Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Annexe 4. Planches

Planche n° 3

H’urûm du Saint, carte des édifices religieux et des aires sacrées d’Imi n’Tatelt

Volltext

1On dit communément qu’Imi n’Tatelt possède trois portes : la porte d’Arkun, la porte du haut et la porte du bas. Ces trois directions sont liées à l’hagiographie du Saint et à ses liens avec les tribus. Elles sont matérialisées par un double tas de pierres, cairns (kerkûr-s) de part et d’autre du passage, où le pèlerin, lorsqu’il les franchit doit poser, à son tour, une pierre avec un vœu. À partir de là, il a franchi un seuil, il est dans le h’urûm, l’aire sacrée du Saint, il est placé sous sa protection. Ensuite, lors des rituels collectifs, chaque lieu prendra une coloration différente, selon la tribu en visite. Des paliers de sacré se succèdent ainsi à Imi n’Tatelt, autour de l’implantation centrale et en surplomb, de la zawya.
Les processions relieront toutes les aires sacrées entre elles. À l’image du pèlerinage à la Mecque, les processions ont un ordre et un sens précis qui s’articulent à ces bornes sacrées qui conduisent aussi à des comportements particuliers à l’instar d’autres lieux tout aussi chargés.
Les trois villages entourant la cité Sainte sont Agadir (1), Derwano (2), et Izder (3). L’implantation de ces trois entités différenciées, s’est faite autour des points d’eau, avec deux structures plus anciennes, Agadir et Izder, un village du haut et un village du bas. Derwano serait un village plus récent.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/244/img-1.jpg
Datei image/, 507k

© Centre Jacques-Berque, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540