Version classiqueVersion mobile

Comprendre le monument aux morts

 | 
Franck David

Pourquoi s’intéresser aux monuments aux morts ?

Texte intégral

  • 1  Le Monde, 12 novembre 1999.
  • 2  Offenstadt Nicolas, « Quel hommage pour quel poilu ? Réponses à Ivan Levaï », site du CRID 14/18, (...)

1La question peut sembler naïve. Elle est au contraire paradoxale. à la fois parce qu’ils sont si nombreux qu’on en oublie la singularité, tellement publics que les regards des générations passées les ont lissés, rendus presque diaphanes, solennels au point d’avoir engendré leurs propres tabous, les monuments aux morts n’intéressent plus. Ils ont perdu leur charge émotionnelle et suscitent même quelque méfiance. Au temps des commémorations, leur image a terni, figée, prisonnière sans doute d’un rituel trop formaté. Certains se souviendront d’un dessin de Plantu 1 montrant deux jeunes, manifestement urbains, se demandant en passant sans un regard devant la statue d’un poilu prostré : « Le 11 novembre c’est pas ce truc qui est juste après l’éclipse et Halloween, mais juste avant le bogue ? ». En mars 2008, Nicolas Offenstadt interrogeait lors de la disparition des derniers Poilus : « Pourquoi ne pas innover, inventer des formes commémoratives contemporaines, pour parler aux contemporains, plutôt que l’éternelle cérémonie aux monuments aux morts […] ? » 2. Alors quelle place leur réserver pour assurer leur pérennité ?

Un monument historique et un élément du patrimoine

  • 3  Prost Antoine, « Les monuments aux morts », op. cit., page 196.

2Près de quarante mille monuments aux morts auraient été érigés après la Première Guerre mondiale 3. Le décompte est impossible à mener entre les initiatives municipales, celles des départements mais aussi des divers corps qui ont tenu à participer au mouvement : lycées ou écoles pour leurs professeurs ou anciens élèves, gares pour les cheminots, hôpitaux pour leurs personnels, bateliers (comme à Conflans-Sainte-Honorine). Il faudrait donc multiplier par trois ou quatre le nombre des réalisations mémorielles consacrées au souvenir des noms de ceux que la guerre 14-18 a emportés. De fait, la plupart des communes disposent de leur monument aux morts, même si de très petits villages en sont parfois dépourvus. Antoine Prost précise que le cas se présenterait moins d’une fois sur cent ; finances exsangues, population miraculeusement épargnée ou plus généralement présence plus discrète d’une plaque dans l’enceinte d’un bâtiment communal (église, mairie, école) peuvent expliquer cette absence. Le monument aux morts est partout, indissolublement lié à l’histoire de chaque commune et plus encore à l’histoire de ses habitants.

3Par son nom même de « monument » il révèle les aspirations de la collectivité à lui conférer une dimension particulière, une symbolique édifiante. La commune a choisi un projet – pas toujours consensuel –, consenti un effort financier, rassemblé les habitants autour de sa réalisation, créé dans le territoire un nouveau pôle civique. Elle s’est identifiée au témoignage de la pierre et du bronze.

4Le patrimoine historique s’est enrichi avec le monument aux morts d’une forme nouvelle de monumentalité destinée à perpétuer le souvenir des disparus au sein même du groupe social. D’ailleurs, le monument aux morts a joui un temps des honneurs de la carte postale. La Grande Guerre avait généré un véritable flot de correspondance, notamment sur des images imprimées pour l’occasion avec des mises en scènes édifiantes, dont les contemporains mêmes raillaient la naïveté. La carte postale et la Grande Guerre avaient ainsi en quelque sorte scellé une histoire commune, fil d’Ariane entre le front et l’arrière. Dans l’après-guerre, les cartes postales le choisissent tout naturellement comme sujet, identifiant ainsi un lieu à son monument aux morts. Dans les années trente et plus encore après la Seconde Guerre mondiale, le succès décline. Le monument perd son côté emblématique, même si l’on trouve encore à la fin du XXe siècle des cartes postales associant aux clichés d’une commune la place du monument aux morts voire l’édifice en tant que tel. Brochures et guides touristiques alors en vogue ne relaient pas sa photographie. Les célèbres Guides Verts de Michelin des années quatre-vingts témoignent d’un désintérêt total pour les monuments aux morts, que ce soit dans le texte, les illustrations ou même les références des centres d’intérêts sur les cartes à grande échelle. Dissocié de l’image de la ville ou du village, il perd sa dimension patrimoniale. Les journées du patrimoine l’ignorent ; elles « ouvrent » des lieux clos. Lui trône dans un espace ouvert, à son grand dam. Châtiment des réprouvés privés du regard du peuple ?

Le monument aux morts et la carte postale

Exemple de carte ayant circulé de- puis l’arrière vers le front et destinée à soutenir le moral d’un soldat. Une jeune femme nommée Cécile, de Paris, adresse à son bien-aimé ses pensées et ses baisers. On appréciera la mise en scène choisie par la femme pour son « Cher Émile ». (coll. part.)

Plus poignante cette carte adressée par un père au recto de laquelle il écrit : « Chère Marie et François, je vous envoie cette carte pour vous dire d’être bien sages tous les deux, et de pas faire bisquer maman. Bientôt je viendrai encore à la maison. Je termine en vous embrassant bien fort tous les deux et à bientôt. Votre papa qui vous aime beaucoup ». (coll. part.)

Carte envoyée en janvier 1925 par une jeune fille à sa cousine. Le propos de la carte postale tranche avec l’iconographie. D’un côté les nouvelles insouciantes et amicales rédigées d’une jeune plume encore mal assurée, de l’autre une statuaire lourde de symbole en ce milieu des années vingt. Alors que d’autres cartes de la même période affichent pour la même commune de La Souterraine dans la Creuse des curiosités locales, une porte médiévale, le marché ou d’autres vues générales, on peut s’interroger sur ce qui a conduit cette jeune Yvette à choisir le monument aux morts pour sa cousine Jeanne. (coll. part.)

Datée du 6 avril 1927, cette carte a été adressée par un mari à sa jeune épouse. S’il mentionne que le monument a été inauguré le dimanche précédent, l’essentiel du contenu traite des affaires qui l’ont conduit à Caen et de ses occupations du jour. Il termine par ces mots « Ton tout dévoué petit mari pour la vie. Madame Antoine est très grosse et sans bonne, sa cuisine est bonne sans doute ». encore le choix d’un détail du monument aux morts pour une correspondance aussi légère peut surprendre. Cela signale néanmoins l’importance prise par l’édifice dans l’identification patrimoniale du lieu. (coll. part.)

Carte postale de La Couarde, sur l’île de Ré, dont on peut se demander si l’héroïsme démonstratif du monument  un aigle de bronze jeté à terre – ne vient pas conjurer le nom de la commune. En cette fin d’été 1946, depuis le littoral atlantique, les « meilleurs souvenirs » adressés à un habitant de Toul en Meurthe-et-Moselle au verso d’une photographie d’un tel monument trouvent un écho singulier. (coll. part.)

La carte postale ci-dessus de Pont d’Ain, éditée en couleur dans les années 1980, est représentative de nombreux villages qui, dans des vues multiples des divers centres d’intérêts de la commune, associent le monument aux morts comme marqueur de l’identité locale et patrimoniale.

Ci-dessus, la carte postale du Finistère est légendée « La Bretagne pittoresque. À proximité de Beg Meil et du Cap Coz Fouesnant. Le monument aux morts réalisé par Quillevic ». Postée le 17 août 1982 à destination du Val-d’Oise, elle porte des nouvelles estivales : « Bon séjour dans un coin magnifique. La mer est à notre porte et les filles du matin au soir sur la plage ». L’image que reçoit le correspondant de cette destination de vacances diffère singulièrement des clichés du littoral breton et des évocations balnéaires. Les touristes ont préféré un monument aux morts sculpté évoquant le deuil, œuvre d’un artiste local, pour transmettre leur « amical souvenir ». (coll. part.)

5Pourtant, aussi insignifiantes que soient les ressources patrimoniales d’un lieu, le monument aux morts reste souvent, avec l’église, un des rares témoignages du passé, un des vestiges de l’histoire. Et que dire des édifices monumentaux au centre des grandes villes, véritables créations architecturales souvent réalisées par de grands noms ? Les métropoles régionales, chefs-lieu de département, disposent – sans toujours en mesurer l’importance – d’œuvres d’art à ciel ouvert, pourtant souvent absentes des circuits touristiques. Le monument aux morts est-il moins digne qu’un menhir ? Moins intéressant qu’une façade à colombages ? Plus infâme que la spécialité culinaire locale vernaculaire éditée en carte postale ? Comme l’église, il vit au rythme de cérémonies annuelles, certes plus rares mais non moins dénuées de symbolique. Lui aussi réunit la communauté des habitants autour de jours fériés. Porteur d’un rituel, dépositaire d’un engagement de l’état à honorer les « morts pour la France » il existe par-delà la construction maçonnée à laquelle il est réduit. Signé d’autant de patronymes indélébiles, qui ne sont pas les noms de ses concepteurs mais ceux de ses récipiendaires, son historicité ne fait pas débat. Il relève donc tout à fait des monuments historiques et offre de surcroît dans l’espace proche un matériau historique de premier plan. Communes, acteurs locaux doivent prendre conscience – et prendre connaissance – de cette richesse patrimoniale et songer non seulement à l’entretenir mais aussi à la valoriser. L’état a pour sa part amorcé la prise en compte de cette dimension patrimoniale des monuments aux morts avec la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) du ministère de la Défense. Chargée notamment de la politique de mémoire, celle-ci a imposé l’idée d’un tourisme de mémoire. Le site internet Chemins de mémoire 4, sur lequel nous reviendrons, concrétise cet effort et accorde une place de choix aux monuments aux morts. La voie de la patrimonialisation est ouverte. On assiste, à partir d’une dynamique nationale, à une réappropriation de la mémoire locale. à l’inverse de la démarche des communes à faire naître les monuments aux morts, l’état prend l’initiative d’un nouvel hommage aux morts de la guerre 5. Aux communes de répondre en retour par une réappropriation de l’héritage.

De la micro histoire

  • 6  Prost Antoine, « Les monuments aux morts », op. cit., page 199

6Il convient en effet de rappeler que ce n’est pas l’état qui impulse le mouvement de construction des monuments aux morts. Il se contente de l’accompagner et de l’encadrer par une subvention et une commission d’esthétique. Sous l’égide du préfet, celle-ci veille au bon usage des symboles, notamment en matière de laïcité. Le processus d’érection des monuments apparaît donc comme un bon exemple de démocratie locale puisqu’il procède véritablement de l’initiative des communes, des comités d’anciens combattants et des instances municipales ; ce qu’Antoine Prost appelle « le peuple en ses comices » 6. Dès lors, les caractéristiques du monument sont riches d’enseignements sur la société de l’époque. En sollicitant le concours des Archives départementales, il est loisible d’entreprendre une monographie complète de cet élément patrimonial.

  • 7  Pérès Hubert, « Identité communale, République et communalisation. À propos des monuments aux mort (...)

7On pourrait penser que l’histoire des monuments aux morts a été faite, même si de nouvelles approches sont sans doute possibles. Les considérer dans leur globalité avec des tentatives de classement dans telle ou telle catégorie a permis d’en saisir l’infinie variété dans la force du message délivré. Après l’échelle nationale ont succédé des études départementales, sans que la pertinence de ce cadre purement administratif soit d’ailleurs discutée. L’obsession de l’exhaustivité a conduit à privilégier le recensement systématique ou les spécimens les plus intéressants, à savoir les représentations figurées. Par contre, il est plus rare de trouver des réflexions sur le lien que la commune a construit avec ses disparus. Alors que l’initiative de la construction de ce type de mémorial est partie des collectivités communales, l’identification de la commune à ses morts confère au monument une dimension fortement inscrite dans un territoire. L’approche locale semble pertinente d’autant qu’aucun des morts n’est anonyme. S’il l’est devenu avec le temps – l’appel des noms par les enfants des écoles, l’instituteur ou le curé n’a plus cours aujourd’hui – l’individualisation des identités, avec parfois la date de la mort et même dans certains cas une photographie sur plaque d’émail, renforcent encore l’appartenance au groupe. On rejoint ici les trois pôles de l’identité abordés par Hubert Pérès : individu, nation, commune 7. La micro-histoire dispose d’un champ d’étude à labourer.

  • 8  Englund Peter, La beauté et la douleur des combats. Une nouvelle histoire de la Première Guerre mo (...)
  • 9  Zimet Joseph, Commémorer la Grande Guerre (2014-2020). Propositions pour un Centenaire internation (...)

8Dans cette question d’échelles, il convient de prendre en considération la tentative de l’historien suédois Peter Englund de « ramener un événement historique majeur à sa plus petite composante, sa particule élémentaire : l’individu et son vécu » 8. Il a entrepris une approche de la Première Guerre mondiale à travers vingt parcours individuels, vingt itinéraires singuliers choisis dans les deux camps et sur tous les théâtres d’opérations afin d’appréhender la réalité vécue de ce que fut cette Grande Guerre. En ce sens le monument aux morts, qui assure à chacun des noms gravés une forme de postérité, est aussi une invitation à retrouver ces éléments particuliers. D’autant que les sortir de l’anonymat s’avère désormais possible grâce au remarquable effort de publication des archives sur le site Mémoire des hommes. Nous reviendrons sur les possibilités ainsi offertes. Ajoutons le projet annoncé par le rapport sur la commémoration de la Grande Guerre de numériser et mettre en ligne, durant le Centenaire, l’ensemble des registres matriculaires des huit millions de combattants 9. Une telle publicité de tant de données doit être perçue comme un encouragement à oser l’histoire de ces individus.

Dans ce petit village du Finistère, Porspoder, au nord de Brest, le monument se trouve dans le cimetière et les plaques, récentes, reprennent les visages des disparus. (coll. David, 2012)

Le souvenir, la mémoire et l’histoire

9Avec ses noms gravés dans le marbre et auréolés de symboles, le monument aux morts est d’abord monument du souvenir pour ses contemporains. à ce titre il recueille par la suite les noms de ceux qui sont tombés lors des autres conflits du XXe siècle. Parallèlement, il devient l’emblème de la mémoire des guerres, même si sa conception le rattache avant tout à la Grande Guerre. Après 1962, il cesse le plus souvent d’inscrire les pertes de nouveaux conflits. La loi 2012-273 du 28 février 2012 impose pourtant de nouveau aux communes de porter sur le monument aux morts ou sur une stèle à proximité immédiate le nom des soldats « morts pour la France ». Aussi, on trouve parfois dans les communes abritant des unités ayant participé à des « opérations extérieures » les soldats morts par exemple en Afghanistan ; c’est le cas à Châlons-en-Champagne.

10Au XXIe siècle, observer, apprendre à lire et décrypter ces livres de pierre peut sembler a priori aride, voire ardu. Pourtant ils ont été pensés et placés là justement pour parler au plus grand nombre. Il faut prendre le temps, ressentir l’atmosphère qui s’en dégage pour établir un dialogue. Les grilles de lecture abondent. Elles ont d’ailleurs inspiré la démarche présentée ci-après. Surtout, elles ont montré à quel point ces lieux un peu oubliés de la mémoire recelaient de matière pour aborder l’histoire, celle de la Grande Guerre principalement mais aussi celle de la société qui a honoré ses morts. Toutefois de nos jours, les codes et les signes ne nous parlent plus autant qu’hier à leurs contemporains. Comme pour décrypter un vitrail gothique ou un tableau de la Renaissance, il est important de disposer d’outils de compréhension. Dans cette perte du sens commun, la mémoire ne fonctionne plus qu’à travers un cérémonial rituel. Le monument aux morts sert de théâtre au calendrier des commémorations :

  • 19 mars : journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, jour anniversaire du cessez-le-feu en Algérie en 1962 ; loi du 6 décembre 2012.

  • Dernier dimanche d’avril : journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation ; loi du 14 avril 1945.

  • 8 mai : victoire de 1945 ; commémoré dès 1946, férié depuis la loi du 2 octobre 1981.

  • 8 juin : hommage aux « morts pour la France » en Indochine ; décret du 26 mai 2005.

  • 18 juin : appel du général De Gaulle en 1940 ; décret du 10 mars 2006.

  • 16 juillet, si c’est un dimanche, sinon le dimanche suivant : mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’état français et d’hommage aux Justes de France ; décret du 3 février 1993 et loi du 10 juillet 2000.

  • 25 septembre : hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives ; décret du 31 mars 2003.

  • 11 novembre : Journée nationale pour la commémoration de la Victoire et de la paix depuis la loi du 24 octobre 1922 puis Journée d’hommage à tous les Morts pour la France depuis la loi du 28 février 2012.

  • 5 décembre : hommage aux « morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie ; décret du 26 septembre 2003.

11En dehors de ces moments fugaces, le monument ne relève plus que de l’histoire et donc n’intéresse que le spécialiste, l’historien. Il perd sa fonction mémorielle. Retravailler sur son histoire permet de redonner du sens au lieu de mémoire.

12De ce point de vue, les services des Archives départementales sont un recours précieux. Ils fournissent nombre d’informations complémentaires sur le recensement de la population de 1911, les délibérations municipales ou la couverture par la presse de l’inauguration ; autant d’éléments qui aident à mieux cerner le contexte de l’édification. Autant dire qu’un véritable corpus documentaire est accessible à n’importe quel esprit curieux d’en savoir davantage sur ce vestige d’un siècle révolu. Rappelons aussi la question de la mémoire et la difficulté parfois de sensibiliser des jeunes à cette question délicate. L’expérience a montré qu’en leur proposant d’étudier le monument de leur commune, en faisant connaître ce travail, en les associant d’une manière ou d’une autre à l’hommage du 11 novembre – comme on le verra plus loin – des collégiens se sont appropriés l’héritage. Par-delà l’histoire du monument, ils se sentent à présent dépositaires d’une mémoire, dont le sens des gestes reproduits d’année en année s’était plus ou moins perdu. Au gré de leurs promenades, ils se plaisent désormais à chercher avec un regard neuf les monuments des villages qu’ils traversent. La transmission s’est opérée. Le regard a changé.

  • 10  Pérès Hubert, « Identité communale, République et communalisation. À propos des monuments aux mort (...)

13En 1989 Hubert Pérès déplorait en ouverture de son article 10 :

« Quoique omniprésents sur le territoire français et peut-être victimes de cette banalisation, les monuments aux morts ont peu attisé la curiosité des chercheurs ».

14Vingt ans plus tard, les historiens ont suivi les jalons posés par Antoine Prost, George L. Mosse ou Annette Becker. Pour autant le regard porté par nos contemporains sur les monuments aux morts a-t-il changé ? Hubert Pérès soulignait déjà le danger de leur banalisation :

« Outre cette généralité qui les rend presque trop familiers, les monuments aux morts souffrent sans doute de leur pseudo-évidence symbolique ».

15Il semble acquis que cette évidence symbolique auprès du grand public se soit partiellement érodée. Sans s’attarder sur les raisons de ce désintéressement – qui n’est pas niable – il convient de dépasser l’accusation de ringardise qui affuble tout ce qui se rapporte à la mémoire des anciens combattants. Le maintien et l’entretien de ce patrimoine historique supposent une redéfinition du regard porté sur lui. Un tel effort de ce qu’il faut bien appeler la pédagogie implique un véritable investissement des différents acteurs du souvenir, de la mémoire et de l’histoire. Officiels, municipalités, associations, enseignants doivent mesurer l’effort à faire pour que le monument aux morts recueille d’autres émotions qu’un hymne national éraillé par un chœur d’enfants.

Un outil didactique

16Le monument aux morts enseigne. Témoin d’un deuil national dans sa dimension locale, il transmet aux générations suivantes le souvenir de ce que fut l’hécatombe de 1914-1918. Érigé pour conjurer l’oubli de chacun des disparus et pour soigner la plaie collective de la guerre, il demeure comme une cicatrice visible dans le paysage des villes et des villages. à ceux qui daignent la regarder cette cicatrice invite à connaître son histoire. Pourquoi ?

17Dans la sobriété ou l’édification, le monument aux morts porte un message, plus ou moins véhément, d’abord aux survivants ensuite à leurs descendants. Aux héritiers d’aujourd’hui il continue d’adresser un langage plus ou moins clair, plus ou moins audible. Le signifié a pu changer ou perdre de sa vigueur, le signifiant demeure pour sa part gravé dans le marbre et le bronze. Comme le tympan de Conques ou la colonne Vendôme, chacun des monuments aux morts raconte à sa manière une histoire collective, somme de destins individuels. à ce titre il requiert comme les autres monuments historiques des éléments d’explication pour être à nouveau intelligible.

  • 11  Voir les travaux d’Antonio Damasio sur le lien entre l’émotion et les processus cognitifs comme l’ (...)
  • 12  Murray Schafer Raymond, Le paysage sonore. Le monde comme musique, 1974, réédition éditions Wild P (...)
  • 13  Voir les recherches de Claire Guiu, et notamment l’émission Planète Terre de France Culture du 22  (...)

18Le point de vue du pédagogue s’affirme ici clairement. Objet d’étude privilégié de l’enseignant, document d’accroche patrimonial posant d’emblée une situation problème, le monument aux morts recèle des vertus pédagogiques éprouvées. Il dégage aussi une puissance évocatrice. L’occasion de s’extraire du cadre rigide de la salle de classe s’inscrit dans une approche pédagogique différenciée. Elle offre ainsi d’enseigner dans un autre rapport aux savoirs. Pour l’élève, la sortie génère un sentiment de liberté. Cet accès à l’émotion revêt toujours une dimension un peu édifiante. Découvrir et faire vivre un monument aux morts, cela suscite immanquablement un ressenti. Les neurosciences ont montré la supériorité des stimuli émotionnels sur les stimuli rationnels au regard de la mémorisation 11. L’émotion contre la raison. Qu’il soit permis de forcer le regard à s’arrêter sur un détail du monument, sur une énigme. Le scruter comme pour le dessiner ou le photographier pour s’en imprégner et faire naître une curiosité, un questionnement. Certains pourraient imaginer faire toucher du doigt ou même caresser de la paume la froideur du matériau pour accéder à une sensation physique. L’expérience a été faite plusieurs fois avec des élèves pour une leçon in situ d’introduction et de questionnement sur la Première Guerre mondiale. Susciter une émotion, faire émerger des représentations, travailler même sur le rejet ou à l’inverse l’excès de compassion. En clair, accéder à l’émotion pour enseigner plus juste. Les psychopédagogues savent combien importent le contexte, l’environnement ou encore la mobilisation des sens dans l’acquisition des savoirs. Convoquer l’expérience physique pour appréhender le monument aux morts dans son ensemble et dans ses détails contribue grandement à en dégager du sens. L’environnement sonore du lieu, l’ouverture de la grille ou le bruit des chaînes, les pas sur le gravier, le bruit sec de la pierre ou du métal composent le paysage sonore si cher à Raymond Murray Schafer 12. La géographie sonore est une discipline en plein essor et répond en cela à la mobilisation des sens au service de la quête de sens ; ici c’est l’ouïe en complément de la vue pour une nouvelle appréhension de l’espace 13. écouter, toucher, sentir pour mieux voir et surtout mieux saisir dans sa globalité l’intelligibilité d’un concept. Pour rester dans le sujet, le monument aux morts, quel que soit le public, quelles que soient les circonstances dans lesquelles il est abordé, propose une grande variété d’approches.

L’affirmation de l’individu

19Le monument aux morts, avec les nécropoles nationales et autres cimetières militaires, s’inscrit dans un long processus d’affirmation de l’individu comme être unique, singulier, composante élémentaire de groupes sociaux plus vastes, de la famille à l’humanité en passant par la communauté villageoise ou la nation. L’inscription d’une identité fixant dans le temps le souvenir de chacun des morts, offrant ainsi à chaque disparu et à ses proches une prolongation de l’existence brisée par-delà la mort, s’impose avec la Première Guerre mondiale.

  • 14  Nicolet Claude, Bertrand Jean-Marie, Nony Daniel, « Mourir pour la Patrie », in Citoyen dans l’Ant (...)
  • 15  Fleury Daniel, « Plaques, stèles et monuments commémoratifs : l’état et la "mémoire de pierre" », (...)

20Traditionnellement, les soldats morts à la guerre ne font pas l’objet de tant de sollicitude de la part de ceux qui les y envoient. L’histoire a parsemé les champs de batailles de dépouilles de soldats abandonnées à leur sort. Les camarades survivants ou les populations locales assuraient au gré des circonstances une sépulture soucieuse surtout de préserver une forme de dignité à la mort humaine. Les fosses communes s’efforçaient éventuellement de ne pas compromettre la salubrité publique. Dans l’Antiquité cependant, la démocratie athénienne considère que la guerre et plus encore la victoire militaire témoignent d’un effort collectif des citoyens. Aussi, les morts sont inhumés dans le quartier le plus prestigieux de la cité : le Céramique. Chacun a droit à un hommage particulier puisque les noms des soldats-citoyens défunts sont gravés dans le marbre 14. Une stèle du musée du Louvre connue sous le nom de « Marbre Nointel » (retrouvée à Athènes en 1674) comporte ainsi cent soixante-quinze noms de soldats de la tribu d’Erechtéis morts vers 460-459 av. J.-C. dans des guerres menées à Chypre, en Phénicie, à Haliéis, à Égine, à Mégare. Deux noms comportent la mention « stratège », quatre « archer » et un « devin ». La démocratie, qui naît à Athènes au Ve siècle et s’engage avec Périclès dans la première Guerre du Péloponnèse, adopte ainsi un usage qui se perd ensuite au profit de la gloire des seuls chefs honorés pour leurs exploits : il s’agit d’honorer individuellement chacun des citoyens morts dans les guerres conduites par la cité. Si le siècle des Lumières fait émerger le principe de l’individu, il faut attendre le XIXe siècle pour voir apparaître d’une part un traitement individuel de la sépulture militaire et d’autre part la pratique du souvenir à travers l’inscription pérenne du nom ‒ y compris d’inconnus ‒ dans la postérité. Les états-Unis d’Amérique se préoccupent les premiers d’offrir des sépultures individuelles aux soldats tombés lors des guerres indiennes dès les années 1840 15 tandis que la colonne de Juillet conserve à Paris les noms des émeutiers de juillet 1830. Mais c’est la Guerre de 1870-1871 qui ancre la pratique du monument aux morts aussi bien que celle des sépultures militaires, amorcée en 1863 pour les 90 000 morts de la Guerre de Crimée (1854-1856). Au fil d’un siècle qui voit triompher l’affirmation des nationalismes, la « guerre de 70 » suscite la construction de nombreux monuments commémoratifs chargés d’entretenir l’esprit de revanche par rapport à la perte de l’Alsace et de la Moselle. Le culte des soldats « morts pour la Patrie », puisque c’est l’expression consacrée à l’époque, sert de support à cette mémoire. La fondation du Souvenir français en 1887 par l’Alsacien Xavier Niessen alimente cette ferveur. Les communes de France sont invitées à s’imaginer dépositaires du souvenir des anonymes tombés pour la Défense nationale. çà et là des monuments contribuent à ancrer cette pratique à l’échelle municipale. Beaucoup de ces monuments de 1870-1871 s’inspirent de celui consacré au général Chanzy et à la deuxième armée de la Loire, inauguré en 1885 au Mans, en reprenant parfois même un personnage ou un détail.

Photographie du monument érigé « Aux enfants de Mauvezin et du canton morts pour la Patrie » comportant des noms de soldats. (coll. David)

21L’hécatombe des premiers mois de guerre en 1914 (on estime à 27 000 le nombre de tués dans la journée du 22 août) accélère et généralise le processus et l’individu en tant que tel s’impose comme référent politique. Les Allemands optent tout de suite le principe de sépultures individuelles quand Britanniques et Français autorisent les fosses communes, jusqu’à six corps pour les premiers, cent pour les seconds… Mais la loi du 29 décembre 1915 établit la règle des sépultures individuelles. Après le suffrage universel masculin de 1848 et la levée de 1870, le citoyen soldat accède pleinement à la reconnaissance. Désormais, l’état prend en charge l’entretien perpétuel des sépultures de guerre, individuelles quand l’identification est possible, anonymes dans certains cas, collectives dans d’autres, dans des nécropoles nationales. à travers le monument aux morts les communes accompagnent ce mouvement et assurent à leurs disparus la survivance du souvenir individuel dans la mémoire collective.

Le monument aux morts est-il réactionnaire ?

22La fréquentation d’un monument aux morts est une occupation pour le moins solitaire et assez peu propice aux rencontres. La curiosité à son égard génère au mieux de l’amusement, souvent de l’étonnement, parfois comme une méfiance vis-à-vis de l’inconnu rôdant autour des mânes locales. Alors que la visite des églises passe pour naturelle, que celle des cimetières laisse poindre une quête des origines, la quête puis l’approche du monument aux morts, son observation attentive, la violation de l’espace sacré censé le protéger révèlent ce qu’il peut représenter aux yeux des habitants, notamment les plus âgés. Tourné vers le passé, il est désormais d’une époque révolue ; façonné dans une symbolique devenue muette, il est devenu inexpressif ; porteur de destins tragiquement brisés par la guerre il évoque un culte des morts désuet ; chargé d’une mission mémorielle nationale, il ne s’anime qu’épisodiquement avec un cortège d’officiels et un apparat aussi codifiés que rigides. Pourtant, dans l’espace qu’il occupe, il s’assure une convergence de regards qui le veillent et préservent son intégrité. Ainsi incarne-t-il une dimension du conflit des générations. Sacralisé à l’extrême il est intouchable, inviolable et porteur de valeurs jugées d’un autre âge, voire de tabous.

Un monument pour les « vieux » et les anciens combattants ?

  • 16  Voir plus loin la partie consacrée à la re-patrimonialisation du monument et notamment le cas de l (...)

23Ne feignons pas la réprobation indignée, les jeunes générations manifestent une complète ignorance voire une certaine ironie vis-à-vis du monument aux morts et de ce qu’il représente. En parler suscite l’ennui, s’y rendre revient à les y traîner. Pour les anciens, la démarche est naturelle ; enquêter sur le monument conduit à s’intéresser à leur passé, à leurs souvenirs et à la mémoire, celle qui touche l’inconscient collectif. Aussi, cela réveille parfois des douleurs enfouies et transmises tacitement, des peines individuelles, familiales et communales dont la simple évocation suscite l’émoi. Le dialogue naît et la parole libère des émotions. Dans tel village une vieille femme se souvient d’une époque qu’elle n’a pas connue, mais dont sa propre mémoire transmet le souvenir : que l’emplacement du monument a été mal accepté par certains – ou peut-être même « certaines » – parce qu’il se trouve presque sur l’ancien quai d’une gare disparue depuis fort longtemps, d’où sont partis les mobilisés. Ainsi le monument semble-t-il appartenir surtout aux vieilles générations, celles dont la mémoire est encore irradiée par le conflit désormais centenaire. Les guerres suivantes ont apporté leurs deuils venus s’inscrire sur le monument aux morts de la Grande Guerre. Mais pour autant le public ne s’en trouve pas rajeuni. Les anciens se retrouvent d’ailleurs assez esseulés lors des cérémonies commémoratives, ce qu’ils déplorent. Dans un rituel très formaté, la forme l’emporte souvent sur le fond et chez les jeunes générations l’incompréhension le dispute au rejet. Les drapeaux et les décorations ‒ civiles ou militaires ‒, l’hymne ou la sonnerie aux morts, le dépôt de gerbe et la minute de silence constituent un décorum pour le moins austère. Malgré les efforts des principaux acteurs, la participation des plus jeunes n’invite guère à une appropriation de la mémoire et moins encore de l’histoire. La redéfinition de la sacralité de l’instant et du lieu commémoratifs ‒ non en terme de tabou ou de relique mais d’histoire et de mémoire vivante ‒ devient nécessité. Alors que le débat a été ouvert autour des noms de soldats morts en opérations extérieures, la question du « rajeunissement » du monument aux morts et de son rapport non plus au passé guerrier mais à la paix mérite d’être posée. Certaines communes, nous le verrons, commencent à s’affranchir du poids de l’héritage pour innover et envisager une autre fonction mémorielle au monument 16.

Un monument à l’esprit de clocher ?

24Le monument dédié « aux enfants de … morts pour la France / pour la Patrie », tisse un lien indéfectible entre le sol et le sang versé, entre le territoire et ceux qui l’habitent. à l’échelle nationale, il honore ceux qui ont payé de leur vie la lutte d’un pays ; à l’échelle locale, il grave le souvenir des disparus de la commune. De ce point de vue il est clair que la question de l’identité sourd immanquablement de l’édifice. érigé à l’instigation même des communes pour honorer ceux qu’elles ont perdus – fils du lieu dont les patronymes font résonner les accents du « pays » – le monument aux morts distingue « ceux d’ici ». Il évince du même fait « ceux qui n’en sont pas ». Dès lors, appartient-il aux seuls habitants du territoire ?

25à ce danger du nationalisme de clocher il importe d’opposer d’abord que l’inscription des noms ne se limite pas aux seuls natifs de la commune. Tous ceux qui y ont élu domicile et dont ce fut la dernière résidence peuvent figurer sur le monument. Certains noms se retrouvent ainsi à la fois sur le monument du lieu de naissance et sur celui du dernier lieu de résidence. L’étude des lieux de naissance révèle très vite une nébuleuse de communes plus ou moins éloignées selon les logiques d’attractivité spatiale de l’époque. Par exemple, dans la petite commune vendéenne des Moutiers-sur-le-Lay, à la limite du bocage et de la plaine selon la division d’André Siegfried de ce département rural et agricole, trente-trois des cinquante-huit noms du monument seulement sont nés dans le village. Les autres sont venus pour la plupart des environs proches, dans un rayon de dix à quinze kilomètres, avec quelques exceptions significatives. L’idée d’un brassage des populations et d’une reconnaissance d’un « droit du sol » dans le fondement de l’identité locale se manifeste clairement. Pourtant, il faut s’interroger sur ceux qui, du fait de leur mobilité, n’apparaissent sur aucun monument. De même doit-on s’interroger à propos des habitants des territoires du lointain, eux aussi « morts pour la France » : ont-ils été admis et inscrits sur des monuments avec la même rigueur que les métropolitains et les nationaux ?

26L’inscription dans le territoire ne suffit donc pas à faire du monument un vestige nationaliste puisque des individus « allogènes » y figurent, comme d’ailleurs des hommes partis de la commune mais dont elle a choisi de conserver le souvenir.

27Si l’on se réfère ensuite à la question de la nationalité, celle-ci n’apparaît jamais comme une condition exclusive pour être compté parmi les « morts pour la France ». La loi du 25 octobre 1919 relative à la commémoration et la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre stipule que les noms doivent être recensés sur un Livre d’Or remis par l’état à chaque commune :

« Article premier. — Les noms des combattants des armées de terre et de mer ayant servi sous les plis du drapeau français et morts pour la France, au cours de la guerre 1914 à 1918, seront inscrits sur des registres déposés au Panthéon.

Article 2. — Sur ces registres figureront, en outre, les noms des non-combattants qui auront succombé à la suite d’actes de violence commis par l’ennemi, soit dans l’exercice de fonctions publiques, soit dans l’accomplissement de leur devoir de citoyen.

  • 17  Journal officiel, 26 octobre 1919.

Article 3. — L’État remettra à chaque commune un Livre d’Or sur lequel seront inscrits les noms des combattants des armées de terre et de mer morts pour la France, nés ou résidant dans la commune. Ce Livre d’Or sera déposé dans une salle de la Mairie et tenu à la disposition des habitants de la commune. Pour les Français nés ou résidant à l’étranger, le livre d’Or sera déposé au consulat dont la juridiction s’étend sur la commune où est né ou a résidé le combattant mort pour la Patrie » 17.

28La loi du 28 février 1922 qui complète celle du 2 juillet 1915 établit quant à elle les conditions nécessaires à l’attribution de cette mention « mort pour la France » qui conditionne le versement d’une pension :

« La loi du 2 juillet 1915, relative aux actes de décès des militaires et civils "morts pour la France" est ainsi modifiée.

Article premier. — L’acte de décès d’un militaire des armées de terre ou de mer, tué à l’ennemi, mort de blessures ou de maladies contractées en service commandé, ou encore des suites d’accidents survenus en service ou à l’occasion d’un service, en temps de guerre de tout médecin, ministre du culte, infirmier, infirmière des hôpitaux militaires et formations sanitaires, ainsi que de toute personne ayant succombé à des maladies contractées au cours des soins donnés aux malades ou blessés de l’armée, de tout civil ayant succombé à la suite d’actes de violence commis par l’ennemi devra sur avis favorable de l’autorité militaire, contenir la mention "Mort pour la France".

[...]

Article 3. — Les dispositions ci-dessus s’appliqueront à tout otage, à tout prisonnier de guerre, militaire ou civil, mort en pays ennemi ou neutre, des suites de ses blessures, de mauvais traitements, de maladies contractées ou aggravées en captivité, d’un accident de travail ou fusillé par l’ennemi.

  • 18  Ibid., 1er mars 1922.

Article 4. — La présente loi est applicable aux actes de décès des indigènes de l’Algérie des colonies ou pays de protectorat et des engagés au titre étranger tués ou morts dans les mêmes circonstances » 18.

29La mention a donc pu être accordée aussi bien à des nationaux qu’à des étrangers. Par conséquent, le monument aux morts peut recenser des étrangers ayant vécu dans la commune avant de partir au front. L’idée selon laquelle le monument incarnerait l’esprit de clocher et l’identification d’individus à un lieu et à sa mémoire fait certes débat mais ne saurait se satisfaire d’un jugement abrupt ou partisan. La société actuelle, devenue beaucoup plus mobile qu’un siècle auparavant, résulte elle-même de mobilités intenses survenues après la Première Guerre mondiale. L’héritage est désormais commun, détaché de l’identification originelle des survivants au monument portant le nom du disparu. Quand commence une recherche autour d’un ancêtre englouti dans le tourbillon de la guerre, très rapidement elle se détache du strict cadre familial ou local pour considérer sans distinction, sous un jour nouveau, l’ensemble de ces vestiges communaux devenu parlant. S’intéresser au monument aux morts mène davantage à un élargissement de la curiosité qu’à un resserrement autour de la commune, de la famille ou du nom. Du clocher le regard porte vers le lointain, de la commune vers d’autres territoires.

30Le monument est-il « réac’ » ? Entre la spontanéité des uns et l’émotion des autres, il n’est pas niable que des tensions risquent de poindre. Son actualité est à redéfinir dans la raison plus que dans la passion. Décliné à la plus grande échelle du territoire, celle des trente-six mille communes et de l’outre-mer, il rejoint une communauté de destin et une aspiration universelle à la paix.

31Pourquoi s’intéresser au monument aux morts ? La question dès lors semble tranchée. L’émotion rejoint la raison. L’itinéraire d’une découverte mérite d’être balisé sans se réduire à une grille d’analyse ; quelques jalons pour comprendre le langage des morts, ainsi que des vivants.

Notes

1  Le Monde, 12 novembre 1999.

2  Offenstadt Nicolas, « Quel hommage pour quel poilu ? Réponses à Ivan Levaï », site du CRID 14/18, 16 mars 2008 [http://crid1418.blogspot.fr/2008/03/quel-hommage-pour-quel-poilu-rponses.html].

3  Prost Antoine, « Les monuments aux morts », op. cit., page 196.

4  [http://www.cheminsdememoire.gouv.fr].

5  Pérès Hubert, « Identité communale, République et communalisation. À propos des monuments aux morts des villages », Revue française de science politique, n°5, 1989, pp. 665-682.

6  Prost Antoine, « Les monuments aux morts », op. cit., page 199

7  Pérès Hubert, « Identité communale, République et communalisation. À propos des monuments aux morts des villages », op. cit.

8  Englund Peter, La beauté et la douleur des combats. Une nouvelle histoire de la Première Guerre mondiale, op. cit.

9  Zimet Joseph, Commémorer la Grande Guerre (2014-2020). Propositions pour un Centenaire international. Rapport au Président de la République, septembre 2011, Secrétariat général pour l’administration, Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives.

10  Pérès Hubert, « Identité communale, République et communalisation. À propos des monuments aux morts des villages », op. cit.

11  Voir les travaux d’Antonio Damasio sur le lien entre l’émotion et les processus cognitifs comme l’attention et la mémorisation.

12  Murray Schafer Raymond, Le paysage sonore. Le monde comme musique, 1974, réédition éditions Wild Project, 2010.

13  Voir les recherches de Claire Guiu, et notamment l’émission Planète Terre de France Culture du 22 octobre 2011 ou encore les travaux du laboratoire Cresson (Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain).

14  Nicolet Claude, Bertrand Jean-Marie, Nony Daniel, « Mourir pour la Patrie », in Citoyen dans l’Antiquité, La Documentation photographique nº 8001, février 1998, pp. 28-29.

15  Fleury Daniel, « Plaques, stèles et monuments commémoratifs : l’état et la "mémoire de pierre" », Revue historique des armées, nº259, 2010, pp. 56-66.

16  Voir plus loin la partie consacrée à la re-patrimonialisation du monument et notamment le cas de la commune de Biron et son « monument aux vivants ».

17  Journal officiel, 26 octobre 1919.

18  Ibid., 1er mars 1922.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Exemple de carte ayant circulé de- puis l’arrière vers le front et destinée à soutenir le moral d’un soldat. Une jeune femme nommée Cécile, de Paris, adresse à son bien-aimé ses pensées et ses baisers. On appréciera la mise en scène choisie par la femme pour son « Cher Émile ». (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Plus poignante cette carte adressée par un père au recto de laquelle il écrit : « Chère Marie et François, je vous envoie cette carte pour vous dire d’être bien sages tous les deux, et de pas faire bisquer maman. Bientôt je viendrai encore à la maison. Je termine en vous embrassant bien fort tous les deux et à bientôt. Votre papa qui vous aime beaucoup ». (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Légende Carte envoyée en janvier 1925 par une jeune fille à sa cousine. Le propos de la carte postale tranche avec l’iconographie. D’un côté les nouvelles insouciantes et amicales rédigées d’une jeune plume encore mal assurée, de l’autre une statuaire lourde de symbole en ce milieu des années vingt. Alors que d’autres cartes de la même période affichent pour la même commune de La Souterraine dans la Creuse des curiosités locales, une porte médiévale, le marché ou d’autres vues générales, on peut s’interroger sur ce qui a conduit cette jeune Yvette à choisir le monument aux morts pour sa cousine Jeanne. (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Légende Datée du 6 avril 1927, cette carte a été adressée par un mari à sa jeune épouse. S’il mentionne que le monument a été inauguré le dimanche précédent, l’essentiel du contenu traite des affaires qui l’ont conduit à Caen et de ses occupations du jour. Il termine par ces mots « Ton tout dévoué petit mari pour la vie. Madame Antoine est très grosse et sans bonne, sa cuisine est bonne sans doute ». Là encore le choix d’un détail du monument aux morts pour une correspondance aussi légère peut surprendre. Cela signale néanmoins l’importance prise par l’édifice dans l’identification patrimoniale du lieu. (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Carte postale de La Couarde, sur l’île de Ré, dont on peut se demander si l’héroïsme démonstratif du monument – un aigle de bronze jeté à terre – ne vient pas conjurer le nom de la commune. En cette fin d’été 1946, depuis le littoral atlantique, les « meilleurs souvenirs » adressés à un habitant de Toul en Meurthe-et-Moselle au verso d’une photographie d’un tel monument trouvent un écho singulier. (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende La carte postale ci-dessus de Pont d’Ain, éditée en couleur dans les années 1980, est représentative de nombreux villages qui, dans des vues multiples des divers centres d’intérêts de la commune, associent le monument aux morts comme marqueur de l’identité locale et patrimoniale.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Légende Ci-dessus, la carte postale du Finistère est légendée « La Bretagne pittoresque. À proximité de Beg Meil et du Cap Coz Fouesnant. Le monument aux morts réalisé par Quillevic ». Postée le 17 août 1982 à destination du Val-d’Oise, elle porte des nouvelles estivales : « Bon séjour dans un coin magnifique. La mer est à notre porte et les filles du matin au soir sur la plage ». L’image que reçoit le correspondant de cette destination de vacances diffère singulièrement des clichés du littoral breton et des évocations balnéaires. Les touristes ont préféré un monument aux morts sculpté évoquant le deuil, œuvre d’un artiste local, pour transmettre leur « amical souvenir ». (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Légende Dans ce petit village du Finistère, Porspoder, au nord de Brest, le monument se trouve dans le cimetière et les plaques, récentes, reprennent les visages des disparus. (coll. David, 2012)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Photographie du monument érigé « Aux enfants de Mauvezin et du canton morts pour la Patrie » comportant des noms de soldats. (coll. David)
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/1237/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 851k

© Éditions Codex, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search