Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Transcription adoptée de l’arabe ou du berbère au français

Volltext

أ

- a, é, e

Le système de transcription est phonétique, il est simplifié et le plus fidèle possible au local même s’il ne comporte pas les subtilités des prononciations (liaisons, consonnes labiales du berbère notamment, dentales de l’arabe). L’alphabet arabe est une base commode pour transcrire des sons qui n’existent pas en français, même s’il ne contient évidemment pas toutes les nuances de la langue amazighe. La transcription est volontairement sommaire, d’une part parce que le même mot possède toutes sortes de variantes selon que l’on est dans telle ou telle région (amsryt chez les Iberkaken, tamsryt dans le Haut-Atlas, masria chez les Imeghran), et d’autre part parce que ce travail n’a pas de véritable visée linguistique.
Dans le texte, les mots ou expressions arabes comme berbères, sont notés en italique ; différencier les deux langues, souvent mêlées dans la prononciation locale, en aurait compliqué la lecture. La double consonne marque l’emphatisation consonantique, le circonflexe marque les voyelles allongées (î, â, û). Hormis quelques rares exceptions, pour marquer le pluriel sans dérouter le lecteur non-spécialiste, nous avons choisi de le noter ainsi « singulier-s ».
Nous avons opté pour zawya (pl. zawaya), plus proche de la prononciation locale que zawiya. En revanche, pour éviter de dérouter le lecteur, nous n’avons pas noté la forme berbère du même mot, zzawit, dans le corps du texte. De même, nous unifions le mot arabe fqîh (pl. foqahas) dans le texte sans employer la forme locale de ttaleb (pl. ttelba) moins connue d’un lecteur francophone.
Pour les autres mots du vocabulaire religieux qui appartiennent au répertoire arabo-marocain, leur berbérisation, lorsqu’elle a lieu, est rendue telle qu’elle est prononcée (lburuk employé dans le Sirwa, lbaruk employé à Marrakech par exemple). L’évolution actuelle vers des prononciations citadines est également notée si c’est le choix du locuteur. Beaucoup de termes aujourd’hui sont en zone tashelhit extrêmement arabisés, cette tendance récente qui mériterait une analyse linguistique profonde ne doit pas être tenue pour un manque de rigueur lors de l’enquête, mais comme la retranscription de dynamiques linguistiques locales. Si dans le quotidien, on note un appauvrissement croissant de la langue au profit de la langue arabe, ceci ne doit pas pourtant occulter un renouveau culturel indéniable.
La majorité des termes courants a été conservée dans leur forme consacrée par l’usage (oued, caïd, souk, Chorfa, cheikh). Mais pour les noms propres et certains toponymes, il était difficile de maintenir dans les versions déjà publiées qui ne satisfaisaient pas toujours à la dénomination locale et présentaient de nombreuses variantes.
Naturellement, l’orthographe des termes vernaculaires dans les citations est respectueuse de celle choisie par l’auteur (qsar au lieu de qçar, zaouïa pour zawya, Ikounka et non Ikunka, etc.)

ب

- b

ت

- t

ث

- th (dentale sourde)

ج

- j

ح

- h’ (pharyngale sourde)

خ

- kh (fricative vélaire)

د

- d

ذ

- dh

ر

- r, r’ (dentale vibrante)

ز

- z (chuintante sonore)

س

- s

ش

- sh (chuintante sourde)

ص

- ç (sifflante sourde)

ظ

- dt (dentale sonore)

ض

- dh

ط

- tt (emphatique)

ع

- ‘ (pharyngale sonore)

غ

- gh (vélaire sonore)

ف

- f

ق

- q (uvulaire sourde)

ك

- k

- m

ن

- n

- w, wa (labiale semi-consonne)

- h (laryngale sourde)

ي

- i, y, î

© Centre Jacques-Berque, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540