pendant la Première Guerre mondiale donne la mesure des pages d’histoire qui restent à écrire autour de ces monuments.

Commencé en 1920, le monument aux morts pour la France de Mexico a été inauguré le 13 juillet 1924 en présence de Jean Périer ministre plénipotentiaire français, du président de la République Alvaro Obregon, de ses ministres, du corps diplomatique et de la colonie française de Mexico.

(coll. François de Choulot)

Photographie sans date du monument aux morts pour la France du cimetière militaire français de Gand en Belgique.

Photographie sans date du monument aux morts pour la France du cimetière militaire français de Gand en Belgique.

(coll. part.)

Le rapatriement des monuments aux morts d’Algérie

75Un ouvrage, édité à seulement trois-cent cinquante exemplaires (Amado Alain, Monuments en exil, Éditions de l’Antlathrope, 1979) a tenté de faire le point sur les monuments rapatriés d’Algérie après l’indépendance de 1962.

76Son auteur a entrepris un véritable travail d’enquête dans les archives publiques et privées, de collecte de témoignages auprès des protagonistes et témoins jusque sur les lieux mêmes où se trouvaient ces monuments. Entre cloches, orgues ou décors d’églises, statues de civils et de militaires, plaques commémoratives, certaines informations concernent les monuments aux morts. L’ouvrage étant épuisé, il semble opportun d’en synthétiser les informations principales sur les monuments aux morts d’Algérie. La commune d’origine, faisant référence à l’Algérie coloniale, est citée par son nom de l’époque.

Origine

Destination

Nature ou partie du monument transférée

Observation

Marengo

Les Avirons, La Réunion

Statue de bronze

La Liberté

Intégrée au monument aux morts de la commune

Sculpteur Joseph Ebstein

El Achour

Besançon, Doubs

Coq de bronze

Intégré au monument inauguré en 1976 en mémoire des « Civils et militaires morts pour la France sur les territoires d’Outre-Mer »

Sétif

Statue de bronze

Disparu après démontage et avant son embarquement

Sculpteur Joseph Ebstein

Bougie

Bordeaux, Gironde

Cimetière de La Chartreuse

Vingt-deux plaques de bronze

Inauguré en 1968

Damiette

Cormeilles-en-Parisis, Val-d’Oise

Hall d’honneur de l’hôtel de ville

Plaque de noms gravés

Aïn-el-Turk

Cournonterral, Hérault

Statue

Plaque gravée

Intégralement reconstitué et inauguré en 1976

Mondovi

Éragny-sur-Oise, Val- d’Oise

Statue de série

Attribué à la commune pour son monument aux morts inauguré en 1967

Hammam-Bou-Hadjar

Fréjus, Var

Base aéronavale

Stature monumentale en pierre

Inauguré en 1964 Sculpteur Albert Pommier

Oran

Lyon, Rhône

Quartier La Duchère

Stature monumentale en pierre

Inauguré en 1968 Sculpteur Albert Pommier

Mostaganem

Montpellier, Hérault

École d’application d’infanterie

Statue

Installation en 1973

Tlemcen

Saint-Aygulf, Var

Statue

Inauguré en 1965 Sculpteur Joseph Ebstein

Mascara

Saint-Raphaël, Var

Place Léon Bourgeois

Statue

Monument inauguré en 1971 en mémoire des « Français d’Outre-Mer morts pour la Patrie »

Casablanca

Senlis, Oise

Sculpture monumentale

Installation en 1965 Sculpteur Paul Landowski

Oued-Amizour

Toulouse, Haute-Garonne

Propriété de Jean-René Morin

Coq de bronze du monument aux morts

Philippeville

Toulouse, Haute-Garonne

Cimetière de Salonique

Plaque de bronze en haut-relief de 8,5 par 3,5 mètres

Sculpteur Camille Alaphilippe

Les monuments aux morts de la Grande Guerre chez d’autres belligérants

77Le questionnement s’élargit spontanément aux populations des autres pays éprouvés par la guerre. Les recherches menées conduisent à accroître d’autant les perspectives et l’ampleur du travail à accomplir.

Carte postale des années soixante ou soixante-dix adressée par une jeune fille à une camarade française depuis Ashford, ville du sud-est de l’Angleterre.

Carte postale des années soixante ou soixante-dix adressée par une jeune fille à une camarade française depuis Ashford, ville du sud-est de l’Angleterre.

(coll. part.)

78Le Royaume-Uni a fondé dès 1917 l’Imperial War Graves Commission avec les Dominions (Australie, Nouvelle Zélande, Canada, Afrique du Sud) et l’Inde. Cette institution est devenue ensuite Commonwealth War Graves Commission 31 et se fixe comme objectif de préserver de l’oubli les 1,7 million de morts des deux guerres mondiales. La moindre recherche sur un first world war memorial renvoie à une photographie d’un monument aux morts érigé dans une commune britannique. Le site officiel War Memorials Archive 32 constitue une base de tous les mémoriaux liés aux guerres du Royaume-Uni accessible par plusieurs critères de recherche dont le type ou l’inscription. L’Australie dispose aussi d’un site – Monument Australia 33 – consacré à tous les monuments commémoratifs, et notamment ceux de la Première Guerre mondiale.

  • 34  Teixeira Nuno Severiano, « La participation du Portugal à la Grande Guerre », Vingtième Siècle, n° (...)

79Le Portugal, engagé à la suite de la demande pressante des Britanniques, a perdu environ quatre mille hommes, principalement sur le front européen 34. Plusieurs monuments aux morts de la Grande Guerre ont été érigés, surtout après l’accession au pouvoir de Salazar en 1928. Conçus dans une politique inspirée par l’idéologie fasciste, ils s’inscrivent dans un art officiel fortement marqué par l’héritage impérial (Croix de Malte, sphère armillaire) et une esthétique soucieuse de grandeur ; d’autant que l’état portugais a eu le sentiment de n’avoir pas obtenu des traités de paix les avantages attendus ni la reconnaissance escomptée. Coimbra, Guarda, Lagos, Evora, Portalegre, Marinha Grande, Tavira et bien d’autres villes du Portugal continental, mais aussi Punta Delgada aux Açores, Lourenço-Marques (aujourd’hui Maputo) au Mozambique ou Luanda en Angola abritent ainsi un monument aux morts.

  • 35  Julien Élise, Paris, Berlin. La mémoire de la guerre. 1914-1933, Rennes, Presses universitaires de (...)

80En Allemagne, les oppositions politiques de l’après-guerre influencent la politique mémorielle de la jeune République de Weimar. élise Julien compare dans sa thèse la manière dont se déploie la mémoire de la Grande Guerre à Paris et à Berlin 35. Elle souligne qu’en allemand plusieurs mots sont utilisés, outre le plus fréquent Kriegerdenkmal, littéralement « monument aux guerriers » (Krieger). En revanche aucun ne fait jamais référence explicitement à la mort. Brièvement, le mot-racine (das) Mal est polysémique et peut signifier « trace », qui entraîne les mots composés suivants utilisés pour ce qui peut s’apparenter à des monuments aux morts :

  • Denkmal, « monument », vestige d’une époque ancienne ou monument commémoratif d’une personne (statue) : de denken, « penser », qui donne le verbe gedenken, « se souvenir »,

  • Ehrenmal, de Ehre, « l’honneur » : monument en l’honneur des victimes de guerre,

  • Mahnmal, plus précisément « mémorial », de mahnen, « rappeler, avertir, inviter à, rappeler à l’ordre »,

  • Gedächtnismal, « monument commémoratif », de Gedächtnis, « mémoire »,

81Dans quelle mesure les monuments se différencient-ils selon qu’ils apparaissent sous telle ou telle dénomination ? La question reste ouverte. Si en Allemagne la première vague de monuments est assez sobre, dans une logique de consolation, de devoir de reconnaissance, avec une iconographie religieuse prégnante, à la fin des années vingt ils sont plus travaillés et adoptent une posture plus revancharde. Tous les belligérants ont chacun à leur manière honoré leurs morts, suscitant du même fait l’intérêt des historiens. Les travaux de Ken Inglis pour l’Australie et le Commonwealth ou ceux de Reinhart Koselleck pour l’Allemagne figurent parmi les plus remarquables et dépassent largement le strict périmètre de leur champ de recherche initial. Ils ont ouvert ainsi des perspectives pour appréhender l’ensemble des lieux de mémoire de la Grande Guerre.

82Le sujet n’est pas clos, il est à peine esquissé. Cependant il est facile d’entrevoir à partir de ces exemples fragmentaires et incomplets que chaque pays traite la mémoire des morts de la Grande Guerre en fonction d’un contexte politique non seulement national mais aussi local. Le regard porté sur le monument aux morts doit s’efforcer de tenir compte de son ancrage historique mais aussi géographique.

Carte postale du monument aux morts belges d’Anvers

Carte postale du monument aux morts belges d’Anvers

(coll. part.)

Carte postale du monument aux morts belges de Tournai.

Carte postale du monument aux morts belges de Tournai.

(coll. part.)

Notes

1  Voir en fin de volume, dans la partie consacrée aux sources et à la bibliographie, les sites de recensement des monuments aux morts.

2  [http://www.cheminsdememoire.gouv.fr].

3  Guide Petit Futé des lieux de mémoire paru en 2011.

4  Mémoire des hommes [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr].

5  Par exemple, l’extrait présenté plus loin (page 77) du JMO du 176e Régiment d’infanterie à la date du 28 août 1915.

6  Mémorial Genweb [http://www.memorial-genweb.org].

7  Pour les seuls mois d’août et septembre 1914 on recense, selon le musée des Invalides, 330 000 soldats hors de combat (tués, disparus ou prisonniers) sur 1 300 000 mobilisés.

8  Costes François, Tarn-et-Garonne.

9  Beaumont-de-Lomagne, Tarn-et-Garonne.

10  Gervais élie (24 ans) du 11e régiment d’infanterie, Labia Henri (23 ans), Laborde Pierre (36 ans) et Rous Jean (21 ans), tous trois du 7e régiment d’infanterie.

11  Les lignes suivantes sont extraites de la présentation des journaux des unités de l’armée de terre faite par le site Mémoire des hommes. La simple lecture de cette présentation constitue une invitation à en parcourir le détail et fait naître une curiosité quasi irrépressible.

12  Extrait du JMO du 176e régiment d’infanterie engagé contre l’Empire ottoman dans la bataille de Gallipoli pour le contrôle du détroit des Dardanelles à la date du 7 août 1915 (SHD, GR 26 N 710/8).

13  Bulletin officiel spécial n°6 du 28 août 2008, page 34.

14  Bulletin officiel spécial n°9 du 30 septembre 2010.

15  Bulletin officiel spécial n°6 du 28 août 2008, page 13

16  Bulletin officiel spécial n°6, 28 août 2008, page 12.

17  Note paraissant au Bulletin officiel de l’éducation nationale, en général en octobre.

18  Gerz Jochen, Le monument vivant de Biron, Actes Sud, 1999.

19  Traverso Enzo, Le passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique, La Fabrique, 2005, page 12.

20  Zimet Joseph, Commémorer la Grande Guerre (2014-2020), op. cit..

21  Nous citerons à titre d’exemple Petré-Grenouilleau Olivier, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Gallimard, 2004 ou sous la direction de Boucheron Patrick, L’histoire du monde au XVe siècle, Fayard, 2009 ou encore des auteurs comme Jean-Michel Sallmann, Serge Grunzinski. Pour l’histoire contemporaine, Bayly Christopher Alan, La naissance du monde moderne (1780-1914), Les Éditions de l’Atelier, Le Monde diplomatique, 2007, fait figure d’ouvrage pionnier.

22  Histoire de la France coloniale, 2 vol., Armand Colin, 1991.

23  La Cité nationale de l’histoire de l’immigration consacre sur son site internet un dossier aux étrangers dans les guerres en France [http://www.histoire-immigration.fr]. Jean-Pierre Husson apporte de précieuses informations sur son site Histoire et mémoires des deux guerres mondiales hébergé par le CRDP de Champagne-Ardenne [http://www.cndp.fr/crdp-reims], notamment la rubrique « Les soldats indigènes, oubliés des deux guerres mondiales ».

24  Des photographies anciennes ont été retrouvées pour Aïn Draham, Beja, Bizerte, Mateur, Radès, Sfax, Sousse, Tabarka, Tebourba et Tunis, indépendamment du cimetière militaire français de Gammarth.

25  Bernard Augustin, « Le recensement de 1921 dans l’Afrique du Nord », in Annales de Géographie,1922, t. 31, n°169. pp. 52-58.

26  Près de 80 000 selon les sources tunisiennes et 63 000 d’après les archives conservées en France, soit au moins 3% de la population totale. 10 500 d’entre eux sont tombés au champ d’honneur d’après Deroo éric, Le Pautremat Pascal, Héros de Tunisie. Spahis et tirailleurs d’Ahmed Bey 1er à Lamine Bey 1837-1957, Cérès Edition, Tunis, 2005, pp. 60-61.

27  L’étude du recensement de 1911 mentionne les chiffres d’environ 4,7 millions pour la « population indigène » et de 750 000 pour « la population européenne », cité par Zimmermann Maurice, « Le recensement de 1911 en Algérie », Annales de Géographie, 1912, t. 21, n°116, pp. 184-185.

28  Le site Constantine d’hier et d’aujourd’hui [http://www.constantine-hier-aujourdhui.fr] publie de nombreux documents et articles sur le monument aux morts.

29  François de Choulot, délégué du Souvenir français au Mexique, en fait la présentation suivante : « Il se trouve à l’entrée du vieux cimetière français de La Piedad. […] Un dépôt de gerbes est fait par les hautes autorités puis la chorale du lycée franco-mexicain chante les deux hymnes nationaux, mexicain et français puis les enfants lisent le nom de chacun des morts inscrits sur le mur du Monument ».

30  Nice Matin, 11 novembre 2008.

31  [http://www.cwgc.org].

32  [http://www.ukniwm.org.uk].

33  [http://www.monumentaustralia.org.au].

34  Teixeira Nuno Severiano, « La participation du Portugal à la Grande Guerre », Vingtième Siècle, n°62, avril-juin 1999. pp. 5-14.

35  Julien Élise, Paris, Berlin. La mémoire de la guerre. 1914-1933, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Table des illustrations

Légende Journal des marches et opérations (JMO) de la 1re brigade d’infanterie dont la page 42 mentionne un éclat d’obus reçu le 20 septembre 1915 qui a percé le livret de part en part.
Crédits (SHD, GR 26 N 496/2)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Légende Carte dressée par l’officier du 176e régiment d’infanterie à la date du 28 août 1915 lors d’un assaut pendant les combats autour de Gallipoli.
Crédits (SHD, GR 26 N 710/8)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Extraits du journal du 89e régiment d’infanterie lors d’une attaque commencée le 28 février 1915 à Verdun, route du Vauquois, renouvelée trois jours durant. Attaque en trois colonnes de tranchées et d’un ouvrage ennemi après une préparation d’artillerie de quatre heures. Quatre assauts sont menés jusque vers 17h30, en vain : « Les unités sont décimées, confondues, un nouvel assaut est impossible à tenter ». Au cours de ces trois jours, le régiment perd le tiers de ses officiers et près de quatre cents soldats, dont trois cents disparus.
Crédits (SHD, GR 26 N 668/5)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Légende Cartes postales des monuments aux morts de Saïgon et Haïphong dans les territoires de Cochinchine et du Tonkin conquis entre 1862 et 1885 puis réunis en 1888 sous l’appellation Indochine française. La monumentalité, sans rapport avec le traumatisme subi par les communautés locales, sert aussi et surtout à grandir l’image de la France et asseoir sa domination ; l’architecture est ici pleinement politique et la Victoire rejoint le génie ailé de la République.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Carte postale envoyée en France en janvier 1955 (pour adresser des vœux…) montrant le monument aux morts de Conakry en Guinée, ancien territoire de l’Afrique équatoriale française.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Ci-dessus, carte postale montant le monument aux morts érigé à Alger
Légende Sculpture de Paul Landowski, recouverte d’une gangue de béton après l’indépendance du pays en 1962.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Photographie de la statue du monument aux morts de Mascara (Oranie) installée en 1971 à Saint-Raphaël dans le Var.
Légende Un peu en marge du centre-ville, au centre d’une place entourée de petits immeubles modestes construits pour accueillir les rapatriés, la statue du Poilu drapé dans le drapeau de la République entretient l’attachement de ces habitants à la terre perdue à travers le culte des disparus, bien qu’aucun nom de soldat mort pour la France n’y figure.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Monument aux morts de la ville de Biskra, capitale des Aurès.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Monument aux morts de la ville de Mostaganem, à l’ouest de l’Algérie.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Carte postale représentant le monument aux morts de Philippeville, à l’est de l’Algérie, devenue Skikda.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende La monumentale sculpture de bronze se trouve aujourd’hui dans le cimetière toulousain de Salonique. En haut, à droite, l’une des deux plaques gravées lors de l’installation porte les noms des disparus des communes situées aux alentours de Philippeville. Juste en dessous, au milieu, on trouve la plaque scellée au pied du monument dans sa réinstallation à Toulouse puis, en bas, un détail de la sculpture de bronze monumentale. Des soldats mêlés et bras tendus convergent dans un mouvement ascendant vers une victoire ailée. Tirailleurs et spahis sont d’une certaine manière associés au tableau. On remarque aussi la présence des chevaux – indispensables auxiliaires de l’effort de guerre – et celle du chien – compagnon fidèle et rassurant. Dans cette représentation allégorique de la contribution à la victoire, la place de ces animaux encadrant les bases de la composition n’est pas dénuée de sens.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Cartes postales anciennes des monuments aux morts de Tunisie, à Bizerte au nord et à Sousse, au sud.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Légende Commencé en 1920, le monument aux morts pour la France de Mexico a été inauguré le 13 juillet 1924 en présence de Jean Périer ministre plénipotentiaire français, du président de la République Alvaro Obregon, de ses ministres, du corps diplomatique et de la colonie française de Mexico.
Crédits (coll. François de Choulot)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Photographie sans date du monument aux morts pour la France du cimetière militaire français de Gand en Belgique.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Carte postale des années soixante ou soixante-dix adressée par une jeune fille à une camarade française depuis Ashford, ville du sud-est de l’Angleterre.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Carte postale du monument aux morts belges d’Anvers
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Carte postale du monument aux morts belges de Tournai.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1244/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

© Éditions Codex, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search