Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb, XIXe-XXIe siècles

 | 
Cyril Isnart
, 
Charlotte Mus-Jelidi
, 
Colette Zytnicki

Partie II : Les relectures du patrimoine local dans l'architecture de tourisme

La sala et le micro-palace : l’hôtellerie en Indochine

Aline Demay et Caroline Herbelin

Texte intégral

  • 1 ANOM (Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence), FOM (Agence économique de la France d’out (...)
  • 2 La colonisation française en Indochine a duré de 1858 à 1954.
  • 3 Plus précisément la « Section du tourisme, de la chasse, de la propagande coloniale, de l’enseignem (...)
  • 4 Sur les politiques touristiques en Indochine, voir A. Demay, Tourism and Colonization in Indochina (...)
  • 5 M. Rondet-Saint, Choses de l’Indochine contemporaine, Paris, Librairie Plon, 1916, p. 239.
  • 6 Préface d’O. Frébourg au livre de P. Franchini, Continental Saïgon, Paris, Editions des Equateurs, (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Le Métropole à Hanoï se site au centre-cœur du lieu des combats du 19 décembre 1946 qui marquent le (...)

1« On ne franchit pas l’Océan indien comme la Méditerranée1 » écrit au début des années vingt le gouvernement général de l’Indochine2 en réponse à la Section du conseil des colonies3 en charge du tourisme4. Celle-ci, depuis Paris, avait suggéré à l’administration française en Indochine de prendre pour modèle des éléments de l’organisation touristique d’Afrique du Nord pour rattraper son retard en la matière. À Hanoï, piqué au vif, on avait beau mettre en avant la spécificité du terrain indochinois – sa situation lointaine et éloignée de la métropole – pour justifier sa position de mauvais élève par rapport aux colonies du Maghreb, il était pourtant indéniable que la « perle française de l’Extrême-Orient » ne brillait pas par son activité touristique, même replacée dans son contexte régional. En 1916, Maurice Rondet Saint, grand voyageur et membre de cette Section du tourisme, estime que le Japon reçoit annuellement environ 20 000 touristes, Java 8 000, les Philippines 4 000, l’Inde 25 000, alors que l’Indochine, pas plus de 1505. Cette réalité peut surprendre et paraître contradictoire avec les images attachées, hier et aujourd’hui, à l’Indochine. Vedette des expositions coloniales, vantée dans de nombreux récits de voyages, la colonie aurait dû être une destination de choix pour les touristes de l’Empire français. Les grands hôtels indochinois, ont certainement participé à alimenter cet imaginaire touristique. L’hôtel Métropole à Hanoï et l’hôtel Continental à Saïgon sont par exemple devenus, au fil du temps, des bâtiments mythiques. L’écrivain Olivier Frébourg dit ainsi de l’hôtel Continental qu’il est à la fois « le précipité, le sismographe et le coffre-fort » de l’histoire de Saïgon6. Si ces « grands paquebots de pierre7 » sont devenus des symboles du passé colonial de la France en Indochine, ce n’est pas seulement parce que ces établissements ont accueilli des noms prestigieux, de Malraux à Graham Green en passant par Charlie Chaplin, ou parce qu’ils ont été des témoins centraux des plis de l’histoire, notamment pendant les guerres d’Indochine puis du Vietnam8. S’ils sont devenus si emblématiques, c’est peut-être parce que ces hôtels ont été plus que des lieux de passage. Dans les sociétés coloniales peut-être plus qu’ailleurs, la fonction de ces espaces dépassait leur vocation touristique. En Indochine, les terrasses des hôtels sont des lieux pour voir et être vus. Michel My, fonctionnaire métis saïgonnais de passage à Hanoï, raconte comment la bonne société européenne se retrouve dans les cafés et terrasses des principaux hôtels de la capitale indochinoise :

  • 9 M. My, Le Tonkin pittoresque : souvenirs et impressions de voyage, Saïgon, Imprimerie J. Viet, 1925 (...)

« Dans le hall du grand Métropole, aux terrasses du Coq d’Or ou du Hanoï-Hôtel, au Terminus comme à [l’hôtel de] La Paix, une foule d’Européens s’entassent autour des tables, devant des consommations glacées […] pour chasser le spleen autant que pour fuir l’ambiance de l’atmosphère de fournaise que l’on subit chez soi9. »

  • 10 Lettre de M. Ducamp, administrateur délégué du Grand Hôtel de Hanoï à Monsieur l’administrateur Mai (...)
  • 11 « Compte-rendu de la réunion du 16 octobre 1904 », Topo d’Hanoï, Saïgon, Imprimerie commerciale Mén (...)
  • 12 Il semble que ce soit surtout le cas à partir de la fin des années vingt, P. Morlat, La Répression (...)
  • 13 L’expression est utilisée au sens de matériellement confortable mais comfort zone désigne en anglai (...)
  • 14 M. Peleggi, « The Social and Material Life of Colonial Hotels, Comfort Zones as Contact Zones in Br (...)

2Les hôtels rythment la vie culturelle, accueillant troupes de théâtre ou concerts. On dit que c’est au Métropole qu’aurait eu lieu la première projection de cinéma en Indochine ; ce qui est certain, c’est que tous les étés, l’hôtel était connu pour ses projections publiques organisées en plein air10. Mais les hôtels n’accueillent pas que des événements culturels ou mondains. Repères dans la ville, espaces semi-publics, ils sont des lieux de rencontre et des lieux de rassemblement. Ils accueillent les assemblées d’associations, des plus importantes aux plus modestes, comme l’assemblée générale de l’Amicale des agents des travaux publics de la ville de Hanoï11. Ils sont d’ailleurs aussi des lieux privilégiés de surveillance pour l’État colonial, « lieux privilégiés de fixation d’espions de la Surêté12 », comme l’explique l’historien Patrice Morlat. Plus pragmatiquement, l’hôtel est souvent le premier lieu que côtoient les colons arrivés dans la colonie, ils y passent leurs premières nuits, voire y établissent résidence pour plusieurs mois. L’hôtel peut constituer un « sas » pour que le nouvel arrivé s’adapte à la colonie, car c’est un lieu où il est préservé, à ses yeux, de la société indigène. Si les hôtels sont de véritables institutions pour la population européenne, les colonisés ne sont pas pour autant absents du monde de l’hôtellerie, même si leur place y est plus complexe à cerner. L’hôtel est un lieu où les Européens aiment se retrouver entre eux. Même si l’État colonial encourage à partir des années trente le développement d’un tourisme indigène, il s’agit bien de distinguer, d’un côté, les hôtels à clientèle européenne et, de l’autre, ceux à clientèle indigène. Les hôtels ont été des lieux de discrimination, mais ce ne sont pas pour autant des espaces ségrégés. Même dans l’espace impérial britannique où la séparation des « races » est encore plus directe que dans l’empire français, les hôtels ne sont pas comme les clubs où la présence indigène est prohibée. Comme le remarque Maurizio Peleggi pour les colonies britanniques asiatiques, les hôtels sont certes des comfort zone13 pour les Européens, mais ce sont aussi, par nature des zones de contact, ne serait-ce qu’avec le personnel domestique indigène14. Il est vrai qu’il s’agit plus dans ce cas de côtoiement que de véritable échange. En Indochine, on retrouve cette tension entre espace dédié à l’entre-soi et espace ouvert au contact avec l’autre. Michel My raconte comment son arrivée à la terrasse du Hanoï Hôtel en tant que métis crée un émoi parmi les clients, habitués à ne voir que des Européens en ces lieux. Ses voisins soupçonnent qu’il soit au moins un prince ou un grand mandarin pour pouvoir s’afficher ainsi. Le fonctionnaire explique cependant que si sa présence au café d’un hôtel est un « événement sensationnel » à Hanoï, il n’en est pas de même lorsqu’il est à Saïgon où le côtoiement aux terrasses des cafés et hôtels est plus fréquent. Cette anecdote montre comment les critères géographiques et les critères de classe viennent compliquer les lignes de séparation entre colonisés et colonisateurs qui peuvent sembler à première vue rigides. Par ailleurs, l’offre hôtelière en Indochine va au-delà des hôtels de luxe des grandes villes : la gestion de certains hôtels de province était confiée par adjudication à des colonisés ; dans le parc privé, il existe des hôtels appartenant à des Chinois et des Vietnamiens dans lesquels les Français pouvaient descendre soit parce qu’il n’y avait pas d’autres offres aux alentours, soit parce que leur bourse ne leur permettait pas d’aller dans un hôtel « européen ».

  • 15 Voir C. Herbelin, Architectures du Vietnam colonial : repenser le métissage, Paris, Institut nation (...)

3Sans être un microcosme de la société coloniale, les hôtels permettent de saisir les lignes de tension et les contradictions qui parcourent la société indochinoise. Cet exemple offre une comparaison intéressante avec l’Afrique du Nord, car en Indochine comme au Maghreb, le tourisme est un outil essentiel de la « mise en valeur » des territoires, et il occupe une place importante dans les politiques coloniales. Par ailleurs, dans le domaine culturel, la colonie indochinoise était souvent mise en comparaison avec le Maghreb. C’est particulièrement vrai dans le domaine architectural. Le style franco-indigène du Maroc, en particulier, est montré comme l’exemple à suivre en Indochine, même si dans les faits cela n’a pas été le cas15. Les hôtels, à la croisée de l’histoire des politiques culturelles et de l’histoire de l’architecture, constituent donc des objets de comparaison particulièrement pertinents. C’est sous ce double angle, celui des politiques touristiques et celui de l’architecture, que cet article propose de considérer l’histoire de l’hôtellerie en Indochine.

Les premières initiatives privées

  • 16 Les hôtels meublés et garnis était bien sûr très répandus dans la métropole. Voir A. Faure, C. Lévy (...)

4Dans les années qui suivent le début de la conquête au sud du pays en 1858, le voyageur de passage avait à sa disposition peu d’options pour loger à Saïgon. Il dormait dans des chambres meublées dans des cafés ou des restaurants comme celui de Mademoiselle Marrot et le Café de Paris16. De manière générale, les espaces qui remplissent des fonctions hôtelières sont rarement exclusifs, les espaces commerciaux, qu’ils soient dédiés à la vente de biens ou de services, ont souvent de multiples fonctions dont l’hôtellerie. Henri Cucherousset, directeur de L’Éveil économique de l’Indochine et journaliste particulièrement intéressé par le tourisme, décrit ainsi les processus de création des hôtels en Indochine :

  • 17 H. Cucherousset, « Un grand hôtel à Huê », L’Éveil économique de l’Indochine, n° 408, 5 avril 1925, (...)

« Ainsi ont commencé beaucoup d’hôtels en Indochine. Un Français entreprenant, actif et débrouillard, crée un magasin, qui est plutôt, pendant la période de colonisation, un centre d’affaires assez diverses [sic], il est tout naturellement amené à donner à manger puis à loger les quelques compatriotes de passage qui ne descendent pas chez des amis ou des connaissances de la ville. La possibilité de trouver une chambre et le couvert sans devoir rien à personne encourage les gens extérieurs à venir plus fréquemment à la ville, rend possible un commencement de tourisme. Mais pendant de longues années, cette clientèle, encore rare et irrégulière, ne saurait faire vivre l’hôtel que comme annexe du magasin, dont il facilitait en même temps les affaires et qui prenait à sa charge la plus grosse partie des frais généraux17. »

  • 18 Courrier de Saïgon, 1er janvier et 5 juillet 1865, section des publicités (n.p.) cité par G. Muller (...)
  • 19 Nous ne disposons pas d’image du bâtiment à cette époque, seulement des clichés issus d’une rénovat (...)
  • 20 Il s’agit bien de Wang Tai, mais dans une transcription du chinois différente de celle que nous uti (...)
  • 21 Annuaire de la Cochinchine française, 1871, p. 112.

5Ceci explique que seul l’Hôtel du commerce ait été pendant plusieurs années le seul véritable hôtel à Saïgon18. Les visiteurs officiels des représentants français étaient logés dans la grande Maison Wang Tai, comme ce fut le cas du roi du Cambodge lors de sa visite en décembre 1868. Wang Tai était un Chinois, l’un des hommes d’affaires les plus importants à Saïgon à l’époque, qui avait fait construire une immense maison à étages. Ce bâtiment, qui était le plus impressionnant de la ville, fut loué au gouvernement français19. Il accueillit tour à tour la municipalité de Saïgon, le logement du maire, un poste de police et le bureau de la police secrète ainsi que le cercle de l’Union. Au début des années soixante-dix du 19e siècle, une partie de la bâtisse devint à proprement parler un hôtel et ne fut plus uniquement réservée aux hôtes du gouvernement : « Le grand Cosmopolitan Hotel, ou Maison Vantai20, montrait avec orgueil sur les bords même du quai sa large façade à trois étages », comme en témoigne le docteur Morice en 1872. L’année précédente, un autre hôtel de standard européen avait ouvert, l’hôtel de l’Univers21 mais ce n’est qu’en 1880, après deux ans de construction, que le grand hôtel Continental est achevé. Il est situé au cœur de la ville, à côté du théâtre municipal et à l’angle de la rue Catinat, artère principale de la ville. L’immeuble n’a alors pas grand-chose de remarquable et ressemble à la plupart des bâtiments construits à cette époque dans la colonie (fig. 1) : un bâtiment rectangulaire en brique nues, à deux étages, avec un toit simple à quatre pans. Comme pour l’hôtel de l’Univers, pour assurer la circulation de l’air, les étages ont une galerie ouverte avec des stores. Ce n’est qu’en 1892 que l’hôtel prend un aspect semblable à celui qu’on lui connaît aujourd’hui. Imposant bâtiment à trois étages en forme de U, il est luxueux, mais la sobriété de son décor est remarquable pour l’époque, alors que les bâtiments construits au même moment à Saïgon affichent un style beaux-arts très chargé. Ici seules quelques moulures et l’utilisation de pilastres d’ordre ionique en angle évoquent un néoclassique discret. C’est peut-être la sobriété de ce décor qui a fait sa longévité et qui explique que, bien que l’hôtel ait subit plusieurs rénovations jusqu’à aujourd’hui, son allure extérieure soit restée pratiquement inchangée. Mais la particularité de l’hôtel est surtout d’être très ouvert en façade : le rez-de-chaussée, à peine surélevé par rapport au niveau de la rue est une terrasse aménagée en café-restaurant. Son allure luxueuse fait qu’il emprunte parfois le nom de Continental Palace dans la littérature, il est vrai qu’il est le seul hôtel de catégorie supérieure à Saïgon pendant de nombreuses années.

Fig. 1. Hôtel Continental à Saïgon, vers 1880, carte postale (coll. part.).

Fig. 1. Hôtel Continental à Saïgon, vers 1880, carte postale (coll. part.).

6Au nord du pays, ces années 1880 et 1890 sont encore celles de la conquête. Cette description du premier hôtel construit à Hanoï en cases en bambou montre que le confort y est encore précaire :

  • 22 P. Bourde, De Paris au Tonkin, 1885, Paris, Calmann-Lévy éditeur, 1885, p. 120.

« S’il était facile d’ouvrir un café dès les débuts de l’occupation, il était moins aisé d’aménager un hôtel. Les premiers clients de l’unique hôtel de Hanoï en 1884 n’en font pas un tableau enchanteur : des cases en fer à cheval autour d’une cour ouverte sur une mare ; des cloisons en bambou, mal calfeutrées de torchis ; un toit en paillote. Entre le toit et les cloisons, un vide de cinquante centimètres fort agréable l’été, vous dit-on, pour l’air qu’il donne ; mais le voyageur qui débarque en février avec des températures nocturnes de huit degrés trouve qu’on pense à l’été bien tôt. Des portes faites par des charpentiers indigènes qui ne connaissent pas les joints à rainures et sont incapables de serrer exactement deux planches ; des fenêtres sans vitres, closes par des volets en bois plein. Si vous voulez avoir chaud, il faut fermer les volets et si vous voulez voir clair il faut les ouvrir, de sorte qu’il est impossible de voir clair et d’avoir chaud en même temps 22. »

  • 23 A. Masson, Hanoï pendant la période héroïque (1873-1888), Paris, P. Geuthner, 1929, p. 166-167.

7En 1885 ouvre à Hanoï le Grand Hôtel, premier hôtel en brique du Tonkin construit « à l’européenne » avec « une immense salle à manger pouvant contenir cinquante personnes, une salle de billard, le premier billard importé à Hanoï », mais surtout « une salle d’hydrothérapie où les locataires pourront, à toute heure du jour, prendre des bains et des douches », ce qui était alors considéré comme un luxe inouï23. Mais l’hôtel le plus remarquable construit au Tonkin à cette époque est certainement l’Hôtel du commerce, ouvert en 1888 à Haïphong (fig. 2). Bâtiment à étage occupant un demi-îlot, son style néogothique qui s’exprime dans une grande véranda pourtournante à baies géminées ne laisse aucun voyageur indifférent.

Fig. 2. Hôtel du commerce à Haïphong au début du XXe siècle, carte postale (coll. part.).

Fig. 2. Hôtel du commerce à Haïphong au début du XXe siècle, carte postale (coll. part.).
  • 24 Publicité parue dans l’Annuaire de l’Indochine française, 1905, p. 677.
  • 25 Annuaire de l’Indochine française, 1905.
  • 26 En 1877, Charles Le Mire signale qu’il y a, à Saïgon, quelques hôtels sur le quai et dans la rue Ca (...)

8Au début du XXe siècle, l’Indochine est considérée comme « pacifiée », et les amiraux gouverneurs militaires laissent la place aux gouverneurs civils, c’est la période des grands travaux qui débute avec le gouvernement Paul Doumer (1897-1902). À Hanoï, l’hôtel Métropole ouvre ses portes en 1901. Présenté comme un « modèle d’installation coloniale24 », équivalent au nord de l’Indochine de l’hôtel Continental, il est situé comme lui en plein cœur du quartier européen, à deux pas du théâtre municipal de la ville. Le Métropole se démarque cependant de l’hôtel saïgonnais par un style nettement plus chargé et prononcé. Un avant-corps orné de colonnes et avec un fronton et un toit bombé marque ainsi orgueilleusement l’entrée de l’hôtel et n’aurait pas déparé dans le Paris haussmannien ; en revanche, son architecture ne montre aucune adaptation climatique. Au début du XXe siècle, l’administration française recense neuf hôtels à Hanoï25, douze à Saïgon. L’offre de l’hôtellerie en Indochine a cependant mauvaise réputation à cause de son insuffisance et de son manque de confort26. Un voyageur se plaint ainsi que Saïgon ne possède que quelques

  • 27 G. Verschuur, Aux colonies d’Asie et dans l’Océan indien, Paris, Librairie Hachette, 1900, p. 27.

« hôtels assez médiocres, en dehors de quelques auberges qui vraiment ne comptent pas. Dans les premiers, il y a un certain nombre de chambres assez bien aménagées, mais celles-là ne sont presque jamais disponibles, étant généralement occupées au mois par des fonctionnaires27. »

  • 28 H. Cucherousset, « La crise du logement », L’Éveil économique de l’Indochine, 23 juillet 1922.

9Si les hôtels deviennent plus nombreux dans la colonie au tournant du siècle, c’est le signe de l’arrivée et de l’installation des civils dans la colonie plus que celui du développement d’un tourisme international d’élite (clientèle qui, elle, descend principalement au Métropole et au Continental). Il est difficile de connaître par les archives les différents standards d’hôtels, mais une bonne partie du parc hôtelier dans les villes indochinoises était constituée de meublés dont la clientèle était surtout composée de clients résidant pour de longs séjours et qui n’étaient pas là pour le loisir. Le manque de logement, problème qui existe dès le début du siècle mais qui va se faire encore plus criant à partir de l’entre-deux-guerres, fait que la ligne est très fluide entre des immeubles aux fonctions résidentielles et l’hôtellerie. Le cas de Mlle Boujon est de ce point de vue révélateur ; cette propriétaire louait à Hanoï cinq maisons à des familles européennes et à des étudiants vietnamiens, qu’elle transforme, en 1922, en un hôtel de 25 chambres, l’Hôtel de France28. C’est ce qui explique que beaucoup d’hôtels, particulièrement en province, aient la simple allure d’une maison résidentielle, comme en témoigne par exemple l’hôtel Baud à Tuyen Quang (fig. 3).

Fig. 3. Hôtel Baud à Tuyen Quang, s.d, carte postale (coll. part.).

Fig. 3. Hôtel Baud à Tuyen Quang, s.d, carte postale (coll. part.).

Mettre en valeur le territoire par des gîtes d’étape

  • 29 Dans l’annuaire de l’Indochine, la première mention d’un programme de construction de bungalows par (...)

10Les premiers établissements hôteliers sont donc créés sur initiative privée. La priorité du gouvernement n’est pas d’édifier des hôtels mais plutôt de développer le tourisme sanitaire : créer des stations climatiques en altitude pour éviter les rapatriements coûteux. Il s’agissait de permettre aux Français, en premier lieu les militaires, de se remettre des rigueurs de la vie tropicale et de s’acclimater à la colonie. Si le développement de l’accueil des touristes de passage n’est pas la préoccupation première de l’État colonial, il doit cependant permettre la mobilité de ses fonctionnaires et des colons dans le pays. C’est pourquoi, dans les années dix et vingt29, des maisons pour accueillir les voyageurs sont construites, d’abord en Cochinchine, région en plein essor économique, puis progressivement dans le reste de la colonie. Dans les sources, leur nom varie : maison de passagers, auberge, bungalow, sala, etc. Claudius Madrolle, auteur de guides et spécialiste de l’Indochine, tente de donner une définition de ces établissements qui sont, selon lui, une catégorie bien à part de celle de l’hôtel et du palace. Les gîtes de passage où

  • 30 Trạm, que l’on peut traduire par poste, station.
  • 31 C. Madrolle, Indochine du sud, de Marseille à Saïgon : Djiboui, Éthiopie, Ceylan, Malaisie, Cochinc (...)

« les chambres ne se retiennent pas d’avance, mais sont occupées par ordre d’arrivée et pour 24 heures afin de laisser la place au voyageur suivant […] sont appelés tram30 en pays annamites. On leur donne le nom de maison de passagers, ou d’auberge lorsqu’il existe un gérant. On dit sala dans les pays Thai et au Cambodge31. »

  • 32 C. Madrolle, Indochine du Nord, Paris, Librairie Hachette, 1915, p. 361.
  • 33 H. Cucherousset « Chez nos confrères », L’Éveil économique de l’Indochine, 18 mai 1924, p. 16.

11Ces gîtes sont l’équivalent du dak-bungalow dans le Raj britannique, c’est-à-dire des relais de voyageurs construits par l’administration. Le terme « bungalow » est également utilisé en Indochine mais dans une acceptation différente : il désigne des constructions plus élaborées, en dur, plus grandes et qui sont mieux équipées que de simples gîtes d’étape « avec restaurant, parfois avec éclairage électrique et eau courante32 ». Cette mise au point faite par Madrolle est éclairante, mais les documents d’archives montrent un usage souvent plus flexible de ces termes : il n’est pas rare que la dénomination d’un même établissement varie selon les sources consultées. L’usage du terme est d’ailleurs déjà discuté à l’époque. « On se demande, avec le sourire, où les Cochinchinois et, par suite, presque tous les Français d’Indochine, ont pris cette idée que le mot bungalow voulait dire : auberge, maison de passagers33 » remarque Henri Cucherousset.

  • 34 A. King, The Bungalow: The Production of a Global Culture, Oxford, Oxford University Press, 1995.

12Le bungalow est par essence une forme impériale car il est né du contact culturel anglo-indien : premier habitat des Anglais dans les cantonments, il est inspiré d’un type de maison rurale bengalie auquel ont été ajoutés des éléments d’architecture européenne34. Il est ensuite diffusé en Angleterre, mais aussi, dans le courant du XIXe siècle, aux États-Unis et, bien sûr, dans les dominions et colonies britanniques, en Australie et en Afrique. Que ce soit en Inde même et ailleurs, l’acception du mot bungalow est multiple, et il est impossible de lui assigner une fonction ou un style particulier. Selon les cas, c’est son aspect temporaire ou sa forme de pavillon de plain-pied ou encore son usage lié aux loisirs qui vont justifier l’usage du mot. Mieux vaut, comme le souligne Anthony King, chercheur qui a retracé l’histoire du bungalow, saisir ce que le terme représente pour les acteurs de l’époque et quelles perceptions et pratiques sont attachées plutôt que de chercher à le définir de manière stricte.

  • 35 « Circulaire (cabinet du lieutenant-gouverneur) au sujet de l’étude d’un projet d’installation des (...)
  • 36 L. Salaün, L’Indochine, Paris, Imprimerie nationale, 1903, p. 392.

13En Indochine, la plus ancienne occurrence du terme que nous ayons trouvée date de 1903, alors qu’une circulaire évoque « l’étude d’un projet d’installation des maisons destinées aux passagers35 », qui n’a abouti36 que quelques années plus tard, au tournant des années dix du 20e siècle. C’est avec ce programme de construction de maisons de passagers que le terme bungalow commence à être véritablement utilisé. Auparavant, en dehors des grandes villes, les voyageurs européens en Indochine utilisaient principalement les infrastructures locales et précoloniales ou bien étaient accueillis chez d’autres Européens, notamment dans les garnisons militaires. Louis Salaün explique ainsi :

  • 37 Ibidem, p. 392.

« Certains villages, en effet, ont des salas, en pays cambodgien, des nhà vuông, en pays annamite, spécialement affectées aux voyageurs […]. Mais dans les postes où se trouvent des Européens, la question est réglée, en pratique, par une tradition qui est tout à l’honneur de nos compatriotes […], l’hospitalité la plus large et la plus accueillante37. »

14L’usage et l’évolution de la sala cambodgienne sont particulièrement intéressantes, sa description est souvent un passage pittoresque incontournable dans les récits des écrivains voyageurs qui y font halte, comme Albert Tissandier à la fin du XIXe siècle :

« La sala, au Cambodge, n’est pas autre chose qu’une hutte destinée aux pèlerins qui viennent seulement y faire la sieste pendant l’après-midi ou aux voyageurs qui y peuvent passer le temps qu’ils désirent, en organisant avec leur suite un campement à leur gré. […] Le plus souvent la sala ressemble à toutes les huttes qui servent de maison aux Cambodgiens. Elle se compose de plusieurs compartiments séparés. Le plancher de ces cabanes ou paillotes est placé à environ 1,50 mètre au-dessus du sol, sur des pilotis ; on y parvient en grimpant sur une échelle ou plutôt sur un perchoir analogue à ceux que nous voyons installés dans nos poulaillers. […] Le plancher ajouré est fait entièrement de tiges de bambou coupées en deux suivant le sens de leur longueur et liées entre elles par de menues cordelettes de rotin. Les vides sont généralement égaux au diamètre de ces lamelles de bambou posées directement sur les solives.

  • 38 A. Tissandier, Cambodge et Java : ruines khmères et javanaises, 1893-1894, Paris, G. Masson, 1896, (...)

Elles forment un plancher à claire-voie, élastique et doux sur lequel on pose des nattes épaisses constituant le lit du voyageur. Abrité sous sa moustiquaire, il y dort aussi bien que sur le meilleur des sommiers européens. […] Ces constructions légères, si bien ventilées de tous les côtés, constituent un genre d’abri admirablement approprié aux exigences du climat cambodgien38. »

  • 39 À propos de l’usage de l’architecture vernaculaire dans le contexte touristique, voir, dans ce même (...)

15Malgré son caractère rustique, la sala ne disparaît pas lorsque l’État colonial lance son programme de construction de gîtes d’étape dans toute l’Indochine, mais la forme traditionnelle utilisée par l’administration française évolue39. Les agents des travaux publics sont en charge de la construction au Cambodge et au Laos d’établissements appelés sala et gérés par l’administration française (fig. 4). Bien que connaissant quelques aménagements par rapport à la sala traditionnelle (ces maisons sont notamment plus grandes et en bois plus souvent qu’en bambou), elles en reprennent les formes et les techniques et sont construites sur pilotis. En revanche, il ne s’agit pas de reproduire la fonction traditionnelle de la sala cambodgienne qui originellement est un lieu d’accueil des voyageurs mais aussi un espace public de réunion dans le village. Les salas construites par le gouvernement colonial ont pour seule fonction de loger les voyageurs européens.

Fig. 4 Projet de sala par le service des Tavaux publics de l’Indochine, 1930 (Archives nationales du Vietnam).

Fig. 4 Projet de sala par le service des Tavaux publics de l’Indochine, 1930 (Archives nationales du Vietnam).
  • 40 ANOM GGI (Gouvernement général d’Indochine) 66 729, Rapport de Raynal.
  • 41 M. Rondet-Saint, Choses de l’Indochine contemporaine, op. cit., p. 181.

16Le terme bungalow recouvre, lui, des établissements de formes beaucoup plus diverses. Plutôt que chercher les traces d’une influence architecturale venue directement de l’Inde britannique, il est plus intéressant et pertinent de voir la diffusion du terme bungalow, déjà largement utilisé dans le monde occidental au début du XXe siècle pour désigner un logement secondaire ou destiné au loisir, comme le signe d’une mondialisation des pratiques de la mobilité touristique. Les arguments avancés en faveur du développement d’un maillage de l’Indochine par ces gîtes d’étape sont révélateurs à ce sujet. En effet, les spécialistes du tourisme qui conseillent le gouvernement encouragent le développement de ce réseau de gîtes en invoquant des expériences dans différents endroits du globe : le modèle du Raj britannique des rest-house40, mais aussi celui du Japon, où le mouvement touristique a débuté par la construction systématique d’hôtels-bungalows étatiques établis au fur et à mesure du développement du chemin de fer et, enfin, le pavillon system des Néerlandais à Java qui est aussi une source d’inspiration41. Rondet Saint explique, en effet, que l’architecture bungalow d’Angkor est conçue d’après ce modèle :

« Le pavillon system consiste à instaurer au centre de l’établissement un bâtiment condensant les services communs : salle à manger, salon, fumoir, etc., et à entourer l’espace, généralement vaste, au centre duquel s’élève cette construction, de pavillons indépendants, accotés les uns aux autres et comportant chacun, avec une chambre pourvue d’aménagements modernes et d’une salle de douche contiguë, une petite terrasse couverte. Ce dispositif présente la très grande supériorité de permettre à l’industrie hôtelière d’étendre pour ainsi dire indéfiniment et le plus économiquement sa faculté de réceptivité tout en limitant celle-ci aux stricts besoins du moment : avantages incompatibles avec les coûteuses bâtisses à étages généralement adoptées chez nous. »

17Ainsi le bungalow en Indochine se comprend moins comme un type d’architecture spécifique que comme le représentant de pratiques touristiques mondialisées.

18Cette volonté de s’adapter à de nouvelles pratiques transnationales de l’espace ne se fait cependant pas ex nihilo. L’administration s’appuie sur les réseaux anciens qui existaient avant la période coloniale en les développant et les modernisant dans une certaine mesure. Cette volonté de « faire local » se voit dans l’architecture des bâtiments qui est volontairement maintenue dans un aspect simple et rustique. Ces pavillons toujours en bois reprennent les formes de l’architecture vernaculaire avec quelques adaptations, principalement en termes de gabarit. Ce réseau de maisons de passagers appelées salas au Cambodge et au Laos est complété dans les centres plus importants par des bungalows construits en matériaux durables par l’administration coloniale. Ils sont très divers, et s’il n’y a pas à proprement parlé de modèle-type, force est de constater qu’ils sont similaires aux bâtiments construits par les Travaux publics de l’époque : bâtiment de plain-pied ou à étage avec grandes baies arrondies à persiennes, avec souvent une véranda. Quelques décors néoclassiques viennent parfois égayer l’ensemble (fig. 5), mais pas d’extravagance ni d’innovation : c’est l’efficacité et l’économie qui sont visées. D’autres bungalows évoquent plutôt l’architecture industrielle du XIXe siècle, avec l’alternance chromatique de briques blanches et rouges et arcs surbaissés des baies (fig. 6). Contrairement aux bungalows-relais du Raj britannique qui s’apparentent à des habitations simples, les bungalows indochinois sont plutôt de petits hôtels de quatre ou cinq chambres, avec un restaurant. Le docteur Maurice Hepp les décrit ainsi lors de son voyage à travers l’Indochine, dans les années vingt :

  • 42 M. Hepp, L’Immense Indo-Chine : une vue cavalière de l’Indo-Chine, Paris, J. Peyronnet et Cie Edite (...)

« Ces bungalows, créés par notre administration et gérés par un concessionnaire, d’un type généralement identique, bien abrités par une large véranda, offrent, au rez-de-chaussée une salle de café, un salon, une large salle à manger, une confortable toilette avec douche et, au premier, quelques chambres aérées, simples, propres, suffisamment confortables avec douches et bains. Tout y est rudimentaire mais net, et après des heures de roulage sous le soleil, c’est une véritable joie que d’y accéder, d’y trouver des boissons fraîches et un gîte convenable avec un repas suffisant. Voyageurs, fonctionnaires et colons s’y rencontrent et s’y groupent42. »

Fig. 5. Bungalow de Can Tho, s.d., carte postale (coll. part.).

Fig. 5. Bungalow de Can Tho, s.d., carte postale (coll. part.).

Fig. 6. Avant-projet, bungalow de Thuy Hoa, par le Service des travaux publics, 1921 (Archives nationales du Vietnam).

Fig. 6. Avant-projet, bungalow de Thuy Hoa, par le Service des travaux publics, 1921 (Archives nationales du Vietnam).
  • 43 Voir A. Demay, Tourism and Colonization in Indochina…, op. cit., p. 168-170.

19Ces infrastructures sont encore très largement polyvalentes. Ces relais servent certes à accueillir les touristes qui souhaitent découvrir l’Indochine, mais il s’agit surtout de développer l’accessibilité du territoire indochinois à des fins administratives et commerciales. D’ailleurs, tous les cahiers des charges des concessionnaires des bungalows et maisons de passagers prévoient que ceux-ci puissent être réquisitionnés pour l’administration. Ces gîtes sont, de plus, de véritables relais du service public. Les concessionnaires, en plus de leur gestion hôtelière, sont souvent dans l’obligation d’assurer des services commerciaux aux résidents mais aussi pour les établissements publics. Outre la vente des denrées alimentaires de bases (pain frais, viande, légumes, etc.), il arrive que les concessionnaires soient, par le cahier des charges, obligés de fournir de la glace aux habitants mais aussi aux services médicaux sur place. À Chau Doc, le gérant du bungalow devait fournir la prison voisine en repas ; à Can Tho, Rach Gia et Sadec, c’est la buvette et la bibliothèque du cercle qui étaient approvisionnées par les tenanciers des bungalows. Enfin, ces lieux, conçus comme des relais, devaient non seulement loger les voyageurs mais aussi leur donner la possibilité de continuer leur voyage ; les concessionnaires devaient donc permettre le ravitaillement en essence et en huile-moteur pour les véhicules des visiteurs43.

20Les bungalows et les maisons de passagers sont certes indispensables au déplacement des touristes, mais dans l’esprit de l’administration ces établissements s’inscrivent dans une logique plus générale de développement des infrastructures visant à mettre en valeur le territoire indochinois. Parallèlement à ce réseau de gîtes et de petits hôtels se met en revanche en place une véritable politique à partir des années vingt visant à attirer directement une nouvelle clientèle touristique tournée exclusivement vers le loisir.

Hôtels de luxe et palaces ou la folie des grandeurs44 indochinoises

  • 44 Pour reprendre l’expression de G. Wright, The politics of design in French colonial Urbanism, Chica (...)
  • 45 ANOM, FOM 594, Circulaire du ministre des colonies à GGI, 2 octobre 1922.

21Alors que le réseau hôtelier s’est développé jusqu’alors sans véritable planification et que son insuffisance était largement constatée, ce n’est que dans les années vingt que les hôtels sont l’objet d’une véritable politique gouvernementale. Ce changement est dû à une circulaire de 1922 d’Albert Sarrault qui, après avoir été gouverneur général de l’Indochine par deux fois, est alors ministre des colonies45.

22Il s’agit, avec cette mesure, de développer le tourisme dans toutes les colonies françaises. Il considère non seulement le tourisme comme primordial au développement national mais aussi comme un élément-clé de la représentation de la France à l’international :

  • 46 ANOM, FOM 594, Circulaire du ministre des colonies à GGI, 2 octobre 1922.

« Il semble superflu d’insister ici sur la nécessité d’une réorganisation touristique ; elle n’est pas seulement nécessaire au point de vue du développement économique de nos possessions ; elle l’est également pour faire connaître les vastes territoires placés sous notre autorité et qui, il faut le constater, sont ignorés des étrangers autant au moins que des Français eux-mêmes. Un intérêt supérieur national exige que nous fassions connaître au monde l’action civilisatrice et pacificatrice de la France, un intérêt particulier exige que nos colonies soient visitées, car le touriste d’aujourd’hui peut devenir le colon de demain, et ces exemples ne sont pas rares46. »

  • 47 ANOM, FOM 547, M. Rondet-Saint, Rapport sur l’organisation de l’industrie du tourisme en Indochine, (...)

23Cette politique passe naturellement par un développement des infrastructures hôtelières et repose sur l’idée qu’il faut d’abord posséder des établissements dignes de recevoir une riche clientèle internationale, plutôt que l’inverse, c’est-à-dire attendre que ce type de tourisme se développe en Indochine pour progressivement construire de grands hôtels. Pour Sarraut, le tourisme fait partie du programme de mise en valeur des colonies, et il réaffirme l’idée, qu’il avait déjà développée lors de son mandat de gouverneur général, que l’Indochine doit faire partie du « grand tourisme international47 ». L’impact de cette circulaire dans la colonie est particulièrement important, car elle donne lieu à un programme de construction de grands hôtels aussi spectaculaires que difficiles à mettre en place, à la fois en raison du manque de moyens mais aussi parce qu’un tourisme de grand luxe peine à se développer dans la colonie.

  • 48 ANOM, GGI 66 731, lettre du directeur des Services économiques à l’inspecteur général des Travaux p (...)

24L’application de cette directive est confiée à André Lochard, fonctionnaire des Services économiques de l’Indochine. Celui-ci veut développer dans la colonie une industrie de tourisme de luxe, avec grands hôtels et palaces destinés au tourisme de loisirs pour voyageurs fortunés, alors que, jusqu’ici, priorité avait été donnée au réseau de petits ou moyens établissements dédiés à une clientèle plus modeste48. Mesure révélatrice de cette transition : avec l’application de la circulaire, dans les établissements dénommés hôtels les séjours sont désormais limités. Il s’agit alors de bien séparer les fonctions touristiques de celles de l’hébergement temporaire des colons.

  • 49 ANOM, GGI 66 731, note d’A. Lochard au directeur des Services économiques, 22 avril 1922.

25La construction d’un parc hôtelier plus important est donc entreprise, avec la mise en place de projets d’hôtels luxueux. La plupart sont hors des grandes métropoles ; il s’agit de mettre en valeur des sites à forte vocation touristique, comme à Nha Trang où le grand hôtel de la plage a pour but de favoriser le tourisme balnéaire. L’implantation du Royal Palace à Phnom Penh fait de ce point de vue figure d’exception. Des projets déjà existants avant la circulaire comme celui du Lang Bian Palace à Dalat (fig. 7) ou du Bokor au Cambodge sont revus pour être plus développés et plus luxueux49. Le cas du Bokor est assez révélateur : les travaux qui avaient débuté en 1920 pour la construction d’un bungalow et d’un palais pour le Résident supérieur sont interrompus en 1922 suite au programme de Lochard. Le projet de bungalow est alors transformé en projet de palace. Au final, la construction du Bokor Palace dépasse largement les budgets prévus et engloutit plus de 311 872 piastres indochinoises, somme considérable pour l’époque.

Fig. 7. Le Lang Bian Palace à Dalat dans les années vingt (Delcampe.net).

Fig. 7. Le Lang Bian Palace à Dalat dans les années vingt (Delcampe.net).
  • 50 E. Jennings, « From Indochine to Indochic: The Langbian/Dalat Palace Hotel and French Colonial Leis (...)
  • 51 ANOM, GGI 66 731, lettre du directeur des Services économiques à l’inspecteur général des Travaux p (...)

26L’apparence de ces nouveaux hôtels tranche nettement avec celle des bungalows construits par le Service des travaux publics. Le style « travaux publics » IIIe République et les modénatures néoclassiques utilisés jusqu’ici font place à des bâtiments à tendance Art déco qui rappellent les palaces construits dans les années vingt sur la Côte d’Azur ou dans d’autres régions touristiques métropolitaines. Eric Jennings a ainsi repéré dans le Lang Bian Palace à Dalat des éléments de l’architecture de villes thermales comme Vittel ou encore de stations balnéaires comme Cabourg ou Cannes50. Il s’agit de donner à ces bâtiments une image résolument moderne. Toutefois, ce modernisme reste assez sage. « Modernité, modernité, modernité51 » martèle Lochard dans ses directives pour le développement des grands hôtels, mais il s’agit avant tout d’offrir le confort matériel aux clients plutôt que d’être à la pointe de l’avant-garde architecturale. Dans l’esprit de Lochard, la priorité est ainsi d’installer une salle de bain dans chaque chambre, ce qui était souvent une gageure en termes techniques dans des lieux parfois isolés. Ce développement du confort moderne dans les hôtels n’est pas sans poser des problèmes de gestion des ressources : au Tam Dao, la part d’électricité réservée à l’hôtel géré par l’administration est la plus importante de toute la ville, ce qui entraîne des déficiences dans l’éclairage des particuliers. Ceci n’empêche pas, d’ailleurs, les nombreuses coupures de courant dans l’hôtel même.

  • 52 ANOM, GGI 66 740.
  • 53 ANOM, GGI 66 740.
  • 54 E. Jennings, op. cit., p. 177-178.

27Les constructions entreprises ne montrent aucune adaptation au contexte local. Seul l’hôtel Le Royal à Phnom Penh montre des aménagements climatiques (fig. 8)52. Ernest Hébrard, architecte-urbaniste alors de renommée internationale et Grand Prix de Rome, avait été mandaté dans la colonie en 1921 afin de réaliser les principaux projets d’urbanisme – mais aussi un hôtel pour Phnom Penh53 et un bungalow à Siem Reap. Or, Ernest Hébrard développe, dès son arrivée dans la colonie en 1921, une théorie architecturale qui consiste à bannir une architecture trop occidentalisée, qu’il juge indécente sous des cieux tropicaux, et à créer une architecture syncrétique, spécifique à l’Indochine, s’inspirant des architectures vernaculaires. Il s’agissait à ses yeux de faire une architecture moderne et en harmonie à la fois avec la culture et le climat de l’Indochine. Ceci rejoint à l’époque le souci de valorisation des cultures locales que souhaite Albert Sarraut dans sa politique d’association. Les conditions semblent donc réunies au début des années vingt pour que naisse une architecture hôtelière localiste. Pourtant, ni le style d’Hébrard ni même aucun élément asiatisant en général ne sont repris dans les établissements hôteliers. L’hôtel Le Royal de Phnom Penh est donc une exception, mais même dans ce dernier cas, on peut dire que l’hôtel est, parmi les œuvres d’Hébrard, celle où la référence au vernaculaire est la moins prononcée. Aucune référence explicite, que ce soit en termes de décor ou de structure, n’est faite dans l’architecture de l’hôtel, qui témoigne certes d’une adaptation climatique mais qui se fait plus abstraite, sans reprendre précisément un élément d’architecture vernaculaire identifiable. Ceci confirme le constat déjà fait par Eric Jennings dans le cas du Lang Bian Palace, que ces hôtels de luxe sont, pour la haute société des coloniaux qui y résident, à la fois le symbole et l’affirmation d’un mode de vie européen « civilisé », matérialisé par le caractère résolument « français » des édifices54.

Fig. 8. Hôtel Le Royal, Phnom Penh, fin des années vingt (Delcampe.net).

Fig. 8. Hôtel Le Royal, Phnom Penh, fin des années vingt (Delcampe.net).
  • 55 ANOM, FOM 547, Note sur l’organisation du tourisme en Indochine, s.d (vers 1925).
  • 56 ANOM, GGI 66 729, Lettre du résident supérieur de l’Annam au gouverneur général de l’Indochine, au (...)

28Cette politique de prestige pèse lourd économiquement, et en 1924, seulement deux ans après le début du programme de développement du parc hôtelier, le gouvernement général de l’Indochine ne peut plus l’assumer entièrement, et il transfère une partie ses responsabilités en la matière aux administrations locales. La gestion des hôtels représente pour ces dernières un cadeau empoisonné et coûteux55 : les résidents supérieurs se plaignent du manque de rentabilité des hôtels et de leur coût. En Annam (au centre de l’actuel Vietnam), zone-clé du développement touristique de l’Indochine, le résident supérieur explique ne plus pouvoir assurer la gestion hôtelière car le budget annuel pour construire le Lang Bian palace représente plus que le budget alloué au tourisme dans toute la région56. L’hôtel sera finalement rétrocédé au gouvernement général de l’Indochine.

29Le gouvernement cherche aussi à soulager le poids financier du programme hôtelier en développant par ailleurs le partenariat privé. Cette volonté rencontre l’intérêt de trois hommes d’affaires : Joseph Messner, Ange Frasseto et Eugène Sicé. Ceux-ci possédaient déjà plusieurs hôtels et s’étaient illustrés en Indochine dans des domaines aussi divers que l’exploitation d’un cinéma ou la création de brasseries. Ils souhaitent créer une société hôtelière. André Lochard les encourage dans cette initiative pour qu’ils deviennent concessionnaires de l’État pour une partie du parc hôtelier indochinois.

  • 57 ANOM, GGI 59 875, Convention du 30 janvier 1924 entre la SGHI et le GGI.
  • 58 Gouverneur général de l’Indochine de février 1923 à avril 1925.

30Le 30 janvier 192457 un accord est donc signé entre le gouverneur général Martial Merlin58 et la Société générale des grands hôtels de l’Indochine (SGHI) nouvellement créée par Messner, Frasseto et Sicé. La SGHI reprend l’exploitation d’établissements déjà construits ainsi que celle de nouveaux hôtels. Dans ce cas, l’État colonial est responsable de la construction et la société est en charge de l’ameublement et de l’exploitation des établissements. Elle dispose alors de vingt ans pour rembourser les coûts de la construction et les avances des frais. Il est prévu que des hôtels de luxe gérés par la SGHI soient construits à Phnom Penh (cinquante-huit chambres), à Angkor (quarante chambres) et à Huê (quarante chambres). Ces hôtels prennent souvent le nom de palace, même s’ils sont plutôt modestes face à leurs équivalents métropolitains. D’ailleurs, la presse de l’époque parle plutôt de « micropalace », bien que cette appellation relève aussi d’une certaine dimension sarcastique, dans la lignée des nombreuses critiques que ces programmes essuient, comme nous le verrons plus loin. La société est aussi en charge d’hôtels secondaires ou de bungalows à ré-aménager ou à construire comme à Phan Thiet (douze chambres) ou à Djiring (huit chambres).

31Cette solution trouvée pour financer le développement de l’hôtellerie en Indochine se heurte dans la pratique à de nombreux problèmes qui mèneront la SGHI à la liquidation judiciaire en 1930. Les conflits entre la SGHI et l’État sont presque systématiques et se situent à tous les niveaux : de l’emplacement des hôtels jusqu’au mobilier en passant par les plans. Ces désaccords entraînent des retards considérables. À ces conflits s’ajoutent de graves erreurs de gestion. La crise économique vient finalement à bout de la SGHI qui en 1930 ferme brutalement ses portes, du jour au lendemain. À Angkor, cette fermeture prend les touristes, mis à la porte de l’hôtel de la SGHI sans préavis, au dépourvu ; et le gouvernement général se voit obligé d’ouvrir l’hôtel malgré le séquestre judiciaire.

  • 59 Le Khmer Palace, l’Hôtel du parc, les bungalows de Dong Ha et de Vientiane.
  • 60 Il permet de faire un emprunt à 6 % sur dix ans au lieu des 12 % de la Banque d’Indochine, auxquels (...)
  • 61 ANOM, FOM 594, Arrêt du crédit hôtelier, 5 juillet 1930.
  • 62 ANOM, FOM 594, Réunion du Comité du tourisme, 9 et 10 mars 1931.

32La faillite de la SGHI pénalise fortement le développement touristique de la colonie et accélère le désengagement du gouvernement général en matière de construction d’infrastructures touristiques. Le gouvernement décide de poursuivre le financement des constructions les plus importantes en cours59. Mais pour soutenir le développement et l’amélioration de l’industrie hôtelière, une autre stratégie est mise en place : un crédit hôtelier est créé pour soutenir l’initiative privée60. Autrement dit, il ne s’agit plus d’avoir un partenaire privilégié comme la SGHI mais d’offrir aux établissements privés de la colonie qui le demandent des facilités financières afin d’améliorer leurs infrastructures. Cette initiative lancée dans la colonie en 193061 reprend celle lancée dans la métropole en novembre 1923. Mais le crédit hôtelier est en réalité un projet mort-né, puisque les 320 000 piastres indochinoises initialement prévues sont en réalité attribuées à l’achèvement de deux établissements publics : le Khmer Palace à Siem Reap et l’Hôtel du parc à Dalat. Aucun crédit n’est attribué à un demandeur privé. Et dès 1931, le crédit hôtelier est supprimé – il aura donc duré à peine un an62.

33Cette politique de développement de la grande hôtellerie est sévèrement critiquée dans de très nombreux articles de presse de l’époque. Dès le début de son application au début des années vingt, l’État est en effet accusé de visées totalement irréalistes et, qui plus est, d’oublier le colon moyen au profit d’hypothétique touristes internationaux, alors qu’il était considéré que les besoins les plus immédiats étaient de fournir aux colons français des lieux de repos abordables. Il est aussi reproché au gouvernement de mettre en danger les hôteliers privés qui peinaient déjà à exister et qui sont défavorisés face aux conditions particulièrement intéressantes qui sont concédées à la SGHI. Ces critiques se poursuivent jusque dans les années trente, alors qu’on ne peut que constater l’échec cuisant de ces politiques :

  • 63 C.L. Achard, « Mégalomanie », Chanteclerc, politique, satirique, n° 145, 26 août 1934, p. 1.

« Folie (…) encore tous ces grands hôtels, ces palaces, avec leurs centaines de chambres, possédant tout le confort moderne – le chauffage central excepté – qui ont prétendu faire de certaines de nos villes de l’Indochine les égales de celles de la Côte d’Azur ; en escomptant un mouvement touristique que l’on cherche à provoquer, depuis quarante ans au moins, sans beaucoup de succès, […] avouons-le ; et qui ont été obligés ou de fermer leur portes ou d’entretenir des appartements désespérément vides63. »

  • 64 T.H. Ngâu, « La véritable figure du roi Sisowat », L’Echo annamite, s.d., p. 1. Le développement de (...)

34Ces grands projets sont aussi dénoncés dans la presse vietnamienne. Par leur luxe ostentatoire financé directement par les colonisés, ils deviennent le symbole de la folie des grandeurs du gouvernement général. Ainsi le journaliste Trinh Hung Ngau dénonce-t-il « des monuments du genre du Palace du Bokor […] [qui] ont coûté des millions de piastres au budget et des milliers de vies d’indigènes taillables et corvéables à merci64 ».

35Après cette tentative ratée de développement d’un tourisme de haut standing en Indochine, l’histoire de la politique hôtelière du gouvernement est celle d’un désengagement, et l’on peut dire qu’en 1937 le gouvernement général ne subventionne plus aucun établissement hôtelier. Désormais, le parc hôtelier est entièrement privé. Le budget public alloué au tourisme est alors entièrement porté sur la propagande.

Conclusion

36Les hôtels constituent de bons marqueurs des limites et des contradictions de la politique coloniale en Indochine. Cependant, il faut, au terme de cet article, faire le constat que tout un pan de l’activité touristique nous échappe et que la place des Vietnamiens dans l’industrie hôtelière reste encore méconnue.

  • 65 ANOM, GGI 66 742 et GGI 66 743.
  • 66 A. Viollis, Indochine S.O.S, Paris, NRF, 1935, p. 34.

37On sait peu de choses de la clientèle vietnamienne, à part plusieurs cas de discrimination de Vietnamiens souhaitant descendre dans des hôtels réservés aux Français. Certains cahiers des charges d’hôtels et de bungalows gérés par l’État obligent en effet à réserver en priorité les chambres aux touristes européens, ou bien n’autorisent le séjour des « indigènes » qu’à la seule condition qu’ils aient au préalable demandé l’autorisation au résident de la province. Et certains établissements sont purement et simplement interdits aux Asiatiques. Dans ce cas, ces derniers sont en revanche autorisés à utiliser le restaurant, mais le gérant doit alors préparer et servir les repas dans une pièce à part comme à Rach Gia, voire même avec d’autres ustensiles que ceux utilisés pour les clients européens, comme à Hatien. Ce n’est qu’à partir des années trente que ces clauses sont systématiquement remplacées par la mention suivante : « Les Asiatiques de bonne tenue et de bonne éducation seront admis au bungalow dans les mêmes conditions que tout autre personne65. » Le cas des hôtels européens privés est plus flou, mais même lorsqu’il n’y a pas de discrimination ouverte, l’accueil fait aux Asiatiques n’est pas le même que celui fait à la clientèle européenne. Lorsque la journaliste Andrée Viollis rencontre le constitutionaliste Bui Quang Chieu, importante figure politique indigène, alors qu’elle mène une enquête en Indochine en 1931, le premier propos qu’elle rapporte de son interlocuteur est le suivant : « Quand, mandés par le gouvernement, dit-il, mes collègues et moi descendons au Métropole Hôtel d’Hanoï, nous provoquons encore un véritable étonnement, et c’est tout juste si les domestiques consentent à nous servir66. »

  • 67 P. Morlat, La Répression coloniale au Vietnam…, op. cit., p. 190.
  • 68 Au moins 242 grèves ont été recensées entre le 15 août 1936 et le 15 janvier 1937. P. Brocheux et D (...)
  • 69 Les revendications sociales portaient sur « 1) l’octroi du repos hebdomadaire et du congé annuel pa (...)

38Les « boys » sont les figures familières des récits coloniaux, mais leur évocation est aussi fréquente que brève ; ils sont réduits à l’état de silhouettes discrètes, et l’on sait peu de choses sur les employés d’hôtel. Le fait que des individus travaillant comme boys aient été parfois des espions utilisés pour surveiller certains éléments de la clientèle européenne (notamment des agents en liaison avec le Parti communiste indochinois)67 et le fait que ce soit parmi le personnel de l’hôtel Métropole et à l’Hôtel des colonies à Hanoï que les premières grèves du long mouvement de contestation sociale de 1936-193768 aient éclaté montrent l’intérêt qu’il y aurait à étudier ce milieu69.

  • 70 L’Éveil économique de l’Indochine du 14 janvier 1923 mentionne l’ouverture d’un hôtel à Haïphong, t (...)
  • 71 Anonyme, dans la section des brèves de l’Éveil économique de l’Indochine, 6 mai 1933, p. 19.
  • 72 Archives nationales du Vietnam, centre n° 2 (ANV2), GC VIA 8/016, L’Impartial, 24 août 1918.

39Il est clair que les hôtels en Indochine n’étaient pas tenus uniquement par des Français ; il existait des hôtels gérés par des Chinois et par des Vietnamiens. On trouve même mention d’un hôtel japonais ouvert à Haïphong en 192370. Pourtant, on connaît tout aussi mal les gérants asiatiques qui tenaient ou possédaient des hôtels. Jusque dans les années trente, les guides ne mentionnent pas les hôteliers vietnamiens et chinois, alors même que certains réclament qu’ils y soient inscrits71. Seules de rares citations dans les récits de voyages et les quelques publicités parues dans la presse, principalement en vietnamien, témoignent de leur existence. Les archives, en revanche, gardent trace des concessions de bungalows et d’hôtels faites par l’État à quelques gérants vietnamiens, à partir des années vingt (auparavant les gérants sont tous Européens). Ces concessions concernent principalement les établissements reculés et peu rentables. Il existe parfois des gérances mixtes comme au bungalow d’Angkor ou au Bokor palace : pendant la saison basse, le gérant est Vietnamien et pendant la saison haute, Européen. L’attribution de la gérance d’hôtels à des indigènes, particulièrement dans des lieux fréquentés, n’est pas sans créer polémique. L’affaire la plus connue est celle de la concession de l’hôtel du Cap-Saint-Jacques en 1918. Elle oppose le journal L’Impartial, d’une part, représentant le milieu des colons réactionnaires affairistes, à la Tribune indigène, d’autre part, presse d’opposition modérée, attachée à favoriser l’association franco-vietnamienne. Au moment de l’adjudication, l’administration décide de choisir le dossier de Nguyen Xich Hong face à deux autres soumissionnaires français. L’Impartial, dénonce alors vivement cette décision, craignant que la qualité de l’hôtel ne s’en ressente et arguant qu’« il faut [pour gérer un hôtel], en effet, des aptitudes spéciales que nos sujets annamites n’ont pas encore eu le temps d’acquérir. […] Plus que jamais, nous prétendons qu’un Annamite ne saurait faire l’affaire en un hôtel dont la clientèle serait exclusivement française72 ». Il avance aussi que le gérant n’aura pas la possibilité de s’opposer à un client européen si celui-ci se comporte mal dans son hôtel. Le journal sous-entend ensuite qu’à Saïgon la clientèle européenne fuit les hôtels indigènes à cause de leur manque de confort et de propreté. À cela la Tribune indigène répond qu’il n’est pas acceptable que Nguyen Xich Hong soit attaqué uniquement parce qu’il est Vietnamien :

  • 73 ANV2, GC VIA 8/106, La Tribune indigène, 12 septembre 1918.

« Nous ne voyons pas pourquoi un Annamite, parce qu’Annamite, ne saurait tenir un hôtel, ni pourquoi il suffirait que le gérant fût Français pour que l’hôtel fût bien tenu. Les exemples ne manquent pas en Indochine d’hôtels français aussi mal tenus que possible, sales, sans confort […] ; d’autre part, il y aussi pas mal de petits hôtels de propriétaires français qui laissent à un personnel annamite l’initiative la plus complète, ne s’occupant eux-mêmes de rien73. »

  • 74 H. Cucherousset, « Nouvelles constructions à Hanoï », L’Éveil économique de l’Indochine, 21 octobre (...)

40Malgré cette contestation, la polémique aura pour résultat de retirer la concession au gérant vietnamien pour la donner à ses concurrents français, Ange Frasseto et Eugène Sissé. On comprend pourquoi l’AFIMA, l’Association de formation intellectuelle et morale des Annamites, qui regroupait des nationalistes vietnamiens modérés et prônait le rapprochement culturel entre Français et Vietnamiens, avait fondé en 1928 son propre hôtel. Il s’agissait de pouvoir accueillir ses propres membres mais plus largement d’encourager le développement du tourisme indigène pour que les Vietnamiens s’approprient leur territoire74.

  • 75 ANOM, L5, Lettre de Nguyen The Hai à RSA (Résidence supérieure en Annam), Demande de crédit hôtelie (...)
  • 76 ANOM, GGI 66 733, Lettre de Lam-Atan au Résident supérieur de l’Annam, 12 juillet 1923.

41Si les hôtels indigènes sont très difficiles à tracer dans le parc privé, l’intérêt de l’éphémère crédit hôtelier de 1931 est de révéler l’importance des hôteliers vietnamiens et chinois. En effet, sur une vingtaine de demandes, un tiers des propriétaires ont un nom à consonance vietnamienne ou chinoise. Les plans attachés aux demandes permettent de penser que les hôtels étaient plutôt de style français, comme le laissent penser l’hôtel d’une certaine Mme Nguyen, qui révèle un style « travaux publics » en briques, évoqué plus haut75, ou encore l’hôtel de M. Lam dont on sait qu’il a été conçu par un architecte chinois, mais qui présente une allure européenne76. On sait par ailleurs qu’il existait des hôtels dans les compartiments dit chinois (fig. 9) : ces longues maisons tubes aux façades étroites caractéristiques des milieux urbains en Asie du Sud-Est. Le fait que le luxueux hôtel Majestic ait été construit en 1925 à l’initiative de son propriétaire, l’homme d’affaires chinois Hui Bon Hoa, montre la diversité de l’implication des Chinois et des Vietnamiens dans l’industrie hôtelière.

Fig. 9. Hôtel chinois à Haïphong, s.d. carte postale (coll. part.).

Fig. 9. Hôtel chinois à Haïphong, s.d. carte postale (coll. part.).
  • 77 L.B. Kennedy et M.R. Williames, « The Past Without the Pain. The Manufacture of Nostalgia in Vietna (...)
  • 78 Voir par exemple le « village français » construit dans l’ancienne station climatique de Bana. http (...)

42Aujourd’hui, alors que le patrimoine architectural de l’époque coloniale connaît chaque jour des destructions de plus en plus importantes, il est intéressant de constater l’extraordinaire longévité des hôtels dans le paysage urbain vietnamien. La restauration de ces hôtels après le Doi Moi des années quatre-vingt (équivalent de la perestroïka soviétique) a fait partie d’une stratégie de développement d’un tourisme à marche forcée, jouant sur la nostalgie coloniale des occidentaux77 ; mais on peut penser aussi que leur persistance réside aujourd’hui également dans un certain goût pour l’architecture monumentale européenne78, développé par les Vietnamiens et les touristes asiatiques en général et qui font que le style néoclassique fleurisse sur les hôtels actuels.

Bibliographie

Sources

C.L. Achard, « Mégalomanie », Chanteclerc, politique, satirique, n° 145, 26 août 1934, p. 1.

ANOM (Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence), FOM (Agence économique de la France d’outre-mer) 253, 9 février 1923, Rapport de Raynal sur l’organisation du tourisme colonial en Indochine.

ANOM, FOM 547, M. Rondet-Saint, Rapport sur l’organisation de l’industrie du tourisme en Indochine, 1927.

ANOM, FOM 547, Note sur l’organisation du tourisme en Indochine, s.d. (vers 1925).

ANOM, FOM 594, Arrêt du crédit hôtelier, 5 juillet 1930.

ANOM, FOM 594, Circulaire du ministre des colonies à GGI, 2 octobre 1922.

ANOM, FOM 594, Réunion du Comité du tourisme, 9 et 10 mars 1931.

ANOM, GGI (Gouvernement général de l’Indochine) 59 875, Convention du 30 janvier 1924 entre la SGHI et le GGI.

ANOM GGI, 66 729, Rapport de Raynal, s.d.

ANOM, GGI 66 729, Lettre du résident supérieur de l’Annam au gouverneur général de l’Indochine, au sujet de la création d’un service de tourisme en Annam et du régime des établissements hôteliers, rappel d’une lettre de juillet 1925, 4 novembre 1926.

ANOM, GGI 66 731, lettre du directeur des Services économiques à l’inspecteur général des Travaux publics, 29 avril 1922.

ANOM, GGI 66 731, note d’A. Lochard au directeur des Services économiques, 22 avril 1922.

ANOM, GGI 66 733, Lettre de Lam-Atan au résident supérieur de l’Annam, 12 juillet 1923.

ANOM, GGI 66 742.

ANOM, GGI 66 743.

ANOM, GGI 66 740.

ANOM, L5, Lettre de Nguyen The Hai à RSA (Résidence supérieure en Annam), Demande de crédit hôtelier, 15 mai 1931

Archives nationales du Vietnam, centre n° 2 (ANV2), GC VIA 8/016, L’Impartial, 24 août 1918.

ANV2, GC VIA 8/106, La Tribune indigène, 12 septembre 1918.

Annuaire de la Cochinchine française, 1871.

Annuaire de l’Indochine française, 1905.

Annuaire général de l’Indochine française, 1908, p. 285.

Anonyme, « Compte-rendu de la réunion du 16 octobre 1904 », Topo d’Hanoï, Saïgon, Imprimerie commerciale Ménard et Rey, 1904, p. 7.

Anonyme, « Brèves », L’Éveil économique de l’Indochine, 6 mai 1933.

Bulletin municipal de la ville de Hanoï, 1925.

P. Bourde, De Paris au Tonkin, 1885, Paris, Calmann-Lévy éditeur, 1885.

H. Cucherousset, « Nouvelles constructions à Hanoï », L’Éveil économique de l’Indochine, 21 octobre 1928.

H. Cucherousset, « La crise du logement », L’Éveil économique de l’Indochine, 23 juillet 1922.

H. Cucherousset « Chez nos confrères », L’Éveil économique de l’Indochine, 18 mai 1924, p. 16.

H. Cucherousset, « Un grand hôtel à Huê », L’Éveil économique de l’Indochine, n° 408, 5 avril 1925, p. 6.

M. Hepp, L’Immense Indo-Chine : une vue cavalière de l’Indo-Chine, Paris, J. Peyronnet et Cie Editeurs, 1928.

C. Madrolle, Indochine du sud, de Marseille à Saïgon : Djibouti, Éthiopie, Ceylan, Malaisie, Cochinchine, Cambodge, Bas-Laos, Sud-Annam, Siam, Paris, Librairie Hachette, 1926.

A. Masson, Hanoï pendant la période héroïque (1873-1888), Paris, P. Geuthner, 1929.

M. My, Le Tonkin pittoresque : souvenirs et impressions de voyage, Saïgon, Imprimerie J. Viet, 1925.

T.H. Ngâu, « La véritable figure du roi Sisowat », L’Écho annamite, s.d., p. 1.

M. Rondet-Saint, Choses de l’Indochine contemporaine, Paris, Librairie Plon, 1916.

Secrétariat du gouvernement de Cochinchine, « Circulaire (cabinet du lieutenant-gouverneur) au sujet de l’étude d’un projet d’installation des maisons de passagers », Bulletin du Secrétariat du gouvernement de la Cochinchine, 1903, p. XIII.

L. Salaün, L’Indochine, Paris, Imprimerie nationale, 1903.

A. Tissandier, Cambodge et Java : ruines khmères et javanaises, 1893-1894, Paris, G. Masson, 1896.

G Verschuur, Aux colonies d’Asie et dans l’Océan indien, Paris, Librairie Hachette, 1900.

A. Viollis, Indochine S.O.S, Paris, NRF, 1935, p. 34.

Bibliographie

Brocheux P., Hémery D., Indochine : la colonisation ambiguë, 1854-1954, Paris, Editions de la Découverte, 2001.

Demay A., Tourism and Colonization in Indochina (1898-1939), Cambridge, Cambridge Scholar Publishing, 2016.

Faure A., Lévy-Vroelant C., Une chambre en ville : hôtels meublés et garnis de Paris, 1860-1990, Paris, Créaphis, 2007.

Franchini P., Continental Saïgon, Paris, Editions des Equateurs, 2015 [première édition 1976].

Herbelin C., Architectures du Vietnam colonial : repenser le métissage, Paris, Institut national d’histoire de l’art/Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016.

Jennings E., « From Indochine to Indochic : The Langbian/Dalat Palace Hotel and French Coloial Leisure, Power and Culture », Modern Asian Studies, vol. 37, février 2003, p. 159-194.

Kennedy L.B., Williames M.R., « The Past Without the Pain : The Manufacture of Nostalgia in Vietnam’s Tourism Industry », dans Hue Tam Ho Tai (dir.), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001, p. 135-167.

King A., The Bungalow : The Production of a Global Culture, Oxford, Oxford University Press, 1995.

Morlat P., La Répression coloniale au Vietnam, 1908-1940, Paris, l’Harmattan, 1990.

Muller G., Colonial Cambodia’s “Bad Frenchemen” : The rise of French rule and the life of Thomas Caraman, 1840-1887, New York, Routledge, 2006.

Peleggi M., « The Social and Material Life of Colonial Hotels : Comfort Zones as Contact Zones in British Colombo and Singapore », Journal of Social History, Automne 2012, p. 124-153.

Wright G., The politics of design in French colonial Urbanism, Chicago, University of Chicago Press, 1991.

Notes

1 ANOM (Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence), FOM (Agence économique de la France d’outre-mer) 253, 9 février 1923, Rapport de Raynal sur l’organisation du tourisme colonial en Indochine.

2 La colonisation française en Indochine a duré de 1858 à 1954.

3 Plus précisément la « Section du tourisme, de la chasse, de la propagande coloniale, de l’enseignement et des Beaux-Arts », chargée de réfléchir à une organisation rationnelle du tourisme dans les colonies.

4 Sur les politiques touristiques en Indochine, voir A. Demay, Tourism and Colonization in Indochina (1898-1939), Cambridge, Cambridge Scholar Publishing, 2016.

5 M. Rondet-Saint, Choses de l’Indochine contemporaine, Paris, Librairie Plon, 1916, p. 239.

6 Préface d’O. Frébourg au livre de P. Franchini, Continental Saïgon, Paris, Editions des Equateurs, 2015 [première édition 1976].

7 Ibid.

8 Le Métropole à Hanoï se site au centre-cœur du lieu des combats du 19 décembre 1946 qui marquent les débuts de la guerre d’Indochine ; une partie de la population française vient alors s’y réfugier. L’hôtel Caravelle est victime d’un attentat à la bombe en 1964, pendant la guerre du Vietnam.

9 M. My, Le Tonkin pittoresque : souvenirs et impressions de voyage, Saïgon, Imprimerie J. Viet, 1925, p. 170-171.

10 Lettre de M. Ducamp, administrateur délégué du Grand Hôtel de Hanoï à Monsieur l’administrateur Maire de la ville de Hanoï le 7 mai 1925, Bulletin municipal de la ville de Hanoï, 1925, p. 558.

11 « Compte-rendu de la réunion du 16 octobre 1904 », Topo d’Hanoï, Saïgon, Imprimerie commerciale Ménard et Rey, 1904, p. 7.

12 Il semble que ce soit surtout le cas à partir de la fin des années vingt, P. Morlat, La Répression coloniale au Vietnam, 1908-1940, Paris, L’Harmattan, p. 190.

13 L’expression est utilisée au sens de matériellement confortable mais comfort zone désigne en anglais une situation dans laquelle on se sent à l’aise et dans laquelle on n’est pas poussé à aller au bout de ses capacités.

14 M. Peleggi, « The Social and Material Life of Colonial Hotels, Comfort Zones as Contact Zones in British Colombo and Singapore », Journal of Social History, Automne 2012, p. 124-153.

15 Voir C. Herbelin, Architectures du Vietnam colonial : repenser le métissage, Paris, Institut national d’histoire de l’art/Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016.

16 Les hôtels meublés et garnis était bien sûr très répandus dans la métropole. Voir A. Faure, C. Lévy Vroelant, Une chambre en ville : hôtels meubles et garnis de Paris, 1860-1990, Paris, Créaphis, 2007.

17 H. Cucherousset, « Un grand hôtel à Huê », L’Éveil économique de l’Indochine, n° 408, 5 avril 1925, p. 6.

18 Courrier de Saïgon, 1er janvier et 5 juillet 1865, section des publicités (n.p.) cité par G. Muller, Colonial Cambodia’s “Bad Frenchmen”: The rise of French rule and the life of Thomas Caraman, 1840-1887, New York, Routledge, 2006.

19 Nous ne disposons pas d’image du bâtiment à cette époque, seulement des clichés issus d’une rénovation plus tardive.

20 Il s’agit bien de Wang Tai, mais dans une transcription du chinois différente de celle que nous utilisons (pinyin).

21 Annuaire de la Cochinchine française, 1871, p. 112.

22 P. Bourde, De Paris au Tonkin, 1885, Paris, Calmann-Lévy éditeur, 1885, p. 120.

23 A. Masson, Hanoï pendant la période héroïque (1873-1888), Paris, P. Geuthner, 1929, p. 166-167.

24 Publicité parue dans l’Annuaire de l’Indochine française, 1905, p. 677.

25 Annuaire de l’Indochine française, 1905.

26 En 1877, Charles Le Mire signale qu’il y a, à Saïgon, quelques hôtels sur le quai et dans la rue Catinat.

27 G. Verschuur, Aux colonies d’Asie et dans l’Océan indien, Paris, Librairie Hachette, 1900, p. 27.

28 H. Cucherousset, « La crise du logement », L’Éveil économique de l’Indochine, 23 juillet 1922.

29 Dans l’annuaire de l’Indochine, la première mention d’un programme de construction de bungalows par l’État date de 1908, Annuaire général de l’Indochine française, 1908, p. 285.

30 Trạm, que l’on peut traduire par poste, station.

31 C. Madrolle, Indochine du sud, de Marseille à Saïgon : Djiboui, Éthiopie, Ceylan, Malaisie, Cochinchine, Cambodge, Bas-Laos, Sud-Annam, Siam, Paris, Librairie Hachette, 1926, p. 325.

32 C. Madrolle, Indochine du Nord, Paris, Librairie Hachette, 1915, p. 361.

33 H. Cucherousset « Chez nos confrères », L’Éveil économique de l’Indochine, 18 mai 1924, p. 16.

34 A. King, The Bungalow: The Production of a Global Culture, Oxford, Oxford University Press, 1995.

35 « Circulaire (cabinet du lieutenant-gouverneur) au sujet de l’étude d’un projet d’installation des maisons de passagers », Bulletin du Secrétariat du gouvernement de la Cochinchine, 1903, p. XIII.

36 L. Salaün, L’Indochine, Paris, Imprimerie nationale, 1903, p. 392.

37 Ibidem, p. 392.

38 A. Tissandier, Cambodge et Java : ruines khmères et javanaises, 1893-1894, Paris, G. Masson, 1896, p. 12-13.

39 À propos de l’usage de l’architecture vernaculaire dans le contexte touristique, voir, dans ce même ouvrage, l’article de Dominique Jarassé : « En six-roues de Biskra à Djerba : villégiature hivernale, “esthétique de l’oasis” et architecture hôtelière régionaliste ».

40 ANOM GGI (Gouvernement général d’Indochine) 66 729, Rapport de Raynal.

41 M. Rondet-Saint, Choses de l’Indochine contemporaine, op. cit., p. 181.

42 M. Hepp, L’Immense Indo-Chine : une vue cavalière de l’Indo-Chine, Paris, J. Peyronnet et Cie Editeurs, 1928, p. 87.

43 Voir A. Demay, Tourism and Colonization in Indochina…, op. cit., p. 168-170.

44 Pour reprendre l’expression de G. Wright, The politics of design in French colonial Urbanism, Chicago, University of Chicago Press, 1991.

45 ANOM, FOM 594, Circulaire du ministre des colonies à GGI, 2 octobre 1922.

46 ANOM, FOM 594, Circulaire du ministre des colonies à GGI, 2 octobre 1922.

47 ANOM, FOM 547, M. Rondet-Saint, Rapport sur l’organisation de l’industrie du tourisme en Indochine, 1927.

48 ANOM, GGI 66 731, lettre du directeur des Services économiques à l’inspecteur général des Travaux publics, 29 avril 1922.

49 ANOM, GGI 66 731, note d’A. Lochard au directeur des Services économiques, 22 avril 1922.

50 E. Jennings, « From Indochine to Indochic: The Langbian/Dalat Palace Hotel and French Colonial Leisure, Power and Culture », Modern Asian Studies, vol. 37, février 2003, p. 171.

51 ANOM, GGI 66 731, lettre du directeur des Services économiques à l’inspecteur général des Travaux publics, 29 avril 1922.

52 ANOM, GGI 66 740.

53 ANOM, GGI 66 740.

54 E. Jennings, op. cit., p. 177-178.

55 ANOM, FOM 547, Note sur l’organisation du tourisme en Indochine, s.d (vers 1925).

56 ANOM, GGI 66 729, Lettre du résident supérieur de l’Annam au gouverneur général de l’Indochine, au sujet de la création d’un service de tourisme en Annam et du régime des établissements hôteliers, rappel d’une lettre de juillet 1925, 4 novembre 1926.

57 ANOM, GGI 59 875, Convention du 30 janvier 1924 entre la SGHI et le GGI.

58 Gouverneur général de l’Indochine de février 1923 à avril 1925.

59 Le Khmer Palace, l’Hôtel du parc, les bungalows de Dong Ha et de Vientiane.

60 Il permet de faire un emprunt à 6 % sur dix ans au lieu des 12 % de la Banque d’Indochine, auxquels il faut ajouter 8 % de frais. L’effort personnel des demandeurs ne peut être inférieur au montant même du prêt sollicité ; de plus, les prêts doivent être garantis (hypothèque, nantissement des titres ou garantie de l’État). Les prêts étant exclusifs de toute subvention, ils ne concernent que l’hôtellerie privée. Les demandes doivent être accompagnées d’un devis des constructions, travaux ou aménagements projetés et de justificatifs des garanties financières. Un nombre important de demandes a été envoyé, mais seulement quinze ont été retenues pour examen : quatre pour Saïgon, trois pour Haïphong et neuf dans le reste de l’Union. Les demandes ont été étudiées les 9 et 10 mars 1931 durant la réunion du Comité du tourisme.

61 ANOM, FOM 594, Arrêt du crédit hôtelier, 5 juillet 1930.

62 ANOM, FOM 594, Réunion du Comité du tourisme, 9 et 10 mars 1931.

63 C.L. Achard, « Mégalomanie », Chanteclerc, politique, satirique, n° 145, 26 août 1934, p. 1.

64 T.H. Ngâu, « La véritable figure du roi Sisowat », L’Echo annamite, s.d., p. 1. Le développement de la station d’altitude du Bokor était tristement célèbre pour avoir été le fruit d’un travail pénitentiaire qui couta la vie à 881 forçats. On parle parfois de cet événement, qui avait fait scandale parmi les milieux anti-colonialistes, comme de « l’affaire du Bokor ».

65 ANOM, GGI 66 742 et GGI 66 743.

66 A. Viollis, Indochine S.O.S, Paris, NRF, 1935, p. 34.

67 P. Morlat, La Répression coloniale au Vietnam…, op. cit., p. 190.

68 Au moins 242 grèves ont été recensées entre le 15 août 1936 et le 15 janvier 1937. P. Brocheux et D. Hémery, Indochine : la colonisation ambiguë, 1854-1954, Paris, Éditions de la Découverte, 2001, p. 318-319.

69 Les revendications sociales portaient sur « 1) l’octroi du repos hebdomadaire et du congé annuel payé ; 2) le paiement des heures supplémentaires de travail ; 3) l’augmentation de salaire. » Par ailleurs, dans ce même mémoire il est précisé que l’hôtel Métropole employait 136 boys et cuisiniers.

70 L’Éveil économique de l’Indochine du 14 janvier 1923 mentionne l’ouverture d’un hôtel à Haïphong, tenu par un Japonais, dont les prix sont accessibles : l’hôtel Kouroschi.

71 Anonyme, dans la section des brèves de l’Éveil économique de l’Indochine, 6 mai 1933, p. 19.

72 Archives nationales du Vietnam, centre n° 2 (ANV2), GC VIA 8/016, L’Impartial, 24 août 1918.

73 ANV2, GC VIA 8/106, La Tribune indigène, 12 septembre 1918.

74 H. Cucherousset, « Nouvelles constructions à Hanoï », L’Éveil économique de l’Indochine, 21 octobre 1928.

75 ANOM, L5, Lettre de Nguyen The Hai à RSA (Résidence supérieure en Annam), Demande de crédit hôtelier, 15 mai 1931.

76 ANOM, GGI 66 733, Lettre de Lam-Atan au Résident supérieur de l’Annam, 12 juillet 1923.

77 L.B. Kennedy et M.R. Williames, « The Past Without the Pain. The Manufacture of Nostalgia in Vietnam’s Tourism Industry », dans Hue Tam Ho Tai (dir.), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001, p. 135-167.

78 Voir par exemple le « village français » construit dans l’ancienne station climatique de Bana. https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g298085-d2255351-Reviews-Ba_Na_Hills-Da_Nang_Quang_Nam_Province.html, (consulté le 13 mai 2016).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Hôtel Continental à Saïgon, vers 1880, carte postale (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 2. Hôtel du commerce à Haïphong au début du XXe siècle, carte postale (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3. Hôtel Baud à Tuyen Quang, s.d, carte postale (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 4 Projet de sala par le service des Tavaux publics de l’Indochine, 1930 (Archives nationales du Vietnam).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 5. Bungalow de Can Tho, s.d., carte postale (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 6. Avant-projet, bungalow de Thuy Hoa, par le Service des travaux publics, 1921 (Archives nationales du Vietnam).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 7. Le Lang Bian Palace à Dalat dans les années vingt (Delcampe.net).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 8. Hôtel Le Royal, Phnom Penh, fin des années vingt (Delcampe.net).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 9. Hôtel chinois à Haïphong, s.d. carte postale (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1529/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 499k

Auteurs

Géographe et historienne, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne.

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter