Version classiqueVersion mobile

Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb, XIXe-XXIe siècles

 | 
Cyril Isnart
, 
Charlotte Mus-Jelidi
, 
Colette Zytnicki

Partie III : Des usages culturels des biens religieux

L’église Saint-Louis, un site « fantôme » de l’histoire d’Oran. Note de recherche

Dalila Senhadji

Texte intégral

Introduction

  • 1 D. Senhadji, « La mosquée : l’espace reconquis », L’Année du Maghreb, VI, 2010, p. 297.

1Après l’indépendance de l’Algérie, plus des trois quarts des églises construites pendant la période coloniale sont converties en mosquées1. Le territoire ayant connu une domination française pendant plus de cent trente ans, après une longue présence espagnole et la souveraineté ottomane, les lieux de culte chrétiens ont constitué des enjeux majeurs dans l’aménagement urbain et l’évolution politique religieuse nationale. Il est donc nécessaire de lier l’étude architecturale à l’histoire coloniale et prendre en considération des éléments de nature politique et idéologique qui ont influencé le destin des édifices religieux d’origine coloniale. Dans le cas précis de la ville d’Oran, ce texte tente de montrer en quoi l’église, aujourd’hui fermée au culte, connue sous le nom de Saint-Louis, donne une image de l’histoire religieuse de la ville.

2Sur son emplacement ont successivement existé une mosquée, nommée Djamel Ibn Beitour durant la période arabe, une chapelle espagnole, sous le vocable de Santa-Maria-de-las-Victoria, une synagogue pendant la conquête ottomane et une cathédrale pendant la période française.

3Aujourd’hui, l’édifice est en partie exploité par un cercle culturel qui utilise l’ancienne crypte. Le reste de l’édifice est actuellement fermé, après avoir servi d’abri à des familles démunies jusqu’aux années 2000 qui, depuis lors, ont été relogées. Saint-Louis, dans un état de délabrement avancé, a cependant bénéficié de mesures d’urgence en 1956 et en 1967, en vertu de son classement au titre de monument historique, mais ces restaurations restent insuffisantes. L’édifice est connu des habitants, des architectes et des historiens de la ville, mais il ne constitue pas véritablement un lieu touristique, bien qu’il soit situé sur l’itinéraire du fort de Santa-Cruz, très fréquenté par les visiteurs d’Oran. Dans ce texte, nous examinerons, grâce à des documents d’archives, des témoignages de voyageurs et des études historiques et architecturales récentes, l’histoire de cet édifice qui a joué un rôle symbolique important lors des différentes périodes de domination avant l’indépendance, afin de montrer que l’architecture religieuse a participé à la politique de colonisation de l’espace urbain d’Oran. On s’interrogera également sur le destin de telles architectures, qui changent facilement de sens et de fonction pour les habitants, les visiteurs et les spécialistes du patrimoine. Ces monuments sont des témoignages précieux de l’histoire des lieux de culte, mais ils ne se transforment pourtant pas facilement en lieux de mémoire ou en attraction touristique.

Fig. 1. L’ancienne cathédrale Saint-Louis d’Oran (photographie de l’auteur, 2010).

Fig. 1. L’ancienne cathédrale Saint-Louis d’Oran (photographie de l’auteur, 2010).

Une mosquée et une chapelle espagnole

  • 2 « El Bekri décrit ainsi Oran : située à quarante milles d’Arzew, c’est une place très forte ; elle (...)
  • 3 Isidore Didier cite René Basset : « […] elle possède […] une mosquée cathédrale » (I. Didier, Oran (...)
  • 4 Ibid., p. 89.
  • 5 « […] Le cardinal Ximénes ordonna la transformation des mosquées en églises. Deux d’entre elles pri (...)
  • 6 J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 149.
  • 7 Le manque de sources de cette période est un fait connu : « Les historiens ne nous donnent que peu (...)
  • 8 Il est important de souligner que les sources espagnoles décrivent avec précision la conversion de (...)
  • 9 D’après J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 245.

4Sur le site de l’édifice actuel (fig. 1), une mosquée a été initialement construite pendant la période arabe. Cette mosquée est mentionnée en tant que mosquée-cathédrale par René Basset, qui cite El Bekri2 (mention qui sera reprise par de nombreux auteurs successifs3). Elle est convertie en « église-cathédrale », par l’autorité ecclésiastique du cardinal Ximénes4, sous le vocable Santa-Maria-de-las-Victorias dès la prise d’Oran par les Espagnols en 15095. De taille modeste, elle sera plutôt qualifiée de « chapelle » par la suite, tout en servant de siège du Vicaire de l’Évêque de Tolède jusqu’en 1708, à la fin de la première domination espagnole6. Si aucun plan datant de cette période n’a pu être retrouvé, malgré une recherche extensive dans les dépôts d’archives, l’église est cependant mentionnée dans les quelques cartes espagnoles de l’époque (fig. 2 et fig. 3)7. Ensuite, lors la première conquête d’Oran par les Ottomans (1708-1732), l’église Santa-Maria-de-las-Victorias est transformée en mosquée8 de la façon suivante : 1. Démolition du presbytère, du maître-autel ; on a seulement conservé la grille en bronze qui séparait le presbytère du reste de l’église ; 2. Suppression du chœur et destruction de l’orgue ; 3. Disparition des chapelles ; 4. Fermeture des deux portes d’accès situées au pied du bâtiment et ouverture d’une nouvelle ouverture latérale, entre deux colonnes, dans le mur qui correspondait auparavant à une chapelle. 5. Réorientation du bâtiment vers l’Est et ajout d’une qibla9.

  • 10 La figure 2 représentant Oran en 1535 est en réalité une reconstitution en 1927 du général français (...)

Fig. 2. Carte d’Oran en 153510 (fonds cartes, CDES).

Fig. 2. Carte d’Oran en 153510 (fonds cartes, CDES).
  • 11 La figure 3, représentant Oran et Mers El Kébir en 1630, mentionne aussi l’église-cathédrale Iglesi (...)

Fig. 3. Carte d’Oran et Mers El Kébir, 163011.

Fig. 3. Carte d’Oran et Mers El Kébir, 163011.

Source : J.N. Alcalá-Zamora, B. Alonso Acero dir., Oran y Mazalquivir en la politica norte Africa de Espana 1589-1639, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, Servicio de Publicaciones, 1997, p. 120.

  • 12 Nos investigations sur le terrain en magister sur les mosquées issues des conversions d’églises en (...)
  • 13 Les sources n’évoquent pas la création d’un espace d’ablution dans l’ancienne église.

5Dans l’église Santa-Maria de la première conquête espagnole (1509-1708), le presbytère est au niveau du chœur au fond de l’église ; la destruction du presbytère et du chœur n’indique pas si une quelconque surélévation du chœur a existé auparavant. La transformation de l’église en mosquée ne mentionne donc pas la destruction d’une surélévation mais indique que la grille en bronze du chœur est conservée, sans doute parce que les marches de l’autel n’auraient pas été démolies12. Dans une mosquée, aucune surélévation dans la salle de prière n’est tolérée, ce qui expliquerait la conservation de la grille séparant le chœur du reste de l’église. Il est à noter ici que les deux points fondamentaux13 dans la transformation architecturale d’une église en mosquée sont respectés, à savoir l’orientation de la prière (la qibla) et l’absence de surélévation dans la salle de prière.

Fig. 4. Plan d’Oran en 1732.

Fig. 4. Plan d’Oran en 1732.

Source : R. Lespès, Oran : étude de géographie et d’histoire urbaine, collection du centenaire de l’Algérie, IIIe section : géographie, Paris, Alcan, 1938, p. 70.

Légende : 14. Capilla (Saint-Louis) : chapelle Saint-Louis, 16. Yglesia de la Merced : église de la Miséricorde, 18. Iglesia Major : église principale, 19. Iglesia y convento de S. Francisco : église et couvent Saint-François, 20. Iglesia y convento de S. Domingo que sirve de hospital : église et couvent Saint-Dominque.

6Durant la seconde conquête espagnole (1732-1791), alors que le christianisme est officiellement réinstallé le 16 avril 1732, la mosquée ottomane redevient l’église Santa-Maria-de-las-Victorias (fig. 4). Le vicaire d’Oran demande alors le secours de Madrid, en déplorant le mauvais état du bâtiment, dont l’architecture devra être transformée.

  • 14 J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 245.

« […] La première demande d’aide au gouvernement pour rétablir le culte chrétien dans ce temple dans toute sa splendeur est datée du 16 avril 1732, la place à peine reconquise. La demande est adressée par Don Juan Antonio Pérez de Avellano, vicaire d’Oran, qui décrit dans un mémoire adressé à Madrid les détails du mauvais état de l’immeuble. En 1744, le Chapître insiste sur le même sujet, en énumérant les réparations urgentes à faire. Elles ne furent sûrement pas exécutées, car nous disposons d’une nouvelle demande en 174814. »

  • 15 Le plan date de 1734, mais il apparaît dans la correspondance en 1769.

7Le premier plan témoignant de la volonté de restructuration et de transformation date de 173415 (fig. 5), mais l’église ne sera reconstruite que plus tard. La nouvelle église projetée a une forme basilicale avec une abside semi-circulaire pourvue de douze chapelles carrées, adossées entre les piliers, consacrées aux dévotions les plus prisées des catholiques espagnols du XVIIIe siècle.

  • 16 J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 244-245.

« Au retour des Espagnols, le bâtiment récupéra sa fonction première. On ouvre à nouveau les portes d’entrée et on mure la porte qu’on appellera dorénavant « la porte condamnée ». On accède au presbytère par un petit escalier ; on reconstruit le maître-autel ; entre l’autel et la grille, il y a un espace réservé aux autorités, lors des offices religieux, les prêtres y étaient inhumés […]. Dans ce projet, on envisage la reconstruction du chœur16. »

Fig. 5. Plan de l’église principale de Santa-Maria-de-las-Victorias, 1734.

Fig. 5. Plan de l’église principale de Santa-Maria-de-las-Victorias, 1734.

Source : J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 245.

  • 17 P. Ruff, La Domination espagnole à Oran sous le gouvernement du comte d’Alcaudete 1534-1558, Saint- (...)
  • 18 Ibid., p. 24.
  • 19 Ibid., p. 25.

8Le plan basilical, avec son abside en saillie et en hémicycle s’insère dans la tradition de l’architecture paléochrétienne et des basiliques constantiniennes. Le plan de 1734 présente finalement une disposition assez classique, avec vaisseau central, chapelles latérales, chœur surélevé sur une plateforme au-dessus d’une crypte. Une particularité de cette église est à noter : l’existence de deux chœurs, un chœur traditionnel à l’extrémité de l’église et un chœur central comportant un ambon. Contrairement aux premières églises de la période française qui ont été construites dans l’urgence de l’installation de la colonisation, sans réel souci d’appliquer une typologie architecturale élaborée, comme on le verra par la suite, les églises espagnoles semblent répondre aux recommandations de l’Église et aux courants stylistiques de l’époque. Les documents ne mentionnent pas le rôle de la monarchie ibérique de l’époque dans les choix architecturaux des églises construites dans l’enclave nord-africaine qu’était Oran. Cependant, fortement lié au catholicisme, le pouvoir était autant préoccupé par le maintien de l’enclave où il a envoyé ses meilleurs ingénieurs militaires construire des fortifications et des murailles, encore présentes aujourd’hui, que par l’expansion de la religion chrétienne dans un contexte musulman. Le caractère religieux de la conquête espagnole en Afrique du Nord suit d’ailleurs le modèle de la croisade : « […] Une pensée religieuse et politique avait seule guidé le cardinal Ximénes et présida seule aux entreprises de Charles Quint et de ses successeurs. Ils voulurent […] planter la croix sur cette terre musulmane17 » ; « […] l’entreprise d’Oran conserva toujours le caractère d’une entreprise religieuse, d’une sorte de croisade permanente18. » « Le comte d’Alcaudéte se préoccupe d’avoir à sa disposition un clergé et des moines capables d’attirer les Maures vers la religion chrétienne […]. Lorsqu’il entreprit son expédition de 1543 contre Tlemcen, il lui donne le caractère d’une véritable croisade19. »

9Cela se traduit explicitement dans l’architecture religieuse, qui devient plus élaborée parce que cette occupation était pensée pour devenir pérenne. Les ordres religieux investissent également l’espace urbain avec des constructions en accord avec les canons de l’époque. Mais les fléaux tels que la peste, les attaques continuelles des Turcs et le tremblement de terre de 1790, qui a détruit une grande partie de la ville, anticipent de fait le départ définitif des Espagnols.

  • 20 I. Didier, Oran militaire de 1830 à 1848, op. cit., p. 14.

« Dans la nuit du 8 au 9 octobre 1790, un tremblement de terre d’une violence exceptionnelle ruina les édifices d’Oran, les maisons, les forts et fortifications de la place. Le tiers de la garnison fut ensevelie sous les décombres de la ville […]. Les Espagnols abandonnèrent la place20. »

  • 21 « Pendant toute la durée de la première occupation espagnole d’Oran, le ravitaillement de la ville (...)

10Le préside d’Oran était par ailleurs trop onéreux pour la monarchie21, qui finalement l’abandonna en 1790.

Santa-Maria-de-las Victorias, première église de la période française

  • 22 Les Français entrent à Oran le 4 janvier 1831.
  • 23 Extrait d’un document non référencé du service des Ponts-et-chaussées, source : Archives historique (...)
  • 24 Le secours du gouvernement général apporté à une Église encore métropolitaine rattachée à l’archevê (...)

11L’église Santa-Maria-de-las-Victorias des Espagnols est détruite en grande partie par le séisme de 1790. Les Ottomans, de retour à Oran de 1791 à 1831, ne reconstruisent pas la vieille ville espagnole en ruines. Les Français prennent le pouvoir en Algérie en 183022 et découvrent l’abside de l’église espagnole encore debout. En voulant reconstruire l’église espagnole, ils marquent le retour du christianisme dans la ville coloniale, s’appuyant sur une pierre sculptée aux armes du cardinal espagnol Ximénes, qui témoigne de l’ancienneté de la présence catholique. Mais, en 1834, c’est d’abord un clocher-campanile rappelant les églises italiennes et les églises romanes du XIIe siècle qui est érigé à côté des ruines de ce que l’on qualifie de « chapelle espagnole à moitié en ruines23 ». Le choix d’un campanile n’est pas anodin car il s’agit d’une structure indépendante qui n’a pas nécessairement besoin d’une église. Au début de la colonisation en Algérie, dans un contexte d’urgence de l’installation et de manque de moyens financiers24, la solution du campanile est une solution économique et rapide, mais symboliquement assez forte pour marquer le paysage urbain. La première église « française » d’Oran est alors rebaptisée Sainte-Marie-de-la-Patience, en 1835, sans intervention architecturale majeure sur l’église espagnole.

L’agrandissement de 1847

12Les sources n’évoquent pas la reconstruction avérée de l’église avant 1847, soit dix ans après l’édification en 1834 du clocher et quatorze ans après l’entrée des Français en 1831.

  • 25 J. Gandini, Églises d’Oranie 1830-1962, Vallauris, Calvisson, 1992, p. 93.

« En 1846 […], malgré les instances les plus vives et très souvent renouvelées, la paroisse Saint-Louis était toujours dans le chœur de l’ancienne chapelle espagnole […]. Enfin, au printemps 1847 […], on entreprit la construction de l’église. Les murs élevés, la toiture placée, les travaux s’arrêtent faute de crédits25. »

Fig. 6. Façade principale Saint-Louis en 1868.

Fig. 6. Façade principale Saint-Louis en 1868.

Source : E. Munoz, Sur les pas du drapeau (1830-1866), Oran, Éditions Heintz Frères, 1931, p. 120.

  • 26 Il n’existe à ce jour aucun dessin de façade de l’agrandissement de 1847, le seul dessin découvert (...)
  • 27 Documents non classés, AHDO.

13La première pierre est posée en 1847 dans le chœur de l’ancienne église espagnole à nef unique ; un double bas-côté est construit en vue d’une extension. La nouvelle église comporte à ce moment une nef centrale et deux collatéraux (fig. 6). La façade principale symétrique26, rappelant les édifices de la Renaissance, est une spécificité des églises métropolitaines normandes du XIIe siècle appliquée en colonie comme en métropole. Les circulaires27 de l’époque spécifient des styles appropriés pour les nouveaux édifices, le gothique au nord et le roman dans le midi et le sud de la France, que l’on exporte également dans les colonies.

  • 28 Voir figure 7, document inédit conservé aux Archives historiques diocésaines d’Oran.

14La façade révèle une hiérarchie décroissante des hauteurs du clocher, de la nef centrale surmontée d’un mur-pignon, du transept et des bas-côtés couverts respectivement d’une toiture plate et de pyramidions. Un double escalier perron28 marque l’entrée principale de l’église. Trois parties composent la façade (fig. 7) : un panneau central en saillie et deux parties latérales de part et d’autre. Des pilastres, en légère saillie au niveau de la rosace, encadrent toute la partie centrale. L’église présente un toit à double pente surmonté d’une croix latine qui ne laisse pas présager la nature du voûtement dissimulé. La rosace ornant la façade occidentale de l’église est disposée entre le pignon et le fronton de l’entrée ; nervurée, elle renferme une croix grecque et des motifs géométriques en forme de polygone dédoublé. L’entrée principale est marquée par un porche, soulignant une architecture d’inspiration romane, surmonté d’un fronton reposant sur un entablement et deux colonnes. La porte d’entrée est composée de six panneaux en bois comportant tous une croix grecque. Les deux parties symétriques de part et d’autre du panneau central correspondent aux doubles collatéraux. Elles sont surmontées de pyramidions constituant une forme de toiture assez rare dans les églises. Le premier, en arrière-plan, correspond à l’élévation du transept et le second à une ornementation qui parcourt les avant-toits. Deux fenêtres cintrées, de type roman, percent les façades des bas-côtés.

Fig. 7. Plan de situation de l’église Saint-Louis, 1857.

Fig. 7. Plan de situation de l’église Saint-Louis, 1857.

Source : (N.r). Archives historiques du diocèse d’Oran.

1869, la construction de la cathédrale Saint-Louis

15Oran devient siège de diocèse en 1866. La population européenne s’accroît, mais l’église Sainte-Marie-de-la-Patience, même agrandie en 1847 grâce à la construction d’un double bas-côté, devient insuffisante. Le premier évêque d’Oran, Mgr Callot, entame en 1868 des tractations en vue de l’attribution d’un terrain pour la construction d’une nouvelle cathédrale. Mais il s’agira en fait d’une restructuration de l’église Sainte-Marie-de-la-Patience, qui deviendra alors la cathédrale Saint-Louis.

  • 29 Gilbert Hippolyte Camille Géronime Viala de Sorbier est né à La Flèche le 11 mars 1817. En 1867, ét (...)

16Le maître d’œuvre de ce qui sera la première cathédrale d’Oran serait Viala de Sorbier29. L’édifice, encore perceptible aujourd’hui (fig. 8), correspond sans doute à ce qu’aurait conçu Viala de Sorbier en 1869. Une analyse architecturale comparative entre les traces de l’église espagnole de 1740, le projet d’agrandissement de 1847 et le projet de construction de 1869 permet d’éclaircir cette histoire complexe.

Fig. 8. Façade principale de la cathédrale Saint-Louis, 1869.

Fig. 8. Façade principale de la cathédrale Saint-Louis, 1869.

Source : E. Munoz, La Domination espagnole, op. cit., p. 121.

17Au début de la colonisation française, les officiers du Génie ont eu accès à divers documents et cartes de la période espagnole qu’ils ont utilisés pour produire les leurs, même si on ne peut affirmer qu’il en fut de même pour l’architecte chargé du projet de la cathédrale. Cependant, si l’édification de l’édifice français a bien lieu sur le site de l’église espagnole, il devient intéressant de souligner l’existence éventuelle de similitudes entre l’ancienne église espagnole (fig. 9) et la nouvelle église française (fig. 10). La colonisation était vécue par l’Église comme un retour de la chrétienté dans la ville et justifiait donc le recours aux traces chrétiennes antérieures.

Fig. 9. Plan Santa-Maria-de-las-Victorias, 1740.

Fig. 9. Plan Santa-Maria-de-las-Victorias, 1740.

Source : J.B. Vilar, M. De Epalza, Plans, op. cit., p. 245.

Fig. 10. Plan Saint-Louis, 1869 (relevé et plan par l’auteur).

Fig. 10. Plan Saint-Louis, 1869 (relevé et plan par l’auteur).

18En comparaison du plan de l’église espagnole de 1740, la cathédrale de 1868 conserve une longueur imposante, mais la nef unique précédente a disparu et laissé la place à cinq nefs (fig. 11) dignes des basiliques métropolitaines, notamment celles qui jalonnent les routes du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle, comme Saint-Cernin à Toulouse construite en 1080. L’épaisseur des murs de Saint-Louis est moins importante que celle de Santa-Maria-de-las-Victorias, les piliers massifs et fasciculés de l’église espagnole ont été remplacés par des piliers moins épais mais plus nombreux. Avec une section rectangulaire rudimentaire, ils constituent des éléments architectoniques faisant partie du système mural de soutien.

Fig. 11. L’intérieur de l’église Saint-Louis, nef centrale et deux collatéraux (photographie de l’auteur, 2008).

Fig. 11. L’intérieur de l’église Saint-Louis, nef centrale et deux collatéraux (photographie de l’auteur, 2008).

19L’abside est marquée au niveau du mur oriental par un pilastre constitué d’un arc plein-cintre à rainures, orné au niveau de la clé de voûte d’une pierre trouvée dans les ruines de l’ancienne église espagnole. Cette pierre portait les armes du cardinal Ximénes, ce qui fait écho clairement au passé chrétien de la ville (fig. 12a et b). L’ensemble de l’arcature repose sur des chapiteaux foliés constitués de volutes rappelant l’ordre ionique. La partie supérieure du chapiteau compte un abaque concave épuré avec des entablements en légère saillie. La base du chapiteau compte un astragale composé d’entablements concaves. Le fût est lisse, encadré par des rainures sous forme de lignes verticales et horizontales. Le pilastre mélange les spécificités des ordres ionique et toscan, donnant son aspect roman à l’édifice. La base du pilastre comporte une plinthe et des entablements en relief.

Fig. 12a et fig. 12b. Vue d’une partie de l’abside, le pilastre et l’arc en plein cintre portant la pierre avec les armes archiépiscopales du cardinal Ximénes sont perceptibles (photographie de l’auteur, 2008).

Fig. 12a et fig. 12b. Vue d’une partie de l’abside, le pilastre et l’arc en plein cintre portant la pierre avec les armes archiépiscopales du cardinal Ximénes sont perceptibles (photographie de l’auteur, 2008).

12a

20Un escalier extérieur monumental en double-volée, disposé de part et d’autre du vestibule de l’église, est construit marquant davantage l’entrée principale de l’édifice. Les nouveaux escaliers assurent particulièrement la fonction d’édicule servant d’entrée pour l’église basse ou crypte.

21Les pyramidions sur la façade principale sont détruits et remplacés par deux petites coupoles, référence explicite à l’architecture byzantine aux influences classiques et orientales – leur présence souligne le brassage entre le byzantin et le roman, conférant ainsi à l’édifice un caractère romano-byzantin.

22Les cinq accès (deux au niveau de la façade occidentale, deux au niveau des deux façades latérales et un au niveau de l’abside) sont maintenus pour la cathédrale Saint-Louis, la façade occidentale comptant cependant un accès en plus. Santa-Maria-de-las-Victorias présentait deux cages d’escalier : une en colimaçon menant à la crypte au niveau de l’abside et une autre droite, au niveau de la façade latérale droite. Saint-Louis comporte trois cages d’escalier : la première au niveau du chevet de l’église à l’extrémité droite (actuellement condamnés, les escaliers mènent du rez-de-chaussée à une sorte de sous-pente) ; la seconde à droite du narthex qui mène à la crypte et à la tribune, et une troisième qui est le monumental escalier perron de la façade principale.

Fig. 13. Carte postale, sans date, intérieur Saint-Louis, la nef principale menant à l’abside.

Fig. 13. Carte postale, sans date, intérieur Saint-Louis, la nef principale menant à l’abside.

Source : Archives historiques diocésaines d’Oran.

  • 30 « Le chœur regarde le nord et se termine en un cul-de-four, dont la partie supérieure est décorée d (...)

23La figure 13 illustre plusieurs aspects de l’intérieur de la cathédrale Saint-Louis, notamment la nef principale maintenue sans doute au même endroit que la nef de l’église espagnole. Elle témoigne également du mobilier et d’une partie des équipements, qui se composent de bancs disposés à droite au milieu de la nef centrale, d’une chaire à prêcher en bois couverte d’une demi-coupole installée entre deux colonnes, d’une barrière en bois à gauche, entre trois colonnes au fond, d’une clôture séparant la nef centrale du chœur. Deux lustres ornent le faux plafond plat de la nef centrale. Un tableau représentant les stations du Chemin de croix est suspendu au niveau de chaque clairevoie, et un autre représentant sans doute Saint-Louis est accroché au-dessus de l’arc triomphal de l’abside et du sanctuaire30. Les arcades reposent sur des piliers aux parois lisses. Leur extrémité supérieure compte un abaque et un astragale sous forme d’entablement en légère saillie ; tous les arcs sont de type plein cintre typique de l’architecture romane ; des entablements séparent les arcades des clairevoies ; les galeries sont inexistantes ; des médaillons avec la croix grecque au centre ornent l’espace intermédiaire entre deux arcades ; un toit plat orné de lattes en saillie surplombe la nef centrale, et un faux plafond couvre la charpente en bois de la toiture en pente.

  • 31 AHDO.

24En ce qui concerne la décoration iconographique, il est intéressant de souligner qu’en 1869 des statues sont maintenues dans la réalisation de la cathédrale Saint-Louis dans la colonie, ce maintien ostensible affirme la religion de la société politiquement dominante, dans le contexte traditionnellement aniconique sunnite. L’emplacement de ces statues est doublement scandé, car elles sont disposées à la fois au niveau de la façade principale de la cathédrale et en surélévation au-dessus de la balustrade de l’escalier-perron. Viala de Sorbier a sans doute ignoré un extrait de la circulaire du ministre du Culte de 1853 : « Vous éviterez avec soin toute décoration superflue, elle serait déplacée dans une église de village, dont l’aspect doit répondre aux habitudes modestes des populations qui viendront y prier ; elle n’est pas nécessaire à la gloire de l’artiste31. »

  • 32 Dans le cadre de cet article, nous n’avons pas abordé l’aspect législatif qui a régi la constructio (...)
  • 33 « […] Oran ne comptait que deux églises, Saint-André et Saint-Louis […] aucune des deux ne méritait (...)

25La cathédrale Saint-Louis est en fait un exemple d’architecture romano-byzantine en raison de la triple influence de l’évêque, du pouvoir politique et du maître d’œuvre qui a été progressivement prise en considération et qui a imposé de nouvelles contraintes dans la construction. Les premiers responsables du culte influents tenaient à une cathédrale digne de la suprématie chrétienne du passé dans les colonies. Pour cela, ils ont dévié les restrictions économiques imposées par le gouvernement, grâce à des collectes de fonds autonomes, alors que le style paléochrétien et romain devait figurer dans l’architecture, pour appeler le retour aux sources mêmes du christianisme, et donc de la chrétienté à Oran. Les responsables du pouvoir politique32 faisaient pression quant à eux, au début de la colonisation, sur l’économie dans les constructions. Les architectes, en particulier Viala de Sorbier, ont subi ces influences et ont essayé de jouer avec ces différentes contraintes, en faisant de l’église chrétienne Saint-Louis primitive un site prestigieux de la présence française. Si Saint-Louis était originellement une « chapelle misérable », pour reprendre une description du cardinal Lavigerie33, elle s’est finalement transformée en une véritable cathédrale.

Conclusion

  • 34 D. Senhadji, « La cathédrale du Sacré-Cœur d’Oran (1898-1913) : options architecturales entre jeux (...)

26Du point de vue de l’histoire et de l’architecture, le destin de la cathédrale Saint-Louis est typique des nouveaux édifices des territoires coloniaux méditerranéens. Il s’agit d’un lieu de culte qui a basculé d’une religion à l’autre selon les périodes de domination arabe, espagnole, ottomane et française. D’une mosquée à une chapelle, le bâtiment devient une église paroissiale, puis une cathédrale, puis simple église après 1913, après la construction de la nouvelle cathédrale d’Oran. Cet édifice est cependant peu cité dans les guides touristiques contemporains, pour plusieurs raisons. L’église Saint-Louis, dont l’histoire reste en grande partie méconnue, est actuellement inaccessible au public ; seule la crypte, transformée en cercle culturel, est ouverte en semaine. Les circuits touristiques concernent davantage le site particulièrement emblématique de la ville d’Oran, le fort de Santa-Cruz qui compte l’ancien fort espagnol et la chapelle Notre-Dame-du-Salut, offrant une vue imprenable sur la mer et la ville. Saint-Louis intéresse cependant les pieds-noirs en visite « nostalgique » à Oran, ainsi que les architectes et ceux qui s’intéressent à l’histoire de la ville. Même si, en raison de son passé, c’est un lieu qui résume l’histoire des présences qui se sont succédé à Oran, l’usage patrimonial actuel de Saint-Louis reste très limité, voire inexistant. Nous avons voulu revenir sur son histoire et son architecture en vue de souligner les ratés et l’arbitraire qui relient finalement patrimoine et tourisme. À Oran, un autre élément expliquerait sans doute ce constat. Saint-Louis sera supplantée par la seconde cathédrale d’Oran, le Sacré-Cœur, inaugurée en 1913 et conçue par Albert Ballu, architecte en chef des Monuments historiques de l’Algérie34. Cet édifice plus « urbain », au cœur de la ville française coloniale et éloigné de l’église Saint-Louis, enclavée dans l’ancienne ville espagnole et ottomane connue aujourd’hui sous le nom du quartier de Sid El Houari, reste un élément patrimonial et touristique de premier plan.

Bibliographie

Sources

Archives historiques diocésaines d’Oran.

Archives nationales de France : F19 / 7233, F 19/ 7789.

Archives d’outre-mer : GGA 2N /6, GGA N / 14.

R. Basset, Fastes chronologiques de la ville d’Oran pendant la période arabe, Paris, Leroux, 1892.

R. Bourouiba, Oran, Oran, Ed. Diwan, 2003.

I. Didier, Oran militaire de 1830 à 1848 (première partie), Aix-en-Provence, Nicot, 1886.

J. Gandini, Églises d’Oranie 1830-1962, Vallauris, Calvisson, 1992.

C. Kehl, Oran et l’Oranie avant l’occupation française, Oran, Fouque, 1942.

E. Munoz, Sur les pas du drapeau (1830-1866), Oran, Éditions Heintz Frères, 1931.

R. Lespès, Oran : étude de géographie et d’histoire urbaine, Collection du centenaire de l’Algérie, IIIe section : géographie, Paris, Alcan, 1938.

Bibliographie

Alcalá-Zamora J.N., Alonso Acero B., (dir.), Oran y Mazalquivir en la politica norte Africa de Espana 1589-1639, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, Servicio de Publicaciones, 1997.

Bador I., L'Architecture du culte catholique en Algérie au XIXe siècle, DEA Histoire, Paris, EPHE, 1997.

Leniaud J.M., Les Cathédrales au XIXe siècle, Paris, Economica, 1993.

Ruff P., La Domination espagnole à Oran sous le gouvernement du comte d’Alcaudete 1534-1558, Saint-Denis, Bouchéne, 1998.

Senhadji D., « La cathédrale du Sacré-Cœur d’Oran (1898-1913) : options architecturales entre jeux d’acteurs et enjeux idéologiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, nº 44/2, 2014, p. 249-278.

Senhadji D., « La mosquée : l’espace reconquis », L’Année du Maghreb, VI, 2010.

Senhadji D., Architecture cultuelle chrétienne et conquête coloniale en Algérie : Oran 1831-1913, thèse de doctorat, Département d’architecture, Université USTO Mohamed Boudiaf, Faculté d’architecture et de génie civil, 2014.

Vilar J.B., de Epalza M., Plans et cartes hispaniques de l’Algérie, XVIe-XVIIIe siècles, Madrid, Instituto Hispano-Arabe de Cultura, 1988.

Notes

1 D. Senhadji, « La mosquée : l’espace reconquis », L’Année du Maghreb, VI, 2010, p. 297.

2 « El Bekri décrit ainsi Oran : située à quarante milles d’Arzew, c’est une place très forte ; elle possède […] et une mosquée cathédrale », dans R. Basset, Fastes chronologiques de la ville d’Oran pendant la période arabe, Paris, Leroux, 1892, p. 14.

3 Isidore Didier cite René Basset : « […] elle possède […] une mosquée cathédrale » (I. Didier, Oran militaire de 1830 à 1848 (première partie), Aix-en-Provence, Nicot, 1886, p. 89), comme Kehl : « […] elle possède […] une mosquée-cathédrale » (C. Kehl, Oran et l’Oranie avant l’occupation française, Oran, Fouque, 1942, p. 23) ; Rachid Bourouiba cite El Bekri : « […] elle possède […] une grande mosquée » (R. Bourouiba, Oran, Oran, Ed. Diwan, 2003, p. 34) ; « Église paroissiale d’Oran, construite sur le terrain de la mosquée principale pendant la première partie du XVIe siècle » écrivent J.B. Vilar et M. de Epalza (Plans et cartes hispaniques de l’Algérie, XVIe-XVIIIe siècles, Madrid, Instituto Hispano-Arabe de Cultura, 1988, p. 245). Bourouiba cite enfin Alvarez Gomez qui signale : « […] des mosquées splendides » durant la période arabe (R. Bourouiba, Oran, op. cit., p. 64).

4 Ibid., p. 89.

5 « […] Le cardinal Ximénes ordonna la transformation des mosquées en églises. Deux d’entre elles prirent le nom de Notre-Dame-de-la-Victoire et de Saint-Jacques (ibid.). »

6 J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 149.

7 Le manque de sources de cette période est un fait connu : « Les historiens ne nous donnent que peu de renseignements sur Oran entre 1563 et 1708, date à laquelle elle tomba entre les mains des Turcs (R. Bourouiba, Oran, op. cit., p. 79). »

8 Il est important de souligner que les sources espagnoles décrivent avec précision la conversion de l’église Santa-Maria-de-las-Victorias en mosquée, alors qu’Isabelle Bador (L'Architecture du culte catholique en Algérie au XIXe siècle, DEA Histoire, Paris, EPHE, 1997, p. 23) évoque la transformation de l’église en synagogue. Nous n’avons trouvé cependant aucune source crédible attestant de la véracité de l’existence de la synagogue à cette époque sur le site de Santa-Maria-de-las-Victorias.

9 D’après J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 245.

10 La figure 2 représentant Oran en 1535 est en réalité une reconstitution en 1927 du général français Isodore Derrien sur la base du rapport du Comte d’Alcaudéte et de vieilles cartes espagnoles. Le général Isodore Derrien a rédigé un ouvrage intitulé Les Français à Oran, de 1830 jusqu’à nos jours, Aix-en-Provence, Nicot, 1886. C’est une carte stratégique destinée à des fins militaires et défensives mais où les églises et les couvents espagnols sont mentionnés, notamment l’église-cathédrale Notre-Dame-de-Las-Victorias, l’église Saint-Louis durant la période française.

11 La figure 3, représentant Oran et Mers El Kébir en 1630, mentionne aussi l’église-cathédrale Iglesia Mayor, l’église Saint-Louis de la période française.

12 Nos investigations sur le terrain en magister sur les mosquées issues des conversions d’églises en mosquées en Algérie nous avaient révélé des cas où, pour des raisons structurelles, il était impossible de détruire les marches menant à l’autel, un mur fut alors construit pour « cacher » cette surélévation qui n’est pas tolérée dans la salle de prière d’une mosquée.

13 Les sources n’évoquent pas la création d’un espace d’ablution dans l’ancienne église.

14 J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 245.

15 Le plan date de 1734, mais il apparaît dans la correspondance en 1769.

16 J.B. Vilar, M. de Epalza, Plans, op. cit., p. 244-245.

17 P. Ruff, La Domination espagnole à Oran sous le gouvernement du comte d’Alcaudete 1534-1558, Saint-Denis, Bouchéne, 1998, p. 15.

18 Ibid., p. 24.

19 Ibid., p. 25.

20 I. Didier, Oran militaire de 1830 à 1848, op. cit., p. 14.

21 « Pendant toute la durée de la première occupation espagnole d’Oran, le ravitaillement de la ville est apporté d’Europe [...]. Matériaux de construction et même bois de chauffage car la montagne est nue, sans arbres, et il n’y a pas de culture aux environs (C. Kehl, Oran et l’Oranie, op. cit., p. 38). »

22 Les Français entrent à Oran le 4 janvier 1831.

23 Extrait d’un document non référencé du service des Ponts-et-chaussées, source : Archives historiques diocésaines d’Oran (AHDO).

24 Le secours du gouvernement général apporté à une Église encore métropolitaine rattachée à l’archevêché d’Aix-en-Provence n’est pas encore défini juridiquement. La première aide du gouvernement n’est accordée qu’en 1837 grâce au système de fabrique instauré par le maréchal Vallée. C’est donc un système de quête auprès des fidèles, des prélats, des monarchies européennes et de l’Église métropolitaine qui a permis l’édification des premières églises d’Algérie.

25 J. Gandini, Églises d’Oranie 1830-1962, Vallauris, Calvisson, 1992, p. 93.

26 Il n’existe à ce jour aucun dessin de façade de l’agrandissement de 1847, le seul dessin découvert date de 1868, celui de la figure 6, soit un an avant la reconstruction de la grande cathédrale Saint-Louis en 1869. Ceci explique pourquoi la figure 6 est utilisée pour l’analyse de l’agrandissement de 1847.

27 Documents non classés, AHDO.

28 Voir figure 7, document inédit conservé aux Archives historiques diocésaines d’Oran.

29 Gilbert Hippolyte Camille Géronime Viala de Sorbier est né à La Flèche le 11 mars 1817. En 1867, étant architecte en chef du département lors de la création de l’évêché d’Oran en 1867, il est désigné par le préfet d’Oran et l’évêque comme architecte provisoire du service des Édifices diocésains de la province d’Oran. On fait appel à lui pour édifier la tour portant Notre-Dame-du-Salut à Santa Cruz à Oran. En 1874, Viala de Sorbier démissionne, selon le vœu de l’évêque, et regagne la France où il décède à Marseille en 1878 (Archives nationales de France : F19 / 7233, F 19/ 7789 ; Archives d’outre-mer : GGA 2N /6, GGA N / 14 ; J.M. Leniaud, Les Cathédrales au XIXe siècle, Paris, Economica, 1993, p. 803 ; I. Bador, L'Architecture du culte catholique, op. cit., p. 68-70). Bador émet des réserves sur le fait que Viala de Sorbier soit le concepteur de l’église Saint-Louis, à cause de son poste d’architecte en chef du département d’Oran qui lui permettait de signer tous les plans qui passaient entre ses mains pour approbation (ibid., p. 69). Aux archives historiques diocésaines d’Oran, nous n’avons retrouvé aucun document (par exemple la correspondance avec un autre architecte) qui conforterait l’hypothèse de Bador.

30 « Le chœur regarde le nord et se termine en un cul-de-four, dont la partie supérieure est décorée d’une forte belle peinture, due au pinceau de M. Saint Pierre, élève de M. Picot, représentant le débarquement de Saint-Louis à Tunis, deux pendentifs, dans lesquels figurent saint Jérôme et saint Augustin, complètent cette décoration murale, faite d’après les indications de Viala de Sorbier (J. Gandini, Églises d’Oranie, op. cit., p. 94). »

31 AHDO.

32 Dans le cadre de cet article, nous n’avons pas abordé l’aspect législatif qui a régi la construction des églises en Algérie. Voir D. Senhadji, Architecture cultuelle chrétienne et conquête coloniale en Algérie : Oran 1831-1913, thèse de doctorat, Département d’architecture, Université USTO Mohamed Boudiaf, Faculté d’architecture et de génie civil, 2014.

33 « […] Oran ne comptait que deux églises, Saint-André et Saint-Louis […] aucune des deux ne méritait pour son architecture la moindre attention », R. Lespès Oran, étude de géographie et d’histoire urbaine, Collection du centenaire de l’Algérie, IIIe section : géographie, Paris, Alcan, 1938, p. 152.

34 D. Senhadji, « La cathédrale du Sacré-Cœur d’Oran (1898-1913) : options architecturales entre jeux d’acteurs et enjeux idéologiques », Mélanges de la Casa de Velásquez, nº 44/2, 2014, p. 249-278.

Auteur

Architecte, faculté d’architecture et de génie civil, université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf (Oran, Algérie).

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search