Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Épigraphes

Texte intégral

1« Quand il n’y avait plus d’eau, il faisait pleuvoir, et nous avions de l’eau en abondance… Un jour l’Archange Gabriel lui apparut et lui annonça que trois cent soixante-six saints allaient venir lui construire la zawya. Ils se relayèrent jour et nuit. La journée, les saints travaillèrent, et la nuit suivante, les anges terminèrent la medersa. Alors, Sîdî Mhammd Û Ya‘qûb put accueillir les pauvres et les orphelins. Dieu envoya tout ce qui était nécessaire avec un moulin à vent, azreg n’wado. Le matin, ils trouvaient le bois nécessaire. L’orge venait de cette meule plantée au milieu de la colline, face à la zawya. La farine une fois moulue, portée par le vent, approvisionnait d’elle-même le sanctuaire. Chaque nouvelle journée renouvelait le miracle. »
  
Chérif feu Mohamed Oultiligh, maison de la famille, Imi n’Tatelt, Ramadan 2003. Le saint Sîdî Mhammd Û Ya‘qûb est mort en 1555.

2« On m’a dit qu’au Sultan de son temps Abou Mohamed Abdellah le Juste, certain faqir du Maghreb demandait la concession d’une seguia pour fonder une zaouia. Il dit aux assistants : « Parmi vous quelqu’un connaît-il Imi n Tattelt ? Le pays de Sidi Mohamed ben Yacoub ? » Ils dirent : « Oui ». – Il leur dit : Savez-vous qu’il y a là des seguias ou des terres cultivées ? » Ils dirent : « Non ». Il leur dit : « Savez-vous qu’à sa zaouia vont des centaines de gens, et qu’ils mangent et qu’ils boivent ? » Ils dirent : « Oui ». – Alors le Sultan dit au demandeur : « Une zaouia se fait avec Dieu et non pas avec une seguia. »
  
Et-Tammanartî Abuzid S. Abderahman El Jazuli, Fawaïd al Jamma bi isnadi’ouloumi al umma. [texte arabe du XVIIIe, trad. Léopold Justinard] Chartres, Pub. Ihm, Durand, 1953, pp. 70-71.

3« Il suffira à des personnages religieux, descendants du Prophète, de se mettre à la tête des tribus du Soûs et de chasser les Chrétiens d’un point méridional de la côte atlantique où ils se sont installés, pour que les derniers Sultans Berbères [les Chorfa Saadiens du XVIe siècle], voyant de jour en jour s’affaiblir leur maigre autorité, n’arrivent bientôt plus à opposer de résistance sérieuse au mouvement révolutionnaire qui soulève le pays et les emporte. Le Maroc est, dès lors, l’extrême refuge occidental de l’Islâm…(…) ses limites ne varieront plus ou presque, dans les siècles qui suivront. Cette poussée religieuse avait pris naissance dans des couvents, zâwîyya ou ribât, situés la plupart du temps en dehors des villes, auprès du tombeau d’un saint ou d’un chef de confrérie… »
  
Evariste Lévi-Provençal. Les historiens des Chorfa. Essai sur la littérature historique et biographique au Maroc du XVIe au XXe. Paris, Paul Geuthner, 1922, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001, p. 9.

4« À un mouvement venu de l’Est, à partir du milieu du XIe siècle, avait fait pendant, depuis le XIIe, un mouvement parti de l’extrême Sud-Ouest. Le premier, traditionnellement imputé aux Hilaliens, est écologique. Renforçant l’économie de transhumance, voire de nomadisme, il morcelle les groupes existants et agit dans le sens de la mobilité. (...) Au type agressif des Nomades, s’oppose un contretype, lequel s’autorise des saints migrateurs affluant d’une mythique Saguia’l-H’amrâ’. Deux ondulations, en quelque sorte se croisent. Leur interférence, qui tend à un compromis entre vie mouvante et vie localisée, laisse sans doute reconnaître, les structures du Maghreb précolonial. C’est dans ce contexte [que l’on situe] l’émergence des Chorfa Saadiens. »
  
Jacques Berque. Ulémas, fondateurs, insurgés du Maghreb. XVIIe siècle, Paris, Sindbad, 1982, Arles, Actes Sud, 1998, p. 17.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540