Version classiqueVersion mobile

Comprendre le monument aux morts

 | 
Franck David

Conclusion

Texte intégral

  • 1  France Culture, émission « La Fabrique de l’Histoire » du 11 novembre 2010.

1Le 11 novembre, à 11h00, l’Allemagne se prépare à la fête. C’est en effet l’ouverture officielle des festivités du carnaval rhénan, une tradition qui remonterait au Moyen-âge. Une « différence de perspective » évoquée par élise Julien 1 qui surprend mais replace la mémoire dans sa dimension territoriale, son ancrage dans un contexte, une tradition locale. Dans la même émission, Nicolas Offenstadt rapporte les attentes mémorielles très fortes autour de la commémoration du centenaire de l’armistice. Les monuments aux morts seront au cœur de l’événement ; une occasion de comprendre comment se façonne une mémoire, somme de mémoires locales.

2Venir au monument aux morts pour l’observer, le photographier et le comprendre met en jeu des ressorts qui nous dépassent, mais qui nous concernent néanmoins. Pour les jeunes d’aujourd’hui apprendre à les lire revient d’abord à réapprendre à les voir. Pour l’enseignant c’est l’occasion d’introduire une réflexion distanciée par rapport à la mémoire et à l’œuvre du temps. Pour chacun de nous, habitant d’un lieu comme de milliers d’autres, s’arrêter devant un monument aux morts revient à l’intégrer au patrimoine commun.

3Antoine Prost écrivait dans sa thèse sur les anciens combattants : « Chaque pays lit l’expérience de la guerre et invente une réaction à la lumière de sa propre culture ». Ne craignons pas de mettre un instant en lumière le monument aux morts, le temps d’une leçon. Une leçon de vie à « inventer ».

Notes

1  France Culture, émission « La Fabrique de l’Histoire » du 11 novembre 2010.

© Éditions Codex, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search