Version classiqueVersion mobile

Réforme et politique dans le monde arabe

 | 
Alain Roussillon

Réforme et politique au Maroc de l’alternance : apolitisation consensuelle du politique

Alain Roussillon et Jean-Noël Ferrié

Texte intégral

« Bisogna che tutto cambi perché tutto rimanga com’é. »

  • 1 « Il faut que tout change pour que tout reste pareil », Le Guépard, citation parue dans le Journal (...)

Tomaso di Lampedusa, Il Gattopardo1

« Lorsque l’on veut changer les mœurs et les manières, il ne faut pas les changer par les lois ; il vaut mieux les changer par d’autres mœurs et d’autres manières. »

Montesquieu, L’esprit des Lois

  • 2 L’article premier du traité de Fès stipule l’« organisation d’un Makhzen chérifien réformé ».

1Depuis le milieu du xixe siècle, le discours de la réforme accompagne, de façon récurrente, les phases successives de l’émergence du Maroc contemporain : réformes fiscales et militaires, sous Hassan Ier, après les sévères défaites infligées à l’armée marocaine, à Isly par les troupes françaises, à Tétouan par les troupes espagnoles, en prélude à l’instauration du double protectorat imposé à 1’Empire chérifien à partir de 1912 (Laroui, 1977) ; réforme du vieux Makhzen sous la férule du protectorat lyautéen (Rivet, 19962), pour préserver la fiction d’un Maroc souverain au service duquel s’exercerait, au bénéfice bien compris des deux parties, la « mission civilisatrice » de la France ; réforme de la monarchie, revendiquée depuis l’indépendance par les partis héritiers du Mouvement national et que celle-ci opère, par petites touches constitutionnelles, sans renoncer à aucune de ses prérogatives, voire en en profitant pour consolider celles-ci (Waterbury, 1970 ; Leveau, 1985). L’« alternance monarchique » a, certes, adopté quelques réformes protocolaires, mais n’a rien concédé qui puisse laisser penser qu’un jour, au Maroc, le roi se contentera de régner : réformes économiques, sous les auspices du FMI et de la Banque mondiale, avec mise en œuvre par le Maroc, à partir de 1983, d’un plan d’ajustement structurel et l’adoption d’un programme de privatisations qui ancrent résolument ce pays dans le camp de l’économie « libérale » et de la « nouvelle orthodoxie du développement » ; réformes sociales, enfin, promises par le gouvernement d’« alternance » en 1998 et, pour la plupart, toujours en chantier, voire oubliées, à défaut de réunir un possible consensus pour les adopter. Depuis le début des années 1990 et la signature, en 1995, d’un accord d’association et de partenariat avec l’Union européenne, la réforme y a nom « mise à niveau », ambition affirmée de faire entrer le Maroc dans le xxie siècle comme « pays émergent », en prise avec le processus de globalisation et de mondialisation des économies et capable d’encaisser le choc de l’instauration du libre-échange avec l’Europe à l’horizon 2010, et façon d’admettre qu’il n’y a pas d’autre choix pour le pays que de se réformer en appliquant les « recettes » que lui imposent ses partenaires occidentaux, si possible en les adaptant aux « spécificités » locales.

  • 3 Les guillemets désignent ici le fait que d’autres niveaux de déploiement et de totalisation de la r (...)

2Indépendamment de l’effectivité des réformes mises en œuvre et de leur capacité à changer le cours des choses, le discours de la réforme et les thématiques qu’il mobilise ont vocation à énoncer tout à la fois la globalité et les articulations du projet social-historique « national3 ». Il s’y engage une représentation du procès même qui en détermine la nécessité et, en particulier, de l’articulation entre contrainte interne et contrainte externe. S’y engage également une identification des acteurs en présence, des intérêts dont ceux-ci sont porteurs et des systèmes de relations qu’ils entretiennent, et en particulier des relations entre l’État et ce qu’il est convenu de désigner comme la « société civile ». S’y engage, enfin, une formulation des objectifs et des enjeux collectifs assignés à la mise en œuvre de la réforme elle-même et, en particulier, la question de la répartition et de l’affectation des ressources disponibles et de l’articulation entre la « sphère politique » et la « sphère économique ». Tenter de replacer la visée réformiste dans la perspective d’une recomposition des structures politiques et des logiques d’action collectives ou individuelles revient à s’interroger, dans le cas du Maroc, sur la capacité des mesures économiques et politiques, mises en œuvre depuis la fin des années 1980, à affaiblir, sinon à démanteler, le système d’emprise patrimonial et clientéliste par lequel le Makhzen (Claisse, 1992 ; Chérifi, 1988) perpétue son contrôle sur l’État et l’économie du Maroc. De ce point de vue, l’évocation liminaire des différents « cycles » réformistes par lesquels est passé le pays dans son histoire contemporaine avait plus qu’une fonction rhétorique en ce qu’elle nous permet de poser les termes de la double hypothèse que la présente étude se propose de documenter, sinon encore de vérifier.

3Nous aborderons dans un premier temps l’articulation que les réformes produisent entre la sphère politique et la sphère économique, dans le champ de la légitimité et dans celui des intérêts sectoriels, entre la contrainte externe et la contrainte interne, entre le discours de la réforme et les pratiques qu’il accompagne ou dont il s’accompagne. Nous montrerons comment les réformes elles-mêmes, mais aussi les façons de les contourner ou de les détourner, effectuent, de façon récurrente, un travail d’apolitisation du politique : généralisation de modalités dépolitisées de passage au politique de la part des acteurs – dont témoigne, par exemple, l’invention de la « société civile » – ; euphémisation des enjeux politiques des options économiques et « économisation », pour reprendre l’expression de Myriam Catusse, des enjeux purement politiques.

  • 4 En tant que tel, le pouvoir demeure non soumis à dispute ou à contestation. Il vaut à celui qui l’e (...)

4Dans un deuxième temps, nous montrerons comment la formule politique du réformisme, si formule politique il y a, doit être recherchée dans l’articulation qu’elle produit entre la sphère du pouvoir, où celui-ci s’affirme comme dépositaire et garant de l’intérêt général4, et le niveau local, celui des collectivités ou des sociabilités réellement existantes, dans lequel s’inscrivent les enjeux « objectifs » des rapports de force et des gestions politiques et où se jouent la teneur du pacte politique et la mise en œuvre des registres d’équité.

Au commencement était le rapport de la Banque mondiale...

  • 5 Là, jusqu’à se présenter comme l’ayant elle-même suscité.

5Il a été d’emblée souligné le fait que, au Maroc, les préoccupations réformatrices ne datent pas d’hier, mais structurent en quelque sorte le processus de production de la société marocaine contemporaine. Ainsi, dans la reprise à son compte par la monarchie du rapport sur « l’état du Maroc » établi par la Banque mondiale en 19955, nous pouvons voir une inflexion significative dans la mise en œuvre par le pouvoir marocain de son système d’emprise sur la société et les flux de ressources. Nous apparaît, en particulier, significative la façon dont cette appropriation des conclusions, pourtant sévères, du rapport a pu être instrumentalisée par le pouvoir marocain pour opérer une refondation de la scène réformiste. Mise en œuvre d’un nouveau « pacte » fondant un consensus, beaucoup plus sociétal que politique, sur les objectifs et les modalités du « vivre-ensemble ». Ouverture du système non pas tant à de nouveaux acteurs qu’à de nouveaux modes de mobilisation et de régulation des intérêts en présence.

6D’une part, le rapport de la Banque mondiale permet de donner un statut à la nécessité de réformer en pointant sur les exigences de la contrainte externe à laquelle est soumis le Maroc. Énoncées en termes de « réputation » du pays et d’efficacité gestionnaire face aux « défis » auxquels celui-ci est confronté, elles désignent la nécessaire globalité des réformes à mettre en œuvre. Dans les termes de la lettre adressée, le 20 juin 1995, par le roi Hassan II au président de la Banque mondiale, nous trouvons la « définition d’un projet fédérateur et mobilisateur à moyen et long termes pour l’économie marocaine ; identification des dysfonctionnements de l’Administration qui ont fait que demeure au Maroc un espace qui n’est pas complètement rempli entre une vision économique, qui s’est révélée généralement exacte, et la mise en œuvre des dispositions réglementaires et administratives censées concrétiser cette même politique ; réforme de notre politique d’éducation et d’enseignement en tirant les leçons de nos choix stratégiques au cours des deux dernières décennies. »

7D’autre part, le patronage royal et la caution internationale ont pour effet de placer les réformes à entreprendre au-delà de toute contestation possible et au-dessus des querelles partisanes. Simultanément, ils rendent quelque peu superflus les procès en responsabilité quant à la genèse de la situation qui les rend nécessaires. Ainsi, le 13 octobre 1995, dans son adresse aux députés, en ouverture de la session parlementaire à l’ordre du jour de laquelle la discussion dudit rapport a été inscrite, le souverain marocain souligne que « S’il est avéré que le pouvoir exécutif a manqué de vigueur [...] de leur côté, les cadres assumant l’exécution n’ont pas toujours été intègres ». Il poursuit, comme en manière d’avertissement, qu’« en analysant la composition de l’ensemble des ministères, offices, établissements publics ou semi-publics, [il] constate que la plupart de leurs cadres font partie de l’opposition ou en sont des sympathisants ». Et il conclut qu’« il ne s’agit pas de s’étendre longuement sur ce sujet. De tels propos relèvent plutôt de l’enfantillage ».

8Le point crucial est ici que pour que la mise en œuvre de ce nouveau pacte soit possible, il fallait sans doute commencer par en dramatiser les enjeux. Ceci prit, à partir du printemps 1996, la forme d’une vigoureuse « campagne d’assainissement » dont l’objectif affiché était de restaurer la réputation du pays sur les terrains où elle avait été le plus gravement mise en cause par le rapport de la Banque. Pendant près de six mois, jusqu’à l’été 1996, les autorités vont ainsi multiplier les arrestations et les procès de trafiquants de drogue, mettre au jour des réseaux de contrebande (allant jusqu’à impliquer les plus hautes autorités de la douane), poursuivre des dizaines d’industriels et de commerçants parmi les plus en vue en délicatesse avec le régime des importations temporaires ou avec leurs systèmes de facturation. Jusqu’à un député de la coalition gouvernementale, A. Zahwari, qui fut poursuivi et emprisonné pour une affaire d’importation de bière bulgare frelatée...

9La question « D’où te vient ceci ? » semblait avoir gagné droit de cité au Maroc (Laurent et Denœux, 1996). Jusqu’à son interruption soudaine, dans les conditions que l’on verra, la campagne promettait d’aller jusqu’au bout et de n’épargner personne : les listes étaient prêtes et la mise en œuvre des poursuites ne dépendait plus, affirmait le ministère de l’Intérieur, que des capacités de travail des policiers et des magistrats. Par de tels procédés, le Maroc cherchait à administrer la preuve à ses partenaires internationaux du caractère irréversible de sa résolution à mettre un terme à l’économie délictueuse, condition sine qua non de tout partenariat avec, en particulier, l’Union européenne (Hibou, 1996).

10Après son interruption, plusieurs lectures ont été faites a posteriori des objectifs de cette campagne. Selon une lecture que l’on pourrait qualifier de « cosmétique », il ne se serait agi que de donner des gages à l’Europe, sans que la volonté politique existe de mettre réellement un terme aux pratiques incriminées. En attesterait, à peine le ministre de l’Intérieur avait-il rappelé ses enquêteurs, la reprise sur une échelle inchangée des activités économiques délictuelles dans une atmosphère de « business as usual ».

  • 6 Lors d’une rencontre au ministère de l’Intérieur avec des représentants de la CGEM, M. Amalou, mini (...)
  • 7 « L’amnistie qui valait 3,4 milliards », titre La Vie économique (15/1/99), rapportant que les prév (...)

11Selon une lecture « fiscale6 », le principal enjeu aurait été de répondre aux problèmes budgétaires du ministre de l’Économie en améliorant les rentrées de l’impôt sur les sociétés et des taxes sur les transactions commerciales. Grâce aux très lourdes amendes infligées aux entreprises convaincues de fraudes ou de fausses facturations, l’objectif aurait été partiellement atteint puisque les observateurs relèvent une hausse de 1,2 milliard de dirhams des rentrées fiscales dans les mois qui ont suivi le déclenchement de la campagne7.

12Une autre lecture que l’on pourrait qualifier de « makhzenienne » croit pouvoir déceler, derrière les péripéties de la campagne et, en particulier, dans le choix de ses cibles, les échos d’une confrontation feutrée entre certaines composantes du premier cercle du Makhzen – en l’occurrence le ministre de l’Intérieur, Driss Basri, soucieux de démontrer la détermination de ses troupes, et Driss Slaoui, conseiller royal réputé proche des milieux d’affaires « réformateurs ».

13Last but not least, d’aucuns ont pu interpréter la campagne d’assainissement comme une opération « anti-Fassis », eu égard à une supposée concentration des actions intentées par la police et la justice contre des entrepreneurs et commerçants casablancais originaires de Fès. Béatrice Hibou évoque pour sa part la tradition des harka-s, expéditions militaires périodiquement organisées par le pouvoir central pour affirmer et mettre en œuvre la souveraineté du sultan dans les zones de dissidence économique et fiscale (bled el-siba), tradition dans laquelle elle propose de voir une sorte de modèle historique des modes d’intervention du pouvoir makhzenien dont ladite campagne d’assainissement constituerait une manière de prolongement (Hibou, 1996). Quelle que soit la pertinence sociologique de tels rapprochements, celui-ci a le mérite de relever le fait que cette campagne, alors même qu’elle s’assignait des objectifs marqués du coin de la modernisation des structures et des pratiques économiques, s’est en fait traduite par la réactivation des formes les plus « archaïques » du système d’emprise du Makhzen sur l’État et ses appareils et sur la société. Arbitraire policier, justice expéditive et aux ordres, logiques du bouc émissaire, vengeances administratives ont été tels qu’il faudra une amnistie royale pour liquider les séquelles des « dérapages » commis par la police et la justice, voire tout simplement pour restaurer la confiance d’entrepreneurs ou de fonctionnaires proprement traumatisés par les traitements réservés à certains des leurs. Il faut voir là moins l’expression d’un quelconque « éternel makhzenien » qu’une sorte de théâtralisation préventive de ce que risquerait d’être l’alternative à la mise en œuvre effective d’un consensus sur les voies et objectifs de la « mise à niveau » de l’économie et de la société marocaines. Dans un tel processus, le Makhzen se réserve, comme il se doit, l’arbitrage. En d’autres termes, il ne se livre pas à un débordement incontrôlé, mais à l’affirmation de sa primatie dans un domaine qu’il n’a jamais eu à cœur de réguler sérieusement.

14Indépendamment même de savoir pourquoi le pouvoir marocain a pris l’initiative d’une telle campagne, il importe de comprendre comment il en a négocié la sortie avec l’ensemble des parties en présence et ce qu’a produit cette négociation en termes de structuration du champ politique « désamorcé », pour reprendre l’expression de Mohamed Tozy (1989). En d’autres termes, ce qu’il s’agira d’interroger, dans ce qui suit, c’est la façon dont des enjeux proprement économiques – l’aménagement du contrôle du pouvoir sur les flux de ressources – peuvent être transposés en régulations politiques, à la fois pour agir sur la sphère politique proprement dite mais, également, pour pallier l’incapacité politique à agir sur le monde socioéconomique. De la sorte, « économisation » du politique ne signifie pas que le politique embraye efficacement sur l’économique mais plutôt que le politique est doublement neutralisé par l’économique. Il l’est positivement d’abord (c’est-à-dire à la satisfaction des acteurs de cette neutralisation) dans le procès d’apolitisation dont nous discutons. Il l’est négativement ensuite (c’est-à-dire à l’insatisfaction des acteurs réformistes), par l’incapacité du politique à se prévaloir désormais, pour le dire vite, d’une légitimité propre assurant sa primatie sur l’économique.

Entrée en politique de la « société civile » ?

15La plupart des observateurs s’accordent à considérer que le surgissement de la « société civile » sur le devant de la scène politique, en réponse précisément à ce qui pouvait apparaître comme les « dérapages » de la campagne d’assainissement, constitue la principale « retombée », voire le principal « acquis », de ladite campagne, d’autant que les partis, ceux de la majorité comme ceux de l’opposition, s’étaient maintenus dans une prudente expectative. La « société civile », c’est ici la CGEM (Confédération générale des entreprises marocaines) qui monte au créneau pour défendre les entrepreneurs en butte à la soudaine vindicte de la police et de la justice, et qui signera, en juin 1996, un gentlemen’s agreement avec le ministère de l’Intérieur, mettant ainsi un terme à la campagne (on verra plus loin sur quelles bases). Ce sont ces universitaires, professeurs de médecine renommés en pointe de la lutte contre le VIH, qui mettent en cause le ministre de la Santé dans l’affaire dite du « sang contaminé » et à propos de la gestion de l’Institut Pasteur du Maroc. Ils vont même jusqu’à demander sa démission (démarche sans précédent dans les annales du royaume). Ce sont les avocats et les associations de défense des Droits de l’Homme qui se mobilisent pour exiger une réforme de la Justice. C’est encore la section marocaine de l’organisation Transparency qui profite de la campagne pour faire reconnaître la légitimité de son action et faire aboutir un dossier de reconnaissance que les autorités faisaient traîner depuis plusieurs années. Au point que d’aucuns se prennent à voir dans la scène associative, sur laquelle s’expriment majoritairement ces mobilisations et dans les débats de presse qu’elles suscitent (avec une liberté de ton probablement sans équivalent dans la région arabe), une manière de substitut ou d’alternative à la scène politique « formelle ». Là où des partis usés et déconsidérés peinent à se faire entendre, on y voit manière, y compris pour les acteurs politiques, de faire de la politique « autrement ». Tout cela revient finalement à sortir de la sphère proprement politique où l’activité critique concurrentielle est impossible, pour entrer dans une sphère où la critique est possible dès lors qu’elle n’est pas concurrentielle.

  • 8 Voir dans ce numéro l’article de Myriam Catusse (NDLR).
  • 9 Ainsi, lors d’un débat organisé par le Center for Middle Estearn Studies de l’université de Harvard (...)

16Myriam Catusse (1999) a bien mis en évidence le système de questionnements ou de présupposés que recouvre le paradigme néo-corporatiste qui tend à s’imposer dans la représentation et les pratiques des protagonistes du processus de « mise à niveau8 ». Dans la question de l’incorporation, elle s’interroge sur le fait de savoir quels sont ces intérêts « civils » qui vont s’incorporant. Faut-il y voir l’expression de « nouveaux acteurs » ou de nouvelles configurations d’intérêts préexistants ? En termes de représentativité, de quels secteurs ou segments de la société se font-ils les porte-parole et les défenseurs, et au terme de quel processus de qualification ? Et d’abord, s’agit-il bien de la « société civile » ? Dans quelle mesure le réaménagement des systèmes de compatibilisation des intérêts en présence et la pacification des rapports de forces qui président au partage des ressources préfigurent-ils l’émergence d’un nouveau pacte politique ? Quel rapport celui-ci entretient-il avec la « démocratisation » ou, à tout le moins, la « libéralisation », autant de figures politiques le plus souvent présentées comme le contrepoint obligé de la « globalisation9 » ?

  • 10 Voir dans ce numéro l’article de Abdeslam Maghraoui (NDLR).

17À rebours de l’hypothèse soutenue par Guilain Denœux et Abdeslam Maghraoui (1998 : 10610) qui voient dans la recomposition des systèmes d’emprise de la monarchie marocaine engagés depuis le début des années 1990, une réponse aux « requirements of an increasingly politicized society », le principal mérite de l’hypothèse d’une « privatisation des rapports sociaux » proposée par M. Catusse (1999 : 14 et s.) pour rendre compte des recompositions de la scène sociale-politique marocaine semble résider, précisément, dans la façon dont cette hypothèse permet de déplacer ou de contourner ces interrogations. Non plus quels nouveaux acteurs dans quelle « société civile », mais quels nouveaux systèmes d’action pour quelle redistribution des ressources matérielles et symboliques ? La « privatisation des rapports sociaux », du point de vue qui est ici défendu, est la mise en œuvre de modes apolitisés d’intermédiation entre les intérêts en présence avec pour principal effet, comme le soulignent ajuste titre G. Denoeux et A. Maghraoui, de renforcer significativement les prérogatives proprement politiques d’arbitrage en dernière instance qui constituent – avec le contrôle des instruments de coercition – le principal ressort du système d’emprise de la monarchie marocaine.

  • 11 Avant-garde auto-proclamée de la « société civile » marocaine en voie de mobilisation.

18C’est ce processus d’apolitisation qui va être décrit ici, en prenant comme point de départ et comme fil conducteur un document diffusé dans le courant de l’été 1996 par l’association Alternatives11. À partir de ce texte, nous tenterons de mettre en perspective les différents épisodes – gentlemen’s agreement, accord patronat-syndicats-pouvoirs publics sur le dialogue social... – par lesquels se clôt la campagne d’assainissement. Diffusé – en français – sous le titre de Contribution du Comité national d’Alternatives au débat national et interne sur la stratégie de développement et les grands chantiers de la réforme au Maroc, ce document apparaît, en l’absence de véritables programmes rendus publics par les partis politiques « réformistes » – y compris après la mise en place du gouvernement dit d’alternance –, comme la principale, voire la seule formulation globale des enjeux de la « mise à niveau » économique et social d’un Maroc « qui a fait le choix de l’intégration au marché mondial, qui a accepté de jouer le jeu de la concurrence internationale [et] ne peut plus se permettre le luxe de vivre selon les normes d’une autre époque [dans la mesure où] on ne peut prétendre faire partie de la communauté internationale et de l’économie mondiale sans procéder substantiellement à des transformations profondes sur le plan interne » (p. 6).

19On peut souligner le caractère quelque peu paradoxal de ce texte dans lequel on peut voir un programme « libéral », voire par certains aspects « ultra-libéral », élaboré par des personnalités appartenant majoritairement à la mouvance de l’USFP – en des termes que ne pourraient certainement pas avaliser leur propre parti et, en particulier, leur base militante et leurs électeurs. Il se situe délibérément sur un terrain non partisan, apolitique précisément, et affirme le caractère consensuel, nécessaire, des « 50 propositions » qu’il formule.

20Ajoutons, pour compléter le tableau de ce positionnement (a)politique du Comité national d’Alternatives, la totalisation identitaire qu’il opère des enjeux des processus en cours. « La question est aujourd’hui de savoir si le Maroc est à même de changer tout en restant lui-même, donc de se doter d’une identité porteuse de cohésion et de sens et de faire de l’identitaire le ressort fondamental de l’universel ». En quoi l’on peut voir une manière de « marque de fabrique » de tous les réformismes (Roussillon, 1994).

  • 12 Et non dans sa capacité à imposer des « jugements de Salomon ». Le terme « arbitrage » évoque, en e (...)

21Plus loin, on peut relever dans ce texte une sorte d’anticipation de ce que devrait être le modus vivendi entre les principales parties prenantes au processus de réforme. D’un côté, le pouvoir politique, la monarchie, consacrée dans sa posture arbitrale – c’est-à-dire dans sa capacité à structurer les alliances majoritaires qui sont profitables à sa primatie12 ; de l’autre, la gauche en tant que vouée à prendre en charge les responsabilités gouvernementales, « non pas par esprit sectaire contre les autres mouvements », précise le rapport, « mais parce que ceux-ci ont gouverné pendant longtemps sans réaliser le tournant historique que le Maroc était en droit d’attendre et parce que le pays a tout simplement besoin de changement et d’un souffle nouveau » (p. 6) ; et pour finir, le patronat marocain qui se voit confirmer dans ce texte comme acteur principal du processus de réforme. C’est ce que les partis de gauche vont devoir sacrifier de leurs programmes et de leurs idéologies au principe de réalité dicté par les marchés et les nouvelles modalités de l’échange et de la concurrence. Ce sont aussi les engagements sociaux que va devoir prendre le patronat en contrepartie de la libéralisation de l’environnement économique. C’est enfin le système de garanties attendu des pouvoirs publics pour encadrer les interactions des parties en présence (réforme du « système de gouvernance » dans les termes des rédacteurs).

  • 13 Sorte de Sénat institué par la réforme constitutionnelle de 1996, mais doté quasiment des mêmes pré (...)

22La question n’est pas tant ici de savoir si le patronat marocain « passe au politique » sur des bases « progressistes » ou « conservatrices », ou s’il faut croire en la sincérité du soutien de la CGEM aux projets réformistes du gouvernement Youssoufi. Il s’agit plutôt de s’interroger sur les modalités mêmes de ce passage. C’est par là que l’organisation patronale se positionne dans le jeu de la politique marocaine, non pas finalement comme acteur concurrent mais comme partie prenante d’un consensus. De ce point de vue, l’élément crucial est peut-être le renoncement de la CGEM à présenter des candidats en son nom lors du scrutin pour l’élection de la Chambre des conseillers13 alors même que celle-ci pouvait apparaître comme un terrain tout désigné pour l’affirmation des intérêts patronaux.

23Au-delà des inquiétudes affichées quant à la transparence du scrutin ou de la difficulté à constituer un groupe parlementaire cohérent compte tenu de la diversité des apparentements politiques des membres de l’organisation patronale, on peut y voir la dimension spécifiquement « réformiste » du passage au politique du patronat. Ainsi apparaît la principale ligne de force des recompositions en cours par laquelle cette organisation participe du processus d’apolitisation du système politique marocain.

24Si la politique, outre son rôle de représentations des intérêts constitués, se caractérise par la dispute et les régulations à l’œuvre pour maintenir celle-ci dans des limites acceptables, on peut voir dans l’appel à la moralisation des pratiques ou à la défense des entrepreneurs « défaillants » une sorte de clé permettant de rendre compte du positionnement ambigu de l’organisation patronale par rapport à la sphère politique proprement dite. En mobilisant le nombre, la science et la vertu à l’appui de ses revendications pour l’entreprise, elle place le débat au niveau de l’intérêt général qui, par définition, ne peut être qu’un et le même pour tous. Elle s’en présente comme le garant, au-dessus des querelles partisanes et des conflits d’intérêts sectoriels. Mais, ce faisant, la CGEM devait, en bonne logique, s’abstenir de prendre part à la compétition partisane en présentant des candidats en son nom propre lors du scrutin législatif de décembre 1997. Elle courait le double risque de laisser transparaître au grand jour les divergences dans ses rangs et de s’exposer, précisément, aux accusations de corporatisme que n’aurait pas manqué de susciter la constitution d’un groupe représentant ès qualités le patronat à la Chambre des conseillers.

25D’où le paradoxe apparent qui voit un acteur privé, non politique au sens de non mandaté pour intervenir dans la sphère politique, être directement associé à la définition et à la mise en œuvre de ce dont Abdallah Saaf (1999) a montré qu’il s’agit bel et bien d’une « politique publique ». De fait, l’assainissement et la mise à niveau ont pour effet d’ancrer plus que jamais la gestion des enjeux économiques au cœur des rapports de force politiques [...] alors même que l’objectif affiché par toutes les parties en présence est leur découplement. Il s’agit là d’une façon pour le patronat marocain de s’attribuer une part des mérites des réformes abouties et de se dédouaner par avance de la responsabilité de celles qui viendraient à échouer.

Apolitisation du politique

26Sans doute, à prétendre continuer à filer notre hypothèse de l’apolitisation, au-delà de la « société civile », sur la scène politique elle-même, prend-on le risque de paraître céder à la tentation de la polémique. Dans quel autre pays que le Maroc les partis politiques et l’action politique elle-même sont-ils mieux enracinés dans la profondeur historique d’un Mouvement national et dans le processus de construction de l’État indépendant ? Dans quel pays l’opposition a-t-elle payé un prix aussi élevé pour continuer à exister et conserve-t-elle – jusqu’à son accession au gouvernement – une telle vitalité tout en se maintenant sur la scène politique « formelle » (Bouaziz 1998) ? Dans quel pays les appartenances et les rapports de forces partisans conservent-ils une prégnance aussi forte, aux plans local et national, comme on l’a vu dans le laborieux processus de constitution du gouvernement Youssoufi ? Il ne saurait donc être question dans ce qui suit de minimiser l’importance de la politique au Maroc, mais d’interroger ses conditions d’exercice dans la logique du « consensus » à l’ordre du jour depuis le début des années 1990, avatar politique de la « mise à niveau » et horizon de la réforme par la monarchie de son système d’emprise sur la société et l’État marocains.

27Plus précisément, ce qu’il s’agit d’interroger, c’est le paradoxe entre un haut degré de politisation des élites marocaines, qui se traduit par l’intensité des activités partisanes, la prolifération de la presse engagée ou la propension élevée des conflits d’intérêts à s’énoncer en termes politiques partisans, et les logiques convergentes qui tendent à une dépolitisation des conditions de dévolution et d’exercice du pouvoir politique. En un mot, ce dont il s’agira de rendre compte, c’est du paradoxe d’une apolitisation de la scène politique qui apparaît comme ce qui, précisément, vient rendre possible l’alternance et l’arrivée aux affaires d’une opposition qui n’est plus à Sa Majesté mais de Sa Majesté.

L’apolitisation par le consensus : la réforme constitutionnelle de 1996

  • 14 À quelques courtes parenthèses près comme l’entrée de l’Istiqlal dans le gouvernement de Ahmed Osma (...)
  • 15 À l’exception de l’OADP, en des termes sur lesquels on reviendra dans ce qui suit.

28Le référendum constitutionnel du 13 septembre 1996 constitue, à plus d’un égard, un tournant capital du point de vue de l’évolution des relations entre la monarchie marocaine et les partis issus du Mouvement national14. Pour la première fois depuis l’indépendance, le Palais réussit à faire entériner formellement par l’ensemble des forces politiques en présence sur la scène politique « officielle15 » les règles du jeu d’une division du travail politique. Il confirmait, ce faisant, ses prérogatives les plus essentielles – maîtrise du temps politique, maintien d’un lien non médiatisé entre le roi et le peuple (mobilisable par exemple par référendum), maintien de la tutelle royale sur les trois « pouvoirs », législatif, exécutif et judiciaire (Cubertafond 1997 : 101 et s.), en même temps qu’il imposait son « indiscutabilité ». Une monarchie donc qui règne et gouverne, consolidant, comme jamais auparavant, l’autonomie de la sphère du pouvoir monarchique.

  • 16 Alors même que les nouvelles dispositions constitutionnelles restaient très en deçà des exigences f (...)

29« Consensus » est le nom de ce nouveau jeu mis en place sans qu’apparaisse très clairement, au moment où il débute, ce sur quoi il porte précisément, c’est-à-dire la réforme constitutionnelle que les partis de la Koutla – moins l’OADP campée sur le refus de vote – ont appelé à approuver lors du référendum de septembre 199616. Une approbation justifiée à l’époque par le secrétaire général de l’USFP eu égard aux « circonstances » – » la position politique dépasse la problématique constitutionnelle », disait-il – et eu égard au fait que ladite réforme posait « les bases clairement définies d’un contrat national entre SM le Roi et les forces vives de la nation pour accéder dignement au xxie siècle ».

30Consensus sur les règles du jeu électoral concrétisé par la participation des partis de l’opposition aux travaux de la « Commission nationale de contrôle des opérations électorales » mise en place en février 1997 et chargée d’assurer la tenue d’un scrutin « authentique », transparent – comme les urnes en plexiglas mises en service pour la première fois –, un scrutin authentique, c’est-à-dire un scrutin où la neutralité de l’État et des agents d’autorité permettrait de dégager la « vraie » carte politique du pays, forcément populaire, forcément de gauche, face aux « partis de l’administration » forcément artificiels, forcément impopulaires.

  • 17 Mustapha Sehimi, « Régulation », Maroc Hebdo, 5/7/97, p. 4.

31Consensus sur l’alternance elle-même qui viendrait en quelque sorte « normaliser » le fonctionnement du système politique marocain et permettrait de clore « l’un des deux grands dossiers [le premier étant celui du Sahara] qu’a connus SM le roi Hassan II [...], celui de l’intégration institutionnelle des partis héritiers du Mouvement national17 ». Les électeurs sont dès lors appelés à confirmer cette normalisation en portant au Parlement et au gouvernement leurs représentants « naturels ».

32Le consensus s’avère ainsi bien davantage une attitude et une rhétorique qu’un accord sur des choses précises. C’est la forme acceptable d’un consentement au primat de la monarchie qui ne s’exprime pas en termes négatifs de défaite politique et de renoncement à l’opposition mais en termes positifs de résolution de l’opposition dans un accord apolitique conduit par l’intérêt national.

  • 18 Il s’était joué au lendemain des législatives de 1993 et avait donné lieu à une vive crispation des (...)
  • 19 L’élection des conseils communaux, chambres professionnelles et conseils syndicaux, celle des Chamb (...)
  • 20 « Political reforms could be granted only if the organic link between the monarchy and its people w (...)
  • 21 Selon les chiffres officiels, 97,2 % des inscrits auraient néanmoins pris part au vote, répondant « (...)
  • 22 Le PPS, depuis qu’il a été autorisé à se constituer, en 1974, comme « héritier » du parti communist (...)
  • 23 Les autres ministères de souveraineté sont les AE, la Justice et les Affaires religieuses. Voir inf (...)

33De ce point de vue, la mise en perspective du premier épisode, avorté, d’alternance18, avec la situation créée par les différents scrutins qui se sont succédé entre juin et décembre 199719, permet de mettre en évidence les termes du deal passé entre les parties en présence. Ce dernier rend possible le fait que « les réformes politiques ne peuvent être possible que si le lien entre la monarchie et son peuple est réaffirmé20 ». On se souvient qu’en 1993, après avoir rejeté la réforme constitutionnelle décidée par le roi l’année précédente et appelé à boycotter le référendum servant à l’instituer21, l’opposition – à l’exception du PPS, sans doute soucieux de donner des gages22 – avait remporté d’une courte tête le « premier tour » direct des élections législatives. Elle s’est vue privée de sa victoire par l’élection du « tiers indirect » qui avait redonné la majorité à la coalition des « partis de l’administration » (Bensbia 1996). Ceci n’empêcha pas le roi Hassan II de proposer aux dirigeants de l’opposition d’entrer au gouvernement, voire d’en prendre la direction – ce qui présentait d’autant moins de risques qu’ils étaient minoritaires au Parlement. La proposition fut rejetée, d’une part, au nom de ce qui se présentait comme l’un des principaux « dogmes » politiques constitutifs de la Koutla – le refus de ses composantes d’être associées à l’exercice du pouvoir en l’absence d’une majorité parlementaire authentiquement sortie des urnes – et d’autre part, le refus de l’opposition d’entériner le maintien hors du contrôle du chef du gouvernement des « ministères de souveraineté », en particulier le ministère de l’Intérieur détenu depuis près de vingt ans par « l’inamovible Driss Basrsi23 ». Abderrahman Youssoufi choisira, à cette occasion, de dramatiser les termes de la confrontation en abandonnant la direction de son parti et en prenant le chemin de l’exil, manière de signifier son opposition aux règles du jeu lui-même.

  • 24 Premier de la série et qui devait en quelque sorte « donner le ton » des joutes électorales ultérie (...)
  • 25 L’expression est de Rkia El Mossadeq, Consensus ou jeu de consensus ?..., 1995.

34La question qui se pose n’est pas tant celle de savoir ce qui a changé entre 1993 et 1996, que de se demander, au vu des résultats et surtout des conditions dans lesquelles se sont déroulés le scrutin communal de juin 199724, puis les élections législatives de décembre 1997, pourquoi l’opposition, qui a accepté de jouer le « jeu du consensus25 », n’a pas d’autre choix que d’aller jusqu’au bout du processus, au risque – vérifié – de devoir céder sur ce qu’elle présentait jusque-là comme l’essentiel (n’accéder au pouvoir qu’avec une majorité claire et indiscutable). Pourquoi a-t-elle accepté le maintien à son poste de Driss Basri, plus incontournable que jamais en tant que « grand ordonnateur » de l’alternance elle-même ?

35Le dit « jeu du consensus » a pu apparaître rétrospectivement à de nombreux observateurs, y compris au sein des partis de l’ex-opposition arrivée aux affaires, comme un marché de dupes.

36D’une part, la réforme constitutionnelle satisfait plusieurs exigences fondamentales de l’opposition. Elle instaure un scrutin direct intégral pour l’ensemble des membres de la Chambre des représentants, avec pour contrepartie la création d’une Chambre des conseillers élue au suffrage indirect par les représentants des communes, des régions, des chambres professionnelles et des salariés. La première de ces Chambres se voit réserver le pouvoir d’approuver, par un vote de confiance, le programme du gouvernement, mais la seconde se voit reconnaître celui de censurer son action (El Mossadeq 1998). De l’autre, le principe de réalité politique n’allait pas tarder à reprendre ses droits avec la reconfiguration de la scène politique enclenchée avec le scrutin communal de juin 1997 qui va « cadrer » les conditions de toute alternance possible.

  • 26 Premier de la série, il devait en quelque sorte « donner le ton » des joutes électorales ultérieure (...)
  • 27 Voir le dossier consacré à ces élections par Maghreb-Machrek, janv.-mars 1998.

37Il y a d’abord les résultats « inattendus » de ce premier scrutin26. Une victoire étriquée de l’opposition, où chacune de ses composantes progresse en voix et en sièges par rapport au scrutin de 1993. La gauche perd toutefois de nombreux conseils communaux et municipaux, en particulier dans les grandes villes, du fait de ses divisions et du fait de la dispersion de ses voix et des « clientèles » électorales de ses différentes composantes. Le tout fut largement induit par la carte électorale savamment concoctée par le ministère de l’Intérieur27.

  • 28 Degré assez élevé de violence politique : intervention massive de l’argent, propre ou sale, soit di (...)
  • 29 Voir, par exemple, le dossier préparé par La vie économique sur le thème « L’argent pollue la vie p (...)

38Ce sont ensuite les pratiques électorales elles-mêmes qui ont été mises en œuvre28 (pratiques dont les observateurs s’accordent à créditer tous les camps malgré le pacte de « transparence » solennellement signé par les protagonistes) qui ont pris lors de ce scrutin un relief particulier du fait de la neutralité « passive » ou « négative » observée par les agents de l’État. Le pouvoir s’est, en la circonstance, borné à organiser le champ politique comme « marché électoral », espace de libre concurrence. La concurrence « sauvage » entre les partis équivalait en quelque sorte à la dérégulation et au retrait de l’État de la sphère économique29. L’avantage, pour lui, a été de favoriser cette concurrence « sauvage » et, partant, le morcellement de l’offre politique partisane. Ce morcellement a en effet bénéficié à la monarchie en renforçant la nécessité de son arbitrage pour la constitution de n’importe quelle majorité.

39L’autre résultat de cette opération a été de faire émerger une carte politique guère différente, tout compte fait, de celles que produisaient les urnes arrangées par les soins du ministère de l’Intérieur. En effet, dès lors que le processus de morcellement a réussi, les organisations politiques n’ont, pour ainsi dire, plus besoin du ministère de l’Intérieur pour perdre les élections. Encore restait-il à inventer le centre, ce qui fut fait entre le scrutin communal et les élections législatives de novembre 1997. Dans le même mouvement par lequel il annonçait son adhésion de principe à l’hypothèse d’une alternance gouvernementale au bénéfice de la gauche, le souverain soutenait, sur le terrain parlementaire, la constitution et la consolidation de ce qu’il était dorénavant convenu de désigner comme le « centre », entre Koutla et Wifâq, en formulant, dans un discours prononcé en septembre 1997, le souhait de « l’émergence d’un nouvel espace dans le champ politique du Maroc dynamique entre la droite et l’opposition ».

  • 30 Abdellatif Mansour, « Chronique d’un échec annoncé », Maroc Hebdo, 21/6/97, p. 8.

40Un « centre » assimilé par certains à une « astuce statistique qui permet de maintenir sa prépondérance représentative à l’ancienne majorité, sans qu’elle apparaisse majoritaire. La même astuce permet d’installer l’opposition au premier rang, avec seulement un tiers des sièges, contre près de deux tiers pour les partis qui sont aux affaires ou qui appuient ceux qui y sont30 ».

  • 31 Le principal parti du centre allié à la Koutla est le RNI, dirigé par le propre beau-frère du roi, (...)

41Un centre nécessaire à la constitution d’une majorité dirigée par la gauche mais retenue par tant de fils à l’ancienne majorité31 que celle-ci se trouve d’emblée neutralisée par la nécessité de devoir gérer en son sein le consensus apolitique qu’elle a accepté comme système d’ordre de l’ensemble de la vie politique.

42À tout ceci s’ajoutent les résultats médiocres obtenus par l’opposition aux élections des collèges professionnels qui, additionnés aux résultats obtenus par les différents protagonistes aux élections communales, font que, paradoxalement, la « minorité de blocage » qui, en 1993, au sein de la chambre unique, avait déjà privé l’opposition de la majorité, était en quelque sorte déjà potentiellement en place à la Chambre haute dès avant l’élection de la Chambre des représentants – ce que ne manquera pas de confirmer le scrutin du 5 décembre pour l’élection des conseillers.

43Last but not least, dernière « subtilité » de la donne politique issue du scrutin communal : le parti de l’Istiqlal (parti « mieux disposé à gouverner qu’à s’opposer », selon l’expression d’un observateur, et qui ne faisait pas mystère de son impatience de revenir aux affaires) est arrivé en tête des partis de l’opposition, ce qui le justifiait, à l’époque, à revendiquer bruyamment – et bien imprudemment, comme le montreront les résultats des législatives – la direction du futur gouvernement d’alternance, y compris « d’alternance minoritaire ». Ce faisant, il a contribué à brouiller encore un peu plus le scénario de l’alternance annoncée qui réservait ce rôle à l’USFP, elle-même officiellement partisane, on l’a évoqué, d’une « alternance majoritaire ». Ce choix de l’USFP à la place de l’Istiqlal importait le paradoxe dynamique d’une véritable discorde politique au sein, non pas de la majorité parlementaire constituée avec le centre, mais de la Koutla elle-même. Cette discorde politique, on le verra, ne fit que favoriser l’immobilisme du gouvernement Youssoufi. Elle finira, après les élections législatives de 2002, par entraîner la nomination d’un Premier ministre sans attache politique, pour éviter sans doute l’éclatement de la majorité.

44Des commentaires désabusés, des déceptions affichées et de sombres pronostics se sont multipliés au lendemain des élections communales, réitérés un ton au-dessus au lendemain des législatives, et ont fait de l’ensemble du processus un long psychodrame fertile en rebondissements et en déclarations fracassantes – dans ce qui ressemblait à une indifférence amusée de la population. Au-delà de ce genre de constat, ce dont il s’agit de rendre compte, c’est la façon dont cette reconfiguration de la scène politique marocaine met en place les conditions de possibilité d’une alternance dont les enjeux ont été apolitisés. C’est-à-dire une alternance où l’autonomie du pouvoir monarchique a été substantiellement renforcée et consolidée et où les enjeux des rapports de forces politiques et la marge de manœuvre des acteurs se réduisent dans le mouvement même par quoi s’élargissent et se consolident les prérogatives du gouvernement et du Parlement.

45En confirmant les résultats des communales, revus et corrigés par la constitution du « Centre », et en envoyant à la Chambre des représentants trois blocs de force à peu près égale, le scrutin législatif et ses prolongements gouvernementaux illustrent le fait que c’est moins l’élection elle-même qui trace les contours de la « majorité » que la décision souveraine du monarque. Cela s’est fait de façon d’autant plus probante que, contrairement aux communales, c’est l’USFP qui est arrivée largement en tête de l’opposition alors que l’Istiqlal enregistrait un sévère revers électoral.

46Indépendamment du désir de certains individus d’accéder enfin au pouvoir, nous pouvons faire l’hypothèse que l’acceptation par les dirigeants de l’USFP de constituer un gouvernement à direction socialiste, malgré l’opposition d’une notable fraction de sa base et en contradiction avec son refus constamment réitéré d’une alternance minoritaire, constitue, d’abord et avant tout, un « effet de système » induit par la logique du consensus lui-même. Une fois celui-ci entériné, il ne peut qu’aller jusqu’à son terme. Sa remise en cause ne peut être que globale, car elle impliquerait un retrait du système, à l’instar de l’attitude d’A. Youssoufi s’exilant à Cannes en 1993. Mais un retrait du système est d’autant moins possible que la rhétorique réformiste comme la rhétorique plus spécialisée d’économisation du politique ont déjà sapé les bases argumentatives d’une justification politique du retrait. Pour une bonne part, en fait, l’USFP a entériné cette évolution.

  • 32 Près d’un mois entre la désignation par le roi du chef de l’USFP au poste de Premier ministre et la (...)
  • 33 La presse a fait état de quatre ou cinq listes soumises par A. Youssoufi au roi Hassan II, ce qui e (...)

47De la même façon, la difficulté à constituer le gouvernement d’alternance32 a tenu pour une très large part à la difficulté de l’arithmétique parlementaire (d’autant que, pour la première fois, le gouvernement devait obtenir un vote de confiance sur son programme) et à la très vive compétition des ambitions personnelles. Il n’en reste pas moins que, plus que d’une majorité parlementaire, c’est de la volonté royale que procède la constitution du gouvernement proposé par le Premier ministre – soit que le souverain s’oppose à telle ou telle personnalité, soit qu’il choisisse entre plusieurs noms, soit encore qu’il arbitre entre partis concurrents pour le même portefeuille33. Ajoutons que la fonction d’arbitrage du souverain apparaît considérablement renforcée tant par la réforme constitutionnelle (elle-même instaurant le bicamérisme) que par les conditions dans lesquelles s’est opérée l’alternance gouvernementale. Cette dernière ne s’exerce plus seulement entre « majorité » et « opposition », ou entre « gauche » et « droite » (c’est-à-dire en termes proprement politiques dans un contexte où ni l’une ni l’autre ne peut exciper d’une incontestable prééminence électorale), mais dans celle où elle engage désormais le rapport de forces entre les deux Chambres. Le Palais se fait ainsi le garant de la durée concédée au gouvernement d’alternance dans la mesure où la réforme a institué un bicamérisme équilibré donnant à la Chambre des conseillers le pouvoir de censurer le gouvernement.

48Dans cette articulation du consensus et de l’alternance obtenue par la monarchie, dans la logique de la réforme constitutionnelle, apparaît la dimension spécifique de l’apolitisation du système politique marocain. Un consensus sur les règles d’un jeu qui assure la tutelle éminente de la monarchie sur le législatif, l’exécutif et le judiciaire. Le pouvoir est ainsi mis lui-même, dans sa réalité, au-delà de toute compétition légitime et ce, avec l’accord de l’ensemble des parties. Une alternance comme extinction – provisoire – de la compétition pour l’exercice (délégué) du pouvoir au niveau central. Une alternance qui est moins un effet des rapports de forces en présence (c’est d’abord au niveau local que ceux-ci trouvent à s’exprimer) qu’un effet des règles du jeu lui-même ; un effet de la volonté autonome du souverain, non pas en ce sens que celle-ci s’exercerait en dehors de toute contrainte, mais en ce sens que rien ne peut se faire sans lui. Le souverain est, en quelque sorte, indispensable à la mise en place de toute configuration politique, parce qu’aucun acteur ou groupe d’acteurs politiques n’a suffisamment d’importance – de masse critique – pour ne dépendre que d’eux. Manière de dire qu’en aucun cas nous ne nous trouvons au Maroc dans une situation de « cohabitation », du fait que le roi du Maroc conserve largement, dans son pays, le monopole du politique.

Apolitisation des logiques partisanes : fragmentation de la scène politique

49La scène politique marocaine a vu se développer, au lendemain du référendum constitutionnel et directement en prise sur les logiques du consensus et de l’alternance annoncés, une intense activité partisane qui pourrait sembler infirmer, au premier abord, l’hypothèse de l’apolitisation de cette scène. C’est d’abord l’OADP, héritière de l’extrême-gauche marocaine, qui appelle au boycott dudit référendum pour des raisons « de principe ». La réforme constitutionnelle n’ayant pas donné satisfaction à nombre des exigences de la Koutla, une large fraction des cadres et des militants de cette organisation fonde le PSD, lequel affirme d’emblée sa vocation « participationniste » en appelant à voter « oui » et en demandant son adhésion à la Koutla. C’est ensuite, au lendemain de la déconvenue de la gauche aux élections communales, la scission, préparée de longue date, d’une partie des cadres et des militants du PPS (ex-parti communiste) qui vont fonder le FFD. En rupture explicite avec la logique de la Koutla, le Front s’affirme ouvert à toutes les alliances possibles. C’est surtout l’effervescence qui règne au sein de l’Istiqlal et de l’USFP. Après avoir appelé à voter « oui » au référendum constitutionnel, ces partis n’en finissent pas de se déchirer entre partisans et adversaires de compromis qu’ils ont dû, d’un scrutin l’autre, accepter pour rendre possible la poursuite du processus.

  • 34 Abdallah Stouky, « La mosaïque infinie d’une scène politique recomposée en permanence », La Vie éco (...)
  • 35 Ibid.

50À en croire les observateurs, la scène politique marocaine serait en proie, depuis l’éclatement « inaugural » du Mouvement national, en 1959, à une sorte de malédiction qui réveillerait, à chaque échéance politique importante, les démons de la division qui sommeillent en tout Marocain, provoquant « ces mouvements de scission qui émiettent le paysage politique national [...], maladie récurrente qui lacère, après de soudaines et violentes poussées de fièvre, le tissu socio-politique ». A. Stouky se demande, au vu des effets de cette « règle du saucissonnage perpétuel », si « la division est une fatalité dans le destin de notre histoire contemporaine34 », sans que l’on sache par ailleurs très bien quelle fatalité est à l’origine de ce mécanisme de fragmentation – rivalités de personnes, manœuvres de l’administration, incapacité de ces partis à laisser s’opérer leur relève interne... Le même A. Stouky attribue, pour sa part, cette fatalité à « l’impavide logique de la raison politique qui veut que les acteurs soient irrémédiablement poussés à aller jusqu’au bout de leurs ambitions35 ».

  • 36 Ce qui ne signifie pas sous-estimer la « révolution » que représente la constitution d’un gouvernem (...)

51Si le « jeu du consensus » et la perspective de l’alternance ne modifient pas fondamentalement le fonctionnement du système politique marocain36, ils n’en poussent pas moins la logique de ce fonctionnement à sa limite. Ceci suggère de voir dans les scissions au sein de l’OADP et du PPS et dans les craintes scissionnelles qui ont poussé l’USFP à reporter sans cesse la tenue de son congrès jusqu’à l’orée des élections de 2002 (voir infra), moins l’effet d’une fatalité ou une spécificité de la politique « à la marocaine » qu’un « analyseur » de ce fonctionnement lui-même. Il ne s’agit pas de nier l’importance des conflits de personnes ou les interventions de l’administration, mais de montrer que c’est la logique même du système politique qui tend à réduire le travail politique aux confrontations au sein des alliances, mais surtout au sein des partis eux-mêmes. C’est elle qui tend à « apolitiser » la scène politique nationale et à politiser les scènes partisanes. Ce déport systémique produit du conflit politique et favorise largement l’apolitisation du tout. Il maintient les partis dans des querelles chimériques, bien plus souvent autoproduites que suscitées par l’administration. Il les empêche de peser de tout leur poids dans la vie politique et les oblige à adopter des compromis internes et à accepter des compromis externes pour ne pas les compromettre.

52Rkia El Mossadeq (1995) souligne le paradoxe sur lequel débouche le « jeu du consensus » du point de vue des relations entre les partis de la Koutla. Pour elle, « le relatif succès de leurs tentatives unitaires les expose par ailleurs à un jeu d’exclusion qui risque de s’étendre au sein de chaque formation politique et de les menacer d’approfondir leurs divisions internes ainsi que les rapports entre la base et la direction et mettre en échec définitivement toute tactique électoraliste unitaire ».

  • 37 Le cas « limite » d’Abdessalam Yasine, qui ne conteste pas la légitimité de la monarchie alaouite, (...)

53Ce que l’hypothèse du « jeu du consensus » suggère d’interroger, ce sont les modes de présence à la scène politique des différents acteurs sur la base, non pas tant de leur allégeance à la monarchie, que du point de vue des formes de celle-ci, qui continue à valoir droit d’entrée sur cette scène, son refus désignant une position exclue qui met hors scène et hors système politique, voire retranche de la société elle-même37.

54Au-delà de cette position interdite, on peut identifier deux modalités de l’allégeance. Une allégeance que l’on pourrait qualifier de « consensuelle », qui permet de se mettre au service ou en réserve de ce qu’il est convenu de désigner comme le makhzen. Une allégeance « critique » qui engage ceux qui la pratiquent dans le jeu infiniment subtil qui consiste à être à la fois « dedans » et « dehors », la différenciation entre les positions en présence s’opérant sur la base des différentes manières d’être « dedans » et d’être « dehors ».

55Façons d’être dehors : comme les islamistes « radicaux » d’Al-‘Adl wal-Ihsân, qui récusent les institutions « laïques », « impies », et rejettent la participation à un tel système, mais dont les dirigeants ne cessent de revendiquer l’autorisation de constituer un parti et proclament qu’il gagnerait des élections véritablement libres. Être dehors comme l’OADP, qui revendique son droit démocratique et constitutionnel à dire « non » à la réforme constitutionnelle, sans pour autant renoncer à participer aux élections consécutives à cette même réforme, et qui continue à revendiquer son appartenance à la Koutla alors que les partis membres de celle-ci ont accepté de constituer le gouvernement. Être dehors comme le PADS qui appelle systématiquement au boycott de toutes les élections qu’il considère comme truquées tout en protestant contre son exclusion du processus de révision de la Charte électorale.

  • 38 Abdelllatif Mansour, « Retour du Parti de la Démocratie et de l’Indépendance : le parti zombie », M (...)
  • 39 Sans appartenance politique.

56Façons d’être dedans : comme le parti de l’Istiqlal acceptant, en 1977, d’entrer au gouvernement, sans renoncer à son alliance oppositionnelle avec l’USFP. Être dedans comme le PPS, décidant de voter « oui » au référendum de septembre 1992, alors que ses alliés de la Koutla et les syndicats avaient décidé le boycott. Être dedans comme le PSD qui se sépare de l’OADP pour affirmer sa volonté d’être partie prenante à part entière de la scène politique. Être dedans comme le PDI, qualifié par Maroc Hebdo de « parti zombie », héritier de la tradition « chourite », qui refait surface à chaque élection et dont les députés s’empressent, à peine élus, de rallier les partis gouvernementaux38. Être dedans comme les islamistes « modérés » d’al-Tawhîd wal-Islâh, dont les membres « colonisent » le MPDC du Dr Khattib, rebaptisé depuis PJD (Parti de la Justice et du Développement) et qui, confrontés à la décision de celui-ci de ne pas présenter de candidats aux élections communales, n’ont d’autre choix que de présenter près de 3 000 candidats SAP39...

57Le point crucial est que c’est le Palais qui établit la ligne (mouvante) de partage entre « dedans » et « dehors » par l’émission de « signaux » qui définissent les conditions du passage de l’une à l’autre position, sans que jamais personne ne soit irrémédiablement « dehors » ou définitivement « dedans ». C’est un discours royal qui autorise, en septembre 1997, la constitution du centre comme entité autonome sur la scène politique marocaine. C’est un signal du roi, recevant Ali Yata en compagnie des deux candidats déclarés à sa succession, Ismaïl Alaoui et Thami Khiyari, qui bloque, provisoirement, la scission du PPS qui ne pourra intervenir qu’« à chaud », au lendemain des communales qui modifient, précisément, les termes de la relation dedans/dehors. Last but not least, c’est encore le Palais qui contrôle le seul véritable levier de recomposition de la scène politique, en bloquant l’introduction d’un scrutin à deux tours, seul susceptible de consolider – parfois contre les partis eux-mêmes – les alliances.

  • 40 La variable pertinente n’est peut-être pas tant que le parti du Dr Khattîb est une « coquille vide  (...)
  • 41 Les déclarations de D. Basri, reprises par l’hebdomadaire Le Journal (24/7/1999), selon lesquelles (...)

58Plus loin, ce que traduisent ces positionnements et la façon dont s’opèrent les partages entre dedans et dehors, c’est bien le fait qu’ils n’engagent que secondairement des critères idéologiques. Ainsi, après la répression que subit l’extrême-gauche tout au long des « années de plomb », et alors même que leurs positions politiques et idéologiques peuvent être considérées comme plus « radicales », le PPS et l’OADP peuvent être autorisés à sortir de la clandestinité et à se constituer sur la scène politique « formelle » pour contrer l’USFP, plus « modérée » et par là plus menaçante pour le système d’emprise de la monarchie. Un des membres du comité central de cette dernière, Noubir Amaoui, peut encore être condamné, en avril 1992, à une peine de deux ans de prison dont il effectuera la moitié pour avoir critiqué le gouvernement marocain dans la presse espagnole. De la même façon, les militants de l’association al-Tajdîd wal-Islâh, dont les revendications d’islamisation de la société, sinon les modes d’action, ne sont guère moins intégrales et exigeantes que celles d’al-‘Adl wal-Ihsân, peuvent être autorisés – même si indirectement40 – à prendre position sur la scène politique formelle et même à envoyer des députés à la Chambre des représentants. De telles ouvertures sont sans doute autant faites pour contrer l’association du shaykh Yassine, maintenu en lisière du système, qu’une manière d’avertissement au gouvernement d’alternance, préfiguration d’une possible, quoique vraisemblablement non souhaitée, « majorité alternative » en cas d’échec ou de retrait d’A. Youssoufi41.

59Pour conclure sur ce point, il n’est pas anecdotique de constater que plusieurs membres du gouvernement d’alternance ou dirigeants de partis de l’ex-opposition ont purgé de longues peines de prison ou bénéficié d’amnisties royales, dont le Premier ministre lui-même, condamné à mort durant les « années de plomb », trajectoire la plus efficace pour passer de « dehors » à « dedans ».

60Au-delà de ce partage dedans/dehors, qui détermine ce que l’on pourrait désigner comme une structuration « de surface » de la scène politique marocaine, on peut déceler, au sein des alliances comme au sein des partis eux-mêmes, le jeu d’une double dialectique étroitement interconnectée. Politisation, voire hyperpolitisation, du discours politique / dépolitisation de l’agir politique. Découplement-articulation des enjeux nationaux/locaux.

  • 42 L’affrontement entre l’USFP et l’Istiqlal, dont la ville de Mohammedia a été le théâtre, apparaît c (...)

61Du côté de la politisation et des enjeux nationaux, cela donne, par exemple, au niveau des alliances de partis, des rapports de force qui se nouent, au moment des différents scrutins, entre les protagonistes sur la question des candidatures uniques. Objectif affiché par les partis de la Koutla au niveau des débats d’appareils pour les élections communales, ces alliances finiront par achopper sur la réalité des rapports de forces locaux où s’expriment et s’exacerbent tout à la fois les différends idéologiques et les conflits d’intérêts des « barons » des différents partis, dans une logique de consolidation de « territoires42 ». Il n’en sera même plus question pour les législatives, au risque, vérifié, de torpiller d’avance toute perspective d’alternance majoritaire. Version apolitisation et enjeux locaux, cela donne, aux élections communales et professionnelles, le jeu des partis avec les candidatures SAP – qu’il s’agisse de torpiller la candidature d’un allié-adversaire ou déjouer le jeu des notabilités locales – ou leur « flirt » avec les associations.

62Au niveau des partis, on trouve, du côté de la politisation et du national, les logiques de courants, manœuvres d’appareils, conflits de générations, etc., et du côté de l’apolitisation et du local, les modalités inépuisables de l’instrumentalisation du politique et du jeu des notabilités. Ce jeu ne cessera pas avec les élections de 2002 où, précisément, si les logiques nationales ont concouru à l’adoption d’un scrutin de liste à la proportionnelle (scrutin favorable à l’expression de la concurrence entre les partis), les logiques « locales » ont entraîné un véritable sabordage de la proportionnelle par le choix de petites listes (trois à cinq candidats) pour de petites circonscriptions favorisant les notabilités et les implantations locales.

63Sous le couvert des alliances qui structurent en surface la scène politique marocaine, c’est le jeu de ces dialectiques que la logique du consensus et la perspective de l’alternance viennent en quelque sorte exacerber en faisant de la lutte pour la définition des conditions de la participation au système le principal enjeu de l’action politique. L’effet d’une telle attitude est de reporter les confrontations non pas tant entre alliances ou entre partis qu’à l’intérieur même de ceux-ci. On peut trouver dans les violentes convulsions qui ont secoué tant le parti de l’Istiqlal que l’USFP au lendemain des élections législatives, une illustration particulièrement significative de la façon dont peut jouer cette « internalisation » des conflits suscités par la perspective puis par la mise en œuvre de l’alternance.

64Les convulsions n’ont pas été moins fortes durant l’alternance et se sont renforcées dans les mois qui ont précédé les élections législatives de 2002. Il a été souligné, dans ce qui précède, la satisfaction avec laquelle les dirigeants de l’Istiqlal avaient accueilli les résultats, pourtant décevants pour l’opposition de l’époque, des élections communales du printemps 1997. Il leur suffisait alors d’être arrivés en tête des partis de la Koutla pour revendiquer la direction du gouvernement d’alternance, y compris minoritaire.

  • 43 L’expression est de La Gazette du Maroc (19/11/97) sous la plume de Jamal Berraoui qui évoque « le (...)

65Dans le contexte de l’interminable guerre de succession ouverte par la perspective du retrait, longtemps ajourné, de M’hamed Boucetta, successeur de ‘Allai al-Fâsi, le « Tchernobyl électoral43 » qui frappe ce parti aux élections législatives le ramène de 52 à 32 députés. Le fait que la plupart de ses dirigeants aient sévèrement mordu la poussière a eu pour effet immédiat de l’amener à répudier la règle du jeu elle-même. Réuni en congrès extraordinaire, le 14 décembre 1997, « le parti de l’Istiqlal rejette les résultats des élections et demande leur annulation [...] Le Congrès réclame une institution constitutionnelle indépendante pour l’organisation des élections [...] et tient le gouvernement pour responsable de la violation de ses engagements » tout en refusant de « cautionner tout appareil issu du Parlement actuel » et en appelant l’opposition au retrait de toutes les instances politiques.

  • 44 Déclaration de Abbas al-Fâsi à l’hebdomadaire La Vie économique, 11/9/98, p. 13-16.

66Retour à la case départ. La direction du parti, par la voix de M. Boucetta lui-même, ne se ménage pas moins une porte de sortie en proclamant qu’il revenait à la Koutla de prendre une décision unanime quant à son attitude vis-à-vis de ce scrutin. Une Koutla au sein de laquelle l’USFP et le PPS avaient déjà fait part de leur intention d’aller au gouvernement. Il fallut moins de deux mois à la direction de l’Istiqlal pour inverser radicalement sa position et accepter une « participation critique » au gouvernement d’alternance, position sanctionnée, lors du XIIIe congrès « ordinaire » de ce parti, par l’élection à sa tête de Abbas al-Fâsi (neveu du fondateur, réputé pragmatique et » bien en cour ») contre M’hamed Diouri, principal artisan de la convocation du congrès extraordinaire. Un soutien critique qui n’est pas sans se traduire par d’incessantes contorsions de la direction de l’Istiqlal. À propos du bicaméralisme, la formule est présentée par le nouveau secrétaire général comme « trop lourde pour le Maroc et [présentant] pratiquement tous les inconvénients [par opposition], et je l’ai toujours dit à mes amis et camarades, [à] l’ancienne formule de 1/3 d’élus au suffrage indirect et de 2/3 au suffrage universel [qui] était excellente ». « Notre “oui” à la Constitution révisée du 13 septembre 1996 [ajoutait-il] était plus un “oui” politique qu’un “oui” à toutes les dispositions qui y étaient prévues ». À propos de la première loi de finances proposée au Parlement par le gouvernement, il affirme qu’elle ne correspond pas aux attentes de son parti mais que celui-ci la votera tout de même « pour faire faire au Maroc l’économie d’une crise politique44 ».

67Pour l’Istiqlal, être dedans présentait plus d’avantages que rester dehors, d’autant que le parti abrite une « jeune garde » aux aspirations participationnistes de laquelle Abbas al-Fâsi doit sans doute pour une large part son élection. Avec le temps, il semble qu’être dedans ait signifié davantage être au pouvoir que dans la Koutla ou encore dans le gouvernement. Si l’on considère les critiques sévères adressées au gouvernement d’alternance par Abbas al-Fâsi, sévérité qui ne fera qu’augmenter au fur et à mesure que l’on s’approche de l’échéance électorale de 2002, et si l’on considère, en sus, les nombreux signes suggérant que l’Istiqlal était alors prête à envisager de structurer une majorité alternative, on en vient à penser que ce parti n’était résolument en conflit qu’avec l’USFP. Seule l’USFP semblait l’empêcher de parvenir au pouvoir, c’est-à-dire à la primature. Et il s’agissait, pour lui, bien plus d’obtenir cette dernière que de contrecarrer la primatie royale. Stratégie et espérances vaines, puisque le roi Mohammed VI a nommé un Premier ministre apolitique, manière de montrer que la concurrence entre les partis ne devait pas se transporter sur la scène politique nationale au risque d’entraîner sa politisation.

  • 45 Abdellatif Mansour, « Des socialistes circonspects », Maroc Hebdo, 29/11/97, p. 11-12.

68Paradoxalement, la situation apparaît encore beaucoup plus compliquée pour l’USFP, parti où, comme l’écrit un chroniqueur, « le bureau politique règne mais ne gouverne pas » en dépit ou à cause des responsabilités assumées par son chef à la tête du gouvernement d’alternance. La perspective de l’alternance et la realpolitik de la direction pour la faire advenir activent simultanément tous les clivages qui travaillent le parti d’A. Youssoufi : gauche « radicale » vs « socio-démocrates » ; syndicalistes vs politiques ; Jeunesse ittihadiya vs dirigeants « historiques » ; section de Rabat vs section de Casablanca... Dès avant les élections législatives, c’est déjà l’organisation de jeunesse du parti, al-Chabîba al-ittihâdiya qui, s’alignant sur les positions « de principe » de l’OADP, appelle à voter « non » au référendum constitutionnel de l’automne 1996. C’est ensuite, au lendemain du scrutin législatif, la constitution d’un front du refus au sein du parti qui, à l’unisson de l’Istiqlal, conteste les résultats des élections et proclame que « conduire un gouvernement issu d’élections entachées de fraude est une hérésie démocratique, pire, une entorse gravissime aux principes fondateurs de l’USFP45 ». Deux candidats issus de la Jeunesse socialiste, proclamés élus à Casablanca et Fès, iront jusqu’à renoncer à leur mandat au prétexte de la fraude dont ils auraient bénéficié au détriment de candidats islamistes en faveur desquels ils se désistent, adressant une lettre ouverte à leur parti qui accepte de cautionner de telles exactions. Au point, notent de nombreux observateurs, que l’on pourrait penser que, culture politique oblige, c’est la majorité de l’USFP qui est hostile au « compromis historique » qui amènerait enfin ce parti au gouvernement.

69Le fait que la thèse défendue par la direction de l’USFP, selon laquelle on ne peut changer le mode de gestion des affaires qu’en étant aux affaires, ait fini par prévaloir ne signifie pas, bien au contraire, la fin des turbulences au sein de ce parti. Face à une opposition parlementaire comme anesthésiée par la volonté royale de voir se poursuivre l’alternance-consensus, c’est au sein de sa propre majorité que le Premier ministre est le plus vivement contesté. Il l’est notamment à propos des orientations des lois de finances mais aussi à cause de son impossibilité à concrétiser de quelque manière que ce soit les projets et les espoirs de la gauche marocaine. Ni la mise en place d’un code du travail, ni l’adoption d’une assurance maladie obligatoire ou l’instauration d’un statut juridique plus égalitaire pour les femmes n’ont eu lieu en cinq ans de pouvoir. Pourtant, A. Youssoufi sera « plébiscité » par le Congrès de l’USFP réuni en avril 2001, en recueillant, lors de l’élection de la commission administrative, 87 % des suffrages des militants. On peut lire ce fait comme la résistance de l’apolisatisation à une mise en cause intra-partisane.

Apolitisation du lien et de l’agir politique

70Dans l’histoire heurtée des relations entre la monarchie marocaine et les partis politiques issus du combat nationaliste, ce qui est désigné ici comme l’apolitisation du lien et de l’agir politique peut être envisagé de deux points de vue complémentaires et opposés : d’une part, après la fermeture de la « parenthèse » coloniale, la refondation d’une structure autoritaire de pouvoir « modernisée », centrée sur la monarchie et dont le principal ressort est la réactivation de ce qu’Abdallah Hammoudi désigne comme une culture de la domination et de la soumission (Hammoudi 1997) ; d’autre part, l’acceptation de cette structure par les partis issus du Mouvement national qui fait de l’alternance l’aboutissement d’un projet poursuivi par la monarchie marocaine depuis les premières années de l’indépendance.

71Pour ce qui est des relations entre le pouvoir royal et la « siba politique » animée par les partis nationalistes à l’enseigne de revendications constitutionnalistes et de justice sociale, la consolidation de ce système d’emprise autoritaire est passée par deux « phases » dans lesquelles on peut voir – avec précaution – la réplique « modernisée » des modes d’agir politique du « vieux Makhzen », « terror and administration : between gift and contract » dans les termes d’A. Hammoudi. Une première phase voit la fermeture du système et la montée de la répression ; processus qui culmine dans la double tentative de régicide de 1971 et de 1972 et ce qu’il est convenu de désigner comme les « années de plomb ». Le caractère imposé, pour le moins non consensuel, de la réforme est précisément ce qui en politise les enjeux en même temps que se radicalisent les idéologies et les modes d’action oppositionnels et les réactions qu’ils suscitent de la part du pouvoir. Dans la mesure où le propos de la présente étude est de réfléchir sur le processus inverse, il ne sera pas question ici de cette période autrement que du point de vue de la façon dont vont pouvoir en être éliminées les « séquelles » (King 1999).

72Après la Marche verte, premier moment d’unanimité autour de la monarchie depuis l’indépendance, Hassan II va (très) progressivement mettre en œuvre une ouverture du système dont la finalité et la logique même consistaient à y réintroduire les acteurs politiques qui en avaient été exclus durant la phase précédente sans remettre en cause ce qui apparaissait, de son point de vue, comme le principal acquis de cette phase. En termes empruntés à Mohamed Tozy, c’est l’affirmation ou la réaffirmation par la monarchie de son monopole sur « la production du lexique de domination », c’est-à-dire d’un système où « les autres acteurs n’accèdent au champ politique qu’à partir du moment où ils en acceptent les règles du jeu [et où] la forme du régime a le même statut que la religion [et] relève de l’ordre de l’indiscuté » (Tozy 1999, p. 20). C’est de ces règles du jeu qu’il va être question dans ce qui suit et de la façon dont elles recomposent l’agir politique et le lien politique lui-même dans le sens de ce qu’on tente de saisir ici en termes d’apolitisation.

  • 46 En particulier Abdellah Hammoudi, Master and Disciple..., 1997.
  • 47 La « sphère califale » comme figuration du pouvoir légitime dans une tradition musulmane réinventée (...)

73Tout a été dit, ou presque, sur la façon dont la monarchie marocaine a su mobiliser le référent religieux au profit de son entreprise de légitimation. M. Tozy, parmi d’autres46, a bien montré comment, en jouant sur « trois sphères identitaires, revendiquées par les acteurs ou subies par eux47 », le pouvoir monarchique a su assurer sa centralité dans un « champ politique sans véritables enjeux de pouvoir ». Un système où la loi, y compris la loi constitutionnelle, ne procède que de lui et non des conditions de son élaboration ou de son adoption, y compris par un Parlement représentatif, au point de « réduire la place du droit positif et d’en faire la simple mise en forme institutionnelle d’une légitimité historique » (Tozy 1999, p. 26). Un système où toute autorité et les pouvoirs qui en découlent – en particulier ceux des magistrats – procèdent de sa personne et où aucune légitimité n’est opposable à la sienne, y compris celle des « Droits de l’Homme ».

74On ne reprendra pas ici la phénoménologie de cette centralisation du référent religieux. Nous nous contenterons de revenir, en conclusion de la présente section, sur la façon dont peut être analysé le surgissement de ce qu’il est convenu de désigner comme « l’islamisme ». Nous reviendrons sur son rôle dans le fonctionnement d’une telle structure de pouvoir après en avoir envisagé la transposition « séculière », c’est-à-dire, d’une part, les modes d’intervention du souverain dans les affaires du pays et, d’autre part, le statut réservé à l’action gouvernementale dans une telle division du travail.

75Dans un schéma « classique » de « transition démocratique » et dans le lexique politique hérité des luttes coloniales et de la confrontation historique entre la monarchie et le Mouvement national, réformer – » libéraliser » – le système politique marocain tend à s’énoncer en termes de découplement du Makhzen et de l’État. « Démakhzéniser » l’exercice du pouvoir, c’est passer d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle où le roi règne et gouverne de moins en moins et où l’État lui-même, c’est-à-dire les acteurs qui en ont le contrôle, intervient de moins en moins dans la sphère économique et la structuration de la « société civile ».

76Et, de fait, c’est bien ce qui semble se produire au Maroc. On passe d’une situation où, après avoir été, en tant que prince héritier, commandant en chef de l’armée, puis son propre Premier ministre (1960-1963), après avoir gouverné pendant près de deux décennies sous le régime de l’état d’exception, Hassan II octroie à son peuple, en 1992, une nouvelle Constitution, amendée à plusieurs reprises jusqu’à recueillir finalement, en 1996, l’assentiment des partis politiques dans les conditions « consensuelles » décrites dans ce qui précède. Dans le même temps, la mise en œuvre d’un plan d’ajustement structurel, suivi d’un programme de privatisation des entreprises publiques faisait, nous dit-on, entrer le Maroc dans la sphère vertueuse de l’« orthodoxie du développement ». Une dérégulation progressive des coûts des facteurs de production et l’instauration d’une libre concurrence entre les acteurs économiques devaient culminer avec l’entrée en vigueur des accords de partenariat entre le Maroc et l’Europe.

77Nous nous proposons de montrer dans ce qui suit que le découplement, effectif, du Makhzen et de l’État ne signifie en aucune manière un affaiblissement du contrôle du premier sur le second, pas plus que l’ajustement structurel ou les privatisations ne signifient un quelconque renoncement de la khassa (les « deux cents familles », pourrait-on dire, qui sont probablement moins de cinquante au Maroc) à contrôler la distribution des ressources.

78Depuis l’échec de la première alternance, en 1993, dans les conditions rappelées dans ce qui précède, on a vu se succéder trois configurations gouvernementales (y compris le gouvernement d’alternance), toutes trois issues de la volonté royale beaucoup plus que sorties des urnes. Elles traduisent la recomposition progressive du rapport entre le roi et le gouvernement et la mise en place d’une nouvelle division du travail politique.

79Ainsi s’opère l’apolitisation de l’agir gouvernemental qui culmine avec l’alternance.

  • 48 Même si celle-ci s’applique pleinement au Premier ministre lui-même.
  • 49 Sur les vingt-deux Premiers ministres qui se sont succédé à la tête du gouvernement, quatre seuleme (...)

80Toutes choses restant égales par ailleurs, le roi continue à nommer les ministres, à commencer par le premier d’entre eux, indépendamment de toute arithmétique parlementaire48, à fixer les orientations de l’action gouvernementale et à diriger le conseil des ministres dont il détermine ou approuve l’ordre du jour. Après le refus de la Koutla d’accéder aux affaires, en 1993, le premier épisode voit la reconduction du gouvernement de technocrates dirigé par Karim Lamrani, le plus gros entrepreneur du pays après l’ONA (Omnium Nord-Africain). Dépourvu d’affiliation politique, comme la plupart de ses prédécesseurs49, il est connu comme partisan de la mise en œuvre sans états d’âme d’une politique libérale pure et dure. C’est lui qui a négocié et mis en œuvre les deux plans d’ajustement structurel imposés au Maroc par le FMI. C’est comme si le roi voulait faire la démonstration de ce que pourrait être la seule alternative au refus de la gauche d’assumer ses responsabilités.

  • 50 Mohamed Selhami, « L’homme de la transition », Maroc Hebdo, 27/5/94, p. 3.

81Simultanément, Hassan II active les différents « Hauts Conseils » peuplés de gens de gauche qu’il a mis en place depuis le début des années 1990. Le Conseil consultatif des Droits de l’Homme, créé en 1990, prépare l’amnistie royale au bénéfice des détenus politiques et des exilés. Le Conseil national pour la jeunesse et l’avenir, également créé en 1990 et qui, dans l’attente de l’alternance annoncée, « tient régulièrement ses assises, proposant chaque année une nouvelle formulation d’une même problématique, pour comprendre toujours plus, toujours mieux, le chômage qui, entre-temps, continue à grimper50 ». Le Conseil consultatif pour le suivi du dialogue social, créé en 1994... Tous ces « Hauts Conseils » sont invités à développer des représentations alternatives pour la conduite des affaires publiques avant de se charger eux-mêmes de les mettre en œuvre.

82La reconduction du gouvernement de K. Amrani est néanmoins l’occasion d’une innovation sémantique, soulignée par Najib Bensbia, qui voit le roi lui-même parler du gouvernement de son Premier ministre. C’est là façon de marquer que dans les termes de la nouvelle Constitution, « le gouvernement qui est formé à l’issue des législatives doit se considérer responsable personnellement, c’est-à-dire en tant que collectif politique, du programme et des propos qu’il engage » (Bensbia 1996 : 144). Par ailleurs, comme le soulignent Guilain Denœux et Abdeslam Maghraoui, « the creation of consultative councils represents an effort by the monarchy to institutionalize and update the practice of royal arbitrage » (1998 : 117). C’est aussi une façon pour le roi de se placer au-dessus des divergences sur tel ou tel dossier et de s’installer en position de recours entre la « société civile » et sa propre administration. On le verra en 1992, à l’occasion du mouvement des femmes pour la réforme de la Mudâwana (code du statut personnel), de la relance des revendications « berbéristes » de 1994 ou des mouvements sociaux de 1994-1995, en particulier la longue grève de l’ONCF, l’Office national des Chemins de fer (Denoeux, Maghraoui 1998 : 117).

  • 51 Son gouvernement remanié, qui laissera la place au gouvernement d’alternance, ira jusqu’à compter d (...)
  • 52 Mohamed Selhami, « L’homme de la transition », art. cit.
  • 53 Ibid., p. 3.

83Après de nouvelles tentatives d’associer l’opposition à la conduite des affaires, la nomination surprise, en mai 1994, d’Abdellatif Filali, déjà ministre des Affaires étrangères, à la tête d’un gouvernement encore plus « technocratique51 » que son prédécesseur, constitue un pas de plus dans le processus d’apolitisation de l’agir gouvernemental. Il est présenté comme l’exemple même du « grand serviteur de l’État », dégagé de toute affiliation partisane – » aussi paradoxal que cela puisse paraître en politique, M. Filali est presque un corps neutre. Beaucoup d’amitiés non affichées et presque pas d’adversaires déclarés52 ». Son gouvernement, remanié à deux reprises, ne semble avoir pour mission, pendant les trois années où il est maintenu en fonction, que de passer le relais à son successeur et, en fait, de « durer » tant que les conditions du « consensus » n’auront pas été acquises, sur des dossiers qui ne sont pas de son ressort. « Une nouvelle réforme de la Constitution, l’élection de la totalité de la Chambre des représentants au suffrage direct, le mode de proposition à sa Majesté le Roi du futur Premier ministre, l’équilibre entre les différents départements gouvernementaux, le partage des pouvoirs locaux entre gouverneurs et collectivités élus... », énumère M. Selhami. Il en conclut que « si un début de réflexion est engagé sur ces grandes questions, on aura le sentiment d’être passé d’un gouvernement provisoire à un gouvernement de transition53 ! » De ce point de vue, le principal mérite d’A. Filali est peut-être, justement, de ne pas constituer un gouvernement de droite ou, plus précisément, de dépolitiser, par sa pratique même, l’exercice gouvernemental et la fonction ministérielle en ce sens que la politique qu’il mène est proprement « incontestable », « conservatoire », pourrait-on dire, en attente d’une alternance dont on verra qu’elle va avoir, précisément, le plus grand mal à en changer.

84C’est paradoxalement l’alternance elle-même qui réalise la forme aboutie de l’apolitisation de l’agir, sinon politique, du moins gouvernemental.

  • 54 Le prix à payer par le ministre de l’Intérieur pour faire accepter cette apolitisation de sa foncti (...)

85C’est d’abord la distinction opérée entre ce que l’on s’est habitué à désigner comme les « ministères de souveraineté », au double sens de relevant du souverain et d’engageant l’avenir même de la nation et les grandes orientations de l’État. L’Intérieur54, bien sûr, les Affaires étrangères, les Affaires religieuses et la Justice. Les autres ministères sont condamnés à n’apparaître que comme des ministères « techniques » dans la mesure où l’action qui s’y conduit est en quelque sorte « instrumentale » par rapport aux objectifs fondamentaux assignés aux premiers. Cette distinction est encore renforcée par le fait que ces « ministères de souveraineté » ne changent pas de titulaire avec l’alternance, manière de marquer qu’ils ne sauraient être affectés par la nouvelle donne « politicienne ». Non pas tant, d’ailleurs, que ces ministères échappent à l’autorité « théorique » du Premier ministre, mais leur maintien sous le contrôle direct du souverain délimite la marge d’autonomie du chef du gouvernement.

  • 55 Sur ce dossier, Driss Basri sera parvenu à mettre deux fois en porte-à-faux Khaled Alioua, en charg (...)
  • 56 Abdellatif Mansour, « Deux conflits qui pourrissaient réglés en une semaine : l’effet Basri », Maro (...)

86Ainsi, dans les tout premiers mois de l’alternance, le mouvement préfectoral décidé par le ministre de l’Intérieur sans en référer au Premier ministre. Telle était la façon de bien marquer la distinction entre l’autorité gouvernementale, réduite à sa dimension technocratique, et l’autorité territoriale, seule véritablement politique. D’où aussi la propension du ministre de l’Intérieur à intervenir dans des dossiers relevant théoriquement de ces ministères « techniques », dès lors que l’intérêt public, la sécurité ou toute autre considération supérieure pouvaient être invoqués, comme à propos du mouvement des diplômés-chômeurs55 ou des grèves à Royal Air Maroc56.

87Tout autant que la possible volonté du roi de ne rien laisser au hasard dans la répartition des postes, il convient de tenir compte de la volonté des trois principaux partis de la majorité – l’USFP, l’Istiqlal et le RNI – d’éviter que l’un d’eux ne prenne suffisamment le pas sur les autres pour s’imposer irrémédiablement. Il s’agit, en quelque sorte, d’un jeu où personne ne peut être définitivement vainqueur, les partis préférant l’immobilisme relatif au déclassement. Cette préférence est partagée par le roi qui souhaite aussi ne pas fixer les équilibres en donnant la victoire à l’un ou l’autre parti, au risque de ne plus pouvoir contrôler la configuration politique. La conséquence de ceci est que chaque parti doit éviter l’« emballement » des autres, de sorte qu’aucune réforme ne puisse être avalisée à son profit ou avoir lieu à son détriment. La neutralisation politique du gouvernement s’avère ainsi l’objectif stratégique des réformateurs de naguère. On voit que la concurrence entre les partis – les politiques internes – joue en faveur de leur apolitisation sur la scène marocaine, puisqu’elle les conduit à se retirer tactiquement de la réforme de la société, en s’abstenant de prendre des risques.

  • 57 Article d’Amale Samie, Maroc Hebdo, 1/8/98, p. 16.

88Passé l’« état de grâce » qui a (brièvement) accompagné l’arrivée aux affaires du gouvernement d’A. Youssoufi, « on prend les autres et on recommence57 » – telle paraît être la « morale » de l’alternance. À l’instar d’autres contextes où des alternances au pouvoir se sont produites, les promesses électorales et les grandes certitudes oppositionnelles n’ont pas tardé à laisser la place à des « états des lieux », évidemment catastrophiques, évidemment incontournables, qui tendent à justifier la prudence ou la lenteur des réformes.

  • 58 Khalid Alioua, porte-parole du gouvernement, revendique, dans un entretien accordé à Maroc Hebdo, « (...)

89Il ne saurait être question, dans ce qui suit, de dresser un quelconque bilan de cette première année d’un gouvernement à direction socialiste, présentée par les avocats de celui-ci comme une période de transition58. Il s’agit d’interroger la façon dont cette alternance tend à recomposer l’offre politique et la configuration de la scène politique elle-même. Il s’agit de montrer aussi en quoi on peut y voir l’aboutissement même du processus d’apolitisation du politique. Ce sera enfin l’occasion d’interroger la façon dont se pose, sur cette scène, la question de l’islamisme politique au Maroc.

Quelle alternative à l’alternance ?

  • 59 « La démocratie à l’épreuve des islamistes », entretien avec Maroc Hebdo, 25/1/97, p. 13.

90La présence, sur la scène politique marocaine, de groupes identifiables comme « islamistes » a fait, pour l’essentiel, l’objet de deux types d’interrogations. Comment se fait-il qu’il y ait, au Maroc, de l’islamisme plutôt que pas, compte tenu de ce qui apparaît aux observateurs comme les « spécificités » du système politique marocain – un pouvoir dont la légitimité s’affirme d’essence religieuse ; un pouvoir ayant développé un « fondamentalisme d’État », pour reprendre l’expression de l’historien Mohamed El Ayadi59 ? Cette interrogation débouche le plus souvent sur un tableau des spécificités de cet islamisme lui-même, opposé à ses homologues égyptien ou algérien.

91Quel type de menaces cet islamisme est-il susceptible de faire courir au système, et existe-t-il, en la matière, une « méthode marocaine » d’en traiter qui permettrait de rendre compte de la capacité du régime à en contrôler le potentiel de nuisance ?

  • 60 Art. cit., p. 14.
  • 61 Chafik Lâabi, « Les disciples du Cheykh Yassine à l’assaut de l’UNEM ». Si le congrès extraordinair (...)
  • 62 Voir Mohamed Tozy, « De l’action clandestine au Parlement : qui sont les islamistes au Maroc ? », L (...)
  • 63 Entretien accordé par le ministre de l’Intérieur au quotidien espagnol El Pais, reproduit en traduc (...)
  • 64 La présente étude a été rédigée avant les attentats de Casablanca, en mai 2003 et ne prend donc pas (...)

92L’alternance a eu pour effet de radicaliser ces deux interrogations en en déplaçant significativement les enjeux. D’une part, comme le souligne K. Alioua, l’on pouvait penser que « après l’alternance, il serait difficile de revenir en arrière avec des formules qui ont passablement montré leurs limites ». L’alternative au succès du gouvernement semble bien devoir être le chaos, son porte-parole écartant, bien évidemment, l’hypothèse d’une « solution islamique » : « Il paraît difficile dans le court terme que la formule de l’alternance s’arrête parce qu’elle a besoin de démontrer son degré de fonctionnalité. En cas d’arrêt de l’expérience, le désordre risquerait de survenir car il n’existe plus d’alternative politique crédible pouvant bénéficier d’un vrai soutien populaire60 ». Mais, d’autre part et simultanément, les islamistes peuvent être désignés, en bonne ou en mauvaise part, comme la seule véritable opposition au gouvernement d’alternance, ne serait-ce que dans la mesure où ils peuvent apparaître, en cas d’échec de celui-ci, comme la seule solution qui n’ait pas encore été « essayée ». On fera alors valoir leur emprise quasi exclusive dans les universités et l’éventualité d’une prise de contrôle de l’UNEM (Union nationale des Étudiants du Maroc61), leur capacité à intervenir dans les quartiers les plus déshérités d’où les autres forces politiques sont dramatiquement absentes, ou encore les honorables performances électorales réalisées par les « modérés » d’Abdelilah Benkirane sous la bannière du MPCD du Dr Khattib, rebaptisé par la suite PJD (Parti de la Justice et du Développement62). Ainsi de D. Basri lui-même qui déclare, dans ce qui pourrait apparaître comme une menace à peine voilée à l’égard du gouvernement dont il fait partie, qu’il n’y a pas de « danger islamiste » au Maroc dans la mesure où « la quasi-totalité des islamistes accepte la monarchie et la Constitution » et que « si un jour ils obtiennent la majorité, ils exerceront le pouvoir sans problème63 ». Les remarques qui précèdent incitent à interroger, non pas tant la centralité prêtée aux islamistes, encore une fois en bonne ou en mauvaise part, que le processus de leur centralisation sur la scène politique marocaine tel qu’il s’amorce dès avant l’alternance – mais qui prend, dans les discours du moins, une tournure dramatique dès lors que les islamistes sont devenus le troisième parti du Maroc après les élections législatives de 2002 –, pour tenter de dresser une sorte d’état des lieux de cette question telle que l’hérite le gouvernement d’A. Youssoufi avant de le transmettre à son successeur64.

  • 65 En 1996, les islamistes iront jusqu’à empêcher la tenue d’une université de printemps de l’USFP.

93Que le statut des islamistes sur la scène politique marocaine concerne, au premier chef, les relations entre le pouvoir et les partis issus du nationalisme marocain, il suffit pour s’en convaincre de considérer l’historique de l’implantation de militants « fondamentalistes » – parties prenantes de cette scène depuis la période des luttes coloniales à l’enseigne du « parti salafite » – à l’université. C’est précisément au moment où s’achèvent les « années de plomb », vers le milieu des années 1980, que les islamistes du groupe fondé par A. Yassine vont être autorisés, voire encouragés, à s’implanter à l’université par un pouvoir à courte vue qui, à l’instar d’un Anouar al-Sadate en Égypte ou d’un Chadli Benjedid en Algérie, escompte bien qu’ils parviendront à en expulser ses adversaires politiques, en l’occurrence l’USFP, jusque-là quasi hégémonique tant chez les étudiants que chez les enseignants65. Tout en tentant, par ailleurs, de les contenir dans cette arène, par le biais notamment d’interdictions à répétition de la presse de ce courant et de campagnes périodiques d’arrestations parmi leurs cadres et leurs militants.

  • 66 Mais sûrement pas premier accès de violence liée à cette mouvance, comme en atteste l’assassinat en (...)
  • 67 De ce point de vue, « L’islam ou le déluge », lettre ouverte adressée à Hassan II par le fondateur (...)

94Que l’islamisme puisse apparaître au pouvoir marocain comme un utile contre-feu opposable à la gauche – sinon comme une possible option politique –, on en voit une illustration significative dans la qualité des personnalités invitées à participer à la première « université d’été » organisée par le ministère des Habous à Casablanca, en août 1990 : Mahfoudh Nahnah et Abassi Madani, auréolés de leur triomphe aux municipales algériennes ; Rached Ghannouchi, représentant d’un islamisme modéré et légaliste en butte à la féroce répression du régime tunisien ; Mustapha Machhour, représentant de la ligne la plus dure des Frères musulmans égyptiens... Après la révélation des capacités de mobilisation de cette mouvance, à l’occasion des manifestations suscitées par la guerre du Golfe et le « tournant » que représenterait l’attentat de Marrakech, en août 1994, première irruption de la violence terroriste sur la scène marocaine66, il y aurait sur cette scène des « radicaux », principalement représentés par la Jamâ’a du shaykh Yassine, et des « modérés » regroupés autour d’al-Islâh wal-Tajdîd, la ligne de partage entre ces deux catégories étant constituée par les positions, « participationnistes » ou non, des différents groupes. Au-delà de la réflectivité même de ces partages, la question qui se pose est ici celle de la nature même de la relation que la mouvance islamiste entretient avec le système lui-même. À en croire M. Tozy, les islamistes, toujours présents, en puissance pourrait-on dire, du fait du mode de légitimation de la monarchie, constitueraient une sorte de « révélateur » du système à lui-même : « Le processus de réinvention de la tradition, auquel ont concouru, aux côtés du Palais, toutes les composantes de la classe politique, s’est nourri de l’approche développée par les islamistes. Même si cette tentation existait avant même l’apparition du courant, elle n’a jamais constitué un projet cohérent et explicitement pensé de réinvention de la tradition religieuse, mettant à contribution la doctrine constitutionnelle et la philosophie politique. L’apparition du courant islamiste a non seulement accéléré le processus mais l’a aussi transformé. On est passé d’un projet de traditionalisation à la recréation/réinvention de celle-ci. L’espace du sacré est devenu illimité. » (Tozy 1999 : 75-76) En d’autres termes, sur une scène où le principal ressort de la légitimité est le référent religieux, on trouve toujours plus pieux et plus conforme que soi. Ceci expliquerait que dès que commencent à se manifester les islamistes, vers la fin des années 1970, les autres acteurs en présence n’aient d’autre choix que d’entrer dans leur jeu, qu’il s’agisse du souverain lui-même pour qui la « consécration idéologique de la sacralité de la monarchie » (Tozy 1999 : 75) apparaît comme un enjeu plus crucial que jamais, ou des acteurs politiques partisans, soumis à leur concurrence. La question est, dès lors, de rendre compte de la façon dont se structure la mouvance islamiste elle-même ; l’opposition entre « modérés » et « radicaux » ne pouvant plus être considérée comme donnée mais devant être saisie dans le processus même de cette différenciation. De ce point de vue, et alors même qu’il est possible, comme le fait M. Tozy, d’identifier des marqueurs de « modération » ou de « radicalisme » en termes d’objectifs politiques, de modes de mobilisation ou de systèmes d’action, on peut montrer que c’est clairement le pouvoir qui « balise » la scène politique (et sociale : la fameuse « société civile ») sur laquelle il fait sens de se positionner en termes « islamistes », soit qu’il s’agisse de s’opposer – mais c’est l’opposition, devenue entre-temps la majorité, qui est la cible prioritaire beaucoup plus que le souverain67 –, soit encore qu’il s’agisse de se présenter comme candidat à une possible cooptation par le Makhzen sur la scène politique « formelle ».

  • 68 Khalîl Hachimi Idrissi, « Vers la confrontation », Maroc Hebdo, 25/1/97, p. 10.

95On peut en voir une illustration dans ce qui peut apparaître comme le « double jeu » pratiqué par les autorités à l’égard de la mouvance islamiste à la veille de la succession de scrutins qui devaient conduire à l’alternance. D’une part, et c’est ce qui les constitue comme « modérés », les islâhistes regroupés autour d’A. Benkirane, qui avaient appelé à voter « oui » au référendum constitutionnel, sont autorisés, au printemps 1996, à adhérer en masse au MPCD du Dr Khattib – un intime du Palais – et, comme on l’a vu, à effectuer ainsi une entrée officielle sur la scène politique formelle, dans les conseils communaux et au Parlement. D’autre part, les autorités décident, quelques semaines plus tard, en janvier 1997, d’engager ce qui est présenté par les observateurs comme la plus grave confrontation avec ceux qui apparaissent dès lors comme les « radicaux » de cette mouvance, au prétexte d’un mouvement pourtant bien « anodin » animé par les étudiants d’al-‘Adl wal-ihsân de l’université de Casablanca pour revendiquer une amélioration des conditions de transport vers les facultés et qui se traduira par des condamnations à des peines de prison pour trouble à l’ordre public et attroupement illégal lors d’une « opération politique qui rentre dans le cadre d’une tactique de déstabilisation de l’Université », selon un communiqué signé par les ministres de l’Intérieur, de la Justice et de l’Enseignement supérieur68. Des condamnations auxquelles les étudiants islamistes répondront de façon remarquablement « modérée » en annonçant qu’ils renoncent à engager des actions revendicatives pourtant justifiées par l’incontestable misère de la vie étudiante, les conditions d’un dialogue constructif avec les autorités n’étant pas réunies.

96Plus que de double jeu, il faudrait parler ici des deux volets d’un même dispositif. D’une part, en enfonçant un coin entre « radicaux » et « modérés » – en l’occurrence, ceux qui sont autorisés à participer au système et ceux qui sont maintenus à sa marge –, le pouvoir monarchique renforce, paradoxalement, sa propre légitimité religieuse que rien ne viendrait tant menacer que d’être confrontée à une mouvance islamiste unanime dans sa contestation des structures politiques. D’autre part, l’introduction d’une fraction de la mouvance islamique sur la scène politique formelle ne peut qu’embarrasser une majorité confrontée à la nécessité d’adopter une position vis-à-vis de ces nouveaux acteurs : les accueillir dans ses rangs, au risque de renforcer encore le système de légitimation religieuse contrôlé par la monarchie, ou les en exclure, au risque de permettre à cette dernière de les utiliser dans son propre jeu. On a eu une illustration significative du fonctionnement de ce dispositif à l’occasion, encore une fois, de la manifestation organisée à Rabat par les islamistes pour protester contre la reprise des frappes aériennes anglo-américaines contre l’Irak, à l’hiver 1998. Celle-ci a pu être instrumentalisée par le ministre de l’Intérieur pour mettre le Premier ministre et l’USFP en porte-à-faux avec leurs propres partisans. Interdite à cause des risques qu’elle faisait courir à la sécurité publique, cette manifestation avait néanmoins eu lieu dans un ordre parfait. Elle rassemblait sans doute plus de 100 000 personnes, avec le soutien « négatif » du ministre de l’Intérieur qui ne fit rien pour l’empêcher, laissant les islamistes faire affluer leurs militants et sympathisants à Rabat par bus et trains entiers, alors que la gauche s’était abstenue d’appeler ses propres partisans à y participer, au grand dam de ceux-ci, abandonnant la rue et la défense de la cause irakienne aux islamistes qui trouvèrent ainsi l’occasion de faire, contre la gauche au pouvoir, la démonstration de leurs capacités de mobilisation et d’organisation.

97En fait, ce qui apparaît comme le ressort le plus puissant du processus d’apolitisation du système politique marocain, dont le roi et les islamistes sont, comme le montre bien M. Tozy, les principaux bénéficiaires, c’est bien que les partis, non seulement sont incapables de choisir entre ces trois options, mais encore qu’ils tentent de les faire jouer simultanément. Ils le font en faisant de l’islam, dans sa dimension identitaire plus que proprement religieuse, l’un des fondements obligés de toute construction idéologique possible et le référent en dernière instance de toute critique sociale. Ils s’exposent à tous les procès en compatibilité doctrinale et, par voie de conséquence, à toutes les surenchères, avec pour effet la propension de tout débat politique engageant la monarchie ou les islamistes à se transposer sur le terrain moral. Ils le font aussi en affirmant la compatibilité de principe entre « islam » et « modernité » – c’est-à-dire en ne refusant pas proprement et simplement cette formulation de la question – et en confondant « laïcité » (séparation, non pas tant de l’Église et de l’État que de la religion et de la légitimité) et « sécularité » (modes de présence dans le siècle de l’intérêt religieux et modes de présence des intérêts du siècle dans la sphère religieuse). Les partis « laïcs » (en l’occurrence ceux qui ne s’identifient pas comme « musulmans ») abandonnent à la monarchie et aux islamistes la qualification religieuse des problèmes sociaux – par exemple celle du statut des femmes –, par là même niés comme problèmes politiques. Ils le font enfin en reportant sur la monarchie elle-même la légitimation de leurs propres objectifs et de leurs propres programmes, c’est-à-dire en s’interdisant par avance de s’engager dans des rapports de forces que celle-ci n’aurait pas décidé d’assumer – comme, par exemple, avec les gardiens de l’orthodoxie du royaume –, au risque aussi de lui permettre, ainsi qu’à la Providence, d’engranger les dividendes du succès de ces programmes tout en devant assumer eux-mêmes les conséquences de leur échec.

98Les partis s’avèrent ainsi victimes de la référence islamique, mais cela tient moins à la force intrinsèque de cette référence qu’à la force extrinsèque que lui apporte l’apolitisation consensuelle de la scène politique, privant les partis de références alternatives à opposer à leurs contradicteurs. Ce faisant, la vie politique se retire, en quelque sorte, de l’ensemble des problèmes sociaux qui peuvent être traités à partir de l’articulation de la référence religieuse. Au demeurant, ce sont ceux qui, finalement, s’en tirent le mieux. Le roi fait annoncer, après les élections législatives de 2002, une modification conséquente du code du statut personnel ; les autres codes – le code du travail, l’assurance maladie... – demeurent dans l’attente d’une solution technocratique, puisqu’ils ne peuvent être politisés par personne pour sortir de l’indétermination où les place la volonté de consensus ni bénéficier de la force de la référence religieuse vis-à-vis de laquelle ils sont relativement dénués d’enjeux.

99En reprenant à son compte la gestion du dossier du statut de la femme, après le lamentable échec de la Koutla – mi-consenti, mi-provoqué, au demeurant –, la monarchie retirait de la scène politique officielle un dossier dont le traitement par d’autres pouvait porter ombrage à sa légitimité religieuse et, par là même, la mettre en équation politique. En choisissant de donner raison aux réformateurs – pour des raisons qu’il ne s’agit pas de discuter ici et qui ne sont pas nécessairement stratégiques –, le roi montre que le fond du problème n’est pas le contenu de la réforme du code du statut personnel, mais l’impossibilité de faire de cette réforme un objet de concurrence politique sur le marché des biens religieux ou de concurrence religieuse sur le marché des biens politiques, bref de sortir de l’apolitisation réformiste.

Politiques du lieu et lieu du politique

100Il faut pourtant bien que le politique se niche quelque part, que cette scène dont ce qui précède a tenté de rendre compte des recompositions en termes d’apolitisation trouve un point d’application, sauf à la considérer comme un théâtre de marionnettes dont le Makhzen éternel tirerait toutes les ficelles, non sans être lui-même exposé à ce que périodiquement certaines de ces marionnettes lui échappent et refusent les règles du jeu. Nous soutiendrons ici que l’extrême concentration du pouvoir central – le Makhzen, donc, en tant que système d’emprise de la monarchie sur l’État et la société – a pour contrepartie le fait que c’est au niveau local, celui des collectivités et des « territoires », au sens que Mohamed Naciri (1999) construit de ce terme, que l’exercice effectif (et la dispute) du pouvoir trouve son terrain d’élection – en dernier ressort, le contrôle physique des hommes et de la répartition des flux de ressources. Ce faisant, l’intermédiation entre le centre du pouvoir et ses « périphéries » devient le principal enjeu des rapports de forces politiques apolitisées dans ce qui a été désigné comme un « champ politique sans enjeux de pouvoir » (cf. M. Tozy).

  • 69 Mehdi Ben Barka et le général Oufkir, pour s’en tenir à ces deux exemples, étaient tous les deux de (...)

101On ne s’arrêtera pas ici sur le premier aspect – l’extrême concentration du pouvoir central – sinon pour souligner, à nouveau, son opacité, et la singulière intensité des liens de proximité qui définissent l’appartenance au Makhzen et à la culture makhzen, qui transcendent les appartenances politiques et idéologiques69 et instituent une relation personnelle, sans intermédiation autre que protocolaire, entre le souverain et les membres de son Makhzen.

  • 70 50 000 SAP (sans appartenance politique), 10 000 à 12 000 pour chacun des grands partis.
  • 71 Abdallah Stouky, « La dernière ligne droite après l’adoption du nouveau découpage électoral », La V (...)
  • 72 Abdellatif Mansour, Maroc Hebdo, 11/10/97, p. 6.

102Pour ce qui est du caractère crucial du niveau local pour l’exercice effectif du pouvoir, on en veut pour indice les 160 000 candidats70 qui se sont présentés pour occuper les 24 822 sièges à pourvoir lors des élections de juin 1997 et l’âpreté de la lutte pour la présidence des conseils communaux et régionaux. On peut évoquer également le fait que pour ces mêmes élections, les partis dans leur ensemble, de droite comme de gauche, n’ont pas hésité à mettre à mal leurs pactes électoraux, en particulier les partis de la Koutla qui ont pris délibérément le risque de son explosion et de faire capoter l’alternance. Ou encore la façon dont, au niveau local, leurs candidats n’ont pas hésité à violer sans états d’âme les codes de bonne conduite électorale et les engagements de « propreté » des campagnes solennellement signés au niveau national par leurs directions. Notons, dans le même ordre d’idées, que la question du redécoupage électoral, rendu public par le ministère de l’Intérieur seulement un peu plus d’un mois avant la tenue du scrutin, avait été la seule mais la plus grave entorse à l’euphorie consensuelle incarnée par la Commission de suivi des élections, un accord n’ayant été acquis à l’arraché que pour respecter les délais constitutionnels. Une entorse au consensus qui s’explique, écrit Abdallah Stouky, sans doute sur le mode de la litote ou de l’antiphrase, eu égard au fait que « les normes politiques mais aussi techniques, doivent s’accommoder de considérations locales, géographiques et ethniques tout en s’autorisant le recours éventuel à des atténuations limitées en des cas vraiment exceptionnels71 ». Nous avons là, en fait, confirmation des enjeux de pouvoirs considérables liés à ce type de scrutin, présenté par un autre journaliste comme « des élections sans enjeu politique mais avec une très forte incidence socio-économique72 » du contrôle desquels le ministère de l’Intérieur ne pouvait en aucun cas envisager de se départir.

  • 73 Naciri 1999.
  • 74 Naciri 1999.

103Le problème territorial, écrit M. Naciri, constitue, depuis le xixe siècle, « le problème central de la gestion politique du pays », au point, note-t-il, que « la gestion du territoire a consacré, pour des raisons parfois contradictoires, la primauté du politique sur le développement du pays, sur la rénovation et la réforme en profondeur de ses structures73 ». Le problème territorial, c’est-à-dire, pour ce qui nous occupe, les systèmes de relations et les rapports de forces entre, d’une part, les agents de l’État, en l’occurrence les gouverneurs, « représentants de Sa Majesté » désignés par dahir royal et qui contrôlent l’ensemble des rouages des administrations locales et l’armée des caïds et autres mukaddem placés sous leur autorité et, d’autre part, les acteurs qui peuvent se réclamer d’une légitimité d’ordre local, élective en particulier, mais aussi notabiliaire, associative ou religieuse. Dans le contexte particulier créé par l’alternance, la « makhzénisation » de ces agents de l’État engage, spécifiquement, la façon dont ils sont soustraits au contrôle du gouvernement et du Premier ministre et maintenus sous la tutelle exclusive du ministre de l’Intérieur, bras armé du Makhzen sur cette scène et instruments – jusqu’à son limogeage – de l’autonomie politique de D. Basri par rapport au gouvernement d’alternance. « La concentration des pouvoirs au niveau local, souligne M. Naciri, entraîne nécessairement le contrôle des ministères qui ne peuvent agir dans les provinces sans le consentement de leur collègue de l’Intérieur, dépositaire de la tutelle des collectivités locales et des administrations territoriales », ce dont il conclut que « la prééminence du ministre de l’Intérieur au sein du gouvernement procède donc de mécanismes de gestion territoriale du pays qui rendent la fonction de coordination et d’impulsion du Premier ministre subordonnée à la bonne volonté du détenteur des pouvoirs de maîtrise de l’espace local et du contrôle de la population74 ».

  • 75 Cité par Khalil Hachimi Idrissi, « Le Maroc s’éclate », Maroc Hebdo, 26/10/96, p. 14.

104Décentralisation, régionalisation, déconcentration : la question des découpages et redécoupages administratifs et des prérogatives dévolues aux pouvoirs locaux n’a pas cessé de se poser au Maroc depuis les tout premiers jours de l’indépendance : charte préfectorale et provinciale en 1963, charte communale en 1976, charte régionale en 1997, la mise en place des régions ayant été désignée par le roi Hassan II comme le « grand chantier » du xxie siècle, un processus rendu possible, précise le texte de loi, dans la mesure où le Maroc a « engrangé les premiers fruits de la démocratie et de la décentralisation et a atteint la maturité nécessaire qui permet de s’engager dans une nouvelle étape75 ».

105Sans entrer dans le détail de ces textes ni de l’organisation territoriale qu’ils mettent en œuvre, on peut se demander s’il n’est pas quelque peu paradoxal de voir l’État marocain, qui a eu historiquement tant de mal à assurer son contrôle sur l’ensemble de son territoire – ce qui a justifié, sinon motivé, l’intervention coloniale – ne cesser de redécouper celui-ci, au risque de réactiver, y compris sous une forme modernisée, les vieux clivages sur lesquels la colonisation avait tenté de jouer pour asseoir sa domination : villes/campagnes, plaines/montagnes, littoral/pays intérieur, pays utile/pays déshérité, pays arabe/pays berbère... Plus précisément, la question est ici celle de savoir comment les redistributions territoriales successives « traitent » ces dichotomies, soit pour les remettre en cause – ce qui constitue l’objectif constamment affiché –, soit, plus subtilement, pour consolider l’emprise du Makhzen et « compenser » en quelque sorte les marges d’autonomie consenties aux représentations élues, aux différents échelons, dans la logique du processus de « démocratisation » dont la mise à niveau constituerait l’aboutissement. Ou encore, ce dont il nous faudrait pouvoir rendre compte, c’est la façon dont une territorialisation des notables locaux – pour éviter ici le terme d’élites – répond à la territorialisation du pouvoir central, dans les formes proposées par le système politique – en l’occurrence, les partis et les associations –, mais aussi sur des modes plus « informels » – jamâ’ât, confréries... –, voire clandestins ou carrément criminels. Faute de données empiriques suffisamment consistantes, ce qui suit ne peut prétendre à autre chose que de prolonger et préciser notre hypothèse de départ qui fait de la participation à l’exercice du pouvoir, au niveau local, l’aboutissement du processus d’apolitisation du politique enclenché, au centre, par la logique du consensus.

  • 76 On adhère, pour l’essentiel, aux analyses d’Abdallah Hammoudi quant aux « fondements culturels » de (...)
  • 77 Abdellatif Mansour, « Le fossé démocratique », Maroc Hebdo, 14/6/97, p. 12.

106Dans cette hypothèse, l’apolitisation du politique, c’est d’abord le fait que la compétition pour le pouvoir est, en quelque manière, fondamentalement illégitime : transposition au plan local de la nécessité et de l’incontestabilité du monarque ; tout pouvoir a nécessairement son détenteur naturel, légitime, en vertu de qualités qui n’appartiennent qu’à lui et qu’il est le seul à pouvoir transmettre ou déléguer, voire renoncer à exercer76. Le point crucial est que ces qualités, constitutives de la notabilité en tant que produit et facteur de la hiérarchisation sociale au niveau local – richesse, noblesse, appartenance chérifienne, savoir, voire sainteté... –, ne sont pas « concurrentielles » mais cumulatives, et le fait que l’une ou l’autre puisse venir à manquer n’entame pas la légitimité en quelque sorte « native » de celui qui en est porteur à exercer du pouvoir, c’est-à-dire, en l’occurrence à représenter le groupe qui le constitue comme notable, dans ses interactions avec le pouvoir central et ses représentants et, au plan interne, à contrôler la répartition de la rareté. Au-delà de l’armature juridique, des constructions institutionnelles, d’un personnel d’encadrement politique passablement passable, il nous manque le plus important. Une majorité ou, tout au moins, une assez forte minorité de candidats capables d’assurer la transition vers le changement. Et des électeurs en position sociale, matérielle et culturelle qui leur permette de choisir parmi la centaine de mille de postulants en lice, ceux qui correspondent le plus à un profil d’édilité communale recevable77. Un constat qui renvoie aux pédagogies susceptibles de faire émerger ce profil de notables, c’est-à-dire, en particulier, aux activités, au centre, des partis politiques et à la façon dont celles-ci sont susceptibles de se prolonger au niveau local.

  • 78 Art. cit.

107On touche ici à ce qui apparaît comme la deuxième dimension du processus d’apolitisation du politique : ce qu’on pourrait désigner comme la dépolitisation au niveau local des activités partisanes. J’ai souligné, dans ce qui précède, le peu de cas que de nombreux candidats semblent faire au niveau local, au moment des scrutins et lors des campagnes électorales, des engagements et des alliances de leurs propres partis au niveau national. En fait, ce sont les appartenances partisanes elles-mêmes qui, au niveau local, apparaissent dans de nombreux cas pour le moins relatives, voire purement et simplement instrumentales : candidats faisant la navette entre tel ou tel parti au gré des scrutins, ou jugeant plus opportun de se présenter, en dépit d’affiliations partisanes notoires, comme « sans appartenance politique » ; candidats se découvrant des affinités partisanes qui ne durent que le temps d’un scrutin, au risque de mésaventures comme celle qui est arrivée à l’Istiqlal lors des dernières législatives où furent battus la plupart de ses « ténors », alors que bon nombre de ces candidats de circonstance parvenaient à se faire élire sous cette étiquette... Symétriquement, c’est rarement sur des bases proprement politiques, partisanes, que les candidats parviennent à se faire élire : la plupart des dirigeants politiques « nationaux », de droite comme de gauche, prennent bien soin de se présenter dans leur « fief », bien souvent rural, pour mobiliser les divers réseaux d’appartenance « primaires » – familles élargies, tribus, réseaux confrériques... – dans lesquels ils sont insérés par le fait de leur enracinement local, tandis qu’en milieu urbain, ce sont pour l’essentiel les réseaux d’appartenance syndicale ou professionnelle, ou plus récemment les réseaux associatifs78, qui prennent le relais pour donner accès à une notabilité transposable en termes électoraux.

108De ce point de vue, l’une des leçons des derniers scrutins est peut-être l’échec des candidatures proprement politiques, celles d’intellectuels tablant sur leur notoriété ou leur contribution aux débats nationaux, ou encore celles émanant des organisations de jeunesse. Il ne s’agit pas de suggérer ici que ce sont, encore et toujours, la famille, la tribu ou la confrérie qui font la politique, dans ce Maroc exotique mais, à l’inverse, d’interroger la façon dont ceux qui font de la politique ne se privent pas de les activer et de les réactiver sous le couvert, pourrait-on dire, des affiliations partisanes. En quoi on voit l’une des sources de ce que l’on pourrait désigner, de façon quelque peu polémique, comme l’insatisfaction politique chronique des Marocains, que l’alternance gouvernementale ne semble pas être arrivée à enrayer, plus d’un an après l’arrivée aux affaires du gouvernement d’A. Youssoufi.

En guise de conclusion

  • 79 La perspective d’une évolution « à l’espagnole » de la monarchie marocaine, avec un roi régnant mai (...)
  • 80 A. Jamaï, « Héritage », Le Journal, 31/7/99, p. 5.
  • 81 P. Balta, « Hassan II, le roi qui a conjugué absolutisme et ouverture », Le Monde, 25-26/7/99, p. 1 (...)
  • 82 G.-M. Benamou, « Notre ennemi le roi ? », L’Événement, 29/7/99, p. 3.

109Pour la plupart des observateurs, l’alternance gouvernementale obstinément recherchée par Hassan II depuis le début des années 1990 n’avait, ne pouvait avoir comme finalité que de renforcer l’emprise de la monarchie marocaine79 dans la perspective de sa propre disparition en léguant à son successeur une scène politique apaisée et des institutions en bon ordre de marche, pérennisant la prééminence du souverain exerçant la plénitude des prérogatives que tout son règne s’était employé à construire et à consolider. Son décès soudain, le 23 juillet 1999, ne pouvait ainsi apparaître et être vécu par les observateurs, locaux et étrangers, et par les Marocains eux-mêmes, que comme une périlleuse mise à l’épreuve de la stabilité du régime, une mise à l’épreuve dont d’aucuns n’hésitaient pas à dramatiser les enjeux dans un contexte marqué par une indéniable montée des impatiences face à ce qui apparaissait comme l’immobilisme du gouvernement d’alternance et comme son incapacité à donner un début de satisfaction aux espoirs et aux aspirations que celle-ci avait suscités. Quelques heures à peine après l’annonce de ce décès, le serment d’allégeance, dûment prêté et paraphé par les membres de la famille royale, du cabinet royal, du gouvernement, les représentants des oulémas, du haut commandement des Forces armées royales et de la haute fonction publique, intronisait sans coup férir son successeur désigné, dans un impressionnant mouvement d’unanimité, amplement relayé par la presse et qu’aucune prise de position discordante n’est venue contredire, pas même en provenance de l’étranger. Le surlendemain, Hassan II était porté en terre comme doit l’être un sultan alaouite, dans le strict respect de la Qâ‘ida réinventée – au prix d’une prise de risques maximale au plan sécuritaire avec sans doute près de deux millions de personnes massées tout au long du trajet du cortège funéraire, en vif contraste avec les obsèques « aseptisées » qui avaient été réservées à Hussein de Jordanie –, ultime démonstration de la puissance du dispositif de légitimation d’elle-même mis en place par la monarchie. Comme l’écrit Aboubakr Jamaï dans Le Journal, avec une audace savamment calculée – mais ces choses ne se disaient pas dans le Maroc de Hassan II, et moins encore sous régime d’alternance –, « la monarchie telle qu’il la concevait n’était pas une institution incontestée quand il a été intronisé en 1961 [et] il mettra de longues années avant de parvenir à l’ancrer solidement comme pilier important de la nation80 ». Et il n’est pas jusqu’à la presse étrangère, en particulier française, d’habitude plus critique à l’égard du roi du Maroc, qui amorce une révision à 180o de son appréciation de la vie et de l’œuvre du souverain défunt : une nécrologie d’une rare complaisance, dans Le Monde, sous la plume de Paul Balta81 et jusqu’à Georges-Marc Benamou s’interrogeant dans son éditorial de L’Événement – « Et si, durant toutes ces années, nous nous étions trompés sur Hassan II ? » –, concluant qu’il ne s’agit pas de faire de celui-ci « un parangon de vertu démocratique, mais de comprendre d’où venait ce pays82 ». Force est, quoi qu’il en soit, de constater que Hassan II a indubitablement « réussi sa sortie », au moins en ceci que la monarchie marocaine apparaît plus que jamais incontestable, voire nécessaire à l’immense majorité de ses sujets. Et si son successeur doit à sa propre équation personnelle le très haut niveau de popularité, voire de ferveur, dont il bénéficie, sa capacité à mobiliser celle-ci pour consolider son propre pouvoir – par exemple en se débarrassant sans coup férir du très puissant Driss Basri, limogé le 8 novembre 1999, trois mois après l’intronisation du nouveau souverain – est à porter au crédit du système lui-même auquel aucune alternative n’apparaît à l’heure actuelle comme crédible.

110Il est bien sûr beaucoup trop tôt pour décider si cette disparition et les premières initiatives de l’héritier du trône alaouite tendent à confirmer ou à battre en brèche les hypothèses discutées dans la présente étude. Tout au plus s’agira-t-il de relever, moins d’un an après son investiture, un certain nombre d’indices qui peuvent être interprétés dans la logique du processus d’apolitisation du politique qu’on s’est efforcé de décrire dans ce qui précède.

  • 83 Khalil Hachimi Idrissi, « L’alternance monarchique : l’alchimie marocaine », Maroc Hebdo, 30/7/99, (...)
  • 84 Zakya Daoud et Kader Abderrahim, « Activisme du monarque, immobilisme du gouvernement. Le Maroc cha (...)

111À commencer par celui qui apparaît comme le plus massif : le véritable « effacement » du gouvernement d’Abderrahmane Youssoufi, dans le mouvement même par lequel le nouveau roi le confirmait, avec une solennité remarquée – allant jusqu’à le désigner par son nom dans son premier discours du Trône, un précédent –, dans ses fonctions et annonçait son intention de poursuivre et d’accélérer les réformes, dans la ligne fixée par le souverain défunt. Comme si l’ensemble des espérances et des attentes suscitées par l’alternance gouvernementale et que celle-ci s’étouffait à satisfaire était d’un seul coup reporté sur la personne même de Mohammed VI et, par là même, rendu crédible. « L’alternance monarchique », écrit un journaliste, donnant le ton de ce transfert d’attentes, « conforte ainsi l’alternance politique et lui donne plus d’envergure, plus de profondeur et plus d’efficience. Jamais la notion de changement n’a eu autant d’épaisseur sémantique au Maroc que depuis l’avènement de S. M. le Roi Mohammed VI. Cela va plus loin que les ambitions, parfois contrariées, du Premier ministre, Abderrahmane Youssoufi, de son gouvernement et de sa coalition83 ». La thématique du « roi des pauvres », qui s’est imposée dès les premiers jours du nouveau règne pour rendre compte tout à la fois de son évidente popularité en même temps que des espoirs que suscite son avènement, a eu pour premier effet d’enfermer le gouvernement dans son image de cabinet de technocrates, obnubilés par le maintien des équilibres vertueux de l’orthodoxie du développement façon FMI-Banque mondiale – réduction des déficits budgétaires, désengagement de l’État de la sphère économique, privatisations, dégraissages de la fonction publique, flexibilisation du travail... – au point d’en oublier ses engagements sociaux et de paraître abandonner les plus démunis aux vents mauvais de la mondialisation. À cet égard, la décision d’affecter le « pactole » – 1,1 milliard de dollars – dégagé par la vente de la deuxième licence de téléphonie mobile à une Fondation Hassan II pour le développement social apparaît comme emblématique des préoccupations affichées par le nouveau souverain que les différents ministres s’essoufflent à tenter de suivre dans ses incessantes tournées à l’écoute du pays profond. Un effacement du gouvernement d’autant plus patent que Mohammed VI n’a pas laissé passer une occasion de réaffirmer et d’exercer ses prérogatives les plus sensibles : remplacement de plus des deux tiers des gouverneurs en place sans en référer au chef du gouvernement ; limogeage et remplacement du ministre de l’Intérieur sans même, semble-t-il, en avoir informé le Premier ministre à l’autorité duquel il continue, par là même, à échapper ; mais aussi, et peut-être surtout, désignation par le Palais des nouveaux responsables de la Radio-Télévision marocaine et de l’Agence de presse nationale, dont on aurait pu penser qu’elle relevait des prérogatives des ministères intéressés et non directement du « domaine de souveraineté ». L’étonnant n’est pas que le nouveau souverain entende exercer pleinement son pouvoir mais, comme le soulignent Zakya Daoud et Kader Abderrahim, « la surprise vient du silence du gouvernement et de son acceptation de cette division des tâches, découlant de la culture du compromis et de la servitude propre au Makhzen. D’autant que, au regard de l’opinion publique, après la mort de Hassan II, le pacte conclu entre celui-ci et son Premier ministre d’alternance, M. Youssoufi, assurant au premier une transition dynastique en douceur et au second la gestion des affaires publiques, est considéré comme ayant vécu84 ».

  • 85 Le « mémorandum » adressé, le 20 octobre 1999, par Abbas El Fassi, chef du parti de l’Istiqlal, au (...)

112Un deuxième indice qui apparaît comme un approfondissement de l’apolitisation du politique pourrait être trouvé dans ce qui se présentait longtemps comme « l’impossible remaniement ministériel ». Dès la première année de l’alternance et à peine dissipé, un bref « état de grâce », une sorte d’unanimité des commentateurs politiques mettait en doute, sinon la viabilité, du moins le caractère opérationnel et l’efficacité d’une équipe gouvernementale pléthorique – plus de quarante ministres et secrétaires d’État –, regroupant pas moins de sept partis et présentée comme trop « politisée », au sens de trop dépendante des rapports de forces partisans, chaque ministre passant son temps à « marquer » ses collègues ou dans des conflits de territoires, sans que la solidarité gouvernementale soit de rigueur entre les partis de la coalition dirigée par A. Youssoufi85. Depuis de longs mois, donc, et dès avant la disparition de Hassan II, la perspective d’un remaniement ministériel n’a cessé d’être donnée pour imminente sans s’être, jusqu’à présent – mars 2000 – concrétisée, faute, nous semble-t-il, de la part des différents protagonistes, de parvenir à lui donner un « habillage » politique acceptable. En effet, en cours de législature, et sauf à imaginer un renversement radical des alliances qui viendrait reconfigurer la majorité parlementaire, le Premier ministre est contraint de composer avec les partis de sa coalition, ce qui lui interdit, en particulier, de remettre en cause les « quotas » de maroquins laborieusement négociés au moment de la constitution de son gouvernement. Dans ces conditions, un remaniement ne saurait signifier que des changements de personnes dont on voit mal en quoi ils seraient susceptibles d’améliorer significativement les performances gouvernementales, d’autant qu’il concernerait avant tout les ministères « techniques », par opposition aux « ministères de souveraineté », domaine réservé du monarque. Le paradoxe est ici, dans un système qui se veut « parlementaire » – et où la contrainte de trouver une majorité qui appuie son action pèse, de fait, sur le Premier ministre –, qu’un remaniement n’apparaisse impossible sans une forte impulsion royale, seule à même de convaincre les partis d’accepter une réduction de leurs quotas de postes ministériels et de maintenir ou de susciter une majorité parlementaire à l’appui de l’action gouvernementale, avec pour effet qu’un tel gouvernement remanié apparaîtrait beaucoup plus comme celui du roi que comme celui de son Premier ministre.

113La dimension d’apolitisation apparaît ici comme le revers de la médaille du maintien de la « fiction » d’une majorité parlementaire – dont on a vu à quel point celle-ci demeure largement « théorique » – dont émanerait le gouvernement, fiction qui justifie, en l’état actuel, les différents partis à s’accrocher aux ministères qu’ils détiennent, indépendamment de leur accord ou de leur désaccord avec la politique conduite par le gouvernement.

114Un troisième registre d’apolitisation concerne l’élargissement à la « société civile » du débat sur les grands projets de réforme initiés par le Palais et que le gouvernement se voit chargé de mettre en œuvre sur un mode « consensuel », l’arbitrage en la matière revenant au souverain. De ce point de vue, on peut souligner l’homologie structurelle des trois grands « chantiers » ouverts dès avant la disparition de Hassan II – le projet de « Charte nationale d’éducation et de formation », le « Plan d’intégration de la femme dans le développement » et le « Débat national sur l’aménagement du territoire » – et sur lesquels butte l’action gouvernementale, le gouvernement étant dans l’incapacité, faute précisément de consensus en son sein et dans l’opinion, de trouver une traduction législative aux « recommandations » formulées par des commissions ad hoc, pour ne rien dire de leur mise en application.

  • 86 Sur cette question, voir, par exemple, Felk 1999.

115Sans entrer dans le détail de ces plans ni des débats qu’ils suscitent, ce qu’on voudrait souligner est la façon dont la très forte charge politique qu’ils comportent est précisément ce qui justifie qu’ils soient placés en quelque manière au-dessus des partis, sur un terrain qui est posé comme devant être celui d’un nécessaire consensus dont seul le roi peut être le garant. Pour ce qui est du débat sur la réforme du système éducatif86, il comporte (au moins) deux volets « minés » – la question de la gratuité et celle de l’introduction du berbère dans les cursus – qui constituent les plus forts sujets de dissension au sein du gouvernement – où le secteur éducatif est partagé entre pas moins de quatre ministères, détenus par des partis différents, sinon rivaux – et au sein des partis eux-mêmes, ce qui a interdit, jusqu’à présent, de soumettre la Charte élaborée par la Commission spéciale enseignement-formation (COSEF) à la sanction du vote parlementaire, rendant incontournable l’arbitrage royal.

  • 87 Sur cette question, Naciri 1999.

116Quant au débat, en cours, sur l’aménagement du territoire87, son principal enjeu – politique, s’il en est – concerne la « division du travail » entre le ministère de l’Intérieur et la logique sécuritaire qui a jusqu’ici presque exclusivement prévalu, et une logique « développementaliste » qui accroîtrait la marge de manœuvre de ministères « techniques » – l’Habitat, l’Urbanisme, l’Agriculture... – dont il n’est pas un effet du hasard qu’ils aient été placés sous la tutelle des ministres les plus « politiques » – et, bien sûr, membres de l’USFP – du gouvernement dirigé par A. Youssoufi. Dans cette perspective, l’intense débat orchestré, au printemps 2000, par le « super-ministère » de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement, de l’Urbanisme et de l’Habitat, dispositif à l’origine mis en place pour contrer Driss Basri, aurait pour principal enjeu, en associant largement la « société civile » au personnel politique et administratif, de rendre irréversible le dessaisissement du ministère de l’Intérieur de la question territoriale ramenée à ses dimensions techniques et administratives. Nul doute qu’il y faudra, encore une fois, l’arbitrage royal.

117On terminera en évoquant la trajectoire de l’apolitisation sous le nouveau règne qui, sur ce point, ne le cède en rien à l’ancien, d’autant plus que Mohammed VI s’avère d’emblée un roi apolitique, en ce sens qu’il accède au trône sans passé conflictuel. Hassan II, lui, n’est pas arrivé dès le début de son règne à la formule apolitique : il a fallu passer par les « années de plomb » et le constat que l’autoritarisme, dans sa formule brute, ne pouvait pas dépolitiser efficacement la société et que, bien au contraire, il polarisait les oppositions et rendait la monarchie dangereusement dépendante des forces sécuritaires. Le nouveau roi profite clairement de son « innocence » politique qui dote, en quelque sorte, l’apolitisation d’un visage attractif. Dès le début de son règne, sa politique consiste clairement à traiter le gouvernement Youssoufi comme le gouvernement normal du Maroc, un gouvernement qui n’est pas spécifiquement celui de l’alternance mais le gouvernement qu’il a trouvé en place à son arrivée, et qu’il soutient parce qu’il « fait son travail ». De ce point de vue, le limogeage de Driss Basri, à l’automne 1999, peut s’interpréter de différentes façons. Certes, il n’est jamais tentant de conserver au pouvoir le ministre dévoué et omnipotent de son prédécesseur, mais sans doute faut-il aller plus loin et considérer que le départ de Basri parfait l’œuvre d’apolitisation, puisque disparaît avec lui la mémoire même du contentieux politique entre la monarchie et les partis de la Koutla. En même temps, les ministères de souveraineté se banalisent, s’apolitisent, si bien qu’un homme d’affaires, un technocrate, Driss Jettou, devient le dernier titulaire de ce poste dans le gouvernement Youssoufi. Restait, certes, le ministère des Habous dont le titulaire faisait sans doute trop parler de lui et prêtait trop à polémique : il disparaît dans le gouvernement formé en 2002 après les législatives, remplacé par un intellectuel berbère, non conformiste et parfaitement religieux. On citera aussi le choix déterminé des walis parmi des « technocrates », faisant ainsi échapper la gestion centrale du local à toute politisation sans défaire les liens primordiaux qui rattachent les walis aux monarques. Last but not least, la nomination de Driss Jettou comme Premier ministre parachève l’apolitisation, au moment où les prétentions opposées de l’USFP et de l’Istiqlal menaçaient de faire éclater la majorité. On songe, bien sûr, au gouvernement dirigé par A. Filali dans l’attente de l’alternance, à ceci près que le gouvernement Jettou n’est en attente de rien – il représente un aboutissement : l’apolitisation a gagné la tête même de l’alternance. Il reste à espérer que le politique chassé par la grande porte ne rentre un jour par la fenêtre.

Article paru dans Naqd, no 19-20, 2004/1, p. 57-103. En ligne : http://www.cairn.info/​revue-naqd-2004-1-page-57.htm

Bibliographie

Bouaziz M., Aux origines de la Koutla démocratique, Casablanca, Université Aïn Chok, 1998.

Catusse M., L’entrée en politique des entrepreneurs au Maroc : libéralisme économique et réforme de l’ordre politique, thèse de doctorat nouveau régime soutenue à l’IEP d’Aix-en-Provence, 1999.

Cherifi R., Le Makhzen politique au Maroc. Hier et aujourd’hui, Casablanca, Afrique Orient, 1988.

Claisse A., « Le Makhzen aujourd’hui », dans J.-C. Santucci (éd.), Le Maroc actuel, Paris, CNRS, 1992.

Cubertafond B., Le système politique marocain, Paris, L’Harmattan, 1997.

Denœux G. et Maghraoui A., « King Hassan’s strategy of political dualism », Middle East Policy, vol. V, no 4, 1998.

El Mossadeq R., Consensus ou jeu de consensus ? Pour le réajustement de la pratique politique au Maroc, SLN, 1995.

—, La réforme constitutionnelle et les illusions consensuelles, Casablanca, publié à compte d’auteur, 1998.

Felk A., « Enseignement : quel projet ? », Maghreb-Machrek, no 164, 1999 (avril-juin).

Hammoudi A., Master and Disciple. The Cultural Foundations of Moroccan Authoritarianism, Chicago, University of Chicago Press, 1997.

Hibou B., « Les enjeux de l’ouverture au Maroc : dissidence économique et contrôle politique », Les Études du CERI, 1996 (avril).

King S., Oufkir, un destin marocain, Paris, Calmann-Lévy, 1999.

Laroui A., Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain, Paris, Maspero, 1977.

Laurent M. et Denœux G., « Campagne d’assainissement au Maroc : l’affaire Benabderrazek – immunisation du politique et contamination de la justice », Maghreb-Machrek, no 154, 1996.

Leveau R., Le fellah marocain, défenseur du Trône, Paris, Presses de la FNSP, 1985.

Naciri M., « Territoire : contrôler ou développer, le dilemme du pouvoir depuis un siècle », Maghreb-Machrek, no 164, 1999.

Rivet D., Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 3 volumes, 1993.

Roussillon A., « La modernité disputée : réforme sociale et Mouvement national », introduction à l’ouvrage collectif Entre réforme sociale et Mouvement national : identité et modernisation en Égypte, Le Caire, Cedej, 1994.

Saaf A., Maroc. L’espérance d’État moderne, Casablanca, Afrique Orient.

Tozy M., 1989, « Représentation-intercession. Les enjeux du pouvoir politique dans les champs politiques désamorcés », dans Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, 1999.

—, Monarchie et islam politique au Maroc, Paris, Presses de la FNSP, 1999.

Vande Walle D., Morocco in the global economy. A roundtable discussion, Harvard, 20-21 octobre 1997.

Waltz S., « Interpreting Political Reform in Morocco », dans R. Bourqia et S. Miller (éd.), In the Shadow of the Sultan. Culture, Power and Politics in Morocco, Cambridge, Harvard University Press, 1999.

Waterbury J., The Commander of the Faithful : the Moroccan Political Elite – a Study of Segmented Politics, Londres, Weidenfeld and Nicholson, 1970.

Notes

1 « Il faut que tout change pour que tout reste pareil », Le Guépard, citation parue dans le Journal (hors-série, août 1999), dans un éditorial de Aboubakr Jamaï intitulé « Héritage », rédigé à l’occasion de la disparition de Hassan II.

2 L’article premier du traité de Fès stipule l’« organisation d’un Makhzen chérifien réformé ».

3 Les guillemets désignent ici le fait que d’autres niveaux de déploiement et de totalisation de la réforme sont possibles.

4 En tant que tel, le pouvoir demeure non soumis à dispute ou à contestation. Il vaut à celui qui l’exerce le monopole, sinon incontesté du moins proclamé, de la légitimité.

5 Là, jusqu’à se présenter comme l’ayant elle-même suscité.

6 Lors d’une rencontre au ministère de l’Intérieur avec des représentants de la CGEM, M. Amalou, ministre de la Justice, déclarait : « Le Trésor public connaît des difficultés chroniques qui rendent les fins d’années financières de plus en plus douloureuses, alors qu’existent des gisements d’argent dont l’État ne tire même pas son dû. Ces fleuves de richesses doivent être canalisés pour remplir les caisses de l’État avec ce qui lui revient de droit », Maroc Hebdo, 1-7/6/1996.

7 « L’amnistie qui valait 3,4 milliards », titre La Vie économique (15/1/99), rapportant que les prévisions de recettes fiscales payées par les entreprises, évaluées à 2,7 milliards de dh. en ont en fait rapporté 3,4 milliards, effet de la « mise à niveau des bilans » et de la « contribution libératoire » payée par celles-ci « pour solde de tout compte ».

8 Voir dans ce numéro l’article de Myriam Catusse (NDLR).

9 Ainsi, lors d’un débat organisé par le Center for Middle Estearn Studies de l’université de Harvard, Dirk Vandewalle conclut à l’impraticabilité pour le Maroc d’un modèle hobbesien, du fait d’une « enormous public exposure to Europe », notant que « we have already seen the clamoring for human rights in Morocco ». Ce dont il déduit que « the kind of East Asian alternative of purely authoritarian development I do not see as possible for Morocco in the long term », dans Morocco in the global economy. A roundtable discussion, Harvard, 20-21 octobre 1997.

10 Voir dans ce numéro l’article de Abdeslam Maghraoui (NDLR).

11 Avant-garde auto-proclamée de la « société civile » marocaine en voie de mobilisation.

12 Et non dans sa capacité à imposer des « jugements de Salomon ». Le terme « arbitrage » évoque, en effet, une position d’extranéité par rapport au conflit qui n’est jamais le fait de la monarchie. Celle-ci est partie prenante des conflits en ce qu’elle opère la structuration du pôle majoritaire, en donnant son aval à des alliances ou à des recompositions qui lui sont profitables, qu’elle ne peut opérer toute seule mais qui ne peuvent avoir lieu sans elle. C’est ainsi qu’a pu se former la coalition gouvernementale qui a soutenu le gouvernement de A. Youssoufi. En ce sens, la monarchie s’avère forte du seul fait qu’il n’y a pas d’alliances possibles sans elle et faible du fait que sa primatie n’existe qu’en fonction de sa capacité à structurer des alliances. Là où il n’y a pas d’alliances possibles, la monarchie est désarmée.

13 Sorte de Sénat institué par la réforme constitutionnelle de 1996, mais doté quasiment des mêmes prérogatives que la Chambre des représentants, pour assurer, au suffrage indirect, la représentation des différents intérêts régionaux, professionnels et syndicaux.

14 À quelques courtes parenthèses près comme l’entrée de l’Istiqlal dans le gouvernement de Ahmed Osman en 1977, ces partis se sont maintenus jusqu’à l’alternance « historique » de janvier 1998 dans une opposition résolue même si non exempte d’accommodements ou de compromis.

15 À l’exception de l’OADP, en des termes sur lesquels on reviendra dans ce qui suit.

16 Alors même que les nouvelles dispositions constitutionnelles restaient très en deçà des exigences formulées dans le mémorandum adressé au Palais, en avril 1996, par l’intermédiaire de Driss Slaoui, conseiller du roi présenté comme le “rival” du ministre de l’Intérieur.

17 Mustapha Sehimi, « Régulation », Maroc Hebdo, 5/7/97, p. 4.

18 Il s’était joué au lendemain des législatives de 1993 et avait donné lieu à une vive crispation des relations entre le Palais et l’opposition.

19 L’élection des conseils communaux, chambres professionnelles et conseils syndicaux, celle des Chambres des représentants et des conseillers ont débouché sur une alternance annoncée mais néanmoins obtenue au forceps.

20 « Political reforms could be granted only if the organic link between the monarchy and its people was reaffirmed. » Dans les termes de G. Denœux et A. Maghraoui (1998 : 112).

21 Selon les chiffres officiels, 97,2 % des inscrits auraient néanmoins pris part au vote, répondant « oui » à 99,97 % à la question posée par le roi.

22 Le PPS, depuis qu’il a été autorisé à se constituer, en 1974, comme « héritier » du parti communiste marocain, a toujours entretenu de meilleures relations avec le Palais que l’USFP. Sur ce point, cf. Waltz 1999.

23 Les autres ministères de souveraineté sont les AE, la Justice et les Affaires religieuses. Voir infra.

24 Premier de la série et qui devait en quelque sorte « donner le ton » des joutes électorales ultérieures.

25 L’expression est de Rkia El Mossadeq, Consensus ou jeu de consensus ?..., 1995.

26 Premier de la série, il devait en quelque sorte « donner le ton » des joutes électorales ultérieures.

27 Voir le dossier consacré à ces élections par Maghreb-Machrek, janv.-mars 1998.

28 Degré assez élevé de violence politique : intervention massive de l’argent, propre ou sale, soit directement pour acheter les voix des électeurs, soit pour acheter les votes des nouveaux conseillers pour l’élection des présidents des conseils communaux...

29 Voir, par exemple, le dossier préparé par La vie économique sur le thème « L’argent pollue la vie politique », 28/11/97.

30 Abdellatif Mansour, « Chronique d’un échec annoncé », Maroc Hebdo, 21/6/97, p. 8.

31 Le principal parti du centre allié à la Koutla est le RNI, dirigé par le propre beau-frère du roi, plusieurs fois Premier ministre.

32 Près d’un mois entre la désignation par le roi du chef de l’USFP au poste de Premier ministre et la mise en place d’une équipe gouvernementale dont on peut souligner le caractère pléthorique.

33 La presse a fait état de quatre ou cinq listes soumises par A. Youssoufi au roi Hassan II, ce qui explique la longueur du processus de constitution du gouvernement.

34 Abdallah Stouky, « La mosaïque infinie d’une scène politique recomposée en permanence », La Vie économique, 4/797, p. 17. Le paradoxe que souligne A. Stouky est que si la scission se présente comme une sorte de mode « normal » de diversification de la scène politique, elle apparaît comme le contrepoint ou le révélateur d’une aspiration refoulée des Marocains « à se fondre dans un parti unique à la nature lâche et débonnaire ».

35 Ibid.

36 Ce qui ne signifie pas sous-estimer la « révolution » que représente la constitution d’un gouvernement dominé par l’USFP.

37 Le cas « limite » d’Abdessalam Yasine, qui ne conteste pas la légitimité de la monarchie alaouite, mais dénonce l’impiété de ses actes, appelle une riposte elle-même « limite » : après son hospitalisation dans un établissement psychiatrique, maintien de celui-ci en résidence surveillée.

38 Abdelllatif Mansour, « Retour du Parti de la Démocratie et de l’Indépendance : le parti zombie », Maroc Hebdo, 2/11/93.

39 Sans appartenance politique.

40 La variable pertinente n’est peut-être pas tant que le parti du Dr Khattîb est une « coquille vide » apte à recevoir ces militants et dispensant de la création formelle d’un nouveau parti, ou son conservatisme identitaire, que le fait que celui-ci soit un intime du Palais et un « homme de confiance » de la monarchie.

41 Les déclarations de D. Basri, reprises par l’hebdomadaire Le Journal (24/7/1999), selon lesquelles il n’existe pas de « danger islamiste » au Maroc dans la mesure où « la quasi-totalité des islamistes accepte la monarchie, les pouvoirs de Sa Majesté et la Constitution » si bien que « si un jour ils obtiennent la majorité, ils exerceront le pouvoir sans problème », peuvent sans doute être interprétées comme une profession de foi démocratique. Elles n’en ont pas moins été reçues par l’ensemble des observateurs comme un avertissement au Premier ministre.

42 L’affrontement entre l’USFP et l’Istiqlal, dont la ville de Mohammedia a été le théâtre, apparaît comme l’un des plus emblématiques de cette logique de territorialisation.

43 L’expression est de La Gazette du Maroc (19/11/97) sous la plume de Jamal Berraoui qui évoque « le risque d’implosion de la classe politique », p. 7.

44 Déclaration de Abbas al-Fâsi à l’hebdomadaire La Vie économique, 11/9/98, p. 13-16.

45 Abdellatif Mansour, « Des socialistes circonspects », Maroc Hebdo, 29/11/97, p. 11-12.

46 En particulier Abdellah Hammoudi, Master and Disciple..., 1997.

47 La « sphère califale » comme figuration du pouvoir légitime dans une tradition musulmane réinventée ; la « sphère chérifienne » comme le mécanisme même de reproduction de ce système ; la « sphère makhzenienne » comme système d’emprise du calife-chérif, support de la tradition et instrument de mise en œuvre de son lexique de domination.

48 Même si celle-ci s’applique pleinement au Premier ministre lui-même.

49 Sur les vingt-deux Premiers ministres qui se sont succédé à la tête du gouvernement, quatre seulement avaient des attaches partisanes avérées : Ahmed Belafrej (Istiqlal), Abdallah Ibrahim (UNFP), M’hamed Bahnini (FDIC, Front de défense des institutions constitutionnelles), Azzedine Laraki (Istiqlal).

50 Mohamed Selhami, « L’homme de la transition », Maroc Hebdo, 27/5/94, p. 3.

51 Son gouvernement remanié, qui laissera la place au gouvernement d’alternance, ira jusqu’à compter des femmes – grande première au royaume chérifien –, en quoi on peut entendre un message proprement « technocratique » : pour le titulaire de compétences reconnues, le fait d’être une femme n’empêche plus l’accès aux fonctions d’autorité. Cette avancée rend d’autant plus significative la très faible part des femmes – comme candidates et comme élues – dans le nouveau Parlement.

52 Mohamed Selhami, « L’homme de la transition », art. cit.

53 Ibid., p. 3.

54 Le prix à payer par le ministre de l’Intérieur pour faire accepter cette apolitisation de sa fonction à ses partenaires du gouvernement d’alternance à direction ex-oppositionnelle a été de devoir renoncer à son contrôle sur l’habitat et l’aménagement du territoire, ministère « technique » significativement dévolu à l’un des « poids lourds » de l’USFP, Mohamed El-Yazghi, et l’un des principaux terrains du rapport de forces permanent entre l’Intérieur et le gouvernement d’alternance.

55 Sur ce dossier, Driss Basri sera parvenu à mettre deux fois en porte-à-faux Khaled Alioua, en charge du Travail, des Affaires sociales et de la Solidarité et porte-parole du gouvernement : la première fois en négociant directement avec les délégués du mouvement, en sit-in permanent devant le siège du Parlement, le recrutement de plus de cinq cent personnes ; la seconde en faisant matraquer par la police un deuxième groupe de diplômés-chômeurs qui avaient entrepris de rééditer l’opération sit-in dans l’espoir d’obtenir le même résultat.

56 Abdellatif Mansour, « Deux conflits qui pourrissaient réglés en une semaine : l’effet Basri », Maroc Hebdo, 26/9/98, p. 8.

57 Article d’Amale Samie, Maroc Hebdo, 1/8/98, p. 16.

58 Khalid Alioua, porte-parole du gouvernement, revendique, dans un entretien accordé à Maroc Hebdo, « un triennat solidaire : l’année de notre arrivée au gouvernement, cette année et l’année prochaine. Car on ne peut pas rapidement changer des tendances économiques et financières » – trois ans, c’est-à-dire, très précisément, le temps que se termine l’actuelle législature.

59 « La démocratie à l’épreuve des islamistes », entretien avec Maroc Hebdo, 25/1/97, p. 13.

60 Art. cit., p. 14.

61 Chafik Lâabi, « Les disciples du Cheykh Yassine à l’assaut de l’UNEM ». Si le congrès extraordinaire des étudiants d’Al-‘Adl wal-Ihsan est effectivement réuni – le dernier remonte à 1981 –, « ce serait la première organisation de masse légale qui passerait sous leur contrôle. Ils contourneraient ainsi l’interdiction officielle qui leur est faite de se constituer en association légalement reconnue ». La Vie économique, 5/3/99, p. 12.

62 Voir Mohamed Tozy, « De l’action clandestine au Parlement : qui sont les islamistes au Maroc ? », Le Monde diplomatique, août 1999, p. 20.

63 Entretien accordé par le ministre de l’Intérieur au quotidien espagnol El Pais, reproduit en traduction par Le Journal, 24/7/99, p. 6.

64 La présente étude a été rédigée avant les attentats de Casablanca, en mai 2003 et ne prend donc pas en compte la façon dont ils ont pu modifier la place que les islamistes sont en mesure d’occuper sur la scène politique formelle.

65 En 1996, les islamistes iront jusqu’à empêcher la tenue d’une université de printemps de l’USFP.

66 Mais sûrement pas premier accès de violence liée à cette mouvance, comme en atteste l’assassinat en 1975 d’Omar Benjelloun, dirigeant syndicaliste de l’USFP, par des militants de la Chabiba islamiya.

67 De ce point de vue, « L’islam ou le déluge », lettre ouverte adressée à Hassan II par le fondateur d’al-‘Adl wal-Ihsân pour l’inviter à revenir à l’islam – ce qui lui vaudra plusieurs années entre prison et hôpital psychiatrique suivies d’une assignation à résidence toujours en vigueur – dont M. Tozy montre bien qu’elle doit faire l’objet d’une lecture à plusieurs niveaux, constitue une sorte d’« acte unique » qu’il n’est pas besoin de répéter une fois qu’il a produit son effet, menace de rupture qui ne peut être efficace que si elle demeure informulée : « Yacine se sert de la référence chérifienne pour invoquer une sorte de droit virtuel de préemption, mais il se contente de l’évoquer et s’en détourne très vite pour s’installer dans la logique d’une dissidence maîtrisée d’ouléma réformateur... » (Tozy 1999 : 70).

68 Khalîl Hachimi Idrissi, « Vers la confrontation », Maroc Hebdo, 25/1/97, p. 10.

69 Mehdi Ben Barka et le général Oufkir, pour s’en tenir à ces deux exemples, étaient tous les deux des intimes du Palais.

70 50 000 SAP (sans appartenance politique), 10 000 à 12 000 pour chacun des grands partis.

71 Abdallah Stouky, « La dernière ligne droite après l’adoption du nouveau découpage électoral », La Vie économique, 26/9/97.

72 Abdellatif Mansour, Maroc Hebdo, 11/10/97, p. 6.

73 Naciri 1999.

74 Naciri 1999.

75 Cité par Khalil Hachimi Idrissi, « Le Maroc s’éclate », Maroc Hebdo, 26/10/96, p. 14.

76 On adhère, pour l’essentiel, aux analyses d’Abdallah Hammoudi quant aux « fondements culturels » de l’autoritarisme marocain, et en particulier aux précautions qu’il prend contre toute dérive de type culturaliste.

77 Abdellatif Mansour, « Le fossé démocratique », Maroc Hebdo, 14/6/97, p. 12.

78 Art. cit.

79 La perspective d’une évolution « à l’espagnole » de la monarchie marocaine, avec un roi régnant mais ne gouvernant pas, a de longue date et avec constance été écartée par Hassan II comme ne correspondant pas aux « besoins » et aux « traditions » du pays. Elle n’en désigne pas moins l’une des lignes de front sur lesquelles s’éprouvait, avant sa disparition, le rapport de forces entre le Palais et les partis héritiers du Mouvement national. Une telle perspective n’a pas manqué de resurgir au début du nouveau règne, mais il est significatif que ce soit ces partis eux-mêmes – ou, à tout le moins, leurs directions aux commandes de l’alternance gouvernementale – qui aient décrété inappropriée la réouverture de ce débat et se soient employés à faire taire les récalcitrants.

80 A. Jamaï, « Héritage », Le Journal, 31/7/99, p. 5.

81 P. Balta, « Hassan II, le roi qui a conjugué absolutisme et ouverture », Le Monde, 25-26/7/99, p. 10-11.

82 G.-M. Benamou, « Notre ennemi le roi ? », L’Événement, 29/7/99, p. 3.

83 Khalil Hachimi Idrissi, « L’alternance monarchique : l’alchimie marocaine », Maroc Hebdo, 30/7/99, p. 6. Souligné par nous.

84 Zakya Daoud et Kader Abderrahim, « Activisme du monarque, immobilisme du gouvernement. Le Maroc change-t-il vraiment ? », Le Monde diplomatique, no 551, février 2000, p. 14.

85 Le « mémorandum » adressé, le 20 octobre 1999, par Abbas El Fassi, chef du parti de l’Istiqlal, au chef du gouvernement où ce parti figure en force pour critiquer ce même gouvernement et réclamer l’application de son programme, n’est que l’épisode le plus saillant d’une longue série d’anicroches. Voir Abdellah Chankou, « Le coup de gueule de Abbas El Fassi », Maroc Hebdo, 22 octobre 1999, p. 14-15.

86 Sur cette question, voir, par exemple, Felk 1999.

87 Sur cette question, Naciri 1999.

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search