Version classiqueVersion mobile

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

Le Maroc : une société plurielle au prisme de l'altérité

Les étudiants subsahariens, nouveaux portraits de la présence étrangère au Maroc : l’exemple des Maliens de Fès

Touré Niandou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En raison de la densification des mouvements migratoires du et vers le Maroc, depuis une vingtaine d’années, le Royaume est désormais reconnu comme pays d’immigration et d’émigration (de Wenden, 2013). Les étudiants étrangers, dont la majorité provient d’Afrique subsaharienne, figurent parmi les catégories les plus représentées pour ce qui est de l’entrée sur le territoire marocain. En effet, leur nombre croît de façon constante depuis 1998, aussi bien en termes absolus qu’en proportion du nombre total d’étudiants inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur du pays. D’après des estimations récentes, on en dénombrait plus de 15 000 en 2010-2011 (Meyer, Laouali, 2012). Cette même année, nous estimions à 1 800 le nombre d’étudiants maliens au Maroc. Pour illustration, la liste électorale réalisée en vue de la présidentielle 2012 par l’ambassade du Mali, recensait 1 995 Maliens au Maroc dont près de 1 900 étudiants arrivés avant cette date. 100 nouveaux boursiers maliens a...

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search