Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Annexe 1. Corpus des testaments mystiques d’Imi’n Tatelt

Traduction du Testament mystique de Sîdî Abû Abdellah Mhammed Û Ya‘qûb
[XVIe siècle, 1555]- [1893 (XIXe)-1924]

Texte intégral

1Version plus récente et plus courte, synthétique et rédigé dans un arabe plus approximatif que le précédent. En somme il s’agit d’une adaptation. Nous avons souligné ici les noms de lieux, puisque ce Testament va droit au but exigeant des uns et des autres par régions. Les proportions de dons sont les mêmes que le précédent montrant que quoi que différent l’un de l’autre, on perçoit qu’ils ont effectivement la même source matricielle.

2Testament mystique de Sîdî Abû Abdellah Mhammed Û Ya‘qûb 1311 [1893], 1342 [1924], double page recto-verso, 35 x 20, photocopie conservée par l’un des héritiers, fonds privé. Version b dans le corps du texte.

  • 249 On reconnaît surtout l’idée de l’intérêt général en islam qui parcourt tous ces Testaments mystique (...)
  • 250 D’autres dons sont autorisés : on peut donner plus si on le souhaite.
  • 251 « Ce que vous dépensez en aumônes vous sera exactement rendu ; vous ne serez pas lésés » [Intertext (...)
  • 252 Le Haut Atlas, curieux de trouver cette vieille toponymie alors que toutes les autres sont actualis (...)

3[Folio 1, recto]

« Ceci est l’arbre généalogique du walî U çâlih’ qui ne connaît que Dieu, Mhammd Ben Ya‘qûb Abî Bakrî, connu pour ses bontés et ses miracles, cet arbre est une copie telle qu’elle a été trouvée, dans le but de guider et servir la communauté des hommes.

« Il indique les obligations (fardh al-malûm wa al-mahûd249), le probant et le promis, de chaque tribu, les plus proches comme les plus lointaines, promesses établies du vivant [du saint], par les meilleurs d’entre leurs émissaires et les promesses du saint en retour.

« Louanges à Dieu. Que Dieu répande ses bénédictions sur notre seigneur Mohammed, sur sa progéniture, ses proches, ses amis, sa femme et ses filles.
« Ce testament contient toutes les promesses faites par chaque tribu pour la zawya de Dieu, appartenant à Mhammd Ben Ya‘qûb et prononcé à l’embouchure du Tilt [Tatelt], ses promesses portent sur une grande variété de denrées et d’oléagineux, sur de l’argent (dirhams) et des sacrifices, et bien d’autres choses encore sur lesquelles chacun s’est entendu ou ne s’est pas entendu250 pour toutes les tribus à côté des Ahl Tatelt, Ahl Samgat, Iligh. Elles se sont engagées auprès de la zawya déjà mentionnée et les promesses faites au Sheykh pour qu’ils donnent ce que Dieu leur a donné : 1 rab’iya pour chaque gherara de blé et de maïs, de dattes et de légumes secs et frais ; 1 mawzunna pour chaque récipient ustensiles fabriqué le vendredi ; 1 uqiya pour chaque mois, 1 dh par an, 1 tête pour chaque 100 ovins ; 1 mawzunna pour chaque objet fabriqué par les artisans (ferronniers, maçons, cordonniers, menuisiers, charbonniers, peintres) qui se sont engagés auprès de la zawya.

« Ce que vous dépensez en aumônes vous sera exactement rendu ; Dieu le vous lésera pas, au contraire251. Celui qui reste fidèle à ses promesses et à ses engagements, Dieu l’aidera, le protégera, lui donnera la joie et écartera les soucis de sa route, il le préservera de Satan, le protégera dans ce monde et dans l’autre, et lui ouvrira les portes du paradis, lui fermant en même temps celles de l’enfer. Par sa bénédiction et sa miséricorde, la langue du fidèle sera déliée et il ne connaîtra pas la désobéissance à Dieu et à l’envoyé de Dieu. Les Ahl Tata et les environs, se sont engagés à donner rabiya (1/4) pour chaque gherara de blé, d’orge, de dattes, de henné sec et frais. Les Ahl Tamsakht, les Ahl Segtana au-dessus de Tata jusqu’en bas, les arabes et tous les autres, (aja-im), les artisans, les propriétaires de troupeaux donneront : une tête pour 100 chamelins ou caprins, ainsi que des sacrifices de poulets, bovins ou caprins, un sacrifice pour chaque contrée qui vient faire sa visite. Celui qui fait un sacrifice sera récompensé (ajjr, Grâce). Ce que vous dépensez en aumônes vous sera exactement rendu ; Dieu le vous lésera pas, au contraire. Celui qui reste fidèle à ses promesses et à ses engagements, Dieu l’aidera, le protégera, lui donnera la joie et écartera les soucis de sa route, il le préservera de Satan, le protégera dans ce monde et dans l’autre, et lui ouvrira les portes du paradis, lui fermant en même temps celles de l’enfer.

« Puis les Ahl Aqqa et les Ahl Icht, Ahl Fum El Haçn, les Mezguita de la plaine et les Ahl Farâ, les Ahl Herbila, et les Ahl Jalâla, ceux de Tamanart jusqu’à l’Oued Tazerwalt et ceux au-dessus de la montagne et de l’Oued Tanzrar, les Ahl Kouhouf, les Ahl Ammanuz, les Al Fîda, toutes se sont engagés envers la zawya mentionnée pour verser leurs aumônes (çadaqat) : 1 rabiya pour chaque gherara de blé, de maïs, d’orge, de dattes, de henné et de tout ce que Dieu a donné ; et ceux qui possèdent des troupeaux ont fait la promesse de donner 1 tête pour 1000, et les Ahl [illisible] 1 tête pour 100, de la plaine à l’Oued Noun au pays du Sahel, et les artisans pareillement se sont engagés pour une muzzana chaque vendredi, une uqiya chaque mois, ½ dirham par an.

« Ensuite, El Feija depuis Aqqa Ighern jusqu’à Mghimima, sur l’Oued Nazida et les nomades de Ahl Tazult, Ahl Harjana, l’Oued Mhamid, les Ahl Uneyn, les Ahl Mansûr, et les Ahl [illisible]

[2] et les Ouled Taggurt, tous se sont engagés à faire ce qui a été annoncé : rabiya (1/4) pour chaque gherara d’orge, de maïs, de même que les Ahl Tifnut, et les Ahl Tarruniz, et comme nous l’avons dit pour les autres tribus, ceux qui tiennent leur promesses seront récompensés. Ce que vous dépensez en aumônes vous sera exactement rendu ; Dieu le vous lésera pas, au contraire. Celui qui reste fidèle à ses promesses et à ses engagements, Dieu l’aidera, le protégera, lui donnera la joie et écartera les soucis de sa route, il le préservera de Satan, le protégera dans ce monde et dans l’autre, et lui ouvrira les portes du paradis, lui fermant en même temps celles de l’enfer.

« Ensuite, les Ahl Sanhaja de Wissalsat, les Ahl Gumma et de ses environs, les Ahl Wawzgit, toutes [les tribus] sans exception, des Ayt ‘Amar à Ayt Tuzuwin, les Ahl Tamassine, les Ahl Zineb, les Ahl Semgan, les Ahl Tawayya, les Ahl Imini, les Ahl Haskura, les Ahl Warzazat, les Ahl Yihyia arabes du Dar’a et de ses environs, les Ayt Wagharda, les Ayt Ubiâl, les Ahl ‘Athman, les Ahl Khuzama, les Ahl Jabala, toutes [leurs tribus]sans exception, les Ahl Wibuna, les Ahl Oued Zagmuzen, les Ahl Tidili, les Ahl Tifnut, sans exception, les Ahl hamziwuya, les Ahl Azgruz, les Ahl Tuzkat, les Ahl Ayt Aghmât, les Ammazerg de Unyn et de ses environs, aux pays de Wawzgit et tous ceux qui les touchent, tous se sont engagés sur ce sur quoi ils s’étaient ou non entendu, du beurre chaque vendredi, trois fois au printemps, un rayon de ruche par ruche, de même pour tous les artisans et les propriétaires de troupeaux.

Et ce qui a été dit pour les artisans est vrai pour les tisserands qui se sont engagés. Ce que vous dépensez en aumônes vous sera exactement rendu ; Dieu le vous lésera pas, au contraire. Celui qui reste fidèle à ses promesses et à ses engagements, Dieu l’aidera, le protégera ; celui qui ne donnera sera châtié.

« Les Sujtana sans exception de la tribu Semgan, les Ahl hountâf, les Ahl Yussef, les Ahl Jbel Zegmuzen du Sirwa, les Ahl Wugazt, l’Oued Idalmsst et Atazult Sujtana auprès de la zawya du pôle divin, Sîdî Mhammd Ben Ya‘qûb, et ses compagnons. [3] Les Alh Oued Suss sans exception depuis les frontières de Huzala jusqu’au barrage Mellul, jusqu’ à la plaine de Huzalin et des tribus huzalin, eux doivent s’acquitter en plus des autres aumônes transportées sur le dos de leurs mules, à donner : 1 tête pour chaque [type de bétail ?]. Tous les artisans tels que le serment le promulgue aussi pour les nomades de l’Oued Suss, Samga et Ahl Ulneyn et Oued Nfis Gudimiwa et Ahl Mesfiwa et Ahl Glawa, Ahl Sektana, Oued Mâl, Ahl Amizmiz, Ahl Inzut, Madlawa, Ahl Tigû, Ayt Lghssal, Ahl Djaja, Ahl Zadgha, Ahl Imtaggen, et tous ceux qui se trouvent sur l’Oued Talgajnt, Ahl Idaw Willul, Ahl Winakht Ashbar, Ahl Zulit de la rive de la Montagne Dern252, Ahl Ma’adda, Ahl Ikhubak, Ahj Hanjira, Ahl Sanhaja Wanin Tamtmazight et tous ceux qui se trouvent dans la montagne Derna, se sont engagés à donner : le blé, l’orge, le maïs, les noix, les raisins, les raisins secs, les figues sèches, et autre, l’huile ; les propriétaires de troupeaux, les artisans, ceux qui possèdent des ruches donneront, ceux qui ont du beurre, donneront.

Puis leurs voisins, les Ahl Menabha et les Ahl hargha, les Ouled Yihia, les Ahl Huwara et les environs, la tribu Guettiya et Sedâla, Shtouka de la plaine et des monts jusqu’à [illisible] et les environs, les Ahl Ba’amran, les Fçâça, les Açbi, les Ayt Brahim, les Ba’qila depuis la limite de la tribu jusqu’à Tizalm, les Ahl Semlala, les Ahl Jbal Al Kassata, les Ayt Wifaq et les Ayt Issim, les Ahl Ghachla [‘achla ?], les Ahl Ghayr [illisible] des Ahl Kensus et de ses [4] ses environs, tous se sont engagés à donner à la zawya les huiles, le blé, les sacrifices, les dirhams, et [le dû] des artisans. Ce que vous dépensez en aumônes vous sera exactement rendu ; Dieu le vous lésera pas, au contraire. Celui qui reste fidèle à ses promesses et à ses engagements, Dieu l’aidera, le protégera, lui donnera la joie et écartera les soucis de sa route, il le préservera de Satan, le protégera dans ce monde et dans l’autre, et lui ouvrira les portes du paradis, lui fermant en même temps celles de l’enfer. Dieu châtie, celui qui ne donne rien.

Ensuite les Ahl Al Aymana de la limite dorsale de [ ?], parmi eux les Awled Zala et Ahl Rduta, Ahl Mrayt, la tribu Zakaria, Ils ont une obligation supplémentaire à accomplir, chacun d’eux venant avec les aumônes sur le bât de sa monture, Dieu lui donnera une bénédiction prononcée par le Sheykh de la Zawya.

Les Ahl hillala, les Ahl Sakâwa, les Berkakâ, les Ayt Wizah’, les Ahl Widan sans excetion, les Ahl Tazight, les Ahl Timgilcht et ses environs, les Ahl Kensussa, les Ahl Nadif, les Ahl Tagmut et ses environs. Mirsal, Amitek, et Agaliz, Ahl Iggû et les autres, se sont engagés à venir rendre leur visite pieuse [au saint] avec le blé, l’orge, le maïs, les fèves, les lentilles, les amandes, dattes, argan, huile d’olive, et les sacrifices.

Leurs artisans et tous ceux qui ont prêt serment donneront, comme le dit l’ancien serment, le miel, le beurre, dans les proportions dans lesquelles ils se sont entendus.

Celui qui peut se mobiliser viendra faire la visite à la zawya et au Sheykh, celui qui ne peut rendre l’aumône lui-même, le déléguera auprès de ses fils ou d’un représentant qui peut l’apporter. Le jour de ces visites annuelles est fixé dans un ordre et à des dates précises :

- D’abord Tazulit viennent les premiers, au début de l’année [agricole], ils viennent avec leurs aumônes le premier mercredi de janvier, ils ne doivent pas dépasser cette date.

- Suivent ensuite, au mois de février, les voisins proches de la zawya : les Ahl Illigh, Tisnassamin, les Ahl Mansûr sont les derniers à venir au mois de février, les Beni Mellul sont mes gendres préférés, ils viennent tous le jeudi précédent le mois de mars.

- Après eux, viennent les Ahl Sejtana de la ville de Tata, [5] les Ahl Hamid et Nadifa le 1er mercredi du mois de mars. Puis les Ahl Kensus le mercredi d’après, les Ahl Assa, Ahl Niçer de Tagmut, les Ahl Tassousekht de Tata, les Ahl Widan.

- Le jeudi du milieu de mars les Ahl Huzala viennent, ainsi que ceux qui entretiennent des liens avec eux, les nomades de l’Oued Suss ou autre, et tous ceux qui veulent faire une visite et n’ont pas de journée fixée par eux.

- Puis les travailleurs et toutes les tribus qui le peuvent.

- Mais les Ahl Zakaria et ceux qui leur sont liés, leurs travailleurs également, ont pour journée le dernier mercredi d’avril.

- Tous les ans, les tribus Sanhaja qu’ils restent, les Ahl Uneyn, Ahl Usiwa, Ahl Sengata, et tous ceux qu’il reste des Ahl Suss et Ahl Zguid, Ahl Tissint, et tous les autres viennent à la fin de l’année.

Celui qui peut se mobiliser viendra faire la visite à la zawya et au Sheykh, celui qui ne peut rendre l’aumône lui-même, le déléguera auprès de ses fils ou d’un représentant qui peut l’apporter.

Cette copie a été écrite le dernier mois shaban 1342 [juillet 1924] de l’Hégire, sa copie originale a été établie au mois dû el Hija al Hurâm 1311 [1893], Ahmed Ben Abd Allah Ben Hassan Ibna Ahmed Haj Ya‘qûbî, Dieu le bénisse, Amîn. [signature]

Notes

249 On reconnaît surtout l’idée de l’intérêt général en islam qui parcourt tous ces Testaments mystiques où il est question de mieux répartir les richesses. Le fardh ayn renvoie aux devoirs de stricte obligation individuelle (les cinq piliers de l’islam) ; tandis que le fard kifâya désigne plutôt les devoirs d’obligations collectives incombant à la umma.

250 D’autres dons sont autorisés : on peut donner plus si on le souhaite.

251 « Ce que vous dépensez en aumônes vous sera exactement rendu ; vous ne serez pas lésés » [Intertexte, Coran, II, 265].

252 Le Haut Atlas, curieux de trouver cette vieille toponymie alors que toutes les autres sont actualisées.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540