Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Annexe 1. Corpus des testaments mystiques d’Imi’n Tatelt

Traduction du Testament mystique de Sîdî Abû Abdellah Mhammed Û Ya‘qûb
[XVIe siècle, 1555]- [1777 (XVIIIe)-1896-1927]

Texte intégral

1Présentation

Les testaments mystiques instruisent puissamment sur la vie d’un saint, ses exigences et prescriptions. Celui d’Imi n’Tatelt est « planificateur » : Aujourd’hui comme autrefois – le saint est mort en 1555 – les promesses faites de son vivant se perpétuent. Le testament, rédigé alors que le saint est mourant, aurait ainsi fixé les ratios de dons à dépêcher par chaque tribu : on exige peu mais le nombre des communautés affiliées est tel que les offrandes sont en quantité. Cette zawya fait ainsi office d’énorme magasin, réceptacles des dons en nature de toutes les tribus liées par serment. Réceptacle assurément, mais également moulin à dons, puisque la zawya répartit aussitôt toutes ces offrandes en nature, offertes par les communautés. Chaque pèlerin peut ainsi, durant trois jours et à chaque repas, recevoir un couscous d’orge, une poignée de sel, et une mesure de dattes. Tout pèlerin peut se recueillir tout en jouissant de la bénédiction divine et non moins matérielle du saint. Il faut imaginer la force qu’avait, dans une région qui se trouve aux portes du désert, ce don permanent et sans limite qui, peut paraître dérisoire à nos sociétés contemporaines de l’abondance. Le message spirituel est clair : Dieu pourvoit, grâce à l’intervention de ce saint, juste et bon. Se reporter à l’analyse dans le corps du texte.

2Testament mystique de Sîdî Abû ‘Abdellah Mhammed Û Ya‘qûb, d’après la copie conforme datée de 1191 Hégire (1777), prétendant reproduire mot pour mot l’acte rédigé en 962 [1555] à la mort du saint, d’après la seconde copie conforme établie en 1313 Hégire (1896), copie conforme datée de 1345 Hégire (1927), 104x36 (recto verso), rouleau manuscrit conservé dans un étui en aluminium, fonds privé.

3(Version a dans le corps du texte).

4[Folio 1 de la transcription 2004]

  • 224 Nous sommes obligés de croire notre scribe sur parole. Cependant, est-ce possible, sur une durée de (...)
  • 225 Traduction littérale du berbère à l’arabe d’Imi n’Tatelt, la localité où est enterré le Saint.
  • 226 Dans tout le texte, le copiste emploie le mot « qabila », la tribu. Toutes les dénominations des tr (...)
  • 227 Lorsque ce pain arrive dans la maison des héritiers, il est comme béni : il annonce les réjouissanc (...)
  • 228 Autre traduction littérale littérale du berbère à l’arabe de Ufella n’wassif.
  • 229 Idaw Nadîf.

5« Au nom de Dieu, Le Clément et le miséricordieux, prières et bénédictions sur notre Prophète Mohammed, ses proches, et ses compagnons. [Basmala]. Il n’y a de puissance plus forte que celle de Dieu Le très-haut Le tout-puissant.

Ceci est une copie de l’original, une copie authentique qui reprend littéralement mot pour mot l’original et sans rien en enlever224, de peur qu’il ne s’efface ou disparaisse.

« Louanges à Dieu, prières et bénédictions sur notre Prophète Mohammed, ses proches, et ses compagnons.

« Ce testament appartient au proche de Dieu, le pôle divin, qui connaît parfaitement Dieu, Abû Abd Allah Sîdî Mohammd Ben Ya‘qûb, Abî Bakr Aç-Çanh’âjî de l’embouchure de Tatelt225. Que Dieu répande ses bénédictions sur sa sépulture et lui accorde ses faveurs. Qu’Il nous fasse bénéficier de ses bontés. Amîn. Louange à Dieu qui a fait de la mort la libération de la créature et a accordé aux seuls musulmans le privilège de rendre la vérité et de s’abstenir du mal. Prières et bénédictions de Dieu sur Notre seigneur Mohamed et ses compagnons, eux qui ont ruiné la voie de l’incrédulité et de l’égarement.

« Le Sheykh a dit, un jour, alors que j’étais assis avec mes compagnons – que Dieu les bénisse tous – Sîdî Ahmed Ben Mûsâ Ben Issa Semlâlî Tazerwaltî et Sîdî Mohammed Ben Ibrâhîm at-Tamanartî, Sîdî Saîd ben Abd Naîm. Que Dieu soutienne notre foi, et avec eux les tribus226 tout entières. La tribu Hûzâlîn du village de Agag el Melûliy jusqu’aux limites du cimetière et jusqu’à la plaine des Hawzâla. Parmi eux les Ahl Tagharghart227 et ceux au-dessus de l’oued228, tous doivent honorer de leurs aumônes le Walî aç-çâlih’ ici cité, leurs çadaqa-s consisteront en pain que tous nous mangerons, [mes] héritiers, ceux de la région et même les autres, ceux qui ont prêté serment et se sont conformés aux enseignements du Sheykh. Ce testament doit être conservé de génération en génération jusqu’à la fin des temps. Ceux qui donnent ici accèdent au paradis et ceux qui ne respectent pas leurs engagements transcrits dans le testament seront châtiés.

« Qu’ils continuent dans cette voie car celui qui suivra ses conseils sera reçu au paradis et celui qui est possédé de l’esprit du désordre (fitna) sera responsable devant Dieu du mal qu’il aura fait.

« Les offrandes des Beni Melûl, Benî Ahmed et Bnî Bjî, [consisteront] en beurre de leurs troupeaux et en miel, afin de nourrir les Tolbas et les nécessiteux [comme l’indique] le Hadith du Prophète – Que Dieu reçoive ses prières et lui accorde le salut. Pendant les nuits de Ramadan, ils feront la récitation de Sîdî Al-Bukhârî – Que Dieu ait son âme.

J’ordonne que le moqqadem walî çâlih’ Sîdî Mohammed Ben Mesûd al-Kurbânî de la tribu Handifa229 et

  • 230 On reconnaîtra les transcriptions de Idaw U Kensus, puis Issafen (les rivières, widan sont traduite (...)
  • 231 Idaw Zal.
  • 232 Harjân pour argan.
  • 233 Idaw U Zetut.
  • 234 Arghen.
  • 235 Illalen.
  • 236 Nous n’avons pu identifier précisement le groupe désigné « ceux de l’agadir Tighersat chez les Illa (...)
  • 237 « Ceux du dessus, ceux du dessous des Shtuka », Ashtuken. Notez l’importance du représentant, relai (...)

6[Folio 2]

« … le Faqîr [le sage] Mûssâ Al-Mugây aient la charge d’administrer la zawya. J’ordonne qu’ils détiennent les clés (mufâtih’) de toute la zawya et qu’ils en prennent possession trois jours [par an] pour assurer l’hospitalité. Ils auront également la responsabilité des portes (dafûf), des clous et du bois de construction pour son entretien [ou toute réparation]. Ils s’engagent en outre à offrir deux muzzana-s par mois et par artisan et un rayon de miel par ruche.

« Pour le Faqîr qui doit rester à la zawya jusqu’à sa mort, de mes gendres des Ayt Mellul, je fais les premiers gardiens. Ils ne doivent pas laisser voir ce qu’il y a dans la maison, parce qu’elle n’est ni celle du Sheykh, ni celle de ses enfants. Les tribus ne doivent entre elles jamais se quereller et il est recommandé de ne se marier qu’entre musulmans.

« A la même date, la tribu Dû Kunsûssa230 avec la tribu Ahl Al-Widan toute entière, et la tribu Dû Zakariya, la tribu Amriyt, la tribu Abnâ Abd Allah, pour chacun comme le stipulent nos serments [kamâ dhakarnâ] auprès de toutes les tribus, qui doivent remettre au Sheykh leur çadaqa : une rabiya (1/4) de toute gherara d’orge, de blé, de maïs (bachn), de fèves, d’amandes, d’olives ; une brebis pour 100 têtes d’ovins et un rayon de miel par ruche. Chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée, ainsi que 2 muwzûna-s par mois et par artisan (forgeron, cordonnier, maçon).

« Les Ahl Tazalakht se sont engagés à faire les offrandes promises [entre nous] et en outre à fournir à la zawya le cuivre, extrait de la mine [ghar] de Sidna du El Qarnayn le vendredi, sera donné par les artisans, comme ils se sont engagés à le faire auprès du walî Sîdî Mhammed ben Ya‘qûb le désigné. Les offrandes issues de toute chose iront à la zawya. La tribu Dû Yazid s’est engagée à verser leurs dons (çadaqa) de dattes et de ce qui croît sur leur territoire. La tribu Dû Induzâla231 donnera au Sheykh – Que Dieu le bénisse – une rabiya (1/4) de chaque gherara d’orge, de blé, de maïs, de lentilles et d’argan232 ; chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée (jamaa), et un rayon de miel par ruche. Une brebis pour 100 têtes d’ovins, 2 mawzûna-s par mois et par artisan. Ils approvisionneront également la zawya en ustensiles de cuivre nécessaires [à son fonctionnement]. La tribu Dûzdûta233 s’est engagée à faire les offrandes promises entre nous. Et la tribu Harghat234 d’Arzân et El Jorf à Foum Amaghar a fait les mêmes promesses. Les tribus Hillala235 des Iduska jusquà Amanuz, s’est engagée auprès du Sheykh à verser les aumônes de rabiya de chaque gherara d’orge, de blé, de maïs, de fèves, les amandes et de tout ce qui pousse sur leur territoire, avec un rayon de ruche. Chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée et une tête pour 100 têtes d’ovins, et 2 mûzûnatayn par mois et par artisan. De même les Ahl Hisn Tighersat dans l’Oued de la tribu Hillala236 donnera les aumônes dues. La tribu Hashtouka en entier237, [représenté] par leur moqqadem Sîdî Mhammed Ben H’sayn d’Açgharkys – Que Dieu nous bénisse, Amîn.

  • 238 Cf. la légende retranscrite par Mokhtar Es-Soussi sur les Saints au Jugement dernier, la vérité des (...)
  • 239 Mot difficile à déchiffrer.
  • 240 On reconnaît la description de la géographie du pays Wawzgit comme lorsqu’on le parcourt à pied : M (...)

7[Folio 3 de la transcription 2004]

« La tribu des Dû Guettuya, et la tribu Uled Yihya d’origines arabes, connu sous ce nom ou Bni Arfa, la tribu Ahl Igiss avec leur moqqadem Sîdî Mussa – Que Dieu le bénisse, Amîn –, la tribu Tiyût, la tribu Huwrya Eç-Çanhâja, offriront au Sheykh leurs aumônes : rabiya (1/4) par gherara d’orge, de blé, de maïs, et d’argan ; chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée, et un rayon de miel par ruche. Une brebis pour 100 têtes d’ovins, 2 mawzûna-s par mois et par artisan.

« Celui qui reste fidèle à ses promesses (ahd) et à ses engagements (mîthâqa), Dieu l’aidera, le protégera, lui donnera la joie et écartera les soucis de sa route, il le préservera de Satan, le protégera dans ce monde et dans l’autre, et lui ouvrira les portes du paradis238, lui fermant en même temps celles de l’enfer. Il me rendra cette miséricorde [les dons]. La langue du fidèle sera déliée et il ne connaîtra pas la désobéissance à Dieu et à l’envoyé de Dieu.

« La tribu des Menbha, liée par serment avec le Sheykh comme je l’ai dit, les nomades des Ayt Suss, la tribu des Dû Zdâgha, de même que la tribu des Talamt de la montagne et de la plaine, la tribu Semgat de la montagne et de la plaine, se sont engagés à donner au Sheykh les mêmes offrandes que les précédents, une rabiya (1/4) par gherara d’orge, de blé, de maïs, de fèves, d’huile d’olives, chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée, et un rayon de miel par ruche. Une brebis pour 100 têtes d’ovins. La tribu Ah’angarn de la montagne, la tribu Uneyn, la tribu Awzzun Oued Zguid et tous ceux qui habitent le Dara239 se sont engagés à faire les offrandes promises au Sheykh, une rabiya (1/4) par gherara d’orge, de blé, de maïs, de lentilles, de raisins secs. Une brebis pour 100 têtes d’ovins.

« Toutes les tribus Wawzgîta de Ma El Biad jusqu’à la limite Mesfiwa, la tribu de l’Oued Nfis du haut et du bas, la tribu Imeghrân, celle des Abnâ Bou Dlal, de Haskûra, la tribu Warzazat en haut de l’Oued Zineb jusqu’en bas, la tribu Tifnut toute entière à partir de la tribu Izgar, la tribu Tameld, Taddert, la tribu Tidili avec [illisible], Ibna Irten, Ibna Tuya, la tribu Tamassine, la tribu Khuzama, la tribu Abnâ Ubiâl, la tribu Abnâ Wagharda, la tribu Abdl’wirt, la tribu de l’Oued Zagmuzen d’Arfaman jusqu’à Makhfaman, la tribu Abnâ Wuggez, la tribu Sektana du haut jusqu’à Raqba Anzûr240, se sont engagés à apporter au Sheykh les offrandes dues : une rabiya (1/4) par gherara d’orge, de blé, d’amandes, de maïs, de noix, d’huile d’olives, de raisins secs et de tout ce qui croît dans leur territoire ; une brebis pour 100 têtes, un rayon de miel par ruche ;

  • 241 Mot dialectal écrit à la docte.
  • 242 En arabe dialectal.
  • 243 Il est rare que de l’argent soit demandé. Ici à des marchands de bétail conformément à la zakât sur (...)
  • 244 On aura reconnu une arabisation des Ayt Atta.
  • 245 Il est évident que ces tribus nomades avaient une réputation de détrousseurs de route, le saint exi (...)

8[Folio 4 de la transcription 2004]

« la quantité de beurre journalière fabriquée, et un rayon de miel par ruche, et 1 muzzana par artisan et par mois.

« La tribu Çanh’âja des Wissalsat, et ses frères de la tribu Uzzaras avec eux, leur Sheykh Sîdî Mhammed Abî Baker de Tissint et des Abnâ Tlit, des Abnâ Untajgal, des Ibna Umtizgi, les Ahl Alugum, les Ahl Zguint d’origine arabe, tous les Banû Dû Fiyaq offriront conformément à leurs engagements une rabiya par gherara d’orge, de blé, de maïs, et également une rabiya nakhla de dattes ; chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée, et un rayon de miel par ruche, et 1 muzzana par artisan et par mois.

« Les tribus de l’Oued Tata, d’Afra à Aqqa, de l’Oued Tizunin, avec leur moqqadem Si El H’âdir Ben Ibrâhîm, et la tribu de Tagmût, Imitek, Iggû, Igulîz, offriront conformément à leurs engagements auprès du Sheykh Très grand. Et Ahl Tagmut et les Ahl Assa seront responsables du combustible (bois khachâchîb241) qu’ils se chargeront d’acheminer à la zawya et la mosquée sur leurs mules. [Phrase obscure]. En outre, les Ayt Tagant et les Ayt Adda fourniront chaque fois que ce sera utile, de la citerne située à Qabat El Khozlan, l’enclos des troupeaux et des boutiques.

« Les tribus Abnâ Wabli, de l’Oued Tisgi jusqu’à Oued Tizeght d’Awl à Abnâ El Haj Wawâd Aguînân, de Timghet n’uzzaln à Foum Assâ avec ceux de Tamanart, offriront au Sheykh conformément à leurs engagements une rabiya (1/4) par gherara d’orge, de blé, de maïs, de dattes ; chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée, et un rayon de miel par ruche, et une brebis pour 100 têtes d’ovins.

« Les tribus Ayt Umribet de Tizunin jusqu’à l’Oued Nun, les Ahl Assâ et les tribus de la côte, leurs voisins de la tribu des Issiri avec leur moqqadem le Sheykh Mohammed Ben âmar le vénéré, la tribu des Id Ibrâhîm, la tribu des Id Ahmed, des Id Bouachra et les autres, la tribu des Imtakkin, celle des Imjâd, offriront au Sheykh conformément à leurs engagements une rab’iya par gherara d’orge, de blé, de maïs, d’amandes ; chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée, une brebis pour 100 têtes d’ovins. Une toison de laine242 sur cinq, un mitqâl de darâhim243 par tente. La tribu Du Blâl (Idaw Blal), Mekrâz, et Hayân, avec la tribu Ulâd Yihya dans le Grâr, tous sur l’Oued Dra et sur l’oued Zgid, les Ulâd Hlâl, Ulâd Masûd, Abnâ El-Mhamid, la tribu des Attawiya244 offriront au Sheykh conformément à leurs engagements, une rabiya par gherara d’orge, de blé, de dattes ; chaque semaine, la quantité de beurre journalière fabriquée. Une brebis pour 100 têtes d’ovins. Une toison de laine sur cinq, un mitqâl dial darâhim par tente.

« Les tribus Swaki donneront comme convenu, de même que la tribu Jellâla une toison de laine pour 5 brebis et un mitqâl par tente. Les Ulâd El Krab, Ulâd El Qachh’, Ulâd Issa ben Omar, et Ulâd Liqaba et autre, fourniront une toison de laine pour 5 brebis et un mitqâl par tente.

« Les Arabes s’engagent à garantir à ces [mêmes] Arabes l’entrée au paradis s’ils suivent les prescriptions du Sheykh conseils, respectent ses enfants et les invités qui empruntent le chemin de la zawya245, et qu’ils font selon les préceptes de la sunna de l’envoyé de Dieu. Prières et bénédictions sur lui.

  • 246 La formule est intéressante, la Zawya est désignée clairement comme un grenier.
  • 247 Chose que les gens disent dans toute la région, notamment chez les Ayt Herbil.
  • 248 Son petit-fils préféré auquel il a prédit un grand avenir.

9[Folio 5 de la transcription 2004]

« Les membres de la tribu Hûzâla [Idaw Uzal] se sont engagés à reconstruire la zawya de la forteresse (h’isn) çanhâja246 à chaque fois qu’elle aura été démolie en totalité ou en partie. Tous ceux qui participent à ces travaux de rénovation seront bénis du saint qui leur viendra en aide, vivants ou morts. Quant à celui qui fait du mal à la zawya, Dieu lui rendra ce mal.

« Celui qui a une offrande à faire doit la transporter sur ses animaux jusqu’à la maison. Celui qui reste fidèle à ses promesses et ses engagements en offrant les choses pour lesquelles il s’est engagé, je le protégerai toujours, je n’oublierai jamais et je ne permettrai pas qu’il lui arrive malheur en ce monde ou dans l’autre. Quant à celui qui a oublié ses engagements, il sera puni le jour du jugement dernier. Les jenn-s eux-mêmes iront reprendre chez lui les offrandes qui me sont destinées et me les apporteront, mais au jour de la Résurrection je les lui réclamerai247

« Je demande à tous mes serviteurs mentionnés de respecter mes enfants et de les tenir en considération. Qu’ils ne les humilient pas même au cas où ils le mériteraient. Je leur demande de ne pas les renvoyer les mains vides s’ils réclament des offrandes qui me reviennent.

« Celui qui ne peut pas transporter ses offrandes à la zawya pourra les confier à l’un de mes enfants car c’est à eux qu’elles sont destinées. Ne faites aucun mal à la zawya, ne faites que le bien, soyez soumis à Dieu et à Son envoyé, faites les prières, jeûnez et allez au pèlerinage, donner l’aumône légale, et reconnaissez surtout que Dieu est unique. Restez unis à vos proches, fréquentez les mosquées avec vos enfants, enseignez le Coran, la Sunna et les préceptes divins et faites le jihâd pour Dieu, ne négligez aucune prière, faites vos aumônes (zakât) une fois l’année écoulée. Je vous conjure de rester fidèle à votre serment, génération après génération, jusqu’à la fin du monde, de rester fidèle à vos engagements.

« Celui qui suit mes recommandations [prescrites par] ce testament, que ce soit vis-à-vis de l’un de mes enfants, l’un de mes descendants ou un étranger, celui-là est des nôtres et nous sommes avec lui. Que Dieu le favorise dans les deux mondes.

« Quant à ceux qui ne voudraient pas se conformer à mes recommandations, ils seront reniés [ils n’appartiendront plus à ma descendance, nsal al-awlâd] et seront tenus responsables devant Dieu. Mohamed Ben Mhammd248 trouvera l’accès au Paradis. Celui qui respecte la voie que j’ai indiquée (tariqa) est mon fils, celui qui les rejette, je le renie.

« Il viendra un temps où mes enfants seront dédaignés. Ils seront entourés de l’esprit de la révolte (fitna), je leur ordonne de patienter jusqu’à ce que nous nous retrouvions devant Dieu car Dieu sait se venger de celui qui sème la discorde dans les maisons.

« Ce testament a été écrit en présence des saints (çalihîn-s). – Celui qui insulte les Tolbas qui savent le Livre saint, qui se moque des nécessiteux, ou de ceux qui bénéficient du droit d’asile dans ma zawya, sera châtié, il verra son cœur déchiré métamorphosé par Dieu jusqu’à ce qu’il implore son pardon – dans le mois sacré du Ramadân 962, serviteur de Dieu, Hassan Lahcen Ben Abd Er-Rahmân El Tizarkînî, serviteur de Dieu, Mohamed Ben Ibrâhîm At-Tamanartinî.

10[Folio 6 de la transcription 2004]

« Louanges à Dieu qui créa la mort pour chaque être.

« Lorsque le saint bienfaiteur, le premier du Sûss à notre époque, El Sayîd Mhammd Ben Ya‘qûb Ben Alî Bakrim Eç-Çanh’ajî est tombé malade, il a déclaré que si la mort l’atteignait, il mourrait comme toute créature. Personne n’est excepté de la mort.

« Il laisse comme tuteur à ses enfants, le saint bienfaiteur Sîdî Ahmed U Mûsa Ben Issa Semlalî Tazrwaltî, pour les éduquer, les guider, leur apprendre ce qu’ils doivent savoir. Il a confié l’administration de la Zawya et celle de sa maison au faqîr bien aimé, saint bienfaiteur Sîdî Mohamed Ben Mesûd El Qurbânî et au Faqîr Mûsâ Ben Sliman El Moggây El-Handifî. Je leur ai dit : tant que vous serez vivants, personne ne vous chassera. Prenez les clés de la maison et assurez largement l’hospitalité. Quant à l’homme de confiance, de même, le faqîr auquel j’ordonne de demeurer perpétuellement dans notre zawya, ce sera un homme des Ayt Mellul. Ces gens-là sont mes gendres et il est préférable que ce soit le gendre qui assiste à la vie intime de la maison qui est à Dieu et non à moi ou à mes propres enfants.

Je n’ai rien de commun avec les tribus qui m’entourent sauf le bien. Je recommande à mes enfants lorsque je ne serai plus d’éviter les relations avec ces tribus car je n’ai aucune relation de sang ou d’intérêt avec elles, si ce n’est celle de l’Islam.

« Si la zawya demeure unie à Dieu comme maintenant elle sera ouverte à tout le monde, mais si mes enfants sont en désaccord à cause d’elle, elle sera partagée entre mes quatre fils, Sîdî Ahmed ben Mhammed, Sîdî Brahim ben Mhammed, Sîdî Athman ben Mhammed, et Sîdî Mhammed ben Mahammed, et leurs descendants qui suivent la voie droite, chacun ayant toujours sa part, que Dieu les protège. Je demande à Dieu qu’il fasse surgir parmi les enfants de mon fils [petit-fils] Mhammed, un homme auquel sera réservée une place privilégiée au Paradis et en toutes choses qui plongeront dans l’étonnement ceux qui l’approchent.

11[Folio 7 de la transcription 2004]

« En ce mois sacré de ramadan 962, al Hassan ben Rah’mân, pour copie conforme, Mohammed Ben Brahim Ben Abdellah ben Brahîm serviteur à cette heure de Mhammed ben Ya‘qûb – Dieu ait son âme. Amîn. – Le testament s’achève comme je l’ai trouvé (complet) dans le livre de mon vénéré maître, le Sheykh Ahmed Ben Ibrâhîm. Lui-même l’a trouvé chez les Mrabitin-s Awlâd Sîdî Mhammed Ben Mesûd El Qurbânî, disciples de mon vénéré maître. Que Dieu nous favorise dans Sa bénédiction en ce monde et dans l’autre. Et ceci à la date du 1er chawâl de l’an 1191 [2 novembre 1777], Mohamed Ben Ibrâhîm ben Hsayn al-Arntî, serviteur de Dieu, que Dieu le prenne en sa grande Miséricorde, Amîn.

Et cette nouvelle copie fidèle a été écrite par Abd Er-Rahmân ben Mohammed El Kensussi. Que Dieu lui pardonne. Amîn. Pour copie conforme Ahmed ben LHassan Ben Mohammed Al Fazmazadânî Al Uzuyî, Que Dieu le prenne en sa Miséricorde. Amîn. Année 1313 [1895] de l’Hégire. Ainsi s’achève l’arbre généalogique et le testament conformément à la copie originale recopiée par le serviteur de Dieu, Abd Er-Rahmân El Kensussi. Au mois safar1345 [1926], serviteur de Dieu, Mhammed ben Saîd at-Tagmûtî, Fum Tatelt, que Dieu lui pardonne. Amîn. »

Notes

224 Nous sommes obligés de croire notre scribe sur parole. Cependant, est-ce possible, sur une durée de plusieurs siècles, de ne rien changer ? Les différentes versions qui existent prouvent que non.

225 Traduction littérale du berbère à l’arabe d’Imi n’Tatelt, la localité où est enterré le Saint.

226 Dans tout le texte, le copiste emploie le mot « qabila », la tribu. Toutes les dénominations des tribus sont arabisées, mais tout le monde les reconnaît, parfois leur transcription change d’un paragraphe à un autre. De même invariablement, il est écrit « Ahl » dénomination de bédouin très utilisée, ou Bnî, Abnâ, Uled, ou encore « Dû », très rarement les équivalents berbères Ayt ou Idaw.

227 Lorsque ce pain arrive dans la maison des héritiers, il est comme béni : il annonce les réjouissances. Des plats sont aussitôt préparés à base de ce pain.

228 Autre traduction littérale littérale du berbère à l’arabe de Ufella n’wassif.

229 Idaw Nadîf.

230 On reconnaîtra les transcriptions de Idaw U Kensus, puis Issafen (les rivières, widan sont traduites), Idaw Zekri, Mrayt et Ayt Abdellah.

231 Idaw Zal.

232 Harjân pour argan.

233 Idaw U Zetut.

234 Arghen.

235 Illalen.

236 Nous n’avons pu identifier précisement le groupe désigné « ceux de l’agadir Tighersat chez les Illalen ».

237 « Ceux du dessus, ceux du dessous des Shtuka », Ashtuken. Notez l’importance du représentant, relais d’une filiale à la zawya-mère.

238 Cf. la légende retranscrite par Mokhtar Es-Soussi sur les Saints au Jugement dernier, la vérité des actes de la vie passée dans le bas-monde (dunit) va transparaître écartant les mauvais des bons dans le monde supérieur. Menace qui a aujourd’hui encore une certaine portée.

239 Mot difficile à déchiffrer.

240 On reconnaît la description de la géographie du pays Wawzgit comme lorsqu’on le parcourt à pied : Mesfiwa de Oued Nfis, loin d’Imi n’Tatelt vers le Test, la tribu Imeghran, celle des Haskûra (de Skoura, déjà signalée par Léon L’Africain), Warzazat, Zineb, Tifnut, Taddert, Ayt Tidili, Tamassine, Ikhuzamen, Ayt Ubiâl, Ayt Wagharda, Zagmuzen, Sektana, etc. Ensuite on reconnaît assez bien les localités dont l’appellation n’a guère changé.

241 Mot dialectal écrit à la docte.

242 En arabe dialectal.

243 Il est rare que de l’argent soit demandé. Ici à des marchands de bétail conformément à la zakât sur le bétail sans doute. Notez que l’on compte par tente qui remplace le foyer (takat) non directement désigné pour les autres tribus.

244 On aura reconnu une arabisation des Ayt Atta.

245 Il est évident que ces tribus nomades avaient une réputation de détrousseurs de route, le saint exige peu d’elles mais les met en garde de son courroux et de celui de Dieu, si par malheur, il leur prenait l’envie de détrousser les pèlerins chargés de leurs offrandes annuelles.

246 La formule est intéressante, la Zawya est désignée clairement comme un grenier.

247 Chose que les gens disent dans toute la région, notamment chez les Ayt Herbil.

248 Son petit-fils préféré auquel il a prédit un grand avenir.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540