Version classiqueVersion mobile

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

Le Maroc : une société plurielle au prisme de l'altérité

Quelle intégration pour les étrangers au Maroc ? Les écueils d’un terme à éviter

Sylvain Beck

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article se propose d’interroger l’usage du terme « intégration » concernant la présence des étrangers au Maroc. De plus en plus utilisé comme allant de soi dans les discours publics, il devrait pourtant être systématiquement critiqué et redéfini dans le contexte politique et historique marocain. Le dictionnaire Le Trésor de la langue française en propose une définition précise. C’est une « phase où les éléments d’origine étrangère sont complètement assimilés au sein de la nation tant au point de vue juridique que linguistique et culturel ». Cette définition sociologique associant intégration et assimilation prolonge en effet la définition générale du même dictionnaire qui est « l’action d’incorporer - c’est-à-dire de mélanger intimement afin d’obtenir un tout homogène - un ou plusieurs éléments étrangers dans un ensemble constitué ». C’est l’association entre la présence d’étrangers et l’intégration qui est controversée en sociologie. D’une part, la plupart des travaux montrent ...

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search