Version classiqueVersion mobile

Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb, XIXe-XXIe siècles

 | 
Cyril Isnart
, 
Charlotte Mus-Jelidi
, 
Colette Zytnicki

Partie II : Les relectures du patrimoine local dans l'architecture de tourisme

Le président, la mer et l'architecte. Cacoub bâtisseur d'une nation touristique

Charlotte Mus-Jelidi

Texte intégral

  • 1 Olivier-Clément Cacoub est né le 14 avril 1920 en Tunisie, où il suit sa scolarité. Il fréquente l’ (...)
  • 2 Le lexique de la modernité est constamment convoqué par le Zaïm (le combattant suprême) et par son (...)

1Lauréat du Grand Prix de Rome en 1953, l’architecte franco-tunisien1 Olivier-Clément Cacoub a seulement une trentaine d’années lorsque le président Habib Bourguiba fraîchement arrivé au pouvoir fait appel à lui pour édifier des architectures publiques qui matérialiseront la modernité2 qu’il entend insuffler au pays qu’il dirige. Sous l’autorité de Bourguiba, Cacoub sera le maître d’œuvre tunisien le plus productif et sans doute le plus influent des décennies post-indépendances, notamment dans le domaine hôtelier. Il fut aussi l’un des protagonistes majeurs du débat, officiel, mené au cours des décennies soixante et soixante-dix sur les formes architecturales à développer dans ce moment-charnière qu’est celui de la construction du jeune État-nation. À cette époque, non seulement les architectures hôtelières doivent permettre aux touristes étrangers en quête d’exotisme de se dépayser, mais leur construction est sous-tendue par un second enjeu : elles doivent correspondre, voire participer, à l’image, moderne, que veut incarner le jeune État.

Fig. 1. Portrait d’Olivier-Clément Cacoub, photographie, auteur inconnu (coll. part.).

Fig. 1. Portrait d’Olivier-Clément Cacoub, photographie, auteur inconnu (coll. part.).
  • 3 Ce terme est emprunté à Olivier-Clément Cacoub qui l’utilise pour plusieurs réalisations, notamment (...)

2L’objectif de cette étude est d’analyser la manière dont s’incarne cette modernité territorialisée dans l’œuvre touristique d’Olivier-Clément Cacoub qui mobilise, de manière extrêmement variée, des références présentées par lui comme étant vernaculaires. Trois types de projets développés à différents moments de sa carrière seront évoqués afin de saisir cette pluralité : les architectures dites « signal3 », dans lesquelles se combinent des échos plus ou moins lointains au patrimoine local ou plus largement arabo-andalou et des références nord-américaines ; ensuite les clubs de vacances, définis a posteriori comme des réinterprétations de villages tunisiens ; puis Port El Kantaoui, pensé comme l’anti Port-Grimaud.

Bourguiba, l’architecture et la modernité tunisienne

  • 4 P. Vago, Une Vie intense, Bruxelles, AAM éditions, 2000, p. 353.

3Dès les premières années de son mandat, le président Habib Bourguiba décide de faire du tourisme une activité économique de premier plan. En 1959, la Société hôtelière et touristique de Tunisie (SHTT) est créée pour encadrer ce développement. Sa fondation fait de l’État tunisien le maître d’ouvrage de la plupart des projets hôteliers élaborés en nombre (hôtels, clubs de vacances puis zones touristiques), au moins jusqu’en 1964, date à laquelle la privatisation du secteur commence à prendre le pas. Habib Bourguiba suit de près les travaux et a une réelle influence sur les choix architecturaux de son architecte dont il est proche. Pierre Vago, qui rencontre Olivier-Clément Cacoub à Tunis, qualifie rétrospectivement son confrère de « courtisan », tout en reconnaissant lui-même le terme excessif et précisant qu’il « flattait ce qu’il croyait être le goût ou la volonté du président4 ». Indépendamment des qualités indéniables des œuvres tunisiennes de Cacoub, celles de ses œuvres de jeunesse en particulier, il est difficile de nier ce trait de caractère, et il est indispensable de comprendre la manière dont le président Bourguiba appréhende le patrimoine tunisien si l’on veut analyser les choix de son architecte.

  • 5 À titre d’exemples, les Tunisiens du Sud ont dû abandonner leur habitat troglodytique de manière co (...)

4Habib Bourguiba a souvent été considéré comme un ennemi du patrimoine tunisien, d’abord parce qu’il a rasé une partie de la ville ancienne de Monastir, qu’il a envisagé le percement de celle de Tunis, projetant de détruire une grande partie du bâti ottoman et de la remplacer par des buildings et que, plus généralement, il a, au moins durant les premières années de son mandat, constamment disqualifié l’habitat vernaculaire, le jugeant archaïque et indigne d’un peuple libéré du joug colonial5.

  • 6 Cette maison fut financée par les « amis » du président du Néo-Destour, avant son retour d’exil, po (...)
  • 7 H. Dhouib, La Reconstruction en Tunisie de 1943 à 1947, thèse de doctorat en histoire, Université P (...)
  • 8 J. Abdelkafi, « Médinas en devenir », dans Médina 2030 : scénarios et stratégies, sous la dir. de M (...)
  • 9 P. Vago, Une Vie intense, op. cit., p. 352. Ainsi en 1978, lorsqu’un dernier projet de percée est p (...)

5Au début de son mandat, Bourguiba ne fait pas grand cas de la conservation des monuments historiques ; pour autant, le rapport qu’il entretient avec la tradition architecturale est complexe et ne saurait être réduite à une simple exécration. Une réalisation non hôtelière qui permet de mieux cerner les goûts personnels de Bourguiba en la matière est la maison imaginée, entre 1954 et 19566, pour celui qui n’est pas encore président par Bernard Zehrfuss, lauréat du Grand Prix de Rome quatorze années avant Cacoub, ancien architecte de la Reconstruction sous le Protectorat français en Tunisie7. À Tunis dans le quartier de Montfleury, sur un terrain qui surplombe la ville de Tunis (sur l’actuelle rue Manoubia), Zehrfuss projette deux bâtiments, une maison principale pour Habib Bourguiba et une seconde, de taille plus modeste, au fond de la parcelle pour Mathilde, épouse du futur président – nous nous intéressons au bâtiment principal, conçu comme un espace de représentation. Afin d’éviter de subir les vents chauds venant de l'ouest, l’architecte décide de fermer la façade qui donne sur ce point cardinal, la traitant de manière très massive. Dans une première version du projet, la verticalité du bâtiment est soulignée par une loggia qui ouvre l'ensemble des niveaux supérieurs sur l’extérieur, par cinq arcs surbaissés dans lesquels sont insérés des claustras en bois interrompus par des fenêtres-bandeaux. Au rez-de-chaussée, la demeure est dotée d’une galerie à arcs surbaissés. Dans la seconde mouture du projet, les claustras qui devaient être peints en bleu sont conservés. Mais de nombreuses modifications sont proposées pour renforcer la massivité de la façade qui caractérisait déjà la première esquisse. L'architecte réhausse la façade sur rue au niveau des pièces de réception, et, avec elle, la loggia. Le bandeau en saillie qu'elle formait dans le premier projet est tellement agrandi que la façade semble dotée d'une seconde peau. La suppression des arcs surbaissés du premier niveau renforce encore plus le caractère anguleux de la maison. Mais Zehrfuss modifie à nouveau le projet, de manière définitive cette fois. Les claustras sont supprimés sur la façade principale. Aucune fantaisie n'est concédée, ni même aucune référence à l'architecture vernaculaire en façade sur rue, qui est désormais monolithique, minimaliste, voire austère. Au rez-de-chaussée, deux arcs surbaissés marquent l’entrée d’une buanderie et autres pièces de service à gauche, tandis que l’entrée principale, située à droite de la façade, est signalée par un arc surbaissé plus large. Au centre, deux fenêtres horizontales et rectangulaires sont fermées par des grilles en fer forgé. Quant aux niveaux supérieurs, ils sont, cette fois, traités distinctement. Le premier est ouvert par cinq portes-fenêtres jumelées horizontales qui donnent sur un balcon filant. Au niveau supérieur, Zerhfuss reprend le rythme des ouvertures, en ouvrant la façade par cinq fenêtres jumelées, rectangulaires et horizontales. Un auvent gracile court tout le long de la façade pour abriter du soleil les pièces de réception situées au premier étage ; et le fait qu’une même distance sépare, d’une part, la traverse haute des fenêtres du second étage et l’auvent et, d’autre part, la traverse haute des fenêtres du premier étage et la naissance du garde-corps du balcon renforce la verticalité de la façade et son caractère trapu. Son austérité est contrebalancée à l’intérieur, dès l’entrée, par la rondeur de l’escalier d’honneur et le mur claustra qui le baigne de lumière, claustra qui ouvre le mur latéral de la maison. Les claustras ancrent la demeure à la fois dans une identité locale (écho lointain aux moucharabiehs de la médina) et dans une contemporanéité ferme, ses motifs évoquant ceux développés par Auguste Perret au palais d’Iéna. Si le claustra se prête à une double interprétation, reste que la maison reste rattachée à la culture tunisienne, par la présence d’un vaste patio et celle, plus surprenante dans la maison de Bourguiba, d’un mihrab, une pièce de prière, seule salle de la maison qui a des formes arrondies. La maison, dans laquelle Bourguiba n’habitera jamais, montre une image contemporaine dont l’a-historicité est assumée, en même temps qu’est convoquée une identité locale. Si Pierre Vago explique qu’après l’échec du projet de percée de la médina, cloué au pilori grâce à la mobilisation de la société civile et d’architectes à la renommée internationale8, Bourguiba voulut allier « passé et avenir, tradition et modernité9 », on peut considérer, au regard de cette maison, que cette combinaison est présente bien avant. Et elle irriguera plus encore les projets présidentiels postérieurs, ceux-ci ayant pour but d’incarner la modernité de la jeune nation tunisienne, comme le montrent les palais présidentiels de Skanès et de Carthage ou encore le mausolée de Bourguiba.

Fig. 2. Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.

Fig. 2. Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.

IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boîte d’archives n° 64). © SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle.

Fig. 3. Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.

Fig. 3. Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.

IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boîte à rouleaux n° 8). © SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle.

Fig. 4. Propriété Bourguiba, projet, coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.

Fig. 4. Propriété Bourguiba, projet, coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.

IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n° 8). © SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle.

Fig. 5. Propriété Bourguiba, façade principale, 2012 (photographie de l’auteur).

Fig. 5. Propriété Bourguiba, façade principale, 2012 (photographie de l’auteur).
  • 10 Nous nous permettons de renvoyer à C. Jelidi, « Architectures officielles tunisiennes… ».
  • 11 O.C. Cacoub, Rencontres et architecture, s.l., Olivier-Clément Cacoub et associés, 2002, p. 23.

6À Skanès, le palais présidentiel, dit Palais de marbre, est construit entre 1962 et 1965. Partiellement sur pilotis, il se déploie autour d’un vaste patio arboré, sur un plan carré évidé10. Cette disposition crée « une zone d’ombre » pour « être en contact avec le sable et l’eau de la plage toute proches11 ». La nature dicte l’organisation du bâtiment qui s’inscrit à la fois dans la tradition méditerranéenne, avec la présence de ce patio et en dehors de cette tradition, avec ses pilotis et l’ombrière située sur le toit et la terrasse. Quelques éléments décoratifs servent à parfaire l’inscription locale de ce bâtiment moderne : le mur claustra de la façade principale ou encore les zelliges du salon, relecture libre de décors médinaux. Les sources d’inspiration sont plurielles, et non pas strictement tunisiennes, ainsi, note-t-on des références persanes dans certains décors de mosaïques qui ornent le jardin.

Fig. 6. Skanès, Palais de marbre, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).

Fig. 6. Skanès, Palais de marbre, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).

7Au palais de Carthage (construit dans les années soixante et soixante-dix), l’objectif est différent, puisqu’il faut édifier à la fois la résidence principale de Bourguiba et un lieu de prestige et de représentation. À ce titre, le palais est doté d’un décorum bien plus chargé que celui de Skanès. Les références sont diverses, aussi bien françaises que vernaculaires, tantôt tunisiennes, tantôt maghrébines. Une grande partie du mobilier créé par André Leleu et Pierre Deshays de la maison Jansen est de style louis XVI ; les jardins sont à la française, tandis que le palais regorge de plafonds en caissons ouvragés (dans la galerie de la salle de réception), de décors de stucs et de zelliges (dans la salle d’honneur) ou encore de moucharabiehs en façade (en bois cette fois et reprenant des formes vernaculaires), qui tous ont vocation à montrer le savoir-faire artisanal local aux hôtes étrangers lors des visites officielles. L’identité tunisienne est ici plus affirmée que dans le Palais de marbre où elle était subtilement suggérée.

  • 12 Aujourd’hui, c’est à la fois un lieu de recueillement pour un nombre important de démocrates tunisi (...)

8Ce parti est poussé à son paroxysme au tombeau que Bourguiba fait élever à Monastir. Ce mausolée, chargé sur le plan symbolique12, est édifié du vivant du président (1971). Dans la force de l’âge, il pense à perpétuer son propre souvenir et fonder sa légende pour les générations à venir. Œuvre d'Olivier-Clément Cacoub, ce monument est le réceptacle d’un foisonnement d’ornements, plus luxueux les uns que les autres. Avec son dôme central doré sous lequel le président déchu est enterré en 2000, ses minarets latéraux qui culminent à vingt-cinq mètres et les coupoles vertes sur les côtés, cet édifice ressemble moins, dans sa forme générale, à une architecture locale qu’au Taj Mahal auquel il est souvent comparé. Toutefois, le décor, chargé en stucs, céramiques de Kallaline, bois de cèdre sculpté, feuilles d’or, etc., est inspiré des artisanats locaux dits traditionnels. Seul élément qui reflète la politique modernisatrice menée par Bourguiba : l’inscription qui orne le dessus de la porte d’entrée, qu’il a lui-même choisie et qui rappelle ce qu’il a voulu être : « […] Le bâtisseur de la Tunisie moderne […]. »

  • 13 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 82.

9Ces quelques exemples montrent que si les choix bourguibiens ne sont pas univoques, tous sont sous-tendus par la même quête, celle de l’affirmation d’une Tunisie moderne, celle d’une tunisianité moderne. La production hôtelière d’Olivier-Clément Cacoub s’inscrit elle-aussi dans ce registre. Comme Bourguiba, son architecte est conscient en effet que l’« héritage culturel du pays visité » est une « motivation fondamentale du voyage13 ». Dans les productions hôtelières, les références à la tradition architecturale locale sont utilisées de manière variée : soit dans le décor, soit dans la disposition des édifices. Plus rarement, ces références sont seulement symboliques, exprimées par le verbe de l’architecte lorsqu’il commente son œuvre.

L’architecture hôtelière « signal »

10Le premier hôtel construit par Olivier-Clément Cacoub pour l’État tunisien est celui des Palmiers en 1962. Ce petit établissement de 120 lits est élevé à proximité du Palais de marbre de Skanès. C’est le même esprit qui a présidé à la conception de ces deux architectures voisines ; dans les deux cas, Cacoub propose une architecture résolument contemporaine, aux influences américaines, tout en utilisant des savoir-faire locaux et proposant des réinterprétations libres et ponctuelles du vocabulaire nord-africain.

Fig. 7. Les Palmiers, Olivier-Clément Cacoub (coll. part.).

Fig. 7. Les Palmiers, Olivier-Clément Cacoub (coll. part.).

Fig. 8. Les Palmiers, Olivier-Clément Cacoub, couloir donnant accès aux chambres depuis le parking (photographie de l’auteur).

Fig. 8. Les Palmiers, Olivier-Clément Cacoub, couloir donnant accès aux chambres depuis le parking (photographie de l’auteur).
  • 14 Le décor de cet hôtel, qui s’appelle aujourd’hui Les palmiers Beach Holiday Village, a été modifié (...)
  • 15 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 109.
  • 16 Les architectures-sculptures, pour reprendre l’expression de Michel Ragon (Ragon, 1974), répondent (...)

11Ainsi, l’hôtel Les Palmiers14 est inspiré, dans sa disposition, des motels américains. Les chambres, traversantes, donnent à la fois sur le parking de l’hôtel (dont elles sont séparées par une galerie) et sur les jardins et la piscine prolongée par la plage ; l’adoption de ce circuit horizontal permettant « de passer de la voiture à la mer à travers un seul niveau de chambres, couloirs, et terrasses15 ». Pour accentuer la contemporanéité de cette réalisation, Cacoub installe devant l’hôtel une sculpture-signal, véritable point de repère architectural surplombant le paysage environnant16. Dans le même temps, Cacoub ouvre la galerie extérieure sur le parking grâce à un mur claustra qui produit une ambiance propice au dépaysement des vacanciers grâce à des jeux de lumière semblables à ceux que créent les moucharabiehs des palais médinaux. Et une grande fresque sur carrelage aux motifs orientalisants de l’artiste Jellal Ben Abdellah accentue cette atmosphère qui sied à un édifice destiné en priorité à une population étrangère en quête d’exotisme. Côté parking, un bestiaire est représenté, alors que ce sont des femmes, la plupart dévêtues, que l’on peut observer, sur le côté opposé, depuis le bar. In fine, comme le palais de marbre voisin, l’hôtel des Palmiers affirme une modernité tunisienne.

Fig. 9. Les Palmiers, décor céramique, Jellal Benabdallah (photographie de l’auteur).

Fig. 9. Les Palmiers, décor céramique, Jellal Benabdallah (photographie de l’auteur).
  • 17 Cet hôtel existe toujours – il se nomme désormais l’hôtel Houda Skanès – mais il a été profondément (...)
  • 18 Raoul Henriques-Raba, né en 1930, est peintre, sculpteur, designer et inventeur de jeux pour enfant (...)

12Plusieurs « hôtels-signal » de ce type, des petites unités à rez-de-chaussée, seront construits au début des années soixante. Mais le tourisme se développe si rapidement qu’il faut bientôt envisager des structures à la capacité plus importante, de plusieurs centaines de lits. Ainsi naît le Skanès Palace17 vers 1965. Il s’agit d’un établissement de 350 lits qui, dans l’esprit, reste proche de l’hôtel Les Palmiers. Cacoub demande à l’artiste Raoul Raba18 de traiter la cheminée d’aération en sculpture-signal contemporaine. Pour autant, l’évocation de l’architecture locale est présente dès l’entrée du bâtiment principal traitée en brise-soleil, avec des claustras de béton. Les motifs sont ici des losanges de différentes tailles. Leur disposition, modulaire, est dans le goût de l’époque, mais le subtil jeu de lumière et d’ombre qu’ils forment selon l’orientation de la terre rappelle celui des moucharabiehs. Cette identité de l’édifice est renforcée à l’intérieur de l’hôtel, notamment grâce aux patios qui y sont aménagés.

Fig. 10. Skanès Palace, Olivier-Clément Cacoub (coll. part.).

Fig. 10. Skanès Palace, Olivier-Clément Cacoub (coll. part.).

13Le but n’est pas de reproduire l’architecture traditionnelle, mais de lui rendre hommage en la citant librement, plus ou moins ponctuellement. Cacoub parlera a posteriori d’une « interprétation moderne d’un art séculaire ».

  • 19 Il accueille un hôtel de standing, un cinéma, des magasins, etc.
  • 20 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 91.
  • 21 Ibid., p. 8.

14Même lorsque les références vernaculaires n’apparaissent pas au premier coup d’œil, Cacoub les revendique. Le cas de l’hôtel Africa19 qu’il construit au début des années soixante-dix dans le centre de Tunis, en association avec Jason Kyriacopoulos, est exemplaire. Cet hôtel est composé d’un édifice en béton, à peine plus haut que ses voisins, et d’un autre bâtiment beaucoup plus élevé, avec charpente métallique et murs rideaux. Cet hôtel est la construction la plus haute de la capitale à l’époque. D’un point de vue formel, cet immeuble n’a rien en commun avec la production architecturale tunisoise antérieure. Pourtant, à son propos, Cacoub écrit : « Ligne de force dans la ville horizontale, l’Africa surprend. Mais n’existe-il pas au cœur des médinas des minarets20 ? » Plus tard, sans reprendre cette comparaison, il affirmera, évoquant cet hôtel : « Ce continent qui a besoin plus que tout autre d’intégration et d’identité universelle en construit les symboles comme ce monolithe d’une sérénité de guet, comme un immense regard de la pierre sur l’Histoire21. »

  • 22 O.C. Cacoub, Olivier-Clément Cacoub architecte : scènes de lumières-déroulement architectural, Pari (...)

15À partir de la fin des années soixante-dix, on note un changement de dialectique. À compter de cette époque, les hôtels bâtis par Cacoub ne sont pas tous inscrits dans la tradition architecturale vernaculaire. Ceux destinés au tourisme d’affaire ne sont plus rattachés à cette tradition, à l’instar de l’hôtel Abu Nawas bâti à Tunis en 1979. À cette époque, l’État-nation est fondé, et la modernité tunisienne n’est plus à construire, elle s’est cristallisée. En ce qui concerne les hôtels de tourisme, l’ancrage dans la tradition locale est encore à l’ordre du jour, mais plus spécifiquement pour des raisons politiques. Ainsi, le complexe hôtelier Habib construit à Monastir en 1987 est rattaché à la tradition locale en dépit de ses cinq étages disposés en escalier. Olivier-Clément Cacoub affirme : « L’aménagement de ce front de mer, c’est-à-dire le développement touristique, insère la modernité de ce projet entre les doubles courbes asymptotes des façades ondulantes, puis celle, architecturale et inspirée, des traditions arabo-islamiques22. » En réalité, seules quelques voûtes et quelques arcs pleins cintres sont susceptibles d’évoquer, de manière plus qu’anecdotique, l’architecture locale. Cet ancrage local par le verbe atteste de l’importance de la quête cacoubienne d’un style tunisien.

Clubs et stations de vacances intégrés : re-création d’une architecture tunisienne 

16Cette réinterprétation d’un art séculaire prend des formes différentes dans les clubs et les stations de vacances intégrés qui se développent à partir des années soixante. Ici la quête de pittoresque est plus importante. Ces établissements sont destinés à accueillir des touristes à la semaine, contrairement aux « motels-signal » dans lesquels ils ne font que passer. La notion de dépaysement y semble primordiale.

17Lorsqu’un journaliste demande à Cacoub quelle est sa principale préoccupation quand il construit un hôtel, il répond :

  • 23 Chefs d’œuvre en péril, de Pierre Delagarde, émission télévisée, Antenne 2, septembre 1983. Retrans (...)

« D’abord je pense au site, à son intégration et ensuite à la motivation […] pour moi un hôtel c’est un lieu de rencontre, de vie, c’est la vie en miniature pour des gens qui viennent chercher le bonheur, les vacances, c’est-à-dire la détente, le rêve, et il faut que l’hôtel soit fait dans toutes ces données23. »

18Pour créer ces établissements, ces clubs destinés à dépayser, Cacoub s’inspire plus directement de la production tunisienne, voire cherche à la recréer.

  • 24 Il se nomme aujourd’hui Club Calimera Thalassa Village de Skanès.

19Le Skanès Résidence Club24 est le premier club intégré réalisé par Cacoub en Tunisie, en 1966. L’architecte travaille alors à une autre échelle puisque l’établissement compte 800 lits. Il édifie des bungalows le long de ruelles courbes, dont certaines sont surmontées d’arcs afin d’accentuer le sentiment de pittoresque que crée l’irrégularité des tracés. Quant aux façades des bungalows, elles évoquent l’architecture locale avec leurs voûtes, arcs, toits-terrasses C’est une architecture pleinement intégrée. Cacoub écrira plus tard : 

« […] S’il y avait une réalisation qui devait incarner le style moderne et particulier que j’ai voulu donner à la Tunisie d’aujourd’hui, ce serait le Village de Skanès. C’est une architecture spontanée naturelle. Là, l’architecte est absolument maître de sa création. Les moyens sont simples et limités. C’est un village que j’ai fait avec mes mains. Ni la science, ni l’esprit cartésien ne m’ont influencé.

« Il n’y a pas une droite, pas une courbe régulière. C’est une œuvre totalement libre.

  • 25 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 82.

« J’ai fait là de l’Architecture comme je fais des gestes. Toutes les courbes de mes lignes sont en harmonie ; on peut les survoler, les toucher, les regarder. Il n’y a pas d’envers. On peut contourner tous les bâtiments, il n’y a pas de profil. C’est une sculpture géante25. »

Fig. 11. Skanès Résidence Club, Olivier-Clément Cacoub (carte postale).

Fig. 11. Skanès Résidence Club, Olivier-Clément Cacoub (carte postale).

Fig 12. Skanès Résidence Club, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).

Fig 12. Skanès Résidence Club, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).

Fig 13. Skanès Rrésidence Club, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).

Fig 13. Skanès Rrésidence Club, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).

20C’est une conception novatrice en Tunisie qui fait des émules. À titre de comparaison, le premier club construit en Tunisie, quelques années auparavant, le Club Méditerranée Djerba la fidèle, était composé de petites huttes, des cases. Le langage proposé par Cacoub sera préféré aux premières expériences de ce type.

Port el Kantaoui, l’anti-Grimaud

21Au début des années soixante-dix, Olivier-Clément Cacoub s’exprime à une échelle plus vaste encore, à l’occasion de la réalisation du complexe touristique de Port el Kantaoui, qui répond aux mêmes exigences.

  • 26 O.C. Cacoub, Rencontres et architecture…, op. cit., p. 30.

22Afin de trouver une alternative aux « trains d’hôtels » qui commencent alors à occuper le littoral tunisien, dans des zones exclusivement touristiques, Olivier-Clément Cacoub propose au président Bourguiba de créer des « stations intégrées », villes nouvelles qui permettraient aux touristes de découvrir « la Tunisie en sortant de leur hôtel26 ». Port el Kantaoui est imaginé dans cette optique. Le président Bourguiba choisit son Sahel natal pour accueillir ce projet, qui est mis à l’étude par la Compagnie financière touristique de Tunis (COFITOUR), une structure semi-étatique, et finalement conçu au nord de Sousse.

  • 27 G. Ragot, La Grande-Motte : patrimoine du XXe siècle, Paris, Samogy, 2016.
  • 28 Dans une interview, il critique durement La Grande Motte : « Je déteste […] pour moi ce n’est pas d (...)
  • 29 Olivier-Clément Cacoub dans « Port Grimaud », Chefs d’œuvre en péril, émission télévisée, Antenne 2 (...)

23Sur un terrain de plus de trois cents hectares, Olivier-Clément Cacoub conçoit une station balnéaire comprenant une dizaine d’hôtels (de quatre étoiles luxe à deux étoiles) et des logements répartis autour du port de plaisance, de places et le long de rues arborées. Le programme comporte également des lieux de sociabilité, des cafés, des restaurants, dont l’architecture devait évoquer la Tunisie, et également un golf dix-huit trous, un centre sportif, trente courts de tennis, etc. Cacoub explique qu’il voulait faire vivre les touristes « dans des villages, à côté des grands hôtels, et ne pas copier l’Europe ». Il revendique d’être à contre-courant de certaines productions hôtelières françaises de l’époque, qui ne respectaient pas le cadre bâti environnant, à l’instar de la Grande Motte construite à partir de 1960 par Jean Balladur27 et qu’il « déteste28 ». Port Grimaud ne trouve pas plus grâce à ses yeux. Il estime, en effet, que l’architecte François Spoerry a fait « Venise et l’Italie en France » et que « c’est très discutable ». Il ajoute : « Moi, ce n’est pas Venise que j’aurais fait. J’aurais essayé de faire quelque chose qui se rapproche des terres voisines […]29. »

Fig. 14. Port el Kantaoui (photographie de l’auteur).

Fig. 14. Port el Kantaoui (photographie de l’auteur).
  • 30 Pierre Delagarde, Chefs d’œuvre en péril, Antenne 2, septembre 1983.

24Il a d’abord composé la trame urbaine « de rues qui zigzaguent30 » , dans l’esprit des médinas, considérant que les courbes, ici reines, « sont des éléments de vacances ». Ensuite, il a « créé des obstacles », rappelant des impasses, pour produire une ambiance pittoresque. Et sur ces obstacles, il a placé des échoppes. L’objectif est clairement expliqué par Cacoub :

  • 31 O.C. Cacoub, Rencontres et architecture…, op. cit., p. 30.

« D’obstacle en obstacle, une promenade mène à la place centrale où il y a un café, de la musique orientale, des marchands d’amandes et du jasmin. C’est un peu comme si l’on traversait toute la Tunisie, sans oublier de se baigner dans les grandes piscines intégrées31. »

  • 32 Ibid., p. 16.

25Pour contenter les aficionados du tourisme balnéaire qui aiment rester dans leurs hôtels en leur donnant l’impression de découvrir le pays, Cacoub produit un cadre enchanteur, ce que lui-même définit comme une « incantation traditionnelle32 ».

  • 33 Ainsi les maisons de la mer sont-elles parfois à R+3.

26Pour ce qui concerne les architectures élevées sur cette trame viaire, Cacoub conçoit « les maisons de la mer ». La distribution de ces appartements disposés en petites copropriétés n’a rien à voir avec l’architecture traditionnelle. Mais le décor extérieur l’évoque. La blancheur des façades combinée aux toits-terrasses, aux dômes, aux voûtes, aux patios contribuent à la constitution du caractère vernaculaire des lieux. L’architecte ne cherche pas à évoquer l’identité architecturale tunisienne comme il l’a fait avec les façades claustras dans d’autres projets hôteliers. Ici son but est de la re-créer, sans reproduire33 ; il ambitionne à en extraire l’essence afin de la retranscrire.

Conclusion

  • 34 Propos d’Olivier-Clément Cacoub rapportés par A. Hamza, « L’invité Olivier-Clément Cacoub », Archib (...)
  • 35 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 13.

27« Chaque grande époque de l’histoire a son architecture, sa figuration du pouvoir34 », dira Cacoub, qui a cherché à en créer une pour Bourguiba, grâce aux nombreux bâtiments publics qu’il a réalisés, mais aussi grâce à ses projets hôteliers. Il a produit des images architecturales destinées à représenter l’État-nation en construction autant qu’à dépayser les touristes. Olivier-Clément Cacoub décrit cette démarche comme « une tentative de rencontre de la tradition et de la modernité ou, tout simplement, une architecture heureuse35 ». Cette tradition dont il parle n’est pas un corpus scientifiquement circonscrit. L’héritage dont il s’imprègne pour créer n’est pas forcément tunisien, mais parfois méditerranéen, voire oriental.

28Nous faisons volontairement l’économie de ne pas attribuer à cette architecture une épithète autre que tunisienne. Inscrite dans le contexte de construction du jeune État-nation, sa production est le fruit d’une démarche endogène, et à ce titre elle ne peut pas être qualifiée au prisme de l’altérité, même si les références ne sont pas toujours strictement territorialisées.

  • 36 Ce texte a été finalisé en 2016. Depuis, deux thèses sont venues lever le voile sur une partie de l (...)

29Pour conclure, on ne peut que déplorer l’obscurité dans laquelle a été laissée l’œuvre architecturale d’Olivier-Clément Cacoub. Dans la mémoire collective, l’homme est lié essentiellement aux percées des médinas, jugées en termes toujours négatifs, ou aux projets, certes discutables, qu’il a réalisés en Afrique subsaharienne. Certains de ses confrères ne lui ont guère pardonné son caractère mondain qui lui a permis d’accéder aux grands chantiers présidentiels africains, puis aux chantiers ouverts par son ami Jacques Chirac lorsque celui-ci était maire de Paris. L’absence d’archives privées n’aide pas à lever le voile sur sa production qui est pourtant l’une des plus remarquables de la Tunisie contemporaine et à laquelle il conviendrait désormais de s’intéresser sans jugement moral36.

Bibliographie

Sources

O.C. Cacoub, Architecture de soleil, Tunis, Cérès productions, 1974.

O.C. Cacoub, Olivier-Clément Cacoub architecte : scènes de lumières-déroulement architectural, Paris, Éditions Nouvelle adresse, 1992.

O.C. Cacoub, Rencontres et architecture, s.l., Olivier-Clément Cacoub et associés, 2002.

P. Delagarde, Chefs d’œuvre en péril, émission télévisée, Antenne 2, septembre 1983. Retransciption, archives personnelles.

P. Delagarde, « La Grande Motte jugée par les architectes », Chefs-d’œuvre en péril, émission télévisée, Antenne 2, 28 août 1983, Archives de l’Institut national de l’audiovisuel, [en ligne] URL : http://www.ina.fr/art-et-culture/architecture/video/I00013789/la-grande-motte-jugee-par-les-architectes.fr.html

P. Delagarde, « Port Grimaud », Chefs-d’œuvre en péril, émission télévisée, Antenne 2, 28 août 1983, Archives de l’Institut national de l’audiovisuel, 28 août 1983, [en ligne] URL : http://www.ina.fr/art-et-culture/architecture/video/I00013791/port-grimaud.fr.html

A. Hamza, « L’invité Olivier-Clément Cacoub », Archibat, n° 13, déc. 2009, p. 87.

P. Vago, Une vie intense, Bruxelles, AAM éditions, 2000.

Bibliographie

Abdelkafi J., « Médinas en devenir », dans Médina 2030 : scénarios et stratégies, sous la dir. de M. Balbo, Paris, l’Harmattan, 2010, p. 73-111.

Abdelkafi J., « Villes et territoires de la Tunisie à l’heure du nationalisme », dans Habib Bourguiba : la trace et l’héritage, sous la dir. de M. Camau, V. Geisser, Paris, Karthala, 2004, p. 139-150.

Breitman M., Rationalisme et tradition : le cas Marmey, Paris, Mardaga, 1986.

Desmoulins C., Bernard Zehrfuss, Gollion-Paris, Infolio-Editions du patrimoine-Centre des monuments nationaux, 2008.

Dhouib H., La Reconstruction en Tunisie de 1943 à 1947, thèse de doctorat en histoire, Université Paris-Panthéon Sorbonne, 2010.

Jelidi C., « Architectures officielles tunisiennes des années 1940 aux années 1960 », Cités et architectures de Tunisie : la Tunisie des XIXe et XXe siècles, sous la dir. de L. Ammar, Tunis, Nirvana, 2015, p. 251-269.

Ragot G., La Grande-Motte : patrimoine du XXe siècle, Paris, Samogy, 2016.

Notes

1 Olivier-Clément Cacoub est né le 14 avril 1920 en Tunisie, où il suit sa scolarité. Il fréquente l’École des Beaux-arts de la capitale où il étudie la peinture puis la sculpture avant de partir en France poursuivre ses études.

2 Le lexique de la modernité est constamment convoqué par le Zaïm (le combattant suprême) et par son architecte.

3 Ce terme est emprunté à Olivier-Clément Cacoub qui l’utilise pour plusieurs réalisations, notamment l’hôtel El Hana de Sousse, ou encore l’hôtel Hill Diar de Sousse. O.C. Cacoub, Architecture de soleil, Tunis, Cérès productions, 1974, p. 100-103.

4 P. Vago, Une Vie intense, Bruxelles, AAM éditions, 2000, p. 353.

5 À titre d’exemples, les Tunisiens du Sud ont dû abandonner leur habitat troglodytique de manière contrainte pour être installés dans des villes nouvelles. J. Abdelkafi, « Villes et territoires de la Tunisie à l’heure du nationalisme », dans Habib Bourguiba : la trace et l’héritage, sous la dir. de M. Camau, V. Geisser, Paris, Karthala, 2004, p. 139-150 ; C. Jelidi, « Architectures officielles tunisiennes des années 1940 aux années 1960 », Cités et architectures en Tunisie au XIXe-XXe siècles, sous la dir. de L. Ammar, Tunis, Nirvana, 2015, p. 251-269.

6 Cette maison fut financée par les « amis » du président du Néo-Destour, avant son retour d’exil, pour lui procurer un « logement décent après avoir passé une grande partie de sa vie dans les prisons et camps d’éloignement », selon les paroles de Taieb M’hiri prononcées lors de la pose de la première pierre de la maison. Propos rapportés par le journal Le Temps, le 8 mai 1955.

7 H. Dhouib, La Reconstruction en Tunisie de 1943 à 1947, thèse de doctorat en histoire, Université Paris-Panthéon Sorbonne, 2010 ; C. Desmoulins, Bernard Zehrfuss, Gollion-Paris, Infolio-Editions du Patrimoine-Centre des monuments nationaux, 2008 ; M. Breitman, Rationalisme et tradition, le cas Marmey, Paris, Mardaga, 1986.

8 J. Abdelkafi, « Médinas en devenir », dans Médina 2030 : scénarios et stratégies, sous la dir. de M. Balbo, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 73-111.

9 P. Vago, Une Vie intense, op. cit., p. 352. Ainsi en 1978, lorsqu’un dernier projet de percée est proposé, c’est au nom d’une double quête : adaptation du tissu urbain aux modes de vie de la société industrielle mais aussi mise en valeur d’un monument historique : la mosquée Zitouna.

10 Nous nous permettons de renvoyer à C. Jelidi, « Architectures officielles tunisiennes… ».

11 O.C. Cacoub, Rencontres et architecture, s.l., Olivier-Clément Cacoub et associés, 2002, p. 23.

12 Aujourd’hui, c’est à la fois un lieu de recueillement pour un nombre important de démocrates tunisiens, un lieu de promenade pour les touristes étrangers, mais aussi un lieu qui cristallise la haine des religieux radicalisés. Il est la cible d’un attentat en 2013.

13 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 82.

14 Le décor de cet hôtel, qui s’appelle aujourd’hui Les palmiers Beach Holiday Village, a été modifié profondément ; seule la structure a été conservée.

15 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 109.

16 Les architectures-sculptures, pour reprendre l’expression de Michel Ragon (Ragon, 1974), répondent à la même exigence. C’est le cas notamment de l’amphithéâtre Louis Weil à Grenoble ou du projet que Cacoub présente au concours pour le Centre d’art contemporain de Beaubourg. M. Ragon, « Préface », dans Architecture de soleil…, idem.

17 Cet hôtel existe toujours – il se nomme désormais l’hôtel Houda Skanès – mais il a été profondément remodelé. Les claustras, notamment, ont été détruits.

18 Raoul Henriques-Raba, né en 1930, est peintre, sculpteur, designer et inventeur de jeux pour enfants. Elevé dans un milieu artistique, il entame une scolarité qui le liera profondément à l’école Montessori. Puis il entre à l’École des Beaux-Arts, mais, contrairement à son demi-frère, l’architecte Gérarld Hanning, il choisit la sculpture et se forme dans l’ateiler Louis Leygue. Lauréat du Grand Prix de Rome en 1955, Raoul rencontre Olivier-Clément Cacoub à la Villa Médicis. Ils collaboreront ensemble à plusieurs reprises (Palais de Skanès, Skanès Palace, etc.).

19 Il accueille un hôtel de standing, un cinéma, des magasins, etc.

20 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 91.

21 Ibid., p. 8.

22 O.C. Cacoub, Olivier-Clément Cacoub architecte : scènes de lumières-déroulement architectural, Paris, Éditions Nouvelle adresse, 1992, p. 15.

23 Chefs d’œuvre en péril, de Pierre Delagarde, émission télévisée, Antenne 2, septembre 1983. Retransciption, archives personnelles.

24 Il se nomme aujourd’hui Club Calimera Thalassa Village de Skanès.

25 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 82.

26 O.C. Cacoub, Rencontres et architecture…, op. cit., p. 30.

27 G. Ragot, La Grande-Motte : patrimoine du XXe siècle, Paris, Samogy, 2016.

28 Dans une interview, il critique durement La Grande Motte : « Je déteste […] pour moi ce n’est pas de l’architecture. C’est ne sont pas des vacances. Je vois des formes, des pyramides, des chameaux les pattes en l’air […]. Mauvaise architecture, mauvais plan, c’est mauvais. » Olivier-Clément Cacoub dans « La Grande Motte jugée par les architectes », Chefs d’œuvre en péril, émission télévisée, Antenne 2, 28 août 1983, Archives de l’Institut national de l’audiovisuel, [en ligne] URL : http://www.ina.fr/art-et-culture/architecture/video/I00013789/la-grande-motte-jugee-par-les-architectes.fr.html (consulté le 4 janvier 2016).

29 Olivier-Clément Cacoub dans « Port Grimaud », Chefs d’œuvre en péril, émission télévisée, Antenne 2, 28 août 1983, Archives de l’Institut national de l’audiovisuel, [en ligne] URL : http://www.ina.fr/art-et-culture/architecture/video/I00013791/port-grimaud.fr.html (consulté le 4 janvier 2016)

30 Pierre Delagarde, Chefs d’œuvre en péril, Antenne 2, septembre 1983.

31 O.C. Cacoub, Rencontres et architecture…, op. cit., p. 30.

32 Ibid., p. 16.

33 Ainsi les maisons de la mer sont-elles parfois à R+3.

34 Propos d’Olivier-Clément Cacoub rapportés par A. Hamza, « L’invité Olivier-Clément Cacoub », Archibat, n° 13, déc. 2009, p. 87.

35 O.C. Cacoub, Architecture de soleil…, op. cit., p. 13.

36 Ce texte a été finalisé en 2016. Depuis, deux thèses sont venues lever le voile sur une partie de l’œuvre de Cacoub. Il s’agit de Belhassine Asma, Développement patrimonial et images touristiques de la Tunisie au XXe siècle : hôtels et architecture, thèse en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Alexis Henri, Université de Nice-Sophia Antipolis, 2016 et Bohli Nouri Olfa, La fabrication de l’architecture en Tunisie indépendante : une rhétorique par la référence, thèse en histoire de l’architecture, sous la direction de Catherine Maumi, Université Grenoble Alpes, 2016.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Portrait d’Olivier-Clément Cacoub, photographie, auteur inconnu (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 2. Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.
Légende IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boîte d’archives n° 64). © SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 3. Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.
Légende IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boîte à rouleaux n° 8). © SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 4. Propriété Bourguiba, projet, coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.
Légende IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n° 8). © SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 5. Propriété Bourguiba, façade principale, 2012 (photographie de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 6. Skanès, Palais de marbre, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 7. Les Palmiers, Olivier-Clément Cacoub (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 8. Les Palmiers, Olivier-Clément Cacoub, couloir donnant accès aux chambres depuis le parking (photographie de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 9. Les Palmiers, décor céramique, Jellal Benabdallah (photographie de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 10. Skanès Palace, Olivier-Clément Cacoub (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 11. Skanès Résidence Club, Olivier-Clément Cacoub (carte postale).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig 12. Skanès Résidence Club, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig 13. Skanès Rrésidence Club, Olivier-Clément Cacoub (photographie de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 14. Port el Kantaoui (photographie de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1550/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search