Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables ?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Note sur les auteurs

Texte intégral

1Elsa Coslado, urbaniste, est doctorante de l’Equipe monde arabe et Méditerranée au sein du laboratoire CITERES de l’université de Tours. Sous la direction de Pierre Signoles, elle achève actuellement sa thèse sur le bouleversement récent des périphéries de Marrakech.

2Ingrid Ernst, urbaniste comparatiste, maître de conférences HDR à l’université Paris-Ouest-Nanterre, a été déléguée régionale à l’Architecture et à l’Environnement (en France) et chef de projet du plan d’aménagement de la médina de Marrakech. Ses publications explorent les facteurs historiques et culturels qui président aux mutations urbaines actuelles, en particulier en Allemagne, en France et au Maroc. Son ouvrage en préparation, Logiques du territoire européen et méditerranéen, croise ses approches.

3Anton Escher est professeur de géographie culturelle et directeur du Centre d’études interculturelles (ZIS, Zentrums für Interkulturelle Studien) de l’université Johannes Gutenberg de Mayence (Allemagne). Ses centres d’intérêts scientifiques sont les vieilles villes arabes, la diaspora arabe et les interactions entre les médias et le monde quotidien. Avec Sandra Petermann, il a publié en 2009 l’étude Tausendundein Fremder im Paradies ? Ausländer in Marrakech (Mille et un exilés au paradis ? Les étrangers à Marrakech).

4Manon Istasse est diplômée en anthropologie sociale et culturelle à l’université Libre de Bruxelles. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat concernant le patrimoine dans la médina de Fès au Maroc, s’intéressant plus particulièrement à la question de la frontière patrimoniale.

5Anne-Claire Kurzac-Souali est docteure en géographie, professeure agrégée au lycée Descartes à Rabat (Maroc), intervenante à l’École nationale d’architecture (ENA) de Rabat et a été chercheure associée au Centre Jacques Berque. Son travail porte principalement sur les dynamiques spatiales et le processus de patrimonialisation dans les tissus urbains anciens. L’évolution de l’artisanat au Maroc, sa gestion patrimoniale et le rôle de la mondialisation dans les transformations urbaines sont ses plus récents thèmes de recherche.

6Justin McGuinness est enseignant-chercheur en communication et études urbaines à l’Université américaine de Paris. Après des études de langue arabe et d’histoire islamique (BA Cambridge, 1985), il s’est orienté vers la géographie urbaine, travaillant notamment sur la sauvegarde de la médina de Tunis et les discours et pratiques entourant la question du logement insalubre dans cette même ville (PhD, 1999, University of Newcastle-upon-Tyne). Depuis plusieurs années, il travaille et publie sur des questions relatives à la médina de Fès et son patrimoine. Il vit entre Fès, Paris et Tunis.

7Catherine Miller est directrice de recherche au CNRS. Sociolinguiste, elle a travaillé principalement au Soudan, en Egypte, et plus récemment, au Maroc en s’intéressant plus particulièrement à la sociolinguistique urbaine du monde arabe et aux questions de langues, identités et modernité. Elle a co-dirigé l’ouvrage Arabic in the City (2007), Routledge-Taylor.

8Zoubeïr Mouhli est sous-directeur chargé de l’architecture et de l’urbanisme à l’Association de sauvegarde de la médina de Tunis et président de l’association Patrimoine 13/20. L’activité professionnelle de Zoubeïr Mouhli s’agence actuellement autour de trois axes principaux : la réalisation de circuits urbains, culturels et touristiques dans la médina de Tunis, la conception de projets de réaménagement, de reconversion et de restauration de monuments historiques ainsi que le suivi de leur exécution et, enfin, la sensibilisation au patrimoine récent (19e et 20e siècles) en Tunisie, sa promotion et sa mise en valeur.

9Sandra Petermann est maître de conférences en géographie à l’université Johannes Gutenberg de Mayence (Allemagne). Depuis 1999, elle travaille sur la transformation des médinas au Maroc, en collaboration avec Anton Escher. Elle a écrit sa thèse de doctorat sur les rites et les lieux de mémoire de la Bataille de Verdun et du Débarquement Allié en Normandie (2007). Actuellement, elle dirige un projet de recherche sur les mouvements contestataires et les identités régionales en Allemagne. Ses domaines de recherche sont principalement la géographie urbaine et sociale.

10Rachida Saïgh Bousta est enseignante à la faculté des Lettres de l’université Cadi Ayyad et travaille plus particulièrement sur les questions de littérature, mémoire, patrimoine et tourisme. Elle a réalisé de nombreuses publications dans ces domaines et a coordonné en 2005 le dossier Maroc de la revue Téoros (vol. 24). Elle a également piloté en 2010 un rapport sur le patrimoine pour le ministère de la Culture marocain, Analyses et mise à jour des données disponibles sur le patrimoine culturel marocain, disponible en ligne :
http://www.minculture.gov.ma/​fr/​images/​stories/​pdf/​Analyse_%20donnees.pdf

11Ahmed Skounti est anthropologue à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP, Rabat) et professeur associé à l’université Cadi Ayyad de Marrakech. Il est spécialiste du patrimoine culturel et étudie les processus de patrimonialisation. Voir : http://www.ahmedskounti.weebly.com

12Mekki Zouaoui est économiste de formation, diplômé des universités de Grenoble et de Harvard ; il est enseignant-chercheur à l’université Mohammed V Agdal-Rabat. Ses réflexions ont porté principalement sur le développement local, la pauvreté, l’aménagement du territoire, le système éducatif. Militant associatif natif de la médina de Salé, il est également engagé dans des réflexions sur la ville de Salé et son devenir dans le cadre de l’agglomération capitale. Il est un fervent défenseur de l’idée d’élargissement des attributs administratifs de la capitale à Salé.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr