Version classiqueVersion mobile

Comprendre le monument aux morts

 | 
Franck David

Introduction

Texte intégral

  • 1  Stéphane Tison aborde de manière lumineuse la question du deuil des guerres en lien avec la commém (...)
  • 2  Sur ces débats voir la synthèse éclairante d’élise Julien, « À propos de l’historiographie françai (...)
  • 3  Les derniers vétérans ont presque tous disparu plus que centenaires en 2008.
  • 4  Prost Antoine, « Les monuments aux morts », dans Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire. Tome I. (...)
  • 5  Becker Annette, Les monuments aux morts : patrimoine et mémoire de la Grande Guerre, Errance, 1988 (...)
  • 6  Se référer bien évidemment au travail mené sous la direction de Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, (...)

1Le 11 novembre 1918 à onze heures, alors que les villages résonnent des volées de cloches, les clairons hésitent entre La Marseillaise et la sonnerie aux morts. La liesse est à la mesure de la peine qu’elle refoule. Près de 1,5 million d’hommes manquent à l’appel pour célébrer la fin des combats. Après un tel sacrifice, le monde des vivants est si meurtri que la nécessité d’un hommage collectif s’impose à tous. Le traumatisme est si prégnant qu’il devient impératif de graver dans les esprits – et dans les mémoires – un credo unanime et consensuel sur le sens d’une pareille tuerie 1. Les familles ne pouvaient plus assumer seules l’immensité du deuil. Il fallait lui trouver une place dans l’espace public. à partir de là, partout en France, l’immense majorité des communes se préoccupe d’ériger un monument dédié à ces absents. Les années folles commencent devant la pierre du souvenir. Près d’un siècle plus tard, le souvenir a peu à peu laissé la place à la mémoire. Avec le temps, les héros d’hier deviennent plus ou moins les victimes d’aujourd’hui. Le regard change ; le nôtre n’est plus celui de leurs proches. Les historiens sont partagés entre le consentement ou la contrainte pour comprendre ce qui aurait permis à ces hommes de « tenir » au front 2. Et « l’arrière » ? Peut-on s’interroger aussi sur le fait qu’il ait tenu, accepté, intégré le sacrifice et le deuil, pendant et après le conflit ? Le débat – par ailleurs fort nourrissant – sera volontairement laissé aux spécialistes, aux chercheurs. Après Louis de Cazenave puis Lazare Ponticelli les témoins ont désormais disparu, en France comme ailleurs 3. Leurs descendants redécouvrent les monuments aux morts. Nombre d’historiens ont tiré parti des travaux pionniers d’Antoine Prost 4 et d’Annette Becker 5 sur un très large corpus. Désormais, grâce aux acquis de cette recherche, il devient possible d’envisager une étude quasi exhaustive de ces lieux de mémoire 6. Beaucoup s’y sont livrés, se lançant dans un inventaire, des tentatives de classements ou de traitements statistiques, parfois des études descriptives mais très souvent axées sur la statuaire, plus démonstrative bien que minoritaire. On trouve ainsi sous des formes diverses toutes sortes de monographies locales – surtout départementales d’ailleurs. Mais les monuments aux morts sont le plus souvent abordés collectivement, constitués en corpus, sauf pour les plus remarquables d’entre eux.

  • 7  Notamment des recherches menées avec des collégiens sur plusieurs années auprès d’un échantillon d (...)

2Pourtant, en dépit de l’infinie variété de ses déclinaisons, des plus complexes aux plus indigentes, des plus démonstratives aux plus sobres, le monument aux morts s’inscrit dans un paysage, dans un territoire, dans une mémoire locale. Car il s’agit bien de réinvestir ici le champ du local. Ce matériau historique est à la portée de chacun, disponible partout, accessible à toute heure sans restriction. à tel point que sa banalisation l’a rendu presque invisible ! Interrogeons les habitants sur le monument de leur commune. Où se trouve-t-il ? à quoi ressemble-t-il ? Combien hésitent, combien renoncent ? Si le monument aux morts a disparu de la conscience populaire, s’il n’habite plus le territoire qui l’a fait naître, doit-on envisager de s’en débarrasser ? Sans vouloir susciter de polémique vaine, serait-il audacieux d’espérer rétablir le monument aux morts dans le patrimoine commun ? La réflexion proposée ici n’ambitionne pas de côtoyer les travaux scientifiques d’historiens de métier. Elle émane d’observations de promeneurs, de recherches de passionnés et de pratiques empiriques d’enseignants. Si elle procède en toute évidence de lectures choisies, elle ne saurait recenser un appareil scientifique exhaustif. En l’occurrence il conviendrait plutôt de citer les discussions, émissions radiophoniques, conférences, promenades pour témoigner de ce qui a guidé et étayé une démarche pensée initialement dans un cadre : celui de la transmission, de la pédagogie, le cadre de l’école 7. Il importait d’abord de faire (re)naître une curiosité, un intérêt autour de cet objet patrimonial. Interroger la pertinence d’un monument aux morts, oser questionner le rituel qui l’entoure en même temps que l’indifférence qu’il suscite dans le regard des contemporains permet, c’est une conviction acquise par l’expérience, de retrouver et de renouveler son message. C’est aussi lui offrir de nouvelles ambitions.

3Revenir à la rencontre du monument aux morts, la démarche n’est pas anodine. Elle soulève autant de questions que de réponses. Pourtant, à l’image de l’emblème des licteurs qu’il arbore parfois, un faisceau d’arguments accrédite l’affirmation sentencieuse que le monument aux morts est indéboulonnable. Nous verrons de quelle manière conduire son étude. Elle peut s’envisager dans des perspectives plus ou moins larges. Les prolongements possibles sont de nature à donner une profondeur de champ adaptée aux contraintes du public ou du temps disponible. Au-delà de l’inventaire photographique, une simple liste de noms parvient alors à faire revivre des destins. Car rien n’est plus vivant qu’un monuments aux morts.

Notes

1  Stéphane Tison aborde de manière lumineuse la question du deuil des guerres en lien avec la commémoration dans son ouvrage Comment sortir de la guerre. Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940), Presses Universitaires de Rennes, 2011. L’ouvrage de Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18, retrouver la Guerre, NRF Gallimard, 2000 consacre sa troisième partie à la question du deuil, individuel et collectif.

2  Sur ces débats voir la synthèse éclairante d’élise Julien, « À propos de l’historiographie française de la première guerre mondiale », Labyrinthe, 18, 2004, pp. 53-68. Ajoutons que l’historien suédois Peter Englund tente de concilier ces deux approches : « Toutes les armées fonctionnent grâce à un mélange de contrainte et de consentement (spontané ou orchestré). [...] Plus le consentement vacille, plus se renforce la contrainte. Mais jusqu’à un certain point seulement. S’il ne reste plus que la contrainte, il ne reste plus rien – et tout s’effondre », dans La beauté et la douleur des combats. Une nouvelle histoire de la Première Guerre mondiale, Denoël, 2011, page 398.

3  Les derniers vétérans ont presque tous disparu plus que centenaires en 2008.

4  Prost Antoine, « Les monuments aux morts », dans Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire. Tome I. La République, Gallimard, 1984, pp. 195-228.

5  Becker Annette, Les monuments aux morts : patrimoine et mémoire de la Grande Guerre, Errance, 1988 ; « Les monuments aux morts, des œuvres d’art au service du souvenir », Les Chemins de la Mémoire, n°144, novembre 2004.

6  Se référer bien évidemment au travail mené sous la direction de Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, loc. cit.

7  Notamment des recherches menées avec des collégiens sur plusieurs années auprès d’un échantillon d’une trentaine de communes du Tarn-et-Garonne. Ce travail est recensé sur le site éduc@déf du ministère de la Défense, dans la rubrique « projets pédagogiques », et a conduit à la publication des notices sur le site Chemins de mémoire de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives.

© Éditions Codex, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search