Version classiqueVersion mobile

Comprendre le monument aux morts

 | 
Franck David

Lire, décrypter, entendre le monument aux morts

Texte intégral

  • 1  Bailly Jean-Christophe, Le dépaysement. Voyages en France, Seuil, 2011, page 13.

1Poser le regard, un regard neuf, dénué de considérations idéologiques et de toute compassion déplacée. Venir à la rencontre d’un monument aux morts comme on découvrirait un paysage, l’envisager comme un témoin, le dévisager comme un inconnu. Reprenant des mots du bel ouvrage de Jean-Christophe Bailly 1 parti à la recherche de ce que le mot France désigne aujourd’hui : « ce qui est venu ainsi à ma rencontre, ce n’est ni l’histoire des manuels ni celle des guides, c’est ce qu’il faudrait appeler une histoire des traces, dont le présent serait l’affleurement ». Sur la couverture de l’ouvrage, une photographie de paysage dévoile en bandes horizontales un ciel voilé et la masse sombre d’un coteau boisé devant lequel se déploie au premier plan une prairie à la surface tourmentée. Etrange décor n’évoquant en rien un paysage emblématique ou aisément reconnaissable. Seule la légende du quatrième de couverture permet de comprendre ce choix iconographique pour l’affleurement du présent : « Environs de Verdun ». Et c’est précisément à une histoire de ces traces que nous souhaiterions contribuer à travers l’étude du monument aux morts, donnant ici quelques outils pour la mener à bien. L’approche serait quasi archéologique, comme pour d’autres vestiges. à l’instar de l’archéologue, chercher dans cette « trace » des éléments de signification et suivre en cela un guide en la matière dans la personne du genevois Waldemar Deonna (1880-1959), archéologue et photographe qui sut si bien donner à voir les sites grecs :

  • 2  Chamay Jacques, Courtois Chantal, Rebetez Serge, Waldemar Deonna un archéologue derrière l’objecti (...)

« Au fond, l’archéologie étend son investigation sur tout ce qui porte la trace de la main de l’homme. Il faut s’attacher non seulement aux formes, mais à la sociologie, à la psychologie, au folklore, à l’histoire des religions, aux traditions populaires » 2.

2Le monument ne peut être extrait de son environnement, de son contexte. En tant que tel, il se résume à une construction parfois sommaire. Replacé dans le territoire, au sein de la collectivité qui l’a érigé et qu’ensuite il a prise à témoin, il acquiert une dimension véritablement politique. Comment décrypter aujourd’hui les messages qu’il adressait hier à un public traumatisé ? Comment appréhender le témoignage qu’il transmet près d’un siècle plus tard dans un quotidien qu’il indiffère ? L’examen attentif et averti donne à l’observation in situ une excellente entrée en matière pour satisfaire les ambitions soulevées précédemment. Ensuite et en complément, un recours aux archives permet d’approfondir l’enquête.

Situer le monument dans le territoire de la commune

3Où qu’il se trouve, le monument aux morts occupe un point central dans la géographie locale. Sa seule présence confère au lieu une centralité tantôt héritée, tantôt nouvelle. Dans le territoire communal, les espaces publics propres à accueillir ce genre de projet tournent le plus souvent autour des lieux symboliques : mairie, église, place, parc, école, cimetière... La contrainte du bâti existant pèse partout, moins dans les villages que dans les villes où la surface du nouvel aménagement concurrence d’autres formes d’occupation du sol. Dans les petites communes au contraire, la question de l’emplacement du monument – quelques dizaines de mètres-carrés tout au plus – soulève plus de questions d’ordre idéologique que de logiques d’aménagement, quoiqu’elles ne soient pas totalement exclues. Mais par-delà les arrière-pensées politiques ou religieuses, sinon philosophiques, le choix de l’emplacement obéit aussi largement à la représentation que les habitants se font de leur lieu de vie. Des réflexes inconscients ou issus de générations d’appropriation du territoire communal renseignent sur l’attachement de ces hommes à leur géographie. Cet aspect a parfois été négligé dans l’étude des monuments aux morts. Le choix de l’emplacement fait sens.

  • 3  Voir Tison Stéphane, Comment sortir de la guerre, op. cit., ou la brochure diffusée par la Directi (...)

4De surcroît, le monument aux morts n’est ni une construction d’agrément ni un aménagement utilitaire, ni une fontaine ni un terrain de jeu. Cette construction est d’un type relativement nouveau, même s’il existe çà et là des monuments liés au souvenir d’une bataille ou d’une guerre, de la Révolution ou plus souvent de la guerre de 1870 3. Elle soustrait à l’espace public un périmètre désormais sacré, mais laïque. Où donc greffer ce nouvel élément du paysage urbain auquel sera assignée une fonction mémorielle forte ?

Les pôles funéraire, civique et religieux

5En aucun cas son positionnement n’est anodin et il ranime parfois des querelles tout juste éteintes ou mises en sommeil par le conflit, notamment autour de la loi sur la laïcité dite « loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État ». Les conseils municipaux s’agitent pour déterminer sous quelle égide placer les « morts pour la France » et les délibérations témoignent d’oppositions farouches voire partisanes. De ce point de vue trois tendances rivalisent, sans exclure d’ailleurs des positions médianes entre ces trois pôles.

6Certains le veulent du côté des morts, au cimetière. Pour ceux-là, la mémoire appartient à chacune des familles endeuillées. En choisissant le cimetière on reconnaît aux soldats tombés une forme de sépulture, une assimilation aux défunts honorés comme tels par leurs proches, par la famille. Les disparus appartiennent à la sphère de l’intime. Privées du contact avec le disparu inhumé loin de chez lui, les familles vivent à travers ce choix une forme de compensation à un deuil dont elles se sentent spoliées. Bien avant la question d’un monument et jusqu’en 1922, c’est d’ailleurs le 1er ou le 2 novembre qu’ont lieu les cérémonies. Le cérémonial de la fête des morts associe rituellement les morts de la guerre aux autres défunts de la collectivité. Le face-à-face intime avec le souvenir du fils ou du mari disparu peut se vivre individuellement ; la douleur s’exprime plus facilement, les larmes peuvent couler... Le choix du cimetière pour placer le monument est celui de la tristesse et de la peine retenue. Il se trouve souvent dans les milieux marqués par un attachement aux racines, au souvenir des défunts, aux valeurs ancestrales, comme dans l’Ouest de la France, notamment la Vendée « historique » qui ne correspond pas de fait au département administratif mais s’étend sur la Vendée, les Deux-Sèvres, le Maine-et-Loire et la Loire-Atlantique.

  • 4  La date du 11 novembre est instituée par la loi du 24 octobre 1922 sous la pression des anciens co (...)
  • 5  Becker Annette, Les monuments aux morts, op. cit., page 102.

7D’autres le veulent délibérément du côté des vivants. Pour eux la mémoire des victimes appartient à tous et pas seulement à leurs proches. Le deuil doit alors être partagé par la collectivité et donc transféré dans l’espace public. L’hommage est rendu lors de la journée officielle 4 en présence des autorités, des anciens combattants, des familles aussi mais en dehors de toute intimité, par des gestes codifiés et laïcisés même s’ils empruntent largement au christianisme (le discours, le chant, le recueillement silencieux...). Ici, la dignité l’emporte, l’orgueil même, qui n’empêche pas l’émotion mais encadrée et mise en scène. La proximité de la mairie renforce la dimension républicaine de cet hommage. Antoine Prost introduit ici la catégorie des monuments civiques. Le carrefour, la place ou le square jouent ce rôle avec en plus une dimension pédagogique ou édifiante. Au carrefour, il s’associe à la convergence des déplacements, des regards qui les accompagnent, image offerte à tous ceux qui arrivent ; association aussi à l’environnement sonore des déplacements, hier les voix, les semelles et les fers, aujourd’hui les moteurs. La place rassemble la collectivité ainsi que les alentours pour un marché, une foire ; elle lie les morts au rythme de la vie locale à ses fonctions économiques ou festives. Le square accueille plus paisiblement la promenade dominicale ou vespérale, les jeux des enfants. Le monument offre une présence discrète, comme si les disparus veillaient sur les vivants. Pour chaque cas particulier un sens singulier. Annette Becker évoque alors « 36 000 pages glorieuses offertes à la réflexion et à l’admiration des cadets » 5. Ces monuments « publics » entrent dans un registre plus patriotique. Le monument rappelle à chacun le sacrifice de la commune et de la nation, en particulier auprès des jeunes générations. Une telle approche se retrouve dans les plaques commémoratives apposées dans les lieux de passage, les gares, les école ou les hôpitaux, où la mémoire des morts trouve à s’exprimer au sein même des vivants qui les ont côtoyés ou qui poursuivent leur œuvre.

8Une troisième voie s’offre à ceux pour qui la religion seule permet d’accompagner le deuil individuel et collectif. L’église est alors le seul endroit à pouvoir assumer la charge émotionnelle du sacrifice enduré. Le monument aux morts ne peut s’envisager hors la présence rassurante du clocher, comme le village s’est groupé autour de son église primitive. L’église domine et abrite la mémoire des disparus, elle accueille au besoin le deuil des familles qui ne peuvent publiquement l’exprimer devant le monument. L’émotion trouve alors sa place en franchissant le portail de l’édifice et la religion vient au secours de la douleur pour que celle-ci trouve, sinon un sens, du moins une transcendance. Il n’est pas rare d’y trouver une stèle à la mémoire des paroissiens tombés au front. De là se comprend la volonté de certains élus de tenir l’église à distance du monument pour qu’elle ne récupère pas la peine des familles. Une fois encore l’enjeu est de taille et la symbolique loin d’être tenue pour marginale.

9Dans les petits bourgs, le consensus est facilement obtenu lorsque la place sépare la mairie, l’église et le cimetière attenant. Mais que le monument se dresse face, adossé ou soigneusement à distance des pôles funéraires, civiques ou religieux, cela dégage du sens, encore aujourd’hui lorsqu’il faut envisager un déplacement.

Le monument aux morts in situ

Cartes postales de l’entre-deux-guerres.

Cartes postales de l’entre-deux-guerres.

À Chamonix, le Mont-Blanc constitue le point de mire de toute la communauté. Le Poilu du monument aux morts semble rentrer chez lui en remontant la vallée vers le village, fourbu. S’il suit les traces de l’alpiniste Horace-Benedict de Saussure qui donna sa majesté au toit de l’Europe, juché comme lui sur un socle du même roc façonnant ici la géographie, il regarde le sol, la tête légèrement baissée et non le sommet emblématique. Peine, pudeur vis-à-vis de tous ceux qui ne sont pas rentrés et dont il porte les noms, le monument impose le respect du deuil et de la souffrance endurée. Les cérémonies lui faisant face tournent le dos au massif, imposant un instant l’oubli du décor si propre à l’évasion.

(coll. part.)

Un peu plus en aval, à Sallanches, la perspective est inversée. Les sommets enneigés demeurent en toile de fond des cérémonies d’hommage. Mais dans les deux cas le Mont-Blanc se pose en référent.

Carte postale ancienne de Constantine en Algérie montrant le monument aux morts dressé en forme d’arc de triomphe sur un éperon rocheux, au-dessus des ravins qui dessinent le site exceptionnel de la ville. Sa forme rappelant l’héritage romain de la province, son site reprenant celui de la ville et sa conservation malgré les vicissitudes de l’histoire témoignent de la force d’identification des habitants – hier comme aujourd’hui – au monument.

(coll. part.)

Nice (en haut) et Biarritz (en bas), cités balnéaires depuis le XIXe siècle, ont placé leur monument en lien avec l’élément marin et la côte rocheuse dont la confrontation spectaculaire a fait leur fortune. Face à la Méditerranée, monumental et incrusté dans la corniche entre la plage et le port, il s’inscrit pleinement dans le site comme dans l’histoire de la fondation par des Phocéens. Sur le littoral atlantique, la cité basque l’a posé face à l’emblématique Rocher de la Vierge, source d’embruns bienfaisants et destination de toutes les promenades.

(coll. part.)

Saint-Nazaire, au débouché de l’estuaire de la Loire, a vu débarquer 250 000 soldats américains entre 1917 et 1919. Le monument aux morts, situé avant les bombardements de 1944 entre la ville et la plage, constitue avec ses deux colonnes en vis-à-vis comme une porte, un passage entre terre et mer.

À Oran, grand port de l’Ouest algérien, le monument a trouvé place face à la ville et dos à la mer, comme si les deux Poilus de pierre étaient de retour. Là encore les commémorations se déroulent devant l’immensité des flots avec, derrière, la ville et ses habitants que toisent les colosses, comme autant de soutiens dans l’épreuve.

(coll. part.)

Le site

10Comme le montrent les illustrations qui précèdent, il faut compter aussi avec la topographie locale. Le monument entretient avec le relief ou l’hydrographie un rapport étroit qui en dit long sur l’identification de la communauté à sa géographie dans sa dimension physique mais plus encore culturelle. Un aplomb, un coteau, un éperon ou un abrupt mettent le monument en évidence, en hauteur. On « monte » au monument aux morts comme on lève les yeux pour adresser une pensée aux disparus, ce qui n’est pas dénué de sens. Ensuite on redescend parmi les mortels. Le monument est-il orienté vers les hauteurs ou vers l’aval ? Il est voué aux espaces auxquels les villageois accordent une quasi sacralité en y plaçant le souvenir des disparus, ceux-là mêmes qui arpentaient ces lieux, les travaillaient, les faisaient vivre. Ainsi, à Laruns dans la vallée d’Ossau (Pyrénées-Atlantiques) le Poilu du monument semble descendre tout droit de la montagne, rejoignant la vallée comme tant de bergers en retour d’estive. Et quand les habitants regardent le monument, ils ont en arrière-plan ce paysage qui est le leur, celui aussi de ceux qui ne sont pas rentrés. En revanche, à Chamonix, autre localité emblématique de la montagne, le monument figure un Poilu qui semble revenir au village, dirigeant ses pas vers les sommets. Si bien que vu de dos, les cartes postales de l’époque offrent en plus du monument aux morts le Mont-Blanc en arrière-plan, dans la même perspective d’ailleurs que le monument à Saussure et Balma – les deux vainqueurs du massif – érigé dans les années 1880. L’implantation du nouveau pôle mémoriel, constitue un trait d’union entre le passé, la tradition, et l’avenir de ces sociétés. Une étude des monuments de montagne serait à cet égard instructive quant aux mutations de ces espaces au début du XXe siècle, particulièrement du fait de la saignée humaine qui précipite leur déclin.

11L’hydrographie peut être sollicitée. En bord de mer, sur la falaise avec l’océan et le Rocher de la Vierge en arrière-plan (Biarritz), adossé à la falaise et face à la Méditerranée (Nice) ou au contraire face au port et adossé à la ville (Port-Vendres), le monument incarne sur le littoral le lien tissé avec l’élément marin ; il fait partie du paysage spectaculaire dans la ville de bains et de villégiature aisée ou au contraire s’insère parmi les travailleurs de la mer dans une logique plutôt vivrière. Dominant la vallée ou proche du cours d’eau, le monument aux morts en souligne l’importance. Selon qu’il regarde vers la plaine ou la montagne, vers le large ou la terre ferme, vers la ligne de front aussi, il prend une dimension supplémentaire liée à la force des éléments. Dans la vallée préhistorique de la Vézère (Dordogne), aux Eyzies, les habitants ont placé leur monument au pied de la falaise – au pied du château aussi – le long de la route qui suit la rivière. L’héritage est clairement revendiqué entre l’avenue de la Préhistoire et la rue du Moyen-âge. Aux Ponts-de-Cé, commune du Maine-et-Loire située à quelques kilomètres au sud d’Angers, le monument a trouvé naturellement sa place d’abord entre les deux ponts qui enjambent les bras de la Loire en direction d’Angers, ensuite près du château du roi René qui constituait une porte fortifiée pour ce passage obligé. Un tel emplacement, sur la route qui mène à la cité angevine emblématique aussi par la forteresse royale de René d’Anjou, place le souvenir des morts de la Grande Guerre au cœur des éléments d’identification du territoire. D’ailleurs, s’il a été déplacé pour les besoins de l’urbanisme, il a bougé seulement de quelques centaines de mètres pour ne rien perdre ce cet ancrage territorial. Le relief, l’hydrographie et éventuellement la forêt confèrent incontestablement au monument aux morts une puissance quasi tellurique rejoignant d’une certaine manière les cultes païens.

L’étude géographique du monument aux morts

12à la rencontre du sens actuel et de la signification originelle, l’emplacement du monument aux morts raconte aussi le lien qu’entretient le groupe social avec son territoire, cet « espace approprié » pour reprendre les termes des géographes. Entre les pôles funéraire, civique et religieux de l’historien et les « éléments naturels » auxquels une commune s’identifie, le monument s’inscrit aussi dans une logique spatiale de proximité et de mise à distance. La place, le jardin public, le carrefour, la rue ou le boulevard le mêlent aux flux ou le préservent du tumulte de la circulation ; le passant est appelé à sa rencontre ou tenu éloigné ; le regard qui s’y pose tantôt statique – propre à l’errance des pensées, tantôt fugace – sorte de flash mémoriel, change le rapport entretenu avec l’objet assujetti au quotidien.

  • 6  Le monument de Jard-sur-Mer (Vendée) a été réalisé par Eugène Durand, granitier d’Avrillé. Avant s (...)
  • 7  L’étude géographique du monument aux morts reste à faire. Qu’il soit permis de citer ici les géogr (...)

13Aujourd’hui, l’espace a changé. Son utilisation aussi. La géographie du territoire a parfois bouleversé son organisation au point de devoir déplacer le monument. Dans certaines communes il s’agit de rendre plus visibles les commémorations ou de mieux intégrer le lieu dans le patrimoine local 6. Sa relégation ou au contraire le choix d’un nouveau site remarquable en disent long sur le rapport entretenu avec la mémoire de la guerre. Les apports de la géographie sociale et culturelle, patrimoniale même, sont précieux pour saisir au plus près comment s’articulent le territoire et la société qui l’habite 7.

  • 8  Pour clore sur ces voies nouvelles de la géographie il est utile de mentionner, entre autres trava (...)
  • 9  Augé Marc, Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Seuil, 1992.

14Chercher dans une commune le monument aux morts met en jeu des réflexes de localisation, une quête de repères, un processus de réflexion qui contribuent à donner du sens à son emplacement. Son approche, la mise à distance d’abord puis la découverte au plus près mobilisent l’acuité du regard. On appréhende le monument dans son contexte urbain puis dans sa globalité structurelle et enfin dans ses détails les plus infimes. Ainsi que cela a été évoqué précédemment, l’attention à l’environnement sonore peut apporter des éléments de signification 8 ; s’il est dans un endroit calme ou bruyant, mêlé aux sons de la ville et de la vie urbaine ou au contraire à l’écart, entouré de cris d’enfants, de conversations de promeneurs, du bruit du vent dans les arbres, de la mer ou de l’eau qui coule... S’arrêter quelque temps aux abords du monument, observer la fréquentation, dresser l’inventaire de ceux qui passent à proximité, tenter de saisir les regards qui s’y posent, l’esquivent ou l’ignorent, interpeller les passants, questionner les riverains ; l’insérer dans une société contemporaine parcourant l’espace du quotidien. Le monument fait-il « lieu » ou au contraire se rapproche-t-il de ce que Marc Augé définit comme un « non-lieu » à savoir une de ces places de la mobilité moderne où se croisent en s’ignorant des foules d’anonymes (halls de gare, centres commerciaux, aires d’autoroutes...) ? 9 Le monument aux morts, marge au cœur du centre-ville, « centre-vide » comme l’écrivait Roland Barthes à propos du palais impérial au cœur de Tokyo ? La question du « lieu de mémoire » comme « non-lieu » de la modernité interpelle. Quoiqu’il en soit, la quête de l’objet lui-même est quête de sens.

Déchiffrer les symboles et lire la composition

15Très souvent le monument est isolé du territoire communal par un espace sacré, au sens latin du terme sacer c’est-à-dire séparé et inviolable. Le sillon de Romulus ou le mur qui ceint le cimetière jouent le même rôle de séparation entre deux mondes : le profane et le sacré. Cette séparation peut être symbolique avec des gravillons, de la végétation, ou formalisée par une grille ou des chaînes. Dans ce cas l’utilisation d’obus, de fûts de canon ou de casques rappelle directement la vocation militaire de l’endroit. Les communes peuvent puiser dans les stocks de l’armée mais le transport reste à leur charge, d’où parfois de simples formes en béton. La mise en valeur peut être accentuée par la présence de marches ou d’un piédestal pour placer le monument en hauteur, au-dessus du monde des vivants. Soustrait à l’espace public et mis en exergue, il acquiert une dimension symbolique quasi religieuse, mais laïque.

  • 10  Renoux Dominique, Pelletier Olivier, Rivé Philippe, « Variations sur un thème », dans Becker Annet (...)

16Face à la dépense, certaines municipalités se contentent de recourir à des formes antiques comme l’obélisque, la pyramide ou la colonne, éléments d’architecture traditionnellement associés à la mort dans l’antiquité. L’histoire de l’art et l’étude des tableaux religieux notamment par Daniel Arrasse, éclairent opportunément le recours à certains éléments symboliques. La colonne en particulier, par sa verticalité, établit une communication implicite entre le monde terrestre et le monde céleste, entre le temporel et le spirituel, l’humain et le divin ; parfois un fronton, mur des lamentations ou sorte de frontière entre le monde des vivants et l’au-delà. Un inventaire particulièrement précis des styles architecturaux a été réalisé en son temps dans l’ouvrage collectif malheureusement épuisé Monuments de mémoire. Les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale 10. De style néoclassique très académique, les monuments s’inscrivent plutôt en rupture avec les courants artistiques de l’époque. Seuls les investissements coûteux impliquent des artistes de renom. Le monument acquiert alors le statut d’œuvre d’art. Mais même en cas de dépouillement extrême, un large éventail de symboles en renforce le sens. Souvent taillés dans la pierre ou coulés dans le bronze ces éléments décoratifs confèrent une valeur supplémentaire. La noblesse du matériau se mêle à son caractère inaltérable et perpétuel. Il est difficile de faire un inventaire complet de ces symboles. Ceux-ci sont souvent associés, isolément ou pris dans des compositions. On retiendra :

  • Les éléments végétaux : sempervirents, ils symbolisent l’éternité ; les lauriers de la victoire présentés en branche ou en couronne pour marquer la gloire ; le chêne pour la force, la robustesse et la vaillance ; la palme qui distingue, honore, glorifie le sacrifice consenti et en même temps désigne à l’immortalité ; le houx, le lierre (pour l’attachement) sont aussi fréquents ; le blé ou les épis marquent la renaissance ; la couronne tressée est un ornement funéraire classique associé tout simplement à la mort, au cycle de la vie. Les décors végétaux insufflent la vie au monument, régénèrent le souvenir, abolissent l’oubli.

    • 11  Annette Becker souligne à juste titre la nuance entre « les monuments de douleur », nombreux, et l (...)

    Les ornements militaires : la croix de guerre est la plus fréquente – décernée depuis 1915 pour acte de bravoure, elle confère à la mort une dimension héroïque. La médaille porte en médaillon un visage féminin de profil portant le bonnet phrygien ‒ Marianne, la République ‒ coiffée d’une couronne de laurier et auréolée de la gloire de la victoire. La mention « République française » est inscrite sur le pourtour. Les glaives croisés symbolisent l’armée qui défend la République (comme régime politique) et la Nation (le peuple qui se reconnaît derrière ces symboles). Ils renvoient à l’Antiquité et aux valeurs patriotiques. C’est ainsi que Jacques-Louis David a représenté les épées croisées dans la main du père dans Le serment des Horaces où les fils font le serment de vaincre ou de mourir pour la patrie, même s’il s’agit en 1784 de la monarchie. Le casque et l’épée – souvent présents dans l’ornementation du monument – évoquent l’armée et l’enrôlement de ces hommes qui furent d’abord des soldats. Ordre et discipline sont rappelés à cette occasion. Il importe de faire passer le message que ces hommes, leur engagement et leur mort doivent servir d’exemple pour les générations suivantes ; mobilisation et conscription sont érigées en vertus. Serait-il envisageable que le monument suggère la colère et la révolte ? Les exemples sont rares et désormais bien connus 11. Pour autant l’inventaire des monuments explicitement pacifistes – lus parfois dans notre présent comme autant de fragments de bravoure ou de résistance à l’esprit du temps – se confronte à la définition de « pacifiste ». Le plus souvent c’est la dédicace, sur laquelle nous reviendrons, qui place d’emblée le monument dans la catégorie des « anti-guerre ». Néanmoins une esthétique récusant tout ornement militaire peut aussi, justement dans le contexte de l’époque, être perçue comme un subtil plaidoyer pour la paix.

  • Les symboles funéraires : l’urne recueille les cendres, la terre qui a absorbé les dépouilles, elle évoque le souvenir et permet de formaliser la disparition de l’être cher dont la sépulture est éloignée ou dont le corps a disparu dans l’enfer des combats ; le drapé, voile funèbre du deuil, lui est parfois associé ; la flamme est la marque de l’immortalité, elle ne s’éteint jamais à l’image de celle qui brûle sur la tombe du soldat inconnu. L’État s’est engagé dès 1915 à entretenir le souvenir perpétuel et les sépultures des soldats « morts pour la France ». On trouve parfois la chaîne qui d’ordinaire symbolise la vie. Brisée (comme l’arbre, la colonne) elle marque alors la mort (prématurée) en même temps qu’elle peut faire allusion à la liberté recouvrée. Le message est alors plus politique.

  • La République : le drapeau replié sur lui-même ou recouvrant un cercueil évoque le deuil, en berne il célèbre la victoire ; RF (République française) parfois en médaillon, faisceau de licteurs (sceau de la République), bonnet phrygien (symbole de la liberté) constituent des invariables et célèbrent l’attachement au régime républicain. Il n’était pas inutile de rappeler à l’occasion aux contemporains que les régimes autocratiques ont succombé à la guerre et qu’alors l’image d’une victoire de la démocratie s’impose. Le coq gaulois, renforce éventuellement cette démonstration patriotique.

  • Les symboles religieux devaient théoriquement être bannis, surveillés de près par les commissions préfectorales. Mais pour ne pas raviver les tensions d’avant-guerre, les oppositions de principe de l’un ou l’autre camp ne se sont pas acharnées sur le monument aux morts. La croix latine apparaît parfois dès le jour de l’inauguration, indépendamment du projet initial, ou a posteriori, voire disparaît de la même manière. Discrète ou clairement dominante, elle en dit long sur l’attachement à la religion. Elle a été facilement tolérée dans les petites communes comme symbole habituel des sépultures, quand le monument ne se réduit pas simplement à une plaque scellée sur le socle d’une croix de mission de la fin du XIXe siècle.

  • 12  Gautier Corinne, Renoux Dominique, « L’art de série », dans Becker Annette, Pelletier Olivier, Ren (...)
  • 13  Voir Becker Annette, Pelletier Olivier, Renoux Dominique, Rivé Philippe, Thomas Christophe (dir.), (...)

17La statuaire et plus encore une composition architecturale complexe impliquent un engagement financier de la municipalité à la mesure de l’ambition artistique consentie. On la rencontre d’autant plus rarement que la commune tient à maîtriser la dépense. Minoritaires, les monuments aux morts sculptés présentent néanmoins une grande variété de représentations humaines, figuratives ou stylisées, œuvres originales ou productions en série vendues sur catalogue 12. Ces sculptures en relief ou en ronde bosse, moulage ou taille directe, qu’elles émanent d’un artiste renommé – comme Maillol ou Bourdelle –, d’un autre moins connu – Real del Sarte, Quillivic, Sudre, Abbal – ou encore d’un anonyme, méritent une attention soutenue. C’est d’ailleurs la dimension la mieux étudiée des monuments aux morts 13. Paul Landowski, élève de Rodin et distingué par le Grand Prix de Rome en 1900, est ainsi l’auteur de près de vingt-cinq réalisations dont celles d’Alger et Casablanca – les plus monumentales – ou Les Fantômes d’Oulchy-le-Château dans l’Aisne. Henri Bouchard, honoré par la même distinction l’année suivante, s’acquitte d’une quinzaine de commandes, notamment pour Dijon – sa ville natale – mais aussi Fort-de-France en Martinique. Bourdelle, quant à lui, avait déjà réalisé en 1895 pour Montauban un monument aux combattants et défenseurs du Tarn-et-Garonne en 1870-1871 qui, exposé au salon de 1902, lui assura la célébrité. On lui doit notamment le monument de Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire, en forme de lampe de mineur et dont les reliefs rendent hommage au labeur de la mine. Real del Sarte, éprouvé dans sa chair (son frère est tué en 1917 et lui-même perd un bras) honore plus de quarante commandes marquées par sa foi catholique (notamment pour son Pays basque natal ou l’ouest de la France). Quillivic en Bretagne ou les frères Martel en Vendée, figurent aussi parmi les sculpteurs engagés dans l’entreprise des lieux de mémoire communaux de la Grande Guerre. Enfin, Aristide Maillol exécute pour quatre communes du Roussillon – Elne, Céret, Port-Vendre et Banyuls – des monuments qui se détachent par leur singularité et pour lesquels il refuse tout salaire. De fait, l’impression générale dégagée par la sculpture et l’architecture est significative quant à la tonalité générale du monument et au message qu’il a voulu véhiculer.

18Le Poilu demeure la figure emblématique :

  • Vivant, grave, triste ou recueilli, il veille sur les morts du monument comme il veillait sur la frontière. Sentinelle immobile ou cohorte de fantassins marchant vers le front, ces représentations souvent empreintes de réalisme, traduisent un attachement aux valeurs civiques du service militaire. Soldat faisant son devoir, le Poilu protège le pays.

  • Combattant farouche, menant un assaut triomphant, il effraie et menace. On voit alors le nationalisme s’exacerber et le soldat laisse la place à une mise en scène héroïque du guerrier s’affranchissant des contraintes du réalisme. La posture est théâtrale, le mouvement devient élan. La défiance se manifeste vis-à-vis de l’adversaire, présent sous la forme d’un casque à pointe ou d’un aigle piétiné. Au-delà du devoir s’affirme le conquérant, le Poilu comme artisan d’une victoire alors pleinement revendiquée.

  • Fauché en plein mouvement, blessé à mort, il illustre le courage et le sacrifice patriotique. La blessure est invisible, la mort venue de nulle part terrasse le glorieux défenseur de la patrie. Là encore la souffrance est démonstrative. L’expression de la douleur érige en héros le soldat qui, au-delà de sa propre mort, suggère la violence de la guerre.

  • Mourant ou mort, il incarne alors la douleur de la perte. Agenouillé, assis ou adossé, agonisant ou allongé, plus rarement effondré face contre terre, la figure du combattant parvenu au point de non-retour s’attache à représenter la mort dans la dignité, avec un certain réalisme quant aux expressions du visage ou aux postures. Seul, le drapeau serré contre son cœur, parfois honoré par ses pairs ou ses proches (femme, enfant), le Poilu apparaît alors plutôt comme une victime. On se rapproche éventuellement de la thématique funéraire des gisants ou des représentations religieuses de la mort.

19L’infinie variété des représentations du soldat nuance le message que délivre le monument aux morts. Mais quelle que soit la mise en scène, son équipement mérite attention. Dans une exigence de précision, l’image essaie d’être réaliste, fidèle, tout en se conformant à un certain idéal de la figure du Poilu. L’uniforme, la vareuse, les bandes molletières, les chaussures aux semelles cloutées montrent un soldat présentable ; le casque, la musette, la gourde, les cartouchières, le masque à gaz témoignent d’un équipement complet ; le fusil et la baïonnette achèvent la présentation du combattant. Dans tous les cas on notera l’absence de toute référence négative aux conditions de vie au front et à la réalité des tranchées ; aucune allusion au froid ou à la boue, aux poux ou à la maladie, aux difficultés de la survie en première ligne. Le Poilu est rasé de près, avec sa moustache de rigueur. Cette décontextualisation sert l’image d’une mort honorable, sinon héroïque. Car dans la majorité des monuments figurant un soldat, celui-ci est représenté en héros ; rares sont ceux qui en font une victime.

20La figure féminine s’avère plus rarement présente sur les monuments aux morts, éventuellement en association avec la figure du Poilu.

  • Allégorie, silhouette stylisée à l’antique au visage sans expression, elle est tantôt Victoire (ailée) avec parfois une confusion possible ou entretenue avec un ange, tantôt Patrie (armée d’une épée) sorte de Minerve casquée, tantôt Nation (tenant le drapeau). Dominant le soldat par sa taille et sa position, elle veille sur lui comme sur les morts dont les noms sont gravés plus bas. Sous une telle égide, idéal supérieur pour lequel ils ont donné leur vie, les défunts ne peuvent qu’être auréolés par la gloire de la victoire. Les figures de la Vierge recueillant la dépouille d’un soldat, ou de Jeanne d’Arc confirmant le caractère presque sacré de la lutte, ont parfois été sollicitées dans un regain spirituel ou nationaliste.

  • Femme, mère ou veuve éplorée, la statuaire peut s’inspirer d’un modèle local. La représentation très réaliste revêt alors les habits de l’époque avec un ancrage régional fort (coiffe, costume). Elle est parfois accompagnée d’un fils, le survivant à qui il incombe de reconstruire l’avenir en même temps que de perpétuer le souvenir des disparus. De telles mises en scène privilégient l’atmosphère de deuil avec une dimension édifiante vis-à-vis des jeunes générations, éventuellement de douleur voire de colère.

  • 14  Pérès Hubert, « Identité communale, République et communalisation. À propos des monuments aux mort (...)

21Enfin, il importe de mentionner la place des civils sur certains monuments aux morts. Pour faire le lien entre les vivants et les disparus, pour renforcer peut-être le lien entre la commune d’où sont partis ces hommes et la nation pour laquelle ils se sont battus 14, une place a été accordée ici ou là aux habitants du lieu à travers la femme, le fils ou les enfants, le père et la mère dans certains cas. L’ancrage local par le costume confirme la dimension folklorique au sens premier du terme. La coiffe renforce éventuellement l’identification d’une population à son monument. Le travail sert aussi de vecteur pour renforcer le sentiment d’une communauté de destin entre les disparus et les habitants. Dans les régions minières les forçats des galeries, dans les terroirs agricoles les travaux des champs, tissent avec les vivants un lien de proximité. Pour compléter l’évocation des monuments « pacifistes », outre leur dépouillement en terme de symboles militaires, l’attitude des personnages contribue à alimenter le message général. Dans bon nombre de cas la douleur ou le recueillement l’emportent sur toute évocation de la guerre ou de l’armée. Ces « monuments de douleur », selon Annette Becker, mettent en scène des veuves et éventuellement des enfants pour témoigner de la souffrance du deuil voire dénoncer la perte. Les sujets bretons de Quillivic, les femmes vendéennes des frères Martel ou celles de Maillol, entre autres, s’y apparentent. Dans un petit nombre de cas, la revendication s’incarne dans un poing brandi sans équivoque, comme c’est le cas à Péronne (Somme) et à Gentioux (Creuse). Parfois ce sont les armes qui sont délibérément jetées comme à Avion (Pas-de-Calais), ou l’épée brisée sur le genou d’un homme à Château-Arnoux (Alpes-de-Haute-Provence) et Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Enfin le monument peut être aussi dédié à la paix, « Pax » comme le proclame celui d’Ollioules (Var).

22Il existe aussi un bestiaire, certes limité mais qui peut retenir l’attention comme élément signifiant. Le coq ou l’aigle renvoient à une imagerie d’Épinal maintes fois déclinée. Le chien s’est immiscé par endroit, compagnon fidèle, accompagnant son maître, reconnaissant son autorité. Le cheval, héros méconnu de la Grande Guerre, a payé un lourd tribut. Souvent cité dans les récits de témoins, mis en image dans la bande dessinée, sa réquisition a provoqué des émotions dans certaines régions d’élevage. Dans le sud-ouest, en Lomagne, certains se souviennent encore des récits des anciens, alors enfants, traumatisés par l’enlèvement des chevaux. La mémoire, si elle vacille, n’a pas encore effacé ce traumatisme quasi mythifié érigeant le cheval en Sabine. On trouve aussi une représentation de ce héros anonyme sur le monument comme hommage au travail, là encore celui de la mine ou celui des champs. Le bœuf rejoint cette thématique. On trouve à Lille, et c’est le cas aussi à Bruxelles, un monument consacré aux pigeons voyageurs morts dans la guerre – ils seraient vingt mille – et aux colombophiles fusillés par l’ennemi. Notons que les Britanniques ont érigé en 2004 un monument à Londres spécifiquement dédié aux animaux morts dans la Grande Guerre.

La composition du monument aux morts

Riche composition sur le monument de Larrazet, petite commune du Tarn-et-Garonne

Riche composition sur le monument de Larrazet, petite commune du Tarn-et-Garonne

La mise en scène et la représentation du Poilu peuvent naturellement prendre des formes variées comme sur ces cartes postales anciennes. Ci-dessus, à Colombes, le soldat victorieux triomphe de l’aigle ennemi alors qu’à Châlons-sur-Marne (aujourd’hui Châlons-en-Champagne) le monument aux morts figure un groupe de soldats montant au front dans une posture plus réaliste et moins allégorique.

(coll. part.)

La mort n’est pas occultée. À Saint-Sardos (Tarn-et-Garonne), ci-dessus, le soldat est représenté fauché en plein élan lors d’un assaut et à Mauvezin (Gers), le soldat est figuré gisant.

(coll. David)

Les figures féminines sont également parfois présentes comme ici, à Saint-Vincent-sur-Jard, commune vendéenne où Clemenceau avait sa maison de villégiature, face à l’océan, et où l’on retrouve une statue de Jeanne d’Arc, figure religieuse, nationale et guerrière. La plaque de présentation précise : « Réplique d’un plâtre d’Henri Chapu (1833-1891), la statue fut l’une des plus célèbres images de Jeanne d’Arc en France. Elle représente la pucelle en costume de paysanne, assise par terre, les mains jointes dans une attitude recueillie. L’œuvre est un don du colonel Martin-Decaen. De retour d’un voyage en Asie, Clemenceau découvre l’ensemble et n’apprécie guère la présence de la sainte à côté du Monument aux morts ».

(coll. David)

23(coll. David)

Bas-relief en bronze à Beaumont-de-Lomagne (Tarn-et-Garonne)

Bas-relief en bronze à Beaumont-de-Lomagne (Tarn-et-Garonne)

Le sculpteur André Abbal a choisi de représenter un Poilu encadré par les travaux agricoles. Le monument est à l’image de ce terroir rural du sud-ouest. Les attelages de bœufs sont à l’honneur, les chevaux ayant été massivement réquisitionnés dans cette région d’élevage. Deux personnes âgées guident les labours tandis qu’une femme sème. Au centre, le regard perdu vers le lointain – en l’occurrence le nord-est de la ligne de front – le soldat semble écartelé entre son devoir de conscrit et sa « petite patrie » qui a besoin de ses bras. L’homme parti, c’est aux parents et à l’épouse de pallier l’absence.

(coll. David)

Détails du monument aux morts d’Auch (Gers).

Détails du monument aux morts d’Auch (Gers).

La prégnance des symboles militaires est forte dans cette petite ville où l’emprise des casernes et des statues dédiées à d’illustres militaires de l’Empire l’est tout autant.

(coll. David)

Photographies du monument aux morts de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), réalisé par l’enfant du pays Aristide Maillol

Photographies du monument aux morts de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), réalisé par l’enfant du pays Aristide Maillol

Sculpté dans une pierre très dure pour résister à l’air marin, il a cependant été déplacé et adossé à la mairie. Un monument identique mais en bronze l’a remplacé dans son site original, sur un rocher à la sortie du port. La composition en triptyque renvoie aux retables des églises. Au centre, un homme nu sculpté en haut relief adopte une posture torturée qui l’inscrit dans le cadre du tableau, ses bras et ses jambes repliées dessinant la forme rectangulaire. Tête renversée, gorge tendue et regard tombant, il semble offert en sacrifice. Son corps nu exalte la force et la vigueur en même temps qu’il accentue le contraste avec le casque, censé le protéger. Il en ressort une impression de grande vulnérabilité malgré sa constitution. Sa main droite tient une épée, posée au sol, comme inutile. Les références au métal décliné dans sa version défensive et offensive, en regard d’un corps offert dans sa chair à l’acier des balles et des obus, renvoient directement à la condition du soldat sur le champ de bataille. Sacrifice du héros ou mortel sacrifié ? Les femmes qui l’encadrent le pleurent. Sculptées en bas-relief, comme pour souligner la dis- crète pudeur du deuil, elles présentent en compositions verticales d’un côté la mère consolant l’épouse par des gestes touchants, de l’autre trois femmes portant des couronnes de laurier. Elles arborent le même voile du deuil et la même tunique mais l’une est vêtue d’une jupe et elles portent des souliers à talon, comme pour marquer une présence humaine et non une référence mythologique.

(coll. David)

Interpréter les « lettres d’or »

  • 15  Loi du 28 février 1922 modifiant celle du 2 juillet 1915.

24Comme cela a été évoqué plus haut, l’expression « mort pour la France » correspond à une définition juridique du statut 15. Elle est accordée sous certaines conditions et détermine le versement d’une pension militaire d’invalidité ou de victime de guerre. Mais cette appellation officielle est accompagnée de formules dédicatoires plus ou moins explicites quant à la tonalité générale du monument. Si la rigidité de la formule ne permet guère l’originalité, du moins confère-t-elle une dimension supplémentaire au message général du monument.

Monument de la Roche-sur-Yon, préfecture de la Vendée

Monument de la Roche-sur-Yon, préfecture de la Vendée

Un bas-relief des frères Martel présente des soldats emmitouflés et étonnamment désarmés ; ils portent des outils de terrassement et une couverture en bandoulière. Les visages sont graves et, tandis qu’un des hommes se retourne sur la colonne en marche, deux d’entre eux regardent le public des vivants créant du même fait une sensation étrange, adressant comme un ultime adieu. L’épitaphe « à la mémoire de ceux qui sont tombés » bannit toute allusion à la communauté des habitants, au territoire – de la « petite » patrie, la commune, à la « grande » patrie, le pays – ainsi qu’à la mort ou la disparition. Les motifs végétaux sont absents et l’espace sacré même, qui habituellement met à distance les disparus, est ici aboli. Tous ces éléments incitent à y voir un monument pacifiste, esquivant en tout cas toute allusion à la guerre.

Dans le Gers, Auch comptait encore deux casernes jusque dans les années 1980. Ville de garnison, la capitale des cadets de Gascogne s’enorgueillit d’une statue de d’Artagnan placée en haut de l’escalier monumental. Le monument aux morts dressé sur la place qui le surplombe figure une République fière portant le voile du deuil et serrant le drapeau sur son cœur tout en tenant fermement une épée menaçante. Le regard porte vers le nord-est. La silhouette, le bras, le visage semblent masculins. Intitulée La Patrie, elle reprend une commande faite par le Souvenir français au sculpteur Antonin Carlès et inaugurée en 1908 à Pontoise (Oise). L’espace sacré est délimité par des obus et une clôture arborant des croix de guerre ; le laurier et le chêne sont associés sur le devant autour d’une grande croix de guerre. Les noms, gravés au sol même, accentuent encore la mise en exergue du monument. Il est impossible d’approcher la statue, trop haute, trop distante, patrie hors d’atteinte et inviolable. Le grade des officiers et sous-officiers est mentionné. « À ses enfants morts pour la France 1914-1918 la ville d’Auch reconnaissante » achève d’inscrire l’ensemble dans une tonalité patriotique.

(coll. part)

25Du laconique « à nos morts » au plus démonstratif « honneurs aux combattants de … morts pour la France » l’hommage est explicitement rendu aux morts :

26‒ « aux enfants de… / …à ses enfants » adopte la forme la plus neutre, dépouillée et sobre ; l’hommage public est retenu et se teinte d’une dignité quasi officielle ;

27‒ le vocabulaire de la famille (fils, maris, pères) traduit une emprise plus forte des sentiments, de la perte et de la peine ; la douleur est exprimée sans fard, dans un registre que chacun peut ressentir à la perte d’un parent ;

  • « gloire, glorieux, honneur, héros, braves » inscrivent davantage le monument dans l’affirmation triomphale d’une victoire célébrée comme telle ; la glorification des morts les érige en héros morts « au champ d’honneur » formule que l’on trouve parfois ;

    • 16  Sur le mythe du soldat laboureur Nicolas Chauvin, on se référera à l’émission « La Fabrique de l’H (...)

    « sacrifice, martyrs » témoignent d’une exacerbation de la souffrance, allusion aux sévices endurés par les premiers chrétiens ; on voit poindre ici l’évocation du barbare païen servant à la fois le ressentiment patriotique et l’esprit nationaliste belliciste du soldat laboureur Chauvin 16, mais aussi la mobilisation implicite de la religion ; la guerre peut d’ailleurs être présentée comme une croisade ;

  • « souvenir, immortalité, » se rapprochent clairement de la thématique religieuse de la résurrection ; la thématique funéraire se met en place ;

  • les très rares cas de formules pacifistes condamnent la guerre sans détour ; l’expression « maudite soit la guerre » (Péronne, Équeurdreville) vient peut-être de la chanson de Gustave Nadaud composée vers 1860 intitulée Le soldat de Marsala qui décrit la douleur d’un soldat de Garibaldi venant de tuer un autre Italien des armées du roi. Le chant était célèbre encore dans les années trente avec son refrain « Ah ! Que maudite soit la guerre / qui fait faire de ces coups-là ! ». Dans d’autres cas, c’est la paix qui est magnifiée : « tu ne tueras point / fraternité entre les peuples » (Avion, Pas-de-Calais), « Pax vox populi » (Chevillon,Yonne).

28Citant Annette Becker :

  • 17  Voir Becker Annette, Les monuments aux morts, op. cit., page 9.

« Devoir, gloire, enfants morts pour la France, mémoire, sacrifice, patrie. Tels sont les termes qui président à l’élaboration des monuments […]. Toute une politique de la mémoire de la guerre donc de la mort se développe. Devenue culte collectif, la mort prend un sens » 17.

29Ainsi les monuments reprennent-ils les termes qui les ont enfantés.

  • 18  Tison Stéphane, Comment sortir de la guerre. Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940), op. cit., (...)

30Les dates ajoutent la référence à la Grande Guerre de 1914-1918 même si parfois on trouve 1914-1919, comme si le traité de Versailles devait accréditer encore davantage l’idée de victoire. D’ailleurs les noms de grandes batailles apparaissent ici ou là, naturellement pas pour rappeler l’étendue des pertes mais pour les présenter comme des motifs de fierté patriotique. Marne, Somme, Yser, Verdun s’affichent ainsi comme des pages glorieuses de l’histoire nationale au même titre qu’Alésia, Bouvines ou Valmy. Ces références transforment les disparus en guerriers héroïques dont le sacrifice a permis de mettre l’ennemi à terre. Stéphane Tison a fort bien analysé ce processus de transformation de la violence subie par les morts et les familles endeuillées 18.

31Les corps des défunts sont absents. Il convient de rappeler que plus de la moitié de ces dépouilles n’a pu être identifiée. Leurs restes – quand ils ont été retrouvés et on en exhume encore aujourd’hui – ont été déposés dans des ossuaires. Cela représente sept cent mille soldats 19 et donc autant de familles pour qui le recueillement sur une tombe est une étape du deuil impossible à réaliser. La désignation d’un soldat inconnu et son inhumation le 11 novembre 1920 sous l’Arc de Triomphe constituent une étape importante du deuil en permettant à chacun de projeter la perte sur ce tombeau prestigieux. Même lorsque la sépulture existe, les nécropoles sont souvent lointaines, inaccessibles pour beaucoup, notamment les populations rurales les plus modestes, souvent enclavées et plus ou moins privées des ressources du voyage et de la mobilité ; et ce sont celles qui justement ont été les plus meurtries. Si le rapatriement des corps dans la « petite patrie » ‒ la commune ‒ est rendu possible après 1922, deux cent mille environ ont rejoint les cimetières communaux. Pour la majorité, le monument représente donc la seule référence explicite au défunt. Les noms pourtant sont familiers. à défaut d’honorer leurs restes, le monument célèbre leur geste ; des listes comme autant de héros d’une aventure collective ayant permis la victoire finale. Comme nous l’avons vu plus haut, la loi du 25 octobre 1919 relative à la commémoration et la glorification des « morts pour la France » au cours de la Grande Guerre a conduit à des listes de noms à inscrire non par sur le monument – puisqu’il n’en est pas encore question au sortir de la guerre – mais sur des registres déposés au Panthéon puis sur un livre d’or remis par l’État à chaque commune 20.

32Le livre d’Or constitue une source de premier plan avec pour chaque commune française la liste des soldats ou des civils « Morts pour la France » durant la Première Guerre mondiale. La quasi-totalité des communes de France métropolitaine est représentée, ainsi que l’Algérie, le Maroc et le Sénégal, les consulats de La Paz en Bolivie, Bahia, Porto Alegre et Rio de Janeiro au Brésil. L’ensemble est conservé aux Archives nationales, à Fontainebleau. Ce recensement a servi de base pour le monument aux morts. Ces listes cependant ne sont pas nécessairement intangibles. Dans certains cas, les proches parents ont pu s’opposer à ce que le nom du disparu soit inscrit sur le monument, notamment à cause de la présence ou de l’absence de lien avec le religieux. Un lien direct doit exister entre le défunt et la commune concernée, lieu de naissance ou du dernier domicile. Il est clair que dans les petites communes, la plupart sont des enfants du lieu ou des terroirs limitrophes. Dans les bourgs plus importants et, de surcroît dans les villes, beaucoup sont susceptibles d’être allogènes, résultat d’un exode rural déjà à l’œuvre. La récurrence de mêmes patronymes laisse supposer le drame vécu par certaines familles. En même temps, il permet de comprendre qu’à l’époque l’enracinement des individus dans les territoires ruraux était encore la norme. Leur classement obéit très majoritairement à la règle alphabétique. L’égalité devant la mort prévaut et le sacrifice a aboli les différences sociales. Une petite minorité range les morts avec la mention de leur grade. La hiérarchie militaire est maintenue. C’est plus souvent le cas dans les villes de garnison ou dans des villages où la présence du château n’a pas tout à fait aboli la déférence à l’égard du « maître ». Dans certains cas, les morts sont classés par année ou chronologiquement. On mesure alors l’hécatombe de 1914 (pour cinq mois de guerre seulement) ou les grandes offensives. Certains noms enfin échappent parfois à la logique du classement. D’ailleurs, les monuments aux morts comportent des noms qui ne sont pas forcément référencés sous l’appellation officielle de « Mort pour la France ». Ajoutés après la construction, ils peuvent signifier un disparu, un décès litigieux voire une reconnaissance tardive, ou locale même si l’État l’a refusée. Ces ajouts demeurent un peu énigmatiques. Dans les communes des zones de combat, les victimes civiles côtoient les noms des soldats, le plus souvent rangées à leur suite.

  • 21  Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui [http://cassini.ehess.fr].
  • 22  Lemarchand Christian, « Le fichier général des militaires de l’armée française décédés au cours de (...)

33Compter le nombre des morts permet de mettre en rapport ce chiffre avec les données du recensement de la population de 1911 disponibles aux Archives départementales et plus aisément sur le site internet Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui de l’EHESS 21. On peut alors calculer l’ampleur de la saignée humaine, très instructive quant au profil sociologique de la population de l’époque. Avec 1 315 000 « morts pour la France » pour 39,6 millions d’habitants, la moyenne nationale s’établit à 3,3% de la population totale. Le chiffre des pertes militaires est plus élevé : 1 400 000 22. Les petites communes rurales où vivait une population avec un faible niveau d’instruction ont été particulièrement décimées. Plus la commune est reculée, enclavée, à l’écart des axes de pénétration de la modernité, plus lourd a été son tribut. Le monde rural traditionnel a fourni des cohortes de fantassins sans grade à la « Grande Boucherie », comme l’a si bien mise en image Tardi. à l’inverse, les communes plus urbaines ont été comparativement moins touchées.

  • 23  Prost Antoine, Les anciens combattants et la société française (1914-1939), Presses de la Fondatio (...)

34Une fois décryptés tous les détails du monument, on peut tenter de les rapprocher de la classification d’Antoine Prost pour mieux saisir les subtilités du message qu’il délivre. Dans sa thèse, monumentale, sur les anciens combattants dans l’entre-deux-guerres 23, il parvient à cerner dans l’innombrable masse des monuments aux morts cinq sous-ensembles significatifs. Du point de vue de l’explicitation, cette classification n’apporte pas grand-chose à la compréhension globale. Elle constitue néanmoins une clé de lecture pour comprendre plus intimement le lien que chaque groupe social a noué avec ses disparus. Qu’il soit permis de la simplifier :

  • Les monuments civiques insistent sur la dimension laïque, célèbrent les vertus républicaines et citoyennes de la nation unie ;

  • Les monuments patriotiques accentuent le message guerrier et revanchard, tantôt accréditant l’idée d’un ennemi terrassé, tantôt insistant sur le sacrifice ;

  • Les monuments funéraires au contraire privilégient le deuil et la retenue.

  • 24  Jean Marion a réuni une documentation photographique importante sur les monuments pacifistes, clas (...)
  • 25  Mosse George L., « Le culte du soldat tombé au champ d’honneur », De la Grande Guerre au totalitar (...)

35La classification d’Antoine Prost ne distinguait pas la catégorie des monuments pacifistes, pas plus que celle des « monuments de douleur », pour reprendre Annette Becker qui met en garde contre une approche trop contemporaine de ce qui n’était pas nécessairement du pacifisme militant dans les années 1920-1930. Il semble néanmoins qu’un certain nombre de projets comme de réalisations érigent le soldat mort pour la France d’abord en victime de guerre et intègrent le deuil inconsolable des proches jusqu’à l’incarner et le rendre explicite dans le monument. On pourrait voir ainsi dans de tels monuments la volonté d’entretenir le souvenir des disparus pour que pareille tuerie ne se reproduise pas. Ceux-ci évacuent le plus souvent les symboles militaires, l’exaltation patriotique, la mort et lorsqu’ils mettent en scène des compositions sculptées, celles-ci accordent une place avantageuse sinon exclusive aux civils. Mais ces critères ne sont pas intangibles. Plusieurs sites internet tentent de les référencer sous l’appellation « monuments pacifistes » puisque c’est dans l’air du temps et conforme au regard d’aujourd’hui, sans présumer que ce fut celui d’hier 24. En revanche, il est important de remarquer que les monuments, et plus encore les usages dont ils sont les dépositaires, entretiennent plus ou moins l’idée de victoire, le sentiment d’une guerre gagnée. Or, le 11 novembre 1918, une bonne partie de la ligne de front se trouve toujours sur le sol français. Si la progression des troupes alliées en Belgique accrédite l’idée d’une victoire des armes, il n’est pas inutile de rappeler que des révolutions ont balayé les systèmes impériaux et précipité la fin des hostilités. Les monuments aux morts ont aussi contribué à asseoir l’idée d’une victoire militaire, et par conséquent d’une défaite de l’adversaire. George L. Mosse soulignait d’ailleurs que « contrairement aux Anglais, les Français affectionnaient la figure de la victoire » 25. Le sacrifice semblait ainsi plus acceptable. Il est vrai que la France a pansé longtemps les stigmates de l’affrontement. Toutefois, le travail de la mémoire construite a si bien œuvré qu’il est fréquemment admis désormais, pour les non spécialistes, que la guerre s’est achevée par une cuisante défaite de l’Allemagne, la Seconde Guerre mondiale achevant de construire l’idée d’un ennemi écrasé par la suprématie des vainqueurs. Les monuments aux morts ne sont pas étrangers à la généralisation de tels poncifs.

36Cette phase d’observation attentive du monument étant conduite, on peut se consacrer à une étude plus approfondie à partir des sources. L’observateur averti cède alors le pas à l’historien proprement dit, attaché à la consultation des archives et au recoupement des sources.

Se documenter sur le coût et le financement

37Dans les années d’après-guerre, les conséquences économiques du conflit pèsent sur toutes les communes. Même pour celles qui ont été épargnées par les combats, la saignée démographique, le déficit de population et les sacrifices imposés par l’économie de guerre provoquent un appauvrissement des finances municipales. La charge de l’édification d’un monument aux morts constitue donc un enjeu de premier plan, source de débats et d’oppositions.

38Le financement recourt à la fois aux finances municipales, avec une subvention de l’État en fonction du nombre d’habitants – mais qui reste modique – à une souscription publique et éventuellement à des donations privées. L’équilibre entre ces sources de financement témoigne lui aussi de l’appréhension du deuil et de la mémoire par la collectivité communale. De ce point de vue, le détail du budget tel qu’il est précisé dans les délibérations du conseil municipal révèle l’engagement consenti.

  • 26  Pilven le Sevellec Yves, « La diversité régionale des monuments aux morts. Le département. La Loir (...)

39Enfin, le coût total du projet monumental, mis en relation avec le chiffre de la population, permet de mesurer l’investissement collectif. On serait tenté de croire que les communes « de gauche » sont moins dispendieuses sur cette question de la mémoire que celles classées « à droite ». D’un côté, on préférerait consacrer les dépenses publiques aux travaux courants, à l’entretien, à l’amélioration de la vie des habitants. De l’autre on accorderait un soin particulier aux morts pour entretenir vivante la flamme patriotique et l’esprit de la victoire. Si cette observation vaut pour certaines communes, toute corrélation est sujette à caution comme le montre l’étude de Yves Pilven le Sevellec pour la Loire-Atlantique 26. Des communes fortement meurtries ont pu ériger un ensemble monumental très imposant. D’autres plus épargnées se sont contentées d’une stèle. Mais là encore chaque cas est singulier et doit être abordé localement. L’investissement consenti par le groupe social révèle surtout son attachement au culte des « morts pour la France » en lien avec une identité communale plus ou moins revendiquée, un attachement aux valeurs traditionnelles locales assumé, une volonté d’intégrer le sacrifice dans le paysage plus ou moins ostentatoire.

Mesurer le temps de la réalisation, revivre l’inauguration

40Précoce ou tardive par rapport à la fin du conflit et au début des commémorations, l’inauguration du monument aux morts constitue un temps fort de la mobilisation mémorielle. Mais si les premiers apparaissent dès 1920-1921, si la plupart sont en place en 1922, certaines communes attendent la seconde moitié des années vingt voire le début des années trente. Plus la ville est grande et le projet ambitieux, plus il suscite de discussions. En conséquence, sa réalisation demande du temps. La presse locale relaie chacune de ces inaugurations et s’avère une source précieuse pour étudier ce temps fort de l’histoire communale. La date d’inauguration constitue un indicateur précieux. En effet, l’esprit patriotique et nationaliste incite à une construction rapide. C’est le cas des communes durement éprouvées dans leurs murs et dans leur chair, particulièrement dans le nord et l’est de la France. En revanche, les dates tardives indiquent des municipalités d’abord soucieuses des affaires courantes, des dépenses engagées pour le présent et l’avenir, d’autant plus qu’elles sont éloignées des lieux de combat.

41Lors de l’inauguration, la place dévolue aux autorités laïques et religieuses n’est pas anodine. On trouvera tantôt un ancrage républicain manifeste, voire exclusivement laïc sur des terres radicales ou socialistes, tantôt une présence ecclésiastique voire une cérémonie religieuse – bénédiction ou messe de circonstance – qui révèlent les aspirations religieuses de la population. La lecture des discours renseigne encore davantage sur le rapport de la commune avec ses morts avec une mise en perspective des événements de l’époque.

Photographie sans date de l’inauguration du monument aux morts de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

Photographie sans date de l’inauguration du monument aux morts de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

Événement majeur dans la cité, l’inauguration draine l’ensemble de la population. Les anciens com- battants avec leurs porte-drapeaux sont au plus près du monument. Les hommes et les femmes se massent au premier rang. Les enfants convoqués pour l’occasion assistent sagement assis en arrière. La population toute entière est venue endimanchée honorer les disparus et les murailles de la citadelle sont garnies de spectateurs. Marins, soldats, gendarmes donnent à l’événement sa dimension militaire. La communauté d’habitants et les corps constitués de la nation sont associés pour conférer au monument aux morts de la ville le ciment mémoriel de l’unité dans la légitimation du sacrifice consenti.

(coll. part.)

42Ainsi un panorama complet est-il tracé sur la manière d’aborder un monument aux morts. Au terme de ce processus, il aura livré pratiquement tous ses secrets, tout en conservant éventuellement par devers lui une part de mystère. Il importe d’éviter de le classer à tout prix dans une catégorie prédéfinie. Chaque commune a fait des choix propres en fonction de motivations plus ou moins déterminées, parfois dans un souci de facilité ou d’apaisement. Il révèle en cela autant de singularités que de généralités.

Monument aux héros ou aux victimes ?

43Avant de clore tout à fait la partie dévolue à la présentation du monument aux morts, il convient de réfléchir à l’image qu’il véhicule aujourd’hui. Longtemps, les sculptures monumentales célébraient les héros. Sans nous égarer dans l’histoire de la statuaire, accordons que les Anciens paraient leurs cités de statues et de bustes célébrant les dieux, les héros et les destins exceptionnels. Plus tard, les villes modernes ont servi d’écrins aux grands de ce monde – passé ou présent – souverains à cheval, intendants dévoués, maréchaux d’Empire, patrons d’industries ou notabilités locales. Le monumental incarnait des vertus extraordinaires dans un personnage alors porté aux nues. L’homme déjà hors du commun avait été grandi par la mort ; le monument l’érigeait en héros. Avec la Révolution française, l’habitude a été prise de célébrer les vertus seules – la Liberté, la République – ou des événements exaltant ces vertus – les Trois Glorieuses, la résistance de Belfort contre les armées prussiennes incarnée dans le lion de Bartholdi…

44La construction du monument aux morts s’inscrit naturellement dans cette tradition de célébration publique, amorcée déjà avec les monuments aux morts de 1870-1871, avec cette fois deux nouveautés : l’une qualitative, l’autre quantitative. Celui qui est mis à l’honneur n’est plus notabilité mais commun des mortels – c’est peu de le dire –, destin d’une banalité affligeante. Et il n’est plus seul, individu porté au pinacle, mais intégré dans un groupe à la double appartenance : la communauté des habitants et celle des soldats tombés au « champ d’honneur » ; dimension à la fois locale et nationale. Le monument aux morts introduit donc une nouvelle pratique, la mise en exergue d’un collectif au destin tragiquement commun.

  • 27  Signalons cependant les troubles à Nantes autour de la statue « La Délivrance » jetée à terre le 1 (...)

45Incontestablement, le regard porté sur le monument par ceux qui l’ont vu naître reste dans la déférence. Mais ceux qui y figurent, quasi-anonymes, sont-ils héros ou victimes ? Comment ceux de l’entre-deux-guerres les ont-ils regardés ? La tonalité du monument à travers ses choix esthétiques et sa symbolique renseigne sur le message que les autorités municipales ont voulu transmettre. Quel est celui qui a été perçu ? Comment a-t-il été reçu ? Vénéré, le monument l’a été très certainement dans cette logique unanime de le dresser au centre d’un espace sacré et public. Quelles que soient les récriminations à son encontre de la part de groupes plus ou moins partisans, le vandalisme l’a épargné 27, encore aujourd’hui d’ailleurs, signe d’une reconnaissance unanime. De même les disparus, leur nom une fois gravé, sont-ils irradiés par la dignité du monument.

  • 28  Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Annette, 14-18, retrouver la Guerre, op. cit., page 8.

46De surcroît avec le temps, la pratique de l’hommage public dans la pierre ou dans le bronze tend à imposer plutôt la modestie que la fierté. D’aucuns se sont offusqués de reconnaître dans le buste jusque-là anodin d’un jardin parisien un président en exercice. Depuis la Seconde Guerre mondiale, en effet, il semblerait que soient honorés plutôt des parcours individuels – certes distingués pour leurs vertus – mais aussi victimes du destin. Plaques commémoratives et monuments de mémoire montrent à quel point l’image est brouillée entre la figure du héros célébré pour avoir accompli des exploits courageux et celle de la victime honorée pour l’arbitraire du supplice enduré. La vague des commémorations tend précisément à rendre hommage à des victimes, plutôt collectivement qu’individuellement. L’œuvre d’Haïm Kern inaugurée à Craonne en 1998 et intitulée Ils n’ont pas choisi leur sépulture rend un hommage collectif et anonyme à des victimes bien plus qu’à des héros. L’ouvrage 14-18, retrouver la Guerre 28 met en garde dès la seconde page de l’introduction l’approche privilégiée lors du quatre-vingtième anniversaire de l’armistice. « La faute en revient sans doute, d’abord, au fait que les écrits et les discours commémoratifs ont poussé au paroxysme le processus de victimisation des soldats ». Le glissement a parfois conduit à y trouver une reconnaissance des mutins de 1917, extrapolation excessive, mais on voit bien à cette occasion le basculement du statut de héros à celui de victime. Qu’en est-il du monument aux morts dont il est question ici ?

  • 29  El Kenz David et Nérard François-Xavier (dir.), Commémorer les victimes en Europe (XVIe-XXIe siècl (...)

47Le récent ouvrage collectif Commémorer les victimes en Europe (XVIe-XXIe siècles) 29 n’aborde pas les morts de la Grande Guerre. La présentation du livre par l’éditeur précise :

« Les héros d’hier ont cédé la place aux victimes d’aujourd’hui. La mémoire collective, hier uniquement dédiée aux vainqueurs, fait désormais une ample place aux vaincus ».

48Diverses initiatives pour rappeler la mémoire de groupes ayant subi des persécutions font l’objet d’une étude, des huguenots aux Irlandais en passant par les Ukrainiens. Annette Becker clôt l’étude par une conclusion générale. Le passage de « héros » à « vainqueurs » et de « victimes » à « vaincus » renforce l’idée que le monument aux morts se trouve aujourd’hui dans une position ambiguë. Les chercheurs continuent à le considérer comme une démonstration de vainqueur, ce qu’il pouvait être effectivement à l’origine, bien que d’infinies nuances permettent de le placer sur une échelle de l’apologie. De victime à héros en passant par un point « neutre », on pourrait effectivement tenter de mesurer le message du monument. Mais qu’en est-il du public, du regard posé aujourd’hui sur le monument de la commune ? Il va sans dire que la plupart des personnes interrogées placent d’emblée les morts parmi les victimes d’un système qui les a broyées. L’héroïsation liée à la guerre et aux exploits militaires a passé et marque bien l’avènement d’une époque pacifiée. La reconnaissance des soldats « Morts pour la France » comme victimes d’un conflit d’un autre âge montre le changement qui s’est opéré dans les mentalités.

Notes

1  Bailly Jean-Christophe, Le dépaysement. Voyages en France, Seuil, 2011, page 13.

2  Chamay Jacques, Courtois Chantal, Rebetez Serge, Waldemar Deonna un archéologue derrière l’objectif de 1903 à 1939, Musée d’art et d’histoire, ville de Genève, 2000, page 15.

3  Voir Tison Stéphane, Comment sortir de la guerre, op. cit., ou la brochure diffusée par la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives : 1870-1871. Monuments et sépultures, Collection « Les Chemins de la Mémoire ».

4  La date du 11 novembre est instituée par la loi du 24 octobre 1922 sous la pression des anciens combattants.

5  Becker Annette, Les monuments aux morts, op. cit., page 102.

6  Le monument de Jard-sur-Mer (Vendée) a été réalisé par Eugène Durand, granitier d’Avrillé. Avant son emplacement actuel, il avait été édifié en 1919 dans le cimetière pour honorer les combattants de la commune morts pour la France lors de la guerre 1914-1918. Il a été transféré il y a quelques années place de l’Hôtel de Ville par décision du conseil municipal afin de faciliter un meilleur accès aux manifestations commémoratives.

7  L’étude géographique du monument aux morts reste à faire. Qu’il soit permis de citer ici les géographes Anne Hertzog ou Vincent Veschambre dont les articles éclairent d’un jour nouveau le monument aux morts.

8  Pour clore sur ces voies nouvelles de la géographie il est utile de mentionner, entre autres travaux, ceux de Claire Guiu ou Frédérique Roulier sur le paysage sonore et la géographie des milieux sonores dans l’héritage de Raymond Murray Schafer.

9  Augé Marc, Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Seuil, 1992.

10  Renoux Dominique, Pelletier Olivier, Rivé Philippe, « Variations sur un thème », dans Becker Annette, Pelletier Olivier, Renoux Dominique, Rivé Philippe, Thomas Christophe (dir.), Monuments de mémoire. Monuments de la Grande Guerre, Mission permanente aux commémorations et à l’information historique, 1991, pp. 205-220.

11  Annette Becker souligne à juste titre la nuance entre « les monuments de douleur », nombreux, et les « monuments ouvertement pacifistes » au nombre de cinq ou six seulement. Voir Becker Annette, Les monuments aux morts, op. cit., page 72.

12  Gautier Corinne, Renoux Dominique, « L’art de série », dans Becker Annette, Pelletier Olivier, Renoux Dominique, Rivé Philippe, Thomas Christophe (dir.), Monuments de mémoire, op. cit., pp. 139-148.

13  Voir Becker Annette, Pelletier Olivier, Renoux Dominique, Rivé Philippe, Thomas Christophe (dir.), Monuments de mémoire, op. cit., pp. 221-258, référence en la matière, et les travaux d’Annette Becker ou de Jacques Bouillon et Michel Petzold qui s’attachent surtout à la statuaire.

14  Pérès Hubert, « Identité communale, République et communalisation. À propos des monuments aux morts des villages », op. cit., pp. 665-682.

15  Loi du 28 février 1922 modifiant celle du 2 juillet 1915.

16  Sur le mythe du soldat laboureur Nicolas Chauvin, on se référera à l’émission « La Fabrique de l’Histoire » (France Culture) du 15 septembre 2010 et aux écrits de Gérard de Puymège, notamment dans Nora Pierre (dir.), Lieux de Mémoire, tome II, La Nation, volume 3, La gloire, les mots.

17  Voir Becker Annette, Les monuments aux morts, op. cit., page 9.

18  Tison Stéphane, Comment sortir de la guerre. Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940), op. cit., pp. 307-308.

19  Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Annette, 14-18, retrouver la Guerre, NRF, Gallimard, 2000, page 248 : « le nombre des disparus et le chiffre de ceux dont les corps n’étaient pas identifiables : les uns et les autres représentent, dans le cas français, près d’un cadavre sur deux ».

20  Voir le site des Archives nationales, fiche de recherche 106 [http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/caran/livres-dor.pdf].

21  Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui [http://cassini.ehess.fr].

22  Lemarchand Christian, « Le fichier général des militaires de l’armée française décédés au cours de la Première Guerre mondiale », Revue historique des armées, nº252, 2008.

23  Prost Antoine, Les anciens combattants et la société française (1914-1939), Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 3 vol., 1977.

24  Jean Marion a réuni une documentation photographique importante sur les monuments pacifistes, classés par région [http://moulindelangladure.typepad.fr]. L’encyclopédie en ligne Wikipédia [http://fr.wikipedia.org] a ouvert un article et un recensement sur ce sujet.

25  Mosse George L., « Le culte du soldat tombé au champ d’honneur », De la Grande Guerre au totalitarisme, Hachette Littérature, 1999, page 122.

26  Pilven le Sevellec Yves, « La diversité régionale des monuments aux morts. Le département. La Loire-Atlantique », dans Becker Annette, Pelletier Olivier, Renoux Dominique, Rivé Philippe, Thomas Christophe (dir.), Monuments de mémoire, op. cit., pp. 33-57.

27  Signalons cependant les troubles à Nantes autour de la statue « La Délivrance » jetée à terre le 11 novembre 1927. Voir le dossier « Le monuments aux morts, cours Saint-André » sur le site internet des archives municipales de la ville [http://www.archives.nantes.fr].

28  Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Annette, 14-18, retrouver la Guerre, op. cit., page 8.

29  El Kenz David et Nérard François-Xavier (dir.), Commémorer les victimes en Europe (XVIe-XXIe siècles), Champ Vallon, 2011.

Table des illustrations

Titre Cartes postales de l’entre-deux-guerres.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende À Chamonix, le Mont-Blanc constitue le point de mire de toute la communauté. Le Poilu du monument aux morts semble rentrer chez lui en remontant la vallée vers le village, fourbu. S’il suit les traces de l’alpiniste Horace-Benedict de Saussure qui donna sa majesté au toit de l’Europe, juché comme lui sur un socle du même roc façonnant ici la géographie, il regarde le sol, la tête légèrement baissée et non le sommet emblématique. Peine, pudeur vis-à-vis de tous ceux qui ne sont pas rentrés et dont il porte les noms, le monument impose le respect du deuil et de la souffrance endurée. Les cérémonies lui faisant face tournent le dos au massif, imposant un instant l’oubli du décor si propre à l’évasion.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Légende Un peu plus en aval, à Sallanches, la perspective est inversée. Les sommets enneigés demeurent en toile de fond des cérémonies d’hommage. Mais dans les deux cas le Mont-Blanc se pose en référent.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende Carte postale ancienne de Constantine en Algérie montrant le monument aux morts dressé en forme d’arc de triomphe sur un éperon rocheux, au-dessus des ravins qui dessinent le site exceptionnel de la ville. Sa forme rappelant l’héritage romain de la province, son site reprenant celui de la ville et sa conservation malgré les vicissitudes de l’histoire témoignent de la force d’identification des habitants – hier comme aujourd’hui – au monument.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Légende Nice (en haut) et Biarritz (en bas), cités balnéaires depuis le XIXe siècle, ont placé leur monument en lien avec l’élément marin et la côte rocheuse dont la confrontation spectaculaire a fait leur fortune. Face à la Méditerranée, monumental et incrusté dans la corniche entre la plage et le port, il s’inscrit pleinement dans le site comme dans l’histoire de la fondation par des Phocéens. Sur le littoral atlantique, la cité basque l’a posé face à l’emblématique Rocher de la Vierge, source d’embruns bienfaisants et destination de toutes les promenades.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Légende Saint-Nazaire, au débouché de l’estuaire de la Loire, a vu débarquer 250 000 soldats américains entre 1917 et 1919. Le monument aux morts, situé avant les bombardements de 1944 entre la ville et la plage, constitue avec ses deux colonnes en vis-à-vis comme une porte, un passage entre terre et mer.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Légende À Oran, grand port de l’Ouest algérien, le monument a trouvé place face à la ville et dos à la mer, comme si les deux Poilus de pierre étaient de retour. Là encore les commémorations se déroulent devant l’immensité des flots avec, derrière, la ville et ses habitants que toisent les colosses, comme autant de soutiens dans l’épreuve.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Riche composition sur le monument de Larrazet, petite commune du Tarn-et-Garonne
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k
Légende La couleur sombre de l’urne drapée – le deuil – contraste avec l’obélisque sculpté dont la blancheur évoque la pureté du sacrifice. La croix de guerre est inscrite au centre d’une couronne de laurier tandis que le casque est porté par un bouquet de chêne ; l’immortalité de la gloire s’associe à la force du soldat. Les mêmes feuilles de chêne habillent le drapeau alors qu’une une grande palme ascendante semble en tenir la hampe tandis que deux autres palmes symétriques encadrent l’écusson RF ; la victoire honore la République portée au pinacle. Les associations d’anciens combattants ont offert leur traditionnel motif de bronze, palme et branche de chêne. Discrète, la croix latine n’en est pas moins présente.
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 875k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Légende La mise en scène et la représentation du Poilu peuvent naturellement prendre des formes variées comme sur ces cartes postales anciennes. Ci-dessus, à Colombes, le soldat victorieux triomphe de l’aigle ennemi alors qu’à Châlons-sur-Marne (aujourd’hui Châlons-en-Champagne) le monument aux morts figure un groupe de soldats montant au front dans une posture plus réaliste et moins allégorique.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende La mort n’est pas occultée. À Saint-Sardos (Tarn-et-Garonne), ci-dessus, le soldat est représenté fauché en plein élan lors d’un assaut et à Mauvezin (Gers), le soldat est figuré gisant.
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Les figures féminines sont également parfois présentes comme ici, à Saint-Vincent-sur-Jard, commune vendéenne où Clemenceau avait sa maison de villégiature, face à l’océan, et où l’on retrouve une statue de Jeanne d’Arc, figure religieuse, nationale et guerrière. La plaque de présentation précise : « Réplique d’un plâtre d’Henri Chapu (1833-1891), la statue fut l’une des plus célèbres images de Jeanne d’Arc en France. Elle représente la pucelle en costume de paysanne, assise par terre, les mains jointes dans une attitude recueillie. L’œuvre est un don du colonel Martin-Decaen. De retour d’un voyage en Asie, Clemenceau découvre l’ensemble et n’apprécie guère la présence de la sainte à côté du Monument aux morts ».
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende À Bastia (Haute-Corse), à gauche, ou Liévin (Pas-de-Calais), à droite, une place est faite aux civils, aux proches endeuillés, ou au travailleur que fut le disparu.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Bas-relief en bronze à Beaumont-de-Lomagne (Tarn-et-Garonne)
Légende Le sculpteur André Abbal a choisi de représenter un Poilu encadré par les travaux agricoles. Le monument est à l’image de ce terroir rural du sud-ouest. Les attelages de bœufs sont à l’honneur, les chevaux ayant été massivement réquisitionnés dans cette région d’élevage. Deux personnes âgées guident les labours tandis qu’une femme sème. Au centre, le regard perdu vers le lointain – en l’occurrence le nord-est de la ligne de front – le soldat semble écartelé entre son devoir de conscrit et sa « petite patrie » qui a besoin de ses bras. L’homme parti, c’est aux parents et à l’épouse de pallier l’absence.
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Détails du monument aux morts d’Auch (Gers).
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende La prégnance des symboles militaires est forte dans cette petite ville où l’emprise des casernes et des statues dédiées à d’illustres militaires de l’Empire l’est tout autant.
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photographies du monument aux morts de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), réalisé par l’enfant du pays Aristide Maillol
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Sculpté dans une pierre très dure pour résister à l’air marin, il a cependant été déplacé et adossé à la mairie. Un monument identique mais en bronze l’a remplacé dans son site original, sur un rocher à la sortie du port. La composition en triptyque renvoie aux retables des églises. Au centre, un homme nu sculpté en haut relief adopte une posture torturée qui l’inscrit dans le cadre du tableau, ses bras et ses jambes repliées dessinant la forme rectangulaire. Tête renversée, gorge tendue et regard tombant, il semble offert en sacrifice. Son corps nu exalte la force et la vigueur en même temps qu’il accentue le contraste avec le casque, censé le protéger. Il en ressort une impression de grande vulnérabilité malgré sa constitution. Sa main droite tient une épée, posée au sol, comme inutile. Les références au métal décliné dans sa version défensive et offensive, en regard d’un corps offert dans sa chair à l’acier des balles et des obus, renvoient directement à la condition du soldat sur le champ de bataille. Sacrifice du héros ou mortel sacrifié ? Les femmes qui l’encadrent le pleurent. Sculptées en bas-relief, comme pour souligner la dis- crète pudeur du deuil, elles présentent en compositions verticales d’un côté la mère consolant l’épouse par des gestes touchants, de l’autre trois femmes portant des couronnes de laurier. Elles arborent le même voile du deuil et la même tunique mais l’une est vêtue d’une jupe et elles portent des souliers à talon, comme pour marquer une présence humaine et non une référence mythologique.
Crédits (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Monument de la Roche-sur-Yon, préfecture de la Vendée
Légende Un bas-relief des frères Martel présente des soldats emmitouflés et étonnamment désarmés ; ils portent des outils de terrassement et une couverture en bandoulière. Les visages sont graves et, tandis qu’un des hommes se retourne sur la colonne en marche, deux d’entre eux regardent le public des vivants créant du même fait une sensation étrange, adressant comme un ultime adieu. L’épitaphe « à la mémoire de ceux qui sont tombés » bannit toute allusion à la communauté des habitants, au territoire – de la « petite » patrie, la commune, à la « grande » patrie, le pays – ainsi qu’à la mort ou la disparition. Les motifs végétaux sont absents et l’espace sacré même, qui habituellement met à distance les disparus, est ici aboli. Tous ces éléments incitent à y voir un monument pacifiste, esquivant en tout cas toute allusion à la guerre.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 807k
Légende Dans le Gers, Auch comptait encore deux casernes jusque dans les années 1980. Ville de garnison, la capitale des cadets de Gascogne s’enorgueillit d’une statue de d’Artagnan placée en haut de l’escalier monumental. Le monument aux morts dressé sur la place qui le surplombe figure une République fière portant le voile du deuil et serrant le drapeau sur son cœur tout en tenant fermement une épée menaçante. Le regard porte vers le nord-est. La silhouette, le bras, le visage semblent masculins. Intitulée La Patrie, elle reprend une commande faite par le Souvenir français au sculpteur Antonin Carlès et inaugurée en 1908 à Pontoise (Oise). L’espace sacré est délimité par des obus et une clôture arborant des croix de guerre ; le laurier et le chêne sont associés sur le devant autour d’une grande croix de guerre. Les noms, gravés au sol même, accentuent encore la mise en exergue du monument. Il est impossible d’approcher la statue, trop haute, trop distante, patrie hors d’atteinte et inviolable. Le grade des officiers et sous-officiers est mentionné. « À ses enfants morts pour la France 1914-1918 la ville d’Auch reconnaissante » achève d’inscrire l’ensemble dans une tonalité patriotique.
Crédits (coll. part)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre Photographie sans date de l’inauguration du monument aux morts de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).
Légende Événement majeur dans la cité, l’inauguration draine l’ensemble de la population. Les anciens com- battants avec leurs porte-drapeaux sont au plus près du monument. Les hommes et les femmes se massent au premier rang. Les enfants convoqués pour l’occasion assistent sagement assis en arrière. La population toute entière est venue endimanchée honorer les disparus et les murailles de la citadelle sont garnies de spectateurs. Marins, soldats, gendarmes donnent à l’événement sa dimension militaire. La communauté d’habitants et les corps constitués de la nation sont associés pour conférer au monument aux morts de la ville le ciment mémoriel de l’unité dans la légitimation du sacrifice consenti.
Crédits (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1242/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 617k

© Éditions Codex, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search