Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Annexe 4. Planches

Planche n° 19

Afflux des dons sur les terrasses de la zawya au moment du grand mûssem Tayfa n’ibrîl

Texte intégral

1Construite sur un terrain à forte déclivité, le dos de l’édifice s’ouvre sur un pont – jadis un pont démonté la nuit, dit-on – enjambant une ruelle en contrebas. Les sacs de denrées (céréales et fruits secs), les jarres et bidons (miel, d’huile et beurre fondu), transiteront par ce passage, pour approvisionner le ventre de la zawya. Là, s’étend en effet la terrasse du sanctuaire tout entier, immense esplanade qui possède plusieurs dizaines de « bouches ». En effet, au moment des mûssem-s, alors qu’arrivent les provisions, les préposés aux magasins retirent la terre, des pierres, des plastiques, qui fermaient hermétiquement les silos, et déversent par le haut, les dattes et les céréales qui tombent dans les « greniers », lesquels sont munis de portes verrouillées, dans les couloirs des espaces inférieurs du contrebas. Ces cheminées sont ensuite rebouchées. Un seul escalier conduit à certaines cases ne possédant pas de cheminées à ouvertures, elles sont destinées à accueillir les liquides, le sel, les fruits séchés ou le fameux pain sec de Tigharghat.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540